Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Aménagement et environnement

 | 
Patrick Fournier
, 
Geneviève Massard-Guilbaud

Deuxième partie. Endiguer, canaliser : le cours d'eau, vecteur des aménagements territoriaux

Les conséquences écologiques et sociales de l’aménagement de la Reyssouze dans l’Ain (années 1850-années 2000)

Alexandre Brun, Hervé Caltran, Stéphane Coursière and Stéphane Frioux

Full text

  • 1 Frioux S., « Environmental history of water resources », Agnoletti M. et Neri Serneri S. (ed.), Th (...)
  • 2 Elle s’inscrit dans le prolongement du programme IDEAUX issu de l’appel à projet « Eaux et territo (...)

1Les cours d’eau ont fait l’objet d’importants aménagements au cours des deux derniers siècles. En effet, qu’il s’agisse de déviations ou de barrages au fil de l’eau pour alimenter des usines hydroélectriques, de comblements ou de couvertures pour raisons sanitaires et urbanistiques, de pompages pour l’irrigation, les écosystèmes aquatiques ont été largement modifiées par l’action des sociétés, tout comme les droits d’usage qui les touchaient1. Cette contribution présente les étapes de l’aménagement du bassin-versant de la Reyssouze en se focalisant sur la période postérieure à 19452. La Reyssouze est une petite rivière de plaine située dans le département de l’Ain. Elle traverse des territoires ruraux, excepté Bourg-en-Bresse.

  • 3 Hervé Caltran, l’un des auteurs, a été directeur du syndicat de la Reyssouze entre 1998 et 2005. I (...)

2Issue d’une collaboration interdisciplinaire, elle repose principalement sur des visites de sites effectuées en 2013, des témoignages recueillis auprès des pouvoirs locaux et des usagers lors d’entretiens (en 2003 puis en 2013) ainsi que sur l’exploitation des archives départementales de l’Ain et des archives du syndicat intercommunal d’entretien et d’aménagement de la Reyssouze (registres de délibération du syndicat, plans d’études élaborés par les services de l’État, plans de récolement des entreprises retenues pour l’exécution des travaux)3. Au moyen de ce croisement de sources et de méthodologies, nous reviendrons sur les motivations « aménagistes » tout en examinant les conséquences écologiques et, en corollaire, sociales, des travaux réalisés.

La Reyssouze : un cours d’eau bressan à faible pente, au tracé modifié

3La Reyssouze draine un bassin-versant de 475 km², principalement rural. D’importants travaux d’hydraulique agricole destinés à drainer des zones humides et à limiter l’effet des crues y ont été menés au cours des cinquante dernières années, comme sur la Veyle et la Chalaronne voisines. La restructuration du système agraire, encouragée par la politique agricole commune européenne, s’est traduite par la disparition du bocage bressan au profit de vastes parcelles (maïs, colza, céréales). À Bourg-en-Bresse, la rivière a été également aménagée dans les années 1950 afin de limiter l’exposition de nouveaux quartiers d’habitation au risque d’inondation. La rivière a été canalisée, voire enterrée, tout en restant l’exutoire d’un assainissement municipal tardivement entré dans l’ère moderne et périodiquement défaillant.

  • 4 Arch. dép. Ain (désormais : ADA), 498W 32.

4Le tracé et le profil en travers du réseau hydrographique ont été modifiés lors de la mise en œuvre d’un programme de travaux exécutés à partir des années 1960, suite à la création d’un syndicat de curage en 19564. L’avènement du modèle agricole productiviste et le développement urbain ont par la suite incité les municipalités du bassin à prolonger, dans les années 1980 et 1990, ce programme supervisé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. Ces travaux étaient jugés impératifs au début des « Trente Glorieuses ». Mais ils constituent rétrospectivement l’un des principaux obstacles au bon état écologique des eaux car la qualité des milieux aquatiques ne peut franchir de palier supplémentaire qu’à la condition de « renaturer » des secteurs autrefois curés à grands frais. Les problèmes hydrauliques dans l’agglomération burgienne n’ont de surcroît pas été définitivement réglés et de nouveaux problèmes sont survenus (envasement, espèces invasives). Après les travaux, la Reyssouze s’est aussi révélée moins attractive aux plans paysager et récréatif. À l’inverse, les plans d’eau artificiels situés en lit majeur ont vu leur fréquentation augmenter…

  • 5 ADA, 7S 10, Rapport sur les cours d’eau du département de l’Ain, s. d., [1848 ?].

5Le bassin-versant de la Reyssouze est dominé à l’est par le massif du Revermont. À l’ouest, il est délimité par la Dombes et la vallée de la Veyle. Il est soumis à un climat continental mêlé d’influences océaniques. Les minima de pluviométrie sont observés en juillet et février et les maxima en août et en novembre. Les vents du sud apportent les pluies les plus abondantes de mai à novembre, parfois sous la forme d’averses « méditerranéennes ». La Reyssouze possède un régime de type pluvial avec des hautes eaux hivernales. Les débits d’étiage, de juin à septembre, sont relativement faibles. La Reyssouze traverse la Bresse dans le département de l’Ain. Elle prend sa source dans le village de Journans à 285 m d’altitude. Elle se jette dans la Saône (rive gauche) à Pont-de-Vaux, à l’altitude de 169 m. La pente du cours d’eau est donc faible, ce dont avaient nettement conscience les ingénieurs du XIXe siècle : 4 ‰ en amont de Bourg-en-Bresse, 1 ‰ sur le cours moyen entre Bourg-en-Bresse et Saint-Julien-sur-Reyssouze puis 0,6 ‰ sur la basse Reyssouze de Saint-Julien-sur-Reyssouze à Pont-de-Vaux en Val de Saône5.

