Version classiqueVersion mobile

Quelques souvenirs

 | 
Jean Janvier

Première partie. La jeunesse et l'avant-guerre (1859-avril 1915)

Chapitre 4. À la mairie de Rennes

Texte intégral

1Ici, mes chers enfants, je vais vous résumer les principaux actes d’administration accomplis depuis que j’ai l’honneur d’être maire de Rennes. Vous verrez, par ce que nous avons fait, dans quel état nous avons trouvé les bâtiments communaux, vous jugerez aussi de tout ce qui manquait dans une ville comme la nôtre.

— Palais du Commerce1

  • 1 Véritable serpent de mer de la politique architecturale et urbaine de Rennes, le palais du Commerce (...)

2Depuis vingt-trois ans, toutes les municipalités rennaises projetaient l’achèvement du palais du Commerce. Toutes se demandaient quelle affectation donner à ce bâtiment, une fois terminé, et s’arrêtaient surtout devant le montant de la dépense. Le conseil qui nous a précédés à l’hôtel de ville avait eu à examiner une demande d’emprunt de 1 600 000 francs présentée par M. Ch. Oberthür, premier adjoint, pour achèvement de ce palais. Il ne fut donné aucune suite à cette proposition. Notre municipalité, elle, dès juillet 1908, engagea une correspondance avec le ministère des PTT au sujet de l’insuffisance des locaux affectés à Rennes, au service des postes.

3Un projet de transformation de ces locaux, avec extension dans l’étage où notre école des Beaux-Arts se trouvait également à l’étroit, fut établi par l’architecte de la ville. Ce projet fut discuté avec M. Estaunié, directeur de l’Union postale au ministère des PTT, au cours d’une démarche que je fis spécialement à Paris. Après avoir constaté que ce projet ne donnait satisfaction ni à la ville de Rennes, ni aux services des PTT, nous étudiâmes l’achèvement du palais avec installation des services postaux dans l’aile et dans le pavillon à construire à l’est du pavillon central.

4Ce nouveau projet plut à M. Estaunié et à son chef de bureau, M. Debacq ; mais il allait en arrêter les conditions. C’est alors que je fis ressortir le bail existant entre la ville et l’État pour les locaux occupés par les postes, bail ayant encore une durée d’une vingtaine d’années et que le conseil municipal résilierait volontiers si cette proposition aboutissait, au terme qui suivrait l’installation des PTT dans les nouveaux locaux. M. Estaunié, s intéressant de plus en plus à la question, me demanda combien avait coûté la partie ouest du palais du Commerce. Pendant l’examen du dossier à Rennes, j’avais appris que les dépenses, pour cette partie ouest, s’étaient élevées à près de 1 200 000 francs. Il fallait donc compter sur une dépense à peu près égale pour l’aile et le pavillon est. Les villes participant, au minimum, pour un cinquième dans les dépenses de constructions des hôtels des postes, y compris le terrain, nous avions estimé la valeur de notre terrain situé place de la République. Par ma profession d’entrepreneur, je savais d’ailleurs combien avaient été vendus certains autres terrains, au centre de la ville, et je pouvais par comparaison évaluer celui qui nous occupait à 300 francs le mètre carré. Comme la partie du palais à construire donnait une surface supérieure à 1 000 mètres, nous arrivions ainsi à un minimum de 300 000 francs qui, ajoutés aux 1 200 000 francs pour la construction, donnaient 1 500 000 francs, dont un cinquième, soit 300 000 francs pour la ville, correspondait à la valeur du terrain.

  • 2 Emmanuel Le Ray (1859-1936), premier diplômé de l’école des Beaux-Arts de Paris à venir s’installer (...)

5Un accord verbal fut en principe établi sur ces bases. En rentrant à Rennes, je ne manquai pas de confirmer par écrit ce qui avait été ainsi convenu, en principe, verbalement dans le cabinet de M. Estaunié. C’est à ce moment que je fis la demande officielle d accord avec M. le préfet, pour que M. Le Ray2, architecte de la ville, fût chargé de l’architecture et de la direction des travaux du futur hôtel des postes à installer dans la partie est du palais du Commerce. Il en fut ainsi décidé. M. Le Ray, reçut alors du ministre la mission de préparer les plans de distribution intérieure, en s’inspirant des besoins des divers services. Il ne pouvait d’ailleurs pas être question de l’extérieur puisqu’il avait été entendu, comme cela s’imposait, que l’État devrait suivre en tous points l’architecture adoptée et employer des matériaux semblables, ou similaires, à ceux qui avaient été employés pour la partie ouest. Les pourparlers, traités et conventions, furent d’autant plus longs que M. Estaunié avait été remplacé à la tête de son service par M. Joyeux. Toutefois, le chef de bureau M. Debacq, son sous-chef M. Plumereau, et le principal rédacteur M. Sergent, étaient toujours en fonctions et pouvaient attester des décisions premières. Avant de conclure définitivement et officiellement, M. Joyeux fut lui-même remplacé par M. Mazoyer. M. Debacq était aussi parti dans un autre service et M. Plumereau restait seul avec M. Sergent, au ministère, à connaître les premiers pourparlers, bases de cette importante question. Je dois dire que MM. Breton et Andrieuc, directeurs successifs des PTT d’Ille-et-Vilaine nous ont apporté leur meilleure collaboration.

  • 3 La Vilaine fut recouverte en 1913 entre le pont de Nemours et le pont de Berlin et, l’année suivant (...)

6Enfin je pus arriver à la signature du traité ; mais en dehors des trois directeurs de l’Union postale qui s’étaient succédé, au moins une demi-douzaine de ministres avaient eu aussi à connaître de cette combinaison ; à chaque changement, il fallait faire de nouvelles visites et présenter à nouveau la question, mais de façon qu’elle conservât ses conditions premières jusqu’à la signature par le sous-secrétaire d’État aux PTT et par le ministre des Travaux publics, duquel il dépendait à ce moment. Comme tous les ministères ressortissent financièrement au ministère des Finances, je fus informé que ce dernier refusait de ratifier ce qui était décidé, la somme de 1 226 000 francs, à engager par l’État, se trouvant de beaucoup supérieure à celle ordinairement allouée aux villes de l’importance de Rennes. Donc, au moment où l’on croyait tout conclu, il fallut recommencer nos démarches ; mais, au bout de quelques jours, les nouvelles difficultés étaient aplanies et toutes les signatures étaient apposées. Enfin le journal Officiel du 10 mars 1912 publiait la convention passée entre la ville de Rennes et l’État. Entre temps, le conseil municipal avait voté 385 000 francs pour l’exécution du pavillon central, l’État versait le reste, 1 226 000 francs, pour achever un monument qui, avec la couverture de la Vilaine3, la balustrade et les jardins, constituera un centre de ville ravissant, et contribuera à faire de Rennes une des plus belles cités de France. À noter ici que, au prix d’après-guerre pour la main-d’œuvre et les matériaux, la part de l’État s’élève à plus de 6 millions. Ainsi notre acte d’administration utile à l’État lui-même, se trouve être très heureux pour la ville de Rennes.

7Dans sa séance du 20 mai 1911, le conseil municipal avait été appelé à donner son approbation à la convention passée entre le sous-secrétaire d’État des Postes et des Télégraphes et moi-même, convention dont je viens d’exposer l’économie générale et qui ne devait devenir définitive qu’après avoir été ratifiée par le ministre des Finances. Après que M. Guillaume, architecte, conseiller rapporteur de la commission des Finances, eut conclu à cette approbation, deux de nos collègues, M. Bahon, professeur à la faculté des lettres et M. Cavalier, professeur à la faculté des sciences de Rennes et récemment nommé recteur de l’académie de Poitiers (d’où il était venu pour assister à la séance), demandèrent la parole. Il me parait intéressant de reproduire ici leurs déclarations, telles quelles figurent au procès-verbal.

– M. Bahon : « Je crois être l’interprète du conseil municipal tout entier en vous adressant ici, Monsieur le maire, à la suite de cette convention dont nous venons d’entendre la lecture et qui est la consécration même des travaux importants que vous avez réussi à mener à bien, nos félicitations sincères et motivées. Nous connaissons tous votre méthode de travail particulièrement active ; nous savons quel élan, quel enthousiasme, vous apportez à l’étude des questions importantes que vous aimez à traiter. Nous devons vous rendre justice. Cette affaire de l’achèvement du palais du Commerce vous l’avez conduite, malgré les sérieuses difficultés qui ont surgi à différentes époques et inquiété la population, avec une fermeté et une ténacité admirables et aussi, Monsieur le maire, avec une discrétion qui rend encore plus beau le résultat obtenu. Les négociations qui ont abouti à l’achèvement par l’État, du bel édifice dont nous possédons un fragment depuis longtemps déjà, ne devaient pas être faciles, si l’on considère que vous aviez à défendre notre bourse. Vous êtes arrivé à vos fins sans que la ville de Rennes ait à verser la moindre contribution en argent, et ce n’était pas là, certes, le point le moins délicat de l’opération. Enfin, grâce à une diplomatie particulièrement heureuse, vous avez obtenu que l’État paie même les droits d’octroi sur les matériaux devant entrer dans la construction et rembourse à la ville la moitié de la dépense d’établissement d’un mur mitoyen qu’on voulait à tout prix laisser à notre charge. Je croirais manquer au plus agréable des devoirs, Monsieur le maire, si je ne vous adressais pas ce soir, au nom de tous mes collègues, l’expression de notre reconnaissance et nos félicitations les plus sincères » (Applaudissements).

– M. Cavalier : « Permettez-moi, Monsieur le maire, d’ajouter un mot à ce que vient de dire M. Bahon. Malgré le vif plaisir que j’aurais à suivre assidûment vos débats, mes chers collègues, je ne me trouve pas souvent au milieu de vous. Aussi je tiens à profiter de ma présence ce soir au conseil municipal pour joindre mes félicitations personnelles à celles que M. Bahon, au nom de cette assemblée, vient de présenter à M. le maire Depuis mon départ de Rennes, j’ai eu l’occasion de suivre accidentellement les pourparlers entamés entre une municipalité et l’État précisément pour la construction d’un hôtel des Postes. Les intérêts à débattre étaient donc sensiblement les mêmes. Or, je crois pouvoir affirmer que les résultats obtenus pour Rennes sont réellement supérieurs à ceux obtenus par la ville dont je parle, bien que, je le répète, l’affaire se présentât dans des conditions comparables » (Applaudissements).

8Pendant que je rappelle cette importante question du palais du Commerce, je vais l’exposer en entier, d’après le vote du principe émis par le conseil municipal dans sa séance du 20 août 1915. Une fois les PTT installés dans la partie est du palais, la partie ouest sera aménagée de façon à recevoir tous les grands services avec lesquels le public est le plus en relation, timbre et enregistrement, trésorerie générale, percepteur, chambre de commerce, justices de paix, conseil des prud’hommes, bureau central d’octroi, etc. Le pavillon central aura un passage pour voitures, deux passages pour piétons.

  • 4 Il s’agit ici du palais du Trocadéro, édifié à Paris sur les hauteurs de Passy par Davioud et Bourd (...)

9Au premier étage, une grande salle, très décorée, aura la hauteur de deux étages et sera utilisée pour concerts, conférences, congrès, banquets, bals, etc. Un orgue presque neuf, démonté, mis en caisses par M. Clauss, et se trouvant dans les combles du conservatoire, sera placé près de la scène et permettra de faire de la musique, orgue et orchestre, comme cela se passe au Trocadéro4 de Paris. Cette salle, par ses dimensions et ses aménagements, rendra de très grands services aux diverses sociétés et associations de notre ville. Elle aura en effet 80 mètres superficiels de plus que la salle des fêtes de l’hôtel de ville et sera précédée de grands vestibules et dégagements. Il sera construit une scène aisément démontable, en prévision de certaines fêtes, réunions ou banquets où le nombre de personnes obligerait de réunir à la salle même les vestibules et dégagements. En tout cas, la scène devra être assez grande pour recevoir un orchestre, ou le bureau d’un congrès, avec de petites pièces où artistes et conférenciers pourront se retirer, et en plus, quelques salles destinées à servir de vestiaire, buffet, salle de commission ou de jeux.

10Au rez-de-chaussée, il sera réservé un grand vestibule avec une entrée principale sous le passage, ce qui permettra de descendre de voiture à couvert pour se rendre aux bals, concerts ou autres fêtes ; des entrées supplémentaires pourront exister vers le Pré-Botté comme sous les arcades, vers le jardin. Un bel et large escalier desservira cette salle de fêtes du rez-de-chaussée au premier étage. Un logement de concierge sera aménagé dans cette partie du bâtiment. Un autre escalier, plus simple, desservira du rez-de-chaussée à une autre salle de même surface située au troisième étage, à la hauteur des locaux où sera aménagée la maison des étudiants. Les dispositions pour cette salle seront plus simples que pour la salle principale du premier étage. Cette salle pourra aussi être affectée à des examens divers ou à des réunions de sociétés. Les étudiants pourront en disposer à jours fixés, pour leurs conférences, soirées, etc. Il serait bon de réserver une salle assez spacieuse au troisième étage pour la Société d’instruction populaire et autres œuvres de ce genre qui l’auraient, ainsi que la grande salle, à des jours fixés par l’administration municipale.

11J’anticipe un peu en parlant des aménagements ci-dessus ; mais, je le répète, j’ai voulu traiter entièrement cette question du palais du Commerce. Ces aménagements paraissent si bien correspondre aux besoins de la population que, si, pour diverses raisons, je n’avais pas à les mettre à exécution, mes successeurs auraient un projet sérieusement étudié et qu’il leur suffirait de perfectionner, car, réduire ce que je viens d’exposer, serait faire acte réactionnaire et ne pas profiter des circonstances pour donner à notre ville ces aménagements dont elle a un réel besoin. J’ajoute que l’argent est réalisé pour tous ces travaux : 420 000 francs sont encore à notre disposition au Crédit foncier pour achever le jardin et exécuter le pavillon central ; les 250 000 francs touchés des compagnies d’assurances, à la suite de l’incendie de la partie ouest du palais du Commerce, sont placés en rente sur l’État et suffiront, ou à peu près, à la réfection de la toiture et à l’exécution des aménagements intérieurs. Pour donner à l’édifice un aspect uniforme et harmonieux, la toiture de la partie construite se fera en même temps que celle de la partie neuve ; il en sera de même pour le ravalement des pierres blanches, de façon que, quand l’entrepreneur aura enlevé ses échafaudages et ses palissades, notre palais du Commerce, des Postes et des Télégraphes, apparaîtra comme entièrement neuf. Si je me suis étendu sur cette affaire et sans doute le ferai-je pour d’autres, c’est que j’aurai voulu, chaque fois, vous montrer les soucis que m’ont occasionnés ces affaires, avec les avantages qui résultent de ces entreprises pour nos concitoyens.

— Réduction du prix du gaz (de 0,30 F à 0,20 F) - Modification du traité passé, en 1880, entre M. Le Bastard, maire, et la Compagnie du Gaz

  • 5 Le premier traité entre la municipalité et la Société anonyme pour l’éclairage au gaz de la ville d (...)

12Depuis bien des années, il était question de réviser le traité qui liait la ville et la Compagnie du Gaz pour soixante-dix ans, de 1880 à 19505 ; quelques échanges de vues avaient eu lieu entre nos prédécesseurs et la Compagnie, puis les choses en étaient restées là. L’opinion publique étant de plus en plus mécontente de la Compagnie à cause du prix élevé de 0,30 F le mètre cube, les familles ne contractaient plus que de rares abonnements. Au courant de cette situation, j’invitai à venir me voir à la mairie, M. Roche, directeur de la Compagnie et je lui demandai si, en principe, il serait disposé à examiner une révision du traité de 1880, notamment à réduire sensiblement le prix du mètre cube de gaz. M. Roche me répondit qu’il ne demandait pas mieux que d’essayer un accord. Voulant m’entourer de compétences scientifiques, je fis venir M. Perrier, professeur à la faculté des sciences, et lui demandai s’il était disposé à me donner sa collaboration. Il accepta, mais à la condition que M. Blanc, également professeur à la faculté des sciences, fût avec lui. Comme M. Rochulé, chef du service de l’éclairage, est un homme sur lequel on peut compter, et qu’il a une très grande compétence pratique en cette matière, je le réunis à ces messieurs et à M. Roche dans mon cabinet, et l’on se mit à l’œuvre.

13Au cours des sept mois qu’ils durèrent, les pourparlers furent rompus trois ou quatre fois. Finalement, convaincu d’avoir tiré de la Compagnie tout ce qu’il paraissait possible d’en obtenir, je passai une convention sous réserve de l’approbation par le conseil municipal et l’administration supérieure. Le prix du gaz était abaissé immédiatement de 20 % soit de 0,30 F à 0,24 F ; une nouvelle réduction de 0,01 F devait s’opérer tous les quatre ans, en seize ans, le gaz tomberait ainsi au prix de 0,20 F ; le contrat ne prenant fin qu’en 1950, il résulterait de cette convention un grand avantage pour la population de Rennes. Des renseignements officieux m’assurant que la Compagnie fournissait pour environ 1 500 000 francs de gaz annuellement à cette population, c’était donc, dès la première réduction de 20 %, une économie de 300 000 francs, réalisée chaque année par l’importante partie de la population qui se sert couramment du gaz, à savoir les ménages ouvriers, pour s’éclairer et faire la cuisine, et les commerçants pour l’éclairage de leurs magasins. Il y avait neuf mille abonnés. Le patron du grand café glacier Comédie, m’a assuré qu’avec le nouveau tarif, il avait payé, en 1911, pour le même éclairage, 600 francs de moins sur les 3 000 qu’il versait antérieurement chaque année. L’administration municipale a fait, elle, par cette opération administrative une économie annuelle de plus de 20 000 francs. M. Rochulé a constaté que, partout où l’on sait faire usage du gaz, une économie a été réalisée dans les mêmes proportions. En ce qui me concerne personnellement, j’ai fait les mêmes constatations pour l’éclairage des services et escaliers de mes immeubles, en comparant les factures des années précédentes avec celles produites depuis l’application du nouveau tarif.

  • 6 L’usine à gaz fait partie des grands projets d’équipement urbains du 19e siècle. Alors que la ville (...)

14La réduction du prix a produit l’effet attendu, car, en moins de trois ans, quatre mille abonnés nouveaux vinrent à la Compagnie du Gaz ; celle-ci trouvait donc une large compensation à la réduction consentie, puisqu’avec la même usine et le même matériel, elle avait augmenté largement son rendement. Mais l’examen du traité Le Bastard nous fit remarquer que, à l’expiration du contrat, la ville devait acheter l’usine à gaz6, les terrains qui en dépendent, tout le matériel, les canalisations, etc. Cette clause nous avait grandement frappés, attendu que le progrès incessant, notamment dans le domaine des sciences, pouvait très bien, dans la période de quarante années qui restait à courir, jusqu’à la fin du contrat, nous révéler la possibilité d’éclairer une ville dans des conditions d’économie considérable. C’est alors que j’ai modifié le dernier paragraphe du projet d’avenant au traité initial, en stipulant, non pas que la ville « devra », mais que la ville « pourra acheter », comme elle pourra s’éclairer elle-même ou s’adresser à tel entrepreneur de son choix, tout en conservant la liberté d’exiger l’éclairage de la Compagnie du Gaz, à des prix à débattre et qui ne seraient, en aucun cas, supérieurs à ceux stipulés au contrat de 1910.

15Des amis ont examiné ce que pourraient coûter toutes ces acquisitions de terrains, usine, matériel, et canalisations. Ils m’ont assuré que le montant s’élèverait bien à environ 6 millions. Il y a donc lieu de constater ici les économies réalisées chaque année par la population pendant la durée du contrat (jusqu’en 1950), et aussi la suppression si avantageuse de l’obligation qui nous était faite de réaliser en fin de contrat des acquisitions onéreuses et inutiles peut-être. Le progrès en effet peut fort bien mettre des moyens infiniment plus pratiques à la disposition de ceux qui, à cette époque, auront l’honneur mais aussi la lourde responsabilité d’administrer notre cité. Enfin, une réduction de 20 % nous fut également accordée en 1910, sur le prix de l’électricité.

— Obtention d’un régiment de cavalerie - Construction d’une nouvelle caserne - Extension du périmètre de l’octroi où se trouve englobée la caserne

16Dans la même période, il était procédé à une réorganisation de l’artillerie. Un nouveau régiment était ajouté à chaque corps d’armée, ce qui les portait à trois. Lun devait être placé, en principe, au siège de chaque région et prendre le titre de régiment de corps (il comporterait douze batteries). Chacun des deux autres prendrait le titre de régiment divisionnaire (à neuf batteries) et serait placé si possible au centre de sa division, assez près d’un régiment d’infanterie, pour être en mesure, sans grand déplacement, d’exécuter des manœuvres combinées entre les trois armes.

17La question ainsi posée ne permettait guère d’espérer voir un nouveau régiment s’installer à Rennes, où se trouvaient déjà deux régiments d’artillerie. Sur ma proposition, nous attendions au conseil municipal que des offres nous fussent faites. Plusieurs municipalités n’agirent pas de même et mirent tout en œuvre pour avoir un des régiments créés. 8 millions étant à la disposition du service de l’artillerie pour sa réorganisation, celui-ci fit verser des sommes aussi élevées que possible par les villes qui mettaient le plus d’empressement à traiter. Or, nous en connaissons qui, dans notre région, ont d’elles-mêmes offert 2 et 3 millions pour obtenir un régiment et qui n’ont pas réussi. Nous en connaissons d’autres qui ont souscrit des sommes encore plus élevées, en espèces et en nature, pour obtenir satisfaction.

18Un jour enfin, nous recevions à Rennes une lettre du ministère de la Guerre, demandant à la ville si elle voulait faire des propositions. À cette lettre, était jointe une notice à remplir. Je fus alors voir le général Ménestrel, commandant le 10e corps d’armée, qui me dit être résolu à combattre dans ses projets la municipalité de Rennes parce qu’il considérait comme contraire à l’intérêt militaire de réunir trois régiments d’artillerie dans une même ville, ce qui était en complet désaccord avec l’idée de réorganisation de l’artillerie et parce qu’il en résulterait de trop grands inconvénients en cas de mobilisation. Cela d’ailleurs ne nous empêcha pas de poursuivre l’enquête sur l’intérêt financier que présentait cette question pour Rennes.

  • 7 Le général Jean Brun (1849-1911), du corps d’artillerie, était alors en fin de carrière ; il fut d’ (...)

