Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement et environnement

 | 
Patrick Fournier
, 
Geneviève Massard-Guilbaud

Première partie. Construire les territoires, transformer l'environnement

La gestion de l’eau en Calaisis

Pouvoirs civils et militaires face aux populations locales, fin du xviie-début du xviiie siècle

Raphaël Morera

Texte intégral

  • 1 Huret R., Katrina, 2005. L’ouragan, l’État et les pauvres aux États-Unis, Paris, EHESS, 2010.
  • 2 Langumier J., Survivre à l’inondation. Pour une ethnologie de la catastrophe, Lyon, ENS éditions, (...)

1Des siècles d’aménagements et d’efforts constants pour régulariser, corseter et finalement diriger le trajet des cours d’eau ont bouleversé notre représentation de l’inondation. Elle survient désormais lorsqu’une installation ou un équipement destiné à contraindre l’eau finit par céder sous l’effet souvent conjugué du défaut d’entretien, ou de conception, et d’événements climatiques extrêmes. C’est ainsi au cours d’un hiver 2014 particulièrement doux et pluvieux que les Britanniques sont restés les pieds dans l’eau de longues semaines. En 2005, l’ouragan Katrina eut, selon une logique comparable, des conséquences encore plus dramatiques1. Logiquement, l’inondation se laisse aujourd’hui envisager comme un événement ou un épisode singulier ayant vocation à être surmonté grâce à la prompte intervention des pouvoirs publics. Si elle résulte d’un aléa naturel, l’inondation doit, sous cet angle, être appréhendée en tant que construction sociale : les décisions, sciemment fondées ou non, des sociétés les déterminent grandement2.

  • 3 Bravard J.-P., Magny M. (dir.), Les fleuves ont une histoire, paléo-environnement des rivières et (...)
  • 4 Szulman É., La navigation intérieure sous l’Ancien Régime. Naissance d’une politique publique, Ren (...)
  • 5 Cette tradition intellectuelle a été poussée à son paroxysme par Karl Wittfogel.

2Au cours de la période moderne, l’inondation, ou la crue, pouvait certes entraîner des conséquences dramatiques mais elle s’inscrivait dans un environnement radicalement différent. Nettement moins aménagés qu’aujourd’hui, fleuves et rivières divaguaient bien plus librement3. L’inondation faisait, en quelque sorte, partie du paysage : elle survenait à intervalles réguliers. Le contrôle de l’eau mobilisait des capitaux considérables et difficiles à rassembler pour réaliser des investissements ou des travaux de prévention4. En ce sens, l’histoire de l’hydraulique est souvent liée à celle du pouvoir5. Il est vrai que les grands aménagements étaient généralement promus par les élites politiques et économiques. Ce schéma conduit néanmoins à évincer les populations paysannes ou urbaines de cette histoire. Tout se passerait comme si elles subissaient les décisions prises en haut lieu, quitte à s’y opposer lorsqu’elles s’estimaient perdantes. La maîtrise de la nature aurait ainsi été une œuvre patiemment réalisée par les pouvoirs centraux sans cesse en quête d’affirmation.

  • 6 Sur ce point : dossier « Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien », Annales HSS (...)

3En partie justifiée, cette lecture mérite cependant d’être inversée6. En valorisant les épisodes de conquêtes et les efforts d’aménagements, elle mésestime la volonté et l’action des populations locales. Plus encore, elle donne des pouvoirs une image très unifiée, comme s’ils n’étaient pas eux-mêmes traversés par des intentions contradictoires. Ces différents jeux de forces apparaissent très clairement dans l’histoire de l’aménagement du Calaisis, défini par l’ensemble du pays reconquis par la France en 1558 et situé dans l’arrière-pays de Calais. Tout au long de la première moitié du XVIIIe siècle, la lutte contre les inondations y a été une préoccupation centrale. Mal entretenus, les canaux de drainage se révèlent incapables d’évacuer les eaux superflues. Délaissée, la digue de Sangatte ne rassure plus les populations face à d’éventuelles hautes eaux et dissuade tout éventuel ouvrage de reprise. L’intendant de Picardie se trouve, dans ce contexte, pris au cœur d’un jeu de pouvoirs que sa correspondance avec le contrôleur général permet de démêler et d’analyser. En tant que représentant du pouvoir royal, il constitue une voie de recours privilégiée et les archives témoignent de ce qu’il a été abondamment saisi par les populations locales. Soucieuses d’améliorer leur sort, elles se sont par la suite tournées vers le pouvoir central. Dans cette perspective, le cas du Calaisis semblerait montrer que les populations paysannes agissaient sur le devenir des aménagements et qu’elles les demandaient.

4À la différence de la Flandre maritime et des environs de Dunkerque, l’histoire de la maîtrise de l’eau dans le Calaisis est largement méconnue. Une étude cartographique laisse deviner la constitution de wateringues, mais elles ne sont, à ce stade, pas documentées, alors que les aménagements hydrauliques sont rigoureusement nécessaires à l’agriculture dans la région. Dans ce contexte, la mobilisation des populations locales et la politisation de la lutte contre les inondations attisent la curiosité : pourquoi, en effet, sont-elles entrées en action ? Quels liens unissaient les populations aux aménagements qui leur permettaient de cultiver les terres qui les faisaient vivre ? La lutte contre les inondations récurrentes pose les questions de l’action des sociétés sur les milieux et de la construction de l’environnement par le truchement des aménagements territoriaux. L’exemple du Calaisis permet d’en saisir les modalités institutionnelles et de montrer à quel point elles suscitent un dialogue traversant toutes les strates de la société.

