Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement et environnement

 | 
Patrick Fournier
, 
Geneviève Massard-Guilbaud

Deuxième partie. Endiguer, canaliser : le cours d'eau, vecteur des aménagements territoriaux

Histoire des métamorphoses d’un fleuve urbain : la canalisation du Los Angeles, 1938-2007

Hélène Schmutz

Texte intégral

1« Vraiment ? Los Angeles a un fleuve ? » : c’est la réaction de surprise de nombreux habitants de la ville lorsque la question leur est soumise. En fait Los Angeles a même plus d’un fleuve : les trois autres cours d’eau les plus importants traversant le comté sont le Rio Hondo et les fleuves San Gabriel et Santa Clara. Il est vrai que le Los Angeles, que les colons espagnols avaient nommé à leur arrivée Río de Porciúncula, n’en a plus l’aspect depuis la fin des travaux de canalisation effectués par le United States Corps of Engineers entre 1938 et 1959 : c’est aujourd’hui, et durant une grande partie de l’année, un mince filet d’eau issu essentiellement d’une station d’épuration en amont, s’écoulant entre de hauts murs de béton, principalement dans des quartiers industriels habités par des populations pauvres.

2L’objectif de cette entreprise était de protéger la ville contre le danger d’inondations dues à des crues périodiques lors de fortes pluies, dans un bassin au climat semi-aride entouré de montagnes escarpées. Cet aménagement est l’un des facteurs qui permirent à une population toujours croissante de trouver une place dans une région comptant aujourd’hui près de dix-huit millions d’habitants. Tout comme le Rhône valaisan évoqué dans un autre chapitre, le fleuve Los Angeles a été « corrigé » pour correspondre à un besoin économique et démographique. Plus exactement, la relation de cause à effet entre corrections et développement urbain était à double sens. Plus on construisait, plus il fallait endiguer et canaliser, et plus il était possible de gagner de l’espace pour le bâti. L’aménagement territorial consistait à effacer le fleuve comme vecteur (du latin vector, de vehere « conduire ») de l’évolution de la géographie urbaine en forçant l’eau à descendre en une ligne aussi droite que possible vers l’océan, à travers une conduite géante. Son appellation officielle était devenue celle de « canal de décharge des eaux d’inondation ». La dernière étape de la « correction » du Los Angeles est également comparable à celle du Rhône : les ingénieurs et les élus opèrent aujourd’hui, dans une certaine mesure, un retour en arrière par rapport à la grande entreprise de bétonnage des années 1940 et 1950, en prenant en compte l’impact environnemental de l’aménagement territorial.

3La transformation du fleuve doit être comprise comme participant de l’élan général d’enthousiasme pour l’utilisation des ressources naturelles en Californie du Sud et plus largement dans le Sud-Ouest des États-Unis à partir du début du XXe siècle, renforcé après la Seconde Guerre mondiale, dont l’agrandissement des plages évoqué dans ce livre par Elsa Devienne est un autre exemple. Cet enthousiasme se matérialisait dans des modifications infrastructurelles de ces ressources, notamment par la construction de grands barrages. Jusqu’aux années 1910, le fleuve fournissait l’eau de la ville. La croissance démographique força celle-ci à se tourner vers le nord : aujourd’hui ce sont des centaines de kilomètres d’aqueducs qui acheminent l’eau depuis la Sierra Nevada et le fleuve Colorado. Le fleuve, quant à lui, n’était plus considéré comme un atout pour le développement de la ville, mais au pire comme un danger et au mieux comme un égout. Depuis 2007, cependant, la ville de Los Angeles a mis en place un programme de réhabilitation des berges du fleuve afin de le faire réapparaître comme élément naturel du tissu urbain.

  • 1 White R., The Organic Machine, the Remaking of the Columbia River, New York, Hill & Wang, 1999.

4Comme l’historien de l’Ouest Richard White l’a fait pour le fleuve Columbia dans son ouvrage de référence The Organic Machine, nous décrirons le fleuve Los Angeles comme à la fois un objet naturel, et le résultat d’une transformation humaine1. Nous nous demanderons jusqu’où il est possible d’en faire l’emblème d’une politique plus vaste de gestion de l’eau dans cette partie des États-Unis.

5Nous travaillerons dans un premier temps sur la dimension de « machine » de l’organic machine, expression que l’on pourrait traduire par « machine vivante », qu’est le fleuve Los Angeles. Ce dernier fut mis au service du développement de la Californie du Sud. L’eau fut utilisée pour l’agriculture, puis approvisionna une région à la croissance démographique forte. Au début du XXe siècle, les besoins dépassèrent la capacité du fleuve, et l’eau commença à être acheminée depuis le nord de l’État.

6Le fleuve n’était alors plus un allié du développement, mais un obstacle, et même un danger. Dans cette zone au climat méditerranéen à semi-aride, les pluies sont irrégulières mais parfois intenses. Le fleuve, qui débordait épisodiquement, causait des dommages de plus en plus grands dans une ville qui ne cessait de croître. La solution que l’on trouva fut de le canaliser. Il devint, dans l’imaginaire angelin, un symbole de l’anti-nature. La ville lui tourna le dos.

7Enfin, nous chercherons à comprendre le sens du changement récent datant de 2007 : la revitalisation du fleuve. Il ne s’agit pas de remettre ce dernier dans son état « naturel », mais de rendre à nouveau visible la partie « vivante » de cette « machine vivante », dont les deux visages sont inséparables dans un espace aussi anthropisé que la Californie du Sud.

8L’histoire du fleuve Los Angeles permet de penser l’hybridité de la question naturelle urbaine, sans tomber dans les habituelles dichotomies telles que ville/nature qui limitent les possibilités d’analyse.

Développement de la Californie du Sud : « the organic MACHINE »

9De l’arrivée des premiers colons espagnols jusqu’à la construction, au début du XXe siècle, du premier aqueduc apportant à Los Angeles de l’eau provenant d’autres cours d’eau, le fleuve fut utilisé par les habitants de la région pour servir le développement humain.

Zanjas : la colonisation espagnole

  • 2 Welch R., A Brief History of the Tongva Tribe: the native inhabitants of the lands of the Puente H (...)
  • 3 Gumprecht B., The Los Angeles River: Its Life, Death, and Possible Rebirth, Baltimore, The John Ho (...)
  • 4 Scharzenegger A., Chrisman M., Coleman R., Rio de Los Angeles State Park: Preliminary General Plan (...)
  • 5 Gumprecht B., op. cit., p. 44.

