Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

L’exploitation des mines et les négociations anglo-françaises (1900)

« La France à Terre-Neuve », p. 773-777, 813-816

Wilfrid de Formelle

Texte intégral

1.

  • 1 Joseph Chamberlain (1836-1914), député, siégea à l’aile gauche du Parti libéral britannique, parmi (...)

1Chaque année, les journaux politiques ont à entretenir leurs lecteurs des efforts que fait l’Angleterre pour mettre fin à notre occupation d’une partie de la côte de Terre-Neuve. Cette année, il y a eu une espèce de trêve proposée par le Colonial-Office, et le modus vivendi en vigueur depuis plusieurs années a été prorogé pour un an. Mais cette solution n’a rien que de provisoire, et les circonstances dans lesquelles elle a été adoptée ne sont pas de nature à rassurer le gouvernement français sur les intentions du gouvernement britannique. En effet, en 1901, M. Joseph Chamberlain1 espère avoir triomphé de la résistance des Boers et perpétré le crime international qui sera la honte de l’Europe contemporaine, demeurée impassible devant son accomplissement.

  • 2 P. Viator, « Le French Shore ou côte française de Terre-Neuve », Cosmos, vol. 27, 1893-1894, p. 107 (...)

2Nous ne reviendrons pas sur l’historique de cette importante question qui a été traitée à fond dans les numéros des 23 et 30 décembre 1893 et du 6 janvier 1894 par un officier distingué déguisant sa haute personnalité sous le pseudonyme P. Viator2. Nous ne pouvons mieux faire que de renvoyer le lecteur à ces excellentes et patriotiques études, où les droits de la France sont établis sans passion et sans animosité et avec une honorable fermeté.

3Mais il est utile d’attirer l’attention publique sur les raisons qui font que l’agitation ne peut se calmer que par l’adoption d’une solution définitive dans laquelle on tiendra compte des éléments intimes de la question, en même temps que des principes d’équité. Le seul moyen pratique de ménager les intérêts des deux nations est d’avoir recours à un arbitrage international, comme on l’a compris en 1889 lorsque l’on a constitué une Commission composée de M. Martens, professeur de droit des gens à l’Université de Saint-Petersbourg ; de M. Rivier, consul général de Suisse à Bruxelles, président de l’Institution de droit international, et de M. Gram, ancien membre de la Cour suprême de Norvège.

4Nous avouerons même ne pas comprendre comment le ministre des Affaires étrangères n’a point demandé que la Grande-Bretagne s’engageât à accepter ce jugement arbitral avant d’accorder la prolongation demandée, et n’en eût point exigé la prolongation jusqu’à la clôture des travaux de la Commission. M. Joseph Chamberlain a donné trop de preuves de sa duplicité, sa foi par trop punique est trop universellement connue pour qu’il soit permis d’ajouter quelque importance aux promesses vagues qu’il a pu faire dans un moment d’embarras.

  • 3 P. Viator, « Le French Shore ou côte française de Terre-Neuve », p. 111.

5Sans revenir sur ce qui a été dit par le Cosmos en 1893, nous ne pouvons nous empêcher de faire remarquer deux points de plus haut intérêt pratique. L’île n’a été découverte par aucune des deux nations qui s’en disputent actuellement la possession, mais par un navigateur portugais nommé Cortereal, en 1501. Une foule de caps et de baies de la côte orientale portent encore aujourd’hui les noms que cet intrépide marin leur donna3. Les Français et les Anglais s’en disputèrent longtemps la possession, mais, en 1713, lors de la signature du traité d’Utrecht, l’île entière avait été conquise sur la France, qui en fit volontairement l’abandon sous certaines réserves, lesquelles doivent, par conséquent, être religieusement respectées. Si des dérogations paraissent nécessaires, ce ne peut être que par suite d’un jugement équitable de juges impartiaux, et après avoir accordé à la nation qui a cédé Terre-Neuve des avantages parfaitement équivalents à ceux dont l’abandon serait imposé. Dans aucun cas, le respect des principes établis par la Conférence de la Haye ne doit être plus vigoureusement imposé à la nation qui vient de refuser audacieusement d’en tenir le moindre compte, dans le plus injuste de tous les conflits.

  • 4 P. Viator, « Le French Shore ou côte française de Terre-Neuve », p. 142.

