Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement et environnement

 | 
Patrick Fournier
, 
Geneviève Massard-Guilbaud

Troisième partie. Les impacts socio-environnementaux de l'aménagement urbain et portuaire

Léopold II de Belgique « roi jardinier » ou « vandale destructeur » ?

Les réactions aux conséquences sociales et environnementales de l’« haussmannisation » de Bruxelles menée à l’initiative du souverain

Odile De Bruyn

Texte intégral

  • 1 Cet article est issu partiellement d’une étude réalisée pour le compte de Bruxelles Environnement (...)
  • 2 Archives du Palais royal (Bruxelles), fonds Goffinet, notes du journal intime du duc de Brabant lo (...)

1Dès avant son accession au trône en 1865, le futur roi Léopold II de Belgique avait de grandes ambitions pour Bruxelles, dont il voulait faire la capitale d’un empire colonial belge et une ville digne de rivaliser avec Londres et Paris1. Il s’exprima à ce sujet en 1861 : « Bruxelles […] deviendra une ville hors ligne. La principale et la plus belle agglomération de la Belgique, devenue elle-même la capitale, le centre de l’Empire belge2… »

  • 3 Balace F., « Krieg im Sicht (1904-1908). Le mythe d’un roi francophile », dans Dujardin V. et alii(...)
  • 4 Zitouni B., Agglomérer. Une anatomie de l’extension bruxelloise (1828-1915), Bruxelles, VUBPRESS, (...)

2Malgré la crainte que lui inspiraient les aspirations annexionnistes de Napoléon III, Léopold II éprouvait une réelle fascination pour le Second Empire, particulièrement pour le programme de transformation dont Paris fit l’objet sous ce régime. Le souverain belge visita l’Exposition universelle de 1867, vitrine des réalisations urbanistiques et paysagères d’Haussmann ; il fut parmi les souscripteurs des Promenades de Paris, ouvrage de propagande d’Adolphe Alphand, collaborateur du préfet de la Seine dans le domaine des espaces verts. Considérant que, du point de vue culturel, Bruxelles était un faubourg de Paris3, Léopold II fit appel, jusqu’à la fin de son règne en 1909, à plusieurs architectes et architectes-paysagistes français ; il usa et abusa du pouvoir d’influence que lui donnait son statut de monarque constitutionnel pour faire entreprendre d’importants travaux d’assainissement, d’embellissement, de modernisation et d’extension de Bruxelles. La population de celle-ci, faubourgs inclus, s’élevait à environ 540 000 habitants en 1890, alors qu’elle n’en comptait que 170 000 une cinquantaine d’années plus tôt, quand le phénomène d’industrialisation galopante en était à ses débuts et quand les anciens remparts médiévaux venaient d’être démolis4.

  • 5 Farge A., « Paris XVIIIe siècle : le paysage qu’on aperçoit à travers les archives », Les Cahiers (...)

3Cette « haussmannisation » de Bruxelles, envisagée essentiellement, dans le cadre de cette étude, sous son aspect « promenades et plantations », ne fut pas sans conséquences au plan social et environnemental : déchirures du tissu urbain et rupture de l’osmose homme/paysage5. Contrairement aux aménagements décrits dans plusieurs chapitres du présent ouvrage, qui provoquèrent une « minéralisation » ou une « bétonisation » du paysage, les transformations présentées ici se firent en grande partie avec du matériau « vert ». Les réactions à l’impact de ces « aménagements verts » formeront l’objet de cette contribution.

Les réactions aux conséquences sociales de l’« haussmannisation » de Bruxelles

La spéculation immobilière

  • 6 Zitouni B., op. cit., p. 221. Comme le montre Hélène Schmutz dans un article du présent volume, le (...)

4Les travaux d’embellissement d’une ville tels que pratiqués au XIXe siècle s’accompagnèrent souvent d’un phénomène de spéculation immobilière. La création d’avenues plantées ou de parcs publics, en donnant une plus-value aux terrains limitrophes, suscitait des plans de lotissement et était un « vecteur d’embourgeoisement de la ville6 ». Dans son roman La Curée, Émile Zola dénonce la spéculation liée aux projets urbanistiques d’Haussmann et les fortunes rapides constituées par ce levier.

5Des pratiques similaires existèrent à Bruxelles à l’époque de Léopold II. Limitons-nous à un seul exemple. De 1895 à 1897 fut construite, à l’initiative du souverain, l’avenue de Tervueren, allée monumentale longue de dix kilomètres, destinée à relier les deux sites de la future Exposition internationale de Bruxelles 1897. La création de cette grande artère contribua fortement à l’urbanisation de zones rurales jusqu’alors très mal reliées à la capitale. Le projet comportait également l’aménagement d’un grand parc public, considéré comme une « annexe » de l’allée plantée. Le parc de Woluwe était destiné à procurer des perspectives agréables depuis l’avenue, mais également à offrir aux populations ouvrières de la capitale, ne disposant pas de jardin, un lieu de promenade ; celui-ci serait rendu aisément accessible par l’établissement d’une ligne de tramway vicinal le long de l’axe routier.

