Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

L’établissement de pisciculture à Dildo (1894)

« Le laboratoire maritime de Dildo », p. 157-164, 172-174

Gaston Géraud et Henri-Augustin Colloch de Kérillis

Texte intégral

  • 1 Le gouvernement de Terre-Neuve fonda en 1889 un bureau de pisciculture à la tête duquel fut placé A (...)

1Nous avons quitté Saint-Jean le 23 juillet 1894, à 10 heures du matin pour nous rendre à Dildo et, de là, à l’établissement de pisciculture de M. Nielsen1. Notre programme était d’y recueillir, dans le peu de temps dont nous pouvions disposer, tous les renseignements et observations propres à faire connaître, dans ses détails principaux, le mode d’activité et les diverses installations de cet établissement.

2Arrivés à Broad Cove, station de chemin de fer la plus proche de Dildo, à 2 h 50 du soir, nous avons quitté la voie ferrée à cet endroit pour prendre une voiture qui s’y trouvait, nous attendant. À quatre heures du soir, le même jour, nous étions à Dildo, petit port de la côte Est de la baie de la Trinité.

3Après le pays boisé mais désert que nous venions de traverser, ce fut pour nous une agréable surprise de voir ce joli village étalé sur la colline verdoyante, et de constater que la vie, suspendue pour ainsi dire jusque-là, dans l’intérieur, renaissait tout à coup au moment où nous retrouvions la mer.

4Nous avons dû attendre quelque temps à Dildo une embarcation de l’établissement de pisciculture, et c’est à 4 h 35 du soir seulement, après un faux départ occasionné par une saute brusque du vent de l’ouest à l’est, que nous avons pu appareiller pour le lieu de notre destination. Nous n’avons mis pied à terre, devant la demeure de M. Nielsen, que vers 5 h 15 du soir.

5Quand, venant de Dildo, on traverse en embarcation la baie de la Trinité, on aperçoit devant soi un îlot allongé présentant à l’œil une côte élevée et boisée. Aucune maison, nul hangar, pas un wharf ne s’y détachent ; et si un mât de pavillon ne s’y dressait du sein des arbres, on pourrait croire cet îlot entièrement désert. Mais le marin qui guide l’embarcation, la dirige sur une pointe terminant l’île au sud, et, dès qu’on a dépassé cette pointe de galets, on se trouve tout à coup dans une anse, au bord de laquelle, dans une agréable position, l’établissement se présente au regard dans son ensemble.

6Nous sommes reçus par M. Nielsen lui-même. Nous allons parcourir avec lui, comme guide, les diverses parties de son établissement ; il va nous montrer, chemin faisant, tous les éléments qu’il a réunis là pour résoudre le problème de la pisciculture.

7En quittant l’embarcation, nous descendons sur des wharfs en très bon état. Détruits par un ras de marée en 1890, ils ont été reconstruits à neuf l’an dernier dans de bien meilleures conditions. Quatre réservoirs, d’inégales dimensions, y sont creusés dans l’épaisseur même des wharfs. Dans ces réservoirs, nous dit M. Nielsen, on place parfois des œufs fécondés quand la place manque au laboratoire ; ou bien, on y abandonne de grosses morues dont la ponte est terminée. De la mousseline forme filet dans ces réservoirs. M. Nielsen ne paraît pas en faire grand cas, il leur préfère de beaucoup les cloches et les caisses dont nous parlerons tout à l’heure.

8Devant le wharf se dresse l’habitation elle-même, toute en longueur, à un seul étage, avec un rez-de-chaussée élevé, auquel on accède par un escalier en côté, de quelques marches seulement. Ce rez-de-chaussée est divisé en deux parties d’inégales dimensions et séparées entièrement l’une de l’autre par une cloison. L’orientation de la maison est sud-ouest. La grande salle, le vrai laboratoire, qui occupe la plus grande partie de l’espace disponible, est abondamment éclairée par sept châssis vitrés assez larges. À l’autre extrémité, se trouvent trois locaux plus petits réservés aux machines et au réservoir d’eau (ressemblant à nos cuves à vin). Le dessin ci-joint donne un aperçu du laboratoire où sont réunis les appareils d’incubation artificielle avec les accessoires indispensables. On peut voir dans ce dessin, mêlés aux détails de la charpente, des tuyaux d’alimentation dont les uns, de grandes dimensions, sont horizontaux, au nombre de trois et en communication directe avec le château d’eaux.

