Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Aménagement et environnement

 | 
Patrick Fournier
, 
Geneviève Massard-Guilbaud

Première partie. Construire les territoires, transformer l'environnement

La Guyane française face aux efforts d’aménagement de l’espace : acclimatement et modèles économiques coloniaux (1817-1835)

Jean-Yves Puyo

Full text

  • 1 Lévy J., « Aménagement », Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, dans J. Lévy (...)
  • 2 Agnew J, « The territorial trap: The geographical assumptions of international relations theory »,(...)

1À travers divers espaces et à des pas de temps différents, nos travaux poursuivent la même interrogation qui guide depuis toujours nos recherches universitaires, à savoir l’étude des savoirs professionnels et scientifiques liés à l’aménagement de l’espace. Selon Jacques Lévy, l’aménagement du territoire constitue un vocable typiquement français désignant à la fois une échelle (nationale), un acteur (l’État centralisateur) et une posture idéologique, « celle du sursaut face à un risque de désintégration ou de perte de substance du territoire national1 ». Sciemment, nous avons décidé de ne pas nous cantonner au seul domaine de cet aménagement du territoire mais d’ouvrir aussi à celui de l’espace, afin de tenter d’éviter ce que nous pourrions appeler, en faisant écho à l’expression de John Agnew, le piège territorial2. Cette posture consiste à ne pas considérer comme acteurs de l’aménagement les seuls acteurs étatiques, en omettant tous les autres porteurs de projets aménagistes, et à ne pas restreindre l’espace géographique à la seule notion de territoire.

  • 3 Gottmann J., Essais sur l’aménagement de l’espace habité, Paris, Mouton, 1966, p. 338.
  • 4 Soubeyran O., « Milieu », Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, op. cit., p.  (...)
  • 5 Cité par P. Arnould, in Dictionnaire des sciences humaines, dans Mesure S. et Savidan P. (dir.), P (...)
  • 6 J.-L. Tissier souligne qu’au sein de la géographie française, la notion d’environnement s’est join (...)

2Comme le souligne Jean Gottmann, cet aménagement de l’espace, « art complexe et magnifique », n’a pas pour seul but de distribuer ou redistribuer des ressources : « Il ne s’agit jamais d’aménager l’espace pour l’espace, ni par pur amour de l’art d’aménager. Il s’agit d’aménager des espaces habités, soit un milieu, pour les occupants de ce milieu3. » Par milieu, nous entendons, à l’exemple d’Olivier Soubeyran, « [le produit de l’interaction] entre l’homme et la nature, entre le biologique et le social4 ». Mais pourquoi utiliser ce terme plutôt que celui d’environnement qui, pour reprendre l’expression de Jean-Louis Tissier, pourrait être assimilé « aux habits neufs du milieu5 » ? En fait, nous estimons que le terme milieu « colle » parfaitement à la période que nous étudions, à savoir le XIXe siècle, riche en débats à propos du rôle joué par le même milieu sur l’Homme ou sur la vie en général. Il faut souligner que les auteurs utilisent alors le terme de Nature, à savoir des caractéristiques physiques d’un lieu donné considérées par rapport aux êtres vivants et/ou à une activité humaine déterminée. En cela, le vocable nature renvoie à celui de milieu plus que d’écosystème6.

  • 7 Fonds du Centre des Archives d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence (AOM) ; fonds Lohier du centre des arch (...)

3Dans le cadre de l’étude des rapports Homme-milieu, les opérations relevant de l’aménagement tentées en Guyane française, des années 1817 à 1835, viennent éclairer au mieux les multiples débats de l’époque portant sur la capacité des hommes à transformer le milieu et à s’y acclimater. Il est à noter que de nos jours, on parlerait plutôt d’adaptation, soit le grand paradigme de ce début de XXIe siècle qui, dans le discours public français, est en train de se substituer à la notion de développement durable. Ces débats, fondamentaux car toujours d’actualité, s’avèrent d’autant plus importants qu’ils interviennent à un moment clé de la société occidentale, à savoir le passage du siècle des Lumières – dont une grande part des acteurs rencontrés sont les héritiers – à la révolution industrielle, scientifique mais aussi sociale qui marqua tant la seconde moitié du XIXe siècle. Aussi notre recherche, qui repose en très grande partie sur l’étude croisée de différents fonds archivistiques7, se donne-t-elle pour objectif de déconstruire la pensée aménagiste des différents gouverneurs en charge de la Guyane, entre 1817 (à savoir la fin de l’occupation portugaise de la colonie) et 1835, date à laquelle le ministère de la Marine et des Colonies interdit toute nouvelle expérimentation pour la Guyane française « à base de colons blancs », suite aux nouveaux échecs enregistrés.

Les leçons tirées du désastre de Kourou

4Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, au plus fort des revendications territoriales françaises sur le bassin amazonien, la France s’estime en possession d’un vaste territoire dénommé la France équinoxiale s’étendant du sud à l’est, de la rive gauche des Amazones jusqu’à l’Orénoque, et au nord, jusqu’au fleuve Maroni, marquant la séparation avec les possessions hollandaises.

  • 8 Touchet J., Botanique et colonisation en Guyane française (1720-1848) – le jardin des Danaïdes, Ca (...)
  • 9 Papy L., « La Guyane française », Cahiers d’Outre-Mer, juillet-septembre 1955, p. 209-232, p. 231 (...)

5En 1761, la perte des Indes provoque un soudain intérêt pour la colonie guyanaise, quasi délaissée depuis sa fondation au tout début du XVIIe siècle. Dans un contexte de forte concurrence économique (avec la Hollande pour les épices et l’Angleterre pour le sucre), la Guyane se voit attribuer une nouvelle fonction : il s’agit désormais d’y développer des productions agricoles afin d’améliorer l’approvisionnement des possessions françaises des Antilles, alors trop tributaires sur ce point de leurs relations avec la Nouvelle Angleterre (futurs États-Unis d’Amérique) et les colonies voisines espagnoles : « Ainsi, la Guyane doit permettre […] de s’affranchir de l’étranger tout en aidant les Îles à Sucre à se consacrer aux productions commerciales8. » Il s’ensuit les débuts de ce qui a été nommé par la suite la politique de peuplement blanc de la colonie, caractérisée par l’épisode dramatique de l’expédition de Kourou. À noter que cette référence à la couleur des émigrants perdure près de deux siècles ; ainsi, on la trouve encore utilisée par le géographe Louis Papy, en 1955, dans la conclusion d’un article consacré à la Guyane française : « Toutes les tentatives de colonisation du pays par des hommes blancs ont été vouées à l’échec ; et l’expérience du bagne a eu des résultats lamentables9. »

  • 10 Deux tiers d’Allemands, la majorité d’entre eux venant de l’actuel land de Rhénanie-Palatinat cont (...)
  • 11 « They died in Kourou and Cayenne because of a conséquence of delays, déceptions and misinformatio (...)
  • 12 Desmoland B., « Projet d’établir une colonie de blancs », octobre 1821. Guyane S-F, carton 49 – F1 (...)

6En 1763, alors que cette colonie française compte une population (colons et esclaves) estimée à moins de 8 000 habitants, Choiseul projette d’y expédier 15 000 colons, destinés à développer et renforcer la position économique et géostratégique du Royaume de France aux Amériques, considérablement amoindrie tout récemment par la perte des possessions du Canada et d’une partie de la Louisiane, suite au traité de Paris (10 février 1763) mettant fin à la guerre de Sept ans. Grâce à une habile campagne de publicité, plus de 12 000 colons – dont une grande part de migrants étrangers10 –, partent des ports du Havre, de Marseille et de Rochefort, pour les savanes de la basse vallée du Kourou et du Sinnamary. Cette nouvelle population, déjà très amoindrie par les conditions éprouvantes du long voyage11, est décimée en quelques mois par les maladies (paludisme, dysenterie et fièvre jaune), d’autant plus que les environs de Kourou sont marécageux et que, mécontents de ce projet qui leur apparaît comme une menace grave envers leur autorité, les administrateurs de Cayenne ont retardé la préparation des camps nécessaires à l’hébergement des nouveaux arrivés. Comme le souligne soixante ans plus tard un colon guyanais, « l’entreprise de Mr Choiseul fut rêvée, proposée et exécutée avec un enthousiasme qui ne permit aucune réflexion et fit négliger toutes les précautions12 ».

  • 13 Mam Lam Fouck S., Histoire générale de la Guyane française, Cayenne, Ibis Rouge, coll. « Espaces g (...)
  • 14 Larin R., Canadiens en Guyane (1754-1805), Paris, éditions du Septentrion & PUPS, 2006, p. 134.
  • 15 Entre 1795 et 1798, la Guyane reçut 331 déportés, en grande partie des prêtres réfractaires. 172 d (...)

