Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

L’utilisation de la baleine en produits vendables (1904)

« Une baleinerie de Terre-Neuve à Saint-Laurent (côtes sud) », p. 147-155, 156

Jean Lucas

Texte intégral

1.

  • 1 Voir le Journal of the House of Assembly of Newfoundland, 1902, p. 53.

1Depuis quelques années, l’industrie de la pêche de la baleine à Terre-Neuve semble prospérer et constitue une innovation. Cette industrie baleinière est récente ; c’est par acte officiel de Parlement de la colonie, en date du 22 avril 19021, suivi peu après d’une sanction du roi Édouard VII, qu’elle a été réglementée ; et la plus ancienne des usines en fonctionnement date de 1898.

2Il y a en ce moment 10 usines en exploitation : 6 à Snook’s-Arm, Bonavista, Trinity, Harbor-Grâce, Cap Broyle, Aquaforte, sur la côte est ; – 4 à Sainte-Marie, Saint-Laurent, Hermitage-Bay, Chaleur-Bay sur la côte sud ; – 8 autres demandes ont été agréées pour des constructions : à la Baie des Îles, Port-Saunders sur la côte ouest ; – aux Blancs-Sablons, au Cap Charles sur la côte du Labrador, et d’autres points. Ces établissements fonctionneront en 1905, ce qui portera à 18 le nombre des autorisations, chiffre officiel cependant bien inférieur au dépôt des demandes qui étaient de 40 à 50 en mars 1904.

3Mais le Parlement terre-neuvien limite sagement le nombre des autorisations, voulant maintenir pendant de longues années une industrie qui est une cause de travail pour la corporation ouvrière. Et il s’inspire judicieusement de l’exemple de la Norvège, où la pêche de la baleine va être interdite, parait-il, pendant dix ans, en raison des captures trop nombreuses de ces cétacés dans ces dernières années.

  • 2 Ludwig Rismüller, entrepreneur américain et propriétaire de la compagnie St.-Lawrence Whaling, avai (...)

4C’est précisément, par comparaison, avec les exploitations déjà existantes en d’autres points du monde, tels que les côtes de Norvège, celles d’Islande, que le fonctionnement actuel en New-Foundland semble avoir réalisé un progrès immense dû en grande partie à l’ingéniosité d’un savant et habile chimiste le Dr Rismüller2, résidant à Saint-John’s et qui possède un contrat avec la plupart des compagnies d’exploitation. Des expériences couronnées de succès lui ont permis en effet d’obtenir l’utilisation complète des baleines en produits vendables, c’est-à-dire qu’elles ont fait de cette industrie une source de richesse commerciale.

  • 3 Henri-Augustin Calloch de Kérillis (1856-1940), un officier distingué de marine, naquit à Brest et (...)

5Or, depuis 1903, la colonie de Saint-Pierre et Miquelon a établi, d’avril en novembre, des voyages bi-mensuels réguliers sur la côte sud de Terre-Neuve qui conduisent alternativement à Grand-Banc dans la baie de Fortune, et à Saint-Laurent à l’entrée de la baie de Plaisance, à 50 milles environ dans le sud des îles Burin. C’est à l’occasion d’un voyage en ce dernier point, au moment d’un séjour de Lavoisier sur rade de Saint-Pierre et Miquelon, pendant la campagne de 1904, que je fus chargé par le chef de la division navale, commandant Calloch de Kérillis3, d’aller visiter la baleinerie qui y est établie. Et cette circonstance était d’autant plus favorable que cette usine est la plus perfectionnée parmi celles qui fonctionnent actuellement.

