Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Qu’est-ce que c’est qu’une trappe à morues ? (1905)

« Pêche à la côte de Terre-Neuve », p. 244-245, 246-250, 251-252

Paul Revert

Texte intégral

1Avant la convention du 10 avril 1904, qui a annulé le traité d’Utrecht, la pêche de la morue à la côte Est de Terre-Neuve se laissait par nos nationaux avec des sennes et des lignes de main. Nos capitaines pêcheurs s’interdisaient entre eux de mettre des trappes à morues et des lignes de fond avant le 15 août.

  • 1 À Terre-Neuve, l’invention de la trappe à morues est attribuée au capitaine William Whiteley de Bon (...)

2Les trappes à morues ayant été inventées par les Norvégiens1, les Terre-Neuviens s’empressèrent de s’en servir et obtinrent de très bons résultats. Nos nationaux ne les imitèrent malheureusement pas, sans cela nos navires n’auraient pas déserté cette côte qui ne donnait que des pertes aux armateurs.

3Avec notre manière de pêcher à la senne, la réussite de la pêche ne dépendait pas du capitaine, elle dépendait des maîtres de sennes, et ceux-ci se sont toujours opposés à ce que l’on fasse usage de trappe, cela aurait perdu leur situation.

4Tandis que nous nous obstinions à n’employer que des engins de « l’ancien temps », la pêche devenait de plus en plus mauvaise et le French Shore était de plus en plus délaissé par nos nationaux, si bien qu’en 1904, il n’y avait plus que trois navires à la côte Est, alors qu’autrefois cette côte était fréquentée par plus de cent navires.

5En 1888, j’y avais fait un voyage, non pour y pêcher de la morue, mais pour y capturer du capelan que je vendais aux pêcheurs des bancs qui, par suite du « bait-bill », ne trouvaient plus à Saint-Pierre-Miquelon l’appât dont ils avaient besoin. Tout en pratiquant la pêche au capelan, qui se fait avec des sennes, je comparais le mode de pêche de nos nationaux et celui des Terre-Neuviens. J’en concluais que les trappes tueraient les sennes, car les trappes sont à poste fixe, on les place aux endroits fréquentés par la morue, c’est-à-dire dans les anses où l’on pêchait la morue à la senne.

6À mon retour en France, j’exposai à un armateur mon opinion sur la pêche avec trappes. Il me dit qu’il ne connaissait pas cet engin et que, si ses capitaines lui en demandaient, il serait très heureux de leur en donner.

7La trappe peut être comparée à une maison ayant un plancher et pas de toiture, avec une porte au milieu d’un des côtés. Elle se compose de deux parties : 1° la trappe proprement dite ; 2° la « conduite ».

8Pour composer la trappe, il faut deux pièces de filet : une de 118 mètres de long sur 24 mètres de large, et le fond formant un carré de 30 mètres de côté. Le filet de 118 mètres de longueur, monté sur ralingue à droite, doit être en fil n° 3 en trois, avec mailles de 0 m 05, de nœud en nœud. (Les règlements anglais permettent des mailles de 0 m 088, minimum.) Les deux bouts qui forment les côtés de la porte doivent être montés sur deux ralingues fines et de torsion opposée. La pièce de filet formant fond est de même dimension de mailles, mais en fil gros et moins tordu, soit du n° 4 1/2 en quatre ou en cinq. Cette pièce se monte sur ralingue à gauche et, sur cette ralingue, on place les plombs, de brasse en brasse et de pied en pied, du côté où l’on formera la porte. La ralingue à gauche du fond fait opposition au tord à droite de la ralingue de la pièce de tour ; il en est de même pour la ralingue à gauche qu’on met par-dessus les lièges.