19Certain soir que j’avais eu l’honneur d’être invité à dîner au quartier général, nous parlions – le général Ménestrel, le général Reynes et moi (en sortant de table et en fumant un cigare) – de l’affaire du fameux régiment. M. le commandant du 10e corps me dit à nouveau qu’il ne donnerait pas d’avis favorable pour Rennes, parce qu’il considérait comme absolument utile qu’un des trois régiments d’artillerie fût placé dans la 20e division, située, en partie, sur la ligne de Lison à Lamballe. C’est alors qu’après en avoir dit un mot au général Reynes qui m’approuvait, je m’adressai au général Ménestrel : « Eh bien ! mon général, qu’à cela ne tienne. Tout peut s’arranger : donnez-nous un régiment de cavalerie de Dinan, et mettez dans cette ville un régiment d’artillerie ». Cette idée lui plut ; il s’agissait de faire attribuer provisoirement un régiment d’artillerie à Rennes et de faire ensuite un échange avec Dinan. Le général Ménestrel me promit de conclure dans ce sens près du ministre de la Guerre, le général Brun7. Il me promit aussi de faire tout son possible près du colonel Bernard, chef du 1er bureau de l’état-major général de l’armée qui s’occupait activement et spécialement de cette question. Nous avions dans notre région plusieurs villes concurrentes, il fallait agir vite, sans bruit et le plus efficacement possible.

  • 8 Il s’agit de la ville de Dinan.

20Avant de demander un engagement au conseil municipal, j’avais voulu, ainsi que je l’ai dit déjà, me renseigner sur le rendement financier officiel devant résulter de la présence à Rennes d’un régiment de cavalerie. C’est ainsi qu’ayant demandé à trois sources différentes, l’effectif moyen annuel, en hommes et en chevaux, je reçus des réponses qui ne concordaient pas. Avec M. Duhamel, alors préposé en chef de l’octroi, je fis la moyenne des trois renseignements donnés, puis nous allâmes demander à l’intendance la consommation quotidienne, par homme et par cheval, des objets soumis aux droits d’octroi. Il nous, fut alors facile de faire un compte aussi exact que possible du rendement annuel, qui s élevait, en chiffres ronds, à 60 000 francs. Dans le même temps, j’appris qu’une ville située sur la ligne de Lison à Lamballe8, se vantait d’avoir le régiment d’artillerie et que, incessamment, l’attribution paraîtrait à l’Officiel. Je pris donc le train à nouveau : c’était le moment de marcher ferme ; au cours des trois voyages que j’accomplis en quinze jours, de Rennes au ministère de la Guerre, je fis ressortir chaque fois les raisons qui me semblaient militer en faveur de notre ville. J’obtins ainsi du général Brun, ministre de la Guerre, qu’un officier serait envoyé à Rennes pour contrôler mes affirmations. Le ministre désigna le colonel Bernard dont il est question plus haut. Le colonel passa par Avranches pour venir à Rennes. Je fus avisé de son arrivée ici.

  • 9 Sur ce vaste quadrilatère aujourd’hui coincé entre les boulevards Jacques Cartier et Georges Clemen (...)
  • 10 Le polygone était un vaste terrain équipé qui dépendait de l’école d’artillerie et permettait aux s (...)

21J’eus d’abord une courte entrevue avec lui, puis il me donna rendez-vous à la mairie, à 9 heures du soir. Aussitôt, je priai mes collègues, MM. Dottin, Langelier et Laurent, adjoints, de bien vouloir se trouver au rendez-vous. Ils y vinrent quelques minutes avant l’heure fixée. Le colonel Bernard arriva exactement à 9 heures. Aussitôt, la conversation s’engagea sur la somme à verser en espèces par la ville, comme participation dans la construction de la caserne et sur le terrain que la ville aurait à fournir pour l’assiette de la caserne. Nous savions qu’une ferme était à vendre au nord-est de la ville et contenait une surface suffisante, mais nous savions aussi que de grandes surfaces de terrain étaient destinées à être vendues près du boulevard Jacques Cartier9. Ces terrains étaient préférables à tous autres pour leur voisinage avec le polygone10. En séance privée, j’avais assuré le conseil municipal de ma conviction que nous n’aurions pas à dépasser 1 million de subvention pour avoir le régiment. Le conseil m’avait autorisé à continuer les négociations dans cette limite.

22À 9 heures du soir, nous commencions donc la discussion. Après un examen très sérieux de la question dans mon cabinet avec le colonel Bernard et MM. les adjoints, il apparaissait que Rennes, avec les avantages existant déjà, aurait bien des chances d’être désignée, en versant 800 000 francs en espèces, plus un terrain pour l’assiette de la caserne, de 13 à 14 hectares. Nous quittions le colonel Bernard à 11 heures du soir et prenions un nouveau rendez-vous pour le lendemain matin, 9 heures, à la mairie, d’où, en auto, nous irions voir les terrains, le polygone, et constater divers avantages que j’avais signalés au ministre de la Guerre. Étant donné l’urgence, je demandai à mes adjoints de bien vouloir m’accompagner chez M. Chevalier, notaire, chargé de la vente des terrains, boulevard Jacques Cartier. Malgré l’heure avancée de la nuit, nous allâmes, MM. Dottin, Ch. Laurent, Ch. Langelier et moi, chez M. Chevalier, Contour de la Motte, lequel se demanda, en nous voyant, ce que nous pouvions bien lui vouloir à pareille heure. Lorsque nous lui eûmes annoncé le but de notre visite, il ouvrit aussitôt un dossier et montra que, quinze ans auparavant, le département avait acheté les terrains de la nouvelle prison départementale au prix de 2,40 F le mètre ; qu’à cette époque, il y avait peu de rues dans le quartier ; que, en tout cas, il n’y avait ni égout, ni gaz, ni eau, autant de choses qui existaient maintenant et qui donnaient au terrain une plus grande valeur ; que 4 francs le mètre ne seraient pas un prix trop élevé mais qu’il voulait bien demander à ses clients s’ils consentiraient à vendre pour 3 francs.

23Je répondis à M. Chevalier que nous avions d’autres terrains en vue et que, s’il croyait que ses clients demanderaient un pareil prix, il était inutile de continuer les pourparlers. Une discussion s’engagea, au cours de laquelle je fis ressortir à M. Chevalier que l’intérêt de ses clients était de traiter avec la ville, parce que, en dehors de la grande surface que nous prendrions, la caserne donnerait une plus-value aux terrains restants qui, d’autre part, trouveraient acquéreurs très rapidement. M. Chevalier objecta qu’il ne pouvait pas engager ses clients à vendre moins de 2 francs le mètre. Je lui répondis que, de mon côté, je ne pouvais pas engager le conseil municipal à payer plus d’1 franc le mètre. Après une nouvelle discussion, nous prenions rendez-vous, à 7 heures le lendemain, étude de Me Chevalier, et nous téléphonions à la Société bretonne, à Brest, propriétaire de la plus grande partie des terrains à acheter. Nous voyions, à 8 heures, d’autres propriétaires de petites parties de terrain : MM. Thomas, Marchand, etc., et, avant 9 heures, nous étions d’accord, sur la plupart des points ; à ma demande, M. Chevalier fit aussitôt préparer des promesses de vente. À 9 heures, MM. les adjoints et moi, nous recevions à nouveau, à la mairie, le colonel Bernard et partions ensemble en automobile. Sur place, le colonel parut convaincu ; en nous quittant, il nous laissait espérer une solution satisfaisante.

  • 11 Le droit d’octroi était une taxe frappant certaines denrées de consommation locale, à l’entrée des (...)

24Le soir, j’avais dans le tiroir de mon bureau toutes les promesses de vente de 13 hectares et demi de terrains demandés à des prix ne dépassant pas 1 franc par mètre. Nous restions ainsi dans la limite annoncée au conseil municipal. Nous étions tous très heureux. Une nouvelle et pressante démarche fut faite à Paris. J’avais demandé le concours d’amis, notamment de M. Saint, préfet, de M. Le Hérissé, député, etc., pouvant influer sur la décision du ministre de la Guerre. Quelques jours après, l’Officiel annonçait que le régiment d’artillerie était affecté à Rennes. Sa formation commençait aussitôt. Peu après, une autre décision ministérielle rendait officiel l’échange entre le régiment d’artillerie de Rennes et le 24e dragons de Dinan. Une nouvelle démarche, qui a été qualifiée d’habile, faisait incorporer tout le quartier de la caserne dans le périmètre de l’octroi11, ce qui est, paraît-il, un fait unique en pareille circonstance parmi les décisions du Conseil d’État. Il s’ensuivait en effet que, par sa décision conforme à la demande de la ville de Rennes, ce Conseil grevait pour toujours l’État des impositions et taxes d’octroi sur les divers objets qui devaient entrer dans la caserne, tant à l’usage des hommes, qu’à l’usage des chevaux et aussi sur les matériaux de construction et d’entretien de la caserne.

25La ville de Rennes allait donc ainsi posséder une des plus belles garnisons de France :

  • deux régiments d’artillerie,

  • un régiment d’infanterie,

  • un régiment de cavalerie,

  • une école d’artillerie,

  • divers services importants d’intendance, d’état-major et sanitaires,

  • sept ou huit généraux avec leurs états-majors,

  • un atelier de construction et une cartoucherie, occupant ensemble deux mille personnes.

Conclusion

26Une grande ville de l’ouest, siège de corps d’armée, dont la garnison ne comprenait pas de régiment d’artillerie, et qui, par suite du principe établi d’en mettre un aux sièges des corps d’armée, devait certainement avoir le régiment de corps créé, a néanmoins conduit ses négociations de telle sorte qu’elle a sacrifié plus de 4 millions pour avoir ce régiment, alors que Rennes à donné moins d’1 million pour obtenir pareil avantage bien que sa garnison comprît déjà deux régiments d’artillerie.

— Construction, aménagement et amélioration des immeubles destinés à l’enseignement public

École primaire supérieure et professionnelle de filles avec internat12

  • 12 Il s’agit de l’attribution des locaux de l’institution Saint-Vincent, aussi appelée pensionnat de l (...)
  • 13 Le complexe sportif de la Motte-Brulon existe toujours, à l’angle du boulevard d’Armorique et de l’ (...)

27Par délibération en date du 15 décembre 1911, le conseil municipal avait demandé l’attribution, au profit de la ville de Rennes, de l’immeuble sis rue de Fougères, 12, avec toutes ses annexes et dépendances pour la création d’une école primaire supérieure et professionnelle de filles, avec internat. L’immeuble dont il s’agit nous a été attribué par décret présidentiel, en date du 11 avril 1912 ; quant à la création de l’école, elle a été approuvée en principe par arrêté de M. le ministre de l’Instruction publique et des Beaux Arts, du 10 juin 1912. L’immeuble, ainsi attribué à la ville de Rennes, a une contenance totale de 38 415 mètres carrés (non compris, le terrain de jeux et la pièce d’eau sis au lieu-dit « La Motte-Brulon13 », où nous avons aménagé un terrain municipal de vacances, avec piscine de natation, qui rendra les plus grands services à la jeunesse de nos écoles de garçons). Sur cette vaste surface, il a été pris environ 18 000 mètres pour l’école et ses dépendances, ainsi que pour l’assiette de l’avenue Jules Ferry et de la rue Jean Macé. Il reste donc environ 20 000 mètres carrés de très beaux terrains, dont la ville pourra tirer parti selon ses besoins.

28Ceci dit, j’arrive à l’exposé de l’aménagement de l’école. L’immeuble qui lui a été destiné se trouvait en très mauvais état ; construit il y a environ cinquante ans, il n’a pas été entretenu ; depuis de longues années, aucune réparation n’avait été faite. Les dortoirs, les classes étaient beaucoup trop exigus ; les rares water-closets qui existaient, se trouvaient dans des conditions déplorables et les mesures hygiéniques les plus élémentaires n’y étaient pas observées. Pour transformer cet immeuble en une école du genre de celle que nous projetions, aménagée en vue de recevoir cinq cents élèves, externes et internes, et assurer à l’établissement tout le confort moderne avec des installations bien comprises, donnant entière satisfaction au point de vue de l’hygiène, il y avait de très importants travaux à exécuter. Il fallut, non seulement, entreprendre les grosses réparations nécessaires à la mise en état des bâtiments actuels, mais encore moderniser les installations intérieures. Pour répondre aux besoins du programme et trouver les surfaces nécessaires aux études, classes, dortoirs, lavabos, vestiaires, etc., dépendances très nombreuses d’un tel établissement, il fallut prévoir la construction d’annexes et enfin doter les locaux de tout un important matériel, indispensable au bon fonctionnement de l’internat et de l’externat.

29Pour que le projet fût aussi parfait que possible, avec l’obligeant concours de M. Dodu, inspecteur d’académie, nous avions demandé aux inspecteurs généraux de l’enseignement de bien vouloir nous indiquer les écoles primaires supérieures de jeunes filles qui leur semblaient réunir au mieux toutes les conditions exigées. Ces messieurs nous signalèrent l’école de Pontivy, mais aussi – en insistant davantage – les écoles de Beauvais et de Hirson. Le conseil pria alors MM. Leray et Bahon, conseillers municipaux et M. Le Ray, architecte, de faire un voyage d’études dans les villes indiquées. Ces messieurs prirent note de tous les renseignements utiles ; l’architecte avec le concours de mes deux collègues, perfectionna encore ce qu’il avait vu, et nous pourrons dire que nous avons comblé le « vide » qui existait dans « l’outillage » de notre enseignement à Rennes.

30Mais, les surfaces du bâtiment alors existant, se trouvant complètement insuffisantes pour aménager dans de bonnes conditions les services indispensables à une école primaire supérieure et professionnelle de jeunes filles avec internat (« dortoirs, classes, études ayant le cube d’air réglementaire ; salles pour les sciences, la coupe, la couture, le dessin, la musique, l’enseignement ménager ; vestiaires, lavabos individuels, bains douches, salles de bains, bains de pieds, etc. »), il fut indispensable d’envisager :

  1. La construction d’un bâtiment au sud-ouest, contenant : au rez-de-chaussée, deux grandes salles, lavabos, water-closets et galeries couvertes conduisant au préau ; au premier étage, deux vastes salles d’études ;

  2. La construction d’une petite annexe, à l’est, pour une partie des services de l’infirmerie ;

  3. Le prolongement, par mesure de sécurité, jusqu’au deuxième étage, de l’escalier ouest, qui ne montait qu’au premier ;

  4. La transformation complète du bâtiment est, dans lequel étaient la chapelle et la salle des fêtes, pour y aménager des salles de réunion, salles à manger pour professeurs et domestiques, les bains douches, bains et dortoirs, etc. ;

  5. La construction entière d’une grande salle de réunion, considérée comme absolument indispensable et destinée à servir de préau en cas de mauvais temps, de salle de gymnastique ou de danse, de théâtre et de fêtes, de distribution de prix, etc. ;

  6. La pose d’une grille de clôture en fer forgé sur bahut en granit, obligée par l’ouverture d’une rue (Jean Macé) passant devant le bâtiment.

31Voici d’ailleurs comment M. Le Ray, notre architecte, terminait son rapport au sujet de cette école :

« Tous ces travaux que nous venons d’énumérer, tous les aménagements que nous venons de décrire assez longuement, sont de nature à transformer complètement et très heureusement cet immeuble. L’école supérieure de jeunes filles, qui sera installée dans ces locaux rajeunis et modernisés, ne laissera rien à désirer. Les jeunes élèves y trouveront, non seulement, toutes les commodités pour s’instruire, mais leur éducation se fera dans un cadre bien approprié, confortable, agréable et hygiénique. Sans aller trop loin, il ne faut pas négliger le côté séduisant et gai, surtout lorsqu’il s’agit d’une école de jeunes filles. L’école morose et triste d’autrefois doit être écartée. Une école gaie, bien claire, ensoleillée, bien aménagée et confortable a la plus profonde influence sur la jeune fille qui y vit de longs mois. Ce n’est pas lui donner le goût du luxe que de fournir à la jeune fille, même de condition très modeste, toutes les commodités que nous avons énumérées dans les pages précédentes. De ces habitudes de propreté, du confort sans luxe dans lequel elle aura vécu quelques années, elle gardera plus que le souvenir. Plus tard, dans son ménage, elle se souviendra de ce qu’elle a vu ou de ce qu’elle a pratiqué et appris dans cette école propre et séduisante, et, mère de famille, elle donnera naturellement à son enfant des soins de propreté et d’hygiène, dont elle a reconnu la nécessité. Elle saura donner à son foyer, non seulement, un aspect de propreté méticuleuse, mais encore cette gaieté et cet ordre qui rendent la maison familiale et agréable ».

32La dépense accordée pour l’exécution de ces travaux s’élève à la somme de 788 400 francs. Il convient de remarquer que cette dépense, quelque élevée qu’elle puisse paraître, est encore de beaucoup inférieure à celle qu’il nous eût fallu engager pour édifier une école primaire supérieure neuve. Dans ce cas, une dépense de 1 million et demi eût été nécessaire, sans compter le prix d’acquisition de terrains destinés à l’assiette du bâtiment à élever. D’ailleurs, ainsi que je l’ai exposé, il restera encore 20 000 mètres carrés de terrain, à utiliser au mieux des intérêts de la ville et qui représentent une valeur marchande au moins égale à la dépense indiquée ci-dessus. Donc, à un moment donné, après la vente des terrains, la ville disposera d’une grande école qui ne lui aura rien coûté.

33De plus, il ne faut pas perdre de vue que l’aménagement de cet établissement d’instruction nous dispensera de transférer dans un immeuble à construire l’école maternelle du boulevard de la Tour-d’Auvergne. Cette école eût, en effet, été obligée de céder immédiatement la place à l’école municipale de filles qui la touche et qui, en raison du grand nombre d’élèves suivant le cours complémentaire (deux cents environ) ne dispose plus maintenant de locaux suffisants. On peut évaluer à 300 000 francs en 1913, y compris la valeur du terrain à acquérir, la dépense de construction d’une école maternelle et des travaux à effectuer du fait du départ de celle existante. Enfin, un grand nombre de jeunes filles dont l’instruction est assez avancée et qui sont actuellement dans nos écoles primaires déjà trop pleines, iront à l’école supérieure et nous dispenseront ainsi d’envisager, d’ici de longues années tout au moins, l’agrandissement de nos écoles de filles. En dehors des avantages qui en résultent pour notre commerce local, on peut dire que l’effort consacré à nos diverses écoles de tous degrés, fera de Rennes un centre d’enseignement enviable parmi les plus grandes villes de France.

Groupe scolaire du boulevard de la Liberté14

  • 14 Ce groupe est probablement la réalisation scolaire la plus remarquable de Janvier et de son archite (...)
  • 15 Le couvent des Carmes, construit à partir du milieu du 15e siècle, a été en partie détruit par le p (...)

34Pour démontrer l’absolue nécessité de ce groupe scolaire, il suffira de rappeler brièvement ce qu’étaient les anciennes écoles de garçons et de filles, boulevard de la Liberté et rue Vasselot. L’école de garçons comprenait un bâtiment délabré (rez-de-chaussée et premier étage), en tout quatre classes ; dans chaque classe, on entassait jusqu’à soixante et quatre-vingts élèves alors que le chiffre maximum n’aurait pas dû dépasser trente-six à quarante. Une classe supplémentaire provisoire avait bien été aménagée économiquement dans l’ancien préau de gymnastique ; cependant, l’école était, non seulement, notoirement insuffisante, mais encore dépourvue des dépendances les plus indispensables : pas de vestiaires, pas de lavabos, des WC insuffisants, des dégagements étroits, un escalier dangereux et, surtout, un mobilier boiteux, minable, de toutes les formes, ne correspondant même pas à la taille des élèves. L’école de filles rue Vasselot était encore plus défectueuse ; installée dans l’ancien couvent des grands Carmes15, c’est-à-dire, dans de vieux bâtiments humides, salpêtrés, elle avait des classes trop étroites, ne prenant jour que d’un côté sur une cour exiguë, encaissée et boueuse, où les enfants ne pouvaient jouer faute d’espace ; des WC situés à proximité des classes et anti-réglementaires ; un escalier unique, en pierre, à noyau central, (source d’accidents répétés) qui donnait accès aux salles du premier étage. Dans ces deux écoles, pourtant situées au centre de la ville, les enfants étaient entassés dans des conditions déplorables d’hygiène et l’on s’étonne véritablement que, malgré les réclamations réitérées des maîtres et des parents, un tel état de choses ait pu subsister aussi longtemps.

35Certes, la question d’amélioration et d’agrandissement de ces écoles fut souvent envisagée par nos prédécesseurs ; différentes solutions avaient été étudiées ; finalement, l’architecte avait reçu l’ordre de se borner à des restaurations et à la construction de deux classes économiques, à simple rez-de-chaussée, dans la cour déjà trop étroite de l’école de garçons. Heureusement, ce projet ne fut pas exécuté, car ce n’était là qu’une solution transitoire, incapable de remédier à la situation déplorable dont tout le monde se plaignait. Lorsque le conseil municipal actuel arriva à la mairie, en mai 1908, il comprit que toutes les solutions économiques étudiées jusqu’alors étaient à rejeter ; il envisagea franchement et sans hésitation la seule solution pratique : la démolition de l’ancienne école de garçons, l’évacuation de la vieille école de la rue Vasselot et la construction d’un vaste groupe scolaire pour garçons et filles. Le projet fut étudié dans le plus bref délai par M. E. Le Ray, architecte de la ville, et approuvé par le conseil municipal, le 10 juillet 1909. Les travaux étaient mis en adjudication le 28 juillet 1910. À la rentrée d’octobre 1912, le nouveau groupe ouvrait ses portes aux élèves heureux de trouver, dans une installation bien moderne, tout le confort et les commodités dont ils avaient été privés trop longtemps.

36L’école moderne doit être étudiée tout d’abord pour correspondre exactement aux besoins de l’enseignement, mais elle doit être aussi plus hygiénique, gaie, accueillante, confortable sans luxe, pourvue de tout ce qui peut la rendre pratique, saine, agréable aux écoliers et écolières qui la fréquentent. Au groupe scolaire du boulevard de la Liberté, divisé en deux parties bien distinctes – garçons et filles – les nombreuses classes sont vastes, hautes, bien ventilées. De larges fenêtres laissent pénétrer la lumière en abondance. Toutes les mesures d’hygiène ont été prises, tous les angles sont arrondis, chaque classe a deux portes sur le couloir. Le chauffage est partout assuré par distribution de la vapeur à basse pression à des radiateurs judicieusement placés. Les fenêtres sont pourvues de stores à lames, interceptant la lumière sans cependant gêner la ventilation. Chaque classe dispose d’une arrivée d’air frais et d’une évacuation d’air vicié. Les escaliers à volées droites sont vastes, bien éclairés ; des balustrades très hautes empêchent les enfants de se pencher dans le vide. De larges couloirs assurent une circulation facile.