10Lorsque le premier pueblo espagnol, el Pueblo de Nuestra Señora la Reina de Los Angeles del Río de Porciúncula fut fondé en 1781, la région n’était pas terra nullius. Les archéologues estiment que la première présence humaine remonte à 8 000 ou 10 000 ans. Les Espagnols rencontrèrent les Indiens Tongva, qui peuplaient alors la région, pour la première fois en 1542, lors de l’expédition de Juan Rodriguez Cabrillo. Les autochtones étaient environ 5 000, principalement des chasseurs-cueilleurs semi-nomades2. L’autre nom officiel de cette tribu est les Gabrielinos, du nom de la mission San Gabriel Arcángel établie en 1771. En effet, le pueblo faisait partie d’un système colonial fondé sur une chaîne de missions, nommée El Camino Real. C’était l’un des trois villages agricoles établis par l’Espagne en Californie au XVIIIe siècle. Ils servaient à nourrir les missions, mais aussi les forts militaires appelés presidios. Los Angeles se composait, en 1781, de onze familles qui furent amenées sous escorte militaire3. La localisation précise du pueblo fut déterminée par la présence du fleuve Los Angeles, qui fournirait de l’eau et dont les berges étaient fertiles grâce au limon déposé lors des crues. Le fleuve Los Angeles fut décrit pour la première fois par Padre Crespi, qui avait pris part à une expédition de découverte partie de San Diego en 17694. Dès les débuts de la vie du pueblo, l’eau du fleuve fut apprivoisée par les colons. L’un des premiers chantiers entrepris fut la mise en place d’un système d’irrigation. Un petit barrage fut construit en amont du village pour qu’un canal achemine régulièrement l’eau. Ce canal d’irrigation principal était la Zanja madre (canal mère). Il se divisait en deux : la première branche servait à l’irrigation des champs, et la seconde à l’usage domestique. En 1786, le pueblo était devenu auto-suffisant, grâce à l’eau et aux récoltes qu’elle permettait5. Au début des années 1800, Los Angeles était devenue la colonie agricole la plus productive de la côte californienne.

Agriculture et chemin de fer transcontinental : comment le Sud-Ouest devint une région

  • 6 Ibid., p. 51.
  • 7 Baur J. E., The Health Seekers of Southern California, 1870-1900, San Marino, Huntington Library P (...)
  • 8 Ibid., p. 58.

11Après l’annexion de la Californie en 1848, un nombre croissant d’Américains se rendaient à Los Angeles pour s’y établir. Le second moment clé de la croissance de Los Angeles après la colonisation espagnole, et de sa transformation en un centre régional de commerce, fut la ruée vers l’or la même année. Le système d’irrigation prit de l’ampleur, et la valeur des terrains était de plus en plus fonction de l’accès à l’eau. Grâce à l’eau abondante du fleuve, des vignes et des orangeraies furent plantées. Le vin angelin se vendait partout dans le pays. En 1870, l’industrie du vin fournissait les trois quarts des emplois ouvriers de la région6. Les raisins et les oranges étaient les deux types de production les plus prisés, mais la production était en fait très diverse. L’eau du fleuve avait permis à la région de ressembler à un petit paradis sur terre. Le paysage avait été profondément transformé. À partir d’un centre agricole et commercial, la ville prit encore de l’ampleur après la fin de la construction du chemin de fer transcontinental, en 1876. Los Angeles devint une destination touristique appréciée pour ses vertus curatives. Le bon climat, sec et chaud, et les paysages luxuriants attiraient un nombre croissant de curistes. Les partisans du développement de la région – les boosters – insistaient sur la rhétorique d’un petit Eden7. Entre 1870 et 1880, la population de Los Angeles fut multipliée par deux. Les images de la ville et du fleuve qui circulaient à l’Est étaient exagérées et parfois mensongères. Par exemple le fleuve, qui avait pris le nom de la ville à partir des années 1850, ressemblait au Mississippi sur les brochures publicitaires : aucun rapport avec le filet d’eau intermittent qu’il était en réalité8. Cependant la région croissait extrêmement rapidement et des villes apparaissaient presque du jour au lendemain – encore plus souvent sur les cartes des promoteurs immobiliers que dans la réalité, au demeurant. Conséquence de cette croissance démographique fulgurante, les besoins en eau grandissaient, à la fois pour l’usage domestique et pour l’agriculture. Vers la fin du siècle, la ressource commençait à devenir insuffisante.

Le recours à l’eau des autres fleuves

  • 9 Gumprecht B., op. cit., p. 99.
  • 10 McPhee J., « Los Angeles Against the Mountains », dans Deverell W. et Hise G. (dir.), Land of Suns (...)
  • 11 Gumprecht B. op. cit., p. 114-115.
  • 12 Hise G., Deverell W., Eden by Design: The 1930 Olmsted-Bartholomew Plan for the Los Angeles Region (...)
  • 13 Zhao D., From Parklands to Concrete: Plans for the Los Angeles River, Pomona Senior Thesis in Envi (...)

12La gestion de l’eau de la ville était devenue véritablement problématique à la fin des années 1890 : les intérêts municipaux et privés entraient de plus en plus souvent en conflit au sujet d’une ressource qui se raréfiait. En 1902, la ville de Los Angeles prit définitivement le contrôle de l’eau pour son usage domestique. La ville interdit la vente de l’eau du fleuve Los Angeles. Elle s’efforça aussi de réduire la consommation des habitants, qui était trois fois supérieure à celle du reste du pays, en installant des compteurs d’eau et en mettant fin à l’utilisation de l’irrigation par le système des zanjas, qui s’avérait inefficace. Malgré ces efforts, l’eau présente dans la région devenait insuffisante : la population avait encore presque doublé entre 1902 et 19069. L’idée, déjà évoquée à la fin des années 1890, de faire venir de l’eau depuis d’autres régions, devint de plus en plus consensuelle. Le chef du service des eaux de la ville, William Mulholland, ainsi que les membres de la commission municipale de l’eau, se tournèrent vers le nord. En 1905, ils votèrent un projet d’aqueduc amenant l’eau de la vallée d’Owens – dans les Sierras – jusqu’à la vallée de San Fernando. L’aqueduc mesurerait 350 kilomètres, et il traverserait le désert du Mojave et les montagnes San Gabriel. Selon leurs calculs, ce projet pharaonique apporterait à la ville sept fois plus d’eau que ce que le fleuve pouvait fournir. La construction de l’aqueduc de Los Angeles, le Los Angeles Owens River Aqueduct, fut achevée en 1913. Il remplaça, de facto, le fleuve Los Angeles dans les fonctions qu’il avait pour la ville. Aujourd’hui, une partie importante de l’eau de Los Angeles provient toujours de la partie est des Sierras. À partir de 1913, le fleuve Los Angeles fut peu à peu oublié par la ville comme source vitale d’eau. Les aqueducs avaient remplacé le fleuve10. Il ne pouvait pas servir, comme d’autres fleuves, au transport de marchandises, car son débit était trop irrégulier. Son usage principal était l’extraction du gravier de son lit. On y abandonnait toutes sortes d’ordures, et les abords du fleuve, dès le début du siècle, furent habités par les membres les plus pauvres et les moins fréquentables de la société11. Durant la Grande Dépression, des chômeurs et des travailleurs immigrés vinrent y habiter. Il y eut quelques propositions d’embellissement, notamment durant la période progressiste dans la mouvance du City Beautiful Movement. La plus sérieuse fut un projet imaginé par deux architectes urbanistes en 1930 : le fils de Frederick Law Olmsted – créateur de Central Park à New York – et son associé Harland Bartholomew12. Il s’agissait d’une trame verte s’étendant à toute la ville. La Chambre de Commerce de Los Angeles enterra l’idée : ses membres avaient peur du coût de l’opération et de la présence potentielle d’une bureaucratie trop importante13. Le fleuve, fortement pollué, finit par être relégué au second plan du paysage de la ville.