  • 6 Burgeap, Étude globale de la Reyssouze et ses affluents, Syndicat Intercommunal d’Aménagement et d (...)
  • 7 Les moulins ont subi une double évolution. Tout d’abord au niveau de leur propriété puisqu’ils son (...)
  • 8 ADA, 7S 10, Liste des usines et moulins sur la rivière de Reyssouze depuis sa source à Journans ju (...)

6Cette rivière méandriforme typique des rivières de plaine a été aménagée sur tout son cours. On y observe en particulier des dérivations destinées à alimenter des moulins. La première mention d’un moulin concerne celui de Corcelles à Gorrevod, dans le cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon (1074-1096). À Bourg-en-Bresse, les premières traces datent du XIIIe siècle6. Il s’agit de moulins au fil de l’eau : la rivière passe sous le moulin. Le contrôle du débit et du niveau d’eau se fait en amont immédiat du moulin, par un ouvrage de décharge constitué d’un déversoir et d’empellements, c’est-à-dire de portes que l’on ouvre ou ferme selon les besoins. L’eau du bief de décharge rejoint le cours de la rivière en aval du moulin7. Trente-neuf moulins ont été implantés sur le cours d’eau, créant autant de biefs. Ces aménagements à des fins industrielles et commerciales ont modifié le tracé du cours d’eau principal8. La rivière est désormais fréquemment « perchée » dans un lit aménagé à l’écart de son ancien lit naturel. Nombre de parcelles agricoles se situent donc aujourd’hui au-dessous du niveau du cours d’eau. Les seuils placés en amont des moulins et les ouvrages d’art ont, en outre, modifié l’écoulement des eaux. Un système hydraulique complexe, composé de « mortes », de fossés d’irrigation ou de drainage régulièrement en eau y compris hors des périodes de crues, a été entretenu par l’homme.

7L’aménagement de la rivière et dans une moindre mesure de ses affluents relève d’un processus très progressif à l’origine d’un « éco-socio-système » en équilibre jusqu’au début du XXe siècle. C’est surtout à partir des années 1950 que les moulins, concurrencés par de nouveaux modes de production, ont vu leur activité s’effondrer. Vingt-sept d’entre eux existent encore mais l’économie s’est détournée de la rivière. Trente ans après le moulin de Haute-Serve à Chavannes-sur-Reyssouze en 1971, le moulin du Sougey à Cras-sur-Reyssouze a cessé son activité en 2005. À Bourg-en-Bresse, le moulin des Blanchisseries a ainsi été détruit lors de la création de la zone industrielle. Là où ils subsistent, les bâtiments des moulins ont été transformés en résidences principales ou secondaires. D’autres jouent un rôle pédagogique (moulins de Césille et Bruno à Jayat, celui de Veyriat à Lescheroux) ou purement hydraulique en conservant un niveau d’eau relativement constant dans les biefs grâce à des seuils rénovés et des vannes automatisées. L’abandon des lavoirs, des scieries, de la meunerie puis des petites turbines hydroélectriques a laissé aux seuls agriculteurs, derniers utilisateurs de la Reyssouze, la légitimité politique de son entretien et de sa gestion. De son côté, la ville de Bourg-en-Bresse n’a eu d’autre ambition, après les inondations des années 1950, que de s’en protéger et de l’assainir. Il s’agissait pour la municipalité d’urbaniser des secteurs jadis considérés comme inconstructibles, à l’exemple du quartier d’habitations de la « Reyssouze ».

L’héritage du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle

  • 9 Ardouin-Dumazet V., Voyage en France. 8e série : Le Rhône, du Léman à la mer, Paris-Nancy, Berger- (...)

8La Bresse était une région humide. L’habitat y était dispersé, relié par de nombreux chemins ruraux, souvent impraticables en période de pluie et rendus carrossables seulement à partir des années 1850. La région est donc restée relativement fermée sur elle-même, ce qui explique en partie le maintien d’une agriculture traditionnelle pendant de longues années9. Entrer dans la modernité, pour les ingénieurs de l’État et pour les chefs de file de l’agriculture bressane, passait notamment par le drainage des terres humides et la maîtrise des inondations.

  • 10 Statistique générale de la France, op. cit.
  • 11 ADA, 7S 25, copie manuscrite des délibérations de plusieurs séances du conseil municipal (1840-184 (...)
  • 12 ADA, 7S 624.
  • 13 Le Lay Y. et Permingeat F., « Spécificité territoriale et petits arrangements avec la loi : la pla (...)

9En 1784, la société d’émulation de Bourg-en-Bresse avait primé un projet visant à rendre navigables la Reyssouze, la Veyle, la Chalaronne et le Suran, tous décrits comme insuffisamment larges et profonds. Dès le début du XIXe siècle, les agriculteurs se plaignaient des « inondations qui gâtent le fourrage des belles prairies10 ». La question ne cesse de revenir, au fil des écrits d’ingénieurs et des plaintes d’acteurs divers. En 1840-1841, le conseil municipal de Bourg se réunit plusieurs fois et stimule la production de rapports spécialisés11. Suite aux crues de 1856 (et alors que la mémoire de celles de 1840-1841 était encore présente), les services des Ponts et Chaussées revoient l’ensemble des droits d’eau des moulins de la Reyssouze et imposent l’élargissement des empellements pour faciliter l’évacuation des crues. Un premier syndicat de curage est constitué à l’initiative de l’autorité préfectorale, sans grand succès si l’on en croit la répétition des arrêtés et les rapports d’ingénieurs12. Les coûts d’aménagement sont alors à la charge des propriétaires riverains, et comme souvent ailleurs ces derniers s’arrangent avec l’obligation d’entretien des cours d’eau non domaniaux13.