6Mais il nous faut tout d’abord, en raison des imperfections de ce compte rendu, dire que le temps n’a pas favorisé le trajet sur le petit vapeur qui y conduit. La distance de Saint-Pierre et Miquelon à Saint-Laurent se parcourt généralement en trois heures. Par suite d’une baisse barométrique et d’une mer très houleuse, partis à 6 heures du matin de Saint-Pierre et Miquelon, nous ne sommes arrivés qu’à 1 heure de l’après-midi au grand havre de Saint-Laurent. Sur chacune de ses rives sont établis les habitations et les chaffauds des pêcheurs. Et, de ce point, part une route longue de 3 kilomètres conduisant à l’autre havre, sur l’une des rives duquel se trouve édifiée la baleinerie, au pied d’un ruisseau y donnant de l’eau à volonté, condition primordiale de cette industrie. Comme il fallait repartir vers 4 heures, c’est donc en une heure et demie de temps à peine que, sous la conduite du Dr Rismüller, nous avons pu visiter cette baleinerie et recueillir des photographies, malgré un vent très fort et également peu propice. Mais, consécutivement dans la campagne, à Saint-Jean de Terre-Neuve, nous avons pu revoir le Dr Rismüller et obtenir, grâce à son obligeance et à celle du consul de France M. Rigoreau, quelques indications complémentaires. De même le Dr Alliot, chef du service de santé à Saint-Pierre et Miquelon, qui avait également visité cet établissement a bien voulu nous communiquer son appréciation documentée. Ces renseignements nous permettront donc de préciser avec plus d’autorité le perfectionnement qui semble acquis dans le mode d’exploitation actuel.

7Le principe, dans les manufactures de Terre-Neuve, est que toute usine doit posséder l’outillage et le matériel nécessaires pour ne laisser aucun résidu de la baleine, c’est-à-dire qu’en outre de l’extraction de l’huile, de la préparation des fanons et de certains os, les débris de la carcasse de l’animal sont transformés en un produit commercial : les phosphates (guano).

8Chaque usine possède un vapeur « baleinier » destiné à la poursuite des baleines et à les ramener à l’établissement. Ce bâtiment en fer, présentant environ 50 mètres de long sur 8 de large, est approvisionné en vivres pour plusieurs semaines. Il porte à l’avant un mortier pour lancer le harpon destiné à atteindre l’animal. Ce harpon, lancé par un canon, est attaché à un long câble et muni d’un petit obus qui éclate lorsqu’il est entré dans le corps de la baleine. À ce moment, plusieurs tiges longues de 24 centimètres environ, couchées normalement le long de ce harpon, s’ouvrent comme un parapluie et empêchent la câble de sortir du corps du cétacé.

9Le temps de séjour à la mer de ce vapeur est évidemment variable. Il peut prendre une ou plusieurs baleines dans la même journée, comme il peut rester plusieurs jours en mer sans en rencontrer. On cite comme exceptionnelle la pêche d’un baleinier qui en ramena 21 dans une semaine ! Quand le vapeur a saisi la baleine, il la gonfle, la retourne sur le dos, et la ramène ainsi à l’usine en la traînant à l’arrière. Certains bâtiments attachent la baleine sur les flancs du navire. Elles peuvent se rencontrer à une certaine distance des côtes, comme aussi dans leur voisinage immédiat.

2.

10Le vapeur amène la baleine au contact même d’un plan incliné. On la hisse sur ce plancher en bois, d’environ 30 mètres de long sur 10 large, formé d’une série de planches étroites réunies les unes aux autres, partant de la rivière et s’élevant peu à peu sur pilotis au-dessus du sol. Au-dessous de lui est disposée une canalisation, si bien qu’aucun liquide ne peut retourner altérer les eaux, mais est au contraire dirigé, après précipitation, vers la partie de l’usine fabricant les phosphates.

11La baleine y est amenée, amarrée par la queue, à l’aide d’un câble qui est mû par un treuil à vapeur. Alors commence l’opération du « dépeçage » qui consiste à extraire le gras de la baleine sous la peau, ainsi que des intestins et de la langue. Ce travail est toujours effectué par les mêmes hommes « flessers », travaillant à l’aide de couteaux spéciaux « blobers ». Le gras est détaché et soulevé en lanières aussi longues que possible. Elles offrent environ 12 mètres de longueur sur 15 centimètres de largeur et d’épaisseur. Ces lanières sont elles-mêmes divisées en morceaux plus petits de 3 à 5 mètres, et ont alors les dimensions voulues pour être livrées à un couteau manoeuvrant mécaniquement, puis découpées en parties encore plus menues, et enfin déversées dans les godets d’un élévateur qui les répand finalement dans de grandes cuves en bois où va se faire l’huile. Ces cuves sont établies au premier étage d’un bâtiment de l’usine. Il en existe 8, disposées parallèlement de chaque côté ; ce sont des cubes dont les trois dimensions sont sensiblement égales, ayant cependant un peu moins de hauteur que de longueur et de largeur, environ 3 mètres de hauteur sur 4 de long et de large. À leur partie inférieure se trouvent disposés des tuyaux pour le passage de la vapeur. L’huile se fait alors de la façon suivante : Le gras répandu dans les cuves est continuellement agité à l’aide de bâtons. Sous l’influence de la circulation de la vapeur dans les conduits, il se fond en huile, qui, peu à peu, vient surnager à la surface. On la soutire alors pour la diriger dans des cuves de dimensions plus restreintes où elle se refroidit. C’est, en résumé, une sorte d’écrémage, continu du gras.