Équipements, conquête et régulation

  • 7 Sur Calais au Moyen Âge : Rose S., Calais, an English Town in France, 1347-1558, Woodbridge, Boyde (...)
  • 8 Delaine G., Les wateringues du Nord de la France, Dunkerque, 1969 ; Dolez M., Les Moëres, étude d’ (...)

5L’arrière-pays littoral environnant Calais se caractérise par une altitude très basse, localement inférieure au niveau de la mer. Il constitue une plaine d’épandage naturelle des crues provenant des abondantes précipitations du bassin-versant de l’Aa. Fortement chargées de sédiments, les eaux douces s’écoulant à travers le Calaisis provoquent un exhaussement naturel de leurs cours susceptible d’entraîner des inondations répétées, voire des défluviations. Sans entretien et sans travaux hydrauliques, la région de Calais ne serait qu’un no man’s land aqueux. Soumis à des conditions naturelles similaires, les pouvoirs urbains et les communautés monastiques de Flandre maritime ont réalisé dès le Moyen Âge des travaux de drainage et de canalisation importants7. Les populations locales ont développé une activité agricole grâce à l’organisation des wateringues, organisations collectives de type syndical gérant l’entretien des canaux et des écluses8. Au prix d’un labeur répétitif les hommes sont parvenus à contrôler l’eau, à leur plus grand profit puisque la Flandre est longtemps apparue comme une région à l’agriculture dynamique, accordant une place importante à l’élevage.

  • 9 Blanchard R., La Flandre…, op. cit., p. 283.
  • 10 Nordman D., Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1 (...)

6Occupés par les Anglais depuis le XIVe siècle, Calais et ses alentours ont été définitivement rattachés à la France en 1558. À partir de cette date, les destins hydrauliques de la Flandre et du Calaisis divergent davantage. Dans la partie flamande, les Espagnols initièrent d’importants travaux de drainage afin d’accroître les surfaces de terres arables et pâturables tandis que dans le Pays reconquis, les initiatives d’aménagement ne laissèrent guère d’empreinte. Les archives des XVIe et XVIIe siècles confirment largement cette image. Raoul Blanchard mentionne en ce sens des cartes de l’époque d’Henri VIII représentant un Calaisis ennoyé, ainsi que des registres municipaux de Calais indiquant qu’au tournant des années 1650, les terres basses du Calaisis sont couvertes d’eau pendant neuf mois de l’année9. L’équilibre patiemment élaboré dans la gestion de l’eau fut cependant brutalement bouleversé par la mutation géostratégique imposée par les ambitions militaires et territoriales de Louis XIV10. Depuis le XVIe siècle, Calais et la Picardie constituaient la marche septentrionale du royaume de France qu’il importait de défendre pour protéger Paris et préserver un accès à la mer du Nord. Au début de son règne personnel, Louis XIV entreprit de repousser cette limite et de conquérir la bande méridionale de la Flandre, de Lille à Dunkerque.

  • 11 Bitterling D., L’invention du Pré carré. Construction de l’espace français sous l’Ancien régime, P (...)
  • 12 Dolez M., Les Moëres, op. cit.

7Une fois acquise au cours des années 1660, cette conquête se traduit sur le plan territorial par un important remaniement de son armature hydraulique. Le réseau hydrographique naturellement orienté vers la mer du Nord et Anvers est modifié afin de faciliter les transports vers Dunkerque, pivot en devenir de la présence française dans la région. Le Pas-de-Calais est au premier chef concerné par ces travaux, notamment avec le creusement des canaux de la Colme à l’Aa. Dans ces conditions, tout porte à croire que l’écoulement des eaux s’améliore substantiellement. Parallèlement, aussi longtemps que la Flandre est une région convoitée et surveillée par les puissances européennes, il s’agit pour Louis XIV de la protéger. Dès les années 1670, Vauban est donc chargé de la réalisation du « pré carré », c’est-à-dire de la mise en défense, par la fortification, des nouvelles provinces françaises11. Dans ce projet, l’eau joue un rôle central. Les projets d’assèchement réalisés par les Espagnols sont abandonnés et l’on organise l’ennoiement de la Flandre maritime12. Dans le même temps, le réseau hydrographique est corrigé de manière à ce que Dunkerque ne manque jamais d’eau. Les meilleurs ingénieurs du royaume de France participent à ce projet d’aménagement sans réel précédent. Il ne s’agit de rien moins que de construire une frontière.

  • 13 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 63, Arrêt du 15 octobre 1696.

8La conquête française bouleverse donc la gestion des eaux dans le Calaisis mais les impératifs militaires s’accommodent pendant un temps au moins des besoins de l’agriculture. La difficile conciliation entre les différents usages transparaît par les conséquences de l’autorisation accordée par le roi à un certain François Fontaine, dit la Rivière, de construire un moulin à l’entrée de Calais en 1690. Souhaitant optimiser la force hydraulique dont il bénéficie, le meunier prend rapidement l’habitude de retenir les eaux en amont. Ce faisant, il amplifie le phénomène d’inondation. Les premiers mécontentements s’expriment avec célérité13. En conséquence, un édit du 15 octobre 1696 ordonne qu’un procès-verbal soit dressé par le commissaire départi de la généralité d’Amiens afin d’estimer le moulin, dédommager le propriétaire et rendre son usage aux communautés indisposées par les inondations. En échange du versement de 14 000 livres au propriétaire, l’usage du moulin leur reviendrait ainsi que la charge des « curement, netoyement et entretien des canaux publics ». De même, l’édit fixe un règlement d’usage des écluses de Calais et du fort de Nieulay. Le règlement dispose qu’une partie des écluses devra être ouverte huit marées de suite pendant les mois les plus pluvieux, mais seulement deux au cours des mois d’été. Celles du fort Nieulay devront, quant à elles, êtres ouvertes « pendant sept jours de chacune nouvelle et pleine lune ». L’Édit de règlement enjoint également au commissaire départi de procéder à la nomination d’un inspecteur éclusier nanti de 450 livres de gages annuels à prendre sur le revenu du moulin. L’éclusier a pour mission de veiller au respect des dispositions réglementaires et doit rendre un rapport annuel au commandant de la ville de Calais. La surveillance des aménagements hydrauliques est en définitive confiée au pouvoir militaire.

