Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

De nouveaux signes de prospérité (1904)

Terre-Neuve, Saint-Pierre et le French-Shore, p. 7-18

Robert de Caix

Texte intégral

1L’abord de Terre-Neuve est austère et tend à confirmer le voyageur dans l’idée que c’est bien la Cendrillon des colonies britanniques, à laquelle un climat abominable interdit tout avenir. Depuis plusieurs jours le bateau s’avance à tâtons dans le brouillard, stoppant, lançant des appels incessants de sirène. Enfin, la côte apparaît, ou du moins le bas des falaises, sous une chape de brume qui en cache les flancs et le sommet. Mais un courant d’air déchire le voile ; et l’impression change tout à coup, car une ville s’étage, non sans grandeur, couronnée de grandes églises, dans la perspective ouverte soudain par un goulet qui rompt brutalement la ligne sauvage de la côte.

2Saint-Jean de Terre-Neuve est la vraie porte de l’Amérique, à moins de 2 000 milles des ports européens ; c’est aussi (le premier coup d’œil sur la ville le révèle) la capitale d’un petit monde bien vivant. Sans doute, cette capitale n’a rien d’une grande ville selon l’esprit français, épris de plans d’ensemble, qui prétendent imposer pendant la croissance même un ordre définitif, et qui entravent si efficacement le développement de la vie. Saint-Jean de Terre-Neuve est d’une végétation qui fuse spontanément, au hasard, à l’américaine. Sauf dans les palais, modestes d’ailleurs, du Parlement et du gouverneur, et aussi dans quelques églises qui bénéficient de cette concurrence dans la respectabilité, si forte entre les sectes religieuses en pays de civilisation britannique, on ne trouve ici nul effort vers la beauté. Saint-Jean est un troupeau de maisons de bois, très simples, généralement peintes d’un rouge sombre, qui monte à cru les pentes les plus impossibles, sans souci des vides qu’il laisse partout. Sauf dans quelques rues commerçantes du bas de la ville, les chaussées sont faites d’un macadam aux éléments mal fondus, quand la roche native, sommairement égalisée, n’affleure pas tout simplement.

La rue Water de St.-Jean d’est en ouest vers 1890. (Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/A2-34)

La rue Water de St.-Jean d’ouest en est vers 1890. (Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/F6-3)

3Les arbres sont très rares dans cette ville de bois dont les incendies périodiques ont tué toute autre végétation que celle des poteaux frustes, aux larges ramures géométriques, qui portent sur leurs isolateurs de verre les fils du télégraphe, du téléphone et du trolley. Les déclivités incroyables de cet emplacement, sans autres mérites que la sûreté du port qui s’incurve à plus de 3 kilomètres dans les terres, mais dont les bords escarpés convenaient tout juste à un nid de pêcheurs, ajoutent à l’aspect dégingandé de cette ville américaine. Personne ne s’en préoccupe ici. Les nivellements, « l’haussmanisation », tout cela viendra plus tard lorsqu’on sera riche : pour l’instant on ne songe qu’à le devenir et, d’après les gens du pays, si Saint-Jean n’est pas l’endroit idéal pour manger des rentes, c’est du moins une place assez bonne pour en acquérir.

4Ici, tout respire la confiance, la certitude d’un avenir plus large. En tenant compte des proportions des ressources de ce pays, on peut dire que Terre-Neuve bénéficie depuis quelques années de ce qu’on appelle, de ce côté de l’Atlantique, un « boom ». De nouvelles entreprises sont tentées partout : le commerce de l’île a passé de 13 millions de dollars en 1889 à plus de 18 millions en 1903. Les importations ont augmenté de 35 % et les exportations de 44 %.

5Comme par le passé, c’est surtout la mer qui fait vivre Terre-Neuve, mais la mer exploitée d’une manière plus intensive et scientifique. Sur des ventes de 9 800 000 dollars, les pêcheries fournissent tout près de 8 millions.