12De là, par une canalisation spéciale, elle aboutit ensuite à un réservoir situé dans une partie de l’usine où se trouve un dépôt de fûts que l’on remplit au fur et à mesure et prêts à être expédiés.

13D’autres cuves plus petites sont disposées au même étage du bâtiment, mais extérieurement, et destinées à la fabrication de la colle, dont le Dr Rismüller cherche à perfectionner les échantillons.

14Au fond de ces vastes récipients existent des opercules, par lesquels tous les résidus sont dirigés par des conduits vers des parties de l’usine où ils sont transformés en phosphates. Cette première opération ne laisse donc aucun déchet retourner à la mer.

15Pendant ce temps d’autres ouvriers continuent le dépouillement de la baleine à l’air libre. Le travail s’effectue sur une vaste plate-forme horizontale, faisant suite au plan incliné et longue de 30 mètres environ, sur 10 de large.

16Une fois le gras retiré, on vide l’animal ; on retire les organes internes et on sectionne le corps. Ces sections sont pratiquées à l’aide de treuils ; on obtient ainsi des morceaux qui sont encore divisés à l’aide de haches et de scies en parties plus petites. Tous ces fragments sont placés dans de vastes cuves analogues à celles qui nous avons déjà décrites pour le gras. Elles sont au nombre de 16, disposées parallèlement par 8, de chaque côté du plan horizontal. À la partie inférieure de ces cuves aboutissent également des tuyaux collecteurs de vapeur ; en outre, elles sont partiellement remplies d’eau.

17Cette opération se fait à l’air libre, et c’est ici que ressort l’ingéniosité actuelle de l’industrie terre-neuvienne.

18Autrefois, en Norvège, l’huile obtenue des os et de la chair était d’une couleur foncée, sans aucune valeur commerciale. Maintenant, des procédés chimiques connus seulement du Dr Rismüller permettent d’obtenir une huile limpide que celle du gras et dont il serait absolument impossible de la différencier.

19C’est donc sous l’influence de la vapeur d’eaux et d’agents chimiques spéciaux que l’huile peu à peu vient surnager à la surface. De couleur foncée tout d’abord, elle est traitée chimiquement dans d’autres cuves jusqu’à ce qu’elle devienne limpide. Elle est alors dirigée vers un réservoir identique à celui qui reçoit l’huile des cuves du gras, et de ce réservoir déversée dans les fûts d’expédition.

20Ce travail de la baleine donne lieu à l’écoulement d’une certaine quantité de sang, mais à l’aide d’une canalisation placée au-dessous de la plate-forme, ce sang est recueilli pour être précipité et être transformé en phosphates ainsi que les organes internes. C’est aussi le temps de l’opération où les émanations sont les plus fortes. Or, nous avons souvenance d’être arrivés au moment où se travaillaient les derniers débris d’une baleine dont le dépeçage avait commencé dans la matinée, et il ne nous a pas paru que l’odeur fut plus pénétrante que celle de certaines industries, telles que des savonneries et des tanneries ou les alentours des abattoirs même les plus perfectionnés.

21Il ne reste plus maintenant que des déchets, autrefois abandonnés à l’air libre, et causes d’émanations fétides, aujourd’hui utilisés grâce au perfectionnement de l’outillage.

22Ils sont dirigés vers deux grandes cuves, dont les dimensions sont doubles des précédentes, placées en contre-bas du plan horizontal, et qui reçoivent l’ensemble des produits résiduaires.

23Ces produits sont : les détritus des cuves de gras, le sang, les parties musculaires, organes internes et les parties osseuses non conservées. Également à l’aide d’un élévateur, ils sont amenés dans un grand cylindre métallique de 10 mètres de longueur environ et de 2 mètres de diamètre.