  • 14 La digue de Sangatte a été construite en 1598 à l’initiative du roi de France.
  • 15 Arch. Nat., H1 48, dossier 1, pièces VII et XXIV.
  • 16 Arch. Nat., H1 48, dossier 1, pièces 7.

9Le rôle de l’armée apparaît de manière encore plus forte au sujet de la digue de Sangatte dont l’entretien est absolument nécessaire aux populations locales afin de compenser une interruption naturelle du cordon dunaire littoral et de protéger le Calaisis des tempêtes les plus violentes14. De 1672 à 1722, l’entretien de cette digue est resté sans discontinuer à la charge du commandant de la fortification de Calais15. Entre 1708 et 1714, il versait ainsi chaque année environ 1 500 livres « pour les entretiens par luy faits des digues du Risban et de Sangatte, de toutes les écluses de laditte place et du fort Nieulay et des environs des bateaux des ingénieurs et de la baraque du guetteur du Blanc16 ». Après 1714, cette somme annuelle est ramenée à 700 l. t. et le marché d’entretien confié à Jacques Taffin.

10Le système de gestion des eaux mis place au cours du règne de Louis XIV se caractérise ainsi par une très forte implication des militaires, véritables dépositaires de l’autorité du roi dans la région, d’une part, et par une dévolution de la charge de l’entretien des cours d’eau aux populations locales d’autre part. Le roi détermine un cadre réglementaire et fixe les ressources nécessaires à sa bonne mise en œuvre. À la suite de l’arrêt de 1696, l’entretien du réseau hydrographique du Calaisis repose en définitive sur les ressources produites par le moulin de Calais. On observe ainsi une disjonction entre les bénéficiaires et les acteurs du bon entretien des aménagements d’une part, et les autorités en charge de veiller à la bonne application de la réglementation d’autre part. Les militaires n’ont en effet aucun intérêt direct au bon entretien des fossés et canaux. Cet intérêt est diminué d’autant lorsque le commandement de la place de Calais est rattaché à Dunkerque.

11En dépit des limites intrinsèques du cadre normatif encadrant la gestion des eaux dans le Calaisis, il a satisfait les attentes des différentes parties jusque dans les années 1710. Ainsi, à la suite de quelques déconvenues consécutives au décès d’un éclusier, le Conseil du roi fait procéder à son remplacement et se contente de rappeler aux acteurs locaux l’Édit du 15 octobre 1696, sans en modifier la substance. Selon un rapport daté de 1730, les ingénieurs en place à Calais jusqu’en 1714 excellent dans l’art de l’hydraulique. Ayant été les seconds de Vauban, Clément et Robelin ont été formés à bonne école.

Militarisation de la gestion et négligence des aménagements

  • 17 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 74, 26 janvier 1730.
  • 18 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 93.

12À en croire les archives du contrôle général conservant la correspondance entre l’intendant Chauvelin et sa hiérarchie, l’ennoiement progressif du Calaisis remonte à 172217. Les facteurs naturels ont sans doute joué un rôle, mais les années 1720 ouvrent une période de relatif réchauffement climatique aux précipitations un peu plus faibles. Dans ce contexte, les facteurs humains ont été déterminants. Depuis 1696 les militaires sont in fine et de jure les dépositaires de la gestion de l’eau dans le Calaisis, et ils sont aussi à l’origine de la négligence des équipements qu’elle nécessite. Les suppliques et requêtes des habitants, sur lesquelles nous reviendrons, les incriminent directement. Un placet adressé au roi, et conservé dans les archives du Contrôle Général, rapporte que « ces inondations proviennent aussi de la mauvaise administration dans l’ouverture des grandes écluses18 » normalement garantie par le gouverneur de Calais. Il revenait à celui-ci la charge, non seulement du bon fonctionnement du moulin de la place et du jeu des écluses, mais aussi de l’utilisation d’une partie de ses revenus pour le financement du curage des canaux et watergangs nécessaires au drainage du Calaisis. Le défaut d’entretien et la perte de terres arables et pâturables subie par les villageois sont donc, pour ces derniers, la conséquence de son incurie et des faiblesses du mécanisme de régulation mis en place à partir de 1696.

  • 19 Arch. Nat., H1 48, pièce 74, 26 janvier 1674.

13En 1730, un Mémoire sur les remontrances faites au roy par les habitants des villages de Vieille église, de nouvelle esglise, d’Offequerque, et de Guemps faisant partie du gouvernement de Calais au sujet des inondations auxquelles les terres desdites paroisses se trouvent frequemment exposées, et encore au nom des maires et echevins d’Ardres accable sans détour la gestion des militaires. Son auteur s’en prend notamment à l’ingénieur Thibergeau, nommé à Calais en 1714, et qui semble avoir délibérément choisi de ne pas respecter l’arrêt de 1714. L’écluse de la citadelle dont il a spécifiquement la responsabilité tombant en ruine, il se résout d’emblée à ne plus l’ouvrir au gré des besoins et à la maintenir fermée, renvoyant les eaux vers le fort Nieulay, dont le gabarit se révèle vite insuffisant. Cette négligence a pour conséquence l’aggravation des inondations qui, en retour, contribuent à combler les canaux et fossés. Plus encore, l’auteur du mémoire rapporte que des ingénieurs amovibles refusent régulièrement d’ouvrir les écluses, ce qui aurait pourtant représenté pour les « habitans un soulagement qu’ils étoient en droit de demander pendant les inondations19 ».

