Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Une promenade partout dans Bonne-Baie (1886)

Un voyage à Terre-Neuve, p. 59-71

Julien-Olivier Thoulet

Texte intégral

Bonne Baie
(Robert Holloway/Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/C5-34)

1Au matin, nous arrivons à Bonne-Baie en doublant la pointe du sud. Bonne-Baie est un fjord divisé en deux branches principales, le Bras de l’Est avec l’anse des Sauvages et le Bras du Sud ; la côte est par conséquent très accore ou, en d’autres termes, la profondeur de l’eau au voisinage de la terre est considérable ; on passe si près des montagnes que, de la dunette, il faut lever la tête pour regarder leur sommet. Dans ce pays modelé par les glaces, nul ressaut, nulle plate-forme ni terrasse ne vient rompre la verticalité des murailles qui bordent la mer. Lorsqu’on a franchi l’entrée, les pentes deviennent par endroits un peu moins abruptes et se transforment en collines étagées dont une partie résulte de l’amoncellement des débris tombés des hauteurs, entraînés par les rivières et déposés par elles autour de leur embouchure.

2À droite, se trouve le village de Bonne-Baie. La plupart des habitations sont construites sur le bord de l’eau et sont précédées d’un débarcadère sur pilotis, en troncs de sapins juxtaposés où les goëlettes de pêche viennent s’amarrer et débarquer leur chargement de morues ; d’autres, plus éloignées, montrent leur façade peinte en blanc et leur toit en bardeaux ; elles sont entourées de champs close par des barrières et récemment défrichés, car la terre labourée noire est encore hérissée par les troncs coupés et blanchis des arbres de la forêt qui occupait l’emplacement. Au milieu d’un bouquet de sapins, une église en planches dresse son clocher trapu et le bétail paît dans de grands espaces verts qui sont des prairies. Une mince fumée monte droite au-dessus de quelques maisons et l’on entend les coqs chanter : la nature et les habitants s’éveillent, des femmes sortent et nous regardent.

3La Clorinde s’avance avec une faible vitesse, elle oblique un peu, l’horizon de la mer disparaît et la baie se prolonge ; les montagnes se resserrent et comme le tapis de verdure qui couvre leurs flancs supprime les détails, on ne distingue que des masses largement modelées. Les maisons se continuent le long du rivage et lorsqu’on défile par le travers d’une vallée, on aperçoit à une dizaine de milles le commencement d’un immense plateau de roche rouge-jaunâtre sans le moindre végétation, si élevé qu’il semble nous écraser, coupé de larges brèches se reliant aux crêtes latérales par une double pente uniforme sur laquelle courent des traînées d’éboulis où, çà et là, d’énormes blocs roulés des sommets paraissent autant de grains de sable sur de la poussière. Ce plateau s’étend, dit-on, dans l’intérieur de Terre-Neuve, et partout il est séparé de la mer par une ceinture de forêts qui en rendent l’accès très difficile.

4Si jamais le climat polaire devenait assez chaud pour fondre les glaces qui maintenant recouvrent en toutes saisons le sol du Groënland, cette contrée offrirait probablement un aspect analogue. Près de nous, les rochers noirs sont marqués par les taches d’un rouge ocreux des mousses desséchées, les bandes vertes des fougères cramponnées aux anfractuosités et les marques blanchâtres des lichens. Quelque vaste que soit le paysage, il se laisse admirer sans causer d’effroi ; il est si uniformément grand, qu’il grandit ceux que le contemplent. Quand le soleil perce par instants les nuages qui peu à peu ont voilé le ciel, il vient tracer d’étroites raies étincelantes sur l’eau sombre de la baie. La frégate mouille à l’extrémité du Bras du Sud, au pied d’un piton de forme étrange qui ressemble à un pouce recourbé, et dès que les embarcations sont amenées, nous nous empressons de descendre à terre.

5Nous nous dirigeons vers une étroite vallée encaissée entre deux montagnes, continuation des parois du fjord. Le fond de la mer s’élève tout d’un coup et apparaît si près de la surface que, bien qu’en doris, nous avons à peine assez d’eau pour flotter. Les plies épouvantées par le bruit et le mouvement des avirons s’enfuient d’un bond et vont se blottir contre le lit de vase et de cailloux où elles restent immobiles tout comme dans un champ de blé les bandes de moineaux pillards s’envolent devant le promeneur et vont se poser un peu plus loin. Au bout d’un instant, l’eau nous manque absolument et des matelots nous prêtent leurs épaules pour débarquer sans nous mouiller. Nous franchissons une mince bordure de galets, une plage étroite et nous arrivons en pleine forêt.