24Les produits sont soumis dans ce cylindre à une dessiccation par de l’air chaud, envoyé au moyen d’un ventilateur. Une chaleur intense est distribuée par une fournaise allumée qui atteint 2 000 degrés Fahrenheit. C’est un point que le Dr Rismüller a particulièrement signalé à notre attention. En outre, ils sont soumis à un mouvement rotatoire rapide et de broiement, si bien qu’ils ressortent sous forme d’une poussière brunâtre absolument sèche, sans odeur désagréable ; ce sont les phosphates constituant un engrais des plus appréciables.

25Des ouvriers recueillent les phosphates à l’extrémité opposée d’un cylindre et le mettent en sac avec des pelles. Grâce à un dispositif spécial, la poussière produite par cette opération est tamisée, et la mise en sac n’offre aucun danger pour les ouvriers.

26Il nous reste à parler maintenant des os et des fanons.

27Quand les os sont préparés pour être livrés au commerce, ils sont placés dans une solution de cristaux de soude, puis grattés avec soin, et abandonnés à l’air libre. Une fois secs, ils sont mis en magasin.

28Les fanons sont préparés de la façon suivante. Ils sont enlevés en entier ; leurs lamelles ou fibrilles séparées à l’aide de couteaux très coupants. Ils sont passés également dans une solution de cristaux de soude, puis polis au grattoir, et mis à sécher. On sait leur valeur dans le commerce pour la monture des parapluies et la confection des corsets. Les considérations précédentes témoignent donc de l’utilisation complète d’une baleine capturé en produits vendables, et du progrès accompli qui est vraiment considérable, puisque autre fois l’extraction de l’huile du gras seulement représentait à peu près un cinquième du poids de l’animal, tandis qu’actuellement on obtient presque sa totalité.

29Mes les investigations scientifiques du Dr Rismüller vont encore plus loin. Ce chimiste s’occupe notamment à extraire de la colle dont nous avons vu de très beaux spécimens, également à fabriquer des échantillons de conserves de viande pour l’alimentation de l’homme et du bétail. C’est ainsi que nous avons pu voir dans une cabane spécialement réservée à cet usage, des parties musculaires soigneusement découpées, d’autres hachées, d’autres même confites. Aussi paradoxale que puisse paraître à première vue, la consommation de cette conserve, on peut rappeler que dans certains pays, couverts de neige l’hiver, comme l’Islande, les animaux y mangent en cette saison des poissons. Partant de cette constatation, l’idée du Dr Rismüller peut avoir des conséquences pratiques très heureuses.

3.

30Il resterait à dire quelle est la valeur commerciale des produits obtenus : huile, guano, fanons. Question extrêmement délicate ! La raison en est que les directeurs des exploitations ne tiennent pas à vulgariser l’importance de leurs opérations. Toutefois il nous a été dit que la valeur de ces produits était assez variable. L’huile peut revenir à 75 dollars la tonne, comme elle peut varier de 50 à 80. La tonne de phosphate monte à 30 dollars. Le prix des fanons est beaucoup élevé, la tonne en est estimée à 300 dollars, mais il y a des fanons qui se sont vendus jusqu’à 1000.

31Ce qui est beaucoup plus variable encore, c’est la quantité moyenne de produits donnés par une baleine ; les chiffres suivants sont très approximatifs : huile, de 30 à 100 tonnes ; guano, de 2 à 8 tonnes ; fanons, de 100 à 400 livres.

32De même varie aussi le nombre des baleines travaillées dans une même saison.

33Il faut estimer à 100 000 dollars environ, le capital nécessaire pour la création d’une exploitation : usine, appareils divers, vapeur, main-d’œuvre (100 ouvriers).

34Le seul nombre des demandes déposées témoigne en faveur des bénéfices que cette industrie peut rapporter. Si, d’un côté cependant, elle compte de si chauds partisans, il faut aussi faire la part des dommages qu’elle est susceptible de causer, ce qui a conduit le Parlement à la réglementer.

35Il est, en effet, aisé de comprendre que les baleines se nourrissant de mollusques, de crustacés et de poissons, doivent poursuivre au loin comme près des côtes, les bandes innombrables de harengs et de morues dans leur migration, ce qui peut amener les vapeurs baleiniers à circuler au milieu des pêcheurs dans les baies. D’après des comptes rendus locaux, il nous a été dit en effet que la vue d’un vapeur poursuivant une baleine dans une baie, suffisait à éloigner les pêcheurs des lieux de pêche ; mais ces craintes du début l’industrie disparurent rapidement devant les articles de la loi réglementant cette poursuite, comme aussi grâce à la sagesse des capitaines des vapeurs.

