Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines idéologiques de la Révolution

 | 
Roger Dupuy

Les Imitations de la Sentinelle

Confession de la Sentinelle

Texte intégral

Adressée aux gens de toutes Professions, Sciences, Arts, Commerce et Métiers, composant le Tiers-État de la Province de Bretagne

O mes amis ! vivons en gens de bien,
C’est le parti, croyez-moi, le plus sage ;
Voltaire l’a dit, et quoique, vaurien.
Par fois il sait tenir un saint langage.

1J’AI voulu, par mes avis, acquitter ma dette envers vous. Tant de gens sont espions, pour leur seul intérêt, que j’ai cru, qu’en me chargeant de ce rôle, pour l’avantage de mes Freres, je ferais œuvre méritoire. Mes intentions étaient pures ; mais on prétend que ceux qui ne s’attachent qu’à l’intention n’en sont pas moins damnés.

2Amis et Citoyens, je vous ai annoncé que je suis timide de mon naturel ; le scrupule m’a gagné. La question m’a paru embarrassante ; j’avais besoin de quelqu’un qui ne fût pas moins profond en politique qu’en morale. J’ai long-temps cherché. On m’a enfin indiqué un Abbé Commendataire, Commissaire des Etats. On m’a dit que, quoiqu’il eût quelquefois secrétement chez lui l’Assemblée anti-plébéienne, néanmoins il recevait aussi les nôtres ; qu’il les fêtait même aujourd’hui, parce que, dévoué aux affaires publiques, et voulant être chargé de les défendre, soit à la Cour, soit aux Etats-Généraux, il sait que dans la balance le suffrage des nôtres a son poids. Il m’a reçu avec cette douceur qui lui est naturelle. Je lui ai proposé mon cas. Son extérieur est devenu tout-à-coup grave et sévere.

3Mon Frere, m’a-t-il dit, rendez grace aux circonstances qui me forcent à ménager le Tiers-Etat. J’ai bien voulu vous entendre, écoutez moi : Vos Nos sont incendiaires ; ils contiennent des faits, ou controuvés, ou grossis. Vous avancez qu’Achitopel, mon ami, a reçu des Etats, de compte fait, 220,000 livres. C’est calomnie : et quand vous prétendriez avoir compris, dans ce calcul, d’autres dons, (qu’il ne convient pas d’approfondir) ce serait toujours médisance. Ne voudriez-vous pas qu’on servît le Public pour rien ? Pourquoi d’ailleurs l’instruire d’un détail qui, pendant qu’il restera secret, peut être profitable à plusieurs. Nous avons déja vu, avec assez de mécontentement, qu’un Ministre perfide ait dit, à la page 54 de son Compte rendu, en 1788, que la derniere tenue a coûté au Roi 552,000 livres. C’est exciter la curiosité et les murmures du Peuple, sur lequel les profusions retombent. Pourquoi lui faire connaître la pesanteur d’un fardeau qu’il est accoutumé à porter ? Les deux premiers Ordres pourront, peut-être, en prendre une petite partie, à titre de commisération ; et nous savons qu’il y aura, dans le nombre de vos Députés, plusieurs gens sages que nous avons disposés à applaudir à notre générosité. Il en est d’autres qui sont de bonnes gens. Nous leur dirons, nous leur persuaderons, qu’il peuvent être les sauveurs de la Patrie. Quelques-uns enfin sont Commissaires des Etats, et veulent conserver leurs taxations, leur autorité. Vous perdrez donc votre temps. Vos Nos n’auront plus de Lecteurs. On convient déja que vos êtes peu instruit, que vous avez dit beaucoup de choses inutiles, et que vous en avez omis d’importantes à votre plan. Croyez-moi, hâtez-vous, mon Frere, de réparer vos torts. Pénétrez-vous des grands principes que renferme la véritable Sentinelle, ainsi que la Lettre du Gentilhomme Breton, ouvrage de notre Comité ; et si vous voulez avoir un modele du bon goût, lisez ma harangue, à la rentrée du Parlement ; mais sur-tout n’oubliez jamais qu’en Bretagne il doit être de maxime constitutionnelle, que les graces et les franchises sont le partage des Membres du Clergé et de la Noblesse. Les uns prient pour vous, Plébéiens, autant qu’ils peuvent ; et les autres disent qu’ils vous défendent.