6La végétation s’étend tout autour de nous et nous couvre d’un dôme de verdure formé par les branches des sapins, des bouleaux, des merisiers et des aunes ; le sol est jonché d’iris, de fenouil en larges feuilles, de violettes aussi pâles que des violettes de Parme et de bouquets de fougères dont chaque feuille a son extrémité enroulée en crosse et qui, maigres du pied, fournies au sommet, rappellent la touffe de plumes d’autruche qui sert d’armoiries au prince de Galles ; la terre dégage une odeur particulière, pénétrante, l’odeur de la sauvagerie. En ce printemps des régions froides, à peine la neige a-t-elle disparu et le soleil a-t-il percé les nuages de ses premiers rayons que chaque plante veut profiter du court été qui commence et se hâter de verdir pour se hâter de fleurir.

7Une petite rivière coule au fond de la vallée, elle a entraîné les sédiments tombés des hauteurs, son faible courant a suffi pour les chasser jusqu’à l’embouchure où ils se sont déposés dans les eaux profondes du fjord en formant un talus à pente rapide sur lequel la Clorinde a échoué l’année dernière. Après être resté confiné dans l’étroite cabine du bord, on jouit comme un enfant du bonheur de pouvoir remuer ses membres, on éprouve des envies folles de marcher, de courir, de sauter, d’agiter ses bras et ses jambes. Malheureusement, il est difficile de pénétrer dans la forêt, les arbustes, les arbres abattus enchevêtrés les uns dans les autres ne laissent aucun passage et le pied du promeneur enfonce à chaque instant dans la mousse humide ; il faut s’arrêter, se contenter de respirer la senteur des bois et revenir sur ses pas.

8Une cabane en planches est à gauche de l’embouchure de la rivière. Lun de nous [le lieutenant de vaisseau Koenig] s’arrête non loin de là pour prendre un croquis du paysage ; tandis qu’il dessine, assis sur un tronc d’arbre, un petit garçon de quatre ou cinq ans qui, à demi caché derrière la fenêtre, a épié nos mouvements, finit par s’enhardir ; il sort devant sa porte, s’arrête un instant, réfléchit, s’avance encore ; un peu plus loin, il s’arrête, réfléchit de nouveau et, retenu par la timidité, poussé par la curiosité, par marches et haltes successives, il arrive enfin près de l’artiste et immobile, les mains derrière son dos, il considère avec une attention profonde les lignes que trace le crayon. Un si beau succès donne courage à une sœur plus âgée qui approche à son tour portant dans ses bras un autre petit frère ; vient alors la mère avec un nourrisson, ensuite un grand frère qui bêchait dans le champ voisin, enfin le père, et tous ces gens très calmes, très tranquilles, savourant leur admiration, réunis en un seul groupe, contemplent attentivement les progrès de l’œuvre et parfois échangent entre eux un mot, une courte réflexion.

9Nous faisons connaissance, nous causons et après les questions d’usage : le froid at-il été rigoureux, la morue abondante et notre traversée favorable, l’homme nous explique que depuis quatre ans il s’est établi là ; il a bâti sa cabane, défriché un coin de forêt, les hivers sont durs et longs, mais on les passe et en définitive chacun gagne sa vie et se porte bien. Après tout, n’est-ce pas la sagesse ? Je ne comprends pas que, sauf les infirmes et les malades, il existe un seul misérable dans le monde. Tout homme a plus que le droit, il a le devoir de se créer une famille, d’avoir des enfants et d’être heureux. Le jour où, jeune et fort, il sent que la civilisation qui l’entoure va l’écraser et que la misère s’approche, à moins d’être un sot ou un lâche, et dans ce cas il ne mérite point de pitié, il n’a qu’à ceindre ses reins et à marcher, droit devant lui, jusqu’au premier coin de terre inculte et inhabité – Dieu merci, il n’en manque point ; au Nord, au Sud, à l’Est et à l’Ouest, on en trouve partout et sans aller bien loin. – Arrivé là, qu’il commence immédiatement la bataille contre la nature, cette noble lutte dont, s’il le veut, l’homme sort toujours vainqueur, qu’il travaille et, j’en parle non par théorie mais par expérience, en retour de ses fatigues, ce sol qu’il aura fécondé lui donnera peut-être la richesse et sûrement l’indépendance, la santé et le bonheur.

