Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Le gardien à l’havre du Croc (1885-1886)

« Le French Shore [...] », p. 385-390

Louis Koenig

Texte intégral

1Il serait fastidieux d’imposer au lecteur l’itinéraire de la Clorinde en 1885 et 1886 et de la suivre au jour le jour dans ses pérégrinations sur le French Shore. La frégate était obligée, par la nature même de son service, de se rendre d’une baie à une autre fort éloignée, puis, de là, de revenir sur ses pas et de relâcher souvent aux mêmes endroits. Une telle description jetterait le désarroi, au point de vue géographique, dans l’esprit du lecteur. Aussi, s’il veut bien m’accepter pour guide, préférerais-je commencer par lui faire connaître le centre de la station, le Croc, seul point de tout le French Shore où nous ayons un magasin appartenant à l’État ; puis nous descendrons ensemble vers le sud jusqu’au cap Saint-Jean, et, revenant sur nos pas, nous visiterons toute la côte jusqu’au cap de Raye en passant par le détroit de Belle-Île.

2Le Croc, situé sur la côte nord-est de Terre-Neuve, n’est pas une ville, ni même un hameau. C’est un fjord bien abrité des vents du large et dont les bords peu élevés sont couverts d’une épaisse forêt de sapins. L'établissement officiel de la station française, construit au fond de la baie, se compose de deux cabanes en bois, l’une servant de magasin pour les rechanges, l’autre pouvant offrir quelques logements.

3Au printemps, dès que la frégate arrive, on débarque les bœufs, les vaches et les moutons apportés de France ou achetés lors de la relâche à Saint-Pierre, et on les place sous la surveillance d’un quartier-maître et de quelques marins qui s’installent à terre, où ils resteront pendant toute la belle saison, menant la vie pastorale. Leurs occupations consistent à soigner les bêtes, à défricher les alentours afin de créer quelques pâturages, et à cultiver le petit jardin qui doit procurer des légumes frais aux équipages. La joie de ces braves gens échappant aux exigences et à la monotonie du service à bord n’est comparable qu’à celle des pauvres bêtes à cornes ou à laine se retrouvant sur la terre ferme ; ces animaux, peu faits pour la navigation, dépérissent à vue d’œil pendant la traversée et reprennent dès qu’on les remet au vert. Chose curieuse, au bout de trois jours de ce régime normal, nous avons vu une vache donner du lait !

  • 1 Le gardien était Patrick Kearney selon la « List of Inhabitants on the French Shore, Newfoundland » (...)

4En hiver, notre établissement est soigné par notre gardien attitré, le vieux père Patrice, Irlandais d’origine, aux cheveux filasse et aux dents proéminentes1. Patrice a son habitation tout à fait à l’entrée de la baie, dans quelques cabanes abandonnées d’une ancienne place de pêche nommée la Genille, qu’il exploite en été, avec ses enfants, ce qui ne l’empêche pas d’être très dévoué à nos intérêts. Ah ! Si nos droits sont contestés, ce n’est certes pas par Patrice ! Il retire de ses fonctions quasi-officielles de sérieux avantages qui lui feraient singulièrement défaut si nous abandonnions l'île.

5Sitôt la frégate mouillé, Patrice vint à bord se mettre à notre disposition et nous raconter, à la fois, les affaires de l’établissement et les siennes propres ; il nous parla de notre toiture, enlevée par le dernier ouragan, et de sa bru qui désirait bien une vache pour nourrir son dernier-né, mélangea les palissades vermoulues aux boucaux de farine et les serrures rouillées aux barils de lard salé qui lui sont concédés chaque année.