  • 14 Cler-Garçon P., « Bourg-en-Bresse. Étude urbaine », Les études Rhodaniennes, volume 9, no 3, 1933, (...)
  • 15 ADA, 7S 624, rapports d’ingénieurs, 13 janvier 1905, 13 mai 1912, 12 septembre 1927.
  • 16 Ibid., rapport de l’ingénieur subdivisionnaire, 15 décembre 1932.

10Les intérêts urbains ne convergent pas non plus avec ceux des communes rurales. Les premiers travaux d’assèchement des marais burgiens ont été réalisés sous Louis XV, permettant à la ville de s’étendre progressivement vers la rivière qu’elle a rejointe au XIXe siècle. Elle s’est ensuite développée vers le plateau (1860-1870) avec la création de la gare, en 1857, qui favorisa l’essor de ce nouveau pôle et entraîna la mutation des faubourgs agricoles et un doublement de la superficie de l’ancienne ville14. Les travaux d’assainissement réalisés en 1892 modifient légèrement la Reyssouze dans les premiers kilomètres de son cours en aval de Bourg, sur la commune de Viriat. Divers propriétaires y trouvent un prétexte pour refuser d’effectuer les travaux de curage prescrits par les arrêtés préfectoraux15. Au tournant des années 1920 et 1930, le maire de Viriat doit négocier avec son homologue de la ville amont la contribution de celle-ci pour financer des travaux de curage que les riverains jugent nécessaires à cause de l’envasement produit par les matières issues du collecteur. Plus en aval, les inondations continuent à se produire dans les communes d’Attignat, Craz, Malafretaz, Montrevel, Foissiat et Jayat16.

11Avant la Seconde Guerre mondiale (1936), Alphonse Digue, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, imagine la création d’un lac d’écrêtage des crues en aval de Bourg-en-Bresse. Après la guerre, pour limiter les crues et assainir les terres, Amédée Mercier, maire de Bourg-en-Bresse, et l’ingénieur en chef Henri Dollet reprennent le projet. Le 23 novembre 1951, le conseil municipal décide de creuser un canal de dérivation. Son tracé en deux branches (canal de l’Oise et bras de Challes) reprend l’ancien lit de la Reyssouze, comblé par des siècles d’abandon et le détournement du cours d’eau dans la ville pour l’aménagement des moulins. Les travaux, achevés en 1958, ont ainsi permis le développement des quartiers de la « Reyssouze » et de la « Croix-Blanche ». La création du syndicat de la Reyssouze n’a pas fondamentalement changé la stratégie burgienne sur le plan hydraulique. L’activité du syndicat s’est cantonnée au milieu rural. Les interventions dans l’agglomération burgienne ont été très limitées : curage entre le Pont-des-Chèvres et le hameau de Majornas (commune de Viriat), curage et aménagement du Parc des Baudières, aménagement d’un chemin piéton et gestion de quelques vannes défaillantes. La représentation dans le syndicat était d’ailleurs majoritairement agricole jusque dans les années 1990.

Le syndicat de la Reyssouze et les aménagements sous couvert de l’intérêt agricole

12La création du syndicat de la Reyssouze était destinée à faciliter la mise en œuvre d’un programme du curage du réseau hydrographique, dans un contexte de forte mutation des activités riveraines. C’est entre les années 1960 et 1980 que l’agriculture bressane s’est modernisée. En raison de la mise en œuvre de la première politique agricole commune, les rendements ont rapidement augmenté. Un réseau coopératif très fort a incité les exploitations agricoles à s’engager dans la voie de la modernisation. La généralisation de la culture de maïs hybride, présenté par les agronomes comme plus résistant, le développement des élevages industriels (poulets, porcs), et, enfin, la multiplication des élevages bovins pour la viande (aux dépens de l’élevage laitier) expliquent cette transformation.

  • 17 Syndicat de la Reyssouze, Dossier sommaire de candidature du deuxième contrat de rivière, 2007, 59 (...)

13Sur tout le bassin de la Reyssouze, des parcelles cultivées de plus en plus vastes ont remplacé le bocage au fil des remembrements, sauf dans certains secteurs encore traditionnellement voués à l’élevage extensif (Chavannes-sur-Reyssouze par exemple) et en Val de Saône, où les prairies communales sont encore très fréquemment inondées (communes de Reyssouze et Pont-de-Vaux). Les surfaces enherbées ont fortement diminué (de 32 % depuis 1988) en raison des crises successives du lait et de la viande bovine, de la pénibilité du métier d’éleveur, et, plus globalement, à cause de la faible rentabilité des exploitations encore tournées vers la polyculture et l’élevage. Les gros groupes de collecte laitière ont fini par se regrouper (deux groupes subsistent) et sous leur pression, l’activité laitière continue de s’industrialiser. À l’opposé, les quelques coopératives laitières indépendantes travaillent en réseau, incitant leurs membres à retourner vers une agriculture plus traditionnelle (demande d’AOC pour le beurre et la crème, en plus de l’AOC poulet de Bresse). Les élevages industriels ont également accéléré la disparition des prairies car ils exigent d’importants volumes de maïs ensilé. Les surfaces labourables ont beaucoup augmenté, en particulier de Viriat à Malafretaz et de Servignat à Lescheroux17. L’examen du recensement général agricole de 2010, comparé aux précédents, montre que cette tendance s’accentue dans certaines communes, comme Saint-Étienne-sur-Reyssouze, depuis 2000.

  • 18 Archives du syndicat de la Reyssouze (désormais : ASR), carton « Élargissement et rectification de (...)