37En cas d’incendie au premier étage, il suffit d’ouvrir une porte pour passer de l’école de garçons dans l’école de filles et réciproquement. Il est possible de réunir plusieurs classes entre elles pour former une grande salle de réunions. Le mobilier scolaire a fait l’objet de recherches particulières. Sur l’avis de l’architecte, la commission municipale a adopté le type rationnel, breveté, de la table Brudenne, qui semble remédier aux nombreux inconvénients des vieilles tables généralement employées. Les enfants peuvent se rendre à couvert, par des galeries vitrées, aux WC, largement pourvus de chasses d’eau. Pour le cas de sinistre, des prises d’eau sont installées dans la cour. Chaque école est pourvue de parloirs, lavabos, vestiaires, cabinets pour les maîtres, cantine, cuisine, préaux couverts, cours très spacieuses, conciergerie, logement du directeur, etc. En créant ce beau groupe scolaire, le conseil municipal a non seulement fait œuvre utile, mais il a doté la ville de Rennes d’un nouvel édifice qui, avec tant d’autres, contribue à son embellissement.

École de la Halle aux Toiles16

  • 16 Cette petite école était située à proximité de la Halle aux Toiles construite par les architectes J (...)

38J’ai signalé, en parlant du groupe scolaire du boulevard de la Liberté, l’état déplorable dans lequel se trouvaient l’ancienne école de garçons du boulevard de la Liberté et celle de filles de la rue Vasselot. L’école de garçons de la Halle aux Toiles était dans un semblable état ; les prescriptions d’hygiène s’y trouvaient également ignorées et les enfants n’avaient comme sortie qu’une cour, au centre des bâtiments, très insuffisante et constamment humide, les rayons du soleil n’y pénétrant jamais. L’achèvement du palais du Commerce vint heureusement mettre la ville dans l’obligation de transférer cette école. Avec l’acquisition (en mars 1909) d’un bel immeuble de construction récente, rue de Paris n° 28-30, et précédemment occupé par la congrégation des sœurs Réparatrices, nous avons pu, pour ainsi dire sans frais, installer convenablement les sept classes de garçons de l’école de la Halle aux Toiles.

  • 17 Institution d’éducation laïque et sportive, fondée en hommage à Paul Bert (1833-1886), physiologist (...)

39D’autre part, cette acquisition nous a permis de loger trois classes de filles (annexes de l’école de la Duchesse Anne) et les quatre justices de paix, tout en réservant des locaux spacieux pour notre Caisse des écoles qui, elle aussi, avait son siège Halle aux Toiles et qui rend tant de services aux enfants pauvres ; le même local a été utilisé encore pour la création du Cercle Paul Bert17, œuvre morale de premier ordre, où l’on lait la préparation militaire et l’éducation physique de la jeunesse : les très grandes surfaces de terrain libre favorisaient d’ailleurs cette création. Notre école de la Halle aux Toiles se trouvait donc transférée et aménagée dans un immeuble parfaitement construit, les maîtres et les élèves disposaient enfin de salles et de cours indispensables à une école de cette importance et, s’il avait fallu acheter des terrains et faire des constructions rien que pour l’école de garçons, les trois classes de filles et les quatre justices de paix, il eût fallu envisager une dépense supérieure à 500 000 francs.

Cercle Paul Bert

40Je signale ci-dessus la création du Cercle Paul Bert en indiquant les causes du déplacement de l’école de la Halle aux Toiles ; mais l’explication sommaire est insuffisante pour une œuvre de cette importance. Je vais donc m’étendre un peu à son sujet. Depuis un certain nombre d’années, la Caisse des écoles et la Société des anciens élèves des écoles laïques se réunissaient dans les locaux vieillis et dangereux de la vieille Halle aux Toiles, lorsque survint en 1911 la très avantageuse convention passée entre la ville et l’État, pour l’aménagement des services des Postes, Télégraphes et Téléphones dans la partie est du palais du Commerce. Cette convention n’aurait donc pas seulement comme salutaire effet, l’achèvement du palais, mais aussi celui du déménagement de l’école, des justices de paix et autres services mal installés dans la Halle aux Toiles, qui devait disparaître. Ne voulant pas perdre une occasion de servir aussi bien que possible les intérêts généraux de la population, le conseil municipal n’hésita pas à achever le bel immeuble de la rue de Paris, qui avait appartenu aux Dames Réparatrices et qui comprend en dehors des vastes bâtiments, près de 8000 mètres de terrain. Un examen attentif de ces bâtiments nous avait démontré que nous pourrions y transférer aisément les sept classes de l’école de la Halle aux Toiles, les quatre justices de paix, la Caisse des écoles, trois classes de filles pour l’école du boulevard de la Duchesse Anne, devenue trop petite ; enfin, que nous pourrions donner tout le développement désirable aux locaux de la Société des anciens élèves de nos écoles municipales et arriver ainsi à la création d’un patronage laïque, depuis longtemps désiré par le parti républicain de notre cité. Les dames patronnesses si dévouées à notre Caisse des écoles, seraient aussi plus à l’aise dans leur œuvre de charité en faveur des enfants pauvres.

41Sur la proposition des dévoués citoyens placés à la tête de la Société des anciens élèves des écoles municipales, nous décidions, en conséquence, de donner à cette œuvre le nom de Cercle Paul Bert, avec la devise « Par l’école laïque, pour la Patrie, pour la République ». J’acceptai avec plaisir et reconnaissance le titre de président-fondateur de cette œuvre si intéressante. Des salles ont été aménagées pour toutes les saines distractions utiles à la jeunesse des établissements de ce genre : salle de billard, salle de lecture, salle de jeux, stand pour le tir à la carabine, salle de gymnastique, salle de fêtes, etc. De plus, on dispose d’un grand terrain pour exercices de gymnastique en plein air. Le Cercle comprend une harmonie de cinquante exécutants et un orchestre de trente-cinq musiciens. Des artistes amateurs, membres du Cercle, donnent dans la salle des fêtes, en hiver surtout, des soirées très suivies. Chaque année, une ou deux sorties ont lieu dans le département.

42L’éducation physique est l’une des formes les plus actives de l’œuvre ; ceci explique comment, lors de la 40e Fête fédérale de l’Union des Sociétés de gymnastique de France, fête qui eut lieu à Rennes les 31 mai et 1er juin 1914, sous la présidence de M. Raymond Poincaré, cette association put produire devant le chef de l’État, un ensemble de quatre cent quatre-vingt jeunes garçons et cent cinquante jeunes filles adultes et pupilles, soit en tout six cent trente qui, dans leurs mouvements d’ensemble, exécutés aux accents de l’harmonie du Cercle, furent très acclamés ; M. le président de la République voulut féliciter lui-même le dévoué directeur, M. Postel, et les actifs et compétents moniteurs ; il serra la main de tous. La section féminine prit part à la Fête fédérale de Melun, le 19 juillet 1914, et y obtint de grands succès. Nos sections de gymnastique se préparaient déjà en vue de la 41e Fête fédérale de l’Union, fixée à Nancy au mois de mai 1915. Cette fête devait n avoir lieu que plus tard, après la guerre, en 1919, mais elle n’en a été que plus brillante, car les gymnastes et les partisans de la gymnastique ont voulu profiter des circonstances pour aller saluer les provinces reconquises.

  • 18 Eugène Étienne (1844-1921), député républicain « gambettiste » d’Oran en 1881, fut réélu jusqu’en 1 (...)

43L’inauguration officielle du Cercle eut donc lieu, en juin 1913, sous la présidence de M. Eugène Étienne18, ministre de la Guerre, lequel félicita très chaleureusement le directeur, M. Postel, les membres du comité, les dévoués professeurs et tous les adhérents qui, chacun à leur manière, contribuent au développement d’une œuvre où se confondent les sentiments patriotiques et républicains.

École maternelle de la rue Papu19

  • 19 Cette nouvelle école avait pour but de répondre à l’encombrement des classes dans les quartiers pér (...)

44L’école de garçons de la rue Vanneau et l’école de filles de la rue Papu avaient aussi un nombre d’élèves, en disproportion avec celui des classes, notamment l’école de filles, dont certaines classes avaient plus de cent élèves au lieu de trente-six à quarante prévus au règlement. Le conseil municipal pensa que, pour décongestionner ces deux écoles, il suffirait d’adjoindre une ou deux classes à chacune, si, en même temps, l’on créait dans ce quartier ouvrier et populeux une école maternelle où viendraient les tous petits enfants, garçons et filles. Il en fut décidé ainsi et l’architecte sut mettre à profit, pour l’élaboration du projet de cette école maternelle, des remarques faites au cours d’un voyage d’études par une commission municipale. C’est pourquoi cette école maternelle se distingue beaucoup des trois autres que possède la ville de Rennes et ceci, malgré les grandes améliorations que nous avons apportées à ces dernières mêmes. À l’école maternelle de la rue Papu, nous avons voulu que les salles fussent très claires, que toutes les prescriptions de l’hygiène fussent observées, et en toutes choses. Elle peut soutenir la comparaison avec les écoles maternelles les mieux conçues et les mieux aménagées.

École maternelle de la rue Saint-Malo

45Nous avons exécuté d’importants travaux d’améliorations sur l’ensemble, en observant, dans la mesure du possible, les prescriptions d’hygiène déjà observées à l’école maternelle de la rue Papu, puis en faisant des carrelages et de l’asphaltage, en modifiant l’installation des WC et les divers services. Le chauffage central a remplacé les moyens primitifs qui existaient depuis la création de ces écoles.

École maternelle du boulevard de la Tour-d’Auvergne

46Sérieuses et à peu près mêmes améliorations que pour le précédent établissement, asphaltage, chauffage central, etc.

École maternelle de la rue Saint-Hélier

47Travaux d’amélioration encore sur l’ensemble de l’école, carrelage, asphaltage, chauffage central, etc.

École de Quineleu

48Conduits pour l’écoulement des eaux qui séjournaient dans les caves, améliorations diverses.

École de garçons de la rue Vanneau

49Création de classes et diverses améliorations.

École de filles de la rue Papu

50Création de classes et divers travaux.

École de garçons de la rue d’Échange

51Travaux pour créer de nouvelles classes, réfection de toitures, divers autres travaux à l’extérieur.

École de filles du Contour Saint-Aubin

52Travaux assez importants pour la création de nouvelles classes.

École de filles du boulevard de la Duchesse Anne

53Création de nouvelles classes, divers travaux.

École de garçons de la rue Saint-Melaine

54Création d’une entrée rue de la Borderie et divers travaux de restauration extérieure.

École de garçons du boulevard Laënnec

55Réfection des enduits extérieurs et diverses améliorations.

École pratique d’industrie

56Amélioration des locaux, création de cours commerciaux et divers.

Lycée de filles

57Le lycée de filles a été installé dans un immeuble admirablement situé, près de notre beau jardin du Thabor. Cet immeuble a précédemment servi de pensionnat à un établissement congréganiste. L’acquisition du tout a occasionné une dépense de 63 000 francs, mais il n’est pas sans utilité de rappeler à ce sujet que, quelques mois avant notre arrivée à la mairie, nos prédécesseurs en avaient offert 300 000 francs, sans compter les frais d’acquisition, qui sont d’environ 10 %. C’est donc une somme énorme que cette acquisition eût coûté à la ville, si l’administration de M. Pinault était restée au pouvoir. Nous avions décidé d’augmenter les bâtiments actuels d’un internat avec aménagements modernes, au moins égaux à ceux adoptés pour notre école primaire supérieure de filles, mais les événements ont retardé cette amélioration qui s’imposait pourtant, les dortoirs plus spécialement laissant trop à désirer. Avec les nouveaux bâtiments, et le tout bien aménagé, nous sommes assurés de voir prospérer notre lycée de filles ; il a pour lui, en effet, son exceptionnelle situation dans ce centre renommé d’enseignement qu’est Rennes, où sont toujours envoyés des professeurs de choix ; de plus, il doit logiquement attirer des jeunes filles de familles anglaises, russes, américaines, etc., qui jusqu’ici séjournaient dans la région de Saint-Malo et Dinard.

Lycée de garçons20

  • 20 On sait que ce lycée a été construit par l’architecte Martenot avenue de la gare (devenue avenue Ja (...)

58Travaux de transformation d’un laboratoire scientifique, divers travaux d’éclairage, réfection complète des peintures de la salle des fêtes, installation de la lumière électrique et aménagements très confortables de la scène, avec accessoires, décors, rideau, etc.

Facultés de droit, des sciences et des lettres, bibliothèque, école de médecine et de pharmacie de plein exercice

    • 21 L’immeuble destiné à contenir toutes les facultés (de lettres créée en août 1838 et de sciences en (...)

    Jusqu’en 1910, la faculté de droit était installée dans le palais des Musées21 Elle se trouve maintenant dans l’ancien archevêché, place Saint-Melaine, et y est parfaitement aménagée.

  1. Jusqu’en 1910, également, et depuis 1854, la faculté des lettres fut logée au palais des Musées. Elle est au large dans sa nouvelle demeure, elle contient un grand amphithéâtre, quatre salles de cours, huit salles de travail et une salle de récréation pour les étudiants, trois laboratoires occupant plusieurs pièces, quatorze cabinets pour les professeurs, enfin nombre de petites pièces pouvant être utilisées comme chambres avec une organisation éventuelle ad hoc ou réunies pour former de nouvelles grandes salles. Un terrain de plus de 3 000 mètres carrés, qui dépendait de cette propriété, au sud de la rue de la Borderie, a été attribué à la ville de Rennes ; sa valeur marchande peut être fixée (en 1915) à 200 000 francs.

  2. À côté de la faculté des lettres, et dans le même bâtiment, sont installées les bibliothèques universitaire et municipale. Installations des plus perfectionnées. La salle de lecture provoque l’admiration des visiteurs ; ils déclarent ne pas en connaître qui lui soit supérieure, à tous points de vue.

    • 22 La faculté des sciences a été édifiée par Martenot sur la place Pasteur en 1888, dans le style d’un (...)

    La faculté des sciences22 a quitté, également en 1910, les derniers locaux qu’elle occupait au palais des Musées. Elle est maintenant parfaitement aménagée, avec des salles et des laboratoires spacieux, des amphithéâtres et tout ce qui constitue le centre d’enseignement et de recherches que doit être une faculté des sciences.

    • 23 Abritant aujourd’hui les services techniques municipaux et ceux de la communauté d’agglomération, c (...)

    Notre école de médecine et de pharmacie23 de plein exercice, construite boulevard Laënnec et rue Dupont des Loges, a aussi retiré ses derniers services du palais des Musées (1910). Elle est citée parmi les plus perfectionnées ; tous les visiteurs compétents ont adressé les plus vifs éloges à M. Le Ray, architecte, à feu M. Perrin de la Touche, directeur, et aux municipalités qui n’ont rien négligé pour que ce centre d’enseignement fût aussi parfait que possible. M. Bayet, directeur de l’Enseignement supérieur, nous disait, au cours de la fête universitaire de 1911, qu’il se plaisait à citer l’école de Rennes en exemple, dans toutes ses parties, aussi complètes les unes que les autres.

École régionale des Beaux-Arts - École d’architecture

59Ces deux écoles étaient des plus mal aménagées dans les combles du palais du Commerce et n’ont donné de résultats appréciables que grâce à la valeur toute spéciale de la direction, des professeurs et des élèves. Les salles des cours n’étaient pas assez nombreuses et manquaient d’éclairage malgré les baies ouvertes dans les toitures, l’atelier de sculpture était situé en dehors de l’école. Il en est tout autrement depuis 1910 dans l’immeuble de la rue Hoche. Les salles sont nombreuses et spacieuses ; professeurs et élèves sont à l’aise pour les études et les travaux, et, si l’école des Beaux-Arts de Paris possède « la cour du Mûrier », l’école de Rennes se glorifie de « la cour du Pommier » très agréablement décorée de plantes et de fleurs où les élèves peuvent travailler en plein air. L’atelier de sculpture est rattaché à l’école ; la direction et la surveillance y ont beaucoup gagné. Les inspecteurs généraux des Beaux-Arts déclarent qu’aucune autre école n’est aussi bien aménagée et ne donne autant de facilités pour l’enseignement. En effet, en dehors des très nombreuses salles de cours, le directeur et les professeurs sont parfaitement installés, et, en plus de « la cour du Pommier », de vastes terrains de 10 000 mètres carrés, couverts d’arbustes et même de grands arbres, permettent la pratique des travaux de plein air. Autant de choses qui ne pouvaient exister dans les combles du palais du Commerce. L’immeuble de la rue Hoche, précédemment occupé par une congrégation, a été acheté en 1909 et aménagé par la ville dans des conditions financières très avantageuses pour les contribuables.

Conservatoire de musique

  • 24 Il s’agit de l’immeuble du 14, rue Saint-Yves.

60Notre conservatoire de musique occupait un immeuble, situé rue Saint-Yves24, où est installée maintenant « la maison de la Mutualité ». Notre école de musique était, comme notre école des Beaux-Arts, beaucoup trop à l’étroit. Ces deux écoles fonctionnent maintenant à la satisfaction générale, l’une à côté de l’autre, rue Hoche. Le conservatoire comprend une trentaine de salles, où maîtres et élèves travaillent parfaitement chez eux, et sans être aucunement gênés par la sonorité des locaux. Il y a là de grandes salles de répétition et une autre, très spacieuse, avec scène, pour la classe de déclamation. Comme aux Beaux-Arts, directeur et professeurs ont des installations confortables. Les inspecteurs généraux de l’enseignement musical se sont tous montrés fort satisfaits des aménagements et ont félicité la municipalité des efforts faits en vue de développer le mouvement artistique à Rennes. Derrière l’école des Beaux-Arts et le conservatoire, des terrains ayant dépendu des immeubles des Missionnaires situés, rue de Fougères, n° 3, nous ont été attribués à la suite de l’acquisition de l’immeuble de la rue Hoche.

— Théâtre municipal25

  • 25 Le théâtre de Rennes fut construit par l’architecte de la ville Charles Millardet (1831-1836), sur (...)

61Quelle que fût, naguère, la circonstance qui amenât le conseil municipal à visiter le théâtre en dehors de représentations, il en recevait toujours une impression fâcheuse, en raison de l’état lamentable dans lequel se trouvaient non seulement la salle de spectacle, mais encore le foyer du public, les dépendances et les services destinés aux artistes, aux musiciens de l’orchestre et aux divers employés de la scène. Le tout révélait un véritable état de délabrement. Une préoccupation grave dominait cette question du théâtre ; je veux parler du manque de service de secours, en cas d’incendie, notamment pour le personnel de la scène, artistes, musiciens et employés. J’ajoute que le défaut de vestiaires, de water-closets, de lavabos, que nos concitoyens supportaient avec peine, venait encore aggraver cette situation. En un mot, notre théâtre municipal manquait d’élégance, de confortable et de sécurité.

62À la suite d’un voyage d’études, dans les principaux théâtres de Paris et de plusieurs réunions de commissions municipales dans le nôtre, des instructions furent données à M. l’architecte de la ville, pour préparer un projet auquel notre collègue W Guillaume, architecte, voulut bien collaborer avec quelques autres collègues de la commission. Depuis sa reconstruction, en 1856, à la suite d’un incendie, on n’avait presque rien fait pour l’entretenir ou l’améliorer ; les décors dataient, en majeure partie, de la reconstruction du théâtre, il en était de même du chauffage et de l’éclairage – des systèmes vraiment trop primitifs. C’est pourquoi nous avons installé un chauffage moderne, donnant toute satisfaction, et l’éclairage électrique qui a eu comme conséquence la suppression de cet énorme lustre à gaz dont la masse privait du spectacle, une partie des auditeurs, aux deuxièmes et troisièmes galeries ; ce lustre, du reste, causait grande gêne à ces mêmes étages, par la chaleur excessive qui s’en dégageait. Nous avons aussi doté notre scène d’environ 60 000 francs de décors qui, avec les effets de lumière possibles aujourd’hui, produisent un éclat et un charme qui ajoutent à la valeur même des représentations. Un grand magasin de décors a été construit sur la galerie, derrière la scène.

  • 26 Le principal des aménagements introduits, sous la direction de Le Ray, à l’époque de Janvier, reste (...)

63Le plafond a été l’objet d’une très importante modification ; il a été exhaussé de deux mètres, avec forme en coupole, et doté d’un éclairage lumineux au pourtour, éclairage qui produit le meilleur effet sur la toile où l’artiste Lemordant a peint une danse bretonne dans laquelle figurent les costumes les plus beaux et les plus variés de notre province26. Il ne fallait pas songer à tendre de papier les intérieurs des loges ; le papier est vite déchiré, sali ; il ne tient pas sur les parties en bois ; depuis de longues années déjà, dans les théâtres parisiens, on a renoncé au papier, qu’il faut remplacer tous les trois ans. Ce qui convient le mieux comme revêtement, c’est le lincrusta walton ; ce revêtement est non seulement très résistant et d’une longue durée, mais il est aussi plus élégant en raison de sa décoration en relief ; de plus, s’il vient à se salir, il est toujours possible de le repeindre ; les raccords sont également faciles.

64Tous les planchers, orchestre, parterre, premières et deuxièmes galeries, baignoires et loges, après avoir été réparés, ont été recouverts de linoléum épais. C’est non seulement une mesure de propreté et d’hygiène, mais l’entretien devient aussi plus facile, et l’on remédie, en même temps, au bruit désagréable produit par les entrées tardives et le frottement des chaises sur le parquet. Dans les couloirs, les murs sont également recouverts de lincrusta et les parquets, de linoléum. Les fauteuils d’orchestre sont neufs. Les petits sièges des parterres ont été conservés, mais repeints en ton acajou ; des tasseaux en caoutchouc évitent le bruit. Les banquettes des premières galeries sont remplacées par des fauteuils individuels. Ces fauteuils, dont le siège se relève automatiquement, permettent une circulation plus facile. Les mêmes modifications ont été apportées aux deuxièmes galeries, mais les fauteuils sont plus simples. Les anciens sièges des deuxièmes galeries, devenus disponibles, ont été placés aux troisièmes galeries, et les deux premiers rangs peuvent être numérotés et mis en location, ce qui remédie à l’encombrement habituel au moment de l’ouverture de la salle.