4Cette décision m’avait confondu. J’étais résolu de rester triste spectateur des événements présents et futurs, lorsque le Dauphinois, mon voisin, s’est apperçu de mon trouble, et m’en a demandé la cause ; je lui ai conté ma chance. Il a ranimé mon ame abattue. Votre oracle, m’a-t-il dit, avait double intérêt à vous répondre ainsi. Le Citoyen ne doit cacher aucune des vérités qui importent au salut des autres. Il doit respecter l’autorité légitime ; mais il ne faut pas confondre, avec celle-ci, l’autorité usurpée : tel est le pouvoir tyrannique que votre Clergé et votre Noblesse exercent sur vous. La lumiere ne luira pour eux qu’après qu’elle aura éclairé tout le Royaume. Le Parlement de Paris a été forcé de reconnaître la nécessité d’une égale répartition des charges ; mais vos Nobles n’adopteront pas ce principe. Ils comptent circonvenir vos Députés ; voilà ce que votre oracle vous a dit de plus certain. Le péril est pressant... Redoublez vos soins, et s’ils deviennent inutiles, vous aurez du moins rempli votre tâche.

5Amis et Citoyens, j’ai cru que ce Dauphinois avait raison. J’ai donc repris la plume. Je le devais, d’ailleurs, pour réparer les omissions que M. l’Abbé a remarquées dans mes différens Nos.

6Je vous ai dit que mes intentions sont bonnes ; mais je ne peux me procurer que difficilement des instructions. Je ne suis pas, comme M. l’Abbé, admis aux Comités.

7Les Chevaliers vous ont appris tout l’avantage que la réunion peut procurer à la majorité : ils avaient long-temps ignoré ce calcul. Les aînés étaient en possession d’être nommés aux Députations, aux Commissions, à toutes les Places, et le Public voyait, sans inquiétude, cette influence à laquelle il était accoutumé.

8Enfin l’intérêt a éveillé les Chevaliers. Ils ont senti tout le parti qu’ils pouvaient tirer de l’Assemblée des Etats ; et dès ce moment ils ont arrêté que les aînés seraient exclus de l’Administration. Ils ont pris goût à l’argent. Ce métal a tant d’attraits !

9Ils ont fait cet autre calcul. Ils ont dit, nos Carrossiers sont des oisons. Le Tiers-Etat est passif dans nos Assemblées ; si quelques-uns d’eux veulent nous éclairer de trop près, nous donnerons a l’Ordre entier une augmentation de bourses de jetons. Ils loueront une munificence qui ne nous coûtera rien ; il faut que chaque tenue fasse la fortune d’un Chevalier, et assure l’aisance de plusieurs autres. Ils ne s’agit que de mener si mal les Barons, qu’ils ne puissent avoir l’impertinente manie de venir nous présider. Si le premier Commissaire du Roi, et quelques autres personnages nous embarrassent, nous les menacerons d’une scission. Oui, d’une scission, c’est le grand secret. On nous craindra ; nous serons les maîtres. Nous pourrons alors prendre des mesures pour rendre la présidence plus lucrative : nous doublerons les frais de la Députation à la Cour. Quant à celle à la Chambre des Comptes, elle vaut, à notre Député, 6,000 l. pour quinze jours, et force repas ; il n’y a point de prétexte pour le mieux traiter actuellement. Chacun de nous doit attendre son rang, et concourir à l’exécution de notre plan. Nous procurerons aux plus dignes une expectative honnête. Les places de Commissaires Diocésains valent 12 à 1 500 liv. et celles d’inspecteurs des Haras, peuvent avoir leur prix, quand on est chargé d’un dépôt d’Etalons, dont la dépense est payée sur mémoire.

10Ainsi ont raisonné les Chevaliers, et ils ont agi en conséquence : mais voyez l’instabilité des choses humaines ! on n’a pas toujours applaudi à leur choix. Nous n’avons pu, nous autres Plébéiens, rompre nos idées au point de mettre notre confiance dans ces nouveaux Dépositaires de l’autorité, et nos chaînes nous ont paru plus pesantes.

11La révolution que l’intérêt des Chevaliers a opéré dans l’Ordre de la Noblesse, doit, pour le bien public, avoir lieu dans l’état politique de la Province. C’est à nous à la faire. Nous avons les mêmes moyens. Nous sommes les plus nombreux. Soyons inviolablement unis. Tendons tous au même but, et que ce principe des Chevaliers devienne désormais notre devise.