14Des subventions de la chambre départementale d’agriculture, des aides à l’emprunt ou encore l’assistance technique de l’État avaient pour objectif de limiter la durée de submersion des terres agricoles et d’assainir les zones humides pour les exploiter. Aussi, en 2000, les surfaces drainées représentaient 19 % de la surface agricole utilisée du bassin-versant (contre 9 % en 1988 et 3 % en 1979). Près de 80 % des surfaces drainées – pour certaines d’entre elles également irriguées – sont distantes de moins de 200 mètres de la Reyssouze ou de ses affluents. Ces aménagements ruraux voulus par le syndicalisme agricole bressan, soutenus par des coopératives influentes et encouragés par les pouvoirs publics ont été accompagnés de programmes de travaux hydrauliques. L’objectif des ingénieurs et des notables locaux était alors de faciliter l’écoulement des eaux en cas de crue tout en évitant que les terres et les prairies ne soient submergées, ce qui était régulièrement le cas depuis au moins un siècle18. Au milieu des années 1950, face à l’envasement et à l’encombrement du lit de la Reyssouze, le préfet a créé un syndicat intercommunal d’aménagement et d’entretien de la Reyssouze (aujourd’hui syndicat du bassin-versant de la Reyssouze). Cette décision s’est appuyée sur les projets préparés depuis 1951 par les ingénieurs du Génie rural et des Ponts et Chaussées. La présidence du syndicat a été confiée à Amédée Mercier, fils de meunier et maire de Bourg.

  • 19 Ibid.
  • 20 ADA, 498W 32, Lettre de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à l’ingénieur en chef du Génie (...)

15Le syndicat regroupait au départ les communes riveraines de la Reyssouze de Pont-de-Vaux à Bourg-en-Bresse et avait pour objectif de procéder au curage de la rivière : ville et campagne partageaient donc le même objectif. Les moulins, le manque d’entretien de la rivière et de sa ripisylve étaient désignés comme les principales causes des inondations. Dans le contexte de mutation de l’agriculture bressane, l’objectif prioritaire et affiché comme tel était de protéger les parcelles riveraines des crues de la Reyssouze, afin d’augmenter les rendements19. C’était d’ailleurs le motif exposé dans les dossiers de demandes de subventions publiques faites au ministère de l’Agriculture et au département de l’Ain. Mais il s’agissait également de réduire les conséquences des inondations dans la ville chef-lieu en favorisant l’écoulement des eaux. Les travaux, commencés à Bourg-en-Bresse avant même l’année 1956, se sont échelonnés jusqu’aux années 199020.

16Le premier programme, financé initialement par le conseil général, le ministère de l’Agriculture, la Caisse des Dépôts et le Crédit Agricole, comportait six tranches mises en œuvre entre 1956 et 1974. La première, de 1957 à 1959, a consisté à curer le lit du cours d’eau sur vingt-sept kilomètres à l’aval de Bourg-en-Bresse, de Viriat à Foissiat. La seconde tranche (1959-1961) a concerné le secteur aval suivant, de Foissiat à Saint-Jean-sur-Reyssouze et la troisième (1961 à 1964) allait de Saint-Jean-sur-Reyssouze à Pont-de-Vaux. Il fallait évacuer plus efficacement les eaux de la Reyssouze vers la Saône, c’est pourquoi les actions ont été prioritairement prévues pour l’aval de Bourg-en-Bresse. À partir de 1964, la programmation des travaux a été orientée vers l’amont immédiat de Bourg-en-Bresse (quatrième tranche). En 1967, les affluents et les biefs inscrits sur la carte d’état major au 1/25 000e étaient désormais de la compétence du syndicat. Les conditions étaient alors réunies pour que la cinquième puis la sixième tranches de travaux aient pour objet le chevelu hydrographique le plus fin (voir cahier couleur, fig. 6, Secteurs et grandes phases de travaux sur la Reyssouze, 1956-1974).

Doc. 1. – Coupe transversale du lit de la Reyssouze. Extrait du dossier de consultation des entreprises (1957) et engin de curage.

Doc. 1. – Coupe transversale du lit de la Reyssouze. Extrait du dossier de consultation des entreprises (1957) et engin de curage.

Source : archives du Syndicat de la Reyssouze.

  • 21 ASR. Les ingénieurs du ministère de l’Agriculture proposaient une solution plus radicale : la supp (...)

17Ce programme de longue haleine n’a cependant pas répondu aux objectifs des pouvoirs locaux. À son issue, une étude hydraulique a conclu qu’il ne suffisait pas de curer la rivière pour se prémunir des inondations : les vannages, mal entretenus, provoquaient l’accumulation d’embâcles empêchant l’écoulement des eaux. Il convenait donc d’élargir les vannes et, le cas échéant, de les automatiser21. L’étude soulignait également que l’évolution de l’occupation des sols à l’échelle du bassin-versant (drainage des terres cultivées, imperméabilisation croissante…) nécessitait une approche globale. Ces principes ont été repris en 1973 lors de l’élaboration d’un schéma d’aménagement des eaux du bassin. Dix ans plus tard, un deuxième curage a été effectué (1982-1986) et, en 1984, une trentaine de vannages ont été équipés à l’initiative du nouveau président du syndicat, Jean-Paul Morel. Lors de la seconde campagne de curage, la pelle mécanique avec un bras d’une quinzaine de mètres de long a été utilisée afin de travailler à partir d’une seule berge ; cela a limité les dégâts sur la végétation rivulaire. D’autres méandres ont cependant été coupés.

  • 22 Aquascope, Étude des phénomènes d’eutrophisation sur la Reyssouze, SIAERA, 1996, 120 p. ; Epteau, (...)
  • 23 Source : entretiens en 2013 auprès des acteurs locaux.
  • 24 Cf. infra, Conséquences écologiques des aménagements.