  • 20 Arch. Nat., H1 48, dossier 1, pièce 11.
  • 21 Arch. Nat., H1, pièce 74, 26 janvier 1730.

14La dégradation de la digue de Sangatte puise également ses origines dans l’administration de la région. L’arrêt du 19 juin 1728 prévoyant la réfection de la digue de Sangatte et, dans ce but, la passation d’un marché au rabais, fait reposer la charge des travaux à parts égales sur le roi lui-même, sur les propriétaires et habitants du Calaisis et sur ceux du gouvernement d’Ardres. Il revient ensuite à l’intendant Chauvelin de répartir cette charge au prorata de la capacité contributive de chaque paroisse. Ce mode de financement suscite l’indignation de l’ensemble des villageois. Appuyés en cela par le maire et les échevins de Calais, ils estiment en effet que l’entretien et les réparations de la digue érigée par le roi relèvent de la compétence et des finances du marquis d’Asfeld et du gouverneur de la place de Calais. En d’autres termes, les villageois refusent de payer pour compenser les manquements des militaires dans la région. Pour sa défense d’Asfeld, directeur général des fortifications depuis 1719, déclare ne disposer d’aucun fonds et estime que la « fortiffication n’a contribué aux réparations que mal à propos et pour quelque léger entretien20 ». Dans le même ordre d’idées, le non-respect des règlements initialement édictés aboutit également à la progressive ruine des équipements et en premier lieu à celle des écluses21. Délaissée par les militaires, la réparation des écluses pose d’autant plus de problèmes qu’il s’agit d’équipements très onéreux et que les attributions de chaque usager ne sont plus clairement établies. Or, leur effondrement et leur progressif affaissement aggravent l’ennoiement du territoire en formant des obstacles importants à l’écoulement de l’eau.

15Les archives du contrôle général font ainsi apparaître les inondations comme le résultat d’un rapport de force révélant les contradictions internes au fonctionnement de la monarchie. Brillant militaire ayant servi dans la plupart des guerres de Louis XIV, le marquis d’Asfeld a été formé et nommé pour défendre les frontières du royaume et il administre les eaux en conséquence. Or, l’hydraulique militaire repose sur une tout autre logique que l’hydraulique « civile » : son objectif est la défense des places. La répétition des inondations ne nuit donc en rien à la mission du marquis d’Asfeld. Bien au contraire, elle renforce d’autant les défenses de Calais et compense un moindre investissement dans la place forte. Le bras militaire de la monarchie française entre ainsi en opposition avec ses objectifs économiques et suscite la défiance des populations qui ont beau jeu de rappeler au roi ce que l’hydraulique militaire lui fait perdre.

16À partir de 1714, les militaires tirent progressivement parti des faiblesses du mécanisme de régulation issu du règlement de 1696 dont le respect dépendait de leur implication. Disposant à l’origine des compétences techniques pour y parvenir, les militaires en ont progressivement été privés au gré des affectations des ingénieurs. Dans ce nouveau contexte de ressources humaines défaillantes, l’avantage des militaires est clairement de maintenir le Calaisis sous les eaux et de renforcer ainsi d’autant la protection de la région. Il apparaît ainsi que les garants de la bonne application du règlement n’y sont en définitive nullement intéressés : le sort du Calaisis et de ses habitants ne les concerne pas. La politisation du dossier par l’envoi de suppliques adressées au roi s’impose dès lors comme la seule solution envisageable par les paroissiens. Le commissaire départi ou intendant de Picardie ne dispose ni des compétences juridiques ni de l’autorité nécessaires au règlement d’un tel dossier à l’avantage des populations villageoises.

Se mobiliser pour politiser

  • 22 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce, 84, arrêt du Conseil d’État du 19 juin 1728.

17Les paysans, mais aussi le roi en tant que propriétaire et gros décimateur, sont les premières victimes de la répétition des épisodes d’inondations. Un arrêt du Conseil d’État du 19 juin 1728 rapporte que l’intendant Chauvelin est à l’origine des premiers travaux de réparations de la digue de Sangatte. Pour mettre le Calaisis à l’abri des inondations de la mer, Chauvelin « auroit ordonné et fait faire pendant le cours de l’hyver dernier a diverses fois les ouvrages provisionnels qui ont été jugés indispensables pour assurer ladite digue dont la dépense va à la somme de 2 073 livres22 ». Prolongeant l’initiative de l’intendant, le Conseil d’État lui enjoint de procéder à une adjudication des travaux de rétablissement de la digue dont un devis a fixé le montant à 26 910 livres. Cependant, l’initiative de l’intendant ne peut suffire à remettre en état l’ensemble de la région. Dans la mesure où les inondations récurrentes proviennent d’un dysfonctionnement et d’un détournement du système de régulation des usages de l’eau engageant l’ensemble de la population, cette dernière s’est patiemment mobilisée. La prise de parole des paysans comme des propriétaires se fait par l’intermédiaire des cadres de la société.

18La politisation de la lutte contre les inondations s’opère de manière très progressive. Confrontées à l’ennoiement de leurs territoires, les communautés du Calaisis se tournent en premier lieu vers Chauvelin, par ailleurs très bien disposé à leur égard. Conformément à sa position d’intendant, il s’attache à faire « remonter » l’information à sa hiérarchie et à solliciter son alter ego militaire dans la région. Entamée très précocement, cette démarche conciliatrice se heurte au refus des militaires de faire vivre la lettre et l’esprit des arrêts de 1696 et de 1714. À ce stade, l’opinion locale n’est que très faiblement investie et le pouvoir monarchique peu concerné, si bien qu’aucune évolution substantielle ne peut être véritablement attendue : l’intendant ne peut rien contre le gouverneur. L’ambiguïté de la monarchie dans la gestion de son territoire condamne le Calaisis au statu quo hydraulique.

