Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

La vie sociale, politique et commerciale de Saint-Jean (1907)

« Journal de voyage à Terre-Neuve », p. 1285-1291, 1294-1296

Robert Perret

Texte intégral

130 juin. – Excursion à Middle Cove, Torbay, Portugal Cove. La route de Torbay laisse, à droite, la dépression du port de Saint-John’s et la chaîne de Signal Hill ; elle escalade les gradins du plateau intérieur. Sur ces pentes, exposées au vent de mer qui souffle par les coupures des falaises, s’étendent de vastes pâtures semées de fermes. Mais ces champs de terre grise, sans mottes, où les cailloux erratiques crèvent les sillons, ne produisent que des pommes de terre ou des tiges de blé si espacées que le champ, vu à distance, garde une teinte grise. Sur les gazons, des troupeaux broutent une herbe courte entre une mare tourbeuse et des touffes de rhododendrons. Les fermes sont disséminées, car il faut beaucoup d’espace pour nourrir peu d’animaux. Ces prés environnent des replats argileux où croissent des mousses tremblantes qui forment la couronne des étangs. Des conifères et quelques bouleaux s’élèvent à deux hauteurs d’homme dans les replis abrités. Des saules jalonnent les ruisseaux ; émissaires de mares imprégnées de tannin, ils roulent, d’un bloc erratique à l’autre, des eaux couleur de caramel ; ils n’ont ni lit, ni berges, ni direction constante ; la moindre roche occasionne un coude ou divise le flot. Si la pente s’accentue, c’est un réseau de cascatelles qui divergent vers d’autres ruisseaux. On dirait que ces cours d’eau viennent de naître et n’ont pas appris à couler.

2La côte est formée d’assises qui se dressent verticales hors de l’Atlantique ; leurs tranches usées représentent les marches par où s’élève la péninsule d’Avalon. L’alternance des roches dures qui constituent les rebords et d’un sol tendre où l’érosion a sculpté les banquettes, dessine un relief aux lignes parallèles. Des bosses de grès lie de vin accidentent le ressaut qui finit en cap à Middle Cove. De l’échelon où je me tiens, je découvre le golfe de Torbay qui s’épanouit entre ce cap et les falaises en retrait du plateau. Un iceberg gît, échoué, près d’un pilier de roche. Un sentier conduit au village, voie tortueuse au milieu de sapins grêles, puis rectiligne dès qu’arrive à la frontière des brumes une zone de mousses multicolores. Les maisons se serrent au rivage près de claies où sèchent des morues, ou escaladent les pentes à portée des champs. Leurs murs de planches sont peints en blanc, avec des fenêtres bordées de rouge ; seuls les magasins contenant le poisson sont en bois cru. Des troupeaux au poil hérissé paissent dans les enclos ; un coq effrayé fuit devant moi gloussant, les plumes en panache, la crête écarlate secouée par le vent. On me sert à l’hôtel un pudding à la crème mêlé de confiture d’airelles.

3Le plateau d’Avalon, qui descend par gradins vers Saint-John’s, bute à l’ouest contre les môles granitiques de Topsail. Il est constitué par une série de croupes rigoureusement parallèles, qui se succèdent à travers les étangs où elles s’allongent en îles boisées. Des lichens rampent sur le cailloutis des savanes qui occupent les dômes. Les cuvettes sont remplies par des lacs en chapelets ; leurs bords sont frangés par l’écume des vagues. Sur les pentes, des sphaignes gonflées d’eau retiennent des mares ; elles étouffent les racines d’une forêt naine d’épinettes. Ces arbres minuscules, dont les plus hauts ne vont pas à hauteur d’homme, forment une brousse sans ombre que l’on domine du regard. Entre les silex chauffés des savanes et la haie des épinettes, je chemine la peau cuite ; je n’entends que le bruit des ardoises brisées sous le pied. Une heure s’ajoute à l’autre sans changement de décor. La vue plonge soudain vers la mer du haut d’une croupe occidentale ; une gorge fend la sierra côtière ; un torrent s’y précipite, qui draine les mares dormantes du plateau ; je passe le portail, et Portugal Cove paraît blotti entre des bras de pierre, avec des barques dansantes sur les flots de la baie de Conception.

  • 1 William Carson Job (1864-1943), homme d’affaires et politicien, devint en 1886 le directeur de la c (...)