18Au terme de trente années d’activité, principalement axée sur le curage du réseau hydrographique, le bilan écologique est médiocre22. Cette politique d’aménagement met aujourd’hui les pouvoirs publics dans l’embarras, malgré un premier contrat de rivière achevé. Les contrats de rivière ont été mis en place par les pouvoirs publics français en 1981, à la suite des opérations « Rivières propres », pour lutter contre les pollutions, prévenir le risque inondation et sensibiliser les usagers de l’eau. C’est l’un des dispositifs les plus anciens dans le champ des contrats environnementaux en Europe. En raison de la décentralisation et du renforcement de la coopération intercommunale, les contrats ont connu un relatif succès auprès des collectivités locales, en particulier dans le bassin du Rhône où l’on compte 150 contrats de rivière. Parmi eux, le contrat de la Reyssouze, mis en œuvre entre 1997 et 2004, a souvent été présenté comme exemplaire par les acteurs locaux, les institutions régionales et l’agence de l’eau. Le bilan de ce contrat, auquel ont participé les auteurs en 2003, a cependant montré ses limites. Un second contrat est prévu depuis 2006 mais les collectivités sont démotivées car le syndicat a tardé à proposer un programme crédible. Au reste, la participation du monde agricole, dont les pollutions masquent désormais les progrès enregistrés en matière d’assainissement urbain et industriel, reste incertaine23. Les curages ont durablement perturbé le fonctionnement de l’écosystème aquatique sans résoudre de façon satisfaisante la question des inondations. Pour preuve, Bourg-en-Bresse a été inondée à plusieurs reprises, notamment en mai 1983 et en février 200924.

Les acteurs de l’aménagement de la Reyssouze

  • 25 Débit de la station 31 800 m3/j, débit d’étiage 20 000 m3/s : Rapport sur le prix de l’eau et la q (...)
  • 26 Source : entretiens auprès des acteurs locaux en 2013.

19Ces travaux ont également eu des conséquences économiques et sociales. Polluée et rectiligne, la rivière n’attire plus les usagers traditionnels (pêcheurs à la ligne ou au carré) et la baignade y est encore aujourd’hui interdite. Et pour cause : le débit de la nouvelle station d’épuration de Bourg-en-Bresse est équivalent à celui de la rivière en période d’étiage25. Dans certaines conditions, des épisodes pluvio-orageux peuvent provoquer une mortalité piscicole plus ou moins importante due au lessivage des sols et aux débordements des réseaux d’épuration26. La fréquentation des « lacs artificiels » de Montrevel-en-Bresse et Jayat (gravières aménagées à des fins récréatives) a augmenté tandis que la rivière est désertée pour les usages de loisir, sauf à Pont-de-Vaux où elle est doublée d’un canal, très fréquenté par les plaisanciers, qui la relie à la Saône. De surcroît, les conflits perdurent.

  • 27 ASR, carton « Projet élargissement et rectification de la rivière La Reyssouze » et ADA, 498 W 32.
  • 28 ADA, 7S 10, Rapport sur les cours d’eau du département de l’Ain, s. d. Les conflits se trouvent év (...)
  • 29 Source : entretiens auprès des acteurs locaux en 2013.

20En effet, pour surprenant que ce soit, les premiers travaux de curage de la Reyssouze en 1957 ne semblent pas avoir provoqué de conflits majeurs entre le syndicat et les riverains27. Les conflits documentés existaient avant les aménagements, entre meuniers mais aussi entre agriculteurs et meuniers, les premiers (mais également les habitants de Bourg-en-Bresse) reprochant aux seconds l’accentuation des inondations ; les seconds accusant les premiers de leur « prendre de l’eau » pour l’irrigation. Les ouvrages déjà établis au milieu du XIXe siècle l’avaient été « sans préoccupation des dommages qui en pourraient résulter pour les propriétés riveraines » et « démontr[ai]ent l’évidence de l’oubli des aménagements et du respect que l’on doit à la propriété du voisin28 ». La deuxième campagne de travaux dans les années 1980 a été source de récriminations encore plus nombreuses. Celles-ci provenaient d’une partie du monde agricole qui contestait l’efficacité des travaux et appréhendait la pénétration des engins de chantier sur ses terres. Les pêcheurs, regroupés en associations agréées de pêche et de pisciculture, ont également fait savoir leurs inquiétudes à l’égard de « nouveaux chamboulements » causés par des curages supplémentaires29.

  • 30 Le service compétent sur la Reyssouze, qui relevait pourtant des eaux non domaniales, était celui (...)

21L’État a joué un rôle important dans l’aménagement et la gestion des eaux de la Reyssouze, en particulier lors du curage de la rivière. Saisi du problème des inondations depuis 1800, c’est lui qui a initié en 1856 une grande campagne de réaménagement des seuils et des empellements, procédé à la révision des droits d’eau et contrôlé les usages (meunerie, pêche…). Une fois le syndicat de la Reyssouze créé, les services déconcentrés de l’État sont intervenus en qualité d’assistant à maître d’ouvrage et comme maître d’œuvre pour le compte du syndicat jusqu’en 1996. Le premier programme de travaux a été supervisé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées et ceux du Génie rural, les travaux d’aménagement bénéficiant des crédits du ministère de tutelle des derniers, l’Agriculture30. C’est également l’État qui a suggéré la localisation du siège du syndicat dans un secteur politiquement neutre, à Montrevel-en-Bresse, entre Bourg-en-Bresse (amont) et Pont-de-Vaux (aval).

  • 31 Brun A., Marette S., « Le bilan d’un contrat de rivière », art. cit.