65Les travaux d’ameublement de la salle se complètent par la réfection des mains courantes en velours, le garnissage des tranches de séparation de loges, les rideaux en velours et lambrequins, les loges d’avant-scène et la loge du maire. Les peintures décoratives et autres ont toutes été entièrement refaites, dans la salle, les couloirs, le foyer du public, les escaliers et les dépendances. Des lavabos, des vestiaires ont été confortablement aménagés. La rotonde et le péristyle, au rez-de-chaussée, avec la cloison du côté des galeries, ont été entièrement rattachés au théâtre et donnent à notre scène municipale une entrée imposante et beaucoup plus pratique. Cette heureuse modification de l’entrée est due à l’initiative de notre collègue, M. Bahon. Cette transformation complète de notre théâtre a été exécutée, en très grande partie, avec des sommes provenant de nos excédents de recettes. Sans fausse fierté, l’on peut dire que ses aménagements, sa décoration, son éclairage et ses décors le placent au premier rang des mieux conçus de France, car il réunit, de la façon la plus complète maintenant, « le confortable, l’élégance et la sécurité ».

66Pour que toutes les classes de notre population puissent profiter de ces améliorations, et en application de nos principes démocratiques, nous avons imposé au directeur, par clauses insérées dans le cahier des charges :

  1. De fréquentes représentations populaires à prix très réduits ;

  2. Vingt-cinq places réservées pour toutes les représentations, sauf le dimanche en matinée et aux populaires, destinées à être mises à la disposition de ceux de nos administrés, qui en raison de leur situation de fortune, ne peuvent se payer le spectacle ;

  3. Des représentations données gratuitement aux hospitalisés, aux orphelins et aux enfants de nos écoles municipales.

67Nous nous mettons d’accord, chaque fois, avec le directeur sur le choix des ouvrages à donner à ces représentations. En faisant toutes ces améliorations, nous avons pensé que le théâtre, étant plus fréquenté, serait pour beaucoup de nos concitoyens, en même temps qu’une distraction, un complément d’instruction correspondant à l’élévation du goût et, par suite, à l’éloignement des distractions vulgaires.

— Palais des Musées

68De très nombreuses salles et les galeries au pourtour de l’atrium, tant au rez-de-chaussée qu’au premier étage, se trouvent libres en 1910, quand les facultés et la bibliothèque universitaire eurent quitté le palais des Musées pour s’aménager dans leurs nouvelles installations. Le conseil municipal envisagea aussitôt les mesures qu’il y avait lieu de prendre afin de donner à cet important bâtiment les dispositions pratiques pour mettre en valeur les objets que nous avions à y installer, ce que nous n’avions pu faire jusqu’alors, faute de place. Nos collections étaient entassées dans des salles insuffisantes auxquelles conduisait un escalier obscur et dangereux. Nous avons voulu donner aux œuvres d’art et aux collections d’histoire naturelle et archéologique, un cadre digne d’elles ; nous avons consenti à cet effet une dépense assez importante, mais qui se justifie d’elle-même. En effet, pour les musées, comme pour le théâtre, nous n’avons pas seulement voulu donner satisfaction à une classe plus favorisée de la société, qu’une culture complète met à même d’apprécier toutes les beautés renfermées dans une œuvre musicale ou dramatique, dans un tableau ou une statue, nous avons aussi escompté que cette vision d’art à travers les musées, conduirait les enfants du peuple vers un idéal de beauté qui leur serait la plus délicate et la plus précieuse des attractions.

69En outre, nos musées d’art, d’histoire naturelle et d’archéologie, bien disposés, faciles à visiter, attireront et retiendront les étrangers ; d’où une source plus abondante de revenus pour notre cité. Je voudrais détailler les efforts de nos trois conservateurs et dire tout ce qu’ils ont accompli pour faire de notre palais des Musées un centre digne de comparaison avec les plus beaux musées de France. Ce serait trop long, mais je veux toutefois dire qu’ils ont su tirer le meilleur parti, chacun dans sa spécialité, des locaux répartis entre leurs services. Il a été dépensé 137 000 francs pour les nouveaux aménagements (le grand escalier à double révolution, le chauffage, etc.), sans créer de ressources correspondantes, cette dépense ayant été comme celle nécessitée pour les travaux de l’hôtel de ville, et tant d’autres, prélevée sur les disponibilités résultant de nos excédents annuels de recettes.

— Maison de la Mutualité

  • 27 Sans doute de l’hôtel de ville ( ?).
  • 28 René Viviani (1863-1925), journaliste à L’Humanité, est député socialiste (1893-1902 et 1906-1922) (...)

70En créant la maison de la Mutualité en 1909, nous avons tenu les engagements inscrits dans notre programme municipal de mai 1908. Cette création s’imposait. Je me souviens fort bien qu’autrefois, les sociétés de secours mutuels, ainsi d’ailleurs que bon nombre d’autres sociétés rennaises, n’avaient à leur disposition que les deux petites salles au rez-de-chaussée du pavillon nord27, encore, pour les obtenir, devaient-elles faire de nombreuses démarches et retenir leur tour longtemps à l’avance. Enfin, les secrétaires et trésoriers des sociétés étaient obligés de porter leurs registres avec eux. Aujourd’hui, les sociétés de secours mutuels sont chez elles et peuvent se réunir beaucoup plus facilement, un conseil d’administration règle tous les détails d’organisation intérieure de la maison. Malgré ces sérieux avantages, les élus de la ville auront à faire face, et aussitôt que possible, aux besoins nouveaux qui résultent de l’extension des sociétés de secours mutuels ; d’autres locaux devront être mis à leur disposition ; il sera donné ainsi une nouvelle preuve de sympathie aux mutualistes rennais. Nous aurons contribué au développement de la mutualité à Rennes pour le plus grand bien de ceux, de plus en plus nombreux, qui ont su comprendre les bienfaits de ces œuvres de prévoyance. La maison de la Mutualité a été inaugurée le 2 juillet 1910 par M. Viviani28, alors ministre du Travail et de la Prévoyance sociale.

— Dispensaire municipal29

  • 29 Le dispensaire a été reconstruit rue Thiers, en même temps que les bains douches (voir note 32), au (...)

71Il existe à Rennes, comme dans toutes les grandes villes, un service médical de consultations gratuites. Pendant de longues années, ce service fonctionnait dans un vieil immeuble, rue Thiers. Il n’y avait ni cabinet de docteur, ni salles aménagées pour les petites opérations de furoncles ou autres de ce genre, pas de salle d’attente ; en somme, un bâtiment délabré et humide, ne réunissant presque rien de ce qui était nécessaire pour les fins auxquelles il était affecté. Nous avons pensé, mes collègues et moi, qu’un service comme celui de l’assistance médicale gratuite, devait avoir un aménagement en rapport avec son importance. Il convenait, par suite, de faire édifier un petit dispensaire municipal qui, bien que modeste, comprendrait le nombre de salles, les ustensiles et appareils nécessaires à ce genre d’établissement. Les nombreux malades qui le fréquenteront pourront y recevoir, dans des conditions satisfaisantes, les soins urgents dont ils auront besoin et qui jusqu’alors ne pouvaient leur être complètement assurés. Ce dispensaire est une œuvre d’assistance éminemment utile pour tous les travailleurs.

— Station de désinfection30

  • 30 Cet équipement avait pour but de lutter contre la transmission des maladies contagieuses (notamment (...)
  • 31 Julien Ballé (1864-1942), architecte DPLG (diplômé par le gouvernement) sorti de l’école des Beaux- (...)

72Devant le devoir social qui lui incombait et en présence de l’obligation qui lui en était faite par la loi du 15 février 1902, sur la protection de la santé publique, le conseil municipal a voulu doter la ville de Rennes, d’une organisation sanitaire qui ne fût pas un simple mur de façade derrière lequel rien ne s’abrite, mais qui scientifiquement et pratiquement comprise, permit au contraire, d’accomplir une tâche utile et de lutter efficacement contre la transmission des maladies épidémiques et contagieuses. Le but qu’il s’est proposé et vers lequel se sont dirigés tous ses efforts, tant au point de vue hygiénique qu’administratif, a été, nous semble-t-il, pleinement atteint. Notre station de désinfection, par la disposition heureuse de ses locaux, par son aménagement approprié, par son fonctionnement bien réglé, peut être donnée en exemple aux villes encore nombreuses qui n’ont pu répondre à l’appel du législateur. C’est M. J. Ballé31, architecte des hospices, que le conseil municipal avait chargé de cette construction. Le projet fut conçu avec la collaboration de mes collègues, W Guillaume et le Dr H. Leray. Sans doute, pour établir de toutes pièces ce nouveau rouage de la vie urbaine, ainsi que pour en assurer la marche régulière, des crédits importants ont-ils été nécessaires. Le conseil municipal n’a pas hésité à les inscrire à son budget, guidé non seulement par ses idées de solidarité, mais aussi par sa conviction raisonnée que la vie humaine est un capital pour la conservation duquel toute dépense laite équivaut à une économie.

— Bains douches populaires32

  • 32 Le congrès international contre la tuberculose ayant déclaré, en 1907, que les bains douches consti (...)

73Le conseil municipal a décidé la création à Rennes des bains douches populaires, parce qu’il ne suffit pas de multiplier les œuvres d’assistance et d’augmenter le nombre des bénéficiaires de la loi sur l’assistance médicale gratuite ; il faut encore mettre à la disposition des travailleurs, les moyens pratiques d’éviter autant que possible la maladie, en leur permettant de donner à leur corps les soins de propreté et d’hygiène dont il a besoin. Grâce a l’établissement de bains douches, construits rue Thiers, d’après les données modernes les plus perfectionnées, tant au point de vue du confortable que du pratique, les classes les plus modestes de notre population peuvent bénéficier d’un privilège qui jusqu’alors n’était réservé qu’aux riches et était considéré comme un luxe. Une subvention de 25 000 francs nous a été accordée pour cette création, sur le produit des jeux.

— Crèche municipale de la rue Saint-Hélier33

  • 33 Pour lutter contre la mortalité infantile, la municipalité Janvier a décidé d’établir une crèche pa (...)
  • 34 La brosserie Oberthür, fondée par Louis, fils de Charles Oberthür, l’entomologiste, était située à (...)
  • 35 La filature Porteu se trouvait au 30, rue Saint-Hélier.
  • 36 L’imprimerie Simon était à cette époque au 38, boulevard Laënnec.
  • 37 La Biscuiterie rennaise Roulleaux et Binard était installée au 57, rue Duhamel.
  • 38 La brasserie Graff et Richter était établie dans le faubourg Saint-Hélier.

74En décidant la création d’une nouvelle crèche, le conseil municipal a voulu doter la ville de Rennes, d’une œuvre d’hygiène sociale destinée non seulement à garder et à protéger l’enfant en bas âge pendant les longues heures où sa mère travaille hors du logis, mais aussi à devenir un véritable foyer d’éducation maternelle et un centre d’enseignement pratique de puériculture. S’il a fixé son choix sur le quartier Saint-Hélier c’est que s’y trouvent plusieurs usines et industries importantes (brosserie Oberthür34, filature Porteu35, imprimerie Simon36, Biscuiterie rennaise37, brasserie Graff et Richter38, lavoirs publics) et que là sont employées de nombreuses ouvrières.

75Les plans de la crèche ont été conçus et dressés par M. Le Ray, architecte de la ville, avec la collaboration du Dr Henri Leray, conseiller municipal, médecin inspecteur des crèches, qui s’est occupé tout particulièrement de l’organisation intérieure de cet établissement. Tous deux se sont inspirés des idées suivantes : la crèche doit être un bâtiment formant un tout, mais isolé des maisons voisines, où les façades seront continuellement baignées d’air et de lumière, à l’intérieur duquel les prescriptions hygiéniques les plus strictes seront observées, où fleurs et peintures claires apporteront leur note de joie et de gaîté. Cet idéal, ils se sont efforcés de le réaliser ; avec ses locaux vastes, clairs, confortablement aménagés mais sans luxe, ayant chacun leur affectation bien définie, convenablement chauffés en hiver et mis, pendant la saison estivale à l’abri des ardeurs du soleil, abondamment pourvus d’eau, disposant de tout le matériel et du mobilier nécessaires, la nouvelle crèche Saint-Hélier nous apparaît pouvoir être citée comme un des types les plus complets des établissements de ce genre. Une subvention de 55 000 francs nous a été accordée pour sa construction et son aménagement.

— Construction d’un troisième réservoir d’eau au Gallet39

  • 39 L’approvisionnement en eau fut un souci constant à Rennes dont le sous-sol en est totalement dépour (...)

76Depuis l’installation du service d’eau, qui remonte à 1882, il n’existait que deux réservoirs, l’un de 15 000, l’autre de 20 000, soit en tout 35 000 mètres cubes. La population ayant augmenté et, d’autre part, les prescriptions d’hygiène et de salubrité s’étant développées, il fallait aviser pour assurer l’alimentation en eau de la population civile et militaire. Pour les divers besoins de la ville, il est dépensé environ 12 000 mètres cubes par jour mais, en été, époque à laquelle il est pris le plus d’eau aux bornes-fontaines, où il faut arroser les voies publiques, l’administration municipale n’est pas sans inquiétude, car, en fin d’été, les sources sont moins abondantes et, dès le mois d’août, la quantité d’eau arrivant dans les réservoirs est inférieure à la consommation, il faut donc alors prendre sur la réserve. S’il survient, de temps à autre, des accidents à la conduite d’amenée – faits que nous avons eu malheureusement à constater – il faut encore recourir à la réserve, qui s’épuise rapidement. Les deux réservoirs contenant à peine 35 000 mètres cubes et la consommation étant supérieure à 12 000 mètres cubes par jour, si l’accident se produit quand les réservoirs sont au plein, il y a de l’eau pour trois journées complètes, et même en réduisant la consommation, l’on pourrait aller à cinq. Mais, si l’accident se produit quand la réserve est presque épuisée, la ville peut avoir à craindre la plus regrettable des privations. Il y a aussi à envisager la possibilité de deux accidents se succédant à trois ou quatre jours d’intervalle et la mise en service des lavoirs avec eau de source que nous avons projetés. D’où la nécessité de parer à ces inconvénients et de mettre notre population hors d’inquiétude sur son approvisionnement en eau.

77Dans ce but, nous avons acheté un vaste terrain dans lequel deux réservoirs nouveaux, d’une contenance de 25 à 30 000 mètres cubes chacun, pourront être construits. Toutefois, nous avons décidé qu’il n’en serait établi qu’un pour l’instant. Augmentant notre approvisionnement de 27 000 mètres, nous nous assurons, au bas mot, 60 000 mètres cubes de réserve. Avec cette quantité, en supprimant temporairement l’arrosage des rues ainsi que le lavage des caniveaux, et en avisant les gros établissements de notre ville d’avoir à réduire autant que possible leur consommation, l’on peut alimenter la population avec 8 000 mètres par jour : il y aura donc suffisamment d’eau pour parer à deux accidents successifs, et aussi pour faire face aux années de sécheresse, telle que celle de 1911, où nous avons failli être obligés de rationner la population, les quantités d’eau amenées à nos réservoirs étant devenues trop faibles, même pour les besoins les plus urgents. La dépense, pour la construction de ce grand réservoir, s’élève à environ 650 000 francs.

— Extension du réseau d’égouts40

  • 40 Comme dans toutes les grandes villes, l’évacuation des déchets urbains fut freinée à Rennes par de (...)

78Toutes les questions d’hygiène et de salubrité sont solidaires ; l’une complète l’autre. Pour les soins de propreté même les plus simples, des aménagements spéciaux sont obligatoires dans les habitations et exigent, pour être utilisés, la construction des égouts nécessaires à l’écoulement des eaux usées. Aussi, notre programme social aurait été incomplet si nous n’avions pas donné à notre population la possibilité de créer dans les immeubles tout ce qui assainit les maisons et permet d’éviter autant que possible les maladies. Nous n’avons donc pas hésité à envisager un large programme d’assainissement en augmentant sensiblement notre réseau d’égouts et en décidant de construire aussitôt que possible, une station d’épuration. Les égouts étaient notoirement insuffisants ; la plupart des rues du centre, seules, en étaient pourvues. 18 kilomètres furent construits sous l’administration de M. Le Bastard, il y a trente ans ; 7 ou 8 kilomètres l’ont été entre cette active administration et la nôtre ; il existait donc 25 kilomètres en tout au mois de mai 1908.

  • 41 Le Pot d’Étain était un lieu-dit qui devait son nom à une ancienne auberge située sur le côté ouest (...)

79En complétant le réseau du centre de la ville, nous avons franchement décidé de faire profiter la plus grande partie possible de nos faubourgs du « tout à l’égout » : c’est pourquoi notre projet s’étend jusqu’au Pot d’Étain41, route de Chatillon, avec toutes les rues des quartiers de Quineleu, de Villeneuve et du faubourg de Nantes ; jusqu’au-delà du château de Maurepas pour le faubourg de Fougères, avec toutes les rues avoisinantes, ainsi que pour le faubourg de Paris jusqu’en face de l’entrée de l’asile Saint-Méen ; le faubourg Saint-Malo, rive gauche de l’Ille, va avoir son réseau ainsi que le quartier de Brest. Le Mail des deux côtés, le quartier de l’abattoir jusqu’au quai de la Prévalaye et à la place de Bretagne, les quartiers de la Californie, du Gué de Baud, du Mail Donges et plusieurs quartiers du centre, comme la place Sainte-Anne, les rues Penhoët et Saint-Michel, rues du Champ-Jacquet et Leperdit, rues Lesage et Broussais, rue de l’Alma, place du Colombier et rue Émile-Souvestre, rue Gurvand (en partie), rues d’isly et de la Parchemmerie, rue Saint-Melaine et rue George-Sand, etc.

80D’autres projets seront à établir pour le quartier de Saint-Cyr, du port Cahours et route de Lorient ; les faubourgs de Saint-Malo, rive droite de l’Ille, d’Antrain, de Brest, de Redon et de Saint-Hélier. Cela fait, toute la ville sera desservie et, avec notre station d’épuration des eaux résiduaires, Rennes sera la seule ville ayant un service de salubrité aussi complet. Elle concurrence d’ailleurs déjà l’ensemble des grandes villes de France, car il aura été fait 35 kilomètres d’égouts depuis que nous sommes à la mairie. En y ajoutant ceux qui existaient précédemment, nous obtenons le joli chiffre de 60 kilomètres d’égouts desservant toutes les rues où il y a réellement agglomération de population.

81Un ennui persiste : celui des rues privées appartenant à des particuliers, dans l’aménagement desquelles nous n’avons pas à intervenir, autrement que par mesure de police. Les propriétaires ne formant pas ou formant peu de syndicats pour l’entretien de ces rues, qui restent en mauvais état, nous aurons à étudier cette situation pour tâcher de la résoudre au mieux de la salubrité et des intérêts en cause.

82Pour l’exécution d’environ la moitié de ces travaux d’égouts, nous avons obtenu une subvention de 400 000 francs sur le produit des jeux. Nous étions certains d’en obtenir encore à peu près autant si les hostilités ne s’étaient produites. Il ne faudra guère y songer désormais, car, avec beaucoup de justice, il faut prévoir que ces subventions iront, pendant longtemps, aux régions envahies et dévastées. Néanmoins, s’il y a nouvelle répartition pour l’ensemble du pays après la guerre, nous ferons le nécessaire pour ne pas être parmi les moins favorisés.

— Projets urbains et réglementaires divers

    • 42 Chospice de Ponchaillou est quasiment achevé lorsque Janvier entre en fonction. Il est formé d’un e (...)

    Hospice de Pontchaillou42 : construction de deux bâtiments qui permettront l’évacuation du vieil hospice Saint-Melaine. Montant du projet : 545 000 francs, sur lesquels des subventions s’élevant à 275 000 francs nous ont été accordées, provenant des fonds du Pari-Mutuel.

    • 43 L’hôtel-Dieu (alors appelé hôpital Napoléon III), bâti par l’architecte Aristide Toumeux, fut inaug (...)

    Hôtel-Dieu43 : services créés et améliorations diverses.

  • Projet de lavoirs avec eau de source, à construire dès que le grand réservoir du Gallet sera achevé.

  • Création d’espaces libres et expropriation d’immeubles insalubres.

  • Asphaltage des trottoirs gravelés dans toute l’étendue de la ville.

    • 44 Les halles des Lices ont été construites par Martenot, entre 1867 et 1869, sur le modèle de celles (...)

    Pavillon des Lices44 : asphaltage du sol, réfection des couvertures en zinc, couverture du pavage qui existait entre les deux halles, garniture de vitres à établir entre les murs et la toiture, pour remplacer les toiles qu’il fallait poser à chaque réunion.

  • Sensible amélioration de l’éclairage public.

  • Éclairage électrique de notre beau jardin du Thabor, ce qui facilitera l’organisation de fêtes de nuit, toujours si appréciées de notre population. Les emplacements des candélabres ont été très sérieusement étudiés par MM. Mauriceau, directeur du Thabor, et Rochulé, chef du service de l’éclairage de la ville. Cet éclairage donne à ce jardin le plus heureux effet et a réuni tous les suffrages aux fêtes de nuit qui ont été données.

  • Expropriation de terrains et d’immeubles pour construction de la rue et de l’impasse Paul-Bert.

  • Création du boulevard de Chézy ; pour cette création, nous avons dû faire des travaux de trottoirs, caniveaux, chaussées et égouts, de la cale Saint-Cast au pont Saint-Martin, avec pont carrossable pour remplacer la passerelle de servitude Richard. Ce boulevard de 1 500 mètres de longueur offrira une belle entrée de ville aux touristes et une jolie promenade aux Rennais.

  • Expropriation de quatre vieux immeubles pour élargir l’entrée du faubourg Saint-Malo.

  • Réfection des trottoirs et caniveaux de ce faubourg après expropriation des immeubles.

  • Suppression de la cale dite Bossard, Mail-Donges, pour le redressement de la voie des Tramways à vapeur d’Ille-et-Vilaine et pour éviter les accidents de toutes sortes qui se produisaient constamment à cet endroit.

  • Construction d’une nouvelle cale au sud de l’asile Saint-Méen pour remplacer la précédente.

  • Construction des trottoirs, caniveaux et chaussée de l’avenue du Mail-Donges (de la gare de Viarmes au boulevard de Strasbourg).

    • 45 Du nom du propriétaire d’une maison du Mail-Donges à la fin du 17e siècle.

    Construction des trottoirs, caniveaux et chaussée du quai Richemont (depuis le pont) et du Gué du Baud, jusqu’à l’écluse de la Chapelle-Boby45.

  • Ouverture et construction complète de la rue de la Borderie, et élargissement des voies des côtés nord et est bordant la place Hoche.

  • Ouverture et construction complète de la rue du Général Margueritte pour desservir la nouvelle caserne du boulevard Jacques Cartier.

  • Construction de plusieurs kilomètres de trottoirs et caniveaux dans diverses rues.

  • Prolongement de plusieurs kilomètres des canalisations d’eau et de gaz.

  • Arrêté réglementant l’ouverture des débits de boissons en vue de réprimer l’alcoolisme.

