Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quelques souvenirs

 | 
Jean Janvier

Introduction. Un destin, une ville, un testament politique

Jean-Yves Andrieux et Catherine Laurent

Texte intégral

1Au moment où la France contemporaine réduit le mandat du président de la République de sept à cinq ans, ce n’est pas manier le paradoxe, verser dans la démagogie, ni faire honte à la réalité historique que d’affirmer combien les grands projets municipaux s’inscrivent en général dans la durée. En effet, depuis la Troisième République, la France développe une solide tradition de notabilité ancrée dans le paysage rural, puis étendue – quoique avec de plus grandes incertitudes – au territoire urbain. Les mandats locaux dépendent ainsi moins, dit-on, des idéologies que d’une relation personnalisée avec les électeurs et d’une aptitude à résoudre leurs préoccupations concrètes du moment.

— Le pouvoir du temps, le temps du pouvoir

2Celui de Jean Janvier (1859-1923), maire de Rennes, ne fut pas d’une longueur exceptionnelle : un peu plus de quinze ans (mai 1908-octobre 1923). Il ne déboucha pas non plus sur un fauteuil à la Chambre ou au Sénat. Mais ces quinze années, comme l’intéressé le note lui-même avec lucidité, ont été marquantes pour le cadre institutionnel, la gestion du local, le contrat social, la politique urbaine, les mécanismes de la commande architecturale, l’effort de guerre. Nombreuses et cohérentes sont les décisions qui auront contribué à modeler le sort d’une capitale régionale jusqu’au second conflit mondial et peut-être au-delà. Malgré la coupure de 1914-1918 et la marche forcée qui s’ensuivit, les « années Janvier » ont, en quelque sorte, légué à Rennes les clés de la modernité et affirmé la place de la ville dans l’ensemble français. Consécutives, ces quinze années consolident la transition entre le 19e et le 20e siècle : « un record de durée », dira Janvier lui-même, « dont j’éprouve naturellement quelque satisfaction », non par accomplissement personnel, mais comme preuve de la confiance des habitants.

3Au 19e siècle en effet, le républicain Edgar le Bastard fut le seul, parmi une trentaine de maires, à inscrire son passage dans le temps : de ses onze années passées à la tête de la municipalité, Rennes garde des traces innombrables et fortes. Mais ce furent onze années chichement éparpillées par l’âpreté du combat partisan et, déjà, marquées du sceau de la confrontation franco-prussienne (dont Janvier, alors enfant, n’oublia jamais la conclusion amère, tant il fut frappé par l’image navrante des soldats fourbus et vaincus, rentrant au pays sans avoir la force de porter leur baluchon). Désigné en janvier 1871, peu avant l’armistice signé par le gouvernement de Défense nationale, Le Bastard perd son fauteuil en mai suivant. Élu sénateur entre temps, il ne le retrouve que début 1880 pour en être à nouveau dépossédé en septembre 1889. Sa révocation prononcée en raison de ses sympathies alléguées pour le général Boulanger, autre rennais fameux, ouvre un long conflit dont il sort vainqueur, mais stratégiquement diminué, en septembre 1890 avant de décéder, toujours en poste, en juillet 1892. Un règne de plus de vingt ans en somme, entrecoupé d’éclipses prolongées qui n’empêchèrent pas mais compliquèrent la mise en œuvre d’une politique embryonnaire de la ville, rendant périlleuse la maîtrise des coûts, ce que les adversaires de Le Bastard ne manquèrent pas de lui reprocher peu après sa mort. Montrée du doigt, l’architecture fut alors jugée responsable d’un endettement insupportable dont il convenait de se libérer par une pause. La plus longue possible. Le temps d’entreprendre, certains l’espéraient, ne reviendrait pas de si tôt.

De la République à la Guerre

La naissance d’une personnalité

4C’est pourtant l’esprit d’entreprise qui va débarrasser Rennes de son image diffuse — et méritée — de ville « parasitaire » (M. Denis). Le projet de Janvier est, à cet égard, symptomatique d’un renversement. Dans la pensée de ce maire attentif aux mutations de son temps, le progrès n’est plus une simple vitrine, exhibant les richesses dérobées au monde rural environnant, mais un processus ouvrant sur un mode de vie amélioré pour le plus grand nombre. Ceci étant, il n’est pas question, pour lui, de renier le rôle historique d’une capitale politique, administrative et intellectuelle. Bien au contraire. Lorsqu’en 1910 Janvier est en mesure de réaffirmer sa prééminence par l’obtention de nouveaux casernements, il ne lésine pas sur les moyens pour éliminer les concurrences potentielles en Bretagne. Il en va de même pour le développement de l’université dont les facultés (de droit, de lettres et de sciences) sont installées dans des locaux confortables, au centre-ville, dès 1910. En revanche Janvier répugne aux dépenses somptuaires, leur préférant un investissement utile. Bref, il s’agit de faire plutôt que de paraître. Il a pourtant à peu près les mêmes racines que Le Bastard. Les deux hommes sont issus de l’industrie : le premier est tanneur, le second entrepreneur de bâtiment. Le poids que son prédécesseur a acquis à la présidence de la chambre de commerce, Janvier l’obtient, quant à lui, dans le syndicalisme patronal au point qu’à la veille d’entrer dans la carrière politique, il est déjà titulaire de la Légion d’honneur (juin 1905). Il estime alors avoir les références et le charisme suffisants (la bonhommie du « père Janvier » devint vite légendaire !) pour rassembler les forces républicaines autour de lui, au moment où le régime (la République « radicale ») s’impose après le rude affrontement de la séparation de l’Église et de l’État (loi de décembre 1905), particulièrement vif dans les régions très catholiques comme la Bretagne.

  • 1 C’est-à-dire du bloc des gauches.

