Versione classicaVersione mobile

Terre-Neuve

Une courte pathologie des Terre-Neuviens (1896)

« Terre-Neuve : la pêche et les pêcheurs », p. 442-447

Paul Gazeau

Testo integrale

1La population terre-neuvienne doit offrir, on le prévoit, une pathologie revêtant un caractère spécial.

2Le climat côtier y est sain et l’homme sans tare qui y est né et y vit dans des conditions physiologiques et hygiéniques convenables s’endurcit en se développant et acquiert une force de résistance qui lui permet de suffire aux exigences de son dur métier. Mais il est d’autres causes qui, par leur constance ou leur action périodiquement répétée, viennent agir sur les organismes moins bien armés ou insuffisamment soutenus, et font de la lutte pour la vie une scène attristante parce que les victimes en sont toujours désignées d’avance. C’est la misère, faite de privations de toute sorte, d’une alimentation monotone, souvent insuffisante, de qualité toujours médiocre (abus de poisson salé, de thé) ; c’est une hygiène défectueuse au premier chef (vie sédentaire, dans un air confiné, surchauffé, rarement renouvelé) ; c’est l’alcool qui, malgré les droits prohibitifs, pénètre néanmoins sur le littoral ; c’est le surmenage dû, chez la femme, à des grossesses répétées, à une lactation débilitante, c’est la tristesse, les chagrins que laissent après elles les longues souffrances subies ; c’est l’avenir plein de menaces paralysant l’énergie ; c’est le froid rigoureux d’un long hiver, l’humidité, la brume du printemps et de l’automne et les variations brusques et considérables de la température.

  • 1 [Aristide-Pierre-Marie] Jan, « La division navale de Terre-Neuve pendant (année 1890 », p. 133-134.
  • 2 [Georgés-Benjamin-Edouard] Martine, « Tuberculose à Terre-Neuve », p. 372.

3Ainsi se prépare un terrain favorable au développement de toutes les maladies de misère dont le terme est la consomption. L’anémie prend les enfants au berceau et suit les garçons jusqu’à l’âge où une existence active, passée au grand air, la combat efficacement ; mais elle persiste chez la jeune fille et la femme, que les travaux du ménage retiennent toute l’année dans un milieu surchauffé ; elle marche progressivement avec son cortège habituel (pâles couleurs, palpitations, troubles des voies digestives, de la circulation et des organes génitaux) et produit une déchéance physique qui n’a d’égale que l’apathie qui en est également la conséquence. À mesure que l’âge avance, la dyspepsie, souvent flatulente, la gastrite chronique avec douleur épigastrique, éructations, amaigrissement, dépérissement, le rhumatisme chronique et les névralgies s’installent dans chaque foyer. Quelle résistance peuvent, dès lors offrir des organismes aussi débilités à l’envahissement de la tuberculose qui, de l’avis des médecins de Terre-Neuve, tient le premier rang dans le cadre nosologique. Son existence à Terre-Neuve ne saurait être niée ; mais la façon dont elle s’y comporte a donné lieu à de longues discussions où les opinions les plus opposées se donnent libre carrière. Le Dr Jan : « tout en s’inclinant encore devant l’avis des médecins qui l’ont précédé dans cette campagne et qui, d’un certain nombre d’observations dont il apprécie la valeur, ont pu conclure à l’évolution rapide du bacille tuberculeux sous ces latitudes, affirme que les renseignements recueillis par lui sur ce sujet sont loin de concorder avec certaines théories précédemment émises, et qu’à l’hôpital de Saint-Pierre, en particulier, il paraît démontré aux médecins que la marche de la tuberculose, dans ce pays, subit plutôt un retard qu’une accélération1. » Le Dr Martine, qui fait la même campagne en 1892, proteste contre cette manière de voir qu’il n’hésite pas à qualifier de « dangereuse2 ».

4Pendant ces deux années, nous avons voulu nous éclairer, et nos propres observations, ainsi que celles que nous avons pu recueillir auprès des médecins du pays, nous font absolument partager l’opinion du Dr Martine. La distinction qu’il établit avec raison, entre les indigènes et les Européens, ne fait que ressortir davantage l’action réelle du climat sur les pêcheurs prédisposés et celle non moins accusée de la manière de vivre des gens du pays. Les premiers subissent l’influence des températures très irrégulières et souvent basses du printemps, des brumes surtout fréquentes à cette époque – les entrées à l’hôpital de Saint-Pierre, à leur arrivée de France en font foi. – Si les bâtiments de guerre en présentent moins, cela tient à ce qu’ils arrivent sur les côtes de Terre-Neuve, un mois plus tard, alors que la température est relativement douce, mais toujours soumise à de brusques changements, et surtout à ce qu’une élimination sévère a exclu de l’équipage, à l’embarquement, tous les hommes suspects. Mais si un seul a passé inaperçu, on peut être certain que le réveil ou la première manifestation ne tardera pas. Nous en avons fait l’expérience deux années de suite.