  • 7 Sur la création de l’avenue de Tervueren et du parc de Woluwe, voir Ranieri L., Léopold II urbanis (...)

6Ce grand projet urbanistique, l’un des plus ambitieux du règne de Léopold II, éveilla les convoitises et fut à l’origine de spéculations immobilières. L’industriel Edmond Parmentier, concessionnaire chargé des expropriations et de la plus grande partie des travaux, qui était un proche conseiller du roi, réussit à se constituer une fortune considérable grâce à la plus-value donnée aux excédents d’expropriation, dont il pouvait disposer à son profit, par la création du parc et de l’avenue7.

7Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces opérations immobilières, pourtant sources d’inégalités sociales, suscitèrent relativement peu de réactions dans la presse ou dans la littérature de l’époque. Il n’y eut pas, à l’égard des Saccard belges, de dénonciation similaire à celle de La Curée. Comment peut-on expliquer cette différence ?

  • 8 Nourry L. M., « Du parc urbain aux espaces verts », Fourcaut A. (dir.), La ville divisée. Les ségr (...)
  • 9 Service Public Fédéral Finances, Administration générale de la Documentation patrimoniale, Archive (...)

8Dans un article consacré aux parcs urbains français des XIXe et XXe siècles, Louis Michel Nourry met en évidence le fait que, sous Napoléon III, la bourgeoisie riveraine des nouveaux espaces verts aménagés à Paris s’était appropriée ces lieux publics ; elle les avait détournés de leur fonction sociale initiale de promenade pour tous, notamment par l’établissement de règlements très restrictifs, interdisant par exemple l’accès aux pelouses8. Pour ce qui est de l’avenue de Tervueren et du parc de Woluwe, une partie non négligeable des espaces utilisés pour les travaux provenaient de terres d’exploitation agricole appartenant aux hospices civils de Bruxelles, institution de bienfaisance communale ayant repris les prérogatives des établissements charitables de l’Ancien Régime9.

  • 10 Archives générales du Royaume (Bruxelles), fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 16 (...)
  • 11 Sur les fonctions et usages sociaux du parc public de Forest, également créé à l’initiative de Léo (...)

9Étant donné cette situation particulière, qui générait une sorte de dette morale à l’égard d’une institution de secours aux pauvres, le parc de Woluwe fut originellement un lieu de mixité sociale, fréquenté à la fois par les habitants des quartiers huppés des environs et par les populations moins aisées du centre-ville. Le texte des poteaux indicateurs établis aux entrées du parc en 1905, était libellé comme suit : « Ce parc a été créé pour l’agrément du public et est placé sous sa sauvegarde. Défense de pénétrer dans les massifs et de toucher aux arbres ou aux plantes10. » Il n’était donc nullement question d’interdire l’accès aux pelouses11. Comme on peut le voir sur une photographie des années 1930 (illustration 1), la jouissance des pelouses était autorisée.

10Le respect de la fonction sociale du parc public explique le peu de réactions aux effets pernicieux de la spéculation immobilière.

L’importation de main-d’œuvre et de savoir-faire français

11La création d’emplois nouveaux constitue l’une des incidences sociales majeures de toute politique de grands travaux d’aménagement urbain. Néanmoins, les projets de Léopold II furent sévèrement critiqués à ce propos : en effet, fervent admirateur de l’œuvre d’Alphand, le monarque imposa, pour certaines professions spécialisées, tels les architectes-paysagistes et les rocailleurs, le recours à des Parisiens, ce qui engendra un sentiment de frustration, non seulement sociale, mais également nationale.

12Cet état de fait fut très bien décrit dans un texte rédigé peu de temps après la mort du souverain par Albert Maumené, directeur de la Vie à la campagne, luxueuse revue française publiée par la maison Hachette. Précédé du sous-titre « Un Roi-jardinier », l’extrait suivant est particulièrement significatif :

  • 12 « Léopold II amateur de jardins et de fleurs », La tribune horticole, no 194, 12 mars 1910, p. 161

« Le monarque belge que l’on a nommé le Roi bâtisseur, fut pour les jardins, et à sa manière, comme un Louis XIV moderne. On lui doit, en Belgique, des créations grandioses qui, si elles n’ont pas été toujours appréciées, ainsi que Léopold II l’aurait désiré, parce que, peut-être, on les trouvait trop somptueuses, ont modifié l’aspect des environs de Bruxelles, telle notamment cette admirable avenue de Tervueren. Il ne fut pas moins discuté, par amour-propre national, parce qu’il confia ces travaux à des architectes de jardins français. Il avait pour l’école française d’art des jardins – qu’il s’agisse de jardins réguliers ou paysagers – une prédilection particulière12. »

  • 13 Voir à ce sujet le chapitre de Marie Fournier et Nicolas Holleville dans le présent ouvrage.
  • 14 Ranieri L., op. cit., p. 88.
  • 15 Sur Élie Laîné, voir Lombaerde P., en collaboration avec Gobyn R., Léopold II roi-bâtisseur, Gand, (...)