5Dans un contexte aussi défavorable dont il subit d’ailleurs les conséquences jusqu’à la fin de sa carrière (les élections sénatoriales perdues de janvier 1920 pourraient en constituer l’épilogue malheureux), son mérite est grand de s’être assuré une continuité qui le rend maître de son destin et lui confère le pouvoir d’agir en profondeur sur celui de la ville dont il a la charge. En effet, né sous le Second Empire, moins éduqué par l’école quittée à l’âge de douze ans que par un tour de France d’ouvrier plâtrier débuté en 1875, Janvier n’aurait pas démérité s’il était resté, comme beaucoup d’autres, un homme de son siècle : le 19e. Une enfance rurale, le compagnonnage, suivi de la responsabilité prenante d’une entreprise familiale, auraient pu l’y cantonner. L’habitude des réseaux d’influence aussi : Janvier y excelle dès le plus jeune âge, rebondissant de l’un à l’autre, se faisant apprécier des architectes pour obtenir d’eux des chantiers quand il est entrepreneur, usant ensuite de cette influence (mais avec rigueur) lorsqu’il est devenu maire et, donc, donneur d’ordres. Il aurait pu se satisfaire de ce jeu. Or il n’en fut rien : élu à une période-charnière pour le pays, il a toujours su anticiper et choisir le camp de la modernité rationnelle, celle qui se fonde sur la recherche du consensus social (dont il fut, en bon radical, un défenseur inlassable) et qui combat toutes les nostalgies par la vertu de l’exemple. Ce sens de la mesure et de l’équité apparaît avec netteté lorsqu’en 1916, profitant de ressources qui lui feront finalement défaut, Janvier envisage de perfectionner la basilique Saint-Aubin, « un édifice superbe », dit-il, « qui témoigne du zèle apporté à l’œuvre par le clergé et les fidèles. U mérite qu’on l’encourage et l’appuie jusqu’à complet achèvement ». Ce défenseur acharné de la République – portraituré par ses contempteurs en « chef des blocards1 » – ne craint donc pas de promouvoir un symbole du « parti prêtre », même « s’il s’agit d’une forte dépense », car ce sera l’occasion d’un grand chantier – au demeurant sur une propriété communale – assurant « à la population ouvrière une continuité de travail pour dix années au moins ». La balance pesant dans le sens positif, Janvier ne retarde pas sa décision, au motif de réticences idéologiques. Il a déjà eu mille occasions d’afficher sa laïcité : le doute n’est donc pas permis. Le dynamisme, l’initiative et le réalisme, avant tout (quitte à bousculer les habitudes) : telle aurait pu être sa devise !

La magie de la rhétorique

6Son enfance révèle l’ouverture de sa personnalité et les mobiles de son engagement. De son village, il conserve en effet trois images – la communale, une petite fabrique de lanternes vénitiennes employant deux cents salariés, une société de secours mutuels – dans lesquelles point l’héritage optimiste des idées saint-simoniennes promues par l’Empire et prônant l’avènement d’une société où les intérêts de l’ouvrier et du patron vont de pair. Quand il prend la tête de la fédération patronale au début du siècle, Janvier en applique les principes, traitant la question alors très conflictuelle des rapports sociaux sur le mode pragmatique de l’équilibre entre les droits et les devoirs de chacun. Parallèlement, une des premières mesures (1909) de la municipalité qu’il dirige est l’ouverture à Rennes d’une Maison de la Mutualité. De ces sociétés de secours mutuel défilant dans les bourgs avec bannières, à l’instar des cortèges religieux, il apprécie de surcroît le côté hautement démonstratif. « L’enfance retient les images », dit-il, « la raison, plus tard, découvre l’idée ».

7En conséquence, il ne manque jamais une occasion d’exalter les fondements de son œuvre, moins par souci de vanité que pour entretenir la flamme. Les Souvenirs en conservent la marque par la relation précise de toutes les cérémonies ponctuant sa carrière : les discours, les listes de personnalités, les décorations, les inaugurations permettent d’instruire la population. La politique est donc déjà un théâtre et le politicien à la fois un auteur dramatique et un metteur en scène. C’est le génie républicain que d’avoir inventé la pédagogie du verbe et la magie de la célébration où se réalise la fusion du peuple et de ses élus : de là découlent le souci de la commémoration, associée à l’innovation scientifique et technique (cet accouplement du passé et de l’avenir est célébré par l’immense exposition universelle de 1889), et la manie de ces immenses banquets (dont les pavillons des Lices furent le haut lieu à Rennes) réunissant des centaines, quelquefois des milliers de convives, sous la houlette de Marianne. Leurs participants devaient, en regagnant leurs foyers, leurs villages, leurs circonscriptions, conserver le sentiment vivace d’appartenir à un même corps, un même projet, une même nation. Aux yeux de Janvier, celle-ci compte bien plus que la région (comme en atteste la commande du groupe sculpté figurant l’union de la Bretagne à la France inauguré en grande pompe en 1911, au pied de l’hôtel de ville – monument que les nationalistes bretons de l’entre-deux-guerres considéreront comme une provocation insupportable).

L’’entrée en guerre

8Les quinze ans de son mandat sont articulés par la Grande Guerre en trois temps distincts – un avant, un pendant, un après – qui structurent d’ailleurs curieusement la matière même de ce qu’il nomme trop modestement ses Quelques souvenirs. Ceux-ci sont rédigés pour l’édification de ses propres enfants devant lesquels – bien plus que devant la Providence ou quelque autre volonté supérieure dont on ne sent jamais la présence sous sa plume — il tenait à ce que son action, parfois durement critiquée par ses adversaires, fût justifiée. Janvier rédige la version initiale de ces mémoires dans l’urgence. Alors qu’il occupe sans discontinuer ses fonctions de maire, il est nommé, en août 1914, commissaire militaire et commandant d’armes en gare de Rennes, chargé d’organiser de jour comme de nuit les trains acheminant les troupes vers le front, les transports reliant une garnison à une autre, les convois ramenant les blessés, les mutilés, les convalescents, les réfugiés, les soldats isolés. Accablé par la tâche, il contracte une grave indisposition (une forte grippe compliquée de bronchite) pendant le premier hiver de guerre. Forcé de garder la chambre pendant six semaines et très affaibli, à l’instar des nombreuses victimes de l’épidémie de grippe espagnole en octobre-novembre 1918, il réalise que la mort peut brutalement l’emporter – est-ce une prémonition pour plus tard ? – sans lui donner le loisir de laisser une marque d’affection à ses héritiers avant la fin d’une tourmente dont la nation vient de réaliser qu’elle ne serait pas la promenade de santé espérée, mais un conflit destructeur.

Le manuscrit d’avril 1915 : la foi et la peur2

  • 2 Conservé sous la cote 9 Z 1 aux Archives municipales de Rennes.