  • 23 Arch. Nat., H 1 48 ; dossier 2, pièce 75 et 80.

19Face à ce blocage, les communautés et leurs représentants décident d’appuyer, ou de court-circuiter, Chauvelin. Les premières suppliques adressées directement au contrôleur général datent de 1730. Les paroissiens de Vieille Église, Nouvelle Église, d’Offequerque et Guemp devancent dans cet exercice les propriétaires et habitants du pays reconquis23. Après avoir modestement sollicité l’intendant, ils se tournent directement vers le Cardinal de Fleury et le Gouverneur de Calais. Leurs griefs sont multiples. Ils considèrent en premier lieu que, contrairement aux dispositions de l’arrêt de 1728, ils n’ont pas à payer pour la réparation de la digue de Sangatte qui ressortit selon eux du domaine du roi. Ils déplorent également l’inexécution des arrêts de 1696 et 1714 et la trop faible ouverture des écluses de la ville et citadelle de Calais comme de celle du Fort Nieulay. Les auteurs de la supplique rappellent que « tous ces faits ont été depuis longtems justifiés à M. Chauvelin intendant de la province et ces habitants se sont même retirés par-devant Mgr le contrôleur général sans jusqu’à présent avoir trouvé aucun soulagement à leurs plaintes amères et à leurs maux », en conséquence, « ils attendent des bontés et de la justice de votre éminence Mgr qu’elle voudra bien après s’être fait rendre compte de ces deux affaires [des curages et de la digue de Sangatte] ».

  • 24 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 93.

20La mobilisation des laïcs est rapidement secondée par celle des curés des différentes paroisses du Pays reconquis. Leurs arguments sont en tous points similaires mais ils s’appuient également sur les difficultés qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur ministère. À la suite de la réfection de la digue de Sangatte entreprise par Chauvelin, les curés du bas pays du gouvernement de Calais prennent donc la plume pour supplier « sa majesté d’ordonner le curement de la rivière d’Oye et de toutes les autres du pays successivement d’année en année et que les anciens arrêts pour l’administration des écluses seront exécutez24 ». Pour appuyer leur requête, les curés avancent des arguments de natures différentes. En tant qu’hommes d’Église, ils pointent en premier lieu l’impossibilité d’assurer le culte dans des conditions normales et en suggèrent ainsi les conséquences morales. Au détour de leurs suppliques, on apprend également que le marquis d’Asfeld et M. Le Peletier Desforts avaient été informés de la situation et qu’ils s’en étaient eux-mêmes enquis auprès du gouverneur de Calais.

21Les courriers et placets des curés du Calaisis, s’exprimant au nom de leurs communautés respectives, sont directement adressés au roi. L’intendant en est par la suite informé par les services du contrôle général auquel le Cardinal de Fleury a fait redescendre l’information. Les populations locales n’hésitent donc pas à se tourner vers les sommets de l’État pour obtenir aide et secours. Leur mobilisation vise à impliquer l’ensemble de l’appareil d’État en vue de la résolution de leur problème. En donnant une tournure politique au dossier, il s’agit de contraindre l’État à choisir entre son bras civil et son bras militaire. Les ordres donnés par Orry contribuent à modifier de manière substantielle le rapport de force à l’échelle locale. L’intendant n’apparaît désormais plus seulement comme un administrateur isolé soucieux de préserver l’intérêt de ses populations, mais comme le délégataire pleinement légitime du pouvoir civil. Le conflit entre les populations locales et les chefs militaires cède la place à une opposition entre le pouvoir du Contrôle Général et le directeur général des Fortifications. L’intervention du Cardinal de Fleury en faveur d’Orry, de Chauvelin et finalement des paysans du Calaisis relève ainsi d’un choix politique, révélant une vision plus économique que militaire du territoire.

Une économie politique de l’eau

  • 25 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 75.
  • 26 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 80, 11 octobre 1730.

22Les arguments juridiques fondent l’action des communautés comme celle de l’intendant : les militaires n’assument pas leurs responsabilités. Mais pour convaincre le Cardinal de Fleury les communautés élaborent également une lecture bien plus économique de la situation. Le 3 avril 1730, les propriétaires et habitants des 24 paroisses rappellent que du mouvement des écluses de Calais dépend l’état d’un pays de plus de 9 000 arpents dont la perte est non seulement préjudiciable aux communautés locales mais aussi au « roi même en tant que seigneur foncier et gros décimateur de tout le pays reconquis25 ». Dans une deuxième supplique, les propriétaires et habitants du Calaisis s’excusent d’écrire directement au roi en rappelant que la mise en valeur de leur territoire les intéresse certes en tant que propriétaires mais qu’il en va aussi de l’intérêt du souverain lui-même. Le Pays reconquis appartient au domaine du roi et par conséquent ses fermiers lui versent directement un champart tout à fait exceptionnel estimé au dixième du produit de la terre. Ils ne se privent également pas de mentionner « les autres impositions auxquelles les habitants sont assujettis26 ». Les curés de la région font également appel à cette argumentation.