22Après les lois de décentralisation des années 1980, l’État a diminué sa participation directe aux actions conduites par le syndicat. Aussi ce dernier a-t-il externalisé dans les années 1990 certaines études autrefois confiées aux services de l’État – comme celles préalables au premier contrat de rivière ainsi que celles concernant le suivi et l’évaluation des actions mises en œuvre. Ces études ont été confiées à des prestataires privés ou à des universitaires. Cependant l’État a toujours participé activement à la politique locale de l’eau par l’intermédiaire de ses établissements publics, à commencer par l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse31. Depuis la fin des années 1960, celle-ci a en effet orienté, conformément à ses propres programmes, la stratégie des maîtres d’ouvrage locaux, tributaires des aides et des prêts qu’elle leur consentait. Dès les années 1990, elle a financé des postes de techniciens et d’ingénieurs qui ont permis aux structures comme le syndicat de la Reyssouze de disposer de compétences en matière d’animation de politique contractuelle et de suivi environnemental.

  • 32 ASR.

23Sur le terrain, les agents, les techniciens et les ingénieurs du conseil supérieur de la Pêche (remplacé en 2006 par l’ONEMA, Office national de l’eau et des milieux aquatiques) ont également apporté, outre la surveillance des milieux et le contrôle des usages, leur expertise dans le domaine de la gestion du cheptel piscicole et plus largement des milieux aquatiques. Le conseil général de l’Ain a également joué un rôle clef en cofinançant les actions, les programmes d’études et de travaux depuis la création du syndicat de la Reyssouze, même s’il s’est retiré de son exécutif à partir des années 198032. Il subventionne toutefois toujours les actions qui sont éligibles au titre de sa politique environnementale et de développement rural.

Conséquences écologiques des aménagements

  • 33 Burgeap, Étude globale de la Reyssouze et ses affluents, Syndicat Intercommunal d’Aménagement et d (...)

24Lors du premier programme de curage, les opérations ont été exécutées par une entreprise de travaux publics à l’aide d’engins lourds (dragline, doc. 1). Il s’agit d’aménagements purement hydrauliques préconisés par les services de l’État de l’époque. La rivière était considérée comme un exutoire devant conduire le plus rapidement possible les eaux à l’aval. Le cours d’eau a été élargi et approfondi selon un gabarit uniforme, dégagé de tous les atterrissements (sables, graviers) et de toute végétation susceptible de réduire la section d’écoulement ou de freiner l’écoulement. Les méandres les plus prononcés ont été coupés. La nature même des interventions a eu de multiples conséquences fonctionnelles et habitationnelles33.

  • 34 ASR.

25Pour faciliter l’accès des engins de chantier au lit mineur, les deux berges ont été défrichées (coupage et dessouchage sur une largeur de 4 mètres)34. Ces actions se sont ajoutées à celles des agriculteurs qui cherchaient à optimiser l’exploitation des parcelles riveraines en éliminant arbres et arbustes qui composent la ripisylve et les haies. Les rives ont donc été mises à nu : des habitats ont été détruits (oiseaux, petits mammifères), l’érosion s’est accrue (développement de ravines), les berges ont été déstabilisées et la température de l’eau a augmenté du fait de la réduction de la couverture végétale (faute d’aulnes et de saules notamment). L’extraction des sédiments sablo-vaseux, la suppression des embâcles et la rectification du lit mineur sur les deux-tiers du linéaire ont en outre partiellement détruit les habitats piscicoles de la Reyssouze, tandis que les plus petits affluents ont été transformés en fossés agricoles. Le milieu s’est notablement uniformisé, ce qui a conduit à une réduction drastique de la diversité morphologique du cours d’eau et de ses berges. La démolition des petits barrages qui ponctuaient le parcours de la Reyssouze pour l’alimentation de canaux d’irrigation dans les prairies, le dépôt des vases sur les rives et l’incision du lit mineur ont déconnecté le cours d’eau des zones inondables. Par conséquent, la reproduction piscicole sur les graminées en période de hautes eaux a été rendue impossible (brochet, Esox lucius). La transformation des anciens fossés et ruisseaux contournant les moulins en fossés de drainage, voire leur comblement, ont conduit à rendre les moulins infranchissables pour la plupart des espèces piscicoles et à rompre la continuité écologique du cours d’eau.

  • 35 Aquascope, Étude des phénomènes d’eutrophisation, op. cit.
  • 36 Arch. dép. Rhône, S 3625, direction départementale de l’Agriculture de l’Ain, « Propositions d’obj (...)
  • 37 Caltran H., Robin C., Thibert M., Rapport Défi Reyssouze, SIAER-Agence de l’Eau, 2005, 35 p.
  • 38 Area Eau-Environnement, Impact de la déphosphatation sur l’eutrophisation des cours d’eau la Reyss (...)
  • 39 Dupuis-Tate M.-F., Aménagement écologique et paysager de la Reyssouze, ville de Bourg-en-Bresse, 2 (...)

