Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

La progression de la tuberculose (1892)

« La tuberculose à Terre-Neuve », p. 371-375

Georges-Benjamin-Edouard Martine

Texte intégral

  • 1 Phtisie aiguë pneumonique : affection des poumons due à un virus ou à une bactérie, et dont il exis (...)

1Si nous faisons abstraction des malades qui furent éliminés et remplacés lors de la période d’armement, nous pouvons dire que nos statistiques sont vierges de tuberculose ; résultat dont nous nous félicitons d’autant plus volontiers qu’il est unique dans les annales de la station de Terre-Neuve. C’est en effet la première campagne dans ces contrées qui se soit effectuée sans l’éclosion d’aucune phtisie1 ; nous insisterons sur ce fait parce que nous estimons qu’il y a lieu d’en tirer une conclusion essentiellement pratique.

  • 2 Jules Rochard, Traité d’hygiène sociale (1888).
  • 3 Aristide-Pierre-Marie Jan, né en 1854, était médecin distingué de la marine. En 1890, il fit une ét (...)
  • 4 [Aristide-Pierre-Marie] Jan, « La division navale de Terre-Neuve pendant l’année 1890 », p. 153-154

2Auparavant, qu’il nous soit permis de sortir un instant du cadre pathologique proprement dit de la campagne pour exposer quelques considérations résultant de nos recherches sur cette question de la tuberculose à Terre-Neuve, question intéressante et qui passionne tous les médecins-majors de la station. Pendant longtemps on a cru dans la marine que les climats intertropicaux avaient sur la phtisie une influence sinon curative du moins favorable. Il a fallu la voix autorisée de J. Rochard2 pour détruire ce préjugé ; depuis ces remarquables travaux où les preuves abondent irrécusables, l’accord est unanime ; l’influence néfaste de la chaleur sur la tuberculose constitue aujourd’hui un dogme scientifique dont la formule peut se traduire ainsi : interdire toujours la zone torride aux poitrinaires ; mais l’incertitude règne encore quand il s’agit du passage de la zone tempérée dans la zone froide. Ici les avis sont partagés ; ainsi Jan3, se basant sur deux observations personnelles d’arrêt de l’évolution bacillaire à Terre-Neuve, hésite et déclare que les renseignements qu’il a recueillis sont loin de concorder avec certaines théories précédemment émises et qu’à l’hôpital de Saint-Pierre il parait démontré aux médecins dont le champ d’observations s’étend sur une population aussi grande que variée que la marche de la tuberculose dans ce pays subit plutôt un retard qu’une accélération4. Nous croyons que la thèse de Jan résulte d’un malentendu dont les conséquences peuvent être dangereuses.

3La question est complexe en effet et ne saurait être ainsi résolue. Comprise d’une façon générale, pour éviter toute confusion et toute cause d’erreur, il est une première distinction à faire ; il faut établir dans les observations deux catégories bien définies, scinder la question en deux parties : 1° quelle est la marche de la tuberculose chez les individus qui comme nos marins du commerce et de l’État sont subitement transplanté sous le ciel de Terre-Neuve ? 2° quelle est-elle chez les indigènes de Terre-Neuve ? C’est en scindant ainsi cette question que nous avons pu l’élucider et nous faire une opinion basée sur l’observation et sur nos recherches. On ne saurait en effet comparer les indigènes qui sont nés à Terre-Neuve, et chez lesquels l’accoutumance climatique existe depuis le jeune âge, avec nos marins qui passent brusquement et pour ainsi dire sans transition dans un climat nouveau. Cette distinction est aussi nécessaire à établir qu’elle le serait dans les pays chauds entre le créole et l’Européen. Chez les Terre-Neuviens en effet et chez les Saint-Pierrais, la tuberculose en dehors de l’hérédité est préparée de longue date par mille conditions inhérentes à leurs mœurs et à leurs genre d’existence : allaitement artificiel au biberon, sevrage prématuré, séjour prolongé dans des appartements surchauffés par le poêle ; encombrement, air confiné, alimentation défectueuse, défaut d’exercice au grand air, etc. Pénétrez, même au cours de l’été, dans la première famille venue de pêcheurs de la côte de Terre-Neuve, voici presque invariablement le tableau qui s’offre à vous : dans la pièce principale d’une maison en bois, de chétive apparence, peu confortable et mal entretenue, les enfants et les femmes sont réunis, les portes et les fenêtres sont hermétiquement fermées ; au centre un vaste poêle est allumé entretenant dans l’appartement une température de 30 degrés et plus, qui fait reculer instinctivement le visiteur. À l’extérieur cependant la température est délicieuse, le soleil est superbe, la plage ensoleillée.

4Ainsi les femmes et les enfants s’étiolent insensiblement ; chez eux, l’anémie s’installe sournoisement (cette anémie si bien nommé anémie du poêle) ; avec elle les pâles couleurs, les flueurs blanches, les troubles dyspeptiques, le dysménorrhée, les névralgies (cette grande endémie de Terre-Neuve !) etc., bref toutes les fonctions languissent et chaque jour le dépérissement s’accentue. L’anémie est ici le premier degré latent de ce long drame qui mène à la tuberculose et conduit au marasme et à la cachexie. Cette tuberculose à marche lente et torpide est bien dans ce cas le résultat de la vraie misère physiologique.