13C’est grâce au soutien des socialistes, qui considéraient les grands travaux urbanistiques comme créateurs d’emplois13, que le projet de création de l’avenue de Tervueren et du parc de Woluwe fut voté au Parlement, où il avait été dans un premier temps très mal accueilli, en raison de son caractère jugé trop luxueux14. Une fois les travaux achevés, l’avenue et le parc étaient destinés à devenir propriété de l’État ; de ce fait, l’Administration des Ponts et Chaussées assura la surveillance des chantiers, dont l’entreprise avait cependant été confiée à Edmond Parmentier. Le caractère ambigu de ce partenariat public-privé autorisa Léopold II à frôler les limites de son pouvoir constitutionnel en désignant d’autorité les Français Élie Laîné et Jean Chapelle, l’un comme dessinateur du parc, l’autre comme exécutant des travaux d’enrochement15.

Illustration 1. – Le parc de Woluwe.

Illustration 1. – Le parc de Woluwe.

Gromort G., L’art des jardins, t. II, Paris, 1934, pl. CXXX © Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles.

Illustration 2. – L’avenue de Tervueren.

Illustration 2. – L’avenue de Tervueren.

Gromort G., L’art des jardins, t. II, Paris, 1934, pl. CXXX © Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles.

  • 16 Racine M., Jardins « au naturel ». Rocailles, grotesques et art rustique. Essai, Arles, Actes Sud, (...)

14En 1901, plusieurs rocailleurs bruxellois adressèrent une requête au ministre des Finances et des Travaux publics, Paul de Smet de Naeyer, qui était en même temps chef du gouvernement, à propos des travaux d’enrochement en voie d’exécution au parc de Woluwe. Ils estimaient avoir été lésés dans l’attribution de ce marché, qui n’avait pas fait l’objet d’une adjudication publique, mais avait été donné « de la main à la main à un spécialiste français très expérimenté », selon les mots employés par le ministre, qui était un homme de confiance du roi. Résistant aux intempéries et peu coûteux, le ciment rustique avait été popularisé par les chantiers parisiens du Second Empire et était incontestablement devenu un savoir-faire spécifiquement français16.

15Les requérants, qui estimaient avoir droit à « une part de la manne gouvernementale », étant donné le caractère d’utilité publique de ces travaux, adressèrent, individuellement ou collectivement, une série de lettres au ministre, dont l’une d’entre elles résume bien les sentiments partagés par ces artisans :

  • 17 AGR, fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 169, lettre du 19 mars 1901 signée Flori (...)

« J’ose espérer, Monsieur le Ministre, que je pourrai avoir une petite part dans ces travaux, vu qu’il y a 35 ans que je professe ce métier et je vois avec peine que ce sont les étrangers qui sont pris de préférence aux Belges pour faire les travaux. Je ne demande que du travail et je me vois obligé de rester à rien faire et celui qui fait les ouvrages c’est un Français, un socialiste de la pire espèce. J’espère, Monsieur le Ministre, [pouvoir obtenir de votre obligeance] une part de cette besogne en qualité de Belge et de citoyen bruxellois17. »

  • 18 AGR, fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 168.

16La plainte des rocailleurs fut prise au sérieux, puisqu’ils furent invités à communiquer à l’Administration la liste des travaux qu’ils avaient réalisés jusqu’alors. Les rocailles en cours de construction furent achevées par Jean Chapelle ; toutefois, l’exécution d’un nouveau pont rustique, projetée en 1904, fut confiée à un rocailleur-cimentier belge au terme d’une adjudication publique, à laquelle avait également pris part Jean Chapelle18 !

17Pour être crédible, la politique de grands travaux de Léopold II se devait de répondre à une attente sociale ; dès qu’elle s’écartait de cet objectif, les critiques ne manquaient pas de s’élever, parfois teintées d’accents nationalistes.

Les réactions aux conséquences environnementales de l’« haussmannisation » de Bruxelles

La destruction d’espaces verts existants

18À la fin de son règne et dans les décennies qui suivirent sa mort, Léopold II fut sévèrement critiqué à cause des « mutilations » de parcs anciens provoquées par les travaux de modernisation de la capitale menés à son initiative. Tel fut le cas du parc central de Bruxelles.

19Créé entre 1776 et 1783 et conçu dès le départ comme promenade publique, celui-ci remplaça la garenne et les jardins des ducs de Brabant, abandonnés après l’incendie du palais du Coudenberg en 1731. Pour être conforme au style classique français choisi, sa réalisation nécessita d’importants travaux de remblai, l’ancien parc ducal se présentant sous un aspect plus vallonné et « pittoresque ». Toutefois, la partie du parc située du côté du futur palais royal conserva son niveau primitif et fut aménagée en espace de caractère naturel et forestier. En 1904, ces « bas-fonds » furent réduits de moitié, afin de permettre l’élargissement de la place longeant le palais royal.