43 juillet. – Peu de coloniaux arment pour les bancs. Ils prennent la morue dans leurs eaux littorales et au Labrador. Lusage de la côte occidentale par les marins bretons a provoqué l’émigration des pêcheurs locaux vers le continent ; il existe un Newfoundlander Shore au Canada comme un French Shore à Terre-Neuve. Quand le printemps a disloqué la banquise où est pratiquée la capture des phoques, la mer s’ouvre aux chaloupes d’où l’on relève les filets et d’où sont jetées les lignes. Du milieu de juin à la fin de juillet la morue, pour se reproduire, vient habiter près de la surface des eaux ; on dispose alors le long du rivage des cod traps, filets cubiques fixés par des amarres, suspendus par des flotteurs, tendus par des ancres. Avant la trapping season, dès que les havres sont libres de glaces et après, tant qu’ils ne sont point obstrués, la pêche est faite à la ligne de main. Si l’appât manque, on agite des jiggers, hameçons doubles en fer galvanisé qui happent le poisson. La morue prise est séchée au soleil sur des claies ou à la vapeur en pièce close suivant qu’on la destine aux marchés européens ou aux pays tropicaux ; elle est exportée par goélettes à même la cale vers Oporto, ou par brigantins en drums (tonneaux) de chêne vers le Brésil. Des conserves de homards sont envoyées par caisses à Hambourg à bord des paquebots Allan ou Furness déchargés à Glasgow. M. W Job1 m’autorise à visiter ses usines ; on me fait goûter une boîte de saumon, palper la morue pour Oporto à la chair tendre et la morue pour le Brésil raide comme un morceau de bois. Au niveau des wharfs où deux goélettes attendent, l’une d’être vidée, l’autre d’être remplie, se trouvent les magasins ; ici, sont entassés des barils ; là, des piles de morue sèche ; ailleurs, un pressoir comprime, dans un drum, le produit dont il fait éclater les arêtes. Un vieux cheval attend dans la cour qu’on l’utilise. Peu d’hommes sont employés ; au fur et à mesure qu’un cargaison est prête, on l’expédie. Des comptables écrivent au-dessus dans les bureaux, tandis qu’au dernier étage, entre le téléphone et un journal, M. W Job lit et fume.

  • 2 Alan Goodridge et fils était une des compagnies d’armateurs les plus célèbres, installée sur la côt (...)
  • 3 A la suite d’un décennie pendant laquelle le commerce à la pêche n’avait pas avancé bien, les deux (...)

5Il existe plusieurs modes de contrats de pêche : le pêcheur est un salarié, aux gages de l’armateur qui vend ses produits ; c’est le système de la maison Goodridge2 et de Job Brothers, – le pêcheur est employé par un intermédiaire, tantôt propriétaire du poisson et des engins avec la charge de nourrir l’équipage payé à la part, tantôt propriétaire du poisson sans les engins qui appartiennent aux marins à ses gages ; les produits de pêche sont achetés par l’armateur qui les exporte ; avant chaque campagne, l’armateur prête à l’intermédiaire pauvre l’argent qu’empruntent à leur tour les pêcheurs pour s’équiper ; cette avance est retenue sur les salaires payés en fin de saison. De ce système résultent des dettes réciproques : du pêcheur envers l’intermédiaire et de l’intermédiaire envers l’armateur pour les emprunts ; de l’armateur envers l’intermédiaire pour l’achat et de l’intermédiaire envers le pêcheur pour le salaire ou pour la part ; la créance du pêcheur est privilégiée. C’est le contrat du Labrador, – le pêcheur est indépendant, propriétaire de ses engins ; il vend sa prise au plus offrant, armateur ou intermédiaire collecteur. Ce système, usité dans la péninsule d’Avalon, prend chaque année plus d’extension ; le mode d’entreprise adopté par les maisons Job et Goodridge a peu d’avenir, car, en général, les armateurs ne jouissent pas de revenus suffisants pour payer des salaires ; à la suite de la banqueroute de 18943, ils cherchent à faire disparaître l’usage traditionnel du contrat à double prêt, qui leur fait courir trop de risques. Cette tâche a été facilitée par une suite de bonnes années pendant lesquelles les marins ont pu mettre de côté leurs gains et acheter, avec leur équipement, leur indépendance. Il y a six millions de dollars en dépôt à la Savings Bank ou caisse d’épargne.