10Le rivage septentrionale du Bras du Sud est si escarpé qu’il est à peu près impossible de le suivre à pied, même à marée basse ; la verdure commence au niveau de l’eau ; au contraire, un chemin longe l’autre rive jusqu’au village de Bonne-Baie. Sur presque tout son parcours, quoique plus nombreuse du côté de la mer, les maisons sont espacées avec l’irrégularité d’allures de l’anglo-saxon qui, surtout dans un pays où le terrain ne coûte pas cher, n’aime pas à sentir trop les coudes de ses voisins. Le chemin est large et souvent bordé de champs clos de fences. On donne ce nom aux barrières en troncs de sapins bruts qui caractérisent les pays américains ; leur disposition est très variée, mais jamais il n’entre dans leur construction la moindre ferrure ni le moindre clou ; pour les établir il suffit d’une hache et du voisinage de la forêt ; le plus souvent elles sont en zigzag, formant des séries d’angles alternativement rentrants et en saillie, plus rarement elles sont droites et les sapins, couchés suivant leur longueur, sont soutenus à leurs deux extrémités par deux montants verticaux réunis à leur sommet par une traverse. Il est assez difficile de les décrire, un dessin donnerait mieux idée de leur diversité ; quoi qu’il en soit, elles sont fort pittoresques.

11Lorsque l’Américain, aussi bien aux États-Unis qu’au Canada ou à Terre-Neuve, veut créer un champ, il abat les arbres de la forêt à la hauteur commode pour le maniement de la hache, c’est-à-dire à environ un mètre du sol ; il se sert des troncs pour élever les fences, brûle sur place les broussailles et les branches, puis abandonne le tout. Pendant que les vaches y pâturent l’herbe, les souches se détruisent lentement au contact de l’air, au soleil, à la pluie et à le gelée ; après quelque temps, elles prennent une teinte argentée et perdent tellement leur résistance qu’il suffit de les frapper avec une masse pour les jeter à terre. On peut alors labourer ; les racines au-dessous du sol ne sont plus un obstacle, elles s’anéantissent sans qu’on s’en occupe davantage.

12Le chemin franchit deux rivières ou plutôt deux gros ruisseaux par des ponts en bois établis sur des piles quadrangulaires en troncs de sapins superposés ; l’ensemble est solide, léger, peu coûteux et fort plaisant à l’œil. C’est sous un pont de ce genre que passe la rivière de Shoal Brook dont les eaux coulent sur un lit de roche très magnésienne, sorte de serpentine d’un éclat si gras qu’on la croirait frottée d’huile. À une centaine de mètres, en remontant, on se trouve brusquement en face d’une cascade qu’un promontoire de rocher empêchait d’apercevoir. L’eau tombe d’une hauteur de huit à dix mètres d’un escarpement vertical à travers les schistes rouges en une belle nappe blanche d’écume au-dessus de laquelle le soleil se jouant dans les gouttelettes de poussière humide qui s’élèvent en tourbillons, fait briller un arc-en-ciel ; des arbres réunissant leurs rameaux couronnent la cascade d’une arche verte et l’on voit les truites se poursuivre au milieu du bassin d’eau limpide et glacée. C’est un véritable décor d’opéra comique.

13Nous continuons à marcher, montant et descendant les pentes du chemin bordé de framboisiers sauvages en fleurs, admirant le magnifique panorama qui se déroule sous nos yeux et change d’aspect à chaque instant. Un peu avant d’atteindre le village, nous faisons la rencontre du pasteur, un homme encore jeune, tout heureux sans doute de trouver des gens avec qui causer, car la connaissance est faite aussitôt après l’échange d’une très cordiale poignée de mains. Il se met à notre disposition et commence par nous conduire chez lui et nous présenter à sa femme. Nous nous asseyons un instant dans le parloir of his humble parsonage [de son presbytère modeste] comme il l’appelle, orné de l’inévitable orgue, le meuble indispensable de tout salon anglais et qui sert à accompagner le chant des cantiques du dimanche. La porte ouverte laisse voir le cabinet de travail tout rempli de livres ; les pièces sont très basses, assez encombrées et bien que la température ne soit rien moins que froide au dehors, elles sont chauffées outre mesure ; lorsqu’on y entre en venant du grand air on croirait pénétrer dans une étuve.