6La morue garde de beaucoup le premier rang parmi les produits terre-neuviens. C’est elle qui fait vivre les petits villages de pêcheurs qui s’échelonnent dans tous les creux de la côte et leur donnent leur aspect caractéristique. Leurs maisons, peintes d’un blanc cru, sont précédées par de vastes aires de branches séchés de sapin, portées sur des troncs mal dégrossis. Ces échafauds rappellent vaguement les villages malais, construits sur pilotis, des environs de Singapour.

7Sur ces plateformes on étale les morues ouvertes, et elles sèchent, grâce au soleil et au courant d’air qui circule sous la claire-voie des branches. On voit ces planches de poissons en rangées, en petits tas, en grosses piles couvertes de pièces d’écorce de sapin, selon les exigences d’un processus très délicat, car, pour mener la morue à point, il ne faut ni la presser ni l’exposer trop longtemps. Et la brise qui passe sur ces champs de morues, subissent le stage préparatoire à l’exportation, en emporte des effluves qui se combinent avec le relent plus gras des établissements où l’on presse les foies et où on fait subir à leur huile toute une série de filtrages. C’est ainsi que la morue fournit aussi bien l’odeur que la couleur locale de Terre-Neuve.

8Des goélettes, des vapeurs côtiers, raccordant leurs services à ceux du nouveau chemin de fer, concentrent presque toute cette production à Saint-Jean. Et Terre-Neuve a exporté en 1903 pour 5 633 000 dollars de morue séchée – soit un million de plus qu’en 1899, – pour 445 000 dollars d’huile grossière servant surtout à la tannerie, et dont la vente a presque doublé depuis cinq ans, et, enfin pour 35 000 dollars d’huile soigneusement préparée pour la pharmacie. Ce produit est une nouveauté pour Terre-Neuve, qui n’a guère commencé que depuis cinq ans à disputer à la Norvège le marché de l’huile de foie de morue médicinale. En somme, le poisson qui a fait la vie et la célébrité de Terre-Neuve fournit encore 60 % de ses exportations.

9Mais l’île demande aujourd’hui à la mer bien autre chose que les traditionnelles morues. Dans le port, est amarrée en ce moment toute une flottille de petits vapeurs désarmés. Ce sont les navires « phoquiers », qui partent, chaque année, au mois de mars, pour exercer, sur la glace, au sud du Groënland, la plus aléatoire et la plus spéculative des industries de l’île. Cette chasse exige un grand nombre d’hommes : chaque bateau en emmène 150 ou 200, heureux de trouver ce travail temporaire, à une époque où chôme de pêche dans les eaux riveraines. S’ils ont de la chance et tombent sur les troupeaux de phoques, ils ensanglanteront une grande étendue de la banquise, rapporteront par navire 30 000 ou 40 000 peaux de jeunes phoques avec la graisse qui y est attachée. En 1903, Terre-Neuve a vendu 341 000 de ces peaux pour 325 000 dollars et 4 375 tonnes d’huile pour 453 000 dollars.

10Ce commerce a doublé depuis cinq années, et cependant le nombre de phoques ne semble pas diminuer. On les voit toujours défiler pendant des journées entières à raison de 10 nœuds à l’heure, couvrant la mer de leurs têtes aussi loin que le regard peut porter, lorsqu’ils descendent le détroit de Belle-Isle, pour aller mettre bas sur les glaces qui emprisonnent en hiver le littoral septentrional de la province de Québec.

11Jusque tout récemment, la baleine s’ébattait sans crainte dans les eaux de Terre-Neuve. Des Norvégiens, ayant apprécié dans leur pays les mérites industriels de cet animal, sont venus jusqu’ici troubler sa paix. Depuis cinq ans, des « baleineries » se sont établies sur tout le pourtour de la côte. Ean prochain, il y en aura 17, dont 4 sur le French-Shore, munies d’un petit vapeur allant harponnier au large le cétacé au moyen d’une artillerie spéciale qui a rendu inutiles l’art et les dangers du vieil harpon à main. Aussi, tandis qu’en 1899 Terre-Neuve n’exportait que 211 tonnes d’huiles de baleine, elle en a vendu 2 664 l’an passé. La production totale de cette pêche a passé de 15 000 à près de 300 000 dollars, et les Terre-Neuviens, pénétrés des « possibilités » de leur île, proclament bien haut que ce n’est qu’un début.