9Pour former la trappe, on assemble le fond avec la pièce de tour en transfilant les ralingues et en commençant à un mètre du milieu du côté qui est fortement plombé. En regard de chaque coin du fond, il doit être fait un œil avec les deux ralingues des flottes ; ces œils forment les coins de la partie supérieure et sont fixés aux bouées par des gabillots. Quand la moitié du fond est assemblée, on doit reprendre à l’autre bout et commencer aussi à un mètre du milieu, ce qui fait une ouverture de deux mètres. C’est sur cette ouverture que se place, dans l’embarcation, au moment de mettre les trappes à la mer, la barre de fer de 0 m 04 de diamètre sur 2 mètres de longueur. Sur les extrémités de cette barre se frappent les bouts de filin qui servent à amener la barre en haut, quand on veut fermer et visiter la trappe.

10La « conduite » sert à diriger le poisson dans la trappe. La partie inférieure du grand bout est attachée sur le milieu de la barre de fer et divise la porte en deux ; la partie supérieure est fixée sur un filin qui traverse le milieu de la trappe ; le petit bout de la conduite est fixé à terre par la ralingue des flottes.

11La conduite est faite avec du fil n° 3 en trois, avec mailles de 12 à 15 centimètres. Elle peut être faite en deux parties et former 100 ou 110 mètres de longueur. La hauteur du grand bout doit toujours être 0 m 20 plus courte que les côtés de la trappe et doit être, comme les côtes de la trappe, montée sur deux ralingues fines. Le petit bout que l’on place à terre doit avoir 10 mètres de hauteur. La ralingue de fond de la conduite est plombée de mètre en mètre et les ralingues des flottes doivent être solides et bien liégées.

12Si on était seul, on choisirait le fond d’une anse pour être à l’abri du courant, car la trappe ne pêche bien qu’au moment où le courant ne la déforme pas. Si les parages où l’on pêche sont fréquentés, on prend le détour des pointes, à l’entrée des anses ; on abrite ainsi un peu la trappe et on prend le poisson qui cherche à pénétrer dans l’anse.

13Lorsqu’on a choisi l’endroit où l’on veut placer sa trappe, on sonde la profondeur d’eau, puis on détermine la longueur qu’on doit donner à la conduite. On la met en toute longueur ou on supprime la deuxième partie, qui est ordinairement de 30 à 40 mètres, ou encore on la double en retournant vers le large la partie que l’on a en trop comme longueur. Après avoir déterminé la longueur que devra avoir la conduite, on porte cette longueur sur un filin et on en fixe le bout de terre, soit en mouillant un grappin à terre ou en attachant le bout au rocher. On tend ce filin dans la direction où on veut poser la trappe et on l’allonge de la longueur de la traverse de la trappe, soit 30 mètres. On attache sur le bout de la traverse un baril de 60 litres sur lequel est attaché le mouillage et on continue, toujours dans la même direction, jusqu’à jeter ancre ou grappin, de 50 kg environ, que l’on raidit bien en se servant d’un orin. Ensuite, on prend un filin que représente le carré de la trappe, c’est-à-dire un filin ayant sept œils, de 15 mètres en 15 mètres. On fixe un des œils avec un gabillot à la bouée déjà mouillée, puis ensuite, sur les autres œils, on fixe les bouées et on mouille les grappins de manière que la « carrée » occupe bien la place que devra occuper la trappe.

14Lorsqu’on veut placer la trappe, il n’y a qu’à passer l’embarcation qui porte la trappe sous la traversière et enlever le gabillot de la carrée pour le placer dans l’œil du milieu de la trappe, face au large ; une deuxième embarcation porte successivement chaque coin de la trappe sur la bouée en se servant de la ligne formant carrée. Les hommes, placés dans l’embarcation qui porte la trappe, la jettent dehors à mesure et halent à terre sur la traversière. Lorsqu’on arrive à l’extrémité de la traversière, on y frappent le bout supérieur de la conduite, ainsi qu’une bouée prise par son milieu. Sur chacun des bouts de la bouée, on frappe les filins des extrémités de la barre de fer, puis, sur le milieu de la barre de fer, on assujettit le bas de la conduite et on jette la barre de fer en filant la conduite et en retenant la barre avec les filins des bouts. Ces filins doivent être bien tannés, pour ne pas être trop voyants dans l’eau, et ils doivent avoir 4 ou 5 mètres de plus de longueur que la hauteur de la trappe. Quand la barre de fer a atteint le fond, on continue à jeter à la mer la conduite en ayant soin de la bien raidir. Si la conduite a plus de 70 mètres, on mouille deux grappins perpendiculairement à son milieu pour la soutenir.