7Ainsi, on estime qu’entre 1764 et 1765, près de 8 000 colons périssent contre 3 000 qui réussissent à se faire rapatrier en Europe, seul un petit millier demeurant dans la colonie : « Aux victimes européennes, il faudrait ajouter les esclaves, les affranchis et les Amérindiens emportés par les épidémies déclenchées par l’entreprise de peuplement, mais aucune évaluation n’existe pour ces victimes-là13. » Trois ans après le début de l’expédition, il ne reste plus au poste de Kourou (en octobre 1765) que 355 nouveaux habitants contre 327 à Sinnamary : « Après une dépense de trente millions de livres et la mobilisation en pure perte de plus de cinquante navires, la nouvelle colonie ne comptera guère que 918 colons en janvier 176614 ! » La politique de peuplement blanc débute donc par un échec dramatique qui n’est pas pour rien dans la réputation détestable de la colonie, renforcée encore par les premières transportations de bagnards (en fait, plutôt des prisonniers politiques) sous le Directoire, entre 1795 et 179815.

8Pour cette colonie française, on peut dire qu’il y a « un avant » et « un après » Kourou. Après ce désastre, il n’est plus concevable de tirer un trait sur l’impact des caractéristiques de ce milieu sur le devenir des opérations de peuplements. Or, avec la Restauration et la restitution en 1817 à la France de la colonie guyanaise occupée par les Portugais depuis 1809, le développement de ce territoire redevient un enjeu important pour l’État français, avec l’allocation de fonds importants et le lancement de plusieurs opérations visant à importer de nouveaux colons « de toutes races ». Les débats d’alors portent sur trois grands domaines : la nature des colons à favoriser, Européens ou originaires d’autres grandes zones géographiques (Afrique, Asie voire Amérique du Nord) – les mesures à prendre pour favoriser l’acclimatement de ces nouveaux colons – et enfin, le modèle colonial à appliquer au territoire guyanais (initiative privée ou publique, ou une combinaison des deux).

L’émergence de la notion d’acclimatement

  • 16 Féraud J.-F., Dictionnaire critique de la langue française, Marseille, Chez Jean Mossy, 1787, t. 1 (...)
  • 17 Abbé Raynal, Essai sur l’administration de Saint-Domingue, sans lieu, sans nom d’éditeur, 1785, p. (...)
  • 18 Comte de Buffon, Histoire naturelle des oiseaux, Paris, Imprimerie royale, 1778, t. 4, p. 91.
  • 19 Comte de Buffon, Les époques de la Nature, Paris, imprimerie royale, 1780, t. 2, p. 209.
  • 20 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, J. J. Smits, 1798, t. 1, p. 12.

9L’adjectif acclimaté intègre pour la première fois un dictionnaire de langue française en 1787 grâce à Jean-François Féraud : « Acclimaté, ée, adj. Accoutumé au climat. Mot nouveau employé par Raynal et un autre16. » En effet, nous retrouvons bien dans les écrits alors tout récents de l’Abbé Raynal ce même terme, telle cette citation de 1785 extraite de son Essai sur l’administration de Saint-Domingue, à propos des administrateurs envoyés par l’État français à cette colonie : « Il est malheureux qu’on se soit permis d’y envoyer presque toujours des protégés & des gens neufs : un homme médiocre acclimaté vaut un homme d’esprit qui ne l’est pas17. » « L’autre », non identifié plus précisément par Féraud, pourrait bien être le comte de Buffon. Le terme apparaît en effet sous la plume de ce grand naturaliste français, en 1778, dans le tome 4 de sa grande Histoire naturelle des oiseaux, à propos des Bengalis, de petits moineaux à ventre blanc que l’on trouve alors au Sénégal : « Ces oiseaux se transportent assez difficilement et ne s’accoutument qu’avec peine à un autre climat ; mais une fois acclimatés, ils vivent jusqu’à six ou sept ans, c’est-à-dire, autant & plus que certaines espèces du pays18. » Buffon reprend par la suite ce même vocabulaire à l’occasion de la parution en 1780 de son fameux ouvrage Les époques de la Nature publié en 1780 ; dans un long paragraphe, l’auteur disserte sur la capacité des hommes, par un processus de sélection, d’influer sur la nature des animaux comme des végétaux, en citant notamment l’exemple des poules et pigeons : « l’on a fait naître très récemment de nouvelles races en les croisant, qui toutes peuvent se propager d’elles-mêmes ; […] de temps en temps, on acclimate, on civilise quelques espèces étrangères ou sauvages19 ». L’Académie française fait de même rapidement preuve de réaction en recueillant l’adjectif mais aussi le verbe dans l’édition de 1798 de son célèbre dictionnaire : « Acclimater. Accoutumer à la température. Il faut du temps pour acclimater une plante étrangère. On dit aussi, avec le pronom personnel, S’acclimater, pour dire, Se faire à un nouveau climat. Les habitants de l’Europe s’acclimatent difficilement dans les Antilles20. »

  • 21 Abbé Raynal, Histoire philosophique des isles françoises dans les Indes occidentales, Lausanne, Ch (...)
  • 22 Nysten P.-H., Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de (...)

10Les deux exemples donnés par les académiciens retiennent l’attention. Le premier se réfère explicitement au domaine dans lequel est apparue la notion, à savoir les travaux des naturalistes. Avec le second et cette comparaison Europe – Antilles, nous pouvons certes percevoir une référence plus implicite à l’Abbé Raynal et à ses écrits fameux sur les Antilles21. Mais surtout, c’est justement dans cette même zone géographique que les débats sur l’acclimatement s’amplifient particulièrement durant la première moitié du XIXe siècle. Par acclimatement, il faut entendre, pour Pierre-Hubert Nysten, dans son Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire publié en 1833, « l’action de s’acclimater, de s’habituer à un autre climat que celui dans lequel on a pris naissance. Modification plus ou moins profonde qui s’opère dans l’organisme, chez l’homme qui va habiter d’un climat dans un autre22 ».

  • 23 « Au quartier général du Kaire, le 20 pluviôse an IX. Les officiers de santé en chef de l’armée, c (...)
  • 24 Telle cette citation à propos de l’importation des moutons Mérinos d’Espagne : « Les soins qu’ils (...)
  • 25 « Les succès que l’on y a obtenus depuis longtemps dans l’acclimatement des arbres de l’Amérique s (...)
  • 26 Moreau de Jonnès (1778-1870), militaire sous la Révolution et le premier Empire, fut l’initiateur (...)
  • 27 « Ces étranges altérations physiologiques sont aussi constantes que générales ; elles ne se bornen (...)
  • 28 Antoine Joseph Dariste (1763-1839), né en Gironde au sein d’une famille de médecins, exerça comme (...)
  • 29 Dariste A. J., Mémoire sur la non-contagion de la fièvre jaune, suivi de conseils aux Européens qu (...)
  • 30 Kéraudren P. F., Mémoire sur les causes des maladies des marins, et sur les soins à prendre pour c (...)

11Cette notion est alors bien présente depuis le tout début du XIXe dans de nombreux domaines comme la médecine militaire23, l’agriculture24 ou encore la foresterie25. Mais c’est à l’occasion de vastes discussions sur le peuplement des possessions françaises des Antilles puis, bien plus tard, de l’Algérie, qu’elle connaît un grand succès. Ainsi, par exemple, en 1817, Moreau de Jonnès26 s’interroge sur les difficultés rencontrées dans l’introduction aux îles d’animaux mais aussi d’hommes originaires d’Europe27. Les raisons avancées par l’auteur sont d’ordre climatique, couplées aux « habitudes de la vie ». Le poids supposé joué par le climat, nous le retrouvons aussi à la même époque dans les travaux du docteur Antoine Joseph Dariste sur la fièvre jaune28. Pour l’auteur, les hommes seraient inégaux face à ce « fléau des Antilles », selon leur propre constitution et/ou leur degré d’acclimatement, une année au moins de séjour sur place permettant d’être moins exposé à contracter cette maladie. Néanmoins, un indigène des Antilles ainsi que des Européens déjà acclimatés perdraient selon lui le privilège de l’acclimatement « lorsqu’ils ont habité pendant quelque temps les pays froids29 ». Notons que sur cette même question d’accommodation « à l’influence du ciel dans les régions torrides », le médecin général des armées navales Kéraudren, en s’appuyant sur son observation des Indiens mais aussi des colons, recommande un régime alimentaire que l’on nommerait de nos jours de type végétarien. Pour l’auteur, une perte d’embonpoint combiné à une « diminution sensible » des forces physiques favoriserait l’acclimatation : « On a depuis longtemps observé que ceux qui partent d’Europe dans ces dispositions ont moins à craindre que les hommes d’une complexion plus robuste. La débilitation semble donc une condition nécessaire de l’acclimatement30… »

12Néanmoins, malgré tous ces débats, si l’Académie française avait intégré en moins de vingt ans le terme « acclimater », il n’en est pas de même pour la notion d’acclimatement. En fait, il faut attendre la publication en 1865 par cette même Académie du Dictionnaire historique de la langue française pour que ce terme intègre ce vaste inventaire du vocabulaire usuel. Mais entre-temps, la situation s’est considérablement complexifiée avec d’une part, les naturalistes et d’autre part, les « médecins ».