  • 19 L’art moderne, XXVII, 1907, 9, p. 66-67 ; 10, p. 76 (réponse d’Henri Maquet) ; 29, p. 227-228 ; 30 (...)

20Cette destruction d’un coin de nature en ville suscita une véritable levée de boucliers. Trois ans plus tard, Henri Maquet, l’architecte de Léopold II, voulut amputer une fois encore les bas-fonds, afin d’agrandir, selon le souhait du roi, la zone de recul devant la façade du palais royal ; Charles Buls publia alors une série d’articles de presse à ce sujet19.

  • 20 Smets M., Charles Buls. Les principes de l’art urbain, Liège, Mardaga, 1995 ; Fiori R., L’inventio (...)

21Ancien bourgmestre libéral de Bruxelles, celui-ci avait une vision totalement opposée à celle de Léopold II en matière d’urbanisme. Auteur d’une Esthétique des villes, publiée en 1893, il était partisan d’une transformation du tissu urbain selon une approche organique et esthétique, par réaction contre la monotonie technocratique et le caractère spéculatif des grands travaux de type haussmannien. Il se fit le défenseur d’un urbanisme pittoresque, respectueux du legs du passé, notamment médiéval, des villes20.

Illustration 3. – L’amputation des bas-fonds du parc central de Bruxelles et l’élargissement de la place longeant le palais royal.

Illustration 3. – L’amputation des bas-fonds du parc central de Bruxelles et l’élargissement de la place longeant le palais royal.

© Archives du Palais royal, Bruxelles, AF B 5461-1.

22L’ancien premier magistrat communal n’eut pas de mots assez durs pour condamner ce qu’il tenait pour des « attentats » contre les arbres et le patrimoine naturel. Il critiquait avec virulence le « vandalisme destructeur » des ingénieurs du ministère des Travaux publics, qu’il qualifiait de « Philistins ». Il s’en prit également à Henri Maquet, « cet architecte écouté en haut lieu, quoique belge », et aux responsables des grands travaux, peu indépendants face à l’autoritarisme et à la francophilie de Léopold II : « dans le monde où s’élaborent ces projets, il suffit que plans et architectes viennent de Paris pour qu’il n’y ait plus rien à répondre ». Selon Charles Buls, « nos anciennes promenades sont des legs du passé qui appartiennent aux Bruxellois et c’est un véritable abus du pouvoir que de leur enlever ce précieux héritage ».

23Au-delà des préoccupations d’ordre esthétique et environnemental, le combat acharné du pouvoir communal, de la presse et de l’opinion publique pour la défense de ce petit morceau de terrain hautement symbolique, menacé de destruction dans le cadre des travaux de modernisation de la ville, revêtait une signification sociale, mais surtout politique et même nationale.

La modification du relief et des paysages agrestes hérités de l’Ancien Régime

24Si les travaux de voirie provoquèrent la mutilation de parcs anciens, la création de nouveaux espaces verts publics entraîna, quant à elle, la destruction de paysages hérités de l’Ancien Régime, telles des pâtures et des cultures ou des vallées pittoresques situées dans les faubourgs de Bruxelles.

25L’aménagement des parcs paysagers de type haussmannien se faisait à grands frais de déblais et de remblais et ne tirait que très partiellement parti des dispositions naturelles du terrain, suscitant par là une modification profonde du paysage et du relief existants, avec toutes les conséquences environnementales que ce type de pratique pouvait entraîner.

  • 21 Sur cette revue, voir Chatelain F., Une revue catholique au tournant du siècle : Durendal 1894-191 (...)

26Comme en France sous le Second Empire, l’art des jardins publics à Bruxelles était en grande partie devenu le fait d’ingénieurs-jardiniers. L’auteur anonyme d’une brochure publiée par la revue démocrate-chrétienne Durendal21 déplore la disparition progressive des sites naturels et pittoresques qui entouraient autrefois l’agglomération urbaine, au profit d’un « paysage arrangé, artificiel, œuvre de volonté, création intégrale et directe dans toutes ses parties, sans caractère autre que son esthétique, sans signification autre que l’amusement des yeux, sans harmonie autre avec l’ambiance que ses dimensions ».

  • 22 Ranieri L., op. cit., p. 75-76 ; De Bruyn O., « Le parc Josaphat à Schaerbeek, “un coin délicieux (...)
  • 23 Aspects de la nature et de la cité, Bruxelles, Éditions de Durendal, 1907, p. 10-12.

27Il cite l’exemple de la vallée Josaphat, à Schaerbeek, aux portes de Bruxelles. Ponctuée de prairies, de fermes, de moulins, d’étangs et de jardins, celle-ci avait conservé, jusqu’au début du XXe siècle, un caractère champêtre et idyllique. Menacée de destruction dans le cadre de l’« haussmannisation » de la commune et de la spéculation immobilière dont celle-ci était accompagnée, elle fut sauvée de justesse et aménagée en parc communal à partir de 1904, grâce à l’assistance financière de Léopold II et à la pression qu’il exerça sur les autorités communales22. Ce qui n’empêcha nullement l’auteur de la brochure d’exprimer des regrets : « On en a fait un jardin anglais, une réclame d’horticulteur », écrivit-il23.

