Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement et environnement

 | 
Patrick Fournier
, 
Geneviève Massard-Guilbaud

Deuxième partie. Endiguer, canaliser : le cours d'eau, vecteur des aménagements territoriaux

Les impacts environnementaux et sociaux de l’aménagement des cours d’eau dans le Padouan (xiie-xve siècle)

Le cas du Canale di Battaglia

Rémy Simonetti

Texte intégral

  • 1 Menant F., Campagnes Lombardes au Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Be (...)

1À partir de la fin du XIIe siècle et encore plus clairement « dans les premières décennies du XIIIe siècle, les communes urbaines assument l’organisation d’ensemble de l’endiguement, à l’époque même où elles entreprennent le creusement des grands canaux de drainage et d’irrigation : le XIIIe siècle est le temps de la rationalisation dans le cadre du territoire communal1 ».

  • 2 Rippe G., Padoue et son contado. (Xe-XIIIe siècle). Société et pouvoir, Rome, École Française de R (...)
  • 3 Simonetti R., Da Padova a Venezia nel medioevo. Terre mobili, confini, conflitti, Roma, Viella, 20 (...)
  • 4 Bortolami S., « Il Brenta medievale nella pianura veneta. Note per una storia politico-territorial (...)
  • 5 Rolandini Patavini, Cronica in factis et circa facta Marchie Trivixane (a. 1200-1262), app. III, L (...)
  • 6 Rolandini Patavini, Cronica in factis et circa facta Marchie Trivixane (a. 1200-1262), app. III, L (...)

2Le cas Padouan rentre parfaitement dans le cadre général esquissé par François Menant. En fait à partir de la fin du XIIe siècle la commune de Padoue, par l’intermédiaire des groupes familiaux appartenant à l’aristocratie dirigeante urbaine2, prend le contrôle complet des cours d’eau de la ville et du territoire3. Elle ouvre ainsi une période de grands travaux hydrauliques visant à garantir la sécurité et l’exploitation agricole des campagnes et à transformer Padoue en un performant carrefour pour le commerce fluvial, ce qui permettra à la ville de devenir le premier partenaire commercial de Venise sur la terre ferme4. Le premier résultat d’une telle politique de contrôle et de valorisation des ressources hydriques fut le creusement du canal reliant Padoue à Monselice, un important site fortifié sur le parcours du fleuve Adige (carte 1). Le creusement de cette voie d’eau connue à présent sous le nom de Canale di Battaglia, mais également sous celui de Canale Padova-Monselice, remonte à 11895. Une autre grande intervention menée à cette époque par les dirigeants de Padoue a été le creusement, en 1209, du canal connu aujourd’hui sous le nom Canale del Piovego, qui relie encore de nos jours Padoue au village de Stra et au cours principal du fleuve Brenta6 (carte 2).

Carte 1. – Tracé du canal reliant Padoue à Monselice (Canale di Battaglia)

Carte 1. – Tracé du canal reliant Padoue à Monselice (Canale di Battaglia)

Carte 2. – Tracé du Canale del Piovego

Carte 2. – Tracé du Canale del Piovego
  • 7 Grandis C., « La via fluviale della Riviera Euganea… », art. cit., p. 268. En fait les travaux d’a (...)

3Il est intéressant de souligner que la construction des canaux de Battaglia et du Piovego ne constitue que la première étape d’un long parcours d’aménagement territorial qui voit la commune de Padoue travailler très intensément pour étendre et améliorer le réseau de voies navigables ainsi que le réseau routier. Ce processus dure pendant toute l’époque communale et se termine en 1314 avec le creusement, entre les villages de Limena et Brusegana, du canal Brentella, qui permet, grâce à la prise d’eau du Brenta, d’assurer un débit constant au fleuve Bacchiglione et par conséquent au Canale di Battaglia7.

La situation avant le creusement du Canale di Battaglia

  • 8 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 32.
  • 9 Bondesan A., « Natura antica e idrografia moderna del basso corso », Il Brenta, op. cit., p. 54-73 (...)
  • 10 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., 34.

4La région étudiée ici, à présent connue comme Riviera Euganea, est comprise entre la ville de Padoue au Nord, les Colli Euganei, « seul accident majeur du relief régional avec les Berici du Vicentin8 » à l’ouest, le cours du fleuve Bacchiglione à l’est et la ville de Monselice au sud. Elle fait partie de la plaine padouane, située dans le nord-est de la plaine du Pô là où elle s’élargit en éventail aux approches de la mer Adriatique. Cette plaine est le résultat du comblement du vaste golfe adriatique réalisé au moins en partie par les fleuves Brenta, Bacchiglione, Adige et Pô durant le Quaternaire. Cette bande de terrain se situe dans la soi-disant « basse plaine », c’est-à-dire la vaste région située au sud de la ligne de résurgence qui correspond à l’apparition de dépôts plus récents, plus fins, sableux et argileux, très peu perméables. Une caractéristique remarquable est l’irrégularité du relief de cette plaine dans laquelle certaines zones sont tout à fait plates, voire parfois légèrement concaves, et d’autres présentent des éminences, voire une alternance de dépressions et d’éminences souvent marquées par des bourrelets alluviaux, mémoire des anciens parcours des principaux fleuves dans l’holocène. La principale richesse, qui est en même temps le principal problème de cette région est l’abondance des eaux, sous forme de fleuves, rivières, canaux, fossés et zones marécageuses9. Comme l’a bien souligné Gérard Rippe, les dépressions marécageuses se situent non seulement au voisinage des fleuves, « mais aussi au pied des Euganées, du fait d’une érosion fluviale qui fut longtemps violente et d’un lent abaissement du sol à cet endroit10 ».