9Les Souvenirs sont gouvernés par l’obsession lancinante de la Grande Guerre dont Janvier éprouve le poids dans sa vie privée. Ainsi s’explique le ton d’un dialogue affectueux avec ses « chers enfants », clos une première fois le 15 avril 1915. Sans relâche, il s’adresse avec une paternelle dévotion à sa fille, infirmière diplômée attachée au lycée de garçons de Rennes alors transformé en hôpital militaire, mais surtout à son beau-fils, médecin major, et à son fils, officier d’artillerie, tous deux envoyés sur le front, dont il salue le courage tout en redoutant chaque jour leur disparition. Le premier suit les combats de Belgique, d’Arras, de la Marne, de l’Aisne et de Champagne avant de partir, en octobre 1916, pour la Serbie, puis d’être affecté auprès de l’armée d’Orient, à Salonique. Le second, aspirant au 43e régiment d’artillerie, combat en Artois, dans les Vosges, sur la Meuse, en Champagne. À ces deux héros dévoués au service de la mère-patrie, Janvier veut faire la preuve de l’utilité de son œuvre antérieure et le don de son engagement présent. S’il disparaît, il souhaite que son manuscrit soit distribué à sa famille, aux membres du conseil municipal, à ses principaux collaborateurs, à une liste d’amis « du premier degré, sans distinction de situation sociale », soit en tout à environ deux cent cinquante destinataires. Un membre du conseil municipal, par ailleurs cousin de Janvier, Léon Berthaut, est chargé d’exécuter ce « grand service ».

— L’avocat du peuple

10Il en résulte que les Souvenirs sont, au départ, conçus comme un testament politique semi-privé. Il s’agit du retour aux origines d’un destin, avec une certaine mélancolie de l’enfance comme souvent chez ceux qui se sentent menacés par la mort, bien qu’ici l’enfance ne soit pas un paradis perdu, mais bien plutôt un lieu de formation du caractère. De ses origines modestes, Janvier est doublement fier. Issu du peuple, il s’est élevé dans l’échelle sociale pour se mettre au service du peuple : « je me dois à lui », dit-il, « chaque fois qu’il me sera donné d’empêcher ou de réparer une injustice à son égard ». C’est donc l’histoire d’un père et d’un homme, déjà parvenu à la moitié de son action politique, soucieux d’en comprendre les sources et d’en illustrer les réussites. L’analyse est sereine, dénuée d’esprit de polémique. Elle part de la subjectivité de la mémoire pour tendre vers l’objectivité des réalisations, dans la proportion d’un tiers-deux tiers. Cessai d’« ego-histoire » est vite remplacé par le bilan du constructeur, dressé à partir des nombreuses réalisations architecturales et urbaines qui précèdent 1914. Cette aventure de la commande publique locale sous la Troisième République est édifiante à plus d’un titre par ses choix de priorité, par la constance de ses programmes, par la qualité de la décision (on y sent la main du professionnel), par le message que les bâtiments et le tissu recomposé de la ville sont censés adresser à ses habitants. Il y a, dans le dessein de Janvier, un souci d’exemplarité fréquemment revendiqué. La période est couronnée, dans l’ordre de la notabilité, par sa promotion au grade d’officier de la Légion d’honneur en septembre 1913, peu de temps après que le gouvernement Barthou eut fait adopter, au terme de débats passionnés, la loi portant le service militaire de deux à trois années (5 août 1913). Au-delà du projet pour Rennes, se devine une esquisse d’ambition nationale, non dite. Janvier a la sagesse d’attendre son heure : il ira à Paris si on le lui demande. Il en est provisoirement détourné par l’ombre de la guerre qui plane déjà sur la France.

Le manuscrit de juin 1916 : la raison et la pitié3

  • 3 Archives municipales de Rennes, 9 Z 2.

11L’existence quotidienne compliquée de ce maire, privé d’une partie de son personnel (mobilisé) en même temps qu’écartelé entre ses obligations publiques et ses tâches militaires écrasantes (il est tenu de rédiger un rapport transmis chaque matin, à 8 heures, au général en chef, précisant les divers mouvements enregistrés en gare de Rennes), est modifiée en août 1915 par une circulaire ministérielle enjoignant aux « officiers de complément », connus avant guerre pour leur appartenance politique, de cesser d’exercer leurs fonctions dans leur résidence ordinaire. La nation en armes doit être unie et toute trace de ses divisions antérieures effacée afin qu’aucun obstacle n’entrave l’effort de ses fils. Susceptible d’être nommé à la gare de Meaux, Janvier physiquement exténué (il a cinquante-six ans) demande à être placé hors cadre afin de pouvoir se consacrer entièrement à son mandat de maire. À cette époque, il reprend la première partie de ses mémoires (de nombreux ajouts, remords, reprises ou précisions manuscrits en témoignent), qu’il complète par la relation des actes administratifs « nécessités par l’état de guerre ».

— L’Union sacrée

12Sa responsabilité à la gare de Rennes l’a rapidement convaincu de l’atrocité des événements. « La guerre actuelle », dit-il, « est infiniment plus terrible » que toutes les précédentes. Dans un contexte aussi tragique, le devoir d’un maire est de gérer la pénurie sans rajouter aux souffrances quotidiennes de la population, de tenir un budget serré sans renoncer aux travaux d’assainissement et d’embellissement qui évitent les « chômages forcés » et disent la confiance en l’avenir, de contenir les dérives en réglementant les prix du charbon, du bois de chauffage, des denrées alimentaires. C’est là faire œuvre de citoyen, revenir à l’esprit de Valmy, bref aux fondements de la République tels qu’on les apprend, à l’école, depuis 1884, dans le Petit Lavisse. À ses yeux, la République est toujours porteuse du message délivré par la Révolution française au monde. S’adressant à son fils Édouard aux moments les plus noirs de la guerre, Janvier s’écrie, avec une fougue éminemment patriotique : « Aime la France, mon cher fils ! Si quelques-uns de tes camarades ne te paraissent pas apporter tout, tout, TOUT ce qu’ils peuvent donner pour notre pays, n’hésite pas à leur faire ressortir la beauté de la haute mission qui vous est confiée, non seulement vis-à-vis de la France, mais du monde entier puisque, par l’écrasement du militarisme allemand, vous contribuerez au progrès de l’humanité tout entière ».