  • 31 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, J. J. Smits, 1798, t. 2, p. 149.
  • 32 Boitard M., Manuel de physiologie végétale, de physique, de chimie et de minéralogie, appliquées à (...)
  • 33 Journal des Jardins, année 1828, p. 86 cité par Boitard M., ibid.
  • 34 Ibid., p. 175.

13En effet, les naturalistes (soit le vaste champ allant de l’agriculture à la biologie, en passant par la foresterie) développent en parallèle les notions d’acclimatation et de naturalisation. Par naturaliser, le dictionnaire de l’Académie française dans son édition de 1795 souligne qu’en plus de la définition relative à un étranger auquel on reconnaît les droits et privilèges des « naturels » du pays, ce terme s’applique aux plantes : quand on est parvenu à naturaliser une plante en Europe, cela veut dire « [qu’] elle y a été apportée, et on l’a cultivée avec le même succès que dans son pays natal31 ». Par la suite, des précisions importantes sont apportées à ce même vocabulaire. Ainsi, acclimater une plante revient à l’implanter dans « un climat plus chaud ou plus froid que celui dont elle est originaire ; c’est modifier sa nature de manière à la rendre insensible, en pleine terre, aux influences d’un climat différent du sien32 ». Et pour beaucoup d’auteurs en ce début de XIXe siècle, « c’est la chose impossible33 ». Quant à naturaliser une plante, il s’agit de l’implanter dans des conditions telles qu’elle puisse croître et se reproduire sans aucune aide artificielle (à l’exemple d’une implantation en serres). Aussi, un végétal n’est-il considéré comme naturalisé en un lieu « [que] s’il croît spontanément et que la nature seule fait les frais de la culture34 ».

14Mais hors de ce vaste domaine naturaliste, la notion d’acclimatation prend une signification bien différente, en association étroite avec la notion d’acclimatement. En effet, si l’on prend une définition de la fin du XIXe siècle, mais tout aussi valable pour les débuts de ce même siècle, il faut établir une différence nette entre ces deux termes d’acclimatement et d’acclimatation :

  • 35 Dr Jousset A., Traité de l’acclimatement et de l’acclimatation, Paris, Octave Doin, 1884, p. 20.

« Le premier [acclimatement] s’entend de l’accommodation spontanée et naturelle à des conditions climatériques nouvelles, le second [acclimatation] de l’intervention de l’homme dans cette accommodation. L’un est le fait, l’autre est la science des conditions et des phénomènes de l’accommodation ; l’un est une propriété physiologique de l’homme et concerne l’anthropologie, l’autre est du domaine de l’hygiène, de la médecine et des institutions35. »

15Aussi, dans le cas d’importation de nouvelles populations destinées à peupler la Guyane française, les gouverneurs en charge de ces opérations doivent-ils assurer le bon acclimatement des nouveaux colons en jouant sur l’acclimatation, à savoir les « moyens » et « mesures » entrepris destinés à favoriser ces nouvelles implantations.

La prise en compte du milieu dans les projets de colonisation

  • 36 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (11). Courrier de l’ambassadeur de France aux États-Unis à Laussat, (...)
  • 37 Nous pouvons par exemple citer cette typologie des stations végétales guyanaises sur laquelle il y (...)

16Dans les opérations d’aménagement projetées et/ou lancées en Guyane, le milieu, considéré dans l’approche moderniste comme un obstacle aux principes rationnels de la planification, n’est ici pas nié, bien au contraire. Aussi, la presque totalité des projets de développement colonial soumis au ministère de la Marine et des Colonies débute-t-elle par une présentation naturaliste, parfois très générale, de la Guyane, s’attachant à combattre les fortes images négatives accolées à ce territoire, « un pays qui d’avance frappe, à tort ou à raison, l’imagination de terreur36 ». Notons toutefois qu’à quelques occasions, nous avons même été surpris par la connaissance fine des différents milieux naturels guyanais37.

17Désormais, l’insalubrité des basses terres n’est plus niée, comme le montre cette citation de Dubuisson pour qui l’établissement sur les terres basses n’est envisageable ni pour des colons blancs, ni pour des colons noirs :

  • 38 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (11). Projet manuscrit de Dubuisson, 22 mars 1822.

« De semblables établissements tueraient l’entreprise au berceau […] Qui pourrait se flatter de survivre longtemps au dessèchement qui exige que le travailleur ait la moitié inférieure du corps enfoncée dans la vase et celle supérieure brasée par le soleil brûlant de l’équateur38 ? »

  • 39 Ibid.

18Aussi recommande-t-il d’établir les périmètres de colonisation au-dessus des premiers sauts des fleuves, « c’est-à-dire 100 toises au-dessus du niveau de la mer, ou plus haut saut, s’il le faut39 ». De même, nous retrouvons l’idée que les défrichements et assainissements seraient susceptibles de changer le climat et les conditions sanitaires initiales :

  • 40 ADG, « correspondances ministérielles ». Courrier du gouverneur Milius au ministre de la Marine et (...)

« Des personnes éclairées pensent que lorsque l’air et le jour pourront frapper un sol obstrué par d’épaisses forêts, le pays deviendra promptement moins humide et moins insalubre. Cette opinion a de la vraisemblance et des rapports viennent l’appuyer. Au surplus, les épreuves que nous allons faire seront décisives. Quelle que soit votre opinion, qu’elle soit favorable ou non au projet, je veux la reconnaître dans toute sa vérité40. »

  • 41 Breynat, « Reboisement et défrichement – rapport de M. Beugnot sur la proposition de M. Dufournel  (...)

19En fait, la question de l’impact des forêts sur le climat est alors très débattue en métropole, notamment à la Chambre des députés. Entre 1820 et 1860, adversaires et partisans de l’interdiction du défrichement s’affrontent en citant les grandes figures scientifiques de l’époque, tel le naturaliste français Boussingault. Ce dernier, sur la foi d’observations personnelles réalisées en Colombie et au Pérou, avait déclaré « [qu’] il est constant qu’un défrichement très étendu diminue la quantité annuelle de pluie qui tombe sur une contrée41 ».

  • 42 Puyo J.-Y. « Sur le mythe colonial de l’inépuisabilité des ressources forestières (Afrique occiden (...)
  • 43 AOM Guyane S-F, carton 49 – F1 (16). M. de Caze de Provence, « Établissement d’une compagnie ayant (...)

20Il n’en demeure pas moins que les exagérations quant aux potentialités agronomiques des différents écosystèmes guyanais sont nombreuses, le jugement des auteurs étant perturbé par l’expression luxuriante de la végétation. Ce fait n’est guère surprenant, ces mêmes travers se retrouvant presque un siècle plus tard dans la description des militaires et explorateurs de la forêt équatoriale africaine42. Ainsi, par exemple en 1826, M. de Caze, promoteur d’une société concessionnaire destinée à mettre en valeur la colonie, estime « [que] le sol de la Guyane, dans sa partie basse ou alluvionnaire, est bien plus généreux encore que le sol du Mississippi ; il est le plus généreux de l’univers. Là, on a moins de peine à faire produire qu’on n’en a à arrêter la végétation43 ». À ces exagérations s’ajoute le fait que la connaissance scientifique dans le domaine de l’agronomie n’est que balbutiante en ce début de XIXe siècle. C’est pourquoi, pour une même zone, un auteur peut qualifier les terres rencontrées de bonnes alors qu’un autre leur adjoint le qualificatif de médiocres.

  • 44 Ainsi, pour l’année 1821, la Chambre des députés attribue à Portal un crédit exceptionnel de 408 0 (...)

21Devant donc composer avec un milieu difficile, désormais impossible à escamoter, les gouverneurs successifs de la colonie se retrouvent de plus immanquablement confrontés au problème de la main-d’œuvre. Ainsi, en 1821, le baron de Portal, ministre de la Marine et des Colonies, obtient d’importants financements pour relancer le développement de la Guyane. L’argent est là, la volonté publique aussi, seuls manquent « les bras44 ». Mais la Traite étant désormais interdite, les colons guyanais signalent que le statu quo quant à l’importation de main-d’œuvre servile bloque le développement économique de la colonie.

Les colons blancs et la question de leur acclimatement

  • 45 Barbé-Marbois, Journal d’un déporté, cité par le général baron Ambert, Une mission, Tours, Alfred (...)