36De même, des voix puissantes et nombreuses se sont élevées parce que les pêcheurs craignaient que la proximité d’une baleinerie, ne puisse ruiner la pêche de la boëtte, comme celle de la morue, en polluant les eaux par les détritus, et en éloignant le poisson. Mais des expériences soigneusement contrôlées ont montré que des harengs ont été pris à moins de 100 mètres d’une manufacture dans laquelle 88 baleines avaient été travaillées.

37C’était une certitude qu’aucun préjudice n’était porté à la pêche de la boëtte et de la morue, et, de ce fait, les présomptions à cet égard diminuèrent rapidement.

38Enfin, nous avons dit au début que ce travail nécessitait une grande quantité d’eau. Aussi est-on très réservé pour les autorisations des établissements dans les points à proximité des villages, où l’eau n’est pas en abondance.

39Tels sont les renseignements que nous avons réunis, à l’occasion de notre visite à la baleinerie de Saint-Laurent.

40En même temps que le degré de perfectionnement que semble avoir atteint cette industrie, on est frappé par la somme des conditions hygiéniques que réalise cet établissement. Cet exemple est certainement susceptible de servir de modèle, pour des créations semblables en d’autres points. C’est ainsi qu’au Canada prochainement des manufactures de baleines seraient créées. Les parages de certaines de nos possessions coloniales, l’île de Madagascar entre autres, sont, paraît-il, parcourus par des baleines.

41Brest, le 26 décembre 1904.

Notes

1 Voir le Journal of the House of Assembly of Newfoundland, 1902, p. 53.

2 Ludwig Rismüller, entrepreneur américain et propriétaire de la compagnie St.-Lawrence Whaling, avait développé l’outillage et les procédures qui avaient permis l’utilisation de toute la carcasse de la baleine, ainsi que la fabrication d’engrais (guano), qui fut exporté et vendu dans la région. Il partit en 1905 pour Victoria, en Colombie-Britannique, comme partenaire de la compagnie Pacific Whaling. Voir J.-G. Millais, Newfoundland and Its Untrodden Ways, p. 184-193, et C.W Sanger et A.A. Dickinson, « Newfoundland Involvement in Twentieth-century Shore-station Whaling in British Columbia », p. 104-108.

3 Henri-Augustin Calloch de Kérillis (1856-1940), un officier distingué de marine, naquit à Brest et entra à l’Ecole navale en 1871. Par la suite, il servit en Extrême-Orient en 1881 et fit campagne de guerre au Tonkin en 1885. Calloch de Kérillis était à Terre-Neuve à bord de la Naïade de 1893 à 1895 en tant qu’aide de camp de l’amiral commandant la 2e division de l’Escadre de la Méditerranée. Hauteur de nombreux articles dans la Revue maritime et ailleurs, il reçût en 1896 un témoignage de la satisfaction pour sa collaboration. Promu capitaine de vaisseau en 1903, il était commandant de la Division navale de Terre-Neuve et d’Islande de 1904 à 1905, pendant la terminaison de la pêche française. À cette époque-là, il reçut aussi des félicitations adressés par le ministre des Affaires étrangères, rendant compte des dispositions concertées avec le commandant anglais en vue de l’évaluation du matériel laissé dans les établissements françaises du French-Shore. Il affecta aussi en 1905 au Labrador une mission d’observation de l’éclipse totale du soleil. Promu contre-amiral en 1911, il fut commandant de la Division navale de l’Extrême-Orient jusqu’à 1913. Pendant sa carrière, il était titulaire de nombreuses décorations françaises et étrangères.

Auteur

Jean-Alexis-Marie Lucas, né en 1869, entra au service de marine comme médecin auxiliaire en 1893. Il servit dès 1895 au Régiment de tirailleurs soudanais et dès 1899 à l’Hôpital maritime. À Terre-Neuve en 1904, il était médecin de première classe à bord du Lavoisier, de la Division navale, sous le commandement du capitaine de vaisseau Calloch de Kérillis.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search