6Dans les articles de 1893-1894, le Cosmos explique très clairement que l’exploitation de la richesse minière, encore inconnue au commencement du siècle, est venue compliquer les rapports de la France et de l’Angleterre, en créant des intérêts contraires à ceux des pêcheurs dont on avait uniquement à se préoccuper il y a deux cents ans4. Mais il est utile d’établir par des documents incontestables que l’existence de gisements précieux à Terre-Neuve était un fait connu et avéré lorsque l’Angleterre signa les réserves que le traité d’Utrecht contenait. En effet, lorsque sir Humphrey Gilbert s’avisa de prendre possession de toute l’île au nom de la reine Élisabeth, le bruit se répandit que l’île était excessivement riche en métaux précieux.

  • 5 Francis Bacon (1561-1626), chancelier de la Grande Bretagne en 1618, n’est pas à l’origine de cette (...)

7Afin de s’assurer de ce qu’il en était, le gouvernement anglais envoya à Terre-Neuve un ingénieur saxon nommé Daniel, qui reconnut l’existence d’une foule de gisements de cuivre, de fer et de charbon. Il revint en Angleterre après avoir recueilli une riche collection d’échantillons. Malheureusement le navire qui portait ces trésors scientifiques et industriels se perdit corps et biens, et il ne fut plus question d’exploiter les découvertes de Daniel. Le chancelier Bacon, ayant à parler de Terre-Neuve, se contenta de célébrer la richesse de ses pêcheries, et déclara qu’elles valaient tout l’or du Mexique et du Pérou, mais il ne s’avisa pas de mettre en relief leur réalité5.

8Les paroles du chancelier renferment une évidente exagération. Cependant, la pêche française a rapporté en 1884, année moyenne, 37 millions de kilogrammes de morue, dont 21 millions ont servi à l’alimentation nationale ; 10 millions ont été exportés aux colonies, et 9 millions à l’étranger. La morue est donc un article dont on ne peut exiger que la France consente à supprimer la production après une jouissance de 187 années d’un droit incontesté. Comme on l’a dit bien des fois, et comme l’on ne saurait trop le répéter, la pêche de la morue est une école pour nos marins, et cette école est en voie de prospérité. Cette année, Saint-Malo et Saint-Servan ont expédié 82 navires jaugeant ensemble 10 970 tonnes et montés par 2 533 hommes d’équipage. Ces deux ports ont, en outre, expédié 10 navires au long cours jaugeant 5 213 tonnes et 190 hommes d’équipage. Ces navires emportaient à Saint-Pierre un effectif de 3 386 marins et ouvriers destinés à l’armement des goélettes de pêche et aux différentes manipulations exécutées sur le banc. On voit donc que, de ces deux seuls ports, il est sorti un group de 6 109 marins, dont le sort et le bien-être éveillent une véritable sympathie dans tout cœur, non seulement français, mais même simplement humain. N’est-ce pas ici le lieu de rappeler la création des Œuvres de mer et ses efforts pour améliorer le sort matériel et moral de cette intéressant colonie de travailleurs dont d’infâmes politiciens, concentrés à Saint-Jean-de-Terre-Neuve, cherchent à détruire la noble industrie ?

  • 6 Robert Gillespie Reid (1842-1908), maçon, constructeur de ponts et entrepreneur, avait érigé l’infr (...)

9L’origine de cette agitation est la même que celle qui conduisit à l’explosion de la guerre anglo-boër – qu’il s’agisse des déserts glacés de Terre-Neuve, ou des solitudes brûlées par le soleil du Rand, les procédés de l’agiotage sont identiques dans tous les siècles et dans tous les climats. Il y a dix-sept ans, en 1883, le Parlement de Terre-Neuve fit commencer la construction d’un vaste réseau de chemins de fer, dont l’exécution fut confiée à M. Reid, habile ingénieur qui, aidé par ses fils, parvint à établir dans d’excellentes conditions une ligne de plus de 800 kilomètres de développement6.

10Le trafic de voyageurs est à peu près nul sur un réseau d’une si grande longueur, dans une île dont la population est à peine de 200 000 habitants, tous répartis le long des côtes. Aussi, le but principal, presque unique, de la voie ferrée est-il de permettre l’exploitation des richesses minières et végétales de Terre-Neuve. Le plan grandiose qui a conduit à la construction de la ligne terre-neuviènne a été de rattacher les unes aux autres les principales voies fluviales de la contrée, et de permettre de charrier les denrées de l’intérieur jusqu’aux principales baies où des steamers peuvent venir les chercher. Le chemin de fer devait donc être accompagné de la construction de ports, de quais pour le chargement des marchandises, et d’une flotte à vapeur. C’est ce qui a été fait.

