Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines idéologiques de la Révolution

 | 
Roger Dupuy

Les Imitations de la Sentinelle

Le Cousin de la Sentinelle du Peuple

Texte intégral

Aux gens de toutes Professions, Sciences, Arts, Commerce et Métiers, composant le Tiers-État de la Province de Bretagne

1AMIS et CITOYENS, mon Cousin, en devenant votre Sentinelle, a pris un emploi périlleux, et quoique son héritier, je crains pour lui l’issue de tout ceci. J’ai lu dans les Gazettes qu’à la Guerre l’Ennemi fait un mauvais parti aux Sentinelles qu’il surprend. Le Procureur-Fiscal du Seigneur de notre Paroisse est venu augmenter mes craintes : il arrive de la Ville, et m’a dit [… … …] (ligne manquante dans le document original) ci par MM. les Nobles, il a été arrêté de redoubler les perquisitions pour surprendre mon Cousin, et de le traiter en Corsaire ; que ces Messieurs assurent par-tout qu’il est un vaurien ; qu’on le soudoye pour exciter une subversion ; que son dernier N° devrait être brûlé, et qu’en faire autant à l’Auteur serait justice.

2Amis et Citoyens, je suis bien sûr que mon Cousin n’est ni vaurien, ni soudoyé ; mais depuis tant de temps la tête tourne à tant de gens, que j’ai pensé qu’il ne serait pas impossible que mon Cousin fût en peu attaqué de cette épidémie. MM. les Nobles soutiennent que l’ordre des choses qu’il veut nous faire changer, est le meilleur de tous. Je ne dis pas comme ça, ni comme Panglosse, que tout est au mieux possible ; mais avant de fixer mon opinion, et sur mon Cousin, et sur ses écrits, j’ai voulu vous consulter vous-même.

3Amis et Citoyens, voici ce qu’il m’a dit du régime sous lequel nous vivons. Il sait tant de choses, mon Cousin !... Ce serait dommage que les méditations politiques eussent dérangé son cerveau !

4Les Gens de toutes Professions, Arts, Commerce et Métiers, composant le Tiers-Etat, paient, en Bretagne.

SAVOIR

Pour la Capitation

1,589,400 l.

Pour les 21 den. pour liv. de la Capitation

108,800

Pour la Milice 400,000 l., en temps de guerre, et pendant la paix

200,000

Pour le Casernement

577,500

Pour la Garde-Côte

64,000

Pour les frais du tirage de la Milice, année commune, au moins

20,000

Total des impositions personnelles

2,569,700

Impositions réelles sur les terres roturieres, indépendamment des Vingtiemes

Pour les Fouages ordinaires, crue de Maréchaux, Taillon, Garnison, etc

466,000

Premier emprunt sur les Fouages, destiné à completter la recette de l’état de fonds des Etats, qui est d’une si grande ressource pour MM. les Nobles !

428,000

Pour Droits réunis aux Etats, et perçus à leurs profits, environ

204,000

Total

1,098,000

5Le Citoyen du Tiers-Etat, même le plus indigent, est obligé en outre, 1. d’ouvrir et d’entretenir gratuitement les grands chemins, pour que le Noble et l’homme opulent, qui n’y contribuent en rien, voyagent plus commodément, et tirent un plus grand produit de leurs terres.

62. De loger les Troupes, de fournir des lits à leurs Casernes, et de transporter leurs effets, tandis que le Noble, dont elles défendent la propriété, et qui ne sert l’Etat qu’autant que l’Etat le paye, est exempt de toutes ces charges.

73. De fournir des hommes pour le service des Troupes Provinciales, et la garde de la Côte.

84. De faire la patrouille dans nos Villes, pour que rien ne trouble le sommeil du Noble, de l’Homme d’Eglise.

95. De payer des droits excessifs sur les boissons qu’il est obligé de prendre au Cabaret, s’il n’a pas le moyen de faire des provisions ; droits qui tournent au profit des Etats.

10La Noblesse paie, pour toute contribution aux charges publiques, une capitation de 125,000 l., et encore elle affranchit de toutes taxes, au moyen de cette somme, tous ses Domestiques et Commençaux, dans quelque nombre qu’ils soient. Elle paye, au surplus, les vingtièmes, comme tous les Propriétaires ; mais mon Cousin assure que c’est dans une proportion bien différente de celle qui est suivie pour nous autres.

11Les Nobles, même ceux qui n’ont aucun fief, comptent au nombre de leurs priviléges, en Bretagne, le droit de ravager nos terres pour se procurer l’agrément de la chasse, le droit de faire dévorer nos moissons par les pigeons des fuies qu’ils attachent à chacune de leurs maisons, et nous n’osons nous plaindre. Mon Cousin dit que tout cela n’arrive que parce que le Parlement n’est composé que de Nobles.

12Il dit que nous ne sommes pas mieux défendus dans l’Assemblée Nationale, parce que nous n’y sommes représentés que par quarante-deux Députés qui ne sont pas de notre choix ; qu’un Noble ou un Annobli préside toujours, et dont la voix (s’ils osaient la faire entendre) serait étouffée par les clameurs bruyantes de cinq à six cens Nobles, et peut-être de deux mille ; car ils prétendent avoir le droit d’y venir tous, et on assure qu’ils comptent user de ce droit à la prochaine Assemblée des Etats.