13Entre l’implantation du pueblo espagnol en 1781 et la fin de la construction de l’Aqueduc de Los Angeles en 1913, le fleuve de Porciúncula puis Los Angeles fut l’une des causes principales du développement de la ville. Le fleuve était une machine au service du développement humain dans la région. Il n’était, avant toute autre identité, pas fleuve, mais ressource en limon et, surtout, en eau. 1913 peut être considérée comme l’année où la machine à générer de l’eau et donc de la richesse, sous forme de production agricole et immobilière, atteignit ses limites à cause d’une croissance démographique qui, elle, semblait illimitée. Avec cette occupation de plus en plus importante du bassin du fleuve, celui-ci perdit son statut de ressource pour devenir un danger. La machine rappela qu’elle était avant tout un être vivant : elle échappait épisodiquement au contrôle des Angelins.

Le fleuve comme danger pour la ville : vers la maîtrise de la « machine vivante »

  • 14 Loomis A. A., « Natural Corridors of Los Angeles », Delirious L. A. research and essays on landsca (...)
  • 15 Deverell W., Whitewashed Adobe: the Rise of Los Angeles and the Remaking of its Mexican Past, Berk (...)

14En raison du climat méditerranéen de la région, le débit du fleuve Los Angeles est irrégulier. Il dépend des pluies alimentant les cours d’eau des montagnes en amont, principalement les San Gabriel Mountains. Celles-ci étant torrentielles, elles amènent parfois en très peu de temps une grande quantité d’eau, qui dévale des pentes très raides en se chargeant de débris. Les pluies étant rares dans les plaines de la Californie du Sud, les lits des fleuves n’étaient pas suffisamment creusés pour contenir cette eau charriant rochers et limons. Ces derniers les remplissaient et l’eau débordait de part et d’autre des rives. Le Los Angeles connaissait alors une période de crue14. Paradoxalement, c’est grâce au limon déposé par ces crues épisodiques que les Espagnols avaient trouvé un sol si fertile et qu’ils avaient choisi l’emplacement du pueblo dont certains restes sont encore visibles dans le downtown de Los Angeles15.

Inondations

  • 16 Gumprecht B., op. cit., p. 141.
  • 17 Ibid., p. 137.
  • 18 Ibid., p. 170-171.

15Le fleuve pouvait, lors des plus fortes crues, entièrement modifier son cours : avant de se jeter dans le Pacifique à l’actuelle Long Beach, il bifurquait à l’ouest, et son embouchure se trouvait dans la baie de Santa Monica. Le changement eut lieu lors de la crue de 182516. Dans la première moitié du XIXe siècle, le fleuve changea au moins neuf fois de cours17. Plus la ville grandit, plus les incidents devinrent coûteux et les inondations catastrophiques. On compte plus de soixante inondations importantes depuis l’arrivée des premiers Espagnols en Californie du Sud. La plupart d’entre elles concernaient le fleuve Los Angeles. Les sols des plaines inondables autour du fleuve ne pouvaient plus laisser infiltrer l’eau : ils perdaient leur porosité à mesure que les constructions et l’asphalte apparaissaient. Le danger d’inondation grandit encore après l’arrivée en 1876 du train transcontinental de la Southern Pacific. Les habitants étaient toujours plus nombreux en raison de la liaison par le rail avec l’Est, et les infrastructures des chemins de fer, notamment les ponts, avaient un effet de barrage qui freinait l’écoulement de l’eau. Les années 1884 et 1913 furent des saisons d’El Niño, particulièrement pluvieuses. À ces deux dates, Los Angeles connut des inondations. Les dégâts matériels furent d’autant plus importants durant l’hiver 1913-1914 que, depuis 1884, aucune crue majeure n’avait eu lieu, et les nouveaux venus construisaient, confiants, dans les plaines alluviales, et parfois mêmes dans les anciens lits asséchés des cours d’eau18.

Canalisation

  • 19 Orsi J., « Flood Control Engineering in the Urban Ecosystem », dans Deverell W. et Hise G. (dir.),(...)
  • 20 Gumprecht B., op. cit., p. 203-205.
  • 21 Ibid., p. 215.