12Jamais circonstance ne fut plus heureuse ; les Nobles le savent bien, et pour nous la faire perdre, ils emploient toutes les ressources, ils se rendent populaires, ils ne firent jamais d’aumônes aussi abondantes ; mais ils oublient le précepte de l’Evangile qui veut que la main gauche ignore ce que donne la droite. L’ostentation leur est nécessaire ; ils sement, parce qu’ils comptent sur une abondante moisson. Ils font voir à nos pauvres Députés la lanterne magique ; ils les visitent, ils les embrassent, ils les traitent tour-à-tour. Nous sommes tous, leur disent-ils, les Enfants de la Patrie ; ce sont les ennemis du bien public qui veulent nous diviser, sauvons les Etats ; leur destruction serait suivie des plus grands malheurs : cet orage passé, ils se dédommageront amplement de cette contrainte.

13Amis et Citoyens, il est sans doute avantageux à la Patrie d’avoir des Etats ; mais la constitution n’est pas qu’un Ordre seul y domine, qu’il asservisse les Peuples et qu’il se maintienne dans l’exemption des charges. Le Gouvernement qui érige par-tout des Assemblées, des Administrations nationales, ne peut avoir le projet de mettre la Bretagne dans la main du Commissaire départi. L’obstination de Messieurs les Nobles peut faire séparer les Etats ; mais ce sera pour être rétablis sous un meilleur régime, et pour nous retirer de l’avilissement où nous ont réduit les abus.

14Quels sont les Citoyens auxquels le régime actuel est véritablement profitable ? Aux Nobles. Ils font en petit en Bretagne, ce que font à la Cour d’autres Nobles plus accrédités qu’eux : ils attirent tout le suc de l’arbre nourricier ; ils ne nous laissent que des feuilles desséchées. Calculez le déficit énorme ; il est occasionné par les Vampires de la Cour. Voyez nos villes et nos campagnes ; elles contiennent une infinité de malheureux, obligés de se priver d’une partie de leur subsistance, pour acquitter les charges publiques, tandis que le Noble n’en supporte presqu’aucune.

15On ne levait, autrefois, en Bretagne, que des droits de gros sur les boissons ; ils étaient acquittés par tout le monde. La Noblesse les a fait convertir en droits de détail ; ils se sont successivement accrus, et ils forment le principal revenu des Etats. Elle dira sans doute que c’est par amour pour le Peuple.

16Le produit de cette ferme si onéreuse, est chargé de dons multipliés au profit de la Noblesse. On préleve, en outre, 30,000 liv. pour pensions à la disposition du Gouvernement, et il n’en dispose que pour les Nobles. Le Roi leur fait distribuer, sous la même dénomination, une somme de 20,000 l. qui est prise sur la recette de ses finances. La ferme du Port-Louis, cédée au Gouvernement par la maison de Mazarin, est devenue l’apanage des Nobles ; elle monte à 30 ou 40,000 livres par an ; cette somme est consommée en pensions.

17La charge de Greffier des Etats s’exerce par commission, depuis le remboursement que la Province en a fait ; et celui qui en est pourvu ne peut rien prétendre au de-là du traitement qui lui a été réglé.

18Cependant, sous prétexte quelle était érigée en finance, le titulaire avait des prétentions sur un droit d’un pour mille, du prix du bail des devoirs. La Noblesse, en 1784, a mis en fait que ce bail devait être grevé de 3,000 livres pour indemnité de ce droit, au profit du Noble qui remplit cette place. Et pourquoi, dites-vous, le Tiers y a-t-il consenti ? Pourquoi ?... Parce qu’on a su le rendre nul... parce que... etc. etc. Au surplus, ce Noble est parent d’Achitopel.

19En 1782, les Chevaliers prirent le parti de l’opposition ; ils avaient érigé en principe que le plan le plus sûr était de ne consentir aucune des demandes du Roi, qu’après que la Cour aurait tout accordé. Ce plan sublime eut le résultat qu’il devait avoir ; les Commissaires du Roi entrerent pour séparer l’Assemblée ; les Chevaliers soutenaient que son rétablissement serait prochain, qu’un autre ordre de choses succéderait aux griefs dont ils se plaignaient, et loin de craindre la séparation, ils semblaient vouloir l’accélérer.

20Nos Représentants firent alors ce qu’ils ont toujours fait. Ils accéderent à la volonté des Nobles, qui seuls étaient intéressés à conserver un régime, dont ils savent si bien profiter.

21En 1784, autres intérêts, autres principes. Un Chevalier présidait la Noblesse : les opposants devinrent pacifiques ; le parti décida, érigea en maxime que, pour obtenir quelque chose, il fallait tout consentir.