  • 4 James Augustus Clift (1857-1923), avocat et politicien, fondateur du City Club de Saint-Jean, nommé (...)

65 juillet. – L’hon. A. Clift, ministre de l’agriculture4, m’a reçu vers trois heures et a courtoisement répondu à mes demandes sur l’organisation de l’assistance. Le Department of public charities (services des charités publiques) est chargé de l’administration des secours. Il est constitué par un Head office (bureau central) à Saint-John’s et des Relieving offices (bureaux de distribution) dans chaque district. 115 000 dollars sont consacrés chaque année aux secours temporaires et permanents (Permanent and casual poor). Les secours permanents sont alloués aux pauvres définitivement incapables de gagner leur vie : veuves, vieillards, infirmes qui reçoivent 24 dollars par mois. Les secours temporaires sont donnés à ceux qu’une circonstance fortuite prive momentanément de leurs bras : maladie ou accident. Leur taux varie suivant les cas. Le Head office répartit les sommes entre les Relieving offices au nombre de deux ou trois par district ; ceux-ci les distribuent sous forme de billets valant monnaie (orders) ; chaque pauvre remet ce bon au négociant qui l’approvisionne dont le banquier touche à vue au Head office. Près de 7 000 dollars sont, en outre, alloués sous forme de subvention aux confessions religieuses pour leurs orphelinats.

7La misère résulte de la morte-saison d’un long hiver ; elle frappe moins les pêcheurs établis à peu de frais sur terre vacante que les manœuvres sans profession quand, à l’arrivée de la banquise, la compagnie Allan suspend le service des paquebots. Anémiés en des pièces closes, les ouvriers du port sont décimés par la tuberculose ; or les hôpitaux n’acceptent pas les phtisiques, trop nombreux pour les ressources du budget colonial. C’est aux initiatives privées qu’il appartient de les secourir ; elles s’exercent par l’intermédiaire de sociétés de bienfaisance à caractère confessionnel : la Benevolent Irish Society, pour les Irlandais catholiques ; la compagnie de Saint Andrew, pour les Écossais presbytériens ; la British Society pour les Anglicans. Certaines sociétés de tempérance sont organisées en mutualités.

86 juillet. – Le Journal of the House of Assembly ne donne des discours politiques que des résumés. Soixante pages exposent l’éloquence d’une session. Ce journal officiel est un annuaire économique ; il concerne les intérêts des électeurs et non leurs opinions. Ici la concurrence entre feuilles publiques est faite à coup de réclames ; la surenchère est dans les annonces. On ne trouve pas dans les articles de mots abstraits. On consigne les arrivées de vapeurs et de trains, les noms des voyageurs et des passagers, le temps durant lequel les hôtels gagneront à leur séjour ; le tonnage du fret ; le cours des prix ; les bals, les régates et les parties de tennis ; on étale le nom des invités comme sur une réclame les noms des marchandises ; les soirées sont des événements de petite ville ; mais c’est aussi la business des jeunes filles. On met son plaisir en devanture.

  • 5 Michael P. Gibbs (1870-1943) lut élu député conservateur en 1897 mais battu dans quatre élections s (...)

9Dans un pays où l’on pense peu, il n’y a point de divisions profondes ; c’est là qu’est la force des pays anglo-saxons. Les statuts des syndicats ouvriers de Saint-John’s ont été rédigés par un conservateur [Michael P Gibbs5 ] ; des jeunes filles catholiques ont chanté l’office à l’église anglicane. Les différences d’opinion concernent les faits plus que les principes, les hommes plus que les idées. Que valent à Terre-Neuve les termes de libéral et de tory ? Un fonctionnaire m’a répondu : Words ; politics are not on principles, they are Personal (des mots ; la politique vise non les doctrines, mais les personnes). L’individualisme est dans les familles ; il ne se hausse pas jusqu’à l’orgueil de caste, mais consiste en amour-propre. Les fermiers d’Avalon pourraient cultiver sans débours s’ils étaient aidés par leurs fils ; chacun gagnerait en bien-être, le travail commun profitant à tous. Mais les enfants veulent vivre indépendants à plus de frais. À Londres, une fille appelle son père father (père) ; à Saint-John’s, elle le nomme sir (monsieur) ; à Boston, elle dirait governor (pion).