14Le pasteur nous parle de la vie qu’il mène à Bonne-Baie, de ses occupations : l’été il ne quitte guère sa demeure, car il est à peu près impossible de cheminer dans l’intérieur du pays ; l’hiver, les glaces se forment le long du rivage de la mer, elles s’amoncellent épaisses de quatre ou cinq pieds, la neige les recouvre et c’est alors qu’il entreprend la visite de ses paroissiens, suivant toujours la côte, les pieds chaussés de raquettes, accomplissant des trajets dépassant cinquante et soixante milles, jusqu’à la baie d’Ingornachoix au nord et la baie des îles au sud, dormant dans les huttes de pêcheurs ou sur la glace, roulé dans une couverture. Il voyage aussi dans son traîneau tiré par des chiens et justement, tandis qu’il nous parle, un gros chien de Terre-Neuve, couché sur le tapis, semble comprendre qu’il est question de lui ; il se lève, s’étire et vient poser son museau noir sur les genoux de son maître.

15Les chiens de Terre-Neuve abondent à Terre-Neuve, ce qui est assez logique, mais ils sont rarement de race pure, au moins sur le French Shore où ils sont mâtinés par la race du Labrador. C’est encore à Saint-Pierre que j’ai vu les plus beaux ; ils sont entièrement noirs avec quelquefois une traînée blanche, un jabot, sur le devant de la poitrine, l’intérieur de la gueule est noir, la queue touffue, les doigts palmés, la taille moyenne, très inférieure à celle des chiens des Pyrénées et le poil long frisé, si serré et si gras qu’après un bain, on trouve que la peau est restée absolument sèche ; on en fait des bonnets qui ressemblent à de l’astrakan. Le chien du Labrador est plus petit ; il a le museau pointu, le poil ras, la queue longue et mal fournie. L’hiver on les attelle aux traîneaux ; l’été, ils vivent de leurs rentes, de leurs maigres rentes. On les voit rôder efflanqués et affamés au bord de la mer, n’ayant pour nourriture que des têtes de morues ou des capelans amenés par le flot et desséchés par le soleil, qu’ils mangent du bout des dents et qui leur communiquent des maladies de peau. Assez sociables à l’égard des hommes, ils sont terriblement hargneux entre eux et notre pauvre ami Lancelot, un basset venu de France avec nous, ne pouvait guère, pendant nos promenades, quitter nos talons sous peine d’être assailli. Cet accueil inhospitalier ne contribuait pas peu à entretenir en lui une humeur mélancolique qui lui donnait l’air, lorsqu’il tournait tristement les yeux autour de lui, de chercher en pleurant son mouchoir de poche pour essuyer les larmes.

  • 1 Prix Monthyon : prix de vertu établi par Jean-Baptiste Antoine Auger, baron de Monthyon (1733-1820) (...)

16Les chiens de Terre-Neuve sont assez intelligents ; ils ont la passion de la natation et du sauvetage ; ils sauvent tout ce qui flotte, morceaux de bois, algues, flocons d’écume et même des hommes à la condition toutefois qu’on ne fera pas un mouvement, car, dans ce cas, ils ne manquent jamais de poser lourdement leur patte sur la tête du malheureux qui se débat, l’enfoncent sous l’eau et, tranquilles, se tenant à bonne portée, ils réitèrent l’opération jusqu’à ce que le patient soit complètement noyé ; alors ils le saisissent avec la gueule et le rapportent. Si jamais je suis en pareil danger, ce qu’à Dieu ne plaise, je souhaite de tout mon cœur n’avoir point de terre-neuve dans mon voisinage. J’ai beaucoup connu deux chiens élevés ensemble, deux amis, deux époux, un ménage modèle. Un jour, on leur jette un morceaux de bois, tous deux se précipitent à l’eau en même temps, madame arrive la première et happe l’objet, monsieur, arrivé un peu en retard, s’empresse de lui mettre la patte sur la tête ; nous eûmes grand’peine à l’empêcher de la noyer. Il m’en coûte de détruire une illusion chère aux âmes tendres, précieuse aux artistes et utile aux romanciers, la légende du terre-neuve candidat au prix Monthyon1, sauvant l’enfant de son maître tombé dans le lac pour avoir voulu cueillir un bouquet de myosotis ; ma conscience m’ordonne, hélas ! d’être véridique.