13Mes amis, mon Cousin prétend que notre situation présente ne peut jamais devenir pire : il prétend encore que nos intérêts sont liés avec ceux du Souverain. C’est nous qui supportons les dépenses de l’Etat, et qui n’en recevons ni dons ni pensions ; que s’il nous surchargeait, nous serions bientôt dans l’impuissance de continuer de payer ; que lorsque la classe des grands et des Nobles contribuera dans une juste proportion avec nous, l’équilibre des recettes et des dépenses publiques se trouvera rétabli ; que le Peuple intéressé à ne reconnaître qu’une seule autorité qui doit le protéger, ne peut jamais avoir le projet de la partager et d’asservir ses semblables.

14Le nouvel ordre de choses que les amis de l’humanité et du bien public jugent indispensables, nous est, au contraire, présenté comme également utile à l’Etat, et juste en lui-même.

15Mon Cousin dit qu’il ne s’agit point de contester aux Nobles leurs distinctions honorifiques ; qu’il s’agit encore moins de confondre les rangs ; qu’ils sont nécessaires pour l’avantage commun de la Société ; mais que ceux qui sont au premier rang, ne doivent pas oublier que les dernières places sont occupées par des hommes comme eux ; qu’on ne doit pas aggraver la situation de ceux-ci, en leur faisant supporter tout le poids des charges ; que tout le monde profitant de l’administration publique, chacun doit contribuer aux dépenses, en proportion de ses facultés ; que cette contribution est un devoir ; qu’elle ne peut avilir personne, et que nul privilége ne doit en affranchir ; qu’en vain les Nobles allèguent que vouloir augmenter leurs taxes, c’est leur ôter le moyen de faire du bien ; qu’il faut avant tout être juste, et ne pas réduire ses freres à l’aumône pour les soulager ensuite ; que celui qui retire du Gouvernement le plus d’avantages, doit donner le plus à l’Etat ; que tous les Citoyens doivent être admis à discuter leurs portions des intérêts publics par eux ou leurs Représentans, et que les Charges de Greffier et Procureur-Général-Syndic des Etats ayant été remboursées par la Province en 1718, on ne peut continuer de les attribuer exclusivement à la Noblesse.

16Il résulte, de ces principes, 1. qu’il est indispensable d’abolir, dans le nouveau régime, toute distinction d’impôts, et d’établir, pour toutes les charges publiques, une subvention générale que tout le monde supportera en raison de ses facultés.

172. Que les abus dont nous sommes les victimes, s’étant introduits par la forme actuelle de l’Assemblée des Etats, il est nécessaire de la rectifier, et de donner au Tiers-Etat, dans les Délibérations, une influence égale à ses intérêts.

18Mon Cousin dit (et il n’est pas le seul à le dire) que quand même la Noblesse consentirait, pour le moment, à une répartition plus exacte, nous ne pourrions compter sur rien, pendant que les Délibérations des Etats continueront d’être prises par Ordre et non par tête. Il dit qu’en matiere d’impositions l’unanimité des trois Ordres n’étant nécessaire que pour le fonds, deux Ordres ne tarderaient pas à conclure contre le troisieme sur la forme et la quotité de la répartition, et que certainement ce ne serait pas contre la Noblesse. Il dit que c’est abusivement, et dans des temps de troubles, que toute la Noblesse s’est procurée la possession de venir délibérer aux Etats ; qu’il respecte, comme tout Breton, la Constitution ; mais que cette possession n’est fondée ni sur la Constitution ni sur aucun autre titre. Il m’a cité beaucoup d’autorités et de faits historiques : je n’ai pas lu comme lui, et je regrette bien de n’avoir pas plus de mémoire.

19Amis et Citoyens, j’ai mis sous vos yeux la situation du Tiers-Etat, et celle que mon Cousin voudrait y substituer. Je viens vous consulter ; prononcez : je ne sais trop qu’en penser. On dit que les Jurisconsultes frappés du VETO, dont ils croyent trouver l’avantage dans la forme de délibérer par Ordre, doivent prouver dans un Mémoire, qu’il faut regarder cette forme comme sacrée ; et déja la Municipalité de Rennes est d’accord avec eux sur ce point. Un sage Ecclésiastique, Commissaire de la Commission Intermédiaire, et l’un des nôtres a d’ailleurs ébranlé mon opinion par la force de ses raisonnements dans la véritable Sentinelle ; mais j’ai appris qu’un Noble l’a fait recommander au Ministre de la Feuille des Bénéfices, par l’assemblée des Etats de 1786 ; et mon Cousin dit qu’il y a des ames que la reconnaissance même bien loin !

20Amis et Citoyens, je suis bon-homme et bon parent, je cherche à m’éclairer. Je vous prie de me donner votre avis par la feuille Hebdomadaire de Rennes, et si vous croyez que le cerveau de mon Cousin soit dérangé, j’aurai recours à la faculté, non pas celle du Droit (car elle pourrait mettre son état en controverse) mais à celle qui sans acception, administre au Roturier comme au Noble les mêmes remédes.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540