28Par son savoir et son habileté technique, l’ingénieur-jardinier, produit typique de la société issue de la révolution industrielle, avait toutes les capacités requises pour dompter la nature et lui imposer sa volonté.

La standardisation de l’art des jardins

  • 24 Limido L., L’art des jardins sous le Second Empire. Jean-Pierre Barillet-Deschamps (1824-1873), Se (...)
  • 25 Sur ce mouvement, voir Vereecken S., De beweging en het tijdschrift voor een nieuwe Belgische tuin (...)

29La version francisée du jardin anglais, autrement dit le jardin paysager tel que revisité, modernisé et rationalisé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées du Second Empire, et les savoir-faire spécifiques qui l’accompagnaient, comme l’art de la rocaille, bénéficièrent d’une grande reconnaissance à l’étranger et s’exportèrent jusque dans des contrées aux conditions climatiques et environnementales très différentes de celles de Paris, telles l’Andalousie, l’Égypte ou la Turquie24. Cette normalisation du style et ce côté passe-partout et universellement reproductible des modèles paysagers haussmanniens, qui s’accordaient très bien avec l’idée d’Empire et avec les aspirations impériales de Léopold II, suscitèrent en Belgique un sentiment de lassitude et un désir de profond changement. Celui-ci se cristallisa dans la création en 1913, soit seulement quelques années après la mort du monarque, d’une « association nationale pour la rénovation dans l’art des jardins », Le Nouveau Jardin Pittoresque25.

  • 26 Van Billoen A., Le Nouveau Jardin Pittoresque. Association Nationale pour la Rénovation dans l’Art (...)

30Le manifeste du mouvement exprime clairement la volonté de celui-ci de se démarquer des pratiques haussmanniennes en matière d’art des jardins. Il dénonce la banalité des parcs créés depuis une trentaine d’années, parcs « où l’on s’est contenté de donner au tracé des contours tourmentés, d’onduler légèrement les pelouses, de placer dans ces pelouses quelques plantes dites ornementales : conifères de luxe ou palmiers… » Les enjeux nationaux de la rénovation de l’art des jardins en Belgique sont mis en évidence : « il y a un véritable intérêt national à encourager la rénovation de l’esthétique des parcs et des jardins, qui doivent faire partie, à certains égards, du patrimoine artistique de la Nation26 ».

  • 27 Buyssens J., « Évolution de l’art des jardins depuis un siècle », Le Nouveau Jardin Pittoresque, a (...)

31Selon l’architecte-paysagiste Jules Buyssens, l’une des figures de proue de l’association, il s’agissait de favoriser « notre goût national pour plus de pittoresque, plus de couleur, plus de vie dans les jardins », comme il l’écrivit en 193127.

  • 28 Le Nouveau Jardin Pittoresque, 1re année, janvier-avril 1914, nos 1 et 2, p. 73.

32Sous l’influence du darwinisme et des travaux de géographie botanique des savants belges Charles Bommer et Jean Massart, professeurs à l’université de Bruxelles et respectivement membres du comité de patronage et du conseil de la nouvelle association28, l’adaptation au milieu et l’observation attentive des facteurs environnementaux étaient désormais prises en compte dans l’aménagement des jardins. Par ce biais, la Belgique – nation encore relativement jeune – avait désormais la possibilité de se démarquer de l’influence culturelle française prépondérante et de se forger une identité paysagère propre.

Le bouleversement du milieu par des plantations inadaptées

  • 29 Sur Louis Van der Swaelmen, voir « Les jardins de l’Exposition », Bruxelles-Exposition. Journal de (...)

33Élie Laîné étant atteint par la limite d’âge, c’est l’architecte-paysagiste belge Louis Van der Swaelmen29 qui fut désigné à l’instigation de Léopold II pour reprendre les travaux d’aménagement du parc de Woluwe, afin de les mener à leur aboutissement.

  • 30 AGR, fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 179, rapport du 19 novembre 1901 signé R (...)

34En 1901, le roi ayant manifesté le désir de voir garnir de plantations les rochers que Jean Chapelle était occupé à construire dans le nouveau parc, un ingénieur de l’Administration des Ponts et Chaussées dressa une liste de végétaux qui fut ensuite communiquée à Van der Swaelmen30. Sur la base de cette énumération, celui-ci fit une série d’observations critiques et exposa dans un rapport sa propre philosophie des plantations, en rupture avec les pratiques précédentes :

  • 31 AGR, fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 179, rapport du 16 décembre 1901.