22Parmi les avantages supposés de l’immigration blanche, certains estiment alors que ce type d’immigrant sera plus particulièrement prompt à prendre les armes pour défendre le territoire national. De même, les exemples des jeunes États-Unis d’Amérique mais aussi des colonies espagnoles montrent que la population blanche, voire métissée, est au cœur du développement économique de ces territoires. Se pose néanmoins un problème « fondamental » sur lequel on disserte pendant tout le XIXe siècle : les colons blancs sont-ils capables de prospérer sous les Tropiques, et en particulier, en Guyane française ? Il est vrai que les expériences passées semblent alors montrer le contraire, de l’expédition de Kourou aux déportés du Directoire. Comme le souligne le marquis de Barbé-Marbois, un des survivants de ce dernier épisode, « la Guyane est pour notre race une vaste infirmerie, où tout l’art du médecin consiste à retarder la mort du malade45 ». Aussi la colonie tire-t-elle de ces deux épisodes historiques dramatiques une image épouvantable, « le pays le plus malsain du monde » selon ce même auteur.

  • 46 « À Saint Domingue, le quartier de Bombarde tout entier avait été peuplé de pauvres Allemands qui (...)
  • 47 « Dans la Guyane sous le vent, près de Sinnamary et Iracoubo, des blancs travaillent la terre et c (...)
  • 48 Catineau-Laroche, De la Guyane française : de son état physique, de son agriculture et de son régi (...)

23Sur la question de l’acclimatement des colons blancs, les avis s’avèrent très partagés. Déjà, d’une part, nous trouvons de nombreux auteurs estimant la chose possible, citant l’exemple des boucaniers et flibustiers des Caraïbes, du peuplement blanc de la Barbade, d’implantations réussies d’Allemands à Saint-Domingue46, et même dans le cas de la Guyane, de quelques survivants acadiens de l’expédition de Kourou ayant réussi à faire souche47. Quant aux disparus du Directoire, les causes de leur mort seraient davantage à rechercher dans le défaut de soins, de nourriture, « l’amertume et le chagrin que l’exil produit », que dans les caractéristiques du climat48.

  • 49 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (09), courrier de Laussat au baron Portal, 23 avril 1821.
  • 50 Puyo J.-Y., « Mise en valeur de la Guyane française et peuplement blanc : les espoirs déçus du Bar (...)
  • 51 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (07), Laussat, courrier au baron de Portal, 10 avril 1822.
  • 52 Ibid.

24Mais d’autre part, les opposants farouches au possible acclimatement des blancs ne sont pas rares. Ainsi, par exemple, le baron Laussat, dans les premiers temps de sa prise de fonction, signale à son ministre « [qu’il ne connaît pas] dans tout le pays une famille blanche qui ait résisté au travail de la terre49 ». Un an plus tard, suite aux premières observations relatives à l’expérience de Laussadelphie (soit l’échec de l’implantation d’agriculteurs nord-américains)50, son opinion évolue considérablement. Pour l’auteur, la couleur de peau des futurs colons ne constitue plus le facteur déterminant de réussite. Seuls pourront survivre au climat guyanais les individus habitués au dur travail de la terre : « Ceux étrangers à cette profession ont péri avant même d’avoir mis la main à l’ouvrage51. » De même, Laussat espère désormais un possible acclimatement de ses colons blancs : « L’acclimatement est la crise de tous les établissements. Celle-ci passée, ceux qui auront résisté à cette épreuve en deviendront d’autant plus précieux52. » Les désastres passés ayant toutefois été analysés, nous retrouvons dans les projets et réalisations, diverses recommandations relevant de l’acclimatation, destinées à favoriser la réussite de l’implantation des nouveaux colons blancs (leur acclimatement).

25En premier lieu, il s’agit de favoriser l’importation de familles entières et non pas des aventuriers solitaires qui courent fatalement à l’échec. Parmi les nombreuses citations possibles, le style de la suivante a particulièrement retenu notre attention :

  • 53 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (09). Bovin Desmoland (habitant de Cayenne), « Projet d’établir une (...)

« C’est la fureur du plaisir et de la débauche qui les dévore [les colons blancs] ; arrivés, ils font abus de travail pour faire abus de jouissances ; l’excès mortel des femmes publiques et des liqueurs fortes fait succéder sans cesse chez eux l’ivresse de l’estomac à celle des sens jusqu’à ce que leur bourse et leur crédit soient également épuisés ; ils reprennent alors avec un corps affaibli un travail opiniâtre qu’ils forcent de nouveau pour retourner plus vite à leurs crapuleuses jouissances53 » et ce, jusqu’à la mort.

  • 54 ADPA, fonds Laussat, 71 J 68. Volumineux mémoire manuscrit de 293 pages, non signé, intitulé Des i (...)
  • 55 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (07). Rapport du Gouverneur à Portal, 1er décembre 1821.
  • 56 Catineau-Laroche, De la Guyane française, op. cit., p. 60.
  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid., p. 80.

26Faire venir des familles, certes, mais de paysans, si possible faciles à acclimater (provenant des Îles Canaries, de Madère, de Provence, etc.) : « Des hommes accoutumés en Europe à passer leur vie à l’ombre, résisteront difficilement à l’action d’un soleil brûlant et […] il faut au moins qu’ils aient été accoutumés dans le pays qui les a vus naître, à l’action du soleil d’été54. » Pour le ministre Portal, l’idéal serait d’importer des familles de défricheurs américains, des settlers, avis partagé par le baron Laussat qui les a côtoyés lors de son passage éphémère à la tête de la Louisiane française. Qualifiés par ce dernier « de bonne race », il voit en eux des hommes à « demi sauvages, accoutumés aux défrichements des bois, dans les profondeurs des États-Unis55 ». Pour Catineau-Laroche, autre grande figure des années 1820, des laboureurs européens en famille peuvent réussir et ce, même s’il s’agit de Gascons : « [la famille gasconne] préfèrera la conversation au travail et ne voudra peut-être s’assujettir à travailler 10 jours par année dans ses champs. Eh bien ! Cette famille pourra vivre tout en dépensant son temps à faire la conversation et à fumer des cigares56. » Pour ce, il lui suffira de labourer un hectare et de le planter en ignames « qui se reproduisent d’elles-mêmes57 », ou en bananiers, qui durent 20 ans ou en arbres à pain, encore plus longévifs. Aussi, selon l’auteur, la famille la plus nombreuse (20 personnes) et la plus paresseuse pourra-t-elle « à la rigueur vivre à la Guyane presque sans travailler ». Quant aux échecs passés, ils sont dus au fait qu’au lieu d’envoyer des cultivateurs, « on y importait des barbiers et des laquais, et plus souvent des filous et des filles58 ».

  • 59 La Feuille de la Guyane, no 15 (1819).

27De même, le terrain correspondant à la future implantation devra être préalablement préparé avant l’arrivée des colons. Après l’échec de l’expédition de Kourou, l’espoir du succès d’une implantation de nouveaux colons blancs passe par l’envoi de petits contingents d’immigrants (quelques dizaines de familles au plus) dans des périmètres préalablement préparés par l’autorité publique à les accueillir. Dans un numéro de 1819 de la Feuille de la Guyane, Laussat précise que l’acclimatement est possible à condition de soigner leur accueil (une case construite, des plantations d’arbres fruitiers, de racines, de légumes, etc.) : « Ainsi lui serait [au colon] d’ailleurs épargnée cette épreuve funeste sous la Zone Torride à tant d’Européens et qui naît de l’inquiétude et de la fatigue que leur cause l’incertitude de leur sort, quand ils se voient transportés, sans ressources, sans appui, sans asile, dans ces bords lointains59. »

  • 60 « Cette saison est funeste aux Européens, c’est à cette époque que se montre ordinairement la fièv (...)
  • 61 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (09). Henri Louis Félicité Victor Dagonne, enseigne de vaisseau,(...)
  • 62 Catineau-Laroche, De la Guyane française, op. cit., p. 222.

28Parmi les autres recommandations les plus courantes, nous relevons de même la nécessité de ne pas faire arriver en Guyane les convois de colons blancs durant la saison des pluies, soit la moins propice à l’acclimatement60, ou encore la promotion de la sieste telle qu’elle se pratiquerait en Italie et dans le Midi de la France, afin d’éviter « l’action énervante et dangereuse de travailler pendant la partie la plus chaude de la journée sous l’ardeur d’un soleil presque vertical […] On ferait ainsi disparaître les inconvénients de la grande chaleur, inconvénients qui n’existeraient que pour les premiers colons, leurs enfants nés et élevés sous ce climat seraient propres à en supporter toutes les vicissitudes61 ». Catineau-Laroche partage ce même avis lorsqu’il stipule de ne pas faire travailler les nouveaux colons durant les heures les plus ensoleillées de la journée : « Il faudrait qu’ils eussent l’instinct qu’ont tous les habitants du midi de l’Europe, l’instinct des animaux qui, dans les régions tropicales, viennent d’eux-mêmes, vers l’heure de midi, s’abriter dans les étables, ou dans les bois lorsqu’ils n’ont pas d’étables62. »

  • 63 ADG, « correspondances ministérielles ». Courrier du 1er octobre 1824, du gouverneur Milius au min (...)