13Très tôt, Rennes est une des villes appelées à prendre en charge les mutilés. « Nous avons eu, les premiers », explique Janvier, « le douloureux spectacle de voir un nombre élevé de militaires amputés ». Dès le début du conflit, il réalise ses conséquences durables sur la société française, l’effrayante saignée opérée sur la jeunesse dont il ne parle qu’à demi-mot, les gros problèmes pour réinsérer les grands blessés, non seulement pour les équiper, les rééduquer, mais pour les placer dans des emplois « compatibles avec leurs infirmités et leurs aptitudes », le tout dans le souci des charges publiques dont il craint qu’elles ne deviennent très lourdes et avec le triple objectif de « renforcer la paix sociale », de conserver aux mutilés « leur indépendance par le travail », de « contribuer ainsi à la production nationale ». Le propos de ce second manuscrit, conclu par un courrier du 30 juin 1916 demandant de le faire imprimer à la suite du précédent, en cas de malheur, a changé. Le souci de l’auto-justification est passé à l’arrière-plan. Certes, Janvier garde la tête politique : il présente un bilan de huit années de sa gestion à la date normale (mai 1916) où son équipe aurait dû se présenter à nouveau devant les électeurs, si la guerre n’avait retardé l’échéance. Ce bilan montre une ville qui a continué de bouger, quoiqu’à rythme ralenti bien sûr. « Nous ne cessons de songer à l’avenir », écrit d’ailleurs Janvier. Il reste toutefois que l’urgence des heures difficiles est omniprésente. C’est le temps de la solidarité avec l’ensemble de la population, celui de la fraternité que le maire sait incarner, sans défaillir, en paroles et en actes. Les Souvenirs offrent, de ce point de vue, un témoignage précieux sur la capacité des élites républicaines à assumer l’Union sacrée, au travers d’un bricolage du quotidien – fardeau et honneur de l’élu – qui parvient vaille que vaille à hiérarchiser les problèmes pour faire face à la réalité tout en maintenant, quand même, les prémisses d’une vision future. Les forces d’un pays martyrisé, sûr de son droit, sont revendiquées, en même temps que s’annoncent les déséquilibres et que perdurent les pesanteurs qui vont bientôt fragiliser l’après-guerre.

Le manuscrit définitif de l’entre-deux-guerres : les luttes pour la modernité4

  • 4 Archives municipales de Rennes, 9 Z 3.

14Au retour de la paix, Janvier entame un ultime parcours d’environ cinq années, les plus combatives de sa carrière si l’on en juge par la longueur du texte qui leur est consacrée (300 pages sur les 500 du manuscrit final, soit 60 %). Un troisième livre commence, d’ailleurs précédé d’une courte préface qui en situe le ton, plus vigoureux, plus vindicatif même. Le ton d’un homme blessé. À plusieurs reprises, Janvier a maille à partir avec la presse locale (tandis que la presse nationale analyse son œuvre avec curiosité et même admiration). En novembre 1919, ses relations avec L’Ouest-Éclair sont encore à peu près cordiales, mais ses sentiments sont mitigés : « Je ne ferai pas l’injure de supposer », s’inquiète-t-il, « que (la presse) puisse écrire d’une façon et penser autrement ». De fait, la dégradation ne tarde pas. Quand il annonce l’acquisition de deux voitures afin de faciliter les déplacements des employés (notamment ceux du service des eaux vers les captages les plus éloignés de la cité), Janvier est quasiment accusé de forfaiture. Il se justifie avec vigueur : « à une époque où l’automobile est d’usage courant, aussi bien dans de nombreuses administrations que dans le monde des affaires, je ne voyais pas dans cet achat une dépense somptuaire. Il était néanmoins aisé de l’interpréter ainsi et de faire entendre malicieusement au public – toujours prêt à écouter avec complaisance lorsqu’on s’adresse à lui comme au “monsieur qui ne se laisse pas rouler” – que ces automobiles serviraient en fait aux voyages d’agrément du maire et des conseillers municipaux. On n’y manqua pas ». Le pire est cependant à venir. En novembre 1922, Le Nouvelliste n’hésite pas à mettre « en doute la sincérité de (ses) convictions patriotiques ». Janvier s’indigne de ce qu’il tient – à juste titre – pour un outrage odieux. « Il ne m’est pas possible de voir sans regret, sans pitié et même sans quelque amertume », conclut-il, « les inconséquences, les ingratitudes, les calomnies et les trahisons dont peuvent être capables les individus et les collectivités lorsque leur politique se ramène à d’uniques ambitions personnelles, à l’esprit de routine et de parti, aux mesquineries multiples qui ont fait détester, en ce pays de franchise, les politiciens de carrière ».

15Après cette entrée en matière défensive, Janvier revient toutefois à la réalité et « au mouvement par la marche ». Mais, s’ils continuent d’être tenus d’une main ferme pour les lendemains de la guerre, les Souvenirs demeurent hélas ! inachevés. Les décisions de l’automne 1922, majeures pour l’urbanisme et l’architecture (aménagement d’un grand stade ; construction d’une vaste piscine ; rachat de la caserne Saint-Georges suivi d’un gros programme de restauration et de l’insertion du parc paysager de cette ancienne abbaye dans la perspective visuelle de l’avenue menant à la gare – à laquelle on donnera logiquement le nom de Janvier deux mois après son décès), sont à peine mentionnées et le lecteur renvoyé aux procès-verbaux du conseil municipal. Pourquoi une telle carence, alors que le premier manuscrit réservait ses plus belles pages à l’« embellissement » de la ville ? Lorsque le conseil se réunit en mai 1922 pour valider les propositions de l’Office public d’habitations à bon marché de Rennes, récemment institué, on apprend que le maire vient de le réintégrer « après une grave maladie » qui l’a forcé à séjourner à Bagnoles-de-l’Orne (station thermale réputée pour les affections du système veineux). Au terme de sa vie, Janvier n’a donc plus la force de concilier l’écriture de ses mémoires et le rythme effréné qu’il continue d’imprimer sans relâche à l’administration communale – sous la pression des événements et, notamment, de plusieurs incendies qu’il aura le génie de convertir sur le coup en cure de jouvence pour Rennes : à l’hôtel de ville, à l’abbaye Saint-Georges. La dernière partie souffre par conséquent d’une absence d’ordre et de conclusions. Elle contient pourtant plusieurs textes essentiels sur l’héritage de la Grande Guerre, la pensée politique, le projet architectural.