5Nous venons de mentionner l’importante présence de l’eau dans la zone la plus proche des Euganei, situation strictement liée au grand nombre de « rivières » (rii et calti) qui descendent du versant oriental des Colli Euganei avec une pente très raide et, après un court trajet, rejoignent la plaine où elles en rencontrent d’autres avec un parcours presque orthogonal. À ce grand nombre de cours d’eau, il faut ajouter les nombreuses sources parmi lesquelles se trouve, surtout près des villages d’Abano et de Montegrotto, un grand nombre de sources thermales.

  • 11 Bosio L., « Il territorio : la viabilità e il paesaggio agrario », dans Buchi E. (dir.), Il Veneto (...)
  • 12 La Rocca C., « Le invasioni », dans Fumian C., Ventura A. (dir.), Storia del Veneto, I, Dalle orig (...)
  • 13 Gasparri S., « Dall’età longobarda al secolo x », dans Rando D., Varanini G. M. (dir.), Storia di (...)
  • 14 Azzara C., Venetiae. Determinazione di un’area regionale tra antichità e alto medioevo, Treviso, C (...)

6Nous pourrions évoquer, à propos de la vaste entreprise de colonisation agraire (centuriatio) menée par les Romains dans cette zone très délicate, du pied des Euganei à l’ouest jusqu’au fleuve Brenta à l’est, un équilibre hommes-milieu. Luciano Bosio a souligné que la centuriatio n’était pas seulement un système de rémunération pour les colons-soldats mais une véritable œuvre d’aménagement territorial, avec des canaux de drainage qui, en réglant l’écoulement des eaux de surface, garantissaient la salubrité et la fertilité du sol11. Cet équilibre a été en grande partie bouleversé entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, lors des luttes entre les différents prétendants au siège impérial et du passage dans la région des Goths d’Alaric (401 et 40812), des Huns d’Attila (45213) et des Ostrogoths de Théodoric (488-8914). Il est facile d’imaginer les conséquences de la présence des armées : abandon des parcelles cultivées, destruction des infrastructures, manque d’entretien des réseaux routiers et fluviaux, etc.

  • 15 Gasparotto C., L’euganeo dio Apono e le sue salutari acque, Abano Terme, Notiziario dell’Azienda d (...)
  • 16 Magni Aureli Cassiodori Senatoris, Variarum libri duodecim, in MGH, Auctorum antiquissimorum tomus (...)
  • 17 Simonetti R., Da Padova a Venezia, op. cit., p. 29.

7Ces problèmes sont bien mis en évidence par Cassiodore dans une lettre (537-538) destinée à l’architecte Aloiosus qui avait été chargé par le roi de remettre en état les thermes d’Aponus, aujourd’hui Abano Terme, une importante station thermale très connue depuis l’époque romaine15. Dans cette lettre, Cassiodore précise que le bassin thermal se trouve dans un état lamentable à cause du manque d’entretien qui perdure depuis des années ; les bâtiments y tombent en ruine, les rues y sont à l’abandon, la végétation (virgulta) et les eaux non contrôlées y règnent. Le roi ordonne donc à Aloiosus de restaurer les bâtiments, les routes et surtout les canaux qui amenaient l’eau chaude dans le village16. Évidemment il s’agit d’un cas très particulier et surtout d’une superficie limitée, probablement quelques kilomètres carrés, mais la comparaison avec les études et les fouilles archéologiques permet d’attribuer à cette description un caractère plus général17.

  • 18 Pauli Diaconi, Historia Langobardorum, edidit G. Waitz, in MGH, Scriptores rerum germanicarum in u (...)
  • 19 Ibid., III, 23.
  • 20 Pour une critique des sources narratives voir Simonetti R., Da Padova a Venezia, op. cit., p. 35-3 (...)
  • 21 Casazza L., Il territorio di Adria tra VI e X secolo, Padova, CLEUP Editrice, 2001, p. 133.
  • 22 Pinna M., « Il clima nell’alto medioevo. Conoscenze attuali e prospettive di ricerca », L’ambiente (...)

8Malheureusement les sources documentaires dont nous disposons pour essayer de reconstruire la situation environnementale pendant le haut Moyen Âge sont peu nombreuses, voire inexistantes. La principale source est constituée par les chroniques, parmi lesquelles la plus importante est sans doute l’Historia Langobardorum de Paul Diacre18. Or Paul Diacre nous apprend que pendant l’an 589 la région qui à l’époque était connue sous le nom de Venetia fut touchée par un énorme déluge19. D’après Paul Diacre, cette inondation aurait complètement bouleversé le territoire, endommageant les cultures, les villes, le réseau routier et surtout l’hydrographie de la plaine comprise entre Vérone et Padoue. Or, compte tenu de la propension des chroniqueurs à propager des nouvelles non vérifiées et à exagérer l’importance de certains phénomènes naturels en leur donnant une dimension moralisatrice et eschatologique20, nous sommes contraints de rester prudents en interprétant des données fournies par les sources narratives. Bien que la situation réelle du territoire nous échappe presque complètement entre les VIe et Xe siècles, nous pouvons avancer l’hypothèse qu’il s’agissait d’une période de climat défavorable21. Les indices d’une aggravation de la situation climatique sont nombreux, comme l’a bien souligné Mario Pinna, selon lequel, entre les Ve et IXe siècles, les températures moyennes auraient été plus basses que celles de l’Antiquité tardive avec une pluviosité accentuée22.

  • 23 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 17.
  • 24 Bortolami S. et Caberlin L. (dir.), Il « Liber Iurium » del comune di Monselice (secoli XII-XIV), (...)
  • 25 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 38-39.
  • 26 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 39.