23De manière innocente, les propriétaires, habitants et curés du Calaisis s’appuient sur une représentation bien ancrée des zones humides perçues depuis la Renaissance comme des espaces répulsifs et nocifs. Dans la lignée de l’Édit de 1599 accordant à Humphrey Bradley le monopole de l’assèchement des lacs et marais de France, ils dépeignent les milieux ennoyés comme des déserts humains à l’origine d’un manque à gagner fiscal préjudiciable, et qu’il importe à ce titre de mettre en valeur grâce au drainage et au bon entretien des aménagements hydrauliques. Ils promeuvent de la sorte une forme d’économie politique de l’eau : sa gestion doit favoriser le bien-être des populations.

24Si la structure de l’argument est presque traditionnelle au début du XVIIIe siècle, les formes de son emploi n’en constituent pas moins une nouveauté notable. En effet, au XVIIe siècle, les assèchements, et tous les aménagements hydrauliques à leur suite, sont élaborés par et au service d’une élite politique et financière. Or, dans le Calaisis, l’argument bénéficie aux populations locales exploitant elles-mêmes les terres dont il est question. La mobilisation contre l’inondation révèle donc un retournement complet des usages de la rhétorique dessiccative et son inscription dans un cadre théorique logeant en son cœur l’intérêt des populations. En prêtant une oreille attentive aux suppliques des habitants du Pays Reconquis, la Monarchie a contribué à définir un nouveau mode de gestion des eaux.

25De quelques années postérieur, le devis estimatif des travaux à réaliser pour la remise en état des équipements hydrauliques du Calaisis renforce cette logique. Rédigé par des ingénieurs, le projet insiste en effet sur les avantages commerciaux offerts par de tels travaux. La réfection et l’approfondissement des canaux faciliteraient de manière très appréciable la navigation intérieure. L’accès simplifié aux ports de Dunkerque et de Calais offrirait en effet de nouveaux débouchés aux productions de l’intérieur du pays en même temps qu’il faciliterait la pénétration des produits importés. Toutes les villes des Flandres françaises et de l’Artois bénéficieraient de telles réalisations. La lutte contre les inondations du Calaisis s’inscrit ainsi dans un schéma d’économie politique habituel articulant mise en culture et encouragement de la navigation intérieure. Elle présente cependant une forte originalité en ce que le roi intervient et participe au cofinancement des travaux. En tant que propriétaire foncier, il est en effet directement intéressé à la valorisation des terres ennoyées. Pour hâter le processus, et en faisant preuve de justice, il diminue également le montant de la ferme payée par le fermier du domaine. La gestion de l’eau est ainsi orientée de manière à satisfaire les objectifs de l’économie politique alors en pleine consolidation.

  • 27 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, arrêt du 22 février 1731.

26La première réaction monarchique consiste en une réponse à la situation d’urgence dont les suppliques des habitants du Calaisis font part. Le roi concentre l’autorité et contraint les habitants du Bas Pays à réaliser eux-mêmes les travaux nécessaires. Agissant tout autant comme propriétaire foncier qu’en tant que source de toute autorité, le Conseil du roi du 22 mai 1731 assoit l’intendant dans un rôle d’arbitre et d’organisateur et « fait très expresses inhibitions et deffenses auxdits propriétaires de fonder de faire aucunes assemblées pour raison dudit curement, ni pour quelqu’autres affaires du païs que ce soit, sans la permission expresse du Sr Commissaire départi pour l’exécution des ordres de sa majesté en Picardie à peine de désobéissance27 ». L’arrêt enjoint également à l’intendant de faire appliquer les dispositions des arrêts de 1696 et de 1714 et fait procéder au contrôle des titres de tous les occupants des lieux. À défaut de financer les moindres travaux ou même de les planifier, le Conseil du roi ordonne à chaque propriétaire de procéder au curage des canaux s’écoulant sur son fonds. Pour faire respecter cette clause, l’intendant peut menacer les éventuels récalcitrants d’une amende relativement élevée de 300 livres. Par ces mesures, peu onéreuses et aisées à concevoir, le Conseil du roi ne fait autre chose que de donner à l’Intendant le temps nécessaire pour élaborer des mesures plus ambitieuses et plus à même d’instaurer les cadres d’une régulation durable. En ce sens, l’Édit de 1731, demande à l’intendant de faire réaliser un devis de tous les ouvrages nécessaires de manière à planifier la rénovation du territoire. Pour inciter les habitants, le roi s’engage à financer la réalisation des ouvrages d’architecture hydraulique (ponts et écluses).

  • 28 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, 9 février 1734 : Mémoire sur l’arrest proposé par M. Chauvelin inten (...)

27Trois ans plus tard, l’estimation globale des travaux s’élève à 99 225 livres. Pour les répartir entre les différentes communautés intéressées au rétablissement des équipements hydrauliques, l’intendant se réfère aux clauses de l’édit de 1696. Le paiement des travaux devait ainsi être étalé sur cinq années et assuré pour moitié par les propriétaires et pour moitié par les fermiers, aucun privilège ni exemption n’étant reconnu. Outre, ces paiements le projet de l’intendant prévoit « de faire une imposition annuelle de 3 000 livres avec le produit de la barque de Saint-Omer à Calais28 ». Il s’agit en effet de dégager les revenus nécessaires à l’entretien des canaux et watergangs et au paiement « des gages du watergrave, et des éclusiers, qu’il conviendra d’établir ». Le projet de l’intendant ne se contente donc pas d’ordonner et organiser la remise en état des canaux et fossés drainant la région, mais il conçoit également l’érection d’un système de surveillance spécifique avec un personnel dédié. Or, sous l’empire de l’édit de 1696, le jeu des écluses et la surveillance des installations relevaient de la compétence du propriétaire du moulin de Calais et du Gouverneur de Calais. Les propositions de Chauvelin visent donc à remanier en profondeur la gouvernance de l’eau et à déposséder les autorités militaires d’une grande partie de leurs attributions dans la gestion hydraulique de la région.