Assumer le deuil

16Les Souvenirs ont d’abord le mérite de quantifier le poids du conflit : sur une population d’environ quatre-vingt dix mille âmes, Rennes fournit quatorze mille soldats à la France. Après l’armistice, deux mille cent soixante-quinze tombes militaires prennent place au cimetière de l’Est où sont inhumés des combattants français et étrangers, la ville ayant été un des grands centres hospitaliers de l’arrière. Neuf cent trente-six soldats originaires de Rennes furent victimes des combats. Les dépenses de la ville pour contribuer à l’effort de guerre s’élèvent à 17 millions de francs ayant donné lieu à soixante mille opérations financières. Cette macabre comptabilité a un sens humain pour celui qui avait « la tristesse de recevoir chaque matin la liste des enfants de Rennes tombés au champ d’honneur, avec cette douloureuse mission d’en faire part à leur famille ». Le 5 janvier 1919, lors de la cérémonie pour la remise des tombes aux soldats morts pour la France, le général d’Amade, commandant de la 10e région militaire — usant du langage rhétorique qui bercera les survivants dans le culte du souvenir (la moisson qui lasse les faucilles, les fruits qui passent, la promesse des fleurs, la chevauchée des rayons de la gloire, la saccade uniforme de la mêlée, l’aboi haineux de la horde ennemie, etc.) – résume l’impact des sépultures collectives sur l’imaginaire de l’après-guerre : par leur « simplicité prophétique » et leur « égalité », elles consacrent l’avènement d’une « cité moderne idéale née de la guerre ». La fraternité des morts est la juste suite de la vie de tranchée, « où chacun se dépense, prodigue toutes ses ressources et jusqu’à sa vie pour le salut de tous ». « Nous appartenons à nos morts », dit encore Louis Deschamps, sous-secrétaire d’État à la Démobilisation et, en même temps, conseiller municipal de Rennes. « L’avenir du pays est fait de leur abnégation ; la vérité de demain sort du rêve d’hier ».

17Janvier partage avec ses contemporains cette piété de la douleur. Son Panthéon rennais de la Grande Guerre (pensé en novembre 1919) prend place au sein d’un décor pictural conventionnel (une toile figurant « l’idée de patrie », avec un paysage de tranchée surmonté d’un tertre funéraire et, dans le lointain, un village incendié) où s’inscrivent les marbres funéraires portant les noms des poilus disparus, encadrés de motifs néo-antiques dans la tradition des Beaux-Arts (la scénographie est imaginée par l’architecte de la ville, Emmanuel Le Ray, collaborateur fidèle et, même, complice du maire : la conjonction de leurs talents respectifs de maître d’œuvre et maître d’ouvrage fut très efficace, comparable à l’alliance de l’architecte Tony Garnier et d’Édouard Herriot à Lyon). En cela, il est pleinement de son temps. Avant la flamme du Soldat inconnu (11 novembre 1920), il glorifie des héros égaux, humbles ou grands. Mais son originalité est ailleurs. À l’opposé de la plupart des monuments aux morts, érigés sur les places, il s’agit d’un décor d’intérieur qui convertit l’hôtel de ville de Gabriel en Panthéon – un écrin pour les héros – comme la Révolution avait su le faire de Sainte-Geneviève. C’est dire la symbolique de la maison commune. C’est dire aussi le droit du sang (le Panthéon) et le droit du sol (le cimetière de l’Est), l’un étant mémoire individuelle et l’autre mémoire collective. Distinction, mais pas différence : le pays appartient à ceux qui en sortent et à ceux qui l’adoptent. En installant ce Panthéon sur le chemin de la salle des mariages, Janvier le donne à voir à ceux qui viennent « accomplir un des actes les plus importants de la vie ». Ce stratagème est plus important qu’il ne paraît. Il contient la nuance que Paul Ricœur suggère entre le travail et le devoir de mémoire, c’est-à-dire qu’il prévoit la dynamique du souvenir par « l’exhortation dans le cadre de la filiation » plutôt que sa statique dans le désir de « refermer (une) communauté historique sur son malheur particulier ». Janvier n’a aucun goût pour la rumination négative. Il sait d’instinct que le culte du passé mène à une impasse.

La reprise du combat politique

18Pour lui, en effet, la remémoration est, en définitive, moins cruciale que la préparation de l’après-guerre. Il a, à cet égard, des paroles tantôt datées, tantôt clairvoyantes. Paroles datées sur le rôle des femmes : comme l’ensemble de la société française, Janvier réalise la place quelles conquièrent, par la force des choses, en suppléant les hommes appelés au front, mais il les voit toujours en « maîtresses de maison éclairées » tenant le ménage des cultivateurs, des fonctionnaires, des bourgeois. Paroles prophétiques, en revanche, sur l’après-guerre. L’existence deviendra, estime-t-il, « fatalement plus coûteuse », d’où la nécessité d’une conduite nouvelle : « Être large, par exemple, vis-à-vis de notre personnel municipal et lui assurer une suffisante aisance dans la retraite » (rappelons que les prix ont doublé pendant le conflit et les salaires augmenté des trois quarts). Il conviendra également de « poursuivre les travaux projetés et commencés, en dépit de l’accroissement des dépenses, parce que quiconque s’arrête est devancé et que le travail, même cher, engendre toujours la satisfaction » (quelques années plus tôt, il disait déjà : réduire un projet sérieusement étudié, c’est « faire acte réactionnaire »). Bref, il importe de se consacrer aux vivants pour éviter le chômage consécutif à la démobilisation, orienter les ouvriers vers les besoins d’une économie modifiée, garantir la justice pour les mutilés, assurer l’indépendance industrielle de la France et « certainement recourir à la main-d’œuvre étrangère en veillant à ce que ne soit pas lésée la main-d’œuvre française ».

19Ces conseils (formulés dès 1916 et concrétisés par une politique financière anticipant la relance) tranchent sur les orientations de la Chambre « bleu horizon » et sur le mouvement de repli de novembre 1919 que Janvier ne sent pas venir et qui lui vaut d’échouer à la porte du Sénat. Imperturbable, il reste fidèle à ses principes politiques : « Il faut l’égalité partout et en tout ; que, dans toute la nation, dans toutes les villes, chez tous les citoyens, le régime soit identique. Pas de privilégiés ! » (décembre 1917). La défense de l’intérêt public lui semble aussi impérieuse en 1918 qu’en 1914. C’est pourquoi il ne conçoit pas qu’elle puisse être admise au nom de l’Union sacrée, puis bafouée après le retour à la vie civile. De ce point de vue, Janvier n’est pas au fait du décalage entre les niveaux local et national de la vie politique, car l’Union sacrée est rompue dès septembre 1917. Seule l’autorité de Clemenceau, étayée par sa popularité, en rétablit l’indispensable principe jusqu’à la victoire. Et le « Tigre » lui-même doit s’effacer lorsqu’il est battu, en janvier 1920, par l’éphémère Deschanel, à l’élection pour la présidence de la République.