17Nous demandons au pasteur s’il ne serait pas possible de se procurer des fourrures et aussitôt, il s’offre à nous conduire chez un de ses paroissiens qui peut-être en possède. Nous sortons ensemble et tout en le suivant, je jette à travers les vitres de la fenêtre un coup d’œil dans la salle de l’école où une vingtaine de fillettes étudient, assises sur des bancs. Dans les pays froids, en Islande, en Suède, dans l’Amérique du Nord, l’éducation des enfants est bien plus complète que dans les pays du Midi : l’hiver crée des loisirs et empêche le vagabondage. Et cette raison d’ordre météorologique n’est pas la seule qu’on pourrait donner pour expliquer le fait.

18Dès qu’un étranger débarque à Terre-Neuve, il s’empresse de se mettre en quête de fourrures, mais ses recherches sont rarement payées de succès. Les animaux abondent dans l’île ; on y trouve le rat musqué, le lièvre polaire dont le peau est fort difficile à distinguer, pour un profane, de celle d’un vulgaire lapin blanc, le renard rouge, le castor, la loutre, enfin le renard argenté qui se vend fort cher. Je ne parle pas du veau marin dont la pêche est l’importante occupation d’hiver, l’industrie à peu près unique des Terre-Neuviens. Ces animaux sont tués au fusil ou pris au piège par les pêcheurs établis le long du French Shore qui se bornent à clouer les peaux sur une planche pour les faire sécher et les conservent ainsi jusqu’au commencement du printemps. Aussitôt que la mer est libre de glaces, des troqueurs montés sur des goélettes font le tour de la côte, d’habitation en habitation, et échangent les fourrures pour des vivres ou des ustensiles de ménage. Les fourrures sont alors rassemblées chez quelques grands marchands de Saint-Jean et expédiés soit sur le Canada, soit sur Boston ; il en résulte que le voyageur trouve assez difficilement à s’approvisionner, sauf en peaux de lièvre ou de renard qui sont très abondantes et presque sans valeur.

  • 2 Dans le département de Crow-Wing de Minnesota, les premiers habitants blancs étaient des négociants (...)

19Nous arrivons, sous la conduite du pasteur, chez un marchand cumulant les multiples fonctions d’épicier, de quincaillier, de marchand de nouveautés et de chef du bureau de poste. Il ne possède en ce moment qu’une mauvaise peau de loutre que nous nous empressons de ne pas acheter ; en revanche, nous examinons le magasin qui me rappelle ceux des villes frontières des États-Unis. Comme autrefois à Crow-Wing, dans le Minnesota, tout en haut du Mississippi2, c’est un amoncellement d’objets de toutes espèces, de vêtements, d’épaisses étoffes de laine, de haches, de barils de farine et de lard ; au plafond sont suspendus des gants à morues, de grosses bottes, des cirages, capotes pour la pluie à l’usage des marins, puis des caisses de clous, des boîtes de thé et de cassonade, des scies, des couteaux, de la verrerie, de la poterie, de la vaisselle. On est saisi par l’odeur âcre qui, malgré la propreté très réelle avec laquelle le magasin est tenu, se dégage de toutes ces choses hétéroclites.

20Elle est particulière à l’Amérique du Nord et d’ailleurs chaque pays possède la sienne. Il y a une odeur d’Espagne, une odeur de l’Italie, une odeur algérienne, effluve spéciale qui imprègne l’air d’une contrée et caractérise celle-ci pour l’odorat, comme le langage qu’on y parle la caractérise pour l’oreille ou le type, le costume des habitants, l’architecture des monuments pour l’œil. Le marchand est peu affairé, aucune goélette n’est en partance et la pêche est médiocre à cause de la morue qui abandonne depuis plusieurs années les côtes pour se rassembler sur les bancs : il en résulte que, dans l’île, on n’a pour ainsi dire pas de poisson, tandis qu’on en a trop dans le Sud. Ainsi va le monde et les gens ne sont jamais contents, même les heureux qui, faute d’autre misère, se plaignent quelquefois d’être trop heureux.