  • Arrêté obligeant le pesage du pain même à domicile.

  • Arrêté réglementant la vente dans les halles et marchés pour éviter l’accaparement et, par suite, un trop grand renchérissement de la vie.

  • Création d’une criée municipale et de la vente sur baladeuses, qui rend service notamment à la population des faubourgs.

  • Améliorations apportées au service d’incendie, notamment par la création d’un poste de permanence, les dimanches et fêtes, et à la promptitude des secours par l’extension du service téléphonique et la création d’avertisseurs cyclistes.

— Améliorations de la situation morale et matérielle du personnel municipal de 1908 à 1912

  1. Suppression des punitions par retenue de salaires.

    • 46 Le rapport d’Eugène Malapert donna naissance en 1912 au nouveau statut des employés municipaux. Pou (...)

    Création d’un statut réglementant l’avancement, les droits et les devoirs de chacun. C’est notre collègue M. Malapert qui a fait le rapport sur cette grosse question46.

  2. Congé du 1er mai. Journée de travail abaissée à 9 heures.

  3. Création d’un conseil de discipline pour soustraire les employés aux dangers de l’arbitraire.

  4. Congé annuel porté successivement de six jours à douze et à quinze.

  5. Augmentation annuelle des salaires et appointements (plus de 300000 francs).

— Taxes municipales en remplacement des droits d’octroi sur les boissons hygiéniques - Conversion

83La loi du 29 décembre 1897, en supprimant les droits d’octroi sur les boissons hygiéniques, autorisait les municipalités à pourvoir au remplacement de ces droits par certaines taxes municipales ou, dans les conditions de la loi du 5 avril 1884, par des centimes additionnels. Nos prédécesseurs, sur rapport du maire, M. Pinault, choisirent le système des taxes, et créèrent alors la taxe sur la valeur locative de l’habitation, la taxe sur le revenu net de la propriété bâtie et la licence municipale. Ce système fut peu goûté des contribuables et eut encore l’inconvénient de grever le budget de la ville de frais onéreux, s’élevant à environ 7 000 francs par an pour frais d’assiette et de confection des rôles et avertissements, etc. Les contribuables étaient obligés, en effet, après avoir fait, la plupart du temps, une longue station au guichet du percepteur pour leurs impôts directs, d’en faire une seconde à la caisse municipale pour acquitter leur taxe de remplacement. D’où un double dérangement et une double perte de temps, inconvénients d’autant plus difficiles à admettre qu’il s’agissait pour une grande part, de sommes insignifiantes qui souvent ne dépassaient pas quelques francs et descendaient jusqu’à 0,80 F, 0,60 F, 0,50 F et même 0,20 F La modicité de ces sommes n’empêchait pas de donner lieu, en cas de retard dans le paiement, à des frais de poursuites complètement disproportionnés et ajoutés à ceux qui avaient pu être déjà faits par le percepteur pour les contributions. Le conseil municipal convaincu d’être agréable aux habitants a décidé de modifier, dans un sens moins tracassier, ce regrettable état de choses.

— Revendication, avec solution favorable au profit de la ville, des terrains dépendant de l’hôpital militaire rue Saint-Louis, rue de Dinan et rue d’Échange

  • 47 Aux termes de la loi du 9 décembre 1905, les biens d’Église non dévolus à une association cultuelle (...)
  • 48 L’hôpital militaire Ambroise Paré occupait les anciens bâtiments du grand séminaire, bâti entre 172 (...)

84Au cours de la mise en vente des biens des congrégations47, nous avons acquis des immeubles rue Saint-Louis, parce que nous avions en vue l’évacuation prochaine de l’hôpital militaire48 et l’ouverture sur ces terrains et sur ceux que nous achetions, des rues appelées à les desservir. Ces voies nouvelles, établies entre les rues Saint-Louis, d’Échange et de Dinan, sont destinées à mettre tout un quartier en relations directes avec la place des Lices. Si je dis que nous avions en vue l’évacuation prochaine de l’hôpital militaire actuel, insuffisant et très délabré, c’est que nous savions qu’un large programme de reconstruction de la majorité des hôpitaux militaires allait être mis en exécution. Nous avons d’ailleurs fait des démarches, en compagnie de M. Le Hérissé, alors député de Rennes, pour obtenir que notre ville fût placée en tête de ce programme. Nous avons obtenu satisfaction, puisque les terrains sont achetés et que les travaux devaient commencer au moment même où la guerre fut déclarée à la France. Il était donc intéressant pour notre administration d’envisager la situation domaniale de ce vieil établissement militaire sur le point d’être désaffecté, en même temps que les conditions dans lesquelles il pourrait être remis à la ville.

85Des recherches par nous effectuées, il résulte que, par mesure générale, un décret du 23 avril 1810, a donné aux villes en toute propriété, les casernes, hôpitaux, manutentions, corps de gardes et autres établissements militaires portés dans un état annexé, à la charge de les entretenir. Sur les incessantes réclamations des communes, peu soucieuses de voir maintenir à leur profit une donation aussi onéreuse pour elles, l’ordonnance royale du 15 mai 1818 ajoute que « les bâtiments, établissements et terrains cédés aux villes, rentreront désormais, pour leur conservation et police, comme pour leurs dépendances, sous l’administration directe et exclusive du ministre de la Guerre, mais que les communes en conserveront la nue-propriété pour en être remises en possession et en avoir la libre jouissance, si, par suite de leur inutilité absolue pour le service militaire, ils étaient abandonnés par le service de la Guerre ». L’hôpital militaire de Rennes, qui a pour origine un ancien séminaire, fondé en 1770, après avoir été déclaré propriété nationale et affecté à un hôpital de blessés en 1793, fut remis à la commune en vertu du décret du 23 avril 1810 ; la nue-propriété en fut confirmée à la ville par l’ordonnance royale du 15 mai 1818. L’usufruit appartient à l’État. J’ai eu plusieurs entrevues avec le service du Génie, qui après examens et discussions, a reconnu que nos revendications étaient bien fondées.

86Cet ancien hôpital, couvre une surface de terrain de 12 000 mètres carrés, desquels la ville pourra disposer après que le nouvel hôpital militaire, en construction faubourg de Fougères, sera terminé et que l’ancien hôpital aura été évacué. L’acquisition citée au début de ces quelques lignes nous permit de faire un tracé de rues, indiqué au contrat, en revendant à la Société civile « La maison du Peuple » une partie de la propriété, de façon que ces rues puissent être ouvertes, le moment venu, sans expropriations et sans dépenses autres que celles d’établissement de la chaussée. La ville pourra retirer aisément des 12 000 mètres de terrain provenant de ces revendications une somme de 300 à 400 000 francs, tout en faisant œuvre d’hygiène et de salubrité dans ce quartier.

— Halle centrale49 - Construction d’une poissonnerie et de pavillons spéciaux pour la viande de boucherie, les légumes, les fruits, la volaille et le gibier - Criée municipale

  • 49 Ce projet correspond à la volonté de déplacer quelque peu le centre de gravité de la ville vers le (...)
  • 50 Il s’agit de la halle aux blés bâtie en 1820 par l’architecte municipal Joseph Gohier, au sud de la (...)

87Le développement considérable que prennent les quartiers sud de notre ville a créé la nécessité de grouper, sur un point aussi rapproché que possible de ces quartiers, des halles spacieuses et confortables. D’ailleurs, la halle de la poissonnerie actuelle, qui sert également à la vente des légumes et à quelques bouchers, est non seulement insuffisante, mais d’une installation très défectueuse, et son délabrement surprend dans une ville importante comme la nôtre. Cette halle, du reste, n’a pas été faite pour la vente du poisson ; elle servait autrefois de halle aux grains50, et fut aménagée lors de la démolition d’une poissonnerie qui existait à l’angle de la rue de Nemours et du quai où se trouve actuellement le pavillon ouest du palais du Commerce, installation actuelle ne devant être que provisoire, fut naturellement des plus sommaires. C’est ce qui explique le manque complet d’hygiène et de commodité, dans cette halle qui apparaît elle-même en laideur au milieu de la ville et dont l’usage provisoire dure depuis 1880.

88Le conseil municipal actuel, dont la préoccupation est de faire de Rennes non seulement une des plus belles villes de France, mais encore une cité bien moderne, dotée de tous les organes nécessaires à l’hygiène de ses habitants, ne pouvait laisser subsister un bâtiment aussi rudimentaire et aussi mal disposé pour la vente du poisson, dont la consommation sera sûrement plus grande le jour où les marchandes seront plus à l’aise, lorsque la marchandise même sera présentée d’une façon engageante sur des étals bien disposés, dans des locaux vastes, bien aérés, avec un service d’eau abondant, où l’odeur pénétrante qui incommode non seulement l’acheteur, mais encore les passants et les habitants du quartier, n’existera pour ainsi dire plus. Ce fut mon collègue et ami, M. Langelier, adjoint délégué aux halles et marchés, qui, répondant ainsi aux vues du conseil municipal et au désir des commerçants et de la population tout entière, demanda que le conseil se rendit sur place pour étudier la situation ; et c’est après avoir reconnu combien étaient fondées les remarques de notre collègue, que nous avons fait procéder à l’étude du projet.

89Les nouvelles halles projetées s’élèvent sur la place actuelle dite de « la Halle aux Blés » ; elles ont une superficie d’environ 3 900 mètres carrés (bâtiment et cour intérieure) comprenant :

  1. Au sud – Le vaste bâtiment destiné à la poissonnerie, de 60 mètres sur 18 m 80, placé en bordure du boulevard de la Liberté, à l’alignement, laissant en avant, au sud, un vaste trottoir ;

  2. Deux ailes en retour destinées, l’une à l’ouest, aux légumes, fruits, volailles et gibiers ; l’autre, à l’est, à la boucherie ;

  3. Au nord, les bâtiments servant de dépôts, entrées, et criée municipale accompagnée de magasins, bureaux, WC « hommes et femmes » ;

  4. Au centre de ces bâtiments, formant un vaste quadrilatère, une cour de service avec galeries à ossature métallique, couvertes en verre et formant abris, pour la vente des légumes en paniers.

  • 51 Roche fine de l’Isère, blanche, jaune ou rosée, recevant le poli comme le marbre.

90Le pavillon de la poissonnerie, vaste, bien éclairé, parfaitement aéré, a été étudié de façon à assurer de larges et commodes circulations. Les acheteurs pourront stationner devant les étals, faire leurs achats, sans craindre les encombrements qui se produisaient à l’ancienne poissonnerie. La disposition des étals est combinée de manière à donner entière satisfaction aux marchands, qui pourront exposer leurs poissons dans les meilleures conditions possibles. Le nouveau hall de la poissonnerie disposera de soixante-quinze à quatre-vingts étals. Les tables d’exposition seront en échaillon51 ou pierre de marbre. Les étals seront séparés par des cloisons de 1 m 50 à 1 m 60, en briques émaillées. Les murs seront revêtus de faïence, avec frise, sur 2 mètres de hauteur. Le sol sera carrelé en petits pavés jaunes, de Pont-Saint-Maxence (Oise), ou analogues, avec pentes à la demande ; des caniveaux entraîneront les eaux de lavage. Chaque étal sera pourvu d’un évier en grés, avec prise d’eau à cheval entre deux étals et placée dans une chicane où sera disposée une tinette dans laquelle seront jetés les détritus. Deux fontaines à eau courante seront placées dans ces deux pavillons extrêmes, avec vasques et prise pour lance d’arrosage. On pourra, si on le désire, aménager deux petits viviers pour les poissons d’eau douce vivants. Les baies sud et ouest seront garnies de claies à ombre, manœuvrables à l’intérieur. Des lanterneaux assureront la ventilation. Avec cet ensemble de dispositions, le hall de la poissonnerie sera pratique, très hygiénique, et de nature à donner toute satisfaction aux vendeurs et aux acheteurs ; ce sera une poissonnerie bien moderne et agréable d’aspect. Sous tout ce hall seront réservés de vastes sous-sols, pouvant être utilisés postérieurement pour l’installation d’une petite usine frigorifique et de chambres froides.

91Les deux ailes, en arrière, longeant à l’ouest la rue de Nemours et à l’est la rue Jules Simon, serviront : la première à la vente des légumes, fruits, volailles et gibiers, l’autre à la vente des viandes de boucherie. Ces deux ailes seront reliées au hall de la poissonnerie par deux passages couverts. Les précautions d’hygiène seront les mêmes pour ces ailes que pour la poissonnerie. Le sol sera carrelé ; les murs, revêtus de briques vernissées. Les étalages des marchandes de légumes se composent de claies et gradins mobiles, destinés à permettre le nettoyage. Pour les bouchers, les séparations sont également en briques émaillées, avec armatures portant les crochets pour suspendre la viande.

92La criée municipale, placée dans le bâtiment, arrière-corps nord, comprend une vaste salle de vente, de 17 m 80 sur 8 m. La circulation se fera aisément autour du comptoir central servant à l’exposition et à la vente des lots mis aux enchères. Le sol de circulation sera plus élevé que le sol de la partie centrale où se tiendront les crieurs ; de plus, un banc de granit, longeant les murs, permettra aux acheteurs du deuxième rang de bien voir et suivre les enchères. La criée sera accompagnée de deux dépôts latéraux, de 8 mètres sur 4 m 20. Un bureau est réservé pour le concessionnaire de la criée ; de son bureau, l’employé comptable pourra voir ce qui se passe dans la salle de vente. Un bureau identique sera également aménagé pour le contrôleur principal.

93La vente des légumes en panier est très importante à Rennes ; aussi, dans la cour intérieure, sont prévues des galeries couvertes, en verre, destinées à cette vente. Ces abris ou auvents serviront aussi de galeries pour la circulation à couvert entre les différents pavillons. Le sol de ces galeries, formant trottoirs, sera carrelé, comme les intérieurs. Les murs seront également revêtus de briques vernissées, de façon à permettre les lavages abondants. Le sol de la cour sera recouvert de pavés rouges du Cap, premier choix, avec pentes à la demande et joints au ciment. Une fontaine, avec une grande vasque où l’on pourra puiser de l’eau, occupera le centre de la cour. Toutes les portes extérieures seront munies de fortes et hautes grilles permettant de clore les halles pendant la nuit. L’éclairage intérieur et l’éclairage de la cour se feront avec des lampes puissantes, car, en hiver aussi, l’ouverture des halles a lieu de bonne heure. Les façades extérieures seront traitées sobrement, mais avec une certaine recherche de gaîté. Telle est, dans son ensemble, notre halle centrale, dont le coût total s’élève à la somme de 655 000 francs. Cette importante amélioration dans l’organisation de nos marchés sera très appréciée de la population et défiera les comparaisons avec tout ce que nous avons vu dans d’autres villes.

— Couverture de la Vilaine entre les ponts de Berlin et de Nemours - Jardin, balustrade et éclairage électrique

  • 52 L’image n’est pas tout à fait anodine. Elle traduit bien l’ambition du projet : doter l’axe nouveau (...)

94Tous les projets successivement présentés aux diverses assemblées municipales, en vue de l’achèvement du palais du Commerce, comprenaient toujours un pont métallique, à balustrades en fer, semblables à celles qui bordent les quais ; ce pont aurait été placé au droit de la rue d’Orléans. Le conseil municipal élu en 1908 a très justement pensé que ce projet manquerait complètement d’esthétique ; et c’eût été une faute irréparable que la construction d’un troisième pont dans la direction de la rue d’Orléans, à inégales distances des ponts de Berlin et de Nemours. Ce pont, exécuté comme il avait été conçu par nos prédécesseurs, aurait compromis la beauté du centre de la ville ; s’il était enrichi sur les côtés par une double balustrade, il devenait d’un prix à peu près égal à la couverture actuelle de la Vilaine. Nous n’avions donc pas à hésiter et nous décidâmes de couvrir la rivière entre les deux ponts avec des arcs et une plate-forme en ciment armé. Un jardin français, du genre de celui de la place du Carrousel à Paris52, recouvrirait ce ciment armé, ainsi que le reste de la place, vers le palais du Commerce. Ce jardin, entouré d’une belle balustrade portant des candélabres à lumière électrique, ferait un joli parterre, qui mettrait encore plus en valeur ce magnifique monument que sera le palais du Commerce, des Postes et des Télégraphes.

95Le ministère des Travaux Publics fit quelques objections à l’exécution de la couverture de la Vilaine. M. Chargueraud, conseiller d’État et directeur du gros service de la Navigation au ministère, m’ayant accordé une audience à laquelle assistaient M. Saint, préfet d’Ille-et-Vilaine, M. Le Hérissé, député de Rennes, M. Corbeaux, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées d’Ille-et-Vilaine, promit de demander au ministre des Travaux publics d’approuver notre projet, moyennant la construction d’une banquette de halage confortablement installée, avec escaliers d’accès aux deux extrémités et donnant le maximum possible de facilité à la batellerie. Ce projet avait été revu et quelque peu corrigé par MM. les ingénieurs des Ponts et Chaussées et son exécution fait maintenant partie des travaux intéressants à visiter dans notre ville. M. Chargueraud, de passage à Rennes, fin tous les travaux se trouvant achevés, me fit le très grand plaisir de venir voir cet important ouvrage d’art. Il nous félicita d’avoir très largement tenu notre parole au sujet des facilités à la batellerie. Il trouva aussi la conception de l’ouvrage bonne ; les soixante-cinq arcs solidement ancrés et appuyés contre les murs des quais, donnant toutes garanties de stabilité ; il dit aussi que l’ingénieur avait conçu son projet de telle sorte que l’ensemble est d’un aspect agréable et que les étrangers venant à Rennes, ceux surtout qui aiment les choses en même temps belles et quelque peu audacieuses, ne manqueront pas de faire la petite promenade sur la banquette du halage, et en sortiront certainement satisfaits. Le conseil municipal a donc bien fait de décider cette grande amélioration du centre de notre ville : personnellement, j’éprouvai une vive satisfaction le jour où elle fut officiellement décidée.

96Le projet de ciment armé a été conçu par l’ingénieur Chéreau, de Nantes, homme aussi aimable que distingué ; le jardin qui recouvre ce travail a été dessiné et exécuté par M. Mauriceau, notre compétent jardinier chef, directeur du jardin du Thabor et des promenades publiques de la ville de Rennes. La balustrade a été dessinée par M. E. Le Ray, l’habile architecte de la ville, M. André Rousseau, notre jeune et distingué ingénieur municipal, s’est spécialement occupé des amenées d’eau, des drainages, des écoulements des allées, etc., et a suivi l’exécution des travaux de ciment armé avec autorité. Le palais et le jardin complètement terminés, formeront incontestablement un centre de ville du plus bel effet, les étrangers, après avoir visité le Thabor, traversé les belles places du palais et de l’Hôtel de Ville, ne manqueront pas de s’arrêter encore pour admirer le palais du Commerce, des Postes et des Télégraphes, et l’élégante disposition de ses abords. Ainsi que je le dis en terminant mon exposé ci-dessus, relatif au palais du Commerce, les fonds nécessaires à l’achèvement de ces travaux sont réalisés.

— Hôtel de ville53 - Achèvement et aménagement - Œuvres d’art diverses

  • 53 L’achèvement de l’hôtel de ville est une des commandes principales de Janvier à Le Ray. Dans son ra (...)
  • 54 L’hôtel de l’école d’artillerie (rue de la Monnaie), ancien hôtel de la Commission intermédiaire de (...)
  • 55 C’est-à-dire en treillis de fer forgé.

97Avant l’incendie de 1720, qui détruisit tout le centre de Rennes – environ huit cents maisons, en sept jours et sept nuits – l’hôtel de ville proprement dit se trouvait à l’emplacement occupé maintenant par l’école d’artillerie54 Le beffroi était situé rue Chateaurenault, n°8. L’édifice actuel a été construit sur les plans de Jacques Gabriel, chevalier de l’ordre de Saint-Michel, contrôleur des bâtiments de Sa Majesté Louis XV, premier ingénieur des Ponts et Chaussées de France, directeur général pour le rétablissement des édifices publics de la ville de Rennes, capitale et principale ville de Bretagne. Les plans furent reçus et agréés par l’assemblée de la communauté le 30 mars 1730. La première pierre fut posée le 12 avril 1734 ; l’édifice fut terminé dans ses parties essentielles en 1743. On a eu raison de dire « dans ses parties essentielles », car si quelques travaux intérieurs avaient été faits de temps à autre, rien n’était achevé. Les rampes « en grillages55 » du grand escalier d’honneur, les barres d’appui des fenêtres, les deux grands balcons des deux pavillons, avec aussi « leurs grillages », étaient également restés dans le provisoire ; le pavillon nord avait été particulièrement négligé ; la porte d’entrée était construite en planches brutes, les impostes des deux grandes portes étaient formées de planches ; dans le vestibule, les pierres n’étaient ni moulurées, ni sculptées ; dans les salles, les parquets, les plafonds et les enduits n’étaient que très sommairement exécutés. Aux étages de ce pavillon, des installations également sommaires réunissaient la bibliothèque et les archives municipales.

98Nous sommes arrivés à la mairie, mes amis et moi, en mai 1908 ; quelques mois après, le 15 octobre, je soumettais à mes collègues du conseil municipal un long rapport exposant les travaux à entreprendre au cours de notre mandat. Ce programme comprenait l’achèvement et l’aménagement de l’hôtel de ville. Nous trouvions nos services de l’état civil, des contributions, de la comptabilité, de la recette municipale, ainsi que le service de la police, pour ne citer que ceux-là, dans des conditions déplorables, manquant de l’espace indispensable à leur bon fonctionnement. Les pièces y étaient petites, mal éclairées et insuffisamment aérées ; quant aux importants services d’assistance, ils étaient encore plus rudimentairement installés, tantôt ici, tantôt là, attendant des locaux définitifs. Enfin, toutes les personnes venant à la mairie pour affaires d’administration, étaient frappés de la façon défectueuse dont les services particuliers du maire, des adjoints et du conseil municipal étaient organisés ; mon cabinet était situé trop loin de celui du secrétaire général, avec lequel je suis en rapports constants ce qui rendait l’administration difficile, MM. les adjoints n’avaient pas à leur disposition de cabinet de travail en dehors de celui réservé pour les signatures. Quant au conseil municipal, il n’avait pas de salles de commissions, voire même le moindre local où les conseillers puissent venir consulter les dossiers. Il n’y avait pas même de salle d’attente ; la salle des gardes en servait et n’était qu’un couloir où tout le monde passait et dans lequel se rencontraient, pêle-mêle, les personnalités venues pour entretenir le maire ou les adjoints de questions administratives et le public ayant à faire dans les bureaux. Donc une réorganisation générale de tous les services s’imposait.