20Sur le cumul – ou plutôt la compatibilité – des mandats, Janvier a une opinion tranchée : la fonction de maire lui paraît inconciliable avec celle de député, l’une et l’autre étant trop absorbantes. Il refuse donc de se présenter à la Chambre où il aurait pourtant sans doute été élu. Ce choix anti-carriériste résulte encore de sa pratique : « Le maire doit, à chaque instant de la journée », écrit-il début 1919, « se pénétrer de la véritable nature du mandat qu’on lui a confié. Ses concitoyens l’ont envoyé à la mairie pour être la femme de ménage de la cité. Pour ma part, j’estime n’avoir rien accompli d’extraordinaire et je me suis contenté de faire pour la Ville ce qu’une bonne ménagère fait pour la maison ». Il est vrai qu’en août 1917, resté tard à son bureau, Janvier est confondu par deux administrés venus chercher une attestation, avec un secrétaire de mairie ! L’image est jolie (l’anecdote est racontée avec un humour qui rappelle les fables morales des manuels scolaires de la Troisième République). Elle ne retire rien à la force de conviction du personnage : une chose est la méthode de travail, une autre est l’objectif. Sur le plan de la méthode, ses relations personnelles, nombreuses dans la haute administration, lui vaudront de siéger après guerre dans plusieurs commissions interministérielles constituées dans le but de relever le pays, comme la « commission supérieure d’aménagement, d’embellissement et d’extension des villes », consécutive à la loi présentée en mars 1919 par le député de Seine-et-Oise Cornudet, pourtant peu suspect d’amitiés radicales-socialistes. Il s’y retrouve, comme seul élu local, aux côtés d’un urbaniste (Léon Chifflot), d’un conseiller d’Etat, d’un professeur de médecine, de trois architectes célèbres (dont Victor Laloux, auteur de la gare d’Orsay, et Louis Bonnier, une des éminences grises de l’exposition de 1900). Pour d’autres, ces relations auraient pu servir de tremplin idéal. Pour Janvier, en secondant son action administrative, elles « auront efficacement servi les intérêts de la Ville ». Sans plus.

21Quel est alors, si ce n’est pas l’ambition, l’objectif qui sous-tend son combat politique ? Exprimé en 1919, cet objectif est double. « Je ne cachais pas (...) que si, dans les moments extrêmement difficiles que nous traversions, on devait pratiquer une politique de ressaisissement, dans l’ordre et le travail intensif pour toutes des classes de la société, on ne devait cependant pas admettre une politique rétrograde qui pourrait amener de terribles conflits et être cause de grands malheurs pour le pays, déjà si fortement éprouvé par les cinq années de guerre ». La République est le seul régime capable d’atteindre ce but, car elle est le « gouvernement du peuple ». Elle n’admet dans les rangs de son armée que des « combattants anonymes » attachés aux valeurs de la laïcité et du travail réglementé par la loi. Elle s’oppose à tous les pouvoirs personnels. « Partisan convaincu des progrès nécessaires à la démocratie », s’écrie finalement Janvier (on note le pluriel accolé au mot progrès : il ne s’agit plus seulement du progrès scientifique et technique, mais bien du progrès social), « je m’en tiens à l’idée (de) la République (comme) régime de discussion et de liberté ». Privé de tribune nationale, il doit se contenter du terrain municipal pour appliquer ces idées. Or, la conversion des concepts en réalisations parlantes est un exercice complexe (c’est d’ailleurs précisément le but assigné à l’architecte). En l’état, elle est intéressante à observer car elle suit quatre fils directeurs : 1. « Assurer quels que soient les événements, la continuité immédiate de la vie économique et administrative » (d’où une liste assez austère de travaux d’entretien, de voirie et d’embellissement, pour reprendre le langage de l’époque) ; 2. « Garder un renom de grande cité », ne pas « rester en arrière » sous peine de déchoir et de « perdre l’activité créatrice du développement et de la richesse » (d’où un programme de grands travaux, sur lesquels Janvier, malade, n’a pas le temps de s’expliquer, mais qui insiste sur l’enseignement, le sport, l’hygiène et l’habitat populaire) ; 3. Respecter la liberté d’opinion et de croyance (d’où l’achèvement des gros travaux de l’église Saint-Aubin, laissée en plan depuis 1876 ; 4. Être dévoué à la classe ouvrière (d’où les mesures prises pour que celle-ci puisse accéder au théâtre et au musée). Reste la mise en œuvre de ce dispositif.

Dompter l’État

22Dans la France d’avant et d’après-guerre, la carrière de l’élu se résume à un dialogue – ou plutôt un rapport de force – avec l’État, toujours soucieux de se débarrasser d’une partie de son fardeau et de la reporter sur les communes. Certes, l’État incarne les valeurs universelles de la République, mais il se révèle en même temps un être de chair, en la personne de ses hauts serviteurs. L’attitude de Janvier à leur endroit est fort instructive. C’est un peu la fable du dompteur forcé de renouveler ses tours sans changer d’outils. L’allocution du directeur de l’administration préfectorale et communale au ministère de l’Intérieur, venu remettre en 1913 la rosette de la Légion d’honneur à Janvier, commente sa méthode. Ce « grand chef des maires de France » retrace avec humour la première visite que lui fit Janvier place Beauvau en 1908, au lendemain de sa première élection. C’est le portrait d’un « jeune » élu qui a la naïveté de clamer ses convictions, dans le temple impersonnel du Pouvoir, et l’astuce de tester aussitôt la bonne tactique pour parvenir à ses fins. « Vous m’avez exposé vos projets », explique ce directeur, « votre programme administratif. Vous m’avez dit que toute votre espérance, c’était de faire le bien, beaucoup de bien, énormément de bien. C’était votre grande préoccupation de servir les intérêts de vos concitoyens qui venaient de vous témoigner une si grande confiance, d’apporter tout votre dévouement, toute votre activité, toute votre intelligence, au service de la cité que, disiez-vous, vous aimiez tant. Telles étaient vos espérances. Mais il y avait aussi des appréhensions [...]. Chez vous, homme d’action, elles se manifestaient dans la crainte qu’un formalisme administratif ne vînt paralyser vos efforts et, ne vous en défendez pas, malgré votre rondeur, votre bonhommie souriante, je le sentais bien : en me visitant, vous affrontiez le Minotaure ! »