16Ce sont les inondations de l’hiver 1913-1914 qui furent à l’origine des premières mesures de protection organisées « scientifiquement ». Il y avait eu, par le passé, des tentatives de construction de digues individuelles. Les efforts n’étaient pas coordonnés, et la sauvegarde des uns pouvait être la perte des autres. Quelques propositions avaient été exprimées dans les années 1880 concernant la mise en place d’un système de protection à l’échelle du comté. Mais comme les années suivantes furent sans incident, elles ne prirent jamais forme. Des ingénieurs furent à nouveau appelés à réfléchir à un tel système en 1914. La moitié du coût des travaux, débutés en 1918, devait être payée par le gouvernement fédéral. Le lit des cours d’eau fut creusé pour qu’ils puissent contenir plus d’eau, l’embouchure du fleuve Los Angeles fut déplacée pour protéger le port, et de nombreux barrages furent érigés dans les montagnes pour contrôler le débit des torrents. Ces travaux furent effectués durant la période progressiste, tout comme ceux de l’Aqueduc de Los Angeles19. Les ingénieurs se croyaient capables de maîtriser les éléments naturels, pour le bien de la population. Cependant, les travaux effectués étaient insuffisants relativement à la croissance démographique de la région. Des propositions pour de nouveaux travaux furent rejetées, notamment en 1926 : les électeurs ne croyaient pas aux risques d’inondation. Mais la nuit du Nouvel An 1934, une inondation catastrophique eut lieu. Au moins quarante-neuf personnes décédèrent, et 198 maisons furent détruites par l’eau et d’énormes rochers qui dévalèrent des montagnes. Le gouvernement fédéral prit alors en charge le financement des travaux : le United States Army Corps of Engineers creuserait encore le canal du fleuve Los Angeles, et en bétonnerait une grande partie. Les solutions possibles étaient peu nombreuses étant donné le prix de plus en plus élevé du terrain et le peu d’espace qui restait disponible. Le canal serait très étroit et les digues très hautes20. Les travaux avaient à peine commencé au début de l’année 1938 lorsqu’une nouvelle inondation frappa Los Angeles. Ce fut la plus dévastatrice de l’histoire de la ville. Les ingénieurs durent revoir à la hausse leurs calculs : la solution préférée fut le bétonnage des rives et du fond, et l’élargissement de certaines sections21. En 1960, les travaux étaient achevés : le fleuve Los Angeles avait été transformé par le Corps of Engineers en un canal de béton de près de quatre-vingts kilomètres de long. C’était devenu une autoroute de l’eau, faisant descendre celle-ci vers le Pacifique le plus vite possible, en utilisant un espace aussi réduit que possible. La machine avait eu des soubresauts : les inondations avaient rappelé que le fleuve était vivant. Les ingénieurs la plièrent à nouveau à la volonté de la ville.

Le fleuve comme anti-nature

17Désormais inoffensif, le fleuve Los Angeles disparut de la mémoire collective de la ville. Celle-ci lui avait entièrement tourné le dos. Il est aujourd’hui longé par des voies ferrées et des autoroutes. Le paysage de ses abords est principalement industriel. La raison de cette configuration spatiale est liée à un facteur économique bien plus qu’à la présence du fleuve. En effet, le fleuve ne peut servir ni au transport des marchandises, ni à l’évacuation des déchets (traités ou non) des usines, comme cela se pratique dans d’autres cours d’eau, car il ne contient pas assez d’eau la plus grande partie de l’année. Le terrain alentour est tout simplement moins cher que dans d’autres secteurs de la ville, et c’est ce qui a facilité l’implantation des usines dans cette zone.

  • 22 Friends of the Los Angeles River, « River Wildlife » ; <http://folar.org/environment/river-wildlife/#-carp> (dernière visite août 2014).
  • 23 City of Los Angeles Department of Public Works. « Donald C. Tillman Water Reclamation Plant ». LA (...)

18D’un point de vue écosystémique, le bétonnage fit perdre au fleuve son identité de fleuve. La machine avait pris le dessus sur le vivant. La biodiversité endémique disparut pratiquement. Les truites arc-en-ciel et les saumons Chinook furent remplacés par des espèces comme les carpes, mieux capables de s’adapter à des environnements anthropisés22. Il existe aujourd’hui trois portions du fleuve que les ingénieurs ne purent pas bétonner, et où se concentre la vie sauvage. L’eau coule de manière régulière dans le canal, et non plus, comme c’était le cas avant intervention humaine, trois mois par an environ. La raison principale de ce flot ininterrompu est la présence en amont d’une station d’épuration construite en 1985, le Donald C. Tillman Water Reclamation Plant. Elle purifie les eaux usées de l’ouest de la vallée de San Fernando : quatre-vingt-dix-huit millions de litres par jour aujourd’hui23. Cette eau pourrait être potable, mais n’est pas utilisée à cette fin. Elle est donc déversée, dans un temps aussi bref que possible, dans l’océan.

  • 24 Arroyo J. C. Culture in Concrete: Art and the Re-Imagination of the Los Angeles River as Civic Spa (...)
  • 25 Jacobs J., Déclin et survie des grandes villes américaines, trad. Claire Parin-Senemaud, Liège, Pi (...)

19Depuis la fin du XIXe siècle, le fleuve sert de refuge aux clochards de la ville. Les gangsters y règlent des comptes et Hollywood y tourne des scènes de films comme Grease (1978), Terminator (1991) ou Them ! (195424). Le fleuve est représenté dans ces longs-métrages comme un espace dangereux, angoissant, et éloigné du regard de tous. Déjà, dans les années 1960, Jane Jacobs expliquait dans l’ouvrage de référence Déclin et survie des grandes villes américaines, que les regards croisés des passants et des riverains étaient nécessaires à l’existence d’espaces comme les parcs25. Le fleuve était l’exact opposé de ce type de lieux. Il ne faisait pas partie de l’identité de la ville, ou plus exactement, il en symbolisait la face obscure. L’accès en était interdit, barré par des grillages.

  • 26 Le conservationnisme se distingue du préservationnisme où l’intérêt de la nature était sa valeur e (...)

20À partir des années 1880, en raison du succès économique de la Californie du Sud qui attirait une population toujours plus nombreuse, le fleuve Los Angeles passa donc du statut de réserve d’eau à celui de risque naturel. Après plusieurs essais infructueux pour protéger la ville, le gouvernement fédéral finit par transformer ce fleuve imprévisible en un canal de béton de quatre-vingts kilomètres de long. Une seconde fois, après son utilisation pour l’irrigation et les foyers, le fleuve avait été plié à la volonté humaine. Ce type de gestion est typique du conservationnisme, l’une des traditions de pensée de la nature dominant les politiques environnementales américaines depuis le début du XXe siècle. Les ingénieurs de l’État intervenaient sur le milieu naturel par une gestion des ressources du pays, comme les forêts et les grands fleuves, qui était alors qualifiée de raisonnée mais qui le modifiait parfois en profondeur, afin de servir le bien-être du plus grand nombre. La nature était d’abord conçue comme une ressource pour une activité économique26. Cela se vérifiait particulièrement dans l’Ouest durant la période progressiste puis le New Deal, avec les grands travaux comme les barrages sur le Colorado. Ceux-ci contribuèrent à donner à cette région une importance nationale. La « machine », par exemple un fleuve modifié par la main de l’homme, pouvait donner l’illusion de perdre son caractère vivant et autonome. Ce type de pensée fut mis en question à partir des années 1960 avec le renouveau de l’écologie scientifique. Le fleuve Los Angeles bénéficia de ce retournement beaucoup plus tard.