5Quant aux Terre-Neuviens eux-mêmes, les conditions ne sont plus les mêmes, et il serait téméraire de vouloir apprécier l’influence du climat sur la marche de la tuberculose en se basant uniquement sur les quelques observations recueillies à bord de nos navires.

6Si l’on cherche à se renseigner, les éléments semblent tout d’abord manquer complètement. Déjà, l’année dernière, nous avons signalé ce fait en apparence paradoxal, qu’on rencontre peu de tuberculeux à terre, alors que les médecins vous assurent que la morbidité et la mortalité du fait de cette maladie sont considérables, et nous en donnions une raison, mais non la seule.

7En cette saison, en effet, il y en a peu d’avérés, de reconnus pour tels ; aussi pour les trouver faut-il les rechercher avec soin : oh ! alors, la moisson est abondante. Les médecins de la division sont parfois appelés à visiter des malades pour une affection dont le diagnostic n’est plus à chercher : les parents, les voisins l’ont déjà porté avec une assurance calme et résignée ; ils en ont tant vus qui, pris de la même façon, ne passaient pas le printemps ! Car si la chute des feuilles marque, pour les jeunes malades, une époque difficile à franchir, comme dans nos pays, le printemps est une échéance encore plus redoutée. Chacun veut profiter du passage du médecin pour obtenir une consultation. Il faut les ausculter tous, quelle que soit la nature de leurs doléances, et l’on reste terrifié du nombre de gens en possession de tuberculose, alors qu’aucun signe extérieur n’a encore éclairci l’entourage. Il n’y a pas encore eu de crachement de sang ; les malades ne toussent pas ; ils ne sont qu’anémiés, faibles, sans appétit et ne se plaignent que de l’estomac que ne fonctionne pas et de douleurs névralgiques. Mais qui donc est à l’abri de l’anémie, parmi les femmes et les enfants, qui donc ne souffre pas de l’estomac ? Dans quelques mois, des semaines peut-être, les parents seront fixés. La « consomption » aura marqué une victime de plus dans la famille.

8Ces pauvres gens, si souvent mis à l’épreuve, ont su discerner deux sortes de malades : les « poitrinaires de nature » et ceux qui ont contracté leur affection « dans les mauvaises marées ». C’est la tuberculose héréditaire et la tuberculose acquise. Cette distinction est certainement plus marquée que sous nos climats, à cause, probablement, du manque de résistance d’une population que la misère prépare depuis la première enfance.

9Les « poitrinaires de nature » sont atteints entre quinze et vingt-deux ans, le plus généralement ; l’évolution est rapide : six mois souvent suffisent, deux ans au plus ; question de résistance, de soins ou de misère. Dans une même famille, plusieurs enfants sont enlevés coup sur coup. La contagion n’est pas sans jouer un rôle actif dans ces maisons hermétiquement closes pendant tout l’hiver. Il y a eu des cas chez les ascendants ou les collatéraux ; or, à Terre-Neuve, plusieurs familles parentes habitent fréquemment sous le même toit. Les exemples sont nombreux, nous n’en citerons que deux dont nous assurons l’authenticité : à Saint-John’s, une mère voit mourir en deux printemps son mari et onze enfants ; elle seule résiste sans avoir jamais présenté le moindre signe suspect. À Bonne-Baie, trois garçons et deux filles, tous frères et sœurs, en pleine jeunesse, mais déjà flétrie par les privations, ont été enlevés en juillet et août de cette année en moins d’un mois. Deux ont succombé le même jour sur deux grabats voisins.

10Les autres, ayant présenté jusqu’alors toutes les apparences de la santé, sont pris un jour en pleine saison de pêche. Ils rentrent plus fatigués que de coutume, après un gros temps, « une mauvaise marée », et se mettent à tousser. Ceux-là ont trente ans et plus. Victimes probables de la contagion qu’une profession pénible entre toutes et une hygiène désolante favorisent au plus haut degré, ils luttent quelques années ; quelques-uns arrivent à guérir, ce qui prouve que l’action du climat n’est pas la seule à agir et que le métier a une énorme influence ; mais le plus grand nombre, forcés par la misère à continuer la pêche, succombent après trois, cinq ou six ans ; c’est le terme le plus éloigné que l’on nous ait assigné. - J’ai eu l’occasion d’avoir pu être utile à plusieurs malades de cette catégorie. Ceux auxquels une minime aisance permettait d’abandonner les travaux et de prendre le repos nécessaire, s’amélioraient très rapidement. « Je crois bien n’en avoir pas pour plus de cinq ans », me disait un Français, ancien déserteur, demeuré sur la côte où il s’était marié avec une fille du pays et qui présentait des lésions de la deuxième période. Il me parut optimiste, je le fus plus que lui, tout en lui conseillant d’abandonner le pays et de revenir en France.