9Ces considérations sur le climat, combinées avec les bouleversements qui ont eu lieu pendant la période troublée des migrations des peuples provenant de l’Est, laissent soupçonner que la maîtrise des eaux devait être faible. En fait, comme l’a bien démontré Sante Bortolami, pendant le haut Moyen Âge le marais était largement répandu le long de la bande de territoire au pied des Euganei. Une zone particulièrement intéressante est celle qui s’étend entre les villages de Pernumia et Monselice, pour laquelle les sources, bien que rares avant le Xe, attestent la présence de marais et zones humides sur une vaste partie du territoire23. Il est intéressant de signaler que le village de Pernumia a longuement contesté à Monselice la juridiction sur le village de Viminario (ce terme très éloquent renvoie aux roseaux, vimini en italien, et donc à une zone humide24). Ce document atteste la présence de zones marécageuses et de sources thermales qui s’étendent même au nord-ouest de Pernumia, en direction de Arquà (aujourd’hui Arquà Petrarca) et Montegrotto25, ainsi que l’existence d’aménagements visant à contrôler cette masse d’eau potentiellement dangereuse26.

Le creusement du Canale di Battaglia : les enjeux techniques

10En 1189, la commune de Padoue décide de creuser le Canale di Battaglia afin de relier la ville au château (castrum) de Monselice. Si nous nous arrêtons à la description des chroniques qui viennent d’être signalées, il pourrait sembler que l’opération ait été plutôt simple. En fait les douze ans passés entre le commencement des travaux (1189) et l’ouverture effective du canal à la navigation (1201) donnent déjà une idée des difficultés que la réalisation d’un tel ouvrage présentait.

  • 27 Grandis C., « La via fluviale della Riviera Euganea (1189-1557) », art. cit., p. 269 et 271.

11Claudio Grandis a bien souligné les problèmes rencontrés par les maîtres des eaux (magistri aquarum) lors du creusement de cette voie d’eau. Considérons d’abord le fait que ce canal, long de dix-huit kilomètres, s’étend dans une zone en grande partie marécageuse et parsemée de cannaies et de bois. Cela pourrait expliquer une particularité du Battaglia, à savoir le fait qu’il s’agit d’un canal « suspendu », puisque son lit se trouve à un niveau plus élevé que la campagne environnante. En fait, seulement une partie du canal a été creusée, celle allant de Padoue à Giarre di Abano, sur environ six kilomètres. Pour le reste du trajet, entre Giarre di Abano et Monselice, les eaux coulent entre de puissantes digues en terre et trachyte27. Pour réaliser un aménagement pareil, des milliers de mètres cubes de terre et de pierre furent nécessaires, matériaux qui furent seulement en partie récupérés sur place puisque les sols sablonneux de la région n’étaient pas les plus adaptés pour garantir la résistance des digues.

12Une autre particularité réside dans le fait que les eaux coulent de Padoue à Battaglia en direction nord-sud sur environ douze kilomètres et demi et pour les cinq kilomètres et demi restant, de Monselice à Battaglia, en direction sud-nord. Battaglia est donc le point de rencontre des eaux provenant de deux directions opposées et avec deux pentes également opposées. Les choses sont encore compliquées par le fait que les deux cours d’eau arrivent à Battaglia avec une dénivellation considérable, ce qui fait que le canal appelé Sottobattaglia, chargé d’assurer l’écoulement des eaux provenant de Padoue et de Monselice et de garantir une liaison directe entre Padoue et Chioggia, se trouve environ sept mètres au-dessous du Canale di Battaglia.

  • 28 Grandis C., « Il Bacchiglione nel territorio padovano », Il Bacchiglione, op. cit., p. 184-211, p. (...)
  • 29 Zanetti P. G., « Una difficile regolazione delle acque », dans Zanetti P. G., Grandis C. (dir.), L (...)

13Un autre problème provient du fait que le nouveau canal croise presque orthogonalement les nombreux cours d’eau (rii, calti etc.) qui descendent des Colli Euganei et dont la partie terminale a été modifiée afin de permettre le franchissement du nouvel obstacle. Or, les calti du secteur nord ont été détournés afin de les faire couler dans un canal d’écoulement appelé scolo Rialto, les autres ont été emmenés à Rivella. Deux botti idrauliche, c’est-à-dire des siphons, ont été bâtis à Pigozzo e Rivella28. Le siphon de Pigozzo est particulièrement intéressant parce qu’il s’agit d’un véritable tunnel mesurant soixante-six mètres de long, trois mètres de hauteur et cinq mètres et demi de largeur, creusé dans le rocher des Euganei, permettant de passer sous le Canale di Battaglia29.

L’impact socio-économique

  • 30 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 522.
  • 31 Grandis C. « Uomini e barche, navigazione e trasporto », dans La riviera Euganea, op. cit., p. 111 (...)
  • 32 Billanovich M. C., Attività estrattiva negli Euganei. Le cave di Lispida e del Pignaro tra Medioev (...)
  • 33 Ibid., p. 17.