10Le vent d’est a ramené la brume ; elle coiffe les côtes et couvre le plateau. Bien qu’il ne pleuve pas, la poussière est agglutinée. Dans les rues, la vue ne porte qu’à quelques mètres. Je vais au port lorsqu’il fait nuit. Le bruit du treuil d’un transatlantique qu’on décharge et le grincement du trolley sont les seuls signes d’activité que donne la ville ; parfois, un air de valse parvient grêle à travers les murailles d’une maison. La mer ondule sous le brouillard mobile où se fond la vapeur du paquebot ; la coque noire surgit du gris, sans mâts visibles, sans formes distinctes. L’eau reflète la lueur blanche d’un projecteur électrique et la lumière jaune de la lampe à huile d’un trois-mâts voisin. La brume met un cerne autour de clartés blafardes qui semblent des étoiles dans la nuit et qui ne sont que des réverbères.

  • 6 Augustus Frederick Goodridge (1839-1920), homme d’affaires et premier ministre de Terre-Neuve. Né e (...)
  • 7 Alfred Bishop Morine (1857-1944), avocat et politicien, né au Port Medway, en Nouvelle-Écosse, arri (...)

118 juillet. – Les tories ont détenu le pouvoir à Terre-Neuve jusqu’à la promulgation en 1889 du Ballot Act qui rendit les votes secrets. Le parti libéral était composé d’avocats. Nationalistes, ils repoussaient la pensée d’une confédération avec le Canada et répétaient la devise : « Terre-Neuve aux Terreneuviens ». Leur programme comportait l’exécution de travaux d’utilité publique ; réduite à des bénéfices aléatoires, ceux de la pêche, l’île était vouée à la banqueroute périodique tant que ne pourraient se compenser les fortunes de plusieurs commerces ; il fallait être hardi pour être riche, explorer intérieur endetter le budget pour établir la voie ferrée qui en drainerait les ressources. Sans avoir élaboré aucune doctrine sociale et s’entendant avec les conservateurs pour respecter l’ordre établi, les libéraux croyaient qu’en fait les salaires étaient dérisoires. Les armateurs ou tories ne niaient point l’utilité des travaux publics, mes les jugeaient inopportuns ; ils étaient soucieux d’administrer les finances avec économie ; ils déclaraient la colonie trop pauvre pour se permettre une aventure ; ils alléguaient qu’un pays ne vivant que d’un commerce ne pouvait octroyer des salaires comparables à ceux des États-Unis ; bien que leur chef nominal fût Goodridge6, leur leader effectif était le Canadien Morine7, ce qui les discréditait aux yeux des patriotes. Aucun principe abstrait ne séparait ces adversaires, mais une appréciation diverse des problèmes économiques et un sentiment. Ce fut le caractère sentimentale de la nouvelle politique qui en assura le succès. Les pêcheurs de Terre-Neuve haïssaient le Canada. Les tories ont rapidement compris que leur avenir était achevé. Pratiquement, il n’y a plus qu’un parti ; la House of Assembly (Chambre des Communes), sur trente-six membres, compte trente libéraux. Mais une nouvelle évolution va transformer Saint-John’s : un ancien tory, M. Gibbs, a groupé les ouvriers du port en Unions (syndicats), dont il rédigea les statuts. On peut envisager l’avenir de Terre-Neuve comme une lutte entre les syndicats urbains et la population éparse des pêcheurs libéraux.

Alfred Bishop Morine. (Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/F59-22)

  • 8 John Joseph Fenelon (1880-1934).
  • 9 Ferdinand Brunetière (1849-1906), critique littéraire. Converti au catholicisme, il essaya de montr (...)