29Enfin, toujours pour éviter une trop forte mortalité dans les premiers temps de l’implantation (consacrés notamment aux travaux de défrichements et de mise en culture), il est recommandé de faire seconder les colons blancs par des esclaves noirs (pour la période précédant l’émancipation) ou par des travailleurs engagés libres noirs, « pour les aider dans les travaux les plus pénibles, et notamment dans ceux relatifs aux défrichements, à la navigation de la rivière, à la pêche et à la manipulation des denrées. Il en faut au moins deux par famille63 ».

Les trois grands modèles de développement colonial alors discutés : l’exemple du développement de la Mana

  • 64 Puyo J.-Y., « Mise en valeur de la Guyane française et peuplement blanc : les espoirs déçus du Bar (...)

30Dans les faits, le développement de la Guyane française s’avère au cœur d’un nombre considérable de projets dont bien peu, au final, ont connu un début de mise en application. Pour la période 1817-1835, nous avons ainsi relevé vingt-cinq projets d’envergure dont quatre seulement furent réellement lancés. Et pour ces derniers, la quasi-totalité relevait de l’initiative publique, à savoir un plan de développement initié directement par le ministre de la Marine et des Colonies, à charge par la suite pour son représentant dans la colonie de l’appliquer. C’est le cas par exemple de Laussadelphie, porté par le baron Laussat, reposant sur l’importation de colons américains, soit un échec considérable qui conduisit à la perte de son auteur64.

31Toutefois, à la lecture des projets, trois grandes alternatives se dégageaient, à savoir les projets strictement portés par l’autorité publique, les projets privés faisant appel à une forte aide publique, et enfin, ceux reposant strictement sur une initiative et des capitaux privés, rarissimes. Le cas du développement de l’aval du fleuve Mana présente la particularité d’avoir vu se succéder deux types distincts de projets, un premier pleinement étatique auquel, après échec, succéda une réalisation privée fortement subventionnée, portée par une institution religieuse. Il s’agit de la communauté de Mana, fondée par la Congrégation de Saint-Joseph de Cluny et dirigée par la célèbre Mère Anne Javouhey.

  • 65 On relève alors près d’une soixantaine de décès sur un effectif d’environ trois cent cinquante per (...)
  • 66 « Il y avait alors à la Nouvelle-Angoulême 20 carrés défrichés et plantés, 25 maisons, cases, carb (...)
  • 67 Courrier du gouverneur de Milius au ministère de la Marine et des Colonies, 12 janvier 1825, Corre (...)
  • 68 Durand J.-M., L’autre histoire de la Nouvelle-Angoulême – une utopie agricole dans la Guyane du XI (...)

32Les origines de cette réalisation remontent à 1820, avec un projet étatique du ministre Portal visant à envoyer 25 000 colons dans une zone non encore colonisée, comprise entre les fleuves Mana et Maroni. Pour ce, une commission envoyée spécialement de France afin de déterminer la meilleure implantation possible du futur périmètre de colonisation, préconise à son retour un emplacement sur la Mana, situé à une quinzaine de lieues de l’embouchure du fleuve. Hélas, ce premier site se révèle par la suite catastrophique : des terres sableuses et entourées de zones marécageuses, riches en moustiques, et peu accessibles aux goélettes chargées d’acheminer les hommes, vivres et matériaux de construction destinés à la future implantation. Néanmoins, en 1824, des défrichements ruineux et mortifères65, commandés par le gouverneur de l’époque Milius, aboutissent à la création d’un nouveau bourg baptisé Nouvelle-Angoulême66, abandonné quelques mois plus tard au profit du Port de la Nouvelle-Angoulême et du site de Bourg-Cormoran, situé à cinq lieues en amont de ce dernier. Par la suite, le Port de la Nouvelle-Angoulême se voit attribuer un contingent de trois familles originaires du Jura, pour un total de vingt-sept personnes implantées sur un périmètre déjà défriché et semé en riz, maïs et manioc. À chaque famille sont attribués une maison meublée et dotée d’ustensiles, ainsi que divers outils et instruments aratoires nécessaires aux travaux agricoles (houes, râpes, grands crochets, vrilles, scies à cadre, marteaux, crochets d’établi, etc.). Équipés de pied en cap avec tout un habillement spécialement étudié, avec des chemises de laine, mouchoirs et chapeaux de paille « à larges bords pour les prévenir du soleil », ces colons reçurent aussi vingt vaches et taureaux ainsi que trente-et-un ovins – brebis et béliers67. Mais après des débuts jugés alors pleins d’espoir l’expérience tourne court très rapidement après l’arrêt des distributions gratuites de vivres assurées par les autorités coloniales. Aussi, au printemps 1828, les trois familles (qui avaient entre-temps connu quelques décès dus aux maladies contractées localement) demandent-elles à rembarquer pour la France, ce qui leur est accordé et a lieu en août 182868.

  • 69 Courrier du gouverneur de Milius au ministère de la Marine et des Colonies, 23 décembre 1824, Corr (...)
  • 70 « Ils déclarent que, lors de leur départ de France, vous aviez promis à ceux qui voudraient s’étab (...)

33À la fin de 1824, alors que se déroulait cette expérience, la Mère Javouhey, de la Congrégation de Saint-Joseph de Cluny, avait signalé au ministre de la Marine et des Colonies son intérêt pour la colonisation de la Mana. Son projet visait à y fonder un établissement de culture dont les revenus seraient par la suite affectés aux dépenses du petit séminaire de l’Abbaye de Saint-Marcel-lès-Chalon. Interrogé à ce propos, le gouverneur Milius avait alors émis des doutes quant à la capacité des sœurs à s’installer durablement dans la colonie pour se lancer dans des travaux agricoles : « La culture et les autres travaux du dehors doivent être l’apanage des hommes ; aux femmes doivent être réservés seulement les soins du ménage et l’éducation du gros et menu bétail69. » En fait, ce n’est que trois ans et demi plus tard, en mai 1828, que débarque à Mana Anne-Marie Jahouhey, accompagnée de trente-six sœurs et de cinquante colons (paysans et ouvriers), engagés en France pour une durée de trois ans. Cette installation est aidée par le gouverneur français qui met à sa disposition vingt-cinq esclaves et lui alloue une subvention annuelle (20 000 francs pour l’année 1839). Par la suite, des dissensions sévères éclatent entre les colons et la Mère Javouhey, accusée de les avoir floués70. Retournés en France dès la fin de leur contrat, ils sont remplacés par des esclaves saisis sur des bateaux faisant de la contre-bande alors que la Traite était interdite depuis 1831.

  • 71 Courrier du gouverneur de la Guyane française au ministère de la Marine et des Colonies, 21 févrie (...)
  • 72 Cornuel P., « Mère Javouhey, un cas hors normes dans la lutte contre l’esclavage », Outre-Mers, t. (...)
  • 73 Lecuir-Nemo G., Anne-Marie Javouhey, fondatrice de la congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Cl (...)
  • 74 Jolivet M.-J., « Une approche sociologique de la Guyane française – crise et niveau d’unité de la (...)

34Placés d’autorité chez la Mère Javouhey, les colons sont appelés à retrouver une entière liberté après avoir assuré un service de sept années auprès de la communauté de Mana. Un arrêté ministériel du 18 septembre 1835 prévoit que les anciens esclaves travaillent quatre jours par semaine pour « le compte commun » durant la première année, puis trois jours les années suivantes71. Aussi, entre 1836 et 1837, l’établissement de Mana reçoit-il près de cinq cents anciens esclaves des deux sexes, menés d’une main d’acier par la Mère Javouhey et ses sœurs72. Les enfants sont gardés et reçoivent une instruction « civile et religieuse » ; quant aux adultes, ils sont répartis entre les travaux des champs et les autres missions à assurer pour la communauté (chantiers forestiers, défrichements, etc.) : « L’emploi du temps de la communauté rappelle nettement les réductions jésuites ; en effet, il consacre une part importante à la pratique religieuse ; les offices commencent bien tôt puisque la messe est fixée à quatre heures et demie afin que les colons puissent y assister73. » À la fin des contrats d’engagement, les anciens esclaves disposent de trois mois pour choisir entre rester à Mana sur un terrain mis à leur disposition ou quitter l’établissement. Nous ignorons la répartition respective entre ces deux options et son évolution au cours du temps ; il n’en demeure pas moins qu’en 1870, bien après l’émancipation générale de 1848, Mana compte encore deux cents familles descendant directement des anciens esclaves placés sous l’autorité des sœurs, vivant des produits de leurs abattis et de la chasse74.