14D’après Gérard Rippe le creusement du Canale di Battaglia « s’insère dans des perspectives toutes commerciales30 », et effectivement, l’utilité économique de la nouvelle voie d’eau apparaît immédiatement. Le canal permet d’abréger sensiblement le trajet qui sépare Padoue de Chioggia et donc de la lagune31. Une grande quantité de denrées (céréales, légumes, viande, vin, animaux, etc.) descend le Canale di Battaglia et le Sottobattaglia ou Vigenzone pour rejoindre le marché Vénitien. Le nouveau canal est particulièrement important pour le transport vers Venise des grosses pierres de trachyte, extraites dans les carrières de Lispida et Pignaro, dans les Euganei, et utilisées à Venise pour renforcer les lidi et limiter le problème de l’érosion marine32. De gros travaux d’aménagement sont réalisés dans cette région dès les premières décennies du XIIIe siècle. Ainsi, un réseau de canaux creusés à la base du col de Lispida permet de relier les carrières au Canale di Battaglia, limitant ainsi le transport par voie terrestre qui, à l’époque, est lent et coûteux33.

  • 34 Antonello G., « I mulini », dans Zanetti P. G. (dir.), Battaglia Terme, op. cit., p. 41-51.
  • 35 Dans l’image 1 les lettres M indiquent la présence d’usines utilisant la force hydraulique.
  • 36 Simonetti R., « Prévention du risque et exploitation des ressources hydrauliques dans le Padouan ( (...)

15Cependant la rapidité du transport des marchandises n’est qu’un des aspects positifs, et peut-être pas le plus important. Nous avons évoqué la dénivellation entre le Battaglia et le Sottobattaglia et la possibilité d’exploiter la force hydraulique générée par cette chute. Les premiers témoignages de l’exploitation de cette force hydraulique remontent à 1208, sept ans seulement après l’ouverture du canal. Le 28 juillet 1208, la commune de Padoue loue au notaire Boceka la quatrième partie de la prise d’eau (bampatura) et du moulin qui se trouve « dans la rivière appelée Fossatus qui conduit à Monselice » près du village de Battaglia34. À partir de cette date un grand nombre d’usines utilisant la force hydraulique (moulins, foulons, scieries etc.) s’installent le long du Canale di Battaglia, du Sottobattaglia ou Vigenzone et des canaux mineurs tels que Rialto et Menona35. Particulièrement importante à cet égard est l’installation à Battaglia, en 1339, d’une usine de production de papier (carta bombasina) fortement voulue par le Seigneur de Padoue François Ier de Carrare36.

  • 37 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 40.

16Au fil du temps le Canale di Battaglia devient un véritable catalyseur des meilleures ressources économiques de la région comme en témoigne la présence à Battaglia d’un grand nombre d’entrepreneurs et d’ouvriers provenant d’autres villages du contado padouan et même de Vicence. Sante Bortolami a bien mise en évidence l’importance du canal pour le développement économique des villages de Pernumia et Monselice, qui au cours des siècles ont profité de cette voie pour l’installation d’usines, pour la navigation et même pour l’assainissement et l’irrigation de vastes parties de leur territoire37.

  • 38 Polizzi C. F., « Proprietà, feudi e livelli di molini e canali nella Padova comunale », dans La Ri (...)
  • 39 Antonello G., « I mulini », dans Battaglia Terme op. cit., p. 41-51.
  • 40 Zanetti P. G., « Una difficile regolazione delle acque », art. cit., p. 184.

17Les sources laissent entrevoir également les aspects négatifs de cet aménagement : en 1204 lorsque l’abbé de Praglia loue un moulin situé près du Canale di Battaglia, le long d’un cours d’eau appelé fovea nova Rivi Mizani, il s’empresse de préciser que le cours d’eau pourrait être détourné, voire fermé, à tout moment, par la commune de Padoue, afin de garantir la sécurité hydraulique de la région38. Il est fort probable que ce cours d’eau ait été creusé illégalement afin d’alimenter les roues du moulin de l’abbé, comme c’est le cas pour de nombreux petits cours d’eau de la région. Au fil du temps, la commune de Padoue est contrainte de créer une commission d’enquête chargée de coequare aquas, c’est-à-dire de vérifier la quantité d’eau dont dispose chaque moulin39. Le but est de garantir un débit constant et donc la navigabilité du Canale di Battaglia, mais également d’empêcher le creusement de nouvelles dérivations qui affaibliraient les digues. En outre il est nécessaire de calculer la quantité d’eau détournée dans le Battaglia afin de ne pas priver Padoue de l’eau du Bacchiglione, nécessaire à la vie et au fonctionnement des usines citadines40. Or, ce problème n’est résolu qu’en 1314 avec le creusement du canal Brentella, mais pour toute l’époque communale, la pénurie d’eau dans la ville a été une menace constante.

Les enjeux environnementaux

18Nous avons constaté que l’opération menée par la commune de Padoue s’insère dans un cadre environnemental très délicat et nous avons apprécié les retombées socio-économiques du creusement du Canale di Battaglia. Nous devons désormais nous interroger sur l’incidence de ces mutations du point de vue de l’équilibre hommes-milieu.

  • 41 Zanetti P. G., « Una difficile regolazione delle acque » art. cit., p. 202-204.
  • 42 Ibid., p. 205.
  • 43 Archivio della Curia vescovile di Padova, (dorénavant ACVPd), Villarum, IV, Conselve, perg. 8, Cat (...)

19Avant le creusement du canal, les eaux de surface de la région située à l’est des Euganei étaient évacuées grâce à une série de petits cours d’eau orientés ouest-est et qui suivaient la ligne de pente, ce qui n’est plus possible après 1201 à cause des imposantes digues du canal qui croisent presque orthogonalement tous ces cours d’eau41. Après quelques années, des zones marécageuses et même quelques petits lacs sont apparus dans la zone comprise entre le canal et les Euganei, notamment à Arquà, Lispida, Granze (Montegrotto) et Basse di Friso (Mandria), ce qui témoigne probablement d’une aggravation des problèmes d’écoulement dont souffrait la région42. Grâce à un document conservé à l’Archive de l’Évêché de Padoue43, nous apprenons qu’un peu plus à l’est, aux alentours de Conselve, se trouvent diverses parcelles cultivées ou incultes situées dans une zone humide.