129 juillet. – Sur la présentation d’un avocat, M. Fenelon8, je suis admis au City Club pour la durée de mon séjour. C’est là que les hommes d’affaires ou de loi prennent leurs repas à portée de leurs offices. La salle de lecteur contient les principales revues de Londres et de New-York : Nineteenth Century, Fortnightly Review, Harper, Scribner’s. M. Fenelon, qui parle notre langue, est curieux de nos lettres ; j’appelle à l’aide tout mon anglais, comme lui tout son français pour discuter le positivisme de Brunetière9. Par la fenêtre, on aperçoit, sur les toits des magasins, des morues séchant au soleil. Je me rends au Tennis Club, dont les pelouses sont peuplées de joueuses entre l’aube et la nuit close, tandis qu’aux comptoirs de Water-Street on ne trouve de commis qu’entre dix heures et six heures. Les jeunes filles arrivent dès le matin ; les jeunes femmes pour prendre le thé. « Que faites-vous lorsqu’il pleut ? – Rien. » Partout la même réponse. Are you reading ? – Very seldom (Lisez-vous ? – Bien rarement). Nous ne sommes ici ni au pays de la vie intense, ni au pays de la vie profonde ; les Terreneuviennes sont comme leurs plantes, le froid les engourdit ; un jour le soleil produit une exubérance de végétation ou de sport. Les coups de raquette alternent avec les coupes de thé. Alors qu’à Saint-John’s, le peuple est irlandais, ces jeunes filles ont le type saxon : des pommettes en saillie, des épaules robustes, une stature d’homme ; leurs ancêtres vivaient en Devonshire. Elles articulent un anglais très pur ; leurs toilettes viennent de Londres comme leurs souliers blancs ; leurs mères ont traversé vingt fois l’océan. Celle-ci sent point le pittoresque des falaises de Signal Hill ; celle-là ne goûte que la verdure de Windsor. Après la fermeture des offices, les jeunes gens arrivent de Water-Street. L’un vient de Boston par le Bruce ; l’autre a vendu les oranges apportées par le Rosalind. Ils parlent peu ; ils laissent à celui qui les écoute le soin de développer leurs idées.

  • 10 Michael Francis Howley (1843-1914) fut ordonné prêtre à Rome en 1868 et en 1870 arriva à Saint-Jean (...)

1318 juillet. Sa Grâce Mgr Howley10 m’a reçu en son palais. Ecrivain, l’archevêque m’a offert des brochures sur le voyage de Jean Cabot au quinzième siècle ; il m’a exposé l’organisation de son diocèse. Les ressources du culte sont produites par une dîme perçue de porte en porte par un prêtre quêteur ; le taux est de 4 dollars. Cette dîme n’est pas exigé des pauvres, mais tous se font un honneur de la donner ; celui dont le quêteur passerait la porte se jugerait offensé ; les familles riches paient quintuple dîme. La contribution des pêcheurs a lieu, par la vente au profit de l’église, du poisson pris les jours fériés ; l’archevêque dispose des sommes ainsi amassées pour subvenir à la misère publique.

14Le clergé exerce une influence politique expliquée par l’histoire locale. Au temps de la persécution religieuse, les prêtres catholiques étaient les seuls guides des fidèles mis hors la loi ; chefs du troupeau, ils étaient les premiers poursuivis et les premiers condamnés ; les souffrances qu’ils endurèrent pour la défense des libertés communes leur attira la reconnaissance passionnée du peuple. Les pasteurs protestants, qui n’ont pas souffert pour leur foi, se heurtent à l’individualisme religieux des sectes. Ainsi les catholiques, moins nombreux mais disciplinés, sont les arbitres des affaires de l’île.

1520 juillet. – C’est un ministre des finances privées, une maîtresse de maison, que j’ai interpellé aujourd’hui sur l’administration de son ménage ; nous avons causé de politique intérieure dans une chambre sans députés qui était un salon.

16Une maison de Circular Road est louée 500 dollars par an, plus 40 dollars pour la taxe municipale. Elle comporte un sous-sol et deux étages. Sans fondations profondes, les murs de bois manquent de rigidité ; les tourmentes les balancent et produisent des feux de cheminée par l’éboulement des briques sous les pesées des lattes. Les fenêtres sont à guillotine ; on les double, avant l’hiver, par des cadres vitrés qu’on laisse vissés toute la saison. Souvent une couche de neige remplit l’intervalle qui sépare les deux portes de l’entrée. Dans chaque pièce est une cheminée avec grille pour le charbon tendre de Sydney ; un radiateur chauffe le vestibule de chaque étage ; ainsi l’on obtient de 38 degrés à 45 degrés Fahrenheit en février. On use par an 7 tonnes d’anthracite de Pennsylvanie à 8,50 dollars pour le calorifère ; par mois, une tonne de charbon de Sydney à 6,25 dollars pour la cuisine et l’appartement. La nuit, afin de ne pas recharger continuellement les grilles, on brûle des rondins de bouleau à un dollar le cent ; le feu est allumé avec des splits, copeaux vendus à raison de 2 cents le paquet d’une livre et demie. Il faut évaluer à 200 dollars la dépense de chauffage de la maison.