21Nous revenons par le même chemin. Au moment de mettre le pied dans l’embarcation qui doit nous ramener à bord, une femme nous demande si le médecin n’est pas avec nous. Par bonheur il en est ainsi et comme notre excellent docteur est toujours prêt à faire la charité de son talent et de son dévouement, il se rend immédiatement chez la malade. Ces gens connaissent la Clorinde et l’attendent chaque année avec impatience, parce qu’ils savent que le docteur a ce double mérite de guérir et de ne point faire payer. Les maladies sont de celles qui ont pour cause la pauvreté du sang ; elles résultent d’une alimentation trop uniquement composée de poisson, de l’humidité du climat, du confinement pendant l’hiver. La frégate ne reste pas assez longtemps au même endroit pour qu’il soit possible de soigner et surtout d’opérer ces malheureux lorsqu’il y a lieu ; on se borne à leur donner quelques conseils d’hygiène. Ils ne manquent pas de demander du brandy, c’est leur remède souverain et comme presque tous les habitants font partie de sociétés de tempérance, nulle part sur la côte on ne peut se procurer une bouteille de vin ou de liqueur.

22Au total, ils ne s’en trouvent pas plus mal ; l’ivrognerie exerce de terrible ravages sur les nations qu’elle frappe surtout dans les contrées du nord où le fléau a pour origine l’impériaux besoin de se réchauffer et la facilité d’assimilation de l’alcool, aliment tonique et respiratoire par excellence. L’idée religieuse, avec toutes les conséquences qu’elle entraîne directement et indirectement avec elle, est seule assez puissante pour lutter contre l’ivrognerie : les Anglais et les Américains, instruits par une triste expérience, en ont la ferme conviction et l’on ne saurait trop faire l’éloge du courage, de l’infatigable persévérance avec lesquels les membres du clergé se sont dévoués à cette tâche d’humanité. Je n’ignore pas qu’en France on est d’opinion différente et le repos absolu du dimanche, la fermeture obligatoire des cabarets, la crainte du scandale poussée même jusqu’au pharisaïsme ont le don de soulever les protestations et les critiques de mes compatriotes. Tout se tient ; le vieux proverbe « Qui veut la fin veut les moyens » est profondément vrai. Il ne s’agit point de théorie ni de lieux communs trop faciles sur la liberté, mais de pratique. J’ai vu bien des pays d’ivrognes, j’y ai consulté les hommes les plus sérieux, les plus éclairés, les plus expérimentés et, je le déclare avec eux, j’ignore absolument quelle autre arme pourrait être employée contre l’alcoolisme, ce vice qui, dès qu’il a touché un peuple, le corrompt, corps et âme, jusqu’à la moelle.

Notes

1 Prix Monthyon : prix de vertu établi par Jean-Baptiste Antoine Auger, baron de Monthyon (1733-1820), et distribué par l’Académie française. Ce prix était destiné par le fondateur à récompenser les actes de vertu et les ouvrages les plus utiles aux moeurs, qui seraient parus au cours des deux années précédentes.

2 Dans le département de Crow-Wing de Minnesota, les premiers habitants blancs étaient des négociants en fourrure. Le premier village fut fondé en 1823 par Allan Morrison, employé de la compagnie du Nord-Ouest, au confluent des fleuves Crow-Wing et Mississippi.

Table des illustrations

Légende Bonne Baie(Robert Holloway/Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/C5-34)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

Auteur

Julien-Oliver Thoulet (1843-1936), né à Alger, est connu sous le nom du « patriarche de l’océanographie française ». Après avoir obtenu un baccalauréat ès-sciences, il abandonna ses études de minéralogie et de cartographie afin de mener une vie errante au service de plusieurs compagnies industrielles, que ce soit pour la construction de chemins de fer ou pour l’exploitation de mines. Ainsi, il séjourna en Espagne, en Italie, et aux États-Unis, où il était chef de section aux études du Northern Pacific Railroad dans la région du lac Supérieur. En 1882, il entra à l’Université de Nancy, où il fut professeur titulaire de minéralogie et de géologie jusqu’à sa retraite en 1913. Thoulet voulait être pour la France ce que les géologues Murray et Buchanan étaient pour l’Angleterre. En 1886, il demanda et obtint une mission scientifique à bord de la Clorinde, stationnaire au large de Terre-Neuve, ce qui marqua dans sa carrière une étape décisive. Désormais, son activité s’étendit à toutes les branches de l’océanographie physique.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search