23Ce monstre, Janvier en prend la mesure dès qu’il réalise qu’il est, plutôt qu’un Minotaure, une Hydre à plusieurs têtes. On peut donc disserter sur l’État mais, quand on commerce avec lui, ne jamais le tenir pour unique. En négociant, dossier par dossier, avec tel ministère, tel bureau d’administration centrale ; en s’abritant derrière la représentativité politique, Janvier apprend à tirer le meilleur parti de la loi au profit de la cité. C’est ainsi que, pour achever l’aile manquante du palais du Commerce – un projet qui aura traîné presque un demi-siècle – il imagine de concéder les futurs locaux aux Postes et de considérer le don du terrain comme le cinquième de l’opération revenant à la charge de la ville. Sur 1,5 million de francs, il parvient à ne pas débourser un sou ! Remarquable tour de force. Lorsqu’un nouveau régiment d’artillerie s’installe à Rennes, il arrache à une kyrielle de propriétaires privés la vente de 13 hectares et demi de terrain en une seule journée ( !), puis obtient du Conseil d’État une extension de l’octroi – « un fait unique en pareille circonstance », se réjouit-il – qui reporte de facto une partie des financements sur le ministère de la Guerre. Le timide provincial s’est vite mué en un redoutable diplomate, dont on sollicite du reste constamment les augures.

Développer et humaniser la ville

24Le maire de Rennes – il s’en justifie à plusieurs reprises – est passé maître dans l’art de museler les dépenses. Aucune imposition nouvelle au cours de la Grande Guerre : avec les diverses subventions obtenues, le budget de 1916 se clôt par le dégagement d’un solde positif de plus de 3,5 millions de francs dont Janvier prévoit qu’il sera très utile pour relancer son programme de travaux. Celui-ci est préparé par des acquisitions foncières, faisant suite au considérable parc religieux dont la ville se rend maîtresse après 1906 : ainsi en va-t-il des immeubles achetés en 1916 autour des halles centrales et du palais du Commerce, alors en construction, en prévision du développement de l’activité dans cette partie centrale de la cité. Cette transaction a lieu sans recours à l’expropriation – source de frustration pour les propriétaires expulsés – et sans frais additionnels : les locataires sont gardés dans les lieux jusqu’à la démolition. Janvier recourt systématiquement à l’art de la négociation, qu’il pratique comme une science de la persuasion, une sorte d’équivalent, en privé, de ce qu’est, en public, l’éloquence politique.

25Comme beaucoup d’édiles du temps, il est un peu « haussmannien » : pour tracer des rues aérées, il faut supprimer les vieilles maisons « où les règles d’hygiène sont si difficiles, sinon impossibles, à faire appliquer ». L’ère du patrimoine n’est pas encore advenue (le classement des façades de l’hôtel de ville, demandé en 1922 par ses soins, en annonce toutefois les prémices). En revanche, les Souvenirs explicitent deux des clés de la maîtrise d’ouvrage moderne : le contrôle du foncier et l’appréhension du projet architectural dans le cadre d’un débat contradictoire (le réaménagement de l’hôtel de ville est, par exemple, décidé après présentation au conseil municipal de « plusieurs études, avec des projets à différentes échelles »). Janvier souhaite en appliquer les bénéfices au logement salubre et à bon marché, dès 1913. Mais il doit attendre 1920 pour installer l’office public rennais d’HBM, doté de 150 000 francs (à titre de comparaison celui de Paris dispose d’un fonds initial de 500 000 francs). Les premières réalisations sont envisagées trop tard (fin 1922) pour qu’il en soit vraiment partie prenante.

26Ces dates assez tardives éclairent l’extrême urgence de son action : lors de sa prise de fonction, Rennes avait un grave retard à effacer en matière d’aménagements publics et sociaux. Tous les faits, toutes les comparaisons en attestent. De 1882 à 1908, la ville n’avait exécuté que 8 km d’égouts. En 1919, 35 km supplémentaires sont réalisés, joints à de grands ouvrages hydrauliques parmi lesquels un réservoir de 27 000 m3 d’eau pour parer aux risques de sécheresse. Méconnus de la population parce qu’ils sont éloignés de la ville, ces travaux se poursuivent pendant la guerre. Notons que si l’eau ainsi traitée irrigue le tissu urbain, évite les maladies et assainit les maisons, Rennes se méfie toujours autant de l’eau courante, accusée d’avoir trop longtemps infecté ses faubourgs. C’est ainsi que Janvier est l’initiateur de l’enfouissement de la Vilaine dont un premier segment est couvert entre le palais du Commerce et l’hôtel de ville. « Si l’on considère », estime-t-il, « qu’il y a une quarantaine d’années, la ville de Rennes utilisait encore les porteurs d’eau, qui du reste ont rendu de grands services à la population, on peut juger du chemin parcouru depuis cette époque ». Il demeure que la très vive impulsion donnée par Janvier à l’architecture publique (piscine Saint-Georges, fin de la halle centrale, stade de la rue Alphonse Guérin, etc.), au lendemain de la guerre, survient à un moment politiquement délicat. Les désordres internationaux, la flambée des prix, l’économie déséquilibrée par le conflit et jamais renflouée par le versement des dommages, la hausse des impôts, ont fait craindre la dérive des dépenses municipales et aiguisé les oppositions, après une gestion particulièrement sage de 1914 à 1918. L’architecture n’apparaît donc peut-être pas comme un rouage vital de l’engrenage politique, mais elle en révèle – et même en amplifie – tous les dérèglements.

— Bilan

27Du long chemin parcouru par Janvier, les Souvenirs aident à prendre la mesure et à repérer les embûches. On peut les trouver auto-centrés, hagiographiques, auto-suffisants même. Il s’agit bien d’un plaidoyer pro domo et, à ce titre, d’une source nouvelle versée au jugement d’une personnalité et d’une ville. Plutôt magnanime envers ses adversaires, mais peu enclin à partager le fruit des décisions avec ses collaborateurs, Janvier ne laisse à personne le soin de faire valoir les qualités d’un « bon » magistrat : pondération, esprit pratique, justice et tolérance. Sa relation n’est pourtant pas d’intérêt uniquement privé ou local. Elle ouvre au contraire sur la France du 20 siècle de nombreuses perspectives qui en font un document de premier plan. Elle dresse une véritable cartographie des notabilités et des réseaux d’influence dans l’Ouest. Elle montre comment les idées républicaines ont conquis les élites, à partir d’un substrat hostile, et fini par cimenter le corps social, à la faveur de la Grande Guerre. Elle illustre le rôle des divers corps d’État (notamment celui, très directif et politique, des préfets), tout en expliquant les mécanismes de l’ascension sociale par la filière de l’entreprise. Elle réhabilite le rôle de l’élu en le montrant prisonnier de l’événement, obsédé par la pression des urnes, tenté d’agir dans l’urgence, submergé par l’accumulation des faits quotidiens et, tout de même, capable de défendre une philosophie, de formuler un projet cohérent pour la ville, d’avoir une vision objective du pays à moyen terme. Elle éclaire, enfin, les mécanismes complexes de sa prise de décision.