9Les autres, plus nombreux, plus petits, descendent verticalement des précédents comme de leur source. Ils alimentent directement les auges et les cloches, véritables incubateurs de la morue ; de petits robinets permettent d’ouvrir ou de fermer à volonté les communications avec les gros tuyaux d’alimentation. L’eau coule nuit et jour dans les caisses, et, pendant la nuit que nous avons passée sous ce toit hospitalier, le bruit de cette circulation n’a pas été interrompu une minute. L’écoulement est réglé par ces robinets et par des siphons automatiques consistant en tubes de caoutchouc vulcanisé de 20 à 25 cent, de long, à cheval sur deux caisses étagées en escalier. Les siphons de la série inférieure, emmanchés dans un conduit métallique, dirigent définitivement l’eau qui a terminé son rôle, vers un système de drains placé dans le sous-sol et que nous n’avons pu voir. Non seulement ces siphons assurent la régularité de l’écoulement, mais ils peuvent aussi, quand on ouvre ou ferme à propos la communication du tube vertical avec le réservoir, à l’aide du robinet, ils peuvent, disons-nous, provoquer dans le niveau des mouvements lents d’élévation et d’abaissement, comme une sorte de marée artificielle. Ces oscillations, destinées à imiter celles que les œufs auraient trouvées à la mer, s’ils y fussent demeurés, sont, dit M. Nielsen, indispensables à l’éclosion rapide et au développement sûr des œufs déposés dans les cloches.

10Il faut que ces mouvements soient bien utiles, en effet, et qu’ils soient, en même temps, jugés bien insuffisants dans les incubateurs précédents, pour que, dans les caisses que l’on voit [...] dans le dessin, M. Nielsen ait cherché de toutes manières à les réaliser plus parfaitement.

11Dans un deuxième système, en effet, il nous a semblé que les auges étaient solidarisées par le soulèvement des planches de séparation dont les bords supérieurs se touchent : un courant lent est établi sur leur fond, qui fait passer les œufs d’une ruche dans l’autre comme entraînés par des flots qui se succéderaient.

12Dans un troisième système, les auges réunies et solidarisées par une traverse horizontale, seraient susceptibles de se balancer lentement autour d’une tige verticale articulée sur la précédente.

13Comme les récipients dont nous parlons, occupant le côté droit du laboratoire, étaient sans emploi au moment de notre passage, M. Nielsen n’a pu, pour nous bien faire comprendre ses idées, joindre la pratique à la théorie. Aussi, ses explications sont-elles pour nous demeurées un peu vagues. Il nous en est pourtant resté cette conviction :

  1. Que M. Nielsen voulant, autant que possible, se placer dans les conditions de l’incubation naturelle, juge qu’un certain mouvement de l’eau, où les œufs sont en suspension, est indispensable.

  2. Que le mouvement qui le satisferait le plus complètement n’est pas encore trouvé et qu’il est toujours à sa recherche.

Séchage de la morue à St.-Jean en 1894-1895. (W Libbey/Société de géographie/B133927)

14Un fait indéniable, c’est qu’on fabrique à Dildo de la vie avec une grande intensité, et, ce qui est également positif, c’est que cette procréation artificielle se présente dans les meilleures conditions : la morue laissée à elle-même reproduirait comme celle qu’on dépose dans les bassins, mais beaucoup d’œufs seraient perdus qui deviennent féconde à Dildo ; nous avons vu que, sur le nombre immense des œufs recueillis par M. Nielsen, 60 à 65 p. 100 arrivent à maturité. C’est un résultat qui dépasse de beaucoup, probablement, celui de l’éclosion naturelle. On peut ajouter, avec vraisemblance, que la science permettra, dans l’avenir, de connaître beaucoup mieux les mœurs des morues, les dangers qui les menacent, et qu’il sera possible dès lors de semer les petites morues obtenues artificiellement, dans des conditions qui assurent leur durée. On aura donc réalisé par l’incubation artificielle un double bénéfice : économie des œufs, leur durée. Ceci reconnu, il faut voir l’œuvre de M. Nielsen à travers les critiques qui lui ont été adressées :

  • 2 Thomas Henry Huxley (1825-1895), scientifique et philosophe britannique.