99Plusieurs études, avec des projets à différentes échelles, furent présentées au conseil municipal et ce n’est qu’après un examen approfondi de la question et quand tous mes collègues eurent bien reconnu la nécessité absolue de réaliser ces importantes améliorations, suivant les dispositions pratiques envisagées, que nous fûmes convaincus qu’en faisant des aménagements plus spacieux et plus confortables, nous répondrions également aux besoins du public qui, tout comme nos employés, souffrait d’un état de chose indigne d’un chef-lieu, même de bien moindre importance que Rennes. Après avis des commissions compétentes, et notamment de notre collègue Wilfrid Guillaume, ainsi que de l’architecte de la ville, M. Le Ray, nous décidions comme suit de la transformation, de la division et de la répartition des locaux.

  1. La partie administrative prendrait tout le pavillon nord, jusqu’à la rotonde ; un escalier y serait construit, avec ascenseur latéralement pour les personnes âgées ou peu ingambes et ayant besoin de se rendre dans les bureaux situés aux étages,

  2. Un atrium avec colonnes serait aussi créé pour embellir cette partie du monument et donner de l’air et de la lumière ;

  3. Une salle de séance du conseil, avec salle de réunion et vestiaire, serait confortablement aménagée au deuxième étage ;

  4. La partie destinée aux réceptions irait, rotonde incluse, jusqu’au pavillon sud ;

  5. La recette municipale serait sensiblement agrandie, avec entrée directe à l’extérieur ;

    • 56 Créée après l’incendie de 1720, fusionnée en 1792 avec la rue de Coëtquen sous le nom de rue de la (...)

    La police serait installée dans des locaux donnant sur la rue Volvire56, (rez-de-chaussée, entresol et 3e étage).

100Tous les détails des travaux, aménagements, ameublements, etc., ont été étudiés sérieusement en vue de fournir à tous les services des bureaux confortables, tant pour le public que pour les employés. Tenant compte des besoins de la ville de Rennes, comme centre intellectuel, siège universitaire, siège de corps d’armée, siège de cour d’appel, etc., il fut décidé que la partie réservée aux cabinets du maire et des adjoints serait particulièrement soignée, avec salon d’attente digne de l’ensemble. Le maire, ayant ainsi désormais son cabinet situé au centre des principaux services, communiquant directement avec le cabinet du secrétaire général, le bureau des rédacteurs, le premier bureau et le cabinet de MM. les adjoints, peut sans perte de temps, prescrire et suivre les détails de l’administration dont il a la charge. Le cabinet du maire est en outre relié par téléphone avec tous les services et bureaux dépendant de l’administration municipale. À cet effet, un poste téléphonique est installé dans l’hôtel de ville, une téléphoniste titulaire et une aide alternent dans ce service, jour et nuit, sans aucune interruption. Ces deux employés sont logées à côté du poste téléphonique. Un réseau urbain fonctionne au moyen d’un abonnement avec le service des PTT. C’est pourquoi, sans avoir besoin de passer par le bureau central des PTT, nous pouvons téléphoner de la mairie avec les chefs de services : architecture, eaux, voirie et égouts, bureaux d’octroi, école des Beaux-Arts, conservatoire, école d’industrie, bureaux divers, etc. Ce service téléphonique se justifie encore pour le service d’incendie, notamment la nuit, car les officiers de pompiers et les sapeurs logés ont leur domicile relié au central de l’hôtel de ville ; il en est de même des différents postes situés en ville – ce qui permet à nos excellents pompiers de se rendre, dans des conditions aussi favorables que possible, aux incendies qui nous sont signalés à temps.

  • 57 Jean Boucher (1870-1939) était né à Cesson, près de Rennes où il tenait l’atelier d’architecture à (...)
  • 58 La statue de Louis XV, commandée par les États de Bretagne à Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778), scu (...)
  • 59 Jules Ronsin (1867-1937) fut professeur à l’école des Beaux-Arts. Il en devint le directeur à la mo (...)
  • 60 Emmanuel Fougerat (1869-1958), rennais d’origine, fut directeur de l’école des Beaux-Arts de Nantes (...)
  • 61 Pierre Galle (1883-1960) succéda en 1936 à Jules Ronsin dans ses diverses fonctions, qu’il exerça l (...)

101Après avoir étudié à peu près tout ce qu’il était nécessaire de faire pour avoir au complet un hôtel de ville digne de Rennes, nous examinions ce qu’il conviendrait de faire comme embellissement pour mettre plus en valeur encore le bel édifice de l’architecte Gabriel. Tout naturellement, nous avons donc songé à faire appel à d’anciens élèves de notre école des Beaux-Arts. Ce fut d’abord Jean Boucher57, qui entreprit, dans des conditions financières bien plus intéressantes pour la ville que pour lui-même, le groupe symbolisant l’Union de la Bretagne à la France, monument inauguré le 29 octobre 1911. La niche centrale, où est placé ce groupe, avait abrité de 1754 à 1793 une statue de Louis XV ; de 1793 à 1911, elle était restée vide58. Ce fut ensuite Louis Roger, qui fit les très belles peintures du grand escalier d’honneur – d’un côté : Rennes, centre intellectuel de la Bretagne, de l’autre : Au pays légendaire d’Armor – et celles de la nouvelle salle des mariages. Ce fut le pinceau de Jules Ronsin59 qui embellit comme il convenait la rotonde, située sous le beffroi, avec ses toiles : Aux glorieux enfants de la terre bretonne. Ce fut Fougerat60, qui brossa une œuvre d’art (Au travail le matin) pour le cabinet de MM. les adjoints, et enfin le jeune R Galle61 avec deux natures mortes, dans le petit salon sud-ouest. Tous ces artistes, comme Jean Boucher, voulurent, dans leurs prix, se souvenir qu’ils étaient anciens élèves de notre très renommée école des Beaux-Arts.

102Puisque je parle des embellissements, il est juste de signaler que la salle des fêtes, les salles et services annexes, ont été complètement refaits. Il est encore utile de noter que notre projet d’achèvement de l’hôtel de ville comprit l’exécution des fers forgés placés aux balcons de toutes les fenêtres, des panneaux, des impostes, des deux grandes portes d’entrée et de la rampe de l’escalier d’honneur, travaux qui étaient demeurés prévus mais non réalisés. Étant donné l’importance des travaux et aménagements à l’intérieur de l’hôtel de ville, la commission demanda à l’architecte de vérifier l’état de la couverture ; précaution utile, car le toit laissait l’eau passer en maints endroits ; de plus les têtes de cheminées étaient lézardées et menaçaient de tomber. Il fut alors décidé de refaire complètement ce toit, avec de l’ardoise de tout premier choix et des crochets en cuivre de la plus grande résistance. Les cheminées furent également très sérieusement reconstruites. Aussi se passera-t-il très longtemps désormais sans que notre hôtel de ville ait besoin de réparations.

103La dépense prévue pour toutes ces réfections s’élevaient à 631 000 francs, elle fut votée par le conseil dans sa séance du 30 mai 1912. Quelques travaux supplémentaires et obligatoires se sont présentés au cours des transformations, des poutres pourries dans les murs, des murs lézardés, etc., ont nécessité des travaux supplémentaires de ciment armé par exemple, qu’il avait été matériellement impossible de prévoir tout d’abord. Aussi, avec ces travaux supplémentaires, il a fallu compter une dépense totale d’environ 900 000 francs pour l’ensemble des travaux, reconstruction, aménagement, ameublement, embellissement, etc. Cette dépense est d’ailleurs couverte par des excédents annuels de recettes, sans qu’aucune imposition ait été créée et le bel édifice, dont les plans furent confiés à l’éminent architecte Jacques Gabriel, il y a deux siècles, est enfin achevé et aménagé. En terminant l’hôtel de ville, M. E. Le Ray, notre architecte municipal eut une heureuse occasion de confirmer son talent d’artiste, et notre distingué collègue M. W Guillaume, architecte, a été le très compétent délégué du conseil municipal pour suivre, comme il avait déjà bien voulu le faire au théâtre, l’élaboration du projet et l’exécution du marché en travaux et fournitures.

— Conclusions générales sur douze ans de gestion municipale

104Voilà donc succinctement ce qu’a pu faire un conseil municipal composé de trois groupes républicains qui, sans renoncer jamais à leurs doctrines particulières, savent oublier leurs divergences de vues toutes les fois qu’il s’agit de l’intérêt public. Le conseil mérite la reconnaissance de son maire pour avoir aidé et soutenu celui-ci dans les luttes qu’il a dû livrer, mais il a aussi bien mérité de la population qui lui a confié l’administration de la cité. Si le maire, les adjoints et toute l’assemblée communale croient pouvoir compter sur la faveur du public, c’est qu’ils ont montré des qualités de pondération, d’esprit pratique, de justice et de tolérance, dans l’amour vrai de la liberté. Ainsi d’ailleurs, si les réunions et cortèges ont été autorisés pour les ouvriers, il en a toujours été de même pour les manifestations extérieures du culte, dans les conditions où elles ont été demandées par l’autorité ecclésiastique.

Morale financière

105Au début de ce chapitre, je ne saurais manquer de remercier mon distingué collègue Malapert d’avoir accepté chaque année la lourde tâche de rapporter sur le budget ; la clarté de ses exposés a toujours été très appréciée par le conseil municipal.

106Mes chers enfants, une des principales caractéristiques de mon administration, c’est que, pendant les douze années de nos mandats, allant de mai 1908 à fin 1919, nous n’aurons pas créé la moindre imposition d’aucune sorte pour l’équilibre de notre budget ordinaire, au contraire, nous l’avons su faire « rendre » davantage sur les bases administratives que nous avons trouvées à notre entrée à l’hôtel de ville, en mai 1908. C’est pourquoi, je le répète, sans créer de ressources correspondantes, nous avons pu, sur le budget ordinaire :

  • Augmenter notre personnel municipal (entre 1908 et 1912) de plus de 300000 francs par an.

  • Augmenter le nombre des équipes de la voirie et des égouts.

  • Faire face aux dépenses résultant de la location, de l’entretien et du fonctionnement de la maison de la Mutualité.

  • Faire face aux dépenses annuelles résultant de l’extension des Musées.

  • Faire face aux dépenses annuelles résultant de la création des bains douches populaires.

  • Faire face aux dépenses annuelles résultant de la création de la station de désinfection.

  • Faire face aux dépenses annuelles résultant de la création de la crèche de la rue Saint-Hélier.

  • Encourager et soutenir l’œuvre des colonies de vacances.

  • Assurer la direction et la surveillance du terrain municipal de vacances avec piscine, à la Motte-Brûlon.

  • Faire face aux charges résultant de l’application de la loi des 5 avril 1910 et 27 février 1912 sur les retraites ouvrières et paysannes.

  • Faire face aux dépenses croissantes de l’assistance aux vieillards.

  • Faire face aux dépenses croissantes de l’assistance médicale gratuite.

  • Faire face aux charges résultant de la loi d’assistance aux familles nombreuses.

  • Faire face aux charges résultant de la loi d’assistance aux femmes en couches.

  • Faire face aux dépenses annuelles résultant de l’amélioration et de l’extension de l’éclairage en ville, au Thabor, au jardin du palais du Commerce et dans divers bâtiments communaux.

    • 62 Les centimes additionnels s’ajoutaient, sur la base d’un centime par franc, au montant principal de (...)

    Faire face au dégrèvement de 50 000 francs par an, provenant de l’extinction fin 1915 de cinq centimes additionnels62 non renouvelés.

  • En outre, si nous nous sommes appliqués, mes collègues et moi, à administrer pour le bien de la population tout entière, nous avons constamment songé aussi aux commerçants et aux industriels, en multipliant les fêtes locales et en obtenant des améliorations nombreuses destinées à faciliter les affaires dans les différents quartiers, par exemple la création de recettes auxiliaires, de postes télégraphiques et de cabines téléphoniques, créations pour lesquelles nous avons fait des avances d’argent aux services d’État des PTT.

107Malgré toutes ces charges, nos comptes de gestion et d’administration établissent que, depuis que nous sommes à l’hôtel de ville, nous avons obtenu, chaque année, grâce à notre méthode d’administration des excédents qui, restant entièrement à notre disposition, nous ont permis d’exécuter des travaux importants et urgents. D’autres grands travaux n’ont pu être effectués que par voie d’emprunts qui seront amortis par des annuités de 417 651,92 F Ces 400 000 francs, en chiffres ronds, représentent en réalité les charges que le conseil municipal a imposées à la population de 1908 au 1er janvier 1920.

108Un de mes amis donnait un jour l’explication de cette imposition chez lui et établissait que ces 400 000 francs représentaient pour notre population de 90 000 habitants, une dépense d’un peu moins de 5 francs par personne et par an. Sa femme lui fit remarquer que, pour eux deux et leurs deux enfants, ils auraient donc 20 francs à payer annuellement. Mon ami lui répondit qu’elle faisait erreur et que leur part de famille, en raison de leur belle aisance, était d’environ 300 francs parce qu’il y avait beaucoup de personnes que leur situation de fortune ne faisait imposer que de 10 francs et d’autres de 1 franc, que d’autres enfin ne payaient rien. La réponse de sa femme fut que « cela n’était pas juste ». Le mari dit que c’était peut-être vrai, mais qu’il valait tout de même mieux être de ceux qui paient 300 francs que de ceux qui ne paient rien.

109Mes concitoyens ont jugé la méthode d’administration du conseil municipal que j’ai l’honneur de présider ; je suis convaincu qu’ils continueront à penser que, si nous avons créé quelques charges, nous avons donné aux contribuables des compensations pour le moins équivalentes.

— Visites et réceptions de membres du gouvernement

  • 63 Joseph Ruau (1865-1923), avocat, maire d’Aspet, fut élu député de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) de (...)

110En 1908, les 7 et 8 juin, c’étaient M. Clemenceau, ministre de l’Intérieur, président du Conseil, et M. Ruau, ministre de l’Agriculture63, à l’occasion du Concours national agricole. Le président du Conseil présida aux Lices un banquet de près de deux mille cinq cents couverts. En nous quittant, les ministres voulurent bien nous promettre des subventions pour la construction de bâtiments à l’hospice de Pontchaillou. J’ajoute qu’ils ont tenu parole.

  • 64 Gaston Doumergue (1863-1937), un des chefs du parti radical, est élu député de Nîmes (à partir de 1 (...)

111En 1909, le 3 avril, c’était M. Doumergue64, ministre de l’Instruction publique, venu pour assister à l’inauguration du conservatoire de musique, présider le Congrès des sociétés savantes et faire quelques visites dans les bâtiments en construction ou en transformation, destinés à l’enseignement. Il présida aussi un banquet au palais de justice, salle des pas perdus, banquet au cours duquel il me remit la rosette d’officier de l’Instruction publique.

112En 1910, le 3 juillet, M. Viviani, ministre du Travail et de la Prévoyance sociale, voulut bien rehausser de sa présence la cérémonie d’inauguration de notre maison de la Mutualité et la fête du bicentenaire du tribunal de commerce de Rennes. Il présida deux très beaux banquets.

  • 65 Charles Chaumet (1866-1932), journaliste, est élu député de la Gironde en 1902, réélu en 1910 et 19 (...)

113En 1911, le 31 juillet, M. Chaumet65, ministre des Postes et des Télégraphes vint à Rennes pour constater les effets de l’incendie du 29 juillet dans l’aile et le pavillon ouest du palais du Commerce, où sont installés les services des PTT. M. Chaumet remit plusieurs médailles de sauvetage à des sapeurs-pompiers, et me félicita en inscrivant à notre livre d’or, au moment d’y apposer sa signature, la mention suivante : « En exprimant à Monsieur le maire de Rennes ma gratitude pour le concours si dévoué donné à l’administration des Postes ».

  • 66 Théodore Steeg (1868-1950), professeur de philosophie, fils d’un proche de Jules Ferry, fut député (...)

114En octobre 1911, MM. Steeg66 et Chaumet, l’un ministre de l’Instruction publique et l’autre des Postes, vinrent à Rennes présider une grande réunion universitaire, la fête commémorative de l’Union de la Bretagne à la France, et inaugurer le groupe du statuaire Jean Boucher, placé dans la niche de l’hôtel de ville. Ils ont également inauguré les nouveaux palais universitaires, faculté de droit, faculté des sciences, faculté des lettres, bibliothèques universitaire et municipale, école de médecine et de pharmacie, les écoles régionales des Beaux-Arts et d’architecture et les musées des arts, d’histoire naturelle et d’archéologie. Ces fêtes furent terminées par un banquet de quinze cents couverts (au pavillon des Lices) réunissant de nombreux délégués des universités françaises et étrangères, de très hautes personnalités, des parlementaires et plus de quatre cents maires de Bretagne.

  • 67 Léon Bérard (1876-1960) fut, après son passage aux Beaux-Arts ici rappelé, ministre de l’Instructio (...)

115En mai 1913, M. Léon Bérard67, sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, vint à Rennes visiter les musées, les bibliothèques, les écoles des Beaux-Arts, d’architecture, et le conservatoire de musique. Il félicita l’administration municipale et tous ceux qui ont contribué à réaliser des aménagements aussi remarquables.

116En juin 1913, M. Eugène Étienne, ministre de la Guerre, venu à l’occasion du 20e Concours national et international de tir, inaugura le Cercle Paul Bert et la couverture en ciment armé de la Vilaine, entre les ponts de Nemours et de Berlin, et assista au bal de bienfaisance donné en son honneur sur cet ouvrage d’art.

  • 68 Louis-Lucien Klotz (1868-1930), avocat et journaliste républicain, élu de la Somme à la Chambre de (...)

117En septembre 1913, M. Maringer, conseiller d’État, directeur de l’administration départementale et communale au ministère de l’Intérieur, commandeur de la Légion d’honneur, me faisant le grand plaisir d’être mon parrain à l’occasion de ma promotion au grade d’officier de la Légion d’honneur, vint à Rennes, délégué officiellement par M. Klotz68, ministre de l’Intérieur, me remettre au nom du gouvernement, l’insigne de cette distinction. Il présida au pavillon des Lices, un banquet de douze cents couverts.

  • 69 Raymond Poincaré (1860-1934), avocat au barreau de Paris, député (1887-1903), sénateur (1903-1913), (...)
  • 70 Jean-Baptiste Noulens (1864-1944), avocat, maître des requêtes au Conseil d’État, député du Gers (1 (...)
  • 71 Paul Jacquier (1879-1961), avocat, est député radical-socialiste de la Savoie en 1909, réélu en 191 (...)

118En 1914, les 31 mai et 1er juin, M. Raymond Poincaré69, président de la République, accompagné de M. Noulens70, ministre de la Guerre, et de M. Jacquier71, sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, fit l’honneur d’une visite à la ville de Rennes, à l’occasion de la 40e Fête fédérale de l’Union des sociétés de gymnastique de France et de l’inauguration :

  1. De l’hôtel de ville, achevé et aménagé ;

  2. De la crèche municipale de la rue Saint-Hélier ;

  3. Du groupe scolaire du boulevard de la Liberté ;

  4. Du théâtre, entièrement transformé, restauré et orné d’un plafond représentant des danses bretonnes, œuvre du peintre Jean-Julien Lemordant, ancien élève de l’école des Beaux-Arts à Rennes.

119Un banquet officiel de quatre cent quarante-cinq couverts eut lieu, salle des pas perdus, au palais de justice, sous la présidence de M. R. Poincaré, le dimanche 31 mai à 20 heures. Le lundi 1er juin, eut lieu au pavillon des Lices à 11 heures, un autre banquet de deux mille huit cents couverts également sous la présidence du chef de l’État.

120Ces hautes et cordiales relations ont facilité la marche des affaires municipales et valu à la ville de très larges subventions pour les travaux de l’hospice de Pontchaillou (275 000 F) ; pour le groupe de Jean Boucher (20 000 F) ; pour les bains douches (25 000 F), pour la crèche municipale (55 000 F) ; pour la première partie de notre réseau d’égouts (400 000 F) ; soit au total 775 000 francs. Si, à ces 775 000 francs de subventions de l’État, l’on ajoute les 2 689 644 F d’économies réalisées au total sur nos budgets, de mai 1908 à fin 1915, et les 7 531 000 francs obtenus par voie d’emprunts, l’on arrive à une somme de 10 995 644 F pour l’exécution de travaux tous achevés ou en voie d’achèvement et d’une utilité incontestable.

121Ces mêmes relations ont fait bénéficier la ville de l’attribution de propriétés dont les terrains en cas de vente, représentent plus d’1 million de francs de valeur marchande. En outre, puisque nous parlons de finances, je dois dire qu’aucun travail n’a été entrepris sans que, au préalable, les fonds n’eussent été réalisés. Ainsi, pour l’exécution de tous les travaux votés à ce jour, et notamment pour achever d’importantes entreprises comme le palais du Commerce, les égouts, le réservoir du Gallet, la halle centrale, l’école primaire supérieure de filles, etc., il ne sera nécessaire de recourir à aucune imposition nouvelle, puisque tous les fonds utilisés sont en caisse ou à notre disposition, soit 4 millions [...].

— Quelques mots relatifs à l’entrée en guerre - Mesures prises pour le fonctionnement des services municipaux et d’un Comité central des secours de guerre

122[... ] Voilà, mes chers enfants, un exposé de quelques souvenirs de ma vie que je suis heureux d’avoir rédigés à votre intention. Une assez grave indisposition, contractée dans mon service militaire à la gare, m’a retenu quelques semaines à la chambre, j’en ai profité pour vous consacrer ce travail. Vous le consulterez de temps en temps et il est possible que vous y trouviez des enseignements pour votre propre vie. Je vous écris cela dans un moment où notre Patrie, notre belle et généreuse France, traverse une crise difficile, mais d’où elle sortira victorieuse parce qu’elle lutte pour le droit et pour le progrès de l’humanité. J’ai vu la fin de la guerre malheureuse de 1870-1871 et je me souviens même d’avoir, au pays natal pendant quelques kilomètres, aidé des soldats, fatigués, à porter leur fusil. La guerre actuelle est infiniment plus terrible, mais si nous la faisons, vous le savez, c’est parce que nous y avons été contraints. J’espère que vous n’aurez plus à revoir semblable calamité, la France et ses alliés étant bien décidés à ne signer une paix qu’autant qu’elle nous assurera une ère de sécurité, de prospérité, de bonheur.