11Mais, pour payer tous ces travaux, il aurait fallu des sommes considérables que l’île ne possédait pas. Heureusement, M. Reid a consenti à se rembourser en terrain, c’est-à-dire dans la seule monnaie que le gouvernement terre-neuvien possédât. On lui a donc concédé en deux fois un territoire dont la superficie est de 20 000 kilomètres carrés. C’est environ le cinquième de la superficie totale de l’île, qui, elle-même, est le cinquième de la superficie de la France.

12Dans son marché, M. Reid a pris l’obligation de faire fonctionner régulièrement le chemin de fer pendant quarante années. À la suite de cette période, il lui appartiendra en toute propriété.

13Ces transactions multiples et fort peu ordinaires ont valu à M. Reid le surnom de czar de Terre-Neuve, où son influence est prépondérante. Comme les spéculateurs du Rand, il est sans doute en rapport avec M. Joseph Chamberlain. Mais nous nous contentons de poser un point d’interrogation.

  • 7 Lastéroïde Eros, découvert en 1898 par Gustav Witt, appartenait à la famille d’objets qui, contrair (...)
  • 8 R. Bach, « Die Zukunft Neufundlands », Prometheus, vol. 11, 1900, p. 359-365, 374-377.

14Le Prometheus de Berlin est une excellente revue scientifique dirigée par M. Witt, le célèbre astronome, à qui l’on doit la découverte d’Eros7. Il a publié récemment deux remarquables articles dus à un habitant de Montréal et accompagnés des dessins que nous reproduisons. Deux sont consacrés à des chutes d’eau qui vont être utilisées, dans l’intérieur du pays, à créer un centre de force motrice à peu près gratuite, comme toutes celles que donnent les machines hydrauliques employées à la production du courant8.

15La première est excessivement pittoresque et facile à capter. Elle est pratiquement inépuisable, car elle sert de déversoir au lac Deer qui se jette dans le fleuve Humber, dont l’embouchure est vers la partie méridionale du French-Shore. La première utilisée sera la cataracte du fleuve Exploits, ainsi appelée parce qu’elle tombe dans la baie du même nom, un peu au-dessous de la limite orientale du French-Shore, dont elle a fait longtemps partie. Il s’est formé déjà, depuis quelques années, une Société au capital de 10 millions de francs, pour organiser une fabrication de pulpe à papier avec le pin noir, une des essences les plus estimées pour ce genre d’articles, dont la consommation va en se développant avec une rapidité prodigieuse. En effet, le goût du public pour la basse littérature qu’on exploite généralement dans les journaux est si développé que les directeurs et les éditeurs des volumes à bon marché sont en ce moment menacés par une véritable disette de papier. Les forêts de Terre-Neuve étaient autrefois renommés pour leur insalubrité, à cause du nombre prodigieux de moustiques qui pullulent pendant les trois ou quatre mois d’été. La première fois qu’on y a porté la cognée, on a été frappé de l’extrême richesse des produits forestiers. On a calculé que, sur une surface de 2 500 kilomètres carrés, il se trouvait assez de pieds d’arbres pour pouvoir pratiquer, en un siècle, cent coupes de troncs, donnant chacune 3 millions et demi de stères. Des résultats semblables ont été constatés sur les bords du fleuve Humber, du lac Gambier [Gander], du lac Deer, etc., etc.

  • 9 Voir aussi Paul Niedieck, « Chasse à Terre-Neuve – à la chasse à l’élan », dans Mes chasses dans le (...)

16Nous ne parlerons point des immenses troupeaux de carribous et d’autres espèces d’animaux sylvestres qui font de Terre-Neuve une terre promise pour les chasseurs9. En effet, les hôtes des forêts n’ayant pas la même puissance de reproduction que les poissons, disparaîtront dès que le nombre des chasseurs commencera se multiplier, et, comme les homards du French-Shore, cesseront bientôt d’être une ressource commerciale d’un intérêt sérieux. Il n’y a que les habitants des flots de l’Océan dont l’inépuisable fécondité puisse, jusqu’à un certain point, braver l’exploitation déréglé qu’entraîne le désir coupable de s’enrichir dans l’état de civilisation grossière et imparfaite dont nous nous contentons d’une façon misérable et scandaleuse, au lieu de chercher à jouir des bienfaits du Créateur d’une façon moins sauvage et moins désordonnée.