« Tout d’abord, il y a à observer une règle générale, déduite d’une loi de la nature et que jamais le paysagiste ne peut enfreindre sous peine de tomber dans un non-sens et de créer une œuvre banale, hétéroclite et contre nature. C’est la loi de l’habitat naturel des plantes. La dendrologie et l’enseignement de la botanique apprennent que tout végétal naît et croît spontanément dans le milieu de prédilection où tout est approprié à ses besoins. De là est venue pour le paysagiste cette règle qui l’oblige de mettre les plantes qu’il emploie, autant que faire se peut, dans les mêmes conditions de vie que celles du lieu originaire où ces plantes croissent spontanément31. »

  • 32 Sur les notions d’acclimatation et de naturalisation des plantes, dont l’émergence remonte à la fi (...)

35Ainsi, pour garnir les enrochements, il considérait que les plantes rares ou ornementales n’étaient pas appropriées et que seules les plantes dites rupestres pouvaient convenir. Si le recours aux plantes exotiques, très caractéristique de l’art des jardins sous Napoléon III et sous Léopold II, dont il reflétait les visées impériales et coloniales32, n’était pas exclu par Van der Swaelmen, celui-ci révolutionna néanmoins l’art de la plantation des jardins ; il se démarqua nettement des pratiques purement esthétisantes des ingénieurs et des paysagistes de la tradition haussmannienne, qui répondaient aux aspirations d’une riche bourgeoisie nouvelle en quête d’exotisme, de raretés botaniques et d’effets spectaculaires.

  • 33 Van Billoen A., op. cit., p. 15-16.
  • 34 Pynaert L., « L’évolution de l’Art des Jardins », Le Jardin d’Agrément, 9e année, no 10, octobre 1 (...)

36La réflexion de l’architecte-paysagiste belge concernant l’action du milieu sur la végétation, contemporaine des recherches de Jean Massart dans le domaine de l’éthologie végétale et de la géographie botanique, conduirait plus tard les fondateurs du Nouveau Jardin Pittoresque, parmi lesquels l’architecte-paysagiste Louis Van der Swaelmen fils, à franchir un cap supplémentaire ; ils prônèrent l’aménagement, au sein de chaque jardin, d’un « coin de nature indigène », constitué de petites stations végétales reproduisant les conditions caractéristiques des différentes régions de la Belgique (sables des dunes, marais de Campine, tourbières fangeuses de la haute Ardenne, roches calcaires du bassin de la Meuse…) avec leur flore caractéristique33. Ce concept de « régionalisme des végétaux34 » et ce « culte de la végétation indigène », qui prendraient un développement considérable dans l’entre-deux-guerres, n’étaient pas dénués de connotations nationalistes.

*

37À la fin du règne de Léopold II et dans les décennies qui suivirent sa mort, l’« haussmannisation » de Bruxelles entreprise à son initiative fit l’objet de nombreuses critiques, comme nous l’avons vu. Ces réactions étaient réunies sous un dénominateur commun : celui de l’identité nationale.

38Par le biais de sa politique de grands travaux et dans un élan de chauvinisme visionnaire, le monarque a cherché à hisser Bruxelles au rang des grandes capitales européennes. Toutefois, il n’a pas encouragé l’émergence d’une identité paysagère nationale : il a dédaigné les savoir-faire locaux ; il n’a pas contribué à la définition d’un style spécifiquement belge de l’art des jardins ; enfin, il s’est montré peu respectueux de l’esprit du lieu et du patrimoine naturel et paysager hérité du Moyen Âge et de l’Ancien Régime. À une époque où l’affirmation du sentiment national était un élément de première importance, cette attitude ne pouvait pas manquer de lui être reprochée.

  • 35 Dujardin V. et alii (dir.), Léopold II entre génie et gêne. Politique étrangère et colonisation, o (...)

39Et aujourd’hui ? Si la politique étrangère et coloniale de Léopold II suscite un sentiment de malaise voire de « gêne35 », l’opinion publique et l’historiographie jugent en général très positivement son œuvre urbanistique et paysagère.

  • 36 Déjà en 1957, un buste du souverain, œuvre du sculpteur Thomas Vinçotte, était placé dans le parc (...)

40Le temps a progressivement adouci et embelli l’image paysagère de Léopold II36 : les plantations se sont développées et la végétation, ce matériau vivant, a atténué le caractère standardisé des parcs ; la flore indigène a repris partiellement ses droits, grâce à une politique d’entretien et de restauration soucieuse d’intégrer le facteur « biodiversité » ; le souvenir des paysages détruits s’est estompé de la mémoire collective ; et la présence d’espaces verts publics répond à un besoin criant au sein d’une agglomération comptant près d’un million deux cent mille habitants. Enfin, les attentes identitaires ont connu une évolution par rapport à ce qu’elles étaient dans la première moitié du XXe siècle : en effet, les identités régionales se sont renforcées au détriment du sentiment national et les avenues plantées et les parcs publics de l’époque de Léopold II constituent des éléments forts de l’identité régionale bruxelloise.

Notes

1 Cet article est issu partiellement d’une étude réalisée pour le compte de Bruxelles Environnement (Institut bruxellois pour la Gestion de l’Environnement).