28On n’écrit certes pas l’histoire avec l’espoir de la voir se répéter. Quelques-unes des leçons rassemblées dans ce manuscrit, rédigé avec soin, quelquefois avec bonheur, doivent être relativisées à l’aune des sources complémentaires. C’est le genre des mémoires que de susciter la prudence : le témoignage n’est qu’un matériau brut. D’autres restent bonnes à méditer aujourd’hui : par exemple, la quête de la modernité comme le contraire d’un a priori ou le débat, à ce jour non clos, sur le cumul des mandats ou encore l’art d’inscrire la décision politique dans le bâti sans céder à la pompe. C’est déjà beaucoup. La question de l’architecture et de l’urbanisme sort ainsi nettement revalorisée de ce parcours singulier. On y constate, une fois de plus, sa traduction laborieuse dans les programmes électoraux qui peinent à représenter la réalité et à organiser le temps. Celui de 1919 est, à ce titre, très lacunaire. Janvier n’aurait pourtant pas aimé la devise : y penser toujours, le faire sans doute, en parler jamais ! C’est Patrick Devedjian qui déconseillait récemment aux futurs élus locaux d’élaborer un « plan général d’urbanisme » : « Ne faites jamais ça ! Vous allez vous mettre tout le monde à dos. Certains habitants vont se plaindre qu’on élargisse une rue, d’autres qu’on démolisse un immeuble. Mieux vaut agir “à la chinoise”, dans un coin, l’air de rien » (Le Monde, 28-29 mai 2000).

29Les Souvenirs sont, à cet égard, extrêmement précieux. Les hommes politiques aiment en effet, quand ils écrivent, philosopher sur les principes ou user de la fiction historique pour légitimer leur oeuvre, au travers de tel ou tel personnage fameux dont ils s’attribuent, métaphoriquement, les qualités ou les idées. Il est rare, en revanche, qu’ils s’expriment en direct sur leur vie, leur mandature ou leur combat. Le texte de Janvier est, lui, très personnel : ce sont des « souvenirs », modestes, adressés à des proches ; non des « mémoires », orgueilleux, destinés à l’univers. Il donne donc l’occasion de chiffrer avec précision l’activité, au jour le jour, d’un élu local. On y constate que les inaugurations de bâtiment sont moins fréquentes – et moins prolifiques – que les cérémonies commémoratives. C’est le fait de la guerre, bien sûr, mais celui aussi des pratiques. Lorsque le président Poincaré se déplace à Rennes, en 1914, on lui prépare, en même temps qu’une grande fête gymnique, un vrai tir groupé : il inaugure, d’un seul coup, l’hôtel de ville réaménagé, la crèche Saint-Hélier, le groupe scolaire de la Liberté, le théâtre réhabilité – c’est-à-dire quatre des plus belles réalisations de l’avant-guerre à Rennes. Constatons que c’est là faire assaut de prestige bien plus que de prosélytisme.

30Si l’on excepte les pages consacrées à la jeunesse et à la formation, on peut approximativement ventiler le labeur de Janvier en quatre domaines : l’urbanisme et l’architecture ; le progrès social ; l’organisation administrative ; l’action politique (campagnes, discours, réceptions, etc., c’est-à-dire tout ce qui touche à la promotion ou à la bataille des idées). Le second est peut-être gonflé par le conflit (24,67 %), mais il colle à la philosophie de Janvier. La dernière est certainement amplifiée (32,02 %) par l’essor de la commémoration, joint au renouvellement périodique des mandats et, par conséquent, à la défense des bilans. La troisième, la plus obscure sans doute aux yeux du public, demeure fort limitée (14,7 %), malgré la présence de Janvier dans nombre de commissions nationales et son goût pour la prévision. Laménagement urbain, enfin, est probablement beaucoup plus développé (28,6 %) que ne le reconnaît usuellement le discours électoral. Ce n’est pas une surprise pour les observateurs de la vie publique locale, mais une confirmation utile autant qu’indiscutable. Avec des nuances (il n’a aucune tendresse pour l’autoritarisme), les Souvenirs de Janvier offrent, au total, une sorte de contre-modèle à une stratégie du coup par coup. À toute époque, chacun opte, grosso modo, pour un camp : dirigé ou libéral ; le clivage classique entre la droite et la gauche resurgit, sous la forme prévue : faut-il planifier ou bien réagir ? En 2000, la politique de la ville tient encore, en partie, dans cette question primordiale. Janvier, lui, avait choisi. À l’histoire de juger.

Note sur l’édition du texte :

31Le manuscrit originel est présenté sous la forme de rubriques successives – plus ou moins développées, de une ligne à plusieurs pages – numérotées de 1 à 188. On les a regroupées, lorsque c’était nécessaire pour renforcer la cohérence du propos, et classées par chapitres. L’ensemble est ventilé en trois parties correspondant strictement au trois phases d’écriture du texte. Celui-ci n’a subi aucune modification (seuls les titres des chapitres ont été rajoutés, quelques intitulés de paragraphes ont été retouchés et de rares coquilles corrigées). On s’est contenté, pour alléger la lecture, de couper quelques passages – dûment signalés – en cours de route (discours officiels, lettres de félicitations au ton quelque peu convenu) et, surtout, à la fin où Janvier, ayant cessé de rédiger dans les mois qui précèdent son décès, s’est contenté de reproduire les procès-verbaux du conseil municipal. Enfin, « L’appendice aux Souvenirs », rassemblant quelques témoignages, lettres ou articles de journaux, n’a été retenu qu’en partie. On a naturellement respecté le ton familial et familier des Souvenirs, Janvier s’adressant à des lecteurs privilégiés : sa fille et son fils.

Notes

1 C’est-à-dire du bloc des gauches.

2 Conservé sous la cote 9 Z 1 aux Archives municipales de Rennes.

3 Archives municipales de Rennes, 9 Z 2.

4 Archives municipales de Rennes, 9 Z 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540