15Lorsqu’on lève une trappe pour être replacée au même endroit, on replace la carrée. Si on lève aussi la conduite, on la remplace par un filin. Si on lève précipitamment une trappe pour la sauver d’une glace, on largue les gabillots et on embarque vivement la trappe en larguant tout.

16Avant de mettre une trappe à la mer, il faut l’empaqueter en l’allongeant dans le sens de la porte à l’œil qui lui fait opposition ; c’est cet œil qui se met le premier dehors. Toutefois, lorsque la conduite est dehors, on peut commencer à jeter du côté des portes. Un fond de trappe peut être enlevé sur place et remplacé également sur place ; c’est même plus commode qu’à bord, mais il faut que la mer soit belle. Avec un armement important, il est bon d’avoir un fond de trappe de rechange.

17Un grappin ou ancre de 50 kg minimum est nécessaire pour le mouillage qui fait le prolongement de la conduite ; des ancres ou grappins de 40 kg sont suffisants pour les autres mouillages. Des mouillages de 0 m 025 en filin mixte sont de beaucoup préférables aux filins manille ou coco de 6 à 8 centimètres dont se servent les Terre-Neuviens, le courant ayant beaucoup moins de prise dessus. Le bout qui fixe à terre la conduite, soit sur un piquet enfoncé dans les fentes de rochers, soit sur grappin, doit être en fil d’acier ou en chaîne.

18La convention du 10 avril 1903 nous réservant les mêmes droits de pêche qu’aux Terre-Neuviens, il nous est encore possible de pêcher concurremment avec eux sur leur côte, même avec avantage. Les glaces venant du nord et se dirigeant vers le sud en enclavent les havres et empêchent les goélettes qui viennent de ce côte de se rendre au French Shore. Nous, Français, en abordant Terre-Neuve à la hauteur du détroit, nous pourrions pénétrer, certaines années, un mois avant les goélettes venant des baies de Bonavista et Conception.

19Nous n’avions plus le droit de rien mettre à terre : ni y empaqueter un filet, ni y déposer une embarcation. Mais on peut obvier à ces inconvénients avec un navire de 500 à 600 tonneaux, qui peut tout transporter. Cela est même plus avantageux, car, ayant tout à bord, on peut entrer dans n’importe quel havre et y faire sa pêche.

20Le séchage de la morue peut se faire en partie à bord ; mais, si l’on voulait faire sécher toute sa pêche, il n’y aurait qu’à porter ses morues à Saint-Pierre-Miquelon, ce qui favoriserait cette colonie en donnant du travail à ses habitants.

21Avec un navire de 500 à 600 tonneaux et un personnel assez nombreux, il serait encore possible de faire des conserves de homard et de saumon qui, ajoutées à la vente du capelan et de la morue, viendraient grossir les bénéfices.

22D’après les essais que j’ai faits les années dernières, je crois pouvoir affirmer que la pêche sur les côtes de l’ancien French Shore donnerait d’aussi bons résultats que la pêche sur les bancs de Terre-Neuve.

Notes

1 À Terre-Neuve, l’invention de la trappe à morues est attribuée au capitaine William Whiteley de Bonne Espérance, au Labrador, qui l’a utilisé pour la première fois pendant la saison de 1871.

Auteur

Paul Revert était capitaine au long cours et armateur à Saint-Malo. Dans sa communication au cinquième Congrès national des pêches maritimes à Sables-d’Olonne en 1909, il représenta les nouvelles circonstances pour les pêcheurs après la convention de 1904.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search