17Les produits alimentaires sont importés. Des bestiaux arrivent l’été de l’île du Prince-Édouard ; les bouchers les achètent vivants aux enchères publiques, puis les nourrissent avant de les abattre pour faire disparaître l’amaigrissement du voyage ; les quartiers de bœuf et de mouton valent de 18 à 30 cents la livre, suivant les cours. Les légumes viennent de la Nouvelle-Écosse ; on vend 35 cents le gallon de haricots, 10 cents le gallon de pommes de terre, 8 cents la livre de choux, 10 cents la tête de céleri, 2 cents les huit branches de rhubarbe. On se nourrit, pendant l’hiver, de viande gelée et de légumes en conserve. La morue est l’équivalent de notre « bouilli » ; elle n’est servie qu’aux intimes. Le pain est cuit à la maison ; on le fait lever avec de la baking powder ou carbonate de soude. Chaque famille, au début de l’été, fait provision des fruits du pays : fraises, framboises, myrtilles, mangées sous forme de confitures ; à Noël, il est d’usage de couvrir les tables avec grappes rouges du sorbier.

18Ainsi est prévu le budget d’une vie aisée ; j’ai voulu savoir comment subsiste une famille sans budget. On a obtenu, pour ma curiosité, l’accès d’une maison pauvre. Trois pièces forment l’appartement, loué sept livres par an ; deux chambres de six pieds sur sept sont remplies par deux lits qu’occupent sept personnes. La construction est posée sur pilotis, surélevée de trois marches au-dessus du sol dont la pente n’est pas égalisée. Les cloisons intérieures sont tapissées de journaux collés ; ce revêtement de papier maintient la chaleur dégagée par le poêle. Une lampe à pétrole est suspendue par un fil de fer à un clou planté dans le plafond ; elle peut osciller comme à bord d’un navire. La nourriture du ménage est composée de pain et de thé ; l’argent manque pour acheter des salaisons ; il n’est pas question de viande fraîche. Le mari, phtisique, est étendu sur un matelas ; quand il peut travailler, c’est aux docks à empiler des morues ; dix heures de présence lui valent un dollar ; mais il reste des semaines sans force et sans besogne. Anémié par l’abus du thé et le séjour dans une chambre close, la femme est char-woman (femme de journée) ; elle fait vivre sa maisonnée. Ses filles, qui ne sortent pas faute de souliers, portent des dentelles. L’éducation donnée aux fils par les Christian Brothers (frères des écoles chrétiennes) coûte un dollar par trimestre ; l’instruction reçue au couvent de la Présentation est gratuite. La Société de Saint-Vincent de Paul fournit de temps en temps un seau de charbon, mais ne peut faire davantage, faute de fonds. Les armateurs protestants donnent aux pauvres de leur dénomination ; il y a peu de fortunes catholiques.

19C’est samedi : les pêcheurs et les fermiers de la banlieue viennent faire leurs achats pour la semaine ; les magasins ne ferment qu’à dix heures, et Water-Street regorge de monde. Des files de voitures haut perchées sur des roues grêles s’ébranlent, chargées de provisions, vers la campagne. Les processions de l’Armée du Salut circulent aux lumières d’un chandelier ; ses membres, en uniforme, hurlent leurs confessions pour dominer le bruit des magasins et des trottoirs.

2021 juillet. – Le peuple de Saint-John’s est moral. Plusieurs faits témoignent d’une probité singulière : les hôtels n’ont pas de veilleur de nuit ; il n’y a pas de clefs aux serrures. Une Terre-Neuvienne qui se rend au bal donne congé à sa femme de chambre et laisse ouverte sa porte sans loquet. Hormis les chasseurs, personne ne possède d’armes. Un pêcheur en mer n’a rien à voler ; à terre, il conserve les habitudes du bord. Un traité de réciprocité avec les États-Unis changerait cela bien vite.

