Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Les nouvelles richesses minérales (1894)

« Les richesses minérales de Terre-Neuve », p. 395-400

Louis de Launay

Texte intégral

1L’île de Terre-Neuve forme le prolongement des zones N.-E. – S.O. de terrains primitifs et primaires, qui constituent, sur le continent canadien, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Cette disposition se retrouve très nettement dans l’orographie du pays : lignes de côtes, fjords et saillies montagneuses lui sont parallèles.

2Tous les terrains qui composent le sol sont primitifs ou primaires (laurentien, précambrien, silurien, dévonien ( ?) et carbonifère).

3Le laurentien, si largement développé au Canada et au Labrador, occupe également une partie de Terre-Neuve, où il forme deux chaînes principales : l’une allant de la baie de la Fortune au cap Frehel ; l’autre, à l’Ouest, constituant le Petit-Nord et les Long-Ranges ; on le trouve également sur une grande partie de la côte sud.

4Au-dessus de ce laurentien, on trouve à l’Est (St-John’s) des dépôts qualifiés de précambriens : quartzites avec bancs jaspeux, conglomérats rouges, schistes brun sombre avec des organismes problématiques (Aspidella Terranovica, Arenicolites cf. spiralis).

5Puis viennent, en discordance, dans les îles de la baie de la Fortune, à Saint-Pierre et Miquelon, des grès rouges, conglomérats et quartzites avec trilobites du cambrien inférieur (Longmynd et Lingula).

6D’autres terrains primaires, cambriens ou siluriens inférieurs, se retrouvent dans tout l’Ouest de l’île, traversés et métamorphisés par des roches diverses : diorites, porphyres, trapps, etc. Autour des gisements cuivreux de la baie Notre-Dame, cet étage est caractérisé par des bancs serpentineux et dolomitiques avec schistes chloriteux du group de Québec calcarifère (silurien inférieur).

7Un peu de silurien moyen se rencontre dans les îles de la baie Blanche et de la baie Notre-Dame. Dans la première, il existe peut-être même du dévonien au cap Fox.

8Enfin, à l’Ouest de Terre-Neuve, deux lambeaux de carbonifère discordants sur les terrains antérieurs se rattachent visiblement, à travers la baie du Saint-Laurent, aux terrains de même âge du Nouveau-Brunswick ; le centre de ce bassin, qui s’est très anciennement affaissé, est occupé par le trias de l’île du Prince Edward.

9La production minière de Terre-Neuve se compose, jusqu’ici, presque exclusivement de minerais de cuivre. En 1891, l’île a produit 7 100 tonnes de minerai de cuivre, 3 700 tonnes de régule, 1150 tonnes de lingots de cuivre, le tout représentant sur place une valeur totale d’environ 3 millions de francs et correspondant à peu près à 4 500 tonnes de cuivre. En 1890, la production avait été à peine moitié de ce chiffre : 1 200 000 francs ; mais, en 1888, elle avait dépassé 4 millions et, dans les années précédentes, on trouve, au milieu de fluctuations répétées, une année d’extraction maxima, 1877, avec 6 200 000 francs. Par cette production de cuivre, Terre-Neuve se place en bon rang parmi les États de second ordre, entre l’Italie et la Norvège.

10Indépendamment du cuivre, on se contente d’extraire environ 20000 tonnes de pyrite de fer valant 300 000 francs ; à diverses reprises, l’île a produit, en outre, de faibles quantités de plomb et de nickel.

11Cuivre. – Les mines de cuivre, découvertes depuis 1857, sont situées dans la baie Notre-Dame, au Nord de l’île. Là se trouvent les gisements de Tilt Cove (Union Mine) exploités, depuis 1864, à environ 15 kilomètres du cap Saint-Jean, ceux de Bett’s Cove ouverts depuis 1875, ceux de Little Bay, etc.

12Les dépôts sont formés de grands amas, grossièrement interstratifiés, de pyrite de fer cuivreuse, ayant tenu, prétend-on, en moyenne, 12 p. 100 de cuivre (chiffre qui nous semble très exagéré). À la mine Bluff (Tilt Cove), qui peut nous servir de type, le gisement est encaissé dans des schistes chloriteux, très pyritisés, contenant des lits de dolomie et des traînées de serpentine avec grains de fer magnétique. Immédiatement au toit se présente une masse de diorite à veinules d’épidote ; puis, vers le Nord, un dyke de serpentine. Au mur, on a des diorites, des schistes sombres et des bancs de jaspe rouge. Lamas métallifère, dont la constitution paraît rappeler très fort celle des gisements norvégiens (Röraas, Foldal, etc.), situés également dans les terrains primaires, renferme souvent des intercalations schisteuses et chloritiques. Comme en Norvège, on a tous les passages entre les amas pyriteux importants, dont le défaut est toutefois d’être toujours limités en profondeur et de ne donner lieu, par suite, qu’à des exploitations temporaires, et des schistes imprégnés de pyrite dans leur masse.