123Je vais reprendre mon service militaire à la gare de Rennes sans oublier mes obligations municipales. À la gare, la tâche est lourde, par le service permanent de jour et de nuit qu’il faut y assurer, mais elle est triste aussi, par l’arrivée de milliers de blessés, plus ou moins mutilés, qui viennent du front se faire soigner, guérir, et retourner au danger, à l’honneur. Nous avons eu le plaisir, mes collaborateurs et moi, de recevoir les plus chaleureuses félicitations des généraux Marion, Bailloud et Vautier, qui ont successivement commandé la 10e région, pour le fonctionnement de notre commission de gare et pour toutes les mesures prises ou organisations assurées. Aux félicitations du général Marion, le général Bailloud ajouta même que, pour la gare de Toulouse, d’où il venait, on ferait bien de prendre exemple sur l’organisation militaire de la gare de Rennes et le général Vautier, dans sa réception des chefs de corps et de services, du 23 mars (1915), me fit le plaisir de me dire devant tous : « Commandant Janvier, vous êtes un exemple d’activité en accomplissant, comme vous le faites, vos doubles fonctions de maire et de commissaire militaire de gare ».

124À la mairie, la tâche est également lourde, malgré le concours le plus actif et le plus dévoué des chefs de service, des chefs de bureaux et des rares employés non mobilisés. Vous vous souvenez, mes chers enfants, qu’aussitôt la mobilisation publiée, je dus, par mes fonctions de chef de bataillon, commissaire militaire de la gare de Rennes, me rendre à mon poste, sans délai. Avant d’aller à la gare, le 1er août, j’avais réuni à la mairie tous les chefs de bureaux, pour faire une répartition aussi pratique que possible, entre les divers services, des employés non mobilisables. En même temps, je fis ouvrir un crédit de 50 000 francs, pour secours de guerre, et donnai des instructions en vue de la création immédiate d’un Comité de secours qui s’installerait à l’hôtel de ville. J’ordonnai à des employés spécialement compétents de préparer d’urgence la paperasserie pour la comptabilité, afin d’établir les enquêtes en vue des secours alimentaires ou des allocations à attribuer. Mon collègue Leroux, adjoint, non mobilisable, voulut bien assumer la charge de la présidence du Comité de secours (voir les communications et propositions du maire, séance du conseil municipal du 28 août 1914). Messieurs les adjoints, les conseillers municipaux et nos chefs de service firent preuve du plus grand soin et du plus grand dévouement, chacun selon ses aptitudes et ses attributions. Je suis heureux de leur en témoigner ici toute ma reconnaissance.

125De mon côté, j’ai tenu à continuer de prendre toutes les responsabilités de ma fonction. C’est pourquoi, après avoir consacré quelques heures, à la gare, à mes obligations militaires, je vais chaque jour deux fois, matin et soir, à la mairie, suivre les détails de l’administration municipale et ceux résultant de la mobilisation, tels que réquisitions, ravitaillement, logement des officiers de complément, mise en état des bâtiments municipaux à utiliser pour cantonnements ou hôpitaux.

126J’avais aussi à envisager la question des chantiers à continuer et à ouvrir, afin d’éviter les chômages forcés, cause certaine d’accroissement de misère. Des ordres furent donnés aux services de l’architecture et de la voirie, et, outre les chantiers ouverts, dont le travail a partout continué dans la mesure du possible, nous avons décidé, mes collègues et moi, de passer des marchés pour la construction des trottoirs, caniveaux et chaussées de l’avenue du Mail-Donges et du Gué de Baud et pour la réalisation de nouveaux lots d’égouts, soit pour 450 000 francs de travaux auxquels pourront être occupés pendant de longs mois, des travailleurs dont un grand nombre n’ont pas besoin d’aptitudes spéciales. Nous passerons de nouveaux actes pour d’autres travaux du même genre, avant que ceux indiqués ci-dessus et déjà en chantier, ne soient terminés, tout cela de façon à ce qu’il n’y ait pas d’arrêt. Nous avons aussi décidé de continuer l’asphaltage des trottoirs, cette amélioration étant très appréciée de la population ; nous employons d’ailleurs ainsi quelques ouvriers de plus.

127La direction et l’administration des affaires municipales ont donc été assurées, à peu près, comme en temps normal grâce à la bonne volonté de tous, constatée chaque jour aux réunions que j’ai avec nos chefs de service pour étudier les affaires en cours et prendre les décisions qu’elles comportent. M. Le Rondel, secrétaire général de la mairie étant mobilisé comme capitaine d’artillerie, je prépare, avec le brave ami Fablet, chef du 1er bureau et du secrétariat, les dossiers destinés aux séances du conseil municipal et, avec lui, je veille à l’expédition des affaires administratives. Enfin, au conseil municipal, nous étions tous animés du désir de témoigner notre sympathie au personnel de l’administration. Aussi après avoir assuré mes collègues que notre situation financière le permettait, nous décidâmes à l’unanimité de verser aux familles des employés et ouvriers municipaux mobilisés, l’intégralité de leurs salaires et appointements, soit plus de 30 000 francs par mois, c’est-à-dire environ 400 000 francs par an.

128Toujours en vue d’éviter, autant que possible, que les familles des mobilisés et la partie nécessiteuse de notre population ne connussent trop la misère du fait des hostilités, nous décidâmes de mettre les sommes nécessaires à la disposition du Comité central de secours. Celui-ci préleva pour ses débuts 28 000 francs sur le crédit de 50 000 francs que nous avons ouvert dès le premier jour de la mobilisation, le 2 août 1914. De très importantes souscriptions lui étant parvenues de la charité publique, le comité a pu fonctionner pendant six ou sept mois avec ses seules ressources, mais les souscriptions étant de moins en moins élevées, nous avions mis le comité à même de continuer son œuvre, jusqu’à la fin des hostilités et de la période de tension qui suivra, en votant, dans notre séance du 24 février 1915, le report de la somme de 22 000 francs, reliquat du premier crédit ouvert, pour être employé en 1915, plus une nouvelle somme de 50 000 francs, ce qui porte à 100 000 francs la souscription municipale à utiliser comme supplément des souscriptions particulières.

  • 72 Oscar Leroux (1878-1948), enseignant à l’École nationale d’agriculture de Rennes, fut conseiller mu (...)
  • 73 Léon Berthaut (1864-1946), journaliste et homme de lettres, fut conseiller municipal de 1919 à 1925 (...)

129Ainsi, sur le premier crédit de 50 000 francs, ouvert le 2 août 1914, il fut prélevé 28 000 francs, au début des hostilités, pour le fonctionnement du Comité de secours ; celui-ci eut également, dès les premiers jours de la guerre, d’autres secours importants à sa disposition, par suite des appels à la population. Ces appels, en effet, furent suivis des plus beaux actes de solidarité dus aux diverses organisations ouvrières avec lesquelles j’ai toujours eu des relations cordiales, aux groupements de fonctionnaires, aux employés et ouvriers, à tous les souscripteurs, riches ou pauvres, dont la charité fut vraiment admirable et qui, en contribuant à atténuer dans notre ville les misères des pauvres, ont fait œuvre de bons citoyens. Malgré les souscriptions de tous ces généreux donateurs, l’effort financier de la ville sera élevé en 1915 ; c’est pourquoi, nous avons pris toutes mesures utiles pour y faire face. Nous avons donc la satisfaction de voir à la mairie un Comité central de secours de guerre, qu’a bien voulu présider un de mes adjoints M. O. Leroux72, avec MM. Léon Berthaut73 et Perraut, comme collaborateurs immédiats, le premier comme secrétaire général et le second comme trésorier. Ce comité rend les plus grands services : avec le produit des souscriptions, les allocations diverses, communales, départementales et les fonds d’État, il assure aux familles des mobilisés, aux indigents, aux émigrés belges et français, la sécurité matérielle, en attendant qu’une paix durable vienne rétablir la marche normale des affaires et apporter un peu de joie dans les familles.

— Mesures prises pour la publication des Souvenirs

Adresse à mes chers enfants

Je termine, après avoir donné beaucoup plus de développement aux divers chapitres que je ne l’avais prévu tout d’abord. C’est que à la réflexion, je me suis aperçu qu’un acte administratif ou autre, qui serait simplement cité, ne satisferait pas à mon intention première, savoir de vous mettre aux mains un exposé, portant sur cinquante ans de ma vie, des différentes étapes qu’il m’a fallu franchir avant d’être élu maire de Rennes et de la tâche qu’avec mes dévoués collègues du conseil municipal, j’ai eu à remplir pour faire bénéficier notre ville d’améliorations et de créations qui s’imposaient depuis très longtemps.
Ma chère fille, mariée depuis peu à un jeune homme de ton choix, dont la douceur correspond à ton amabilité même, tu vivais heureuse avec lui quand la terrible guerre vint troubler votre joie, comme tant d’autres malheureusement. Il te fallut quitter ta maison et tes habitudes. Ton cher mari et toi vous revîntes à Rennes, cinq jours après la déclaration de guerre. Nous l’accompagnions alors au train qui devait le conduire sur le front pour y exercer sa profession de docteur en médecine, comme médecin major de réserve attaché au 10e corps d’armée. La séparation ne pouvait être autrement que pénible, une correspondance quotidienne a lieu depuis ce moment entre toi et lui ; tu y trouvas de la consolation, et tu en trouves aussi au lycée de garçons, transformé en hôpital militaire où, chaque jour, tu vas collaborer aux soins à donner à nos chers blessés, comme infirmière diplômée de l’Union des femmes de France. Je te félicite de tout cela, ma chère fille, et je félicite ton mari, le brave Gaston Cannet, de la belle humeur qu’il a conservée depuis le premier jour de la mobilisation ; il me semble que je vous aime encore davantage tous les deux. Votre mutuel dévouement à la Patrie, dans la rude épreuve qu’elle traverse, vous assurera, j’en suis convaincu, de plus grandes sympathies que celles, pourtant nombreuses, que vous aviez acquises déjà. Vous y trouvez un nouvel encouragement et plus de bonheur dans votre avenir.
Et toi, mon cher fils, avec tes vingt ans, après avoir suivi assidûment les cours de préparation militaire à l’excellente Société d’instruction populaire de Rennes, tu fus incorporé au commencement de septembre, au 50 régiment d’artillerie ; tu y as suivi le peloton spécial des élèves-officiers de réserve et tu as reçu les galons de brigadier au début de novembre ; deux mois après, en janvier, tu étais nommé maréchal des logis ; enfin, le 1er mars, nous avions la grande satisfaction de te voir promu au grade d’aspirant. Ce résultat rapide constitue une des joies de ma vie et assure ma tranquillité pour ton avenir, car, mon cher Édouard, tu te rends compte que l’on n’obtient de bons résultats que par la persévérance, le travail, et l’accomplissement du devoir dans la probité et l’honneur. Quelques jours après ta nomination au grade d’aspirant, tu rejoignais ton nouveau corps d’affectation, le 43e régiment d’artillerie, à Caen et, presqu’aussitôt, avec d’autres camarades de ton âge, tu viens d’être envoyé là-bas, au front, rejoindre la partie combattante de ton régiment ; tu t’y conduiras en digne fils, avec la ténacité d’un Breton et la foi qui assure la victoire.
Cabinet du maire
Rennes, le 15 avril 1915

Requête à M. Léon Berthaut, homme de lettres à Rennes

  • 74 Ces photographies n’ont pas été jointes au manuscrit déposé aux Archives municipales de Rennes.

Mon bien cher cousin et ami,
Vous savez qu’une indisposition, occasionnée par une forte grippe et un peu de bronchite, vient de me retenir à la chambre cinq ou six semaines et que le grand malaise passé, j’ai profité du séjour que les médecins m’imposaient à la chambre pour rédiger Quelques Souvenirs que je tenais à dédier à mes deux enfants.
J’en aurai à ajouter plus tard, mais comme je suis assez souvent exposé aux accidents soit dans mon service de gare, soit dans mes voyages, notamment ceux faits en automobile, soit encore au front si je venais à y être envoyé, je vous confie le manuscrit, établi jusqu’au 15 avril 1915, en vous demandant de bien vouloir vous charger de le faire imprimer dans son état actuel si un accident me survenait. Vous voudrez bien faire intercaler les six photographies74, jointes au document, en hors texte, entre les pages annotées en marge. Vous auriez donc l’obligeance de faire tirer le manuscrit, avec les six photographies, pour mes collègues du conseil municipal, pour les chefs et sous-chefs des services et des bureaux municipaux, dont la liste est ci-jointe, qui tous m’ont encouragé et aidé dans la tâche que je m’étais imposée en acceptant d’être maire de Rennes. En outre, vous verrez sur cette liste des noms d’amis du premier degré, sans distinction de situation sociale, lesquels, j’en suis convaincu, seront également heureux d’avoir un souvenir de moi.
Je m’en rapporte à vous pour compléter la dite liste, car j’ai sûrement dû oublier quelques noms et c’est pourquoi je crois que, le cas échéant, vous devrez faire faire un tirage d’au moins deux cent cinquante exemplaires. Vous informerez ma famille de mon désir ; elle vous versera la somme que ce travail – qui doit être bien fait – pourra coûter.
Vous m’avez déjà donné plusieurs preuves d’amitié, mon cher cousin et ami ; je n’hésite donc pas à vous demander sans hésitation ce grand service sachant que vous me le rendrez avec le dévouement que vous mettez dans tout ce que vous acceptez de faire.
Cabinet du maire
Rennes, le 20 avril 1915

Notes

1 Véritable serpent de mer de la politique architecturale et urbaine de Rennes, le palais du Commerce – par sa position centrale à proximité des quais, amorçant l’aménagement du sud de la ville – constitue un ambitieux symbole de développement et un décor très théâtral. Il fut peut-être bien grand pour les moyens de la cité, puisqu’il usa plusieurs maires et deux architectes, mais il reste le plus précieux témoin monumental du 19e siècle. Décidé en 1880 par le maire Edgar Le Bastard, le bâtiment est élevé le long de la Vilaine, à l’emplacement de la cale du Pré-Botté. Des trois corps de bâtiments (un corps central flanqué de deux ailes, animées d’un ordre colossal), seule l’aile ouest fut construite de 1886 à 1891 sur les plans de Jean-Baptiste Martenot. En 1896, Emmanuel Le Ray reprend le projet mais doit attendre la conclusion des négociations menées par Janvier en 1910 pour mettre en œuvre un nouveau programme. Commencés en 1911, compliqués par l’incendie de l’aile ouest la même année, les travaux de construction (de l’aile est et du pavillon central redessiné dans le goût du 18e siècle par Le Ray) ne s’achevèrent qu’en 1929-1930.

2 Emmanuel Le Ray (1859-1936), premier diplômé de l’école des Beaux-Arts de Paris à venir s’installer à Rennes, était depuis six ans l’architecte d’une ville gouvernée par une municipalité d’union républicaine lorsqu’en 1900 la droite revient au pouvoir. Cantonné à l’exécution de deux grands projets de son prédécesseur, Martenot – l’église Saint-Aubin-Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle et le palais du Commerce – il doit travailler pour la clientèle privée jusqu’à l’élection de Jean Janvier en 1908. Il construit alors plusieurs hôtels (Charles Oberthür, 1904) et diverses maisons particulières (Lenormand, Maruelle, 1900). Mais, quoiqu’intéressants, ces bâtiments ne correspondent qu’à une étape intermédiaire : véritable partenaire de Janvier, Le Ray devient un spécialiste remarquable de l’architecture publique. Son nom revient par conséquent sans cesse dans la chronique des constructions envisagées par le maire dont il est le seul maître d’œuvre.

3 La Vilaine fut recouverte en 1913 entre le pont de Nemours et le pont de Berlin et, l’année suivante, Poincaré vint inaugurer le jardin public créé sur cet emplacement. Voir p. 91 et 99.

4 Il s’agit ici du palais du Trocadéro, édifié à Paris sur les hauteurs de Passy par Davioud et Bourdais, pour l’exposition de 1878. Pourvu ensuite d’un musée d’Ethnographie et de Sculpture comparée, il était surtout célèbre dans la France entière pour son immense salle de concerts (il a été remplacé en 1937 par l’actuel palais de Chaillot).

5 Le premier traité entre la municipalité et la Société anonyme pour l’éclairage au gaz de la ville de Rennes avait été signé en 1838, puis prolongé en 1856 jusqu’en 1874. Une renégociation en 1869 avait permis de réduire le prix du gaz moyennant une concession de 50 ans. Le contrat remis en cause par Janvier datait de 1880. Contre une nouvelle prolongation de la concession jusqu’au 1er janvier 1950, la Compagnie avait accepté de diminuer ses tarifs d’un quart.

6 L’usine à gaz fait partie des grands projets d’équipement urbains du 19e siècle. Alors que la ville utilise le gaz dès 1840, l’extension rapide de la consommation nécessite la construction d’une centrale de production appropriée. Celle-ci a lieu en 1884, boulevard Voltaire, en bordure de la Vilaine (pour recevoir le charbon anglais). Des quatre halles qui abritaient alors les cornues, il reste aujourd’hui trois exemples d’une admirable architecture à façades-pignons précédées de discrets avant-corps et couvertes de lanterneaux.

7 Le général Jean Brun (1849-1911), du corps d’artillerie, était alors en fin de carrière ; il fut d’abord en effet professeur à l’école de guerre (1886), puis chef d’état-major général des armées (1904-1909), avant d’être nommé ministre de la Guerre dans le cabinet d’Aristide Briand, quelques mois avant sa mort.

8 Il s’agit de la ville de Dinan.

9 Sur ce vaste quadrilatère aujourd’hui coincé entre les boulevards Jacques Cartier et Georges Clemenceau, au sud de la gare, dans un quartier pas encore urbanisé où Jean-Marie Laloy vient de construire la maison d arrêt (1896), on installera effectivement la caserne Margueritte.

10 Le polygone était un vaste terrain équipé qui dépendait de l’école d’artillerie et permettait aux soldats de s’exercer aux différentes manœuvres. Il était situé au-delà de la Courrouze, entre la route de Redon et la Prévalaye.

11 Le droit d’octroi était une taxe frappant certaines denrées de consommation locale, à l’entrée des villes dont il représentait l’une des sources de revenu principales. Les taxes étaient rangées en six classes : boissons, comestibles, combustibles, fourrages, matériaux, objets divers. Les affaires concernant l’octroi relevaient, selon le cas, de niveaux d’autorité différents : le maire, le préfet, le conseil général, la présidence de la République et même la loi (nécessaire pour les taxes sur les alcools). Le Conseil d’État pouvait être amené à se prononcer sur certaines décisions communales (comme, ici, les limites du territoire auquel la perception s’étend). L’octroi n’a disparu qu’en 1949.

12 Il s’agit de l’attribution des locaux de l’institution Saint-Vincent, aussi appelée pensionnat de la Barre-Saint-Just, construite au milieu du 19e siècle par l’architecte Charles Langlois, sur une commande de l’évêque de Rennes, monseigneur Brossais-Saint-Marc. Confisqué par l’État en 1906, le bâtiment continuait d’être occupé par la société de l’enseignement libre au titre d’un bail lui en attribuant la jouissance. Après son évacuation en août 1912, Emmanuel Le Ray modifie lourdement ce palais néo-italien (rénovations et agrandissements), devenu depuis le lycée Jean Macé. La guerre interrompt les travaux. Un incendie ravage une partie des lieux en 1919. L’école n’est finalement disponible qu’au début de 1920.

13 Le complexe sportif de la Motte-Brulon existe toujours, à l’angle du boulevard d’Armorique et de l’avenue Patton, en bordure de l’Ille.

14 Ce groupe est probablement la réalisation scolaire la plus remarquable de Janvier et de son architecte, Le Ray. Il occupe l’emplacement des bâtiments antérieurs détruits, augmenté des jardins de l’ancien presbytère de Toussaints. Ambitieux, le projet comprenait seize classes (sept pour les filles et neuf pour les garçons), dans un dessin très ornemental, grâce à la qualité des matériaux sur façade (brique rouge et blonde, tuffeau, granit).

15 Le couvent des Carmes, construit à partir du milieu du 15e siècle, a été en partie détruit par le percement de la rue du même nom (1798), donnant sur la rue Vasselot. Outre la chapelle (datant de 1480) éventrée à cette occasion, il comportait un réfectoire, des dortoirs, un petit et un grand cloître. Ces locaux furent réutilisés tant bien que mal, dans la seconde moitié du 19e siècle, pour y installer la vieille école des filles.

16 Cette petite école était située à proximité de la Halle aux Toiles construite par les architectes J.-M. Gohier et M. Crucy entre 1819 et 1825, pour le commerce en gros des toiles à voiles destinées aux vaisseaux de la Marine. La construction du palais du Commerce a ensuite totalement bouleversé ce quartier.

17 Institution d’éducation laïque et sportive, fondée en hommage à Paul Bert (1833-1886), physiologiste élève de Claude Bernard, ministre de l’Instruction publique dans le cabinet Gambetta (1881-1882), où il apporta une importante contribution à la réforme de l’enseignement, et mort prématurément au Tonkin dont il venait d’être nommé gouverneur général.

18 Eugène Étienne (1844-1921), député républicain « gambettiste » d’Oran en 1881, fut réélu jusqu’en 1920. Il soutint constamment la politique d’expansion outre-mer et fut le chef le plus convaincu du « parti colonial ». Il fut sous-secrétaire d’État au ministère de la Marine et des Colonies (1887, 1889-1892). Ministre de l’Intérieur (1905), puis de la Guerre (1905-1906) dans le cabinet Rouvier, il redevint ministre de la Guerre en 1913 (cabinets Briand et Barthou). Élu sénateur en 1920, il était membre du Conseil supérieur des colonies. Il avait le profil idéal – sans compter son poids politique d’alors – pour venir inaugurer une œuvre à but laïque et patriotique.

19 Cette nouvelle école avait pour but de répondre à l’encombrement des classes dans les quartiers périphériques où s’entassait le monde ouvrier. Elle fut ouverte à la rentrée de septembre 1913.

20 On sait que ce lycée a été construit par l’architecte Martenot avenue de la gare (devenue avenue Janvier), en remplacement d’un ancien collège de Jésuites. L’importance du programme, la durée des travaux (1859-1889) et la virtuosité d’une grande composition éclectique en firent une œuvre marquante, unanimement appréciée.

21 L’immeuble destiné à contenir toutes les facultés (de lettres créée en août 1838 et de sciences en septembre 1840) et le musée (qui en resta plus tard seul locataire, après le départ des premières), fut édifié par l’architecte Vincent Boullé, (actuel) quai Émile Zola, sur le modèle d’un vaste palais toscan à quatre corps de bâtiments autour d’une cour carrée couverte Il date de 1847-1852.

22 La faculté des sciences a été édifiée par Martenot sur la place Pasteur en 1888, dans le style d’un vaste palais néo-grec suffisamment étendu pour faire place au développement des expérimentations dans l’enseignement supérieur. Elle est également un héritage de l’administration Le Bastard.