Notes

1 William Carson Job (1864-1943), homme d’affaires et politicien, devint en 1886 le directeur de la compagnie Job frères.

2 Alan Goodridge et fils était une des compagnies d’armateurs les plus célèbres, installée sur la côte sud de la péninsule d’Avalon.

3 A la suite d’un décennie pendant laquelle le commerce à la pêche n’avait pas avancé bien, les deux banques commerciales de Saint-Jean fermèrent leurs portes en 1894

4 James Augustus Clift (1857-1923), avocat et politicien, fondateur du City Club de Saint-Jean, nommé membre du Conseil exécutif de Terre-Neuve au portefeuille des Mines et de l’Agriculture de 1905 à 1909, ainsi que de 1918 à 1919.

5 Michael P. Gibbs (1870-1943) lut élu député conservateur en 1897 mais battu dans quatre élections suivantes. Quand il était en fonction, il était réputé comme champion ainsi que négociateur de la part du syndicalisme, en contribuant à la fondation du Longshoreman’s Protective Union (Syndicat pour la protection de la main d’œuvre du port) en 1903. De plus, il fit se syndiquer les boulangers et les charpentiers de Saint-Jean. Gibbs fut élu maire de Saint-Jean en 1906.

6 Augustus Frederick Goodridge (1839-1920), homme d’affaires et premier ministre de Terre-Neuve. Né en Angleterre, Goodridge arriva à Terre-Neuve en 1853 pour travailler comme comptable de la compagnie de son père, Alan Goodridge et fils, à Renews et devint associé en 1862. Il fut élu à l’Assemblée générale comme député de la circonscription de Ferryland en 1880 et devint membre du parti opposé à la politique du premier ministre Whiteway pour le développement du chemin de fer, pour ensuite devenir chef de l’Opposition. En 1893, comme chef du Parti conservateur, il fut invité par le gouverneur à former un gouvernement minoritaire, et il resta en fonction jusqu’au 12 décembre 1894, deux jours après la faillite des banques d’épargne de Terre-Neuve.

7 Alfred Bishop Morine (1857-1944), avocat et politicien, né au Port Medway, en Nouvelle-Écosse, arriva à Saint-Jean en 1883 comme rédacteur en chef du Evening Mercury, quotidien conservateur, orangiste et anti-catholique, qui soutint le gouvernement du premier ministre Whiteway. C’est Morine et son collègue Robert Bond qui persuadèrent Whiteway de reprendre sa carrière politique. De plus, il essaya de former une coalition afin de faciliter l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne. En 1898, il négocia avec Robert G. Reid un contrat pour la construction d’un chemin de fer, bien qu’il fusse sous contrat comme notaire de Monsieur Reid. Morine quitta Terre-Neuve en 1906 pour s’installer avocat à Toronto.

8 John Joseph Fenelon (1880-1934).

9 Ferdinand Brunetière (1849-1906), critique littéraire. Converti au catholicisme, il essaya de montrer comment le positivisme d’Auguste Comte était analogue au catholicisme.

10 Michael Francis Howley (1843-1914) fut ordonné prêtre à Rome en 1868 et en 1870 arriva à Saint-Jean en compagnie de l’évêque Thomas Joseph Power. En 1892, il fut consacré évêque par Power, en devenant le premier évêque de Saint-Georges, à la côte ouest, et le premier évêque terre-neuvien indigène. Il était partisan de la libération du French-Shore et promulguait de mettre une fin aux droits français. Dès le décès de l’évêque Power, il fut transféré au siège de Saint-Jean, où il entra en fonction en 1895. Quand Terre-Neuve fut créée province archevêchée en 1905, Howley en devint le premier archevêque. Comme auteur, il fit publier l’Ecclesiastical History of Newfoundland (1888), et il rédigea de nombreux articles pour des journaux et des revues, locaux et étrangers.

Table des illustrations

Légende Alfred Bishop Morine. (Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/F59-22)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

Auteur

Robert Perret, géographe, arriva à Saint-Jean en juin 1907 à bord du Siberian afin de faire le tour de l’île de Terre-Neuve, tout en faisant des recherches pour sa thèse de doctorat, publié plus tard sous titre de La géographie de Terre-Neuve (1913). Ce qui suit, un extrait de son carnet de voyage, traite de la nouvelle culture politique et commerciale de Saint-Jean.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search