15« La procréation artificielle est-elle utile ? Le capital des morues qui abondent sur les côtes de Terre-Neuve tend-il à diminuer par le fait même de la pêche intensive que l’on en fait ? Il est certain que si, comme le pense Huxley2, le stock en est réellement inépuisable, le fait de jeter sur un point quelques millions de morues, par année, ressemblerait assez à l’acte d’un enfant qui porterait tous les jours un peu d’eau à la mer. Pour M. Nielsen, la chose n’est pas niable, la morue s’épuise, et, si l’on veut garantir les pêches futures, il faut combler au fur et à mesure les pertes de chaque jour. Tout en admettant difficilement qu’il puisse être très utile de jeter quelques millions de morues sur le Grand-Banc, par exemple, acceptons pour les baies et les côtes l’opinion pessimiste de M. Nielson. La morue tend à diminuer à Terre-Neuve, la culture entreprise à Dildo est-elle capable de conjurer le danger ? La morue, disent les partisans d’Huxley, émigre instinctivement ; celle que vous allez jeter dans la baie va obéir à cet instinct, vous ne la retrouverez pas. M. Nielsen répond victorieusement, croyons-nous : « Oui, la morue émigre quand les circonstances de son habitat sont telles qu’elle n’y trouve ni la nourriture qui lui est nécessaire, ni les conditions de température ou autres qui doivent assurer sa reproduction ». Mais dans la baie de la Trinité, toutes ces conditions sont remplies admirablement. « La morue n’a aucune raison d’émigrer pendant l’hiver, dit-il ; elle se contente de voyager du fond à la surface [...] ; et celle que vous allez y semer, vous la retrouverez bonne pour la consommation dans quelques années. Des pêcheurs ont vu, dans les environs de la baie de la Trinité, des bancs de petites morues qui provenaient évidemment de l’établissement de Dildo ».

16Les raisons de M. Nielsen et ses explications nous paraissent probantes : la morue jetée dans la baie de la Trinité n’en sort pas, elle va y grandir, y prospérer et on la retrouvera bientôt. Mais la question n’est pas résolue par ces considérations. Si la morue n’émigre pas, vous avez écarté de la baie de la Trinité le danger qui la menaçait. Mais Dildo n’est qu’un point sur la côte de Terre-Neuve et, puisque les autres points ne profitent pas de votre œuvre de reconstitution, comment pourrait-on réaliser pour eux le même avantage ? De Dildo ira-t-on semant partout la morue qui vient d’y naître artificiellement ? C’est impossible. Doit-on établir dans toutes les baies une industrie scientifique comme celle que nous avons analysée tout à l’heure ? Ce serait là une entreprise immense et bien coûteuse pour les résultats incertains qu’on serait en droit d’en attendre. Ce qui peut être fait pour le homard (nous avons vu que le prix d’un incubateur est peu élevé), ce qui doit être énergiquement encouragé dans notre colonie de Saint-Pierre et Miquelon, nous paraît irréalisable ou tout au moins très difficile pour la morue, qui exige une installation beaucoup plus compliquée !

17Et alors, considérant l’œuvre de M. Nielsen, qui n’est encore qu’à ses débuts, nous admirons en eux-mêmes tous ses efforts, l’intelligence pratique qu’il y a mise, les résultats auxquels il est arrivé. Mais nous sommes conduits à faire en même temps des réserves sur l’avenir qui lui est promis. Il pourra fonder la prospérité de Dildo, il n’aura pas encore résolu le problème plus général qui consistait à relever à tout jamais la confiance des pêcheurs, à rassurer définitivement les capitaux sur toute l’étendue des côtes de Terre-Neuve, si, comme il l’affirme positivement lui-même, la morue tend à s’épuiser sur cette côte de Terre-Neuve, aussi bien qu’en Norvège, d’une manière incessante.

Notes

1 Le gouvernement de Terre-Neuve fonda en 1889 un bureau de pisciculture à la tête duquel fut placé Adolphe Nielsen (1850-1903), un Norvégien. Nielsen choisit Dildo pour le site d’un établissement à la procréation à la morue et au homard, le plus grand du monde à cette époque-là. Il était aussi avocat de la conservation des espèces, et il rejeta la responsabilité de l’épuisement du stock à la morue sur l’utilisation des seines et des hameçons à ligne. Voir aussi au sujet de la pisciculture Paul Guéry, « Propagation artificielle de la morue et du homard », p. 657-669, et plus généralement « Etude sur le rôle et les procédés de la pisciculture marine », p. 145-173.

2 Thomas Henry Huxley (1825-1895), scientifique et philosophe britannique.

Table des illustrations

Légende Séchage de la morue à St.-Jean en 1894-1895. (W Libbey/Société de géographie/B133927)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteurs

Jean-Baptiste-Marie-Gaston Géraud (1845-1900) entra au service de marine en 1865. En 1895, il fut médecin principal de la Division navale volante et d’instruction à bord de la Naïade.
Henri-Augustun Calloch de Kérillis fut employé également à bord de la Naïade comme aide de camp de l’amiral commandant la 2e Division de l’escadre de la Méditerrané.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search