17On peut dire, en réalité, que la grande révolution industrielle qui s’accomplira forcément à Terre-Neuve est contemporaine des expéditions télégraphiques qui rattacheront, d’une part la côte orientale à l’Europe par la station de Heart’s Content, et de l’autre la côte occidentale au Canada par celle de Sands [Sandy] Cove. C’est par une série d’incidents dus au simple hasard, nom que l’on donne trop souvent à la collaboration de la Providence dans les affaires de ce monde, qu’elle s’est continuée.

2.

18Un ingénieur, se trouvant à Terre-Neuve, et qui ne connaissait rien des révélations du vieux Daniel, quoiqu’il appartint à l’École des mines de Londres, et qui se nommait [Smith] McKay, entra dans la cabane d’un pêcheur qui traînait ses filets le long de la baie Notre-Dame. Il admira, sur la cheminée du pêcheur, un très beau morceau de malachite qui était le plus bel ornement de son modeste parloir. Cette pierre magnifique est un riche minerai de cuivre, d’un traitement très facile et qui donne un métal très fin, fort recherché dans les applications de l’électricité. Il interrogea le pêcheur sur la provenance de cet ornement. Celui-ci le conduisit à l’endroit où il l’avait pris, et M. McKay n’eut pas de peine à s’assurer qu’il provenait d’un énorme filon dont le point d’affleurement n’était pas éloigné.

19En cherchant à tirer parti de ce gisement, on ne tarda pas à trouver en grande masse des lingots de cuivre massif. L’exportation de cette mine est évalué à une soixantaine de millions depuis 1864. À cette exploitation est venue se joindre celle de minerais de nickel.

20On a trouvé encore des minerais de cuivre sur d’autres points de la mer orientale qui, triste, aride, froide et monotone, semblait vouée à une éternelle stérilité. Le minerai n’est pas exploité sur place, mais transporté à New-York et à Swansea en Angleterre [au pays de Galles]. En y comprenant les équipages de la flottille de steamers, on arrive à un effectif de 1 500 personnes employées dans cette mine.

21L’industrie du fer est encore dans son enfance ; cependant, elle donne déjà lieu à un très grand trafic. Dans la baie des Exploits, voisine de la baie Notre-Dame, et toujours sur la côte orientale, se trouve un groupe d’îles où abondent des pyrites renfermant jusqu’à 54 % de soufre. On les exploite dans deux points de vue différents. Du fer on fait de l’excellent acier, et du soufre de l’acide sulfurique.

  • 10 Voir F. Halet, « Le gisement de fer de Wabana, Bell île (Terre-Neuve) », p. 981-997.

22Il y a environ quatre ans, un pêcheur de Saint-Jean rapporta du minerai de fer dont il s’était servi avantageusement comme de lest. Cet ignorance avait signalé sans s’en douter l’existence d’un étonnant gisement d’excellent minerai dans Bell-Île, petite terre située à quelques kilomètres de la capitale de Ferry-News [Saint-Jean]. Déjà l’exportation annuelle est de 200 000 tonnes absorbées par l’Allemagne et par des usines de Rotterdam10.

  • 11 John William Dawson (1820-1899) était géologue ainsi que paléontologue, auteur, professeur et admin (...)

23Le célèbre géologue Dawson11, à qui l’on doit l’exploration du Klondyke, a repris pour son compte les travaux de Daniel. Il déclare que Terre-Neuve lui paraît être le pays le plus riche du monde en minerais de cuivre et en minerais de fer.

24Les moyens d’exploiter sur place ces trésors ne manquent point. Indépendamment du courant électrique que peuvent produire les chutes, dont nous avons parlé plus haut, il y a dans la colonie d’inépuisables gisements de houille et de pétrole.

25On n’estime pas à moins de 200 millions de tonnes la mine de charbon qui se trouve dans le voisinage de Grand Lac. Les sources de pétrole ne sont pas moins abondantes ; on les a découvertes en forant des puits de 300 mètres.

26En creusant du côté de Port-au-Port, sur la côte occidentale, on a découvert des gisements d’asbeste aussi bonne que celle des environs de Québec, dont la réputation est universelle. C’est une substance que les progrès de l’industrie électrique rendent de plus en plus précieuse. En effet, les incendies, qui se multiplient de jour en jour, montrent combien est urgent de remplacer le caoutchouc, comme isolant, par une substance dont les propriétés isolantes ne sont pas moindres, et qui a, de plus, l’avantage inestimable d’être complètement ininflammable.