5Tout autre est le processus pathologique chez ceux de nos marins qui, étant atteints de tuberculose en pleine évolution ou encore à l’état latent, entreprennent la campagne de Terre-Neuve.

  • 5 Le docteur Randon était médecin de première classe de la marine.

6Les observations de Randon5 sont concluantes, les voici résumées :

7Sur la Clorinde : 2 tuberculeux ; 2 hémoptysies, poussées aiguës.

8Sur la Perle : 2 tuberculeux ; chez l’un hémoptysie rebelle ; chez l’autre poussée aiguë.

9Sur le Drac : 1 tuberculeux, granulée, mort.

10Le tuberculeux de Jan lui-même a deux hémoptysies accompagnées le soir d’une température fébrile. Cette année-ci même, nous avons observé une poussée aiguë chez le tuberculeux du Drac. Et l’Aréthuse a laissé à l’hôpital de Saint-Pierre plusieurs hommes chez lesquels le brusque réveil de l’affection coïncide avec l’arrivée dans les parages de Terre-Neuve.

11Si de la marine de guerre nous passons à la marine marchande, les exemples se multiplient. Chaque année, dès le début de la saison de pêche, la tuberculose occasionne de nombreuses entrées à l’hôpital de Saint-Pierre ; si nous consultons les archives du Conseil de santé, elles nous apprennent que le plus souvent elle y prend la forme aiguë et emporte le malade à brève échéance. Y a-t-il lieu de s’en étonner ? Le froid, le vent, la pluie, les brumes épaisses, l’humidité, les variations brusques et considérables de température, les exercices, les privations, les fatigues, les imprudences inhérentes au métier de la marine, sont-elles des conditions à recommander à un phtisique ? Ses poumons peuvent-ils affronter impunément cette gymnastique respiratoire de tous les jours, de tous les instants ? À la première période de congestion, les refroidissements, les rhumes, les congestions bronchiques sont autant de causes d’hémoptysie mécaniques et plus tard à la période d’ulcération, ce sont autant d’entraves à la réparation, à la cicatrisation des cavernes. Aussi chez le marin prédisposé qui arrive à Terre-Neuve, surtout au printemps à l’époque des grandes brumes, la tuberculose reçoit-elle une poussée aiguë comme un coup de fouet qui lui fait brûler les étapes et conduit presque fatalement à une tombe prématurée. De l’état latent elle se réveille soudain et devient granulée. – Des considérations ci-dessus découle une conclusion essentiellement pratique ; interdire toujours le climat de Terre-Neuve aux poitrinaires. Éliminez de vos équipages tous les sujets dont les antécédents sont douteux ou dont les sommets présentent des signes stéthoscopiques suspects (submatité, respiration rude, etc.). Partez de France avec un équipage sain, indemne, et votre campagne s’effectuera sans tuberculose. Le froid, le vent, etc., les conditions climatiques sont incapables d’engendrer la phtisie de toutes pièces.

Notes

1 Phtisie aiguë pneumonique : affection des poumons due à un virus ou à une bactérie, et dont il existe plusieurs formes. La phtisie aiguë pneumonique est une forme de tuberculose se caractérisant par des modifications du tissu pulmonaire ayant l’aspect anatomique de la pneumonie lobaire. Elle se caractérise par une asthénie (fatigue) et une altération de l’état général secondaire à l’infection par le bacille de Koch.

2 Jules Rochard, Traité d’hygiène sociale (1888).

3 Aristide-Pierre-Marie Jan, né en 1854, était médecin distingué de la marine. En 1890, il fit une étude des conditions de santé entre les pêcheurs français à Terre-Neuve, tout en rendant visite aux hôpitaux des différents points de relâche fréquentés par la Division navale à Madère, Sydney et Saint-Jean. En 1911, il devint directeur de l’école principale du Service de santé de la marine à Bordeaux et en 1915 directeur du Service de santé à Rochefort.

4 [Aristide-Pierre-Marie] Jan, « La division navale de Terre-Neuve pendant l’année 1890 », p. 153-154.

5 Le docteur Randon était médecin de première classe de la marine.

Auteur

Georges-Benjamin-Edouard Martine naquît en 1862 à Madras et entra au service de marine en 1882. Pendant sa carrière, il était médecin aux Bataillons d’infanterie de marine à Paris. Par conséquent, sa thèse de médecine, « L’occupation militaire française des Nouvelles-Hébrides » (1889), était un ouvrage important à propos des maladies (en particulier sur le paludisme) parmi les troupes françaises qui s’embarquaient sur l’archipel suite aux massacres d’Ambryn, Port Vita et Port Stanley. Martine était médecin-major du La clocheterie pendant la campagne de pêche à Terre-Neuve en 1892. Cet article, extrait de son rapport médical, parut dans les Archives de médecine navale et coloniale, revue publiée par ordre du ministre de la Marine et des colonies et rédigée sous la surveillance de l’Inspection générale du service de santé de la marine.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search