28L’intendant désigne les fossés comme les personnels à installer avec des termes flamands autochtones : watergangs (canaux) et watergrave (maître des eaux). Chauvelin témoigne par ce biais d’une prise en compte des pratiques régionales et de leur récupération dans le cadre d’une régulation organisée par ses soins. L’intendant ne vise rien d’autre que de laisser vivre les pratiques de gestion de l’eau traditionnelles et il s’en porte le garant puisque le watergrave doit être nommé par ses soins. Il doit jouer un rôle d’inspection et est tenu d’établir son rapport au commandant de Calais et ensuite seulement au maire et aux échevins de la ville qui doivent en conserver la mémoire. Les textes ne précisent pas outre mesure toute l’étendue des pouvoirs du watergrave si bien qu’il est impossible de déterminer s’il est fondé à percevoir les deniers provenant des cotisations des communautés villageoises du Pays reconquis. Son autorité est en tous les cas renforcée par l’interdiction expressément formulée de saisir un autre juge que l’intendant lui-même : « Deffendre aussi à tous juges de s’immiscer à l’avenir dans ce qui concerne les rivieres, canaux et watergands dont il s’agit, ni de prononcer, pour raison de ce aucune amende, à peine de concussion et d’être procédé extraordinairement contr’eux, et renvoyer toutes les contestations nées et à naître à ce sujet au Sr Commissaire departi, pour en connaître à l’exclusion de tous autre ». Ainsi, bien qu’ils soient encore les destinataires privilégiés des rapports du watergrave, les militaires sont marginalisés dans le nouveau cadre de régulation conçu par l’intendant avec le soutien du Conseil du roi.

  • 29 Arch. Nat., H1/647, arrêt du conseil du 3 septembre 1738.
  • 30 Arch. Nat., H1/647, lettre de Chauvelin du 3 mars 1739.
  • 31 Arch. Nat., H1/647, mémoires du 12 janvier 1745 et du 11 juillet 1745.

29Les travaux prévus par l’intendant sont massifs et sont définitivement lancés par un arrêt du 3 septembre 173829. Un an plus tard, Chauvelin estime que « les travaux du Calaisis avancent considérablement », ce qui laisse présager une réelle amélioration de la situation30. Outre la réfection de tous les équipements, il est question de curer le fond des rivières de deux pieds, soit environ 60 cm, au-dessous de leur ancien lit, ce qui représente un volume de terre et de vase énorme. L’intervention du pouvoir central sollicité par les populations locales permet alors au Calaisis de sortir de l’emprise des eaux. En 1745, une série de rapports demandés à la suite de l’inondation du territoire au cours du mois de janvier, souligne une amélioration globale de la situation malgré quelques dysfonctionnements31. Au cours de l’été, une visite constate la fertilité et l’abondance des grains du Calaisis ainsi qu’un bon état général des grands aménagements, mais pointe la négligence des propriétaires quant à l’entretien des petits fossés, première étape indispensable à la pérennisation d’un bon système de drainage. L’initiative des paroissiens du Calaisis a ainsi hâté la conduite de travaux d’importance et la réduction des inondations. Toutefois, les rapports des années suivantes rappellent une évidence de l’économie des zones humides : leur bonne exploitation repose sur un entretien régulier garanti par une organisation satisfaisante. À en croire les rapports de visites écrits au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la mobilisation des années 1720 et 1730 n’a pas entraîné d’évolution significative sur ce plan.

*

30Après 1714, le progressif ennoiement de la plaine littorale du Calaisis tient quasi exclusivement à des facteurs humains. Dans un premier temps, soucieux de veiller à l’intérêt des populations locales et de respecter leurs obligations, les militaires ont assuré une bonne circulation des eaux. Mais, à la fin du règne de Louis XIV, les contraintes budgétaires, les changements stratégiques mais aussi l’incurie des chefs ont provoqué des inondations récurrentes ruinant de manière dramatique le Calaisis. Aussi équilibrés qu’ils aient pu être, les règlements de 1696 et de 1714 n’avaient pas prévu de voies de recours en cas de non-respect de leurs dispositions. Dès lors le changement d’attitude des militaires appelait la conception de solutions originales. Le dialogue et la concertation menés à l’échelle locale apparurent en ce sens rapidement voués à l’échec en raison de l’équilibre des pouvoirs, l’intendant ne pouvant en réalité rien imposer au gouverneur militaire. Pour surmonter ces blocages, les paroisses du Calaisis ont en conséquence politisé leur action par des pétitions directement envoyées au roi. Le pouvoir central s’est ainsi trouvé pressé d’intervenir au service de ses sujets, d’une part, et d’une économie tout à la fois politique et morale, d’autre part. En effet, la remise en culture de terres en réalité abandonnées servait tout autant ses intérêts financiers que l’exercice du culte par un clergé tenu à distance des villageois par l’abondance des eaux.

31Dans ce cadre, le choix de la voie politique par les acteurs locaux et l’appel à l’intervention des pouvoirs centraux relèvent d’une sclérose totale du dialogue entre les pouvoirs civils et militaires à l’échelle locale. Les populations se sont ainsi progressivement trouvées dépossédées de tous moyens d’action et d’intervention dans la gestion de leur territoire et sans autre possibilité que de recourir au contrôleur général, voire au premier ministre. De ce point de vue, la construction de l’environnement apparaît comme le résultat d’un dialogue institutionnel parfois conflictuel. Au fur et à mesure que les aménagements ont transformé les milieux et qu’ils ont permis la coexistence de multiples formes d’usage parfois contradictoires, ils ont rendu l’intervention de l’État nécessaire même s’il n’était nullement à l’origine des aménagements visés. Dans l’exemple du Calaisis, il est ainsi frappant de constater que l’État répond à une demande et à une forte mobilisation des populations soucieuses de restaurer des usages et des équipements tombés en désuétude. Par leur mobilisation, les villageois ont contraint l’État à sortir de son indécision et à choisir lequel de ses bras il entendait privilégier. En retour, cet épisode montre à quel point le lien entre les populations et leurs aménagements était médiatisé par le système institutionnel et de la sorte politisé. Dans le Calaisis, l’implication de l’État est d’autant plus importante que les terres ressortissent pour une large part du domaine du roi qui se trouve ainsi directement intéressé à leur bonification.