12Mais il est un rêve qui fait bien autrement travailler l’imagination des Terre-Neuviens que les pêches du phoque ou de la baleine : c’est celui de devenir les premiers fournisseurs de poisson frais du monde entier. La science moderne, en créant les chambres réfrigérantes, leur a ouvert les plus réjouissantes perspectives. Le hareng vient à plusieurs reprises sur les côtes de l’île, et, en particulier, il se laisse prendre l’hiver, en excellent état, dans les baies du Nord et de l’Ouest. On l’exporte salé, à raison de plus de 70 000 barils par an.

  • 1 Edward M. Jackman (1868-1916), tailleur de Saint-Jean, devint député libéral pour la circonscriptio (...)
  • 2 Voir le « Annual Report of the Newfoundland Department of Fisheries for the Year 1903 » dans le Jou (...)

13Mais combien il serait plus avantageux de le vendre à l’état frais ! Sous cette forme, il commence à être exporté depuis quelques années, et, en 1903, Terre-Neuve en a vendu 111 000 barils pour 200 000 dollars. Grâce à toute une installation de chambres réfrigérantes dans les centres de pêche, à bord des vapeurs côtiers et des bateaux qui font l’exportation, on espère, dans quelques années, faire beaucoup mieux. Le ministre des finances, M. Jackman1, rappelait récemment avec confiance à ses compatriotes le proverbe hollandais d’après lequel Amsterdam est construite d’arêtes de harengs. Et il ne s’agit pas seulement de révolutionner le commerce de ce poisson, mais encore d’organiser la vente d’autres espèces qui fréquentent les eaux terre-neuviennes et de remédier à la décadence des homarderies et saumonneries2.

14Ces dernières souffrent de l’épuisement des fonds de pêche, les homarderies surtout, qui ne peuvent vivre de captures prodigieuses que pendant quelques années, alors qu’elles s’attaquent à des régions vierges où on n’a pas commencé à pêcher un crustacé essentiellement sédentaire et facile à prendre. Pour l’instant, bien qu’à chaque escale les vapeurs côtiers embarquent un certain nombre de boîtes de homards, cette industrie est en décroissance. Sa production est tombée de 565 000 dollars en 1898 à 387 000 en 1903. Celle des saumonneries descendait en même temps de 72 000 dollars à 53 000. Mais si Terre-Neuve ne peut plus vendre autant de homards et de saumons, ne saurait-elle du moins les vendre mieux ? Oui, grâce au froid industriel. Alors qu’un homard conservé rapporte 2 sous ou 2 sous 1/2 au pêcheur terre-neuvien, le même se vend toute l’année à l’état frais 30 sous ou 40 sous sur les marchés de New-York et de Boston. Il en est de même du saumon, qui vaut vingt-huit ou trente sous la livre aux États-Unis, alors qu’il ne rapporte que dix ou quinze sous au pêcheur de Terre-Neuve qui le met en boîtes. En réprimant les excès de la pêche du saumon et du homard, l’île aura là, grâce à l’emploi de chambres réfrigérantes, deux industries accessoires très appréciables.

15En outre, le même système permettra de conserver l’appât, la boëtte, nécessaire à la pêche de la morue. Harengs, capelans, seiches, successivement employés à cet effet pendant la saison, n’apparaissent sur le littoral que par accès, mais apparaissent alors en quantités énormes. À certains moments le capelan, en particulier, arrive par masses compactes sur les plages jusqu’à l’extrême frange de la vague. On voit des riverains occupés à le prendre avec des épuisettes et à le jeter à même dans les charrettes qui le transporteront dans les champs, où il sera répandu comme engrais. Puis la boëtte disparaît, et après l’abondance vient la disette. Les pêcheurs de morue perdent leur temps à rechercher l’appât devenu rare.