23 Abritant aujourd’hui les services techniques municipaux et ceux de la communauté d’agglomération, cette école est inaugurée en octobre 1911. Elle a été commencée en 1895 par Le Ray qui l’a dotée d’une extension à partir de 1905. Ce premier bâtiment public de l’architecte est un tour de force : budget faible, construction en plusieurs phases, larges salles de plain-pied bien aérées, belles façades jouant sur la polychromie des matériaux.

24 Il s’agit de l’immeuble du 14, rue Saint-Yves.

25 Le théâtre de Rennes fut construit par l’architecte de la ville Charles Millardet (1831-1836), sur le modèle (parisien) de l’association d’une galerie commerçante et d’une salle de spectacle. Celle-ci, sortant en rotonde sur la place de l’hôtel de ville, empruntait à diverses influences (antique, italienne) et aux autres salles françaises récentes (par exemple, le théâtre des Nouveautés à Paris ou celui de Lyon). Incendiée, la salle doit être reconstruite de fond en comble entre 1856 et 1858. Les aménagements décidés par Janvier sont donc les troisièmes depuis la naissance d’une salle de spectacle moderne à Rennes.

26 Le principal des aménagements introduits, sous la direction de Le Ray, à l’époque de Janvier, reste le plafond de Jean-Julien Lemordant, commandé en 1912 et inauguré en grande pompe en juin 1914. Il rompt en effet avec la tradition iconographique théâtrale en choisissant de représenter « une farandole bretonne » (l’expression est de Janvier lui-même) qui se veut l’affirmation d’une Bretagne rayonnante et moderne, sous la forme d’une longue chaîne de danseurs et danseuses, très colorés, se perdant dans l’infini du ciel.

27 Sans doute de l’hôtel de ville ( ?).

28 René Viviani (1863-1925), journaliste à L’Humanité, est député socialiste (1893-1902 et 1906-1922) et fondateur du parti républicain socialiste. Ministre du Travail (1906-1910), de l’Instruction publique (1913-1914), il est appelé à la présidence du Conseil en juin 1914 et doit décréter la mobilisation générale, avant de former un cabinet d’Union sacrée. Il est remplacé en octobre 1915 par Aristide Briand et prend le portefeuille de la Justice (1915-sept. 1917). Il est élu sénateur après la guerre.

29 Le dispensaire a été reconstruit rue Thiers, en même temps que les bains douches (voir note 32), au programme desquels il a été incorporé.

30 Cet équipement avait pour but de lutter contre la transmission des maladies contagieuses (notamment la tuberculose, très forte à Rennes au début du siècle). Il fut construit au dos de l’hôtel-Dieu (entre les rues de la Cochardière et Saint-Martin), grâce à la signature d’une convention avec la commission administrative des hospices (18 juin 1909).

31 Julien Ballé (1864-1942), architecte DPLG (diplômé par le gouvernement) sorti de l’école des Beaux-Arts, était responsable des hospices et de la Maison centrale de Rennes, depuis 1894 À côté de quelques commandes privées, il eut, à ce titre, la charge de construire le nouvel hôpital général de Ponchaillou (1899-1908).

32 Le congrès international contre la tuberculose ayant déclaré, en 1907, que les bains douches constituaient l’un des meilleurs remèdes contre la maladie, la municipalité Janvier décide l’ouverture d’un établissement de ce type en 1908, sur un terrain occupé par un immeuble vétuste où était (mal) installé le service d’assistance médicale gratuite, à l’usage d’un quartier populeux près de l’arsenal. Emmanuel Le Ray présente en 1909 un projet comportant quatorze cabines, dans une architecture sobre. Le succès est immédiat (plus de onze mille entrées en 1912). Les bains douches de la rue Thiers ont été détruits lors de l’aménagement du quartier du Colombier.

33 Pour lutter contre la mortalité infantile, la municipalité Janvier a décidé d’établir une crèche par quartier populaire plutôt que de tout miser sur un établissement central, qui aurait été peu accessible aux mères de famille salariées. Quatre crèches sont ainsi construites par Le Ray, dont celles de la rue Saint-Hélier en 1914, rue Alain Bouchart en 1927 et rue Papu en 1934. L’architecte y surveille particulièrement la qualité des matériaux et du mobilier (lavabos tables métalliques, etc.)

34 La brosserie Oberthür, fondée par Louis, fils de Charles Oberthür, l’entomologiste, était située à l’angle de la route de Châteaugiron et de l’avenue du cimetière de l’est.

35 La filature Porteu se trouvait au 30, rue Saint-Hélier.

36 L’imprimerie Simon était à cette époque au 38, boulevard Laënnec.

37 La Biscuiterie rennaise Roulleaux et Binard était installée au 57, rue Duhamel.

38 La brasserie Graff et Richter était établie dans le faubourg Saint-Hélier.

39 L’approvisionnement en eau fut un souci constant à Rennes dont le sous-sol en est totalement dépourvu. En 1865, Martenot proposa de détourner les eaux de la Minette et de la Loisance, deux affluents du Couesnon. Ce projet, longtemps débattu et resté en suspens, fut réalisé par la municipalité Le Bastard en 1882. Captée à plus de 50 km de Rennes, au nord et au nord-est de Fougères, l’eau était convoyée par un aqueduc jusqu’à un réservoir, complété d’un second en 1889, pour atteindre la capacité de stockage précisée par Janvier (35 000 m3). De ces réservoirs partaient deux conduites : l’une fournissait la partie basse et la partie moyenne de la ville, l’autre alimentait le jardin des plantes et le quartier du Thabor, plus élevé. L’approvisionnement quotidien atteignait environ 12 000 mètres cubes. Pour accroître cette capacité, la ville acquit un vaste terrain en 1908 sur le plateau du Gallet (au bout de la rue de Fougères, à hauteur du parc des Gayeulles) et, de 1913 à 1918, construisit un troisième réservoir (couvrant une surface d’un demi-hectare et contenant 27 000 m3).

40 Comme dans toutes les grandes villes, l’évacuation des déchets urbains fut freinée à Rennes par de puissants groupes d’intérêt mobilisant les propriétaires d’immeubles qui refusent le branchement payant sur les nouvelles installations. C’est pourquoi l’assainissement du sous-sol est entrepris de 1881 à 1890 seulement. En 1908, la situation reste catastrophique dans les quartiers populaires de la périphérie, rendant nécessaire la campagne de travaux projetés par la municipalité Janvier.

41 Le Pot d’Étain était un lieu-dit qui devait son nom à une ancienne auberge située sur le côté ouest de la rue de Châtillon, à hauteur de l’actuelle rue Gabriel-Fauré.

42 Chospice de Ponchaillou est quasiment achevé lorsque Janvier entre en fonction. Il est formé d’un ensemble de pavillons parallèles, orientés est-ouest, pour profiter de l’ensoleillement, et conçus sur un plan allongé. Les toitures à dôme central facilitent la circulation de l’air. L’ensemble est ordonnancé selon les règles d’un hygiénisme strictement fonctionnel.

43 L’hôtel-Dieu (alors appelé hôpital Napoléon III), bâti par l’architecte Aristide Toumeux, fut inauguré en 1858, en remplacement de l’ancien hospice Saint-Yves, afin d’accueillir les malades et infirmes de trois hospices antérieurs : celui des Catherinettes (près du Thabor) où séjournaient les femmes, celui dit des incurables (rue de la Santé) et celui de Saint-Melaine (place Notre-Dame) où logeaient les hommes qui continua en fait d’être utilisé après cette date.

44 Les halles des Lices ont été construites par Martenot, entre 1867 et 1869, sur le modèle de celles de Baltard.

45 Du nom du propriétaire d’une maison du Mail-Donges à la fin du 17e siècle.

46 Le rapport d’Eugène Malapert donna naissance en 1912 au nouveau statut des employés municipaux. Pour ce rapport, Malapert avait reçu un à un tous les employés, depuis le secrétaire général, jusqu’aux balayeuses. Le résultat fut un statut très détaillé, très précis qui tenait compte des dernières avancées sociales (Arch. mun. de Rennes, C 2/18).

47 Aux termes de la loi du 9 décembre 1905, les biens d’Église non dévolus à une association cultuelle pouvaient être confisqués par l’État et mis en vente par adjudication. En outre, les édifices servant à l’exercice public du culte ou au logement de ses ministres devenaient propriété de l’État, des départements et des communes.

48 L’hôpital militaire Ambroise Paré occupait les anciens bâtiments du grand séminaire, bâti entre 1724 et la seconde moitié du 18e siècle. Il se composait d’un vaste pavillon central flanqué de deux corps de bâtiments et de deux ailes saillantes. Les circonstances ont fait qu’il est finalement resté à la même place.

49 Ce projet correspond à la volonté de déplacer quelque peu le centre de gravité de la ville vers le sud autrefois insalubre. Le projet d’Emmanuel Le Ray est approuvé en novembre 1912, mais interrompu par la guerre. Un achat d’immeubles en 1916 permet de dégager une place devant la future halle dont les travaux reprennent en 1921 pour s’achever en mai 1923. Ce grand quadrilatère, traité de façon éminemment fonctionnelle, est en même temps une œuvre très esthétique. Le décor en grès flammé est rehaussé par la polychromie des matériaux (une spécialité de Le Ray) : parements en brique blanche, bandeaux en brique rouge, socles en granit bleu, toits en tuile brune, revêtement intérieur en céramique beige. L’ensemble a été réhabilité en 1993.

50 Il s’agit de la halle aux blés bâtie en 1820 par l’architecte municipal Joseph Gohier, au sud de la Vilaine. La halle de Nemours fut édifiée en 1845 par Vincent Boullé (pour la vente des poissons et des légumes). Le même architecte construisit une halle à la viande place Sainte-Anne en 1854-1856.

51 Roche fine de l’Isère, blanche, jaune ou rosée, recevant le poli comme le marbre.

52 L’image n’est pas tout à fait anodine. Elle traduit bien l’ambition du projet : doter l’axe nouveau, constitué par le palais du Commerce et l’hôtel de ville, d’une porte paysagère soulignant une perspective monumentale, à la manière dont l’arc du Carrousel (de Percier et Fontaine, 1806-1808), entouré de parterres décorés, ouvre la perspective offerte par les jardins des Tuileries, la Concorde, les Champs-Élysées et l’Étoile.

53 L’achèvement de l’hôtel de ville est une des commandes principales de Janvier à Le Ray. Dans son rapport d’étude, celui-ci décrit une situation piteuse : « sur les lambris, aux panneaux disparates », dit-il par exemple, « des toiles qui hurlent par leurs tonalités bitumeuses : c’est lamentable ! » L’essentiel de son travail consista à réserver l’aile nord aux fonctions administratives en donnant au 1er étage une fonction de prestige (cabinets du maire, du secrétaire général), le rez-de-chaussée accueillant toujours la salle des mariages. Dans l’aile sud, désormais réservée aux réceptions, Le Ray installa une immense salle de cérémonie, bordée de salons et tapissée de miroirs qui lui donnent la profondeur et le lustre versaillais d’une petite galerie des Glaces. À cette mise en œuvre architecturale s’ajouta un programme de décor peint, retardé par la déclaration de guerre et compliqué par un incendie qui ravagea l’aile sud dans la nuit du 12 au 13 novembre 1920. La grande salle fut alors restaurée par G. Jobbé-Duval.

54 L’hôtel de l’école d’artillerie (rue de la Monnaie), ancien hôtel de la Commission intermédiaire des États de Bretagne, est construit à un emplacement qui fut occupé par l’hôtel de ville jusqu’en 1751. Au milieu du 18e siècle, les États agrandirent considérablement l’immeuble, transformé en hôtel d’artillerie en 1798 et aujourd’hui en mess des officiers.

55 C’est-à-dire en treillis de fer forgé.

56 Créée après l’incendie de 1720, fusionnée en 1792 avec la rue de Coëtquen sous le nom de rue de la Commune, c’est l’actuelle rue Ferdinand Buisson.

57 Jean Boucher (1870-1939) était né à Cesson, près de Rennes où il tenait l’atelier d’architecture à l’école des Beaux-Arts. Il fut en 1912 un des fondateurs de La Bretagne artistique et représentait le renouveau d’un régionalisme créatif attaché aux principes académiques venus de Paris.

58 La statue de Louis XV, commandée par les États de Bretagne à Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778), sculpteur attitré du roi, représentait le souverain en guerrier antique entouré de deux figures allégoriques de la Bretagne et de la Santé. Elle fut fondue en 1793 pour servir à la fabrication de canons. Plusieurs projets eurent cours au 19e siècle pour la remplacer. Après une vaine tentative en 1904, le sculpteur Jean Boucher reçut l’oreille attentive de Janvier en 1909. Son bronze représentait, au sein d’un groupe de personnages, Anne de Bretagne à genoux devant la France. Cette représentation déclencha la colère des autonomistes bretons qui firent sauter le monument en août 1932. En 1934, la municipalité chargea le même Jean Boucher de le reconstruire. Sa maquette fut acceptée en juillet 1937, mais ne fut finalement jamais coulée et la niche de l’hôtel de ville est restée vide depuis.

59 Jules Ronsin (1867-1937) fut professeur à l’école des Beaux-Arts. Il en devint le directeur à la mort de Lafond qu’il remplaça aussi comme directeur de l’école d’architecture et conservateur des musées de peinture et sculpture de Rennes.

60 Emmanuel Fougerat (1869-1958), rennais d’origine, fut directeur de l’école des Beaux-Arts de Nantes avant d’aller fonder celle de Montréal au Canada.

61 Pierre Galle (1883-1960) succéda en 1936 à Jules Ronsin dans ses diverses fonctions, qu’il exerça lui-même jusqu’en 1948.

62 Les centimes additionnels s’ajoutaient, sur la base d’un centime par franc, au montant principal de l’impôt, pour faire face à des besoins imprévus. Indépendamment de ce montant principal, la loi de finances ordonnait ou confirmait, chaque année, l’imposition de centimes additionnels dont elle déterminait la quotité : les centimes additionnels perçus par l’État étaient dits généraux, s’ils n’avaient pas d’affectation, ou spéciaux, s’ils étaient destinés à des dépenses précises telles que secours en cas de grêle, incendie, etc. Les centimes additionnels départementaux et communaux pouvaient être votés et ventilés selon le même principe.

63 Joseph Ruau (1865-1923), avocat, maire d’Aspet, fut élu député de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) de 1897 à 1914, comme radical progressiste. Il fut nommé secrétaire de la Chambre en 1898. Il devint effectivement ministre de l’Agriculture dans les cabinets Sarrien et Clemenceau (24 février 1905-2 nov. 1910). C’est à ce poste qu’il déposa plusieurs projets importants sur la transmission des biens ruraux familiaux, sur les coopératives agricoles, sur la lutte contre la fraude des marchandises. Il fut aussi réformateur du Crédit agricole. On note, une fois de plus – c’est la loi du genre sous la Troisième République – que ces personnalités sont demandées par Janvier, lors des inaugurations, pour des raisons qui lient le prestige et l’efficacité.

64 Gaston Doumergue (1863-1937), un des chefs du parti radical, est élu député de Nîmes (à partir de 1893). Il est secrétaire de la Chambre (1895-1896), puis plusieurs fois ministre (en particulier des Colonies, 1902-1905 ; du Commerce, 1906), avant d’être appelé à la présidence du Conseil (déc. 1913-juin 1914). Président du Sénat (1923), il est élu président de la République (1924) en remplacement de Millerand.

65 Charles Chaumet (1866-1932), journaliste, est élu député de la Gironde en 1902, réélu en 1910 et 1914. Il siège au groupe de l’Union démocratique, appartenant à la gauche de la Chambre. Passionné par les questions économiques et sociales, il entre au gouvernement comme sous-secrétaire d’État aux Travaux publics et aux Postes et Télégraphes (2 mars 1911-21 mars 1913). Il contribue alors à améliorer la situation du personnel et à étendre les services postaux maritimes avec les colonies et le reste du monde, en particulier les États-Unis. Président de la commission de la Marine à la Chambre, au début des hostilités, il est nommé ministre de la Marine par Joseph Ribot en remplacement de l’amiral Lacaze (10 août-15 nov. 1917) et modifie le code maritime de justice militaire. Élu sénateur en 1923, il retrouve le gouvernement du 17 avril au 28 oct. 1925, avec le portefeuille du Commerce et de l’Industrie.

66 Théodore Steeg (1868-1950), professeur de philosophie, fils d’un proche de Jules Ferry, fut député (1904-1914), puis sénateur (1914-1944) radical-socialiste de la Seine. Il occupa plusieurs fois les fonctions de ministre de l’Instruction publique (1911, 1925, 1938) et celles de l’Intérieur avant la guerre. En 1921, il fut nommé gouverneur général de l’Algérie et, de 1925 à 1929, Président général du Maroc. Lorsqu’il vient inaugurer les bâtiments universitaires de Rennes, il est auréolé de cet héritage quasi familial de promoteur de l’école publique.

67 Léon Bérard (1876-1960) fut, après son passage aux Beaux-Arts ici rappelé, ministre de l’Instruction publique dans les cabinets Briand et Poincaré, en 1919 et de 1921 à 1924. Il prit alors des décrets bientôt contestés (sur le concours général des lycées, l’obligation absolue du latin dans l’enseignement secondaire). Il fut ensuite ministre de la Justice de Laval (1931-1932 et 1935-1936). Il fut, pour finir, nommé ambassadeur de Vichy auprès du Vatican (1940-1944).

68 Louis-Lucien Klotz (1868-1930), avocat et journaliste républicain, élu de la Somme à la Chambre de 1898 à 1925, est un des députés radicaux-socialistes les plus actifs de sa génération. Il préside en particulier la commission des douanes et, en tant que rapporteur général du budget, s’impose comme spécialiste des affaires financières à la fin du 19e siècle. C’est pourquoi Aristide Briand lui demande de prendre la direction des Finances qu’il conserve ensuite pendant plusieurs années (3 nov. 1910-lermars 1911, 27 juin 1911-21 mars 1913 et 12 sept. 1917-19 janv. 1920). Au cours de cette longue période, Klotz travaille essentiellement à l’instauration de l’impôt sur le revenu, qui ne voit le jour qu’en 1914. Ses rapports avec les parlementaires sont assez tendus (le budget 1911 n’est adopté qu’en juillet de l’année en cours, soit environ douze mois après sa signature !). Au moment des manifestations contre les trois ans de service militaire (qui correspondent à la période citée ici par Janvier), il est nommé ministre de l’Intérieur par Barthou (22 mars-8 déc. 1913). Président de la commission du budget pendant la guerre, il ne retrouve son poste favori, rue de Rivoli, qu’à la fin des hostilités, dans les cabinets Painlevé et Clemenceau. Il est, à cet égard, l’un des artisans de la politique française de rigueur vis-à-vis de l’Allemagne vaincue et tente d’appliquer sans faiblesse – mais aussi, comme on sait, sans grands résultats – l’article 233 du traité de Versailles instaurant les réparations de guerre.

69 Raymond Poincaré (1860-1934), avocat au barreau de Paris, député (1887-1903), sénateur (1903-1913), commence sa carrière ministérielle à l’Instruction publique (1893), puis aux Finances (1895). Son éloquence en fait le porte-parole désigné du parti républicain progressiste. Président du Conseil (janv. 1912-janv. 1913), il est élu président de la République en 1913, fonction qu’il occupe jusqu’en 1920. Il est à nouveau président du Conseil de janvier 1922 à juin 1924. Enfin, de 1926 à 1929, il est chef d’un cabinet d’Union nationale.

70 Jean-Baptiste Noulens (1864-1944), avocat, maître des requêtes au Conseil d’État, député du Gers (1902-1919), est plusieurs fois chef de cabinet (successivement d’Édouard Lockroy au ministère de la Marine et des Colonies, et d’Armand Fallières à l’Instruction publique), avant d’être nommé sous-secrétaire d’État à la Guerre dans le second cabinet Briand (3 nov. 1910-ler mars 1911). Deux ans plus tard, il est nommé ministre à part entière (9 déc. 1913-26 août 1914). À l’époque où il se rend à Rennes, il contribue à préparer l’effort de guerre de la France, défendant le fameux fusil « Lebel » et annonçant le remplacement des tenues d’infanterie à pantalons rouges par des uniformes moins voyants. Il tente parallèlement de renforcer la puissance de l’artillerie, mais laisse à la Chambre le soin de modifier le célèbre « godillot » (du nom de l’industriel de la chaussure d’ailleurs brièvement évoqué par Janvier au début de ses Souvenirs) en dotation dans tous les corps. Il échoue à convaincre ses amis socialistes du bien-fondé de la loi sur les trois ans de service militaire. Il quitte alors le gouvernement où il revient quelque temps comme ministre des Finances (13 juin-26 août 1914). Ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement après le conflit (20 juillet 1919-19 janvier 1920), il lutte activement contre la vie chère.

71 Paul Jacquier (1879-1961), avocat, est député radical-socialiste de la Savoie en 1909, réélu en 1910, 1914 et 1924 (après un échec en 1919). Gros travailleur, il mène une carrière ministérielle assez éclectique, mais bien remplie : sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts (9 déc. 1913-8 juin 1914), à l’Intérieur (13 juin 1914-29 oct. 1915). Il est ministre du Travail après la guerre (8 nov. 1934-31 mai 1935) et enfin élu sénateur (avril 1935). Lors de son passage place Beauvau, il intervient dans un domaine cher à Janvier, en prenant l’initiative de la loi sur les allocations militaires, qui demeure en vigueur pendant toute la guerre, et des mesures concernant les écoles de rééducation.

72 Oscar Leroux (1878-1948), enseignant à l’École nationale d’agriculture de Rennes, fut conseiller municipal de 1912 à 1935 et de 1945 à 1947. Radical-socialiste et laïc convaincu, il a mené une existence militante : il fut le fondateur de coopératives ouvrières, du préventorium Rey à La Bouexière, des colonies de vacances des écoles publiques de la ville de Rennes. Il mourut d’un accident de tramway en 1948 ; en 1944 il avait échappé à la milice venue l’arrêter dans la nuit du 1er juillet (cette même nuit, Louis Volclair et Gaëtan Hervé trouvèrent la mort).

73 Léon Berthaut (1864-1946), journaliste et homme de lettres, fut conseiller municipal de 1919 à 1925. Janvier l’appelle « mon cousin » et lui confie la publication de ses Souvenirs. Il était chroniqueur au Petit Rennais, journal républicain modéré qui, depuis Le Bastard, soutenait la municipalité et était entièrement dévoué à Le Hérissé. Pendant l’affaire Dreyfus, ce journal prit des positions très antidreyfusardes et Léon Berthaut adhéra alors à la Ligue de la patrie française, suivant ainsi la ligne de son journal.

74 Ces photographies n’ont pas été jointes au manuscrit déposé aux Archives municipales de Rennes.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search