  • 44 Encore un toponyme qui renvoie à la présence d’eau.
  • 45 ACVPd, Villarum, V, Gorgo, perg. 5, 1211 août 5.

20Un autre document fondamental pour cette recherche est le procès verbal qui recueille les témoignages rendus à l’occasion du procès entre la famille Zoppelli et les habitants (homines) de Bovolenta (1211) au sujet de la juridiction sur le village de Gorgo44, situé entre Cartura et Bovolenta45. Les témoins concordent sur le fait que, dans la seconde moitié du XIIe siècle, les campagnes environnant le village de Gorgo sont en grande partie submergées. Plus précisément, Anitus de Cartura déclare : « une grande partie du territoire de Gorgo était marécageuse et non cultivée, seules les parcelles les plus hautes étaient cultivées ». Ce témoignage est intéressant à plusieurs égards. En premier lieu parce qu’il confirme que seules les parcelles qui se trouvaient in alturis, c’est-à-dire probablement sur ou à proximité des bourrelets alluviaux, pouvaient être cultivées efficacement ; ensuite parce qu’il ajoute que « depuis environ 25 ans, plusieurs parties du territoire ont été rendues cultivables ». D’après ce témoin, quelque chose s’est donc passé à Gorgo, à la fin du XIIe siècle, qui a permis de mettre, voire de remettre en valeur les terres et de commencer une nouvelle vague de production agricole.

  • 46 ACVPd, Villarum, V, Gorgo, perg. 21, 1211 août 5.
  • 47 Cagnin G., « Per molti et notabel danni i qual riceve campi, pradi, ville e vigne per lo corso maç (...)

21En ce qui concerne la cause de cette présence massive de l’eau à Gorgo, nous pouvons tirer quelques informations des déclarations des témoins présentés par la famille Zoppelli. D’après le prêtre de Gorgo, Johannes, « l’eau entrait temporairement (per sasones) de sorte que de nombreuses parties du territoire ne pouvaient pas être cultivées » ; un autre témoin précise que « toutefois, lorsque l’eau sortait, elles pouvaient être cultivées ». Ces informations, bien que plutôt générales, nous permettent d’avancer l’hypothèse qu’il ne s’agissait pas d’eau de résurgence mais plutôt d’eau provenant d’ailleurs qui, littéralement, entrait dans les parcelles pour en sortir après quelques jours, voire quelques semaines. Cette hypothèse est confirmée par la déclaration de Marsilius de Gurgo selon laquelle les parcelles étaient en majorité « submergées à cause de la crue » (sub aqua propter plenam46). Or, le terme plena semble renvoyer aux crues d’un fleuve, et le mot sasones utilisé par le prêtre de Gorgo semble renvoyer à « saison », ce qui fait penser aux crues saisonnières des fleuves qui, encore de nos jours, causent de graves problèmes47.

  • 48 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 41.

22Les statuts de Pernumia attestent également la présence de zones humides situées à l’est du canal et s’étendant en direction du village, d’où la nécessité pour les habitants du lieu de se livrer à des corvées de creusement48. Pour en rester à cette zone comprise entre Conselve, Cartura et Bovolenta, diverses parcelles cultivées se situent dans un lieu-dit « argere de Porta » (arger = digue), d’autres dans un lieu-dit « argere de Prata », etc. La toponymie, telle qu’elle est attestée par les sources écrites, nous présente l’image d’un milieu presque dominé par l’eau et notamment par l’eau stagnante, mais elle atteste également les travaux d’aménagement (aggeres, dosones, canaux, ponceaux, etc.) réalisés au fil des siècles par les habitants afin de contrôler ce territoire difficile et de le rendre fonctionnel et économiquement rentable.

  • 49 ACVPd, Villarum, V, Gorgo, perg. 5, 1211 août 5.
  • 50 ACVPd, Villarum, V, Gorgo, perg. 5, 1211 août 5.

23Nous venons de voir la situation décrite par les témoins de 1211 qui permet de formuler l’hypothèse que les fréquentes alluvions étaient dues aux crues d’un fleuve ou d’un cours d’eau. Le témoin Anitus de Cartura avait déclaré que « lorsque le Salgarolus fut fermé, un grand nombre de parcelles incultes ont été remises en culture49 ». Or Anitus n’est pas le seul à mentionner la « fermeture » (seratus) de ce Salgarolus. Iohannes de Viduis propose une relation directe entre cette fermeture et l’assainissement de cette zone marécageuse en disant qu’« après la fermeture du Salgarolus, l’eau est sortie des parcelles de sorte qu’on a pu les cultiver50 ». Il semble donc évident, malgré l’impossibilité d’identification précise sur la cartographie actuelle, que ce Salgarolus était un cours d’eau qui a été fermé ou détourné, voire endigué, afin de garantir l’assainissement de cette vaste zone humide.

  • 51 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 517.
  • 52 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 194.
  • 53 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 208.