  • 75 Courrier du gouverneur de la Guyane française au ministère de la Marine et des Colonies, 24 mai 18 (...)

35Il faut souligner que les relations entre la Mère Javouhey et les autorités guyanaises se sont considérablement dégradées durant les années 1840. De multiples griefs lui sont reprochés comme par exemple de payer très mal ses ouvriers, à savoir trois francs par semaine, soit une somme jugée « trop faible pour ceux d’entre eux qui ont femme et enfants – ils sont en général tous mariés75 », ou encore, d’exercer un strict monopole sur le commerce local. La farine de manioc achetée localement 15 centimes le kilogramme est indiquée comme revendue à Cayenne 35 centimes, alors que les produits vendus aux engagés noirs le sont à des prix considérés comme beaucoup trop élevés :

  • 76 Courrier du gouverneur Layrle au ministre de la Marine et des Colonies, 6 octobre 1843, Correspond (...)

« Ainsi, Mana, où l’on croyait avoir tout prévu pour développer l’industrie et donner à la population le goût du travail, Mana, dis-je, non seulement n’a pas répondu aux espérances conçues en 1835, mais ne sera, sous l’empire des restrictions actuelles, qu’un établissement où l’on ne verra ni émulation, ni désir d’acquérir, opprimée qu’est la population par des règles insolites qui tendent à la faire déchoir plutôt qu’à s’élever, et dont en définitive, l’injustice ne saurait lui échapper76. »

  • 77 Presque un siècle plus tard, elle était béatifiée par Pie XII pour l’ensemble de son œuvre, dont l (...)

36Dès 1847, l’administration coloniale reprend la direction de l’établissement de Mana, la Congrégation conservant un périmètre de soixante-cinq hectares consacrés principalement à la culture de canne à sucre, transformée localement en un rhum très réputé. Rentrée définitivement en France en mai 1843 pour raison de santé, Anne-Marie Javouhey décède le 15 juillet 185177.

*

37Nous espérons avoir réussi à démontrer que l’impact du milieu (tant dans sa composante naturelle que sociale) sur le développement local n’a pas été gommé dans les débats portant sur l’aménagement du territoire guyanais de cette première moitié du XIXe siècle. Certes, cela n’empêcha pas des échecs cuisants mais on est bien loin de l’inconscience des décideurs, décrite par certains auteurs, à l’exemple des travaux de Lawrence Jennings consacrés aux réalisations du baron de Laussat. Selon cet auteur, les échecs enregistrés en Guyane découleraient d’un aveuglement des ministres et gouverneurs face aux réalités du milieu :

  • 78 Jennings L., « Peuplements d’Américains en Guyane, une colonisation avortée », dans Man Fouck S. e (...)

« D’abord, les administrateurs de l’époque étaient souvent mal informés, fermés d’esprit, ignorants même des conditions régnant aux colonies. Portal, Laussat et les autres haut placés occupaient leurs postes surtout grâce à leur statut politique et social. Portal, si désireux de coloniser la Guyane, la connaissait à peine. Idem pour Laussat, en dépit de son bref service sous Napoléon comme préfet de la Louisiane et à la Martinique. Laussat, comme Portal, avaient dressé des plans pour la Guyane sans y être allés et sans la connaître78. »

  • 79 Tel cet extraordinaire « très gros mémoire » (293 pages manuscrites !), noté confidentiel, envoyé (...)

38Aussi, vaille que vaille et coûte que coûte, les colons auraient-ils été projetés dans des milieux insalubres où ils n’auraient pas manqué de disparaître progressivement. Pour le XIXe siècle, nous ne partageons pas cet avis et la très importante littérature de l’époque étudiée nous transmet un tableau totalement opposé à ce schéma. Contrairement aux affirmations de Jennings, tant le ministre Portal que Laussat ou encore ses successeurs à la tête de la colonie ne tirent pas « des plans sur la comète », déconnectés des caractéristiques locales. En effet, un dispositif décisionnel apparaît clairement après le croisement des différents fonds d’archives. En premier lieu, une très importante documentation de première main est mise à la disposition des futurs gouverneurs de la Guyane. C’est ainsi que Portal fait réaliser des synthèses transmises à Laussat avant son départ pour la colonie. De même, le ministre continue à adresser à ce dernier des notes et rapports durant toute la période de son gouvernement79.

  • 80 ADPA, fond du Pré de Saint-Maur, 71 J 67. « Mémoire sur la colonie établie par Pierre-Clément de L (...)
  • 81 « Espérer que la population de Mana serait initiée tout entière à la culture de la canne, à la fab (...)

39En second lieu, les grands projets de colonisation sont précédés de l’envoi sur le terrain de commissions d’exploration, chargées d’informer le preneur de décision, à l’exemple de la très controversée mission dirigée par Catineau Laroche qui aboutit à la création de la Nouvelle Angoulême. De même, à l’échelon de la colonie, les gouverneurs commanditent eux aussi des expéditions destinées à les éclairer dans leurs actions. En troisième lieu, les passations entre gouverneurs s’accompagnaient de longues réunions, de sorte que le nouveau responsable soit au courant des opérations en cours. Nous retrouvons aussi dans le fond Laussat un important mémoire manuscrit rédigé par ce dernier à l’intention de son successeur à la tête de la colonie, le baron de Milius80. Enfin, les nombreux projets visant à développer la colonie, envoyés au ministère de la Marine et des Colonies, sont examinés par des commissions réunies spécialement à cet effet et les demandes de recours sont étudiées, même pour les projets les plus farfelus. Le poids de l’expertise sur la prise de décision est déjà prédominant à cette époque. Néanmoins, la fatalité semble coller aux opérations ayant connu un début de réalisation. Le seul demi-succès, d’ailleurs fort coûteux pour les finances de la colonie, réside dans l’épisode fameux du développement de Mana grâce à l’œuvre des sœurs de Cluny. Mais dans les faits, jamais cette colonie agricole ne répondit aux souhaits des autorités, à savoir la production de denrées coloniales susceptibles d’améliorer la balance des paiements de la Guyane, chroniquement déficitaire81.

Notes

1 Lévy J., « Aménagement », Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, dans J. Lévy et M. Lussault (dir.), Paris, Belin, 2003, p. 61-68, p. 64 pour la citation.

2 Agnew J, « The territorial trap: The geographical assumptions of international relations theory », Rewiew of International Political Economy, volume I, no 1, 1994, p. 53-80.

3 Gottmann J., Essais sur l’aménagement de l’espace habité, Paris, Mouton, 1966, p. 338.

4 Soubeyran O., « Milieu », Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, op. cit., p. 617-619, p. 618 pour la citation.

5 Cité par P. Arnould, in Dictionnaire des sciences humaines, dans Mesure S. et Savidan P. (dir.), Paris, PUF, 2006, p. 774-776, p. 774 pour la citation.

6 J.-L. Tissier souligne qu’au sein de la géographie française, la notion d’environnement s’est jointe voire substituée à celle d’aménagement durant les années 1970 (« Incertitude quant à la croissance, crise d’identité de la discipline ? »), avant un « retour au milieu », à fin du XXe siècle. Tissier J.-L., « Du milieu à l’environnement. L’émergence du concept dans le discours des géographes français », dans Neboit-Guilhot R. et Davy L. (dir.), Les Français dans leur environnement, Paris, Nathan, 1996, p. 11-41, p. 23 pour la citation.

7 Fonds du Centre des Archives d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence (AOM) ; fonds Lohier du centre des archives départementales de Guyane (ADG) ; fonds du Pré de Saint-Maur du centre des archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA).

8 Touchet J., Botanique et colonisation en Guyane française (1720-1848) – le jardin des Danaïdes, Cayenne, Ibis Rouge, 2004, p. 24.

9 Papy L., « La Guyane française », Cahiers d’Outre-Mer, juillet-septembre 1955, p. 209-232, p. 231 pour la citation.

10 Deux tiers d’Allemands, la majorité d’entre eux venant de l’actuel land de Rhénanie-Palatinat contre moins d’un tiers de Français (Poitou, Angoumois, Saintonge, Île-de-France, Orléanais et provinces du Centre, Champagne, Alsace…) et de Lorrains. « Pour le reste, les colons viennent de l’ensemble de l’Europe puisqu’on remarque la présence, bien qu’infime (0-1 %) de Suisses, d’Italiens, d’Autrichiens, de Tchèques, d’Anglais, d’Espagnols et de Portugais. On relève aussi un pourcentage minime d’Américains, majoritairement des Acadiens. » Godfroy M. F., Kourou, 1763. Le dernier rêve de l’Amérique française, Paris, Vendémiaire, 2011, p. 120.