La revitalisation comme mise en pratique de l’oxymore de la « machine vivante »

  • 27 Friend T., « River of Angels », The New Yorker, 26 janvier 2004, 42-9. <http://archives.newyorker.com/global/print.asp?path=/djvu/C…> (dernière visite août 2014</http>
  • 28 Gottlieb R., Reinventing Los Angeles: Nature and Community in the Global City, Cambridge, Mass., t (...)
  • 29 Los Angeles County Department of Public Works, « Los Angeles River Masterplan », 2009. <http://ladpw.org/wmd/watershed/LA/LA_River_Plan.cfm> (dernière </http> (...)
  • 30 Moore G. L. (project manager), Los Angeles River Revitalization Masterplan, City of Los Angeles, D (...)

21Le poète Lewis MacAdams fut l’un des pionniers de l’idée d’une revitalisation du fleuve Los Angeles. Sa première action, en 1985, consista à couper le grillage pour descendre dans le lit du fleuve et organiser avec ses amis une représentation théâtrale27. Il avait symboliquement rompu la barrière entre la ville et son fleuve28. Il fonda la même année la première association défendant le retour d’une certaine forme de biodiversité dans le fleuve, ainsi que sa réappropriation culturelle par les Angelins : Friends of the Los Angeles River (FoLAR). Dès 1991 le Comté de Los Angeles lança un Los Angeles River Masterplan. Son but était de faire des abords du fleuve appartenant aux agences publiques un « trésor urbain29 ». En 2007, la commune de Los Angeles approuva un Los Angeles River Revitalization Masterplan30. Ce document décrit les possibilités de revitalisation du fleuve telle que la ville se propose de les mettre en place. Comme le suggérait MacAdams, cette revitalisation aurait deux pans : d’une part le retour d’une certaine biodiversité, et d’autre part la réappropriation culturelle du fleuve par la ville, principalement par la création de parcs le long de ses berges.

Retour de la biodiversité : comment avoir une pensée écosystémique dans un espace résolument anthropisé ?

22La relation à la « machine vivante », selon Richard White, existe principalement par l’intermédiaire du travail :

  • 31 « I do argue that it is our work that ultimately links us, for better or worse, to nature. One of (...)

« Je plaide pour l’idée que c’est notre travail qui, en fin de compte, nous relie, pour le meilleur ou pour le pire, à la nature. L’un des grands défauts – intellectuel et politique – de l’environnementalisme moderne est son incapacité à saisir le fait qu’historiquement les hommes ont rencontré la nature au travers de leur travail. En dépit de leur amour pour la nature, les environnementalistes tendent à en tenir les humains à distance. Les environnementalistes privilégient l’œil sur la main, la contemplation sur l’action, ce qui est supposé ne pas avoir été perturbé par l’homme sur ce qui est connecté à lui. Ils souhaitent que les hommes établissent des liens avec la nature alors qu’ils dénigrent ceux qui prétendent avoir rencontré et apprécié la nature au travers de leur labeur31. »

  • 32 Moore G. L., op. cit., p. 36.

23La revitalisation, telle que défendue par Friends of the Los Angeles River, et telle que réalisée par la commune de Los Angeles, correspond à la manière dont White décrit notre relation avec la nature : elle n’exclut pas le travail, et dans ce cas précis la transformation du fleuve par les générations précédentes et actuelles d’Angelins. Le projet développé pour le fleuve implique bien sûr le loisir et l’appréciation des qualités esthétiques et écosystémiques du fleuve. En cela FoLAR et la ville ne se démarquent pas de l’environnementalisme moderne critiqué par White. Le projet de revitalisation possède en revanche la particularité de ne pas contribuer à la séparation entre l’homme et le naturel. L’œuvre humaine – la « correction » – est laissée bien visible. Ceci est dû, avant tout, à des difficultés techniques. Le fleuve est un fleuve urbain, et se débarrasser du béton équivaudrait à causer la destruction de nombreux édifices dans le bassin de Los Angeles. Ces difficultés n’expliquent pas entièrement les propositions de FoLAR ni les choix de la ville dans son projet de revitalisation. L’identité urbaine du fleuve est constamment rappelée dans le Los Angeles River Revitalization Masterplan. Par exemple, la valeur esthétique des ponts est soulignée, et les événements artistiques dans le lit du fleuve valorisés32. Le fleuve revitalisé prend une valeur historique d’une part, et de lieu de passage symbolique et physique entre l’urbain et le sauvage d’autre part.

24La question de la valeur du fleuve en tant qu’espace de nature est aussi posée sérieusement dans le plan directeur. Concernant les qualités écosystémiques du fleuve, le Masterplan de la ville propose par exemple de faciliter la réintroduction d’espèces disparues par la modification des infrastructures du canal :

  • 33 « The long-term vision for the River involves restoring a continuous, functioning riparian ecosyst (...)

« Une vision à long terme de la nature inclut la restauration d’un écosystème continu et fonctionnel, des berges, tout au long du lit de la rivière. Cela passerait notamment par la restauration de la végétation de ces berges, permettant aux oiseaux et aux mammifères d’y vivre, ainsi que, dans l’idéal, le développement de passages et d’échelles pour les poissons, et de seuils permettant la restauration de l’habitat de la truite arc-en-ciel33. »

25La réintroduction de ces espèces est liée aussi à l’amélioration de la qualité de l’eau présente dans le fleuve. Mais même dans le cas d’un retour de la biodiversité fluviale, il ne s’agit pas d’un retrait de l’humain. Le destin du fleuve et celui de la ville sont intimement liés. Il serait impossible de défaire l’ouvrage des ingénieurs de l’armée : depuis la fin des travaux de canalisation, la ville a encore grandi. Ôter le béton équivaudrait à accepter la probable destruction de nombreux bâtiments et des dégâts bien plus importants que ceux qui furent causés par la crue de 1938. La commune se propose de reconnaître que le fleuve, bien que maîtrisé, reste vivant. Elle est consciente de la double identité du Los Angeles, « machine vivante ».

Exploitation alternative ou « alternative à l’exploitation34 » ?

  • 34 Figueiredo Y., « Aux sources du débat écologique contemporain : l’expérience américaine », Revue f (...)
  • 35 Bon L., « Not a Cornfield », 2005 ; <http://notacornfield.com/> (dernière visite août 2014).