24En fait, il est fort probable qu’avant la fermeture définitive, il y eut une période d’expérimentation, puisque le prêtre de Bovolenta avait déclaré qu’« il était souvent fermé ». Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure de préciser l’auteur de cette initiative qui, à en juger par ces témoignages, a été très importante au niveau local. Il pourrait bien s’agir de la commune de Padoue ou d’une famille de grands propriétaires fonciers, comme par exemple les Da Carrara, mais « pas plus que le défrichement des forêts, l’assèchement des marécages n’est dû à la seule initiative des grands51 ». En fait, l’assèchement résulte très souvent de l’action d’un groupe de petits propriétaires qui s’associent (consortes) afin de mobiliser les ressources nécessaires : la commune urbaine, la commune rurale ou le seigneur du lieu intervient alors a posteriori pour ratifier et légitimer. C’est le cas, probablement, avec le réseau de canaux de drainage et d’irrigation de la commune rurale de Pernumia. Les Statuts précisent que les consortes doivent se charger de l’excavation et de l’entretien des canaux (dosones) afin d’assurer la meilleure exploitation des parcelles. La commune conserve le droit de surveillance et de contrôle qu’elle exerce par l’intermédiaire d’officiers nommés jurés (iurati52), chargés de contrôler les dosones deux fois par mois53.

  • 54 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 521-522.

25Il serait intéressant de savoir si l’aménagement du Salgarolus et des campagnes environnantes est lié à l’excavation du Canale di Battaglia. D’après le témoin mentionné ci-dessus, la fermeture de cette rivière remonterait à 1186, et serait antérieure à l’excavation du Battaglia, donc indépendante de cette opération. En fait, il est probable qu’il s’est agi d’une opération préparatoire visant à améliorer la stabilité du réseau hydrographique dans cette région si délicate, puisque souvent l’autorité communale a imposé « à un ensemble de village les travaux de canalisation préliminaires à l’intervention directe des capitaux des consorteries citadines54 ». Cependant à ce stade, c’est seulement une hypothèse qui doit être vérifiée par d’autres recherches dans les archives padouanes et, éventuellement, grâce à des fouilles archéologiques.

  • 55 Archivio di Stato di Padova (ASPd), Pergamene diverse, Mazzo XXI, perg. N. 456.
  • 56 ASPd, Pergamene diverse, Mazzo xxi, perg. N. 457.

26La preuve la plus claire des problèmes environnementaux, et notamment hydrauliques, engendrés par le creusement du Canale di Battaglia est fournie par un document datant de 1356 concernant les propriétés du célèbre médecin Jacobus de Dondis près du village de Montegrotto. Parmi les parcelles décrites par le notaire, nous trouvons « tous les marais et tout ce qui, à cause de la présence des eaux stagnantes, était inculte. En fait, avant la construction des siphons qui permettent l’écoulement des eaux du Canale Rivialti, il n’y avait pas de parcelles cultivées mais seulement des marécages55 ». Dans ce passage, le notaire ne se contente pas de signaler le caractère marécageux des parcelles, il précise la cause du problème, à savoir l’écoulement des eaux du Canale Rialto, collecteur des rii et calti des Euganei. D’après ce document, c’est seulement après la construction d’un nombre non précisé de siphons permettant aux cours d’eau descendant des Euganei de passer sous le Battaglia, que Jacobus Dondi a pu exploiter ses parcelles. La situation est aggravée par la présence de sources, thermales ou non (fonticae, balnea etc.). Un autre document atteste la présence d’un grand nombre de parcelles non cultivées (sedimina garba) à cause de l’eau (propter aquas), et de zones marécageuses (paludes) dans toute la région comprise entre Abano, Montegrotto et Monselice56.

*

  • 57 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 514.
  • 58 Simonetti R., « Prévention du risque », art. cit., p. 218-219. Sur la désinvolture des interventio (...)

27Cette étude de l’aménagement du Canale di Battaglia souligne l’exigence de « constamment aménager et/ou entretenir les réseaux de fossés et de canaux de drainage57 », et de limiter les abus commis par les particuliers ou par les communautés rurales (ruptures des digues, creusement de petits canaux etc.) afin de sauvegarder le délicat équilibre entre exploitation des ressources naturelles58, notamment hydriques, et sécurité des campagnes. Si le creusement du canal a sans doute eu des effets positifs d’un point de vue socio-économique – raccourcissement du trajet entre Padoue et Chioggia, exploitation de la force hydraulique pour le fonctionnement de moulins, foulons, etc. –, il a perturbé le fragile équilibre écologique qui existait depuis l’époque romaine, notamment en modifiant le système hydrographique et en entraînant parfois la formation de nouvelles zones humides dans la zone la plus proche des Colli Euganei.

  • 59 Zanetti P. G., « Una difficile regolazione delle acque », art. cit., p. 211.
  • 60 Grandis C., « Uomini e barche… », art. cit., p. 114.

28Les problèmes de gestion des ressources en eau dans cette région persistent à l’époque moderne. Pour en rester à la zone la plus proche du Canale di Battaglia, les difficultés d’écoulement des eaux provenant des Colli Euganei restent importantes et d’autres siphons, parmi lesquels la Botte di Rivella, sont construits le long du Battaglia au milieu du XVIe siècle, dans le cadre d’une vaste opération d’assainissement lancée par Venise en 1557 et connue sous le nom de Retratto di Monselice59. Cette ambitieuse opération concernant environ 10 000 campi padovani (environ 3 900 hectares60) n’a pas permis d’obtenir un bon écoulement des eaux de surface malgré l’excavation de plusieurs canaux de décharge.

  • 61 Archivio del Consorzio di Bonifica Bacchiglione, Fondo « Bacchiglione-Colli Euganei », b. 233/4.
  • 62 Simonetti R., « Il delta lagunare del fiume Brenta », art. cit., p. 79.