11 « They died in Kourou and Cayenne because of a conséquence of delays, déceptions and misinformation; they were destroyed not by the laws of nature, but by illnesses which were endemic in Europe, and on the ships in which they arrived. » Rothschild E., « A Horrible Tragedy in the French Atlantic », op. cit., p. 108.

12 Desmoland B., « Projet d’établir une colonie de blancs », octobre 1821. Guyane S-F, carton 49 – F1 (02), CAOM.

13 Mam Lam Fouck S., Histoire générale de la Guyane française, Cayenne, Ibis Rouge, coll. « Espaces guyanais », 2002, p. 52.

14 Larin R., Canadiens en Guyane (1754-1805), Paris, éditions du Septentrion & PUPS, 2006, p. 134.

15 Entre 1795 et 1798, la Guyane reçut 331 déportés, en grande partie des prêtres réfractaires. 172 d’entre eux décédèrent suite aux maladies, contre 25 évadés, et 132 finalement rapatriés.

16 Féraud J.-F., Dictionnaire critique de la langue française, Marseille, Chez Jean Mossy, 1787, t. 1, p. 22.

17 Abbé Raynal, Essai sur l’administration de Saint-Domingue, sans lieu, sans nom d’éditeur, 1785, p. 169.

18 Comte de Buffon, Histoire naturelle des oiseaux, Paris, Imprimerie royale, 1778, t. 4, p. 91.

19 Comte de Buffon, Les époques de la Nature, Paris, imprimerie royale, 1780, t. 2, p. 209.

20 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, J. J. Smits, 1798, t. 1, p. 12.

21 Abbé Raynal, Histoire philosophique des isles françoises dans les Indes occidentales, Lausanne, Chez J. Pierre Heubach, 1784.

22 Nysten P.-H., Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire, Paris, J. S. Chaudé, 1833, p. 10.

23 « Au quartier général du Kaire, le 20 pluviôse an IX. Les officiers de santé en chef de l’armée, consultés par le général en chef sur les mesures à prendre pour l’acclimatement des troupes qui viennent d’arriver en France, sont d’avis : 1° que ces troupes soient vêtues comme le reste de l’armée, soient tenues de porter la capote et de s’en couvrir soigneusement la nuit. Etc. » Renée-Nicolas Desgenettes, Histoire médicale de l’armée d’Orient, Paris, Croullebois, 1802, t. 2, p. 206.

24 Telle cette citation à propos de l’importation des moutons Mérinos d’Espagne : « Les soins qu’ils exigent pour leur acclimatement, des craintes peut-être mal fondées sur la possibilité de réussir, ont rendu leur propagation en France moins prompte. » Faure L. E., Le Berger des Alpes, Paris, Fantin, 1807, cité dans Champollion-Figeac J.-J. (dir.), Notice des accroissements de la bibliothèque de la ville de Grenoble pendant l’année 1808, Grenoble, J.-H. Peyronard, 1809, p. 12.

25 « Les succès que l’on y a obtenus depuis longtemps dans l’acclimatement des arbres de l’Amérique septentrionale, et tout récemment encore dans les semis faits par l’administration des forêts, des nombreuses collections de graines qu’elle a reçues des États-Unis, ne laissent aucun doute à cet égard. » Baudrillard J. J., dans Burgsdorf Fr. A. L., Nouveau manuel forestier : à l’usage des agents forestiers de tous grades, Paris, Arthus-Bertrand, 1808, vol. 1, p. 68.

26 Moreau de Jonnès (1778-1870), militaire sous la Révolution et le premier Empire, fut l’initiateur au sein du ministère du Commerce du service de la Statistique générale de la France dont il assura la direction de 1840 à 1851.

27 « Ces étranges altérations physiologiques sont aussi constantes que générales ; elles ne se bornent point aux hommes d’Europe, dont l’acclimatement est si difficile : elles s’étendent aux animaux de ce continent, qui, lorsqu’on les transporte aux Antilles, perdent bientôt, du moins en partie, leur beauté, leur grandeur et leur force primitive. » Moreau de Jonnès A., Tableau du climat des Antilles et des phénomènes de son influence sur les plantes, les animaux et l’espèce humaine, Paris, imprimerie de Migneret, 1817, p. 3.

28 Antoine Joseph Dariste (1763-1839), né en Gironde au sein d’une famille de médecins, exerça comme docteur à la Martinique de 1794 à 1819. De retour sur ses terres natales, il embrassa une carrière politique en devenant maire de Blanquefort puis député du collège de Bordeaux, de 1830 à 1834.

29 Dariste A. J., Mémoire sur la non-contagion de la fièvre jaune, suivi de conseils aux Européens qui passent dans les pays chauds, et notamment aux Antilles, Bordeaux, Chez Lawalle jeune et neveu, 1824, p. 90.

30 Kéraudren P. F., Mémoire sur les causes des maladies des marins, et sur les soins à prendre pour conserver leur santé dans les ports et la mer, Paris, Imprimerie royale, 1817, p. 89.

31 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, J. J. Smits, 1798, t. 2, p. 149.

32 Boitard M., Manuel de physiologie végétale, de physique, de chimie et de minéralogie, appliquées à la culture, Paris, Roret, 1829, p. 174.

33 Journal des Jardins, année 1828, p. 86 cité par Boitard M., ibid.

34 Ibid., p. 175.

35 Dr Jousset A., Traité de l’acclimatement et de l’acclimatation, Paris, Octave Doin, 1884, p. 20.

36 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (11). Courrier de l’ambassadeur de France aux États-Unis à Laussat, 9 mars 1820.

37 Nous pouvons par exemple citer cette typologie des stations végétales guyanaises sur laquelle il y aurait peu à rajouter : « Dans la Guyane où les terres des habitations sont considérables et presque toujours bornées par des rivières ou des criques, on distingue : Les terres noyées et couvertes de joncs, impropres à toute culture, sont appelées savanes noyées. Les terres noyées couvertes d’un palmiste nommé pinot, propres à être desséchées et à la culture du Rocou, sont appelées marécages. Les terres boisées couvertes d’eau à chaque marée dont quelques-unes défrichées sont propres à la culture du coton ou à celle de la canne et d’autres sont impropres à toute culture. Elles sont appelées palétuviers. Les terres où il ne croit qu’une herbe très courte dont les bestiaux ne veulent pas, impropres à toutes cultures, sont appelées savanes naturelles. Enfin, les quantités de terre sur un sol plus élevé appelées terres hautes et les quantités de terre des marnes. » ADPA, fonds du Pré de Saint-Maur, 71 J 67 document anonyme vraisemblablement de 1818, « Réflexions sur les questions posées dans le tableau statistique adressé par le comte Carra Saint Cyr à chaque habitant de la Guyane française en 1818 ».

38 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (11). Projet manuscrit de Dubuisson, 22 mars 1822.

39 Ibid.

40 ADG, « correspondances ministérielles ». Courrier du gouverneur Milius au ministre de la Marine et des Colonies en date du 1er octobre 1824.

41 Breynat, « Reboisement et défrichement – rapport de M. Beugnot sur la proposition de M. Dufournel », Annales forestières, février 1851, p. 33-44, p. 38 pour la citation.

42 Puyo J.-Y. « Sur le mythe colonial de l’inépuisabilité des ressources forestières (Afrique occidentale française/Afrique équatoriale française, 1900-1940) », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 45, no 126, 2001, p. 479-496.

43 AOM Guyane S-F, carton 49 – F1 (16). M. de Caze de Provence, « Établissement d’une compagnie ayant pour objet de peupler la Guyane française et de la mettre en culture », août 1826.

44 Ainsi, pour l’année 1821, la Chambre des députés attribue à Portal un crédit exceptionnel de 408 000 francs (sur les 500 000 demandés), destiné au développement de la colonie : frais de l’expédition Catineau-Laroche (62 611) – création d’un atelier noir (100 000) – « frais d’installation de quelques familles de settlers blancs à tirer des États-Unis » (25 000) – « frais d’installation de quelques familles noires de cultivateurs libres des États-Unis » (25 000) – achat de deux machines à vapeur « à fournir à titre d’avances remboursables » à deux sucriers locaux : MM Dejean et Vidal - achat de bestiaux du Sénégal, du Para et des États-Unis pour le développement de l’élevage guyanais (60 000) – enfin, 100 000 francs « pour l’installation dans la Guyane française de cultivateurs libres de toutes les classes qu’on pourrait se procurer hors opérations settlers et noirs libres cultivateurs ». ADPA, fonds du Pré de Saint-Maur, 71 J 69 ; courrier de Portal à Laussat, 3 février 1821.

45 Barbé-Marbois, Journal d’un déporté, cité par le général baron Ambert, Une mission, Tours, Alfred Mame et fils, 1880, p. 37.