2 Archives du Palais royal (Bruxelles), fonds Goffinet, notes du journal intime du duc de Brabant lors de son voyage à Bad Gastein, 1861, feuillets 8 et 9. Cf. Janssens G. et Stengers J. (dir.), Nouveaux regards sur Léopold Ier & Léopold II. Fonds d’Archives Goffinet, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1997, p. 221, no 9.

3 Balace F., « Krieg im Sicht (1904-1908). Le mythe d’un roi francophile », dans Dujardin V. et alii (dir.), Léopold II entre génie et gêne. Politique étrangère et colonisation, Bruxelles, Racine, 2009, p. 130.

4 Zitouni B., Agglomérer. Une anatomie de l’extension bruxelloise (1828-1915), Bruxelles, VUBPRESS, 2010, p. 283-293.

5 Farge A., « Paris XVIIIe siècle : le paysage qu’on aperçoit à travers les archives », Les Cahiers de l’École de Blois, no 10, Lire le paysage, mars 2012, p. 43 : « Le XIXe siècle tranchera au cœur de cette osmose [entre l’homme et le paysage], découpant l’espace à la hache, nettoyant les égouts qu’il compare aux prostituées, docilisant les rues et les passants, confondant la boue et le crime. »

6 Zitouni B., op. cit., p. 221. Comme le montre Hélène Schmutz dans un article du présent volume, le même phénomène d’embourgeoisement peut être observé actuellement à Los Angeles, où la revitalisation du fleuve entreprise par la commune, notamment par la création de parcs adjacents, entraîne une augmentation des prix de l’immobilier et une modification profonde de la composition socio-culturelle des quartiers riverains.

7 Sur la création de l’avenue de Tervueren et du parc de Woluwe, voir Ranieri L., Léopold II urbaniste, Bruxelles, Hayez, 1973, p. 77-98 ; Temmerman C., Huart T. (d’), 1897-1997. Les 100 ans de l’avenue de Tervueren, Bruxelles, Fonds du patrimoine de Woluwe-Saint-Pierre, 1997.

8 Nourry L. M., « Du parc urbain aux espaces verts », Fourcaut A. (dir.), La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question. France XVIIIe-XXe siècles, Grâne, Créaphis, 1996, p. 256-267.

9 Service Public Fédéral Finances, Administration générale de la Documentation patrimoniale, Archives du Cadastre, Région de Bruxelles-Capitale, Commune de Woluwe-Saint-Pierre, matrice cadastrale, article 12 ; Archives du CPAS de la Ville de Bruxelles, Fonds conseil des hospices et secours, Propriétés, Cessions, dossier « Cessions pour la création de l’avenue de Tervueren » ; Ville de Bruxelles. Bulletin communal, 1895, t. II, compte rendu de la séance du 7 octobre 1895, p. 194-195 ; 1898, t. II, compte rendu de la séance du 1er août 1898, p. 8.

10 Archives générales du Royaume (Bruxelles), fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 168.

11 Sur les fonctions et usages sociaux du parc public de Forest, également créé à l’initiative de Léopold II, voir Billen C., « Du projet urbanistique idéal aux réalités de terrain. Le cas exemplaire du parc de Saint-Gilles-Forest dans l’agglomération bruxelloise », dans Jaumain S. et Linteau P.-A. (dir.), Vivre en ville. Bruxelles et Montréal aux XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Peter Lang, 2006, p. 203-216. Pour une approche sociologique du parc des Buttes-Chaumont, voir Clavel M., « Un ailleurs au sein de la ville. Le parc des Buttes-Chaumont », Ethnologie française, vol. XL, 2010, fasc. 4, p. 609-621.

12 « Léopold II amateur de jardins et de fleurs », La tribune horticole, no 194, 12 mars 1910, p. 161.

13 Voir à ce sujet le chapitre de Marie Fournier et Nicolas Holleville dans le présent ouvrage.

14 Ranieri L., op. cit., p. 88.

15 Sur Élie Laîné, voir Lombaerde P., en collaboration avec Gobyn R., Léopold II roi-bâtisseur, Gand, Pandora-Snoeck, 1995, index ; Sinclair J., « Looking for Monsieur Lainé », Historic Gardens Review, no 29, octobre 2013, p. 11-15. Sur Jean Chapelle, voir Archives générales du Royaume (désormais AGR), fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 168 ; 171.

16 Racine M., Jardins « au naturel ». Rocailles, grotesques et art rustique. Essai, Arles, Actes Sud, 2001, p. 82-90.

17 AGR, fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 169, lettre du 19 mars 1901 signée Florimond Merx.

18 AGR, fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 168.

19 L’art moderne, XXVII, 1907, 9, p. 66-67 ; 10, p. 76 (réponse d’Henri Maquet) ; 29, p. 227-228 ; 30, p. 233-235 ; XXVIII, 1908, 44, p. 348-349 ; voir également Archives de la Ville de Bruxelles, Papiers Charles Buls, farde 18. Sur l’histoire du parc de Bruxelles, voir Duquenne X., Le parc de Bruxelles, Bruxelles, CFC Éd., 1993 ; Lombaerde P., « Le parc et les jardins », dans Heymans V. (dir.), Le palais du Coudenberg à Bruxelles. Du château médiéval au site archéologique, Bruxelles, Mardaga, 2014, p. 191-215. Sur le palais royal, voir Ranieri L., op. cit., p. 155-184.