29La stagnation des eaux de surface, les inondations et la formation de zones humides temporaires persistent jusqu’à nos jours. Les Archives historiques du Consorzio di Bonifica Bacchiglione conservent un grand nombre de documents concernant la gestion hydraulique de ce vaste territoire depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours61. Il ressort de la consultation des dossiers que les problèmes rencontrés restent, aujourd’hui, de nature similaire : difficulté d’évacuation des eaux qui descendent des Euganei et stagnation dans la plaine, insuffisance du réseau de décharge conçu pour alléger les crues du Bacchiglione, ce qui engendre, presque chaque année, des inondations touchant non seulement les villages les plus proches du Battaglia mais également la périphérie de Padoue. À tout cela, il faut ajouter l’urbanisation massive qui a caractérisé la région depuis le milieu du XXe siècle et, surtout, le manque de vision d’ensemble des problèmes hydrauliques de la région62.

Notes

1 Menant F., Campagnes Lombardes au Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe au XIIIe siècle, Rome, École Française de Rome, 1993, p. 180. Simonetti R., « Governo delle acque e circolazione delle conoscenze tecniche nell’Italia comunale (secoli XII-XIV) », dans Murat Z. et Zonno S. (dir.) Medioevo veneto, Medioevo europeo. Identità e alterità, Padova, Padova University Press, 2014, p. 11-25.

2 Rippe G., Padoue et son contado. (Xe-XIIIe siècle). Société et pouvoir, Rome, École Française de Rome, 2003, p. 521.

3 Simonetti R., Da Padova a Venezia nel medioevo. Terre mobili, confini, conflitti, Roma, Viella, 2009, p. 117. Simonetti R., « Il comune di Padova e il governo delle acque. (Secc. XII-XIII) », dans 1209-2009. Il Piovego dallo scavo del 1209 ad oggi, Actes de la journée d’études, Padoue 4 avril 2009, Padoue 2009, p. 12-32.

4 Bortolami S., « Il Brenta medievale nella pianura veneta. Note per una storia politico-territoriale », dans Bondesan A., Caniato G., Gasparini D., Vallerani F., Zanetti M. (dir.), Il Brenta, Sommacampagna (VR), CIERRE, 2003, p. 109-233, p. 209. Simonetti R., Governo delle acque, art. cit.

5 Rolandini Patavini, Cronica in factis et circa facta Marchie Trivixane (a. 1200-1262), app. III, Liber regiminum Padue, Texte établi par A. Bonardi, t. viii, p. i, Città di Castello 1905, p. 296 ; Grandis C., « La via fluviale della Riviera Euganea (1189-1557) », dans Gallo-F. Rossetto D. (dir.), Per terre e per acque. Vie di comunicazione nel Veneto dal medioevo alla prima età moderna, Padova, Il Poligrafo, 2003, p. 267-298 et notamment p. 267. Simonetti R., Governo delle acque, op. cit., p. 17.

6 Rolandini Patavini, Cronica in factis et circa facta Marchie Trivixane (a. 1200-1262), app. III, Liber regiminum Padue, 301. Collodo S., « Ricerche sugli assetti territoriali dei Colli Euganei nel medioevo », Terra d’Este,xvi, 31, p. 7-55.

7 Grandis C., « La via fluviale della Riviera Euganea… », art. cit., p. 268. En fait les travaux d’aménagement ne se terminent pas en 1314, puisque les seigneurs Da Carrara (1338-1405) ont mené une politique très active d’assainissement, d’irrigation, de mise en valeur des terres marginales etc. Simonetti R., Da Padova a Venezia nel medioevo, op. cit.

8 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 32.

9 Bondesan A., « Natura antica e idrografia moderna del basso corso », Il Brenta, op. cit., p. 54-73 ; Bondesan A., « Le geometrie di un tracciato artificiale. Il basso corso e le foci », dans Selmin F., Grandis C. (dir.), Il Bacchiglione, Sommacampagna (VR), Cierre, 2008, p. 46-59.

10 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., 34.

11 Bosio L., « Il territorio : la viabilità e il paesaggio agrario », dans Buchi E. (dir.), Il Veneto nell’età romana, I, Storiografia, organizzazione del territorio, economia e religione, Verona, Banca Popolare di Verona, 1987, p. 59-102. Du même auteur : « Capire la terra : la centuriazione romana nel Veneto », dans Misurare la terra : centuriazione e coloni nel mondo romano. Il caso veneto, Modena, Panini, 1984, p. 15-21.

12 La Rocca C., « Le invasioni », dans Fumian C., Ventura A. (dir.), Storia del Veneto, I, Dalle origini al Seicento : Roma-Bari, Laterza, 2004, p. 56-70.

13 Gasparri S., « Dall’età longobarda al secolo x », dans Rando D., Varanini G. M. (dir.), Storia di Treviso, II, Il medioevo, Venezia, Marsilio, 1991, p. 3-39.

14 Azzara C., Venetiae. Determinazione di un’area regionale tra antichità e alto medioevo, Treviso, Canova, 1994.

15 Gasparotto C., L’euganeo dio Apono e le sue salutari acque, Abano Terme, Notiziario dell’Azienda di Cura, 1954.

16 Magni Aureli Cassiodori Senatoris, Variarum libri duodecim, in MGH, Auctorum antiquissimorum tomus II, recensuit T. Mommsen, Berolini1894 (editio nova 1961), I, 29. Simonetti R., Da Padova a Venezia, op. cit., p. 28.

17 Simonetti R., Da Padova a Venezia, op. cit., p. 29.

18 Pauli Diaconi, Historia Langobardorum, edidit G. Waitz, in MGH, Scriptores rerum germanicarum in usus scholarum, 48, Hannover 1878, (réimpression Hannover 1978).