26La revitalisation du fleuve n’est pas une alternative à son utilisation comme canal d’écoulement des eaux de pluie. Elle se superpose à ce premier usage, mais ceci modifie profondément l’identité du fleuve. C’est en cette réappropriation culturelle plus que dans les conséquences matérielles que pourra se mesurer la réussite ou l’échec de la revitalisation selon la commune de Los Angeles. Par exemple, un morceau de l’histoire de l’interaction entre le Los Angeles et les Angelins fut rendu visible par la plasticienne Lauren Bon, sous la forme d’une œuvre intitulée « Not a Cornfield ». En 2005, elle transforma une friche industrielle proche du fleuve en une sculpture vivante : un champ de maïs. Cette sculpture était une référence à la présence de la Zanja Madre, qui permit l’irrigation de la première cité de Los Angeles, et dont des restes avaient été découverts sur ce site en 2001. L’œuvre d’art était pensée comme un rappel du lien historique entre les habitants de la ville et leur fleuve. En 2006, ces treize hectares de terrain que l’artiste avait décontaminés et couverts de 1 500 camions de terre devinrent le Los Angeles State Historic Park35.

  • 36 Schenker H., « Why Urban Parks: A Matter of Equity? », George Wright Forum, 19.2 (2002), p. 43 ; <www.georgewright.org/192schenker.pdf> </www> (...)
  • 37 Moore G. L., op. cit., p. 54.
  • 38 Gandy M., « Rethinking Urban Metabolism: Water, Space and the Modern City », City, 8.3 (2004), p.  (...)

27La revitalisation telle que mise en place par la commune n’est donc pas synonyme d’une tentative de retour à une nature « pure ». Au contraire, elle souligne l’imbrication entre la ville et le fleuve. Si la revitalisation fait revenir le fleuve dans l’imaginaire développé par les Angelins sur leur propre ville, elle a aussi des conséquences matérielles et sociales directes. La géographie de Los Angeles est modifiée, principalement par le phénomène d’embourgeoisement des alentours. Il existe une règle économique qui se vérifie avec régularité : lorsqu’un espace est embelli, notamment par la présence de parcs, les prix de l’immobilier augmentent36. Le plan directeur mentionne cette conséquence de l’amélioration des alentours du fleuve37. Ce projet a une portée écologique, mais aussi sociale. Le fleuve prend en effet une nouvelle valeur économique dans l’exploitation du territoire. En dépit de la revitalisation, le fleuve n’est pas rendu à sa naturalité primitive. C’est impossible dans l’environnement urbain de Los Angeles. Le fleuve est un élément de l’infrastructure économique de la ville. Il fait partie du métabolisme urbain, mais d’une manière nouvelle : non plus comme robinet ni comme égout, mais comme élément possédant une valeur esthétique38. L’introduction, ou plutôt la réintroduction, d’espaces verts dans des lieux qui en étaient privés leur confère une nouvelle valeur marchande. Cette valeur se répercute dans la géographie sociale de la ville : l’augmentation des prix de l’immobilier due à la présence d’espaces verts devrait forcer les populations riveraines pauvres à se déplacer, remplacées par les classes moyennes blanches. Le plan directeur suggère, sans l’affirmer, la possibilité de limiter les conséquences sociales du reverdissement du fleuve grâce à l’obligation de construction de logements sociaux :

  • 39 « An emerging area of opportunity may be the development of ordinances that require some amount of (...)

« Une solution possible est en train d’émerger : il s’agirait de développer une réglementation selon laquelle une partie de la somme correspondant à l’augmentation du prix de l’immobilier due au redécoupage foncier serait prélevée ; cet argent servirait à aider les résidents et les commerces existants, et à les inclure dans ce processus de rénovation. À Los Angeles, la transformation de zones industrielles en zones résidentielles ou en zones mixtes peut entraîner une augmentation de la valeur du foncier de 200 à 300 %. Certains lieux de villégiature ont pris des mesures qui permettent de neutraliser l’augmentation du foncier pour créer des logements abordables ou ont établi des contrôles stricts sur le rythme de construction des aménagements. De telles mesures de régulation de la croissance ont suscité des controverses, mais au fur et à mesure que la “gentrification” se développe, il devient possible d’en tirer les leçons pour un zonage efficace à Los Angeles39. »

28Tous les habitants ne sont donc pas égaux face à la « machine vivante ». Bien au contraire, on constate des inégalités liées à la classe et à la race. Ceci complique d’autant plus ce qui était auparavant pensé comme deux blocs distincts : nature/polis. La question de la valeur économique du fleuve n’est pas mise en suspens par son retour à une certaine forme de nature. Bien au contraire, si cette valeur avait été oubliée depuis la fin de l’utilisation de l’eau du fleuve, elle refait surface avec l’apparition du fleuve comme espace vert potentiel de la ville. La revitalisation n’est donc pas une alternative à l’exploitation du fleuve, mais une exploitation alternative, modifiant potentiellement la géographie sociale autant qu’infrastructurelle de la ville.

La question de la consommation de l’eau reste en suspens

  • 40 Spotts P., « Colorado River: Is historic cut in water release the new normal? », The Christian Sci (...)

29La question qui n’est pas abordée par le plan directeur de 2007 est la manière dont l’eau est consommée en Californie du Sud. La situation actuelle de Los Angeles est la suivante : l’aqueduc de Los Angeles fait parcourir environ 350 kilomètres à de l’eau provenant des Sierras pour approvisionner la ville. En revanche, l’eau de pluie qui descend des montagnes San Gabriel n’est pas exploitée, mais dirigée, aussi rapidement que possible, vers l’océan. De plus, l’Ouest est officiellement en période de sécheresse depuis quatorze ans. En 2013, le Bureau of Reclamation a dû prendre une décision historique consistant à réduire la quantité d’eau du fleuve Colorado pompée au niveau du barrage du Lac Powell – le deuxième plus grand barrage du pays. La même agence fédérale projette que la demande d’eau dépassera la capacité du Colorado en 2060 de près de 4 milliards de mètres cubes, en raison du réchauffement climatique et de la croissance démographique de l’Ouest40.

  • 41 Tree People, « Demonstrations and Solutions », 2013 ; <http://www.treepeople.org/cistern-model> (dernière visite août 2014).
  • 42 Cronon W. (dir.), Uncommon Ground: Rethinking the Human Place in Nature, London and New York, Nort (...)
  • 43 Tree People, op. cit.
  • 44 Postel S., « A Sacred Reunion: the Colorado River Returns to the Sea », National Geographic, 19 ma (...)