11L’évolution de la tuberculose, chez ces deux variétés de malades, présente quelques particularités. Elle ne procède pas, chez les héréditaires, par poussées successives, chacune d’elles laissant le malade un peu plus affaibli, avec des lésions chaque fois plus étendues ; l’organisme est préparé de longue date à recevoir le germe, en admettant qu’il n’y ait que la prédisposition de transmise, germe qui s’installe et évolue tout d’abord sournoisement. À cette époque d’une incubation dont nous ne saurions évaluer la durée, il suffit de le chercher pour le trouver. Puis sa présence se signale brusquement par une ou plusieurs hémoptysies que suivent bientôt la perte totale de l’appétit, une faiblesse générale, des bouffées de chaleurs, de la fièvre, des sueurs, enfin l’amaigrissement et la cachexie qui en est le dernier terme ; et cela sans secousse, mais aussi sans arrêt. Ce n’est pas la tuberculose aiguë à marche rapide, bien que souvent elle semble être une sorte de granulée, mais d’une forme insidieuse, parfois même apyrétique ; elle ne peut être non plus assimilé à la tuberculose chronique ; sa marche est trop rapide ; elle s’en rapproche cependant.

12Le pêcheur déjà homme, de trente à quarante ans, né dans le pays ou européen, établi sur la côte vers la vingtième année est atteint, dans le courant de l’été, surtout au printemps. Les forces diminuent rapidement, il tousse et ses crachats sont teintés de sang – pas d’appétit, sueurs, amaigrissement. Il abandonne tout travail ; la pêche sera médiocre cette année et la famille en souffrira. L’hiver amène plutôt un peu de calme ; les forces semblent revenir. On reprend la pêche jusqu’à ce qu’un réveil se reproduise et ainsi d’année en année jusqu’à la consomption, dernier terme d’une extinction lente d’un être chez lequel les échanges organiques de plus en plus ralentis ne permettent pas la moindre lutte quand surviennent les premières variations de température, la brume, le vent, etc.

13Quant aux signes stéthoscopiques, ils n’offrent rien de particulier, si ce n’est l’étendue des lésions qu’ils décèlent par rapport à l’âge de la maladie, ce qui nous prouve que l’organisme est déjà profondément atteint quand l’intéressé en manifeste les premiers signes extérieurs.

14Il y a des guérisons, nous croyons en avoir eu les preuves.

15Il y a aussi des formes torpides à marche beaucoup plus lente ; nous croyons qu’une femme, mère de neuf enfants, âgée de quarante ans et ayant eu des hémoptysies pendant longtemps, était dans ce cas. Avec tous les signes qui accompagnent la tuberculose chronique, elle offrait des sommets presque nets, mais toutes la moitié inférieure du poumon gauche envahie.

16La mortalité infantile est considérable ; il est probable que la méningite et la tuberculisation du péritoine doivent être observées ; mais nous n’avons aucun renseignement à cet égard.

17La population de Terre-Neuve paye un lourd tribut à d’autres maladies que la tuberculose. Au premier rang, il faut citer la diphtérie qui ne disparaît jamais de la grande île. Des villages entiers voient tous les enfants en bas âge atteint et succomber. Jusqu’à ces temps derniers, la mortalité était aussi grande à Saint-John’s que sur la côte. L’emploi du sérum a maintenant ramené l’espoir dans les familles. Il ne nous a pas été donné de pouvoir traiter nous-mêmes des enfants, mais nous avons été heureux d’offrir aux médecins du pays que nous avons connus des flacons que l’Institut Pasteur nous avait envoyés sur le la Clocheterie. Puis le rhumatisme chronique, sous toutes ses formes, et s’attaquant à tous les âges, faisant de nombreux infirmes, mais sans influence marquée sur la mortalité.

18Pendant notre court séjour à Saint-John’s, beaucoup de maisons portaient une affiche collée sur les portes avec les mots « scarlatine », « rougeole », « variole ». La fièvre typhoïde y sévit également, nous en avons soigné deux cas sur la côte.

19Nous n’avons pas la prétention de faire connaître en ces quelques pages, la pathologie de Terre-Neuve. Nous disons seulement ce que nous croyons avoir vu, livré à nos seuls moyens et dans un milieu où il est étonnamment difficile de se renseigner.

Note

1 [Aristide-Pierre-Marie] Jan, « La division navale de Terre-Neuve pendant (année 1890 », p. 133-134.

2 [Georgés-Benjamin-Edouard] Martine, « Tuberculose à Terre-Neuve », p. 372.

Autore

Henri-Benjamin-Paul-Emmanuel Gazeau (1857-1940), né à Dompierre, entra au service de la marine en 1877. Par la suite, il servit comme médecin ou aide major au 3e Régiment d’infanterie de la marine en Nouvelle-Calédonie et à Madagascar, et en 1885 il publia Des moyens de prévenir l’importation des maladies épidémiques par la désinfection des navires en cours de traversée. De 1892 à 1895, il était à Saint-Mandrier, où un hôpital fut construit dès le dix-septième siècle pour recevoir les marins et les forçats, malades et contagieux, de retour des colonies. Après son retour de Terre-Neuve, il fut médecin major du 5e Dépôt des équipages et médecin principal à bord du Brenus, avant de revenir à l’hôpital de Saint-Mandrier comme chef de service. Il termina sa carrière en 1915 comme médecin de la 1er Armée navale et en 1918 comme président du Conseil de santé.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search