27On comprend que, dans de semblables circonstances, la servitude dont le traité d’Utrecht a frappé la prise de possession de l’île par la Grande-Bretagne soit pénible pour les habitants, mais est-ce une raison pour qu’ils cherchent traîtreusement toutes sortes de querelles à la France, dont les droits deux fois séculaires sont indiscutables ? Espèrent-ils tromper l’opinion publique du monde civilisé en torturant les textes avec la triste effronterie dont le Colonial Office vient de faire preuve dans l’Afrique australe ?

28Loin de nous la pensée d’envenimer ces débats, dans lesquels il est à espérer que la Grande-Bretagne se résignera à employer d’autres armes que celles dont elle fait usage en ce moment d’une façon si cruelle et si peu glorieuse. Cependant, il n’est pas possible de passer sous silence deux circonstances historiques du plus haut intérêt pratique.

29Par le traité d’Utrecht, le gouvernement français abandonne ses droits de souveraineté sur l’Acadie, comme dans tous les cas les traités stipulaient que les habitants du pays, changeant de maîtres, conserveraient l’usage de leurs langues, de leur religion, etc., etc. Contrairement à ces prescriptions, l’Angleterre procéda à l’expulsion en masse des Acadiens. Les réclamations du gouvernement français, appuyé dans cette occasion par tout ce que l’Europe possédait d’écrivains influents, furent inutiles. Ce décret abominable, œuvre d’une politique impitoyable, fut exécuté dans toute sa rigueur. L’Angleterre brava les cris d’indignation qui s’élevèrent dans tout le monde civilisé contre cette violence !

30Le souvenir de cette grande iniquité peut-il être perdu de vue dans le règlement définitif de la question ?

31En 1815, il paraît qu’on offrit à Louis XVIII de choisir entre la restitution des pêcheries de Terre-Neuve et celle de l’île de France, dont la population, qui atteint 500 000 habitants, a conservé encore aujourd’hui le culte de la mère-patrie. Le roi, après avoir mûrement réfléchi, déclara qu’il préférait abandonner la perle de la mer des Indes, et conserver à la France des établissements si nécessaires au relèvement de sa marine.

32Si la France devait abandonner Terre-Neuve, est-ce que le bon sens et la logique n’indiqueraient pas que, comme compensation, l’Angleterre devrait faire l’abandon de la colonie pour laquelle on offrait l’option ?

33Certainement, le retour de l’île de France à la mère-patrie, à laquelle elle est restée profondément attachée, serait une solution fort désirable. En effet, elle effacerait une des plus grandes injustices de l’histoire, et consoliderait notre domination à Madagascar, en lui donnant comme base la possession d’une colonie prospère, pouvant, en cas de guerre, fournir un contingent fort redoutable. Mais une transaction de ce genre ne pourrait être proposée que lorsque que l’on aurait trouvé moyen de prendre des mesures, soit en Islande, soit aux Açores, soit ailleurs, pour que la perte du French-Shore ne porte pas préjudice à une grande industrie nationale. Peut-être une autre solution est-elle possible. En effet, le French-Shore commence à l’extrémité Sud-Ouest de Terre-Neuve ; il longe tout le détroit de Belle-Île ; du cap Normand, il passe sur la côte occidentale et s’arrête au cap Saint-Jean. Il est fort éloigné de Saint-Pierre et Miquelon qui sont dans la partie Sud. Son développement est de 14 000 kilomètres environ. Si on tirait une ligne droite de la Bonne Baie au sud de la Baie Blanche, ligne qui n’aurait qu’une trentaine de kilomètres de développement, on détacherait de Terre-Neuve une grande presqu’île qui y tient à peine, puisqu’on pourrait suivre le contour des eaux intérieures. La France abandonnerait le French-Shore depuis le cap Race, jusqu’à la Bonne Baie ou la baie des îles sur la côte Ouest. Sur la côte Est, elle abandonnerait la moitié de la Baie Blanche et toute la Baie Verte, et recevrait en toute souveraineté à titre de compensation la presqu’île dont nous venons de parler. Ce serait une transaction qui mettrait fin à un conflit, et qui, suivant nous, tiendrait équitablement compte des intérêts en jeu. Nul doute que les arbitres qui ont été désignés avec beaucoup d’intelligence, ou tous autres ne trouvent une proposition satisfaisante et équitable, plus parfaite que celle que nous proposons. Mais ce qui n’est point admissible c’est que la Grande-Bretagne refuse de se conformer au verdict et que le Colonial Office dicte impérieusement des lois au ministère français.