26Des perturbations majeures des écosystèmes aquatiques résultent donc des travaux hydrauliques menés depuis plusieurs décennies. Le curage a contribué à la réduction de la diversité biologique, notamment piscicole. Tous les atterrissements, les arbres morts, les zones de mouilles, de radier, les sous-cavements de berges qui faisaient la diversité des habitats aquatiques ont été supprimés. Certaines espèces invasives ont colonisé ce milieu, perturbé tant par des espèces végétales comme la renouée du Japon (Fallopia sp) que par des espèces animales tel le ragondin (Myocastor coypus). Elles ont trouvé des terrains favorables à leur développement sur les dépôts sédimentaires extraits à l’occasion des curages, et témoignent d’un déséquilibre écologique profond. Certaines espèces disparaissant avec leurs habitats, les phénomènes de compétition interspécifique ont été totalement modifiés, d’où la prolifération d’autres espèces. C’est le cas en particulier de certains potamots (Potamogeton sp.) ou myriophylles (Myriophyllum sp.) qui asphyxient chaque été le cours d’eau (eutrophisation)35. D’autre part, en transformant aussi radicalement le profil en travers du cours d’eau et son tracé, le programme a drastiquement limité sa capacité auto-épuratoire. Or, les effluents sont plus nombreux et variés qu’autrefois : aux pollutions domestiques et industrielles qui justifient le classement d’une section du cours d’eau en troisième catégorie (la pire) lors de l’inventaire général de la qualité des eaux36, se sont ajoutées les pollutions diffuses d’origine agricole37 ainsi que les pollutions de troisième génération, telles celles d’origine pharmaceutique38. L’assainissement des eaux usées comme la rétention des eaux pluviales sont moins performants en l’absence d’un réseau naturel de zones humides. Sur le plan paysager, la Reyssouze est devenue très monotone (souvent rectiligne) et invisible pour les promeneurs à cause de l’enfoncement du lit mineur39. Ce phénomène peut aussi contribuer à une baisse générale des nappes souterraines, comme cela a été le cas par exemple dans la basse Cuisance, en aval d’Arbois, dans le Jura. Une telle situation obligerait les municipalités à modifier leurs stratégies en matière d’eau potable.

*

27Le programme de curage encouragé par l’État et mis en œuvre par le syndicat de la Reyssouze a banalisé le milieu aquatique sans résoudre le problème des inondations. L’uniformisation du milieu se mesure régulièrement lors de chaque campagne d’analyse par une stagnation des indices biotiques – qui dénotent une richesse spécifique faible à moyenne. L’amélioration de la qualité physico-chimique de l’eau grâce à de coûteux programmes publics d’assainissement masque mal les conséquences de plusieurs décennies de curage.

28Désormais, la politique communautaire de l’eau et l’évolution récente de la législation française (loi sur l’eau de 2006, loi « Grenelle » de 2010) appellent les collectivités territoriales à engager des travaux de « renaturation » des rivières autrefois rectifiées et curées. L’examen des pratiques aménagistes qui ont prévalu dans le bassin de la Reyssouze jusque dans les années 1990 montre que les perturbations écologiques causées par les curages sont majeures et rendent les objectifs de restauration des continuités écologiques difficiles à atteindre. Les usagers se désintéressent de ces milieux une fois qu’ils sont dégradés et les collectivités peinent à les valoriser faute peut-être d’en démontrer le potentiel écologique, économique et social grâce à une approche historique de cet environnement. La présente contribution suggère qu’un travail pluridisciplinaire approfondi s’avérerait précieux dans cette perspective.

Notes

1 Frioux S., « Environmental history of water resources », Agnoletti M. et Neri Serneri S. (ed.), The Basic World of Environmental History, Springer, 2014, p. 121-141 ; Fléau, ressource, exutoire : visions et usages des rivières urbaines (XVIIIe-XXIe s.), numéro spécial de Géocarrefour, vol. 85/3, 2010. <http://geocarrefour.revues.org/7921>. Dans un autre contexte, voir Barca S., Enclosing Water. Nature and Political Economy in a Mediterranean Valley, 1796-1916, Cambridge, The White Horse Press, 2010.

2 Elle s’inscrit dans le prolongement du programme IDEAUX issu de l’appel à projet « Eaux et territoires » (2008-2011).

3 Hervé Caltran, l’un des auteurs, a été directeur du syndicat de la Reyssouze entre 1998 et 2005. Il a notamment contribué à l’état des lieux et au suivi de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques du bassin-versant de la Reyssouze. Les auteurs remercient les techniciens du syndicat de la Reyssouze, en particulier Stéphane Daval, ainsi que l’ensemble des personnes interrogées, à commencer par l’ancien président du Syndicat de la Reyssouze, Jean-Paul Morel.

4 Arch. dép. Ain (désormais : ADA), 498W 32.

5 ADA, 7S 10, Rapport sur les cours d’eau du département de l’Ain, s. d., [1848 ?].

6 Burgeap, Étude globale de la Reyssouze et ses affluents, Syndicat Intercommunal d’Aménagement et d’Entretien de la Reyssouze, 2011.

7 Les moulins ont subi une double évolution. Tout d’abord au niveau de leur propriété puisqu’ils sont passés du pouvoir local, seigneurs (moulin de la Bévière aux seigneurs de la Bévière) ou clergé (moulin de Veyriat à la Chartreuse de Montmerle) à des propriétaires et intérêt privés. Puis au niveau technique, les roues verticales initiales (24 à 26 aubes) ont été remplacées par des turbines (fontaines à clapets horizontales à partir de 1880 puis turbines Francis à partir de 1908) plus efficaces dans le cas des chutes de faibles hauteurs. Les hauteurs moyennes de chute des moulins de la Reyssouze sont de 1,5 m sauf à Journans et Tossiat (tête de bassin-versant) où elles sont de 6,5 m.

8 ADA, 7S 10, Liste des usines et moulins sur la rivière de Reyssouze depuis sa source à Journans jusqu’à la Saône, 9 pluviôse an IX ; Bossi [préfet], Statistique générale de la France. Département de l’Ain, Paris, Testu, 1808, p. 40. En 1808, les moulins sont presque tous des moulins à grains pour la production locale (maïs et blé) et à huile. Trois broient des écorces et deux sont des scieries. Au début du XXe siècle, quelques moulins ont été transformés en usine hydroélectrique (par exemple le moulin Bruno à Jayat en 1908) mais cette activité a cessé du fait de la création d’Électricité de France (monopole).

9 Ardouin-Dumazet V., Voyage en France. 8e série : Le Rhône, du Léman à la mer, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1898, chapitres 1 et 2.