46 « À Saint Domingue, le quartier de Bombarde tout entier avait été peuplé de pauvres Allemands qui travaillaient la terre de leurs propres mains. » Catineau-Laroche, rapport manuscrit sur la mission d’exploration de la Mana, daté du 28 février 1821 ; fonds Laussat, ADPA, 71 J 67.

47 « Dans la Guyane sous le vent, près de Sinnamary et Iracoubo, des blancs travaillent la terre et ce ne sont point, comme on l’a dit, des hommes abâtardis, dégénérés. Le plus laborieux de tous, M. François Rochereau, est plein de force et de santé et jamais il n’a voulu se faire aider par des esclaves. » Ibid.

48 Catineau-Laroche, De la Guyane française : de son état physique, de son agriculture et de son régime intérieur, et du projet de la peupler avec des laboureurs européens ou examen d’un écrit de M. le Marquis de Barbé-Marbois sur le même sujet, Paris, Imprimerie C. J. Trouvé, 1822, p. 21.

49 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (09), courrier de Laussat au baron Portal, 23 avril 1821.

50 Puyo J.-Y., « Mise en valeur de la Guyane française et peuplement blanc : les espoirs déçus du Baron de Laussat (1819-1823) », Journal of Latin American Geography, vol. 7, no 1, 2008, p. 177-202.

51 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (07), Laussat, courrier au baron de Portal, 10 avril 1822.

52 Ibid.

53 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (09). Bovin Desmoland (habitant de Cayenne), « Projet d’établir une colonie de blancs », octobre 1821.

54 ADPA, fonds Laussat, 71 J 68. Volumineux mémoire manuscrit de 293 pages, non signé, intitulé Des intérêts commerciaux de la France et de la colonisation, envoyé le 17 juillet 1820 par Portal à Laussat. Si l’auteur est inconnu, ce mémoire reprend toutefois des passages entiers du rapport d’exploration de Catineau-Laroche sur l’implantation de la Mana.

55 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (07). Rapport du Gouverneur à Portal, 1er décembre 1821.

56 Catineau-Laroche, De la Guyane française, op. cit., p. 60.

57 Ibid.

58 Ibid., p. 80.

59 La Feuille de la Guyane, no 15 (1819).

60 « Cette saison est funeste aux Européens, c’est à cette époque que se montre ordinairement la fièvre jaune, qui en fait succomber une grande partie. » ADG, fonds Lohier, 5 M 103. Ministère de la Marine et des Colonies, copie du mémoire de Mr Delorme « sur l’épidémie qui a régné aux quartiers Saint-François en avril et mai 1817 ».

61 AOM Guyane S-F, carton 48 – F1 (09). Henri Louis Félicité Victor Dagonne, enseigne de vaisseau, Mémoire sur la colonisation de la Guyane, mémoire adressé au baron de Portal, 5 octobre 1820, manuscrit de 42 pages.

62 Catineau-Laroche, De la Guyane française, op. cit., p. 222.

63 ADG, « correspondances ministérielles ». Courrier du 1er octobre 1824, du gouverneur Milius au ministre de la Marine et des Colonies.

64 Puyo J.-Y., « Mise en valeur de la Guyane française et peuplement blanc : les espoirs déçus du Baron de Laussat (1819-1823) », op. cit.

65 On relève alors près d’une soixantaine de décès sur un effectif d’environ trois cent cinquante personnes – Chasseurs noirs de la Guyane, sapeurs, artilleurs et orphelins de la Marine – employés à ces opérations de défrichement.

66 « Il y avait alors à la Nouvelle-Angoulême 20 carrés défrichés et plantés, 25 maisons, cases, carbets et autres bâtisses ; plus, une route de 2 lieues de long sur 8 à 10 mètres de large, pratiquée le long du fleuve pour communiquer par terre avec le poste inférieur. » Ministère de la Marine et des Colonies, Précis sur la colonisation des bords de la Mana, Paris, Imprimerie royale, 1835, p. 45.

67 Courrier du gouverneur de Milius au ministère de la Marine et des Colonies, 12 janvier 1825, Correspondances ministérielles, Arch. dép. Guyane.

68 Durand J.-M., L’autre histoire de la Nouvelle-Angoulême – une utopie agricole dans la Guyane du XIX siècle, Matoury, Ibis Rouge éditions, 2010.

69 Courrier du gouverneur de Milius au ministère de la Marine et des Colonies, 23 décembre 1824, Correspondances ministérielles, Arch. dép. Guyane.

70 « Ils déclarent que, lors de leur départ de France, vous aviez promis à ceux qui voudraient s’établir un logement commode, des terres défrichées et ensemencées, des outils aratoires et tous les ustensiles nécessaires pour monter un ménage. Ils ajoutaient qu’ayant sollicité de vous l’exécution de ces promesses, vous aviez répondu que vous ne pouviez rien accorder et qu’ils devaient s’adresser au gouverneur […] Je ne connais aucune espèce d’engagement pris à cet égard par le gouvernement et vous avez pu vous convaincre vous même par les dépêches qui vous ont été communiquées qu’il n’en a été notifié aucun à l’administration de la colonie. » Courrier du gouverneur de la colonie guyanaise à la Mère Javouhey, 27 juillet 1831, Correspondances ministérielles, Arch. dép. Guyane.

71 Courrier du gouverneur de la Guyane française au ministère de la Marine et des Colonies, 21 février 1838, Correspondances ministérielles, Arch. dép. Guyane.

72 Cornuel P., « Mère Javouhey, un cas hors normes dans la lutte contre l’esclavage », Outre-Mers, t. 101, no 380-381, 2013, p. 63-90.

73 Lecuir-Nemo G., Anne-Marie Javouhey, fondatrice de la congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Cluny (1779-1851), Paris, Karthala, 2001, p. 202.

74 Jolivet M.-J., « Une approche sociologique de la Guyane française – crise et niveau d’unité de la société créole », Cahiers de l’ORSTOM, série Sciences Humaines, vol. VIII, no 3, 1971, p. 271-294.

75 Courrier du gouverneur de la Guyane française au ministère de la Marine et des Colonies, 24 mai 1839, Correspondances ministérielles, Arch. dép. Guyane.

76 Courrier du gouverneur Layrle au ministre de la Marine et des Colonies, 6 octobre 1843, Correspondances ministérielles, Arch. dép. Guyane.

77 Presque un siècle plus tard, elle était béatifiée par Pie XII pour l’ensemble de son œuvre, dont la création de l’établissement de Mana. Merlaud A., Anne Marie Javouhey – audace et génie, Paris, S.O.S éd., 1976.

78 Jennings L., « Peuplements d’Américains en Guyane, une colonisation avortée », dans Man Fouck S. et Zonzon J. (dir.), L’histoire de la Guyane, depuis les civilisations amérindiennes, Matoury, Ibis Rouge, 2006, p. 355-366.

79 Tel cet extraordinaire « très gros mémoire » (293 pages manuscrites !), noté confidentiel, envoyé le 17 juillet 1820 et reçu le 28 octobre 1820 par Laussat, relatif « aux possessions de la France dans les deux Indes », suivi de la copie « d’un mémoire que j’ai rédigé depuis » (c’est Portal qui écrit) relatif à la colonisation de la Guyane, intitulé « Des intérêts commerciaux de la France et de la colonisation ». ADPA, fonds du Pré de Saint-Maur, 71 J 68.

80 ADPA, fond du Pré de Saint-Maur, 71 J 67. « Mémoire sur la colonie établie par Pierre-Clément de Laussat, commandant administrateur pour le roi, à l’intention de son successeur le baron de Milius », daté du 13 mars 1823.

81 « Espérer que la population de Mana serait initiée tout entière à la culture de la canne, à la fabrication du sucre et à la culture du caféier, était se flatter d’une chose impossible […] Ainsi, Mana, où l’on croyait avoir tout prévu pour développer l’industrie et donner à la population le goût du travail, Mana, dis-je, non seulement n’a pas répondu aux espérances conçues en 1835, mais ne sera, sous l’empire des restrictions actuelles, qu’un établissement où l’on ne verra ni émulation, ni désir d’acquérir, opprimée qu’est la population par des règles insolites qui tendent à la faire déchoir plutôt qu’à s’élever, et dont en définitive, l’injustice ne saurait lui échapper. » Gouverneur Layrle, « Rapport sur Mana », adressé au ministre de la Marine et des Colonies, 6 octobre 1843. « Correspondances ministérielles », ADG.

Author

Géographe, professeur des universités, est membre du laboratoire SET (UMR 5603, université de Pau et des Pays de l’Adour). Ses travaux s’intéressent à l’étude de la géographie française du XIXe siècle ainsi qu’à l’évolution de la pensée aménagiste française « pré DATAR ».

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540