16Avec les chambres réfrigérantes on perpétuera, pour ainsi dire, ces périodes plantureuses. Harengs, capelans, seiches, seront congelés en masses. Et la pêche à la morue se trouvera assurée, en même temps que d’autres pêches seront rendues possibles par l’emploi scientifique du froid, qui n’est pas cher à Terre-Neuve : l’hiver permet de larges approvisionnements de glace qui sera employée l’été, avec le sel, à former le plus simple des mélanges réfrigérants.

  • 3 Le projet de loi fut voté le 22 mars 1904. Mais enfin, la Newfoundland Cold Storage and Réduction C (...)

17C’est là la grande pensée du moment. On n’entend parler ici que d’organisation scientifique de l’industrie de la pêche, de conservation par le froid. Le gouvernement a passé un contrat avec une Compagnie américaine, lui garantissant 5 % sur une somme de 250 000 dollars qu’elle doit consacrer à créer dix-huit stations réfrigérantes sur la côte. Déjà on peut voir aux environs de Saint-Jean de lourds édifices de bois, à doubles murs séparés par une couche de sciure, où des saumons attendent, rigides, dans leurs casiers brillants de givre3.

18Il est intéressant de noter en passant que, pour les débouchés de cette industrie perfectionnée, les Terre-Neuviens regardent surtout vers les États-Unis, auxquels ils achètent la plus grande partie des produits industriels consommés dans l’île. Les propos que l’on entend ici ne laissent guère croire que la plus ancienne et la plus anglaise des colonies britanniques soit disposée à s’enfermer dans le régime de réciprocité impériale préconisé par M. Chamberlain.

19Ainsi, Terre-Neuve veut plus que jamais prospérer grâce à ses pêcheries, qui ont « plus de valeur que les mines de Pérou, » selon le mot du chancelier Bacon. Mais la caractéristique de cette période, c’est que les Terre-Neuviens se tournent maintenant avec intérêt vers la terre elle-même, qui semblait jusqu’ici trop ingrate pour avoir d’autre valeur que celle de permettre à des hommes de demeurer à côté des eaux les plus poissonneuses du monde. Ces dernières années, on a construit 1027 kilomètres de chemins de fer qui ont fait naître de nouvelles industries, celle du bois, par exemple, et qui ont fait surgir une foule d’espérances minières : à l’heure actuelle, les boutiques les mieux approvisionnées de Saint-Jean sont peut-être celles qui fournissent l’attirail nécessaire aux prospecteurs. Sans doute, il y a encore là plus d’espérances que de réalité. L’île n’a encore que cinq ou six mines en exploitation, excellentes à vrais dire. Lune d’elles, celle de Belle-Isle [Île Bell], dans la baie Conception, près de Saint-Jean, a vendu l’an dernier, surtout aux forges et fonderies établies sur les charbonnages de l’île de cap Breton, 692 000 tonnes de minerai, contre 138 000 en 1899. Une autre, celle de Tilt Cove, dans la baie Notre-Dame, a exporté de l’ardoise et du marbre. Le bois et les mines ajoutent environ 2 millions de dollars aux 7 807 000 dollars de vente que les pêcheries ont permis à Terre-Neuve de faire à l’étranger.

20Toutes les ressources du pays augmentent, et ce progrès explique la vie de cette petite capitale de 30 000 habitants, qui concentre les affaires d’une île dont la population ne compte en tout que 220 000 individus, mais a devant elle à exploiter une superficie plus grande que celle de l’Islande, et des côtes bien autrement développées. Les signes de prospérité abondent.