30Certaines associations angelines comme FoLAR ou Tree People mettent en question l’efficacité de cette machine hydrologique extrêmement centralisée. La question n’est plus celle de la revitalisation du fleuve, mais de l’utilisation de l’eau avant que celle-ci n’atteigne le canal. Par exemple, Tree People milite pour la mise en place de citernes de récupération de l’eau de pluie à l’échelle individuelle41. Chaque maison peut économiser au moins l’eau servant à arroser les jardins – ces pelouses vertes qui correspondent à l’image de la Californie du Sud comme Eden42. Selon l’association, l’arrosage et tous les usages de l’eau à l’extérieur représentent les deux tiers de la consommation des particuliers43. Bien que ces propositions semblent anecdotiques pour un espace urbain de près de 18 millions d’habitants, il s’agit de signes de la mise en question de la modification des bassins hydrauliques de l’Ouest par l’intervention humaine. La relation entre la ville et les ressources naturelles est repensée hors du cadre du conservationnisme. Les limites de ce modèle apparaissent de plus en plus clairement au début du XXIe siècle. Ainsi, par exemple, le fleuve Colorado n’atteignait plus son delta dans le Golfe du Mexique depuis une quinzaine d’années en raison de la quantité d’eau prélevée pour la consommation des villes, l’irrigation, et l’hydroélectricité. Depuis mars 2014, les États-Unis et le Mexique ont mis en place une politique de réinjection d’eau dans le fleuve afin de lui rendre, autant que faire se peut, ses qualités écosystémiques44.

31Ce que ces associations proposent, en somme, est de s’adapter aux conditions naturelles du milieu, et non de continuer à espérer développer la ville de Los Angeles en dépit de ces conditions, et selon l’idée que l’on a de ce qu’elle devrait être, correspondant encore aux images des boosters de la fin du XIXe siècle. Elles justifient ceci par un regard critique sur la relation entre la croissance démographique et la capacité – carrying capacity – de l’écosystème de la région à accueillir cette population. C’est une description nouvelle de la « machine vivante » demandant de repenser la relation entre la ville et ses ressources en eau.

32La revitalisation du fleuve Los Angeles telle qu’entreprise par la municipalité montre que ce cours d’eau est bien vivant, alors que, depuis l’arrivée des Espagnols, il avait été considéré uniquement comme une machine que l’on plie à la volonté humaine. Elle permet une compréhension plus complète de la réalité du fleuve en tant qu’entité inséparable de la ville. En revanche, le plan directeur laisse en suspens la question sociale de l’embourgeoisement, ainsi que celle d’une remise en question plus profonde de l’utilisation de l’eau en Californie du Sud.

*

33L’histoire du fleuve Los Angeles comme « machine vivante » est une porte d’entrée vers un questionnement qui dépasse ce cours d’eau pour s’intéresser à la relation entre la société et les ressources naturelles dans l’Ouest des États-Unis.

34Los Angeles, avec son climat méditerranéen, au sud des montagnes Tehachapi, n’était pas nécessairement destinée à devenir l’une des villes les plus importantes de Californie. C’est l’eau du fleuve qui, utilisée pour l’agriculture et pour la consommation des foyers, fut l’élément-clé de cette évolution. La relation était bien de l’ordre de la consommation, par l’intermédiaire des travaux redirigeant l’eau là où les habitants la jugeaient nécessaire pour leur usage et pour le travail de la terre.

35Au tournant du XXe siècle, avec la forte croissance de la population, le fleuve changea de statut dans l’imaginaire angelin. La ressource avait été remplacée par les canaux apportant de l’eau supplémentaire des Sierras, et notamment de Owen’s River Valley. De plus, les risques d’inondations étaient de plus en plus importants en raison de l’augmentation du nombre de bâtiments dans le bassin du fleuve. La machine pouvait avoir des soubresauts. La canalisation du fleuve permit de protéger la ville et de plonger le Los Angeles dans l’oubli.

36Enfin, à partir des années 1980, le fleuve prit un troisième visage pour la ville : celui d’un être vivant, faisant partie d’un écosystème complexe mais aussi de l’identité urbaine.

37Les différents épisodes de sa gestion dénotent un conflit constant entre son utilisation au service du développement humain de la région de Los Angeles et son existence de fleuve, objet naturel qui ne peut jamais se résumer à la domination par la technique. Les idées conservationnistes, qui ont participé au développement de l’Ouest comme l’une des régions les plus riches et les plus attractives du pays en dépit du climat, sont remises en question par une commune et un comté souhaitant faire réapparaître le caractère vivant du fleuve et son importance historique dans la construction urbaine et régionale. Les mesures mises en œuvre possèdent des limites en tant qu’elles sont surtout symboliques, dans une période de remise en question des modes de consommation des ressources naturelles.

Notes

1 White R., The Organic Machine, the Remaking of the Columbia River, New York, Hill & Wang, 1999.

2 Welch R., A Brief History of the Tongva Tribe: the native inhabitants of the lands of the Puente Hills Preserve, Claremont (California), PhD Program, Department of History, Claremont Graduate University, 2006, p. 4.

3 Gumprecht B., The Los Angeles River: Its Life, Death, and Possible Rebirth, Baltimore, The John Hopkins University Press, 1999/2001, p. 43.

4 Scharzenegger A., Chrisman M., Coleman R., Rio de Los Angeles State Park: Preliminary General Plan and Draft Environmental Impact Report, Sacramento, Department of Parks and Recreation, 2005, p. xiii ; <http://www.parks.ca.gov/pages/21299/files/tayloryardgpeir.pdf>.

5 Gumprecht B., op. cit., p. 44.

6 Ibid., p. 51.

7 Baur J. E., The Health Seekers of Southern California, 1870-1900, San Marino, Huntington Library Press, 2004.

8 Ibid., p. 58.

9 Gumprecht B., op. cit., p. 99.

10 McPhee J., « Los Angeles Against the Mountains », dans Deverell W. et Hise G. (dir.), Land of Sunshine: An Environmental History of Metropolitan Los Angeles, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2005, p. 182.

11 Gumprecht B. op. cit., p. 114-115.

12 Hise G., Deverell W., Eden by Design: The 1930 Olmsted-Bartholomew Plan for the Los Angeles Region, Berkeley-Los Angeles-London, University of California Press, 2000.

13 Zhao D., From Parklands to Concrete: Plans for the Los Angeles River, Pomona Senior Thesis in Environmental Analysis, Claremont, Pomona College, 2010, p. 24 ; <htttp://ea.pomona.edu/wpcontent/uploads/ZHAO-thesis-final.pdf> (dernière visite août 2014).