32L’histoire des inondations du Calaisis est de fait structurée par une tension entre les aménagements considérés dans leur matérialité, d’une part, et les formes d’organisation nécessaires à leur entretien d’autre part. On observe ainsi que la pérennité et l’efficacité des équipements hydrauliques sont indissociablement liées à l’existence d’une institution garante de leur maintenance et de leur saine gestion. La lutte contre les inondations témoigne de ce que l’intervention de l’État dans l’aménagement d’un territoire ne se résume pas à des formes de planification mais consiste également à participer à la construction des compromis qui y président bien souvent. Sous cet angle, l’aménagement ne construit l’environnement que s’il est soutenu par une gouvernance adéquate.

Notes

1 Huret R., Katrina, 2005. L’ouragan, l’État et les pauvres aux États-Unis, Paris, EHESS, 2010.

2 Langumier J., Survivre à l’inondation. Pour une ethnologie de la catastrophe, Lyon, ENS éditions, 2008.

3 Bravard J.-P., Magny M. (dir.), Les fleuves ont une histoire, paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Paris, Errance, 2002 ; Burnouf J., Leveau P. (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture, Paris, CTHS, 2004 ; Dion R., Histoire des levées de la Loire, Paris, Aubenas, 1961.

4 Szulman É., La navigation intérieure sous l’Ancien Régime. Naissance d’une politique publique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 259-272 ; Morera R., L’assèchement des marais en France au XVIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

5 Cette tradition intellectuelle a été poussée à son paroxysme par Karl Wittfogel.

6 Sur ce point : dossier « Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien », Annales HSS, 57-3, mai-juin 2002 ; Fournier P., Lavaud S. (dir.), Eaux et conflits dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Flaran », 2012.

7 Sur Calais au Moyen Âge : Rose S., Calais, an English Town in France, 1347-1558, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2008 ; Derville A., « La première révolution des transports continentaux (c. 1000 – c. 1300) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 85-2, 1978, p. 181-205 ; Derville A., « Le marais de Saint-Omer », Actes des congrès de la SHMESP, dixième congrès, Lille, 1979, p. 73-93 ; Blanchard R., La Flandre, étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande, Dunkerque, Société dunkerquoise pour l’avancement des lettres, des arts et des sciences, 1906, p. 270 sqq.

8 Delaine G., Les wateringues du Nord de la France, Dunkerque, 1969 ; Dolez M., Les Moëres, étude d’une association syndicale de dessèchement dans une région du Nord de la France, université de Caen, 1907.

9 Blanchard R., La Flandre…, op. cit., p. 283.

10 Nordman D., Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1999 ; Morera R., « Maîtrise de l’eau, maîtrise de l’espace. Cartographie et inondations défensives à l’époque de Vauban », Le Monde des Cartes, no 195, mars 2008, p. 39-54.

11 Bitterling D., L’invention du Pré carré. Construction de l’espace français sous l’Ancien régime, Paris, Albin Michel, 2009 ; Nordman D., Frontières de France… op. cit., ; Roumegoux Y., présentation du « Projet de navigation d’une partie des places des Flandres à la mer », t. XII de Oisivetés de M. de Vauban, publié dans M. Virol (dir.), Les Oisivetés de Monsieur de Vauban, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 1665 sqq.

12 Dolez M., Les Moëres, op. cit.

13 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 63, Arrêt du 15 octobre 1696.

14 La digue de Sangatte a été construite en 1598 à l’initiative du roi de France.

15 Arch. Nat., H1 48, dossier 1, pièces VII et XXIV.

16 Arch. Nat., H1 48, dossier 1, pièces 7.

17 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 74, 26 janvier 1730.

18 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 93.

19 Arch. Nat., H1 48, pièce 74, 26 janvier 1674.

20 Arch. Nat., H1 48, dossier 1, pièce 11.

21 Arch. Nat., H1, pièce 74, 26 janvier 1730.

22 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce, 84, arrêt du Conseil d’État du 19 juin 1728.

23 Arch. Nat., H 1 48 ; dossier 2, pièce 75 et 80.

24 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 93.

25 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 75.

26 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, pièce 80, 11 octobre 1730.

27 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, arrêt du 22 février 1731.

28 Arch. Nat., H1 48, dossier 2, 9 février 1734 : Mémoire sur l’arrest proposé par M. Chauvelin intendant de Picardie, touchant le curement et l’aprofondissement des rivières, watergands, canaux et fossez qui sont dans l’etendue du gouvernement de Calais, pour procurer l’ecoulement des eaux qui inondent une partie considérable des terres de ce gouvernement ; et pour l’imposition de la dépense de ces travaux, et de l’entretien des mesmes rivieres, watergands, canaux, et fossez.

29 Arch. Nat., H1/647, arrêt du conseil du 3 septembre 1738.

30 Arch. Nat., H1/647, lettre de Chauvelin du 3 mars 1739.

31 Arch. Nat., H1/647, mémoires du 12 janvier 1745 et du 11 juillet 1745.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540