10 Statistique générale de la France, op. cit.

11 ADA, 7S 25, copie manuscrite des délibérations de plusieurs séances du conseil municipal (1840-1843).

12 ADA, 7S 624.

13 Le Lay Y. et Permingeat F., « Spécificité territoriale et petits arrangements avec la loi : la place des usages locaux dans l’entretien de la rivière (XIXe-XXe siècles) », Géocarrefour, 83/1, 2008, p. 45-55.

14 Cler-Garçon P., « Bourg-en-Bresse. Étude urbaine », Les études Rhodaniennes, volume 9, no 3, 1933, p. 161-224.

15 ADA, 7S 624, rapports d’ingénieurs, 13 janvier 1905, 13 mai 1912, 12 septembre 1927.

16 Ibid., rapport de l’ingénieur subdivisionnaire, 15 décembre 1932.

17 Syndicat de la Reyssouze, Dossier sommaire de candidature du deuxième contrat de rivière, 2007, 59 p.

18 Archives du syndicat de la Reyssouze (désormais : ASR), carton « Élargissement et rectification de la rivière la Reyssouze », Note explicative de la première tranche de travaux (1957).

19 Ibid.

20 ADA, 498W 32, Lettre de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à l’ingénieur en chef du Génie rural, 19 mars 1957.

21 ASR. Les ingénieurs du ministère de l’Agriculture proposaient une solution plus radicale : la suppression pure et simple des moulins (ADA, 498W32, lettre du ministère de l’Agriculture à l’ingénieur en chef du Génie rural, 22 janvier 1957).

22 Aquascope, Étude des phénomènes d’eutrophisation sur la Reyssouze, SIAERA, 1996, 120 p. ; Epteau, Contrat de rivière de la Reyssouze et ses affluents. Étude de la qualité des eaux superficielles, Rapport définitif, SIAER, 1996, 92 p. ; Grèbe, Suivi de la qualité des cours d’eau dans le bassin-versant de la Reyssouze, SIAER, 2001, 158 p. ; Brun A., Marette S., « Le bilan d’un contrat de rivière : le cas de la Reyssouze », Économie Rurale, no 275, 2003, p. 30-50 ; Contrechamp-Geoplus, Contrat de rivière Reyssouze 1997-2004. Étude bilan et perspectives, Rapport définitif, SIAER, 2005, 99 p.

23 Source : entretiens en 2013 auprès des acteurs locaux.

24 Cf. infra, Conséquences écologiques des aménagements.

25 Débit de la station 31 800 m3/j, débit d’étiage 20 000 m3/s : Rapport sur le prix de l’eau et la qualité des services de l’eau et l’assainissement, Bourg en Bresse, 2013.

26 Source : entretiens auprès des acteurs locaux en 2013.

27 ASR, carton « Projet élargissement et rectification de la rivière La Reyssouze » et ADA, 498 W 32.

28 ADA, 7S 10, Rapport sur les cours d’eau du département de l’Ain, s. d. Les conflits se trouvent évoqués dans les nombreux cartons d’archives relatifs aux moulins. Exemples pour ceux situés sur le territoire de Bourg : 7S 25.

29 Source : entretiens auprès des acteurs locaux en 2013.

30 Le service compétent sur la Reyssouze, qui relevait pourtant des eaux non domaniales, était celui des Ponts et Chaussées (puis la direction départementale de l’Équipement de l’Ain, avant la création de la direction départementale des Territoires au début des années 2000).

31 Brun A., Marette S., « Le bilan d’un contrat de rivière », art. cit.

32 ASR.

33 Burgeap, Étude globale de la Reyssouze et ses affluents, Syndicat Intercommunal d’Aménagement et d’Entretien de la Reyssouze, 2011, et visites de sites (2013).

34 ASR.

35 Aquascope, Étude des phénomènes d’eutrophisation, op. cit.

36 Arch. dép. Rhône, S 3625, direction départementale de l’Agriculture de l’Ain, « Propositions d’objectifs de qualité des cours d’eau », 1973.

37 Caltran H., Robin C., Thibert M., Rapport Défi Reyssouze, SIAER-Agence de l’Eau, 2005, 35 p.

38 Area Eau-Environnement, Impact de la déphosphatation sur l’eutrophisation des cours d’eau la Reyssouze en aval de Bourg-en-Bresse, suivi 2001, Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, 2001, 37 p. ; Gay Environnement, Bilan de la Qualité des eaux sur le bassin-versant de la Reyssouze, SIAER, 2006, 123 p.

39 Dupuis-Tate M.-F., Aménagement écologique et paysager de la Reyssouze, ville de Bourg-en-Bresse, 2009, 112 p.

List of illustrations

Title Doc. 1. – Coupe transversale du lit de la Reyssouze. Extrait du dossier de consultation des entreprises (1957) et engin de curage.
Caption Source : archives du Syndicat de la Reyssouze.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44445/img-1.jpg
File image/jpeg, 111k

Author(s)

Géographe et urbaniste, maître de conférences à l’université Paul Valéry de Montpellier, membre de l’Unité Mixte de Recherche 5281 CNRS « ART-DEV » et chercheur associé du centre québécois d’études géopolitiques des Hautes Études Internationales de l’université Laval au Canada.
Hervé Caltran travaille à la direction de l’Eau du Grand Lyon, unité Stratégie et Développement durable.
Cartographe au sein de l’unité mixte de recherche 5281 CNRS « ART-DEV ».
Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lyon 2, chercheur à l’UMR LARHRA. Il est spécialiste de l’histoire des pollutions et a co-écrit Un air familier. Sociohistoire des pollutions atmosphériques, Presses des Mines, 2015.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540