13La mine de Tilt Cove, d’abord activement exploitée, a été à peu près abandonnée depuis quelques années ; une nouvelle compagnie (Cape Copper Mining and Smelting Ce) essaye de la reprendre.

14La mine de Bett’s Cove, également abandonnée aujourd’hui, a produit, en dix ans, de 1875 à 1885, 130 000 tonnes de minerai et de régule, avec 2 500 tonnes de pyrite de fer.

15Parmi les mines les plus importantes actuellement, on doit citer celle de Little Bay, exploitée depuis 1878 sans interruption (40 000 tonnes de minerai, régule, etc., depuis 1886) ; puis la South West Arm, la Hall’s Bay, la Rabbit’s Arm, beaucoup moins importantes.

16Dans cette dernière, par exception, on a eu affaire à des bandes de quartz pyritisé contenant parfois du cuivre gris argentifère. On peut également citer la présence d’un peu de cuivre natif aux affleurements de l’Union Mine de Tilt Cove.

17En dehors de ce centre principal, on a exploité, au siècle dernier, un peu de cuivre à Shoal Bay, près de St-John’s. Des indices de ce métal ont été, en outre, signalés en bien des points.

18Pour les autres métaux encore inexploités, nous nous contenterons de quelques indications sommaires ; il est probable cependant que le développement, devenu très rapide, de la colonisation et la création prochaine d’un réseau de chemin de fer permettront d’en mettre quelques-uns en exploitation.

19Or. – Des traces d’or existent, comme c’est en bien des pays le cas fréquent, dans les amas pyriteux, dont quelques-uns sont exploités pour cuivre et, par un phénomène bien connu, un peu d’or libre s’est parfois isolé par métamorphisme à leurs affleurements. On en a signalé dans des mispickels de la baie de Bonavista, dans des quartz de la baie Conception, dans plusieurs des mines de cuivre de la baie Notre-Dame (à Tilt Cove, on en aurait retiré pour 200 000 francs) ; puis, ce qui peut présenter un intérêt spécial pour nous, dans le French Shore (côte française) réservé partiellement à la France par le traité d’Utrecht.

20Cet or peut fournir un appoint à des travaux portant surtout sur le cuivre ; il est peu vraisemblable qu’il donne lieu, à lui seul, à des exploitations bien importantes.

21Plomb argentifère. – On a exploité, de 1857 à 1870, une mine de galène sur la baie de Plaisance (Placentia), au Sud de l’île ; il s’agissait d’un filon de calcite avec quartz et un peu de barytine, filon d’environ un mètre de large encaissé dans les schistes et ayant fourni environ 2 400 tonnes de galène. D’autres gisements sont signalés à Silver Cliff Mine, sur le Little Placentia Sound et à Port au Port Bay, sur la côte Ouest, où le minerai incruste une brèche de calcaire carbonifère.

22Antimoine. – Des gisements de ce métal existent en quelques points de la baie Notre-Dame.

23Fer. – En outre des pyrites de fer exploitées dans les mines de cuivre de la baie Notre-Dame, le laurentien renferme plusieurs amas de magnétite, ainsi à Saint-George’s Bay sur la côte Ouest et dans les Long Range Mountains (Petit-Nord). Comme mine de pyrite de fer dans la baie Notre-Dame, nous citerons celle de l’île Pilley, qui occupe plusieurs centaines d’hommes, est éclairée à la lumière électrique, etc. Tes pyrites de fer ont un débouché facile aux États-Unis, où l’on n’en exploite guère et où l’on importe, pour la fabrication de l’acide sulfurique, de grandes quantités de soufre.

24Nickel. – Le nickel existe, avec les sulfures complexes de la baie Notre-Dame et a été exploité un peu, jadis, à Tilt Cove.

  • 1 Voir James R Howley, Report for 1891 and 1892 on the Humber Valley and Central Carboniferous Area o (...)