21Le budget terre-neuvien, jusqu’ici en déficit, est maintenant en équilibre et sera en excédent à la fin de l’exercice courant. En 1903, ce budget a été de 2 328 000 dollars tant aux dépenses qu’aux recettes, fournies entièrement par les douanes. On commence à dégrever certains articles de grande consommation. Le pays supporte sans gêne une dette de 20 millions de dollars, placée pour les dix-huit vingtièmes en Angleterre et qui a servi, jusqu’à concurrence de 13 millions, à permettre la construction du chemin de fer.

22Ce chemin de fer, qui, d’après les pessimistes, devait ruiner Terre-Neuve, a au contraire contribué pour beaucoup à une prospérité dont on peut voir un autre signe dans ce fait qu’il se dessine maintenant un mouvement de « retournants » vers ce pays qui ne pouvait retenir l’excédent de sa population, malgré la disproportion de son étendue avec le petit nombre d’hommes qu’il nourrit.

23La colonie est donc, en ce moment, en pleine poussée de croissance et de confiance en soi. Il n’est plus question d’absorption dans la Confédération Canadienne : cette idée a disparu avec les déficits du budget colonial. Terre-Neuve ne songe qu’à poursuivre individuellement ses destinées nationales qu’elle juge avec l’optique spéciale des crises d’optimisme.

24À aucun moment des entraves ne seraient plus contraires à son humeur, à aucun moment donc la solution de la question du French-Shore ne pouvait venir plus à propos. Il est vrai qu’à en croire le ton de certains journaux de Saint-Jean, la solution arrêtée serait très impopulaire dans la colonie. Il ne faut pas être dupé d’un mécontentement qui se manifeste à l’approche d’une période électorale, et qui, selon le jargon politique d’outre-mer, doit être une des « planches » de la « plateforme » de l’opposition. Le sentiment vrai du pays semble être une satisfaction calme qui aurait été plus grande si nous n’avions rien gardé de nos droits sur le French-Shore, mais qui est sensible néanmoins. En tous cas, sauf dans les propos de politiciens professionnels du mécontentement, l’accord du 8 avril n’excite en aucune façon les nerfs des Terre-Neuviens. Nous aurons à y revenir ; mais il fallait d’abord résumer la situation de Terre-Neuve.

Notes

1 Edward M. Jackman (1868-1916), tailleur de Saint-Jean, devint député libéral pour la circonscription de Plaisance. De 1900 à 1909, il était ministre des Finances et des Douanes dans le gouvernement de Robert Bond.

2 Voir le « Annual Report of the Newfoundland Department of Fisheries for the Year 1903 » dans le Journal of the House of Assembly of Newfoundland, 1904, p. 130-190.

3 Le projet de loi fut voté le 22 mars 1904. Mais enfin, la Newfoundland Cold Storage and Réduction Company, constituée en société dans le Maine, ne construisit pas une seule chambre.

Table des illustrations

Légende La rue Water de St.-Jean d’est en ouest vers 1890. (Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/A2-34)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende La rue Water de St.-Jean d’ouest en est vers 1890. (Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/F6-3)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

Auteur

Robert de Caix (1869-1970), né en Picardie le fils du vicomte Amédée Caix de Saint-Aymour, obtint une licence en droit et était également lauréat de l’École des sciences politiques. Il commença sa carrière de journaliste au Journal des débats, où il était rédacteur et chef de service pour la partie étrangère et rédacteur en chef du Journal de sentis. Comme auteur, il publia plusieurs ouvrages d’histoire diplomatique, tels que celui-ci, une collection de documents rédigés à Terre-Neuve pendant les mois de juillet, août et septembre 1904, quand il était chargé d’une mission d’enquête par le Journal des débats au sujet du traité franco-anglais du 8 avril, qui allait être soumis au gouvernement français. En 1919, il quitta le journalisme pour devenir secrétaire-général des Hauts commissaires français en Syrie. Puis, de 1925 à 1938, il représenta la France à la Commission des mandats à Genève. En 1926, il découvrit le peuple acadien et participa à de nombreuses rencontres afin de rétablir les liens entre la France et l’Acadie.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search