Notes

1 Joseph Chamberlain (1836-1914), député, siégea à l’aile gauche du Parti libéral britannique, parmi les radicaux. À la tête des libéraux unionistes, hostiles à l’autonomie de l’Irlande, il s’allia aux conservateurs et leur assura la prédominance de 1885 à 1905. Ministre du Commerce de 1880 à 1885 et des Colonies de 1895 à 1903, il déploya un impérialisme agressif et s’opposa à la pénétration française en Afrique. Il mena la guerre contre les Boers en vue d’annexer les mines de l’Afrique du Sud. De plus, il donna aux colonies peuplées d’Européens une plus large autonomie mais voulut faire de l’Empire britannique une unité commerciale avec des barrières douanières communes.

2 P. Viator, « Le French Shore ou côte française de Terre-Neuve », Cosmos, vol. 27, 1893-1894, p. 107-114, 141-144, 164-167.

3 P. Viator, « Le French Shore ou côte française de Terre-Neuve », p. 111.

4 P. Viator, « Le French Shore ou côte française de Terre-Neuve », p. 142.

5 Francis Bacon (1561-1626), chancelier de la Grande Bretagne en 1618, n’est pas à l’origine de cette expression. Selon G.M. Story, dans son article « Bacon and the Fisheries of Newfoundland : A Bibliographical Ghost », p. 17-18, l’expression est plutôt attribuable à sir John Oldmixon mais répandue grosso modo au nom de Bacon dans toutes les histoires de Terre-Neuve. Voir aussi en bas la même citation par Robert de Caix.

6 Robert Gillespie Reid (1842-1908), maçon, constructeur de ponts et entrepreneur, avait érigé l’infrastructure du pont de la Compagnie du chemin de fer canadien du Pacifique à Lachine, Québec, avec Sandford Fleming. Son œuvre la plus marquante était la construction du Newfoundland Railway, qu’il fit aboutir en 1890.

7 Lastéroïde Eros, découvert en 1898 par Gustav Witt, appartenait à la famille d’objets qui, contrairement à la plupart des astéroïdes, n’ont pas leur orbite confinée entre celles de Mars et de Jupiter, mais qui peuvent s’approcher de celle de la Terre, ou même entrer dans son orbite. Cette caractéristique orbitale suscita de nombreuses études sur les risques de collisions.

8 R. Bach, « Die Zukunft Neufundlands », Prometheus, vol. 11, 1900, p. 359-365, 374-377.

9 Voir aussi Paul Niedieck, « Chasse à Terre-Neuve – à la chasse à l’élan », dans Mes chasses dans les cinq parties du monde, p. 229-240. Niedieck était journaliste allemand de voyage et de la chasse. Son ouvrage, intitulé originalement Mit der Bücht in fünf Welteilen (1905), fut traduit de l’allemand par L. Roustan.

10 Voir F. Halet, « Le gisement de fer de Wabana, Bell île (Terre-Neuve) », p. 981-997.

11 John William Dawson (1820-1899) était géologue ainsi que paléontologue, auteur, professeur et administrateur. En 1842, Charles Lyell, considéré aujourd’hui comme le père de la géologie moderne, se rendit à Pictou, en Nouvelle-Écosse, pour étudier les dépôts houillers, et son principal guide était Dawson. De cette rencontre naquit une amitié durable. Dawson accepta la direction du McGill College à Montréal en 1855. À compter de 1855 et jusqu’à peu de temps avant sa mort, il donna une quantité incalculable de conférences sur la science et la Bible, ainsi que sur des sujets connexes. C’est par ses grands écrits scientifiques qu’il fit à Montréal un centre international de géologie et de paléobotanique, couronné par l’ouverture du Musée Redpath d’histoire naturelle en 1882.

Auteur

Wilfrid de Formelle (1824-1914), journaliste, gauchiste et aéronaute, né à Paris, fit ses études au collège Ste-Barbe et, lors de la Révolution de février 1848, fit partie du groupe de jeunes gens et d’émeutiers qui envahit la Chambre des députés. En collaborant, par la suite, à divers journaux d’extrême gauche, il fut identifié par la police comme élément dangereux et, après le coup d’état du 2 décembre 1851, déporté en Algérie. Amnistié en 1859, il retourna en France, où il reprit son métier de journaliste et commença à s’intéresser à l’aéronautique. Fonvielle se porta, sans succès, candidat à la députation en 1871 et était à Paris au moment de la Commune. Il se présenta une nouvelle fois, encore sans succès, à la députation en 1876, puis renonça à la politique et s’occupa de littérature et de vulgarisation scientifique. Cosmos, la source de cet article, était une revue encyclopédique hebdomadaire des progrès des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search