19 Ibid., III, 23.

20 Pour une critique des sources narratives voir Simonetti R., Da Padova a Venezia, op. cit., p. 35-37.

21 Casazza L., Il territorio di Adria tra VI e X secolo, Padova, CLEUP Editrice, 2001, p. 133.

22 Pinna M., « Il clima nell’alto medioevo. Conoscenze attuali e prospettive di ricerca », L’ambiente vegetale nell’alto medioevo, XXXVII Settimana di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto medioevo, Spoleto, 22-28 aprile 1965, Spoleto 1966, p. 431-452 et notamment p. 435. Le Roy Ladurie E., Tempo di festa, tempo di carestia. Storia del clima dall’anno Mille, Torino, Einaudi, 1982, p. 278. Dorigo W., Venezia origini. Fondamenti, ipotesi, metodi, Milano, Electa, 1983, p. 189-191.

23 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 17.

24 Bortolami S. et Caberlin L. (dir.), Il « Liber Iurium » del comune di Monselice (secoli XII-XIV), Roma, Viella, 2005, doc. 1, p. 3.

25 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 38-39.

26 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 39.

27 Grandis C., « La via fluviale della Riviera Euganea (1189-1557) », art. cit., p. 269 et 271.

28 Grandis C., « Il Bacchiglione nel territorio padovano », Il Bacchiglione, op. cit., p. 184-211, p. 198.

29 Zanetti P. G., « Una difficile regolazione delle acque », dans Zanetti P. G., Grandis C. (dir.), La riviera Euganea. Acque e territorio del canale di Battaglia, Padova, Editoriale Programma, 1999, p. 183-222 et notamment p. 210.

30 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 522.

31 Grandis C. « Uomini e barche, navigazione e trasporto », dans La riviera Euganea, op. cit., p. 111-148, p. 111.

32 Billanovich M. C., Attività estrattiva negli Euganei. Le cave di Lispida e del Pignaro tra Medioevo ed età moderna, Venezia, Deputazione Editrice, 1997.

33 Ibid., p. 17.

34 Antonello G., « I mulini », dans Zanetti P. G. (dir.), Battaglia Terme, op. cit., p. 41-51.

35 Dans l’image 1 les lettres M indiquent la présence d’usines utilisant la force hydraulique.

36 Simonetti R., « Prévention du risque et exploitation des ressources hydrauliques dans le Padouan (XIIe-XVe siècles). Un équilibre instable », dans Heudes J., Guizard F., Beck C. (éd.), « Hors du lit : aléas, risques et mémoires », Revue du Nord, Hors série, 16, 2011, p. 213-222, p. 217.

37 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 40.

38 Polizzi C. F., « Proprietà, feudi e livelli di molini e canali nella Padova comunale », dans La Riviera Euganea, op. cit., p. 39-63.

39 Antonello G., « I mulini », dans Battaglia Terme op. cit., p. 41-51.

40 Zanetti P. G., « Una difficile regolazione delle acque », art. cit., p. 184.

41 Zanetti P. G., « Una difficile regolazione delle acque » art. cit., p. 202-204.

42 Ibid., p. 205.

43 Archivio della Curia vescovile di Padova, (dorénavant ACVPd), Villarum, IV, Conselve, perg. 8, Catasticus mansorum canonice in villa Consilvarum.

44 Encore un toponyme qui renvoie à la présence d’eau.

45 ACVPd, Villarum, V, Gorgo, perg. 5, 1211 août 5.

46 ACVPd, Villarum, V, Gorgo, perg. 21, 1211 août 5.

47 Cagnin G., « Per molti et notabel danni i qual riceve campi, pradi, ville e vigne per lo corso maçor de la Plave. Il difficile rapporto tra un fiume e il suo territorio nel Medioevo », dans Bondesan A., Caniato G., Vallerani F., Zanetti M. (dir.), Il Piave, Sommacampagna (VR), Cierre Edizioni, 2000, p. 212-227.

48 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 41.

49 ACVPd, Villarum, V, Gorgo, perg. 5, 1211 août 5.

50 ACVPd, Villarum, V, Gorgo, perg. 5, 1211 août 5.

51 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 517.

52 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 194.

53 Bortolami S., Territorio e società, op. cit., p. 208.

54 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 521-522.

55 Archivio di Stato di Padova (ASPd), Pergamene diverse, Mazzo XXI, perg. N. 456.

56 ASPd, Pergamene diverse, Mazzo xxi, perg. N. 457.

57 Rippe G., Padoue et son contado, op. cit., p. 514.

58 Simonetti R., « Prévention du risque », art. cit., p. 218-219. Sur la désinvolture des interventions des institutions et des particuliers sur l’environnement voir Simonetti R., « Il delta lagunare del fiume Brenta tra gestione del rischio idraulico e sfruttamento delle risorse naturali (secoli XII-XIV) », dans Canzian D., Simonetti R. (dir.) Acque e territorio nel Veneto Medievale, Roma, Viella, 2012, p. 59-81.

59 Zanetti P. G., « Una difficile regolazione delle acque », art. cit., p. 211.

60 Grandis C., « Uomini e barche… », art. cit., p. 114.

61 Archivio del Consorzio di Bonifica Bacchiglione, Fondo « Bacchiglione-Colli Euganei », b. 233/4.

62 Simonetti R., « Il delta lagunare del fiume Brenta », art. cit., p. 79.

Table des illustrations

Titre Carte 1. – Tracé du canal reliant Padoue à Monselice (Canale di Battaglia)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Carte 2. – Tracé du Canale del Piovego
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteur

Chargé de recherche en histoire médiévale au Dipartimento di Scienze Storiche, Geografiche e dell’Antichità, (DISSGeA), université de Padoue. Il est spécialiste d’histoire agraire, d’histoire environnementale et d’histoire des techniques.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540