20 Smets M., Charles Buls. Les principes de l’art urbain, Liège, Mardaga, 1995 ; Fiori R., L’invention du vieux Paris. Naissance d’une conscience patrimoniale dans la capitale, Wavre, Mardaga, 2012, p. 238-241.

21 Sur cette revue, voir Chatelain F., Une revue catholique au tournant du siècle : Durendal 1894-1919, Bruxelles, ARLLF, 1983.

22 Ranieri L., op. cit., p. 75-76 ; De Bruyn O., « Le parc Josaphat à Schaerbeek, “un coin délicieux de campagne au milieu de la ville” », Les Nouvelles du Patrimoine, no 133, octobre-décembre 2011, p. 50-53.

23 Aspects de la nature et de la cité, Bruxelles, Éditions de Durendal, 1907, p. 10-12.

24 Limido L., L’art des jardins sous le Second Empire. Jean-Pierre Barillet-Deschamps (1824-1873), Seyssel, Champ Vallon, 2002, p. 167-215.

25 Sur ce mouvement, voir Vereecken S., De beweging en het tijdschrift voor een nieuwe Belgische tuin ‘Le Nouveau Jardin Pittoresque’ 1913-1940, mémoire de licence, Universiteit Gent, Année académique 2001-2002 ; Notteboom B., ‘Ouvrons les yeux !’. Stedenbouw en beeldvorming van het landschap in België 1890-1940. Proefschrift ingediend tot het behalen van de graad van Doctor in de Stedenbouw en de Ruimtelijke Planning, Universiteit Gent, Année académique 2008-2009, Gand, 2009, p. 403-439.

26 Van Billoen A., Le Nouveau Jardin Pittoresque. Association Nationale pour la Rénovation dans l’Art des Jardins. Son programme, Bruxelles, Havermans, 1913, p. 6, 8.

27 Buyssens J., « Évolution de l’art des jardins depuis un siècle », Le Nouveau Jardin Pittoresque, automne 1931, p. 124.

28 Le Nouveau Jardin Pittoresque, 1re année, janvier-avril 1914, nos 1 et 2, p. 73.

29 Sur Louis Van der Swaelmen, voir « Les jardins de l’Exposition », Bruxelles-Exposition. Journal de l’Exposition universelle et internationale de Bruxelles 1910, 2e année, fasc. 12, octobre 1909, p. 123-124 ; Bibliothèque de La Cambre (Bruxelles), fonds Louis Van der Swaelmen, notice biographique ; Stynen H., Urbanisme et société. Louis Van der Swaelmen (1883-1929), animateur du mouvement moderne en Belgique, Bruxelles-Liège, Mardaga, 1979, p. 10-12.

30 AGR, fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 179, rapport du 19 novembre 1901 signé Rycx.

31 AGR, fonds Administration des Ponts et Chaussées. Routes, 179, rapport du 16 décembre 1901.

32 Sur les notions d’acclimatation et de naturalisation des plantes, dont l’émergence remonte à la fin du XVIIIe siècle et est liée au contexte de la colonisation, voir le chapitre de Jean-Yves Puyo dans le présent volume.

33 Van Billoen A., op. cit., p. 15-16.

34 Pynaert L., « L’évolution de l’Art des Jardins », Le Jardin d’Agrément, 9e année, no 10, octobre 1930, p. 148.

35 Dujardin V. et alii (dir.), Léopold II entre génie et gêne. Politique étrangère et colonisation, op. cit.

36 Déjà en 1957, un buste du souverain, œuvre du sculpteur Thomas Vinçotte, était placé dans le parc Duden, à Forest, avec l’inscription suivante : « Au roi Léopold II bienfaiteur des parcs publics. »

Table des illustrations

Titre Illustration 1. – Le parc de Woluwe.
Légende Gromort G., L’art des jardins, t. II, Paris, 1934, pl. CXXX © Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Illustration 2. – L’avenue de Tervueren.
Légende Gromort G., L’art des jardins, t. II, Paris, 1934, pl. CXXX © Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44458/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Illustration 3. – L’amputation des bas-fonds du parc central de Bruxelles et l’élargissement de la place longeant le palais royal.
Légende © Archives du Palais royal, Bruxelles, AF B 5461-1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44458/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Auteur

Docteur en Histoire ancienne, s’est spécialisée dans l’histoire des jardins sur la longue durée. Actuellement consultante dans le domaine de la restauration des parcs et jardins historiques, elle est membre du réseau interdisciplinaire d’Histoire de l’Environnement HEnRI, soutenu par le Fonds de la recherche scientifique belge.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540