25Charbon. – Dans l’Ouest de l’île, il existe deux lambeaux importants de houiller, qui prolongent, au delà de la baie du Saint-Laurent, le bassin de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick (produisant 2 millions de tonnes par an). Le charbon n’y est pas exploité ; mais, en 1889, une exploration scientifique en a trouvé, en plusieurs points, particulièrement dans la région du Grand Lac. Ce charbon paraît se rapprocher du cannelcoal. La surface du sol étant généralement masquée par des alluvions glaciaires, les recherches y ont, d’ailleurs, été très incomplètes. En 1891, M. Howley, directeur du Geological Survey de Terre-Neuve, a conduit une exploration spéciale dans le bassin carbonifère de l’Humber Valley et a publié la coupe de ce terrain à Coal Brook ; on a tenté quatre sondages de 80 mètres de profondeur sans trouver de couche importante1. En 1892, des sondages du même genre, à Aldery Brook, ont traversé environ 4 mètres d’un charbon d’assez mauvaise qualité.

26Amiante. – Depuis 1891, à la suite du développement de l’industrie de l’amiante au Canada et en raison de la rareté de cette substance, aujourd’hui très demandée, on l’a recherchée avec activité à Terre-Neuve, où se présente, notamment sur la côte Ouest, près de Port au Port Bay, le même système de roches serpentineuses à asbeste. Une exploitation a même été commencée en 1891 ; mais on n’en connaît pas encore le résultat.

  • 2 Louis Charles Marie Aguillon (1842-1935) était professeur de législation à l’École des mines de Par (...)

27Législation minière. – Au point de vue légal, les recherches de mines sont très facilitées à Terre-Neuve par le peu de surface encore occupée effectivement. Le régime est, d’après des notes inédites que veut bien nous communiquer M. Aguillon2, le suivant :

28« En terrains de propriété privée, la mine n’est pas séparée de la propriété du sol, conformément au principe fondamental du droit anglais.

29« Dans les terrains de la couronne, c’est-à-dire les terrains vacants et sans maître, et non encore appropriés par des particuliers, toute personne peut rechercher des mines, moyennant une permission spéciale, une licence, à obtenir de l’administration.

30« Tout explorateur nanti de cette licence peut se réserver, à la priorité de l’occupation ou de la demande, le droit exclusif de faire des recherches pendant un an dans un périmètre réservé de forme rectangulaire, d’une étendue d’un mille carré au plus (256 hectares).

31« L’explorateur ne peut disposer des produits extraits que pour faire des essais.

32« Il peut s’assurer le droit de jouissance pendant cinq ans de son périmètre, à charge par lui de faire chaque année une dépense utile en travaux de 4 000 francs au moins, et, la dernière année, de 14 000 francs au moins, le tout à peine de déchéance s’il ne se conforme pas, à un moment donné, à ces prescriptions.

33« Si, au cours ou à l’expiration de ces cinq années, l’explorateur a dépensé 30 000 francs en travaux, il peut demander et obtenir la pleine propriété du dit périmètre sans aucune restriction ni condition pour l’avenir.

34« L’explorateur ou l’exploitant peut, en outre du droit de recherche ou du droit de propriété sur la mine, obtenir le droit d’occuper ou la propriété d’une parcelle de 50 acres (20 hectares) pour des établissements superficiels.

35« Ajoutons que l’on discute à Terre-Neuve la question de savoir si cette législation, faite plus spécialement pour les gîtes métalliques, s’appliquerait ou s’appliquera aux mines de houille. »

Notes

1 Voir James R Howley, Report for 1891 and 1892 on the Humber Valley and Central Carboniferous Area of the Island.

2 Louis Charles Marie Aguillon (1842-1935) était professeur de législation à l’École des mines de Paris de 1882 à 1911.

Auteur

Louis de Launay (1860-1938), minéralogiste, ingénieur des mines et professeur à l’École supérieure des mines, est considéré comme le plus grand géologue français à s’être occupé de la science des gîtes minéraux. En Afrique du Sud, les gisements d’or du Transvaal et les gisements de diamant du Cap sont des exemples de son important travail sur un plan théorique ainsi que pratique. Dans l’étude des gîtes métallifères, il montra non seulement des qualités éminentes de minéralogiste, de pétrographe et de géologue, mais aussi une connaissance très étendue et une compréhension remarquable des phénomènes chimiques. L’article qui suit parut dans les Annales des mines, recueil de mémoires sur l’exploitation des mines et sur les sciences et les arts qui s’y rapportent.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search