22Un Ministre qui, par ses dilapidations, a causé une partie des malheurs de la France, desira que les Etats dénonçassent au Parlement l’ouvrage de son prédécesseur, ami du Peuple. Cette dénonciation fut faite. Le Ministre était trop complaisant pour éprouver des refus de la part de ceux qui savent si bien nous diriger.

23Représentants du Peuple, ne craignez donc point la séparation des Etats, et si elle arrive, osez espérer, comme les Chevaliers, en 1782, une résurrection glorieuse et prochaine. N’oubliez pas sur-tout, que vous êtes nos mandataires, et que le vœu de vos Concitoyens doit être votre seule regle.

24C’est aux Nobles à prouver aujourd’hui, s’ils sont, ainsi qu’ils le disent, les protecteurs du Peuple, et s’ils desirent le bien public. La question est simple : elle est éclaircie. Le Tiers réclame répartition égale dans les charges, partage égal des avantages que l’Administration peut procurer, représentation suffisante dans l’Assemblée des Etats.

25Ces trois points n’exigent plus de discussion. Le Dauphiné a donné l’exemple à la Bretagne : si les Nobles rejettent cet acte de justice, ils seront l’unique cause de la séparation des Etats ; le recours au Souverain nous sera ouvert, nous ne pourrons perdre dans cette révolution.

26Les Nobles ne l’ignorent pas, mais ils chercheront à désunir nos Représentants, à leur faire illusion. Ils offriront, à titre de grace, de partager l’imposition des fouages extraordinaires, et peut-être la dépense de l’entretien des grands chemins. Ils proposeront à cet effet, l’établissement de nouveaux droits calculés sur leur consommation, et non pas sur leurs facultés.

27Souvenez-vous qu’après avoir long-temps éludé une plus égale répartition de la capitation, ils ne souscrivirent, en 1778, à la décision indulgente qui les rechargea seulement d’une somme de 25,000 livres, qu’en s’arrogeant le droit d’en disposer comme d’un don.

28Amis et Citoyens, nous ne sollicitons point la commisération de Messieurs les Nobles. Ils sont, comme nous, sujets du Roi ; nous demandons que, comme nous, ils supportent les charges publiques ; nous les voyons sans rougir, exercer toutes professions lucratives, et après des siecles de dormition, reprendre leur Noblesse ; nous les voyons augmenter chaque année leur classe, en admettant les étrangers à faire juger au Parlement un Etat qu’ils devraient être préalablement assujettis à constater dans le lieu de leur origine. Qu’ils soient au moins justes.

29J’apprends que la Communauté de la ville de Moncontour est la seule des Municipalités de la province dont la conduite obtienne le suffrage des Nobles. J’en ai demandé le motif. On m’a dit qu’elle a envoyé à la Commission Intermédiaire une délibération conforme à leurs vues, et que cette Communauté qui reçoit l’influence d’un Docteur en Droit, a jugé qu’il était d’une saine politique de se borner à exciter la générosité des deux autres Ordres.

30J’apprends que le Chapitre de Saint-Brieuc a également envoyé, à la même Commission, une délibération qui saintement excite à la coalition les deux autres Ordres, et qualifie d’ennemi commun le Tiers-Etat ; que ce Chapitre est sur-tout très-mécontent de la demande que le Tiers ose faire en faveur des Recteurs, et qu’il traite d’hérétique cette proposition.

31J’apprends que le dévot Josselin, accoutumé à gémir sur les fragilités humaines, demande pardon à Dieu de la délibération prise par sa Communauté, et que pour trouver des moyens de conciliation, il étudie chaque jour le code fiscal.

32J’apprends qu’on pratique de toute maniere plusieurs autres Députés ; que quelques-uns seraient tentés de prendre un rôle dans la scene patriotique préparée par les Nobles, mais que la majorité, pénétrée de l’importance des intérêts qui lui sont confiés, ne voit que son devoir, et le remplira malgré les dîners et les exhortations.

33J’apprends que le Président de l’Eglise est arrivé ; que l’état des choses lui donne la fievre ; que tous les yeux sont ouverts sur lui ; que chaque parti examine si, Pasteur du troupeau, il ne fera point d’acception entre ses ouailles, et s’il prendra pour regle de sa conduite, ce verset du Psalmiste : Facit judicium injuriam patientibus : dat escam esurientibus.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540