14 Loomis A. A., « Natural Corridors of Los Angeles », Delirious L. A. research and essays on landscape, urbanism and architecture, 2005 ; <http://www.deliriousla.net/essays/2005-cnu13river.htm>.

15 Deverell W., Whitewashed Adobe: the Rise of Los Angeles and the Remaking of its Mexican Past, Berkeley, University of California Press, 2004, p. 93.

16 Gumprecht B., op. cit., p. 141.

17 Ibid., p. 137.

18 Ibid., p. 170-171.

19 Orsi J., « Flood Control Engineering in the Urban Ecosystem », dans Deverell W. et Hise G. (dir.), Land of Sunshine: An Environmental History of Metropolitan Los Angeles, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2005, p. 137.

20 Gumprecht B., op. cit., p. 203-205.

21 Ibid., p. 215.

22 Friends of the Los Angeles River, « River Wildlife » ; <http://folar.org/environment/river-wildlife/#-carp> (dernière visite août 2014).

23 City of Los Angeles Department of Public Works. « Donald C. Tillman Water Reclamation Plant ». LA Sewers, 2013 ; <http://www.lasewers.org/treatment_plants/tillman/> (dernière visite août 2014).

24 Arroyo J. C. Culture in Concrete: Art and the Re-Imagination of the Los Angeles River as Civic Space, Master in City Planning, Boston, Massachusetts Institute of Technology, 2010, p. 53 ; <http://www.scribd.com/doc/62182369/Culture-in-Concrete-Art-and-the-Re-imagination-of-the-Los-Angeles-River-as-Civic-Space> (10 novembre 2011).

25 Jacobs J., Déclin et survie des grandes villes américaines, trad. Claire Parin-Senemaud, Liège, Pierre Mardaga, 1961/1991.

26 Le conservationnisme se distingue du préservationnisme où l’intérêt de la nature était sa valeur esthétique et spirituelle sous sa forme « vierge », et non sa valeur marchande après transformation. Ces deux approches n’ont pas les mêmes origines philosophiques, et elles ont longtemps servi à caractériser les différences entre mouvements et politiques de protection de la nature aux États-Unis au XXe siècle. Cette dichotomie possède ses limites comme grille de lecture de la situation environnementale américaine de notre siècle. Ainsi les agences fédérales ont bien souvent les deux missions de préservation et de conservation. De plus la préservation n’exclut pas toujours les usages économiques des territoires. Voir Schmutz H., Vers une redéfinition de la nature américaine : trois études de cas dans la région de Los Angeles, thèse de doctorat en Études anglophones, Paris, université Paris Sorbonne, 2013, p. 87.

27 Friend T., « River of Angels », The New Yorker, 26 janvier 2004, 42-9. <http://archives.newyorker.com/global/print.asp?path=/djvu/C…> (dernière visite août 2014).

28 Gottlieb R., Reinventing Los Angeles: Nature and Community in the Global City, Cambridge, Mass., the MIT Press, 2007, p. 137.

29 Los Angeles County Department of Public Works, « Los Angeles River Masterplan », 2009. <http://ladpw.org/wmd/watershed/LA/LA_River_Plan.cfm> (dernière visite août 2014).

30 Moore G. L. (project manager), Los Angeles River Revitalization Masterplan, City of Los Angeles, Department of Public Works, Bureau of Engineering, 2007.

31 « I do argue that it is our work that ultimately links us, for better or worse, to nature. One of the great shortcomings – intellectual and political – of modern environmentalism is its failure to grasp how human beings have historically known nature through work. Environmentalists, for all their love of nature, tend to distance humans from it. Environmentalists stress the eye over the hand, the contemplative over the active, the supposedly undisturbed over the connected. They call for human connections with nature while disparaging all those who claim to have known and appreciated nature through work and labor. » White R., op. cit., p. x.

32 Moore G. L., op. cit., p. 36.

33 « The long-term vision for the River involves restoring a continuous, functioning riparian ecosystem along the River Corridor. This would involve restoring riparian vegetation to support birds and mammals, and ideally, developing fish passages, fish ladders, and riffle pools to allow for restoration of steelhead trout habitat. » Ibid., p. 9.

34 Figueiredo Y., « Aux sources du débat écologique contemporain : l’expérience américaine », Revue française d’études américaines, 2006, 3/109, p. 77 ; <http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=RFEA&ID_NUMPUBLIE=RFEA_109&ID_ARTICLE=RFEA_109_0069>.

35 Bon L., « Not a Cornfield », 2005 ; <http://notacornfield.com/> (dernière visite août 2014).

36 Schenker H., « Why Urban Parks: A Matter of Equity? », George Wright Forum, 19.2 (2002), p. 43 ; <www.georgewright.org/192schenker.pdf> (dernière visite août 2014).

37 Moore G. L., op. cit., p. 54.

38 Gandy M., « Rethinking Urban Metabolism: Water, Space and the Modern City », City, 8.3 (2004), p. 363-379.

39 « An emerging area of opportunity may be the development of ordinances that require some amount of the property value increase that occurs because of rezoning to be applied to support the inclusion of existing residents and businesses in redevelopment. In Los Angeles, a rezoning from industrial to residential or mixed use can create increases of 200-to-300-percent in land value. Some resort communities have developed ordinances that either require a recapture of these increased values for affordable housing, or have established tight controls on the pace of development. Such “growth management” ordinances have been controversial, but as the pace of gentrification increases, it may be possible to learn from these examples to develop zoning mechanisms that can be effective in Los Angeles. » Moore G. L., op. cit., p. 19.

40 Spotts P., « Colorado River: Is historic cut in water release the new normal? », The Christian Science Monitor, 16 août 2013 ; <http://www.csmonitor.com/Environment/2013/0816/Colorado-River-Is-historic-cut-in-water-release-the-new-normal>.

41 Tree People, « Demonstrations and Solutions », 2013 ; <http://www.treepeople.org/cistern-model> (dernière visite août 2014).

42 Cronon W. (dir.), Uncommon Ground: Rethinking the Human Place in Nature, London and New York, Norton & Company, 1996, p. 37.

43 Tree People, op. cit.

44 Postel S., « A Sacred Reunion: the Colorado River Returns to the Sea », National Geographic, 19 mai 2014 ; <http://newswatch.nationalgeographic.com/2014/05/19/a-sacred-reunion-the-colorado-river-returns-to-the-sea/> (dernière visite août 2014).

Auteur

Maître de conférences en civilisation américaine, études environnementales, à l’université de Savoie Mont-Blanc.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540