6Le lendemain nous lui rendîmes sa visite ; il était confortablement installé, au milieu de ses enfants et petits-enfants, dans une grande cabane en bois fort proprette et abondamment garnie de tous les ustensiles nécessaires à une existence aisée. Un grand poêle américain, permettant à la fois de chauffer le logis, de faire la cuisine et le pain, garnissait le fond de la pièce. On parla de la pêche, de l’hiver qui venait de finir, et la conversation tomba sur un récent sinistre de mer ; et comme nous relations les péripéties de ce naufrage et les circonstances où ces marins avaient trouvé la mort, une jeune femme nous demanda avec inquiétude : « Étaient-ils catholiques ? » Sur notre réponse négative, l’auditoire sembla ne plus prendre aucun intérêt au sort de ces malheureux.

7Je cite ce fait parce qu’il caractérise bien l’esprit de la plus grande partie des Terre-Neuviens, dont l’origine est ordinairement irlandaise ou canadienne [mic-mac]. Partout j’ai trouvé chez eux une foi robuste, une conviction extrême poussée souvent jusqu’à l’intolérance. Les prêtres missionnaires, ayant leur résidence au sud, dans les parties habitées de l'île, visitent rarement les bourgades du nord, trois ou quatre fois l’an tout au plus ; aussi la venue de l’un d’eux est une vraie fête, l’heureuse nouvelle s’en répand au loin et l’on accourt de toutes parts, par mer et même par terre – moyen de communication bien difficile à Terre-Neuve – afin d’entendre une messe qui est dite dans la cabane du plus notable habitant.

8Ces pêcheurs du nord tiennent tellement aux cérémonies du culte, qu’ils conservent leurs morts dans de la glace, l’hiver, et dans du sel l’été, jusqu’à la venue d’un prêtre, afin de les faire enterrer suivant le rite catholique.

9Nos équipages ont doté le Croc d’un avantage précieux pour ceux qui aiment la promenade : à coups de hache et de pioche, ils ont tracé une petite route s’enfonçant dans l’intérieur de l'île, et les marins la réparent soigneusement chaque année. Ce sentier, presque unique dans les parties nord du French Shore, longe les rives d’un joli ruisseau formant parfois cascade, selon les caprices du terrain. On traverse un petit pont de bois nommé pont Marie-Louise, en souvenir de la fille d’un des commandants de la station navale, et l’on arrive, peu après, à un lac pittoresque situé sur la hauteur et reflétant mystérieusement la sombre végétation qui l’entoure. Là, malheureusement, il faut s’arrêter : la forêt inextricable reprend ses droits ; partout des fleurs, l’air est embaumé de parfums balsamiques, mais, hélas, partout aussi des moustiques qui troublent complètement la délicieuse quiétude dont on se proposait de jouir au bord de ces eaux calmes et silencieuses.

  • 2 Saracenia purpurea : en anglais le « pitcher plant », emblème floral de Terre-Neuve.

10À l’entrée du fjord se trouvent des falaises dont le sommet n’est recouvert que d’une végétation herbacée : les arbres ne peuvent pas prospérer dans ces régions exposées aux vents froid du large. Dans une de nos excursions sur ces plateaux, nous fûmes surpris de trouver des champs immenses d’une plante rougeâtre dont la feuille est enroulée sur elle-même comme un cornet d’épicier. Le médecin du bord reconnut le Saracenia purpurea2, auquel on attribue des vertus souveraines pour combattre les rhumatismes et la goutte. Le lendemain, accompagnés d’une corvée de marins munis de sacs, nous cueillîmes tout ce qu’il nous fut possible de cette précieuse plante. On fit sécher le tout, et, pendant le reste de la campagne, officiers et matelots furent exclusivement traités par la tisane de Saracenia, quelle que fût du reste leur indisposition ; la santé générale ne cessa d’ailleurs d’être excellente, et le docteur ne manqua pas d’attribuer ce résultat à l’efficacité de son remède.

11Au sud de notre établissement, la mer s’enfonce et forme un golfe étroit nommé l’Épine Cadoret ; sur les hauteurs que le dominent, dans un site poétique et triste, quelques tombes se sont groupées autour d’une croix de bois. Là reposent plusieurs marins français et anglais ; là deux midshipmen, victimes d’un accident de mer, dorment d’un éternel sommeil auprès d’un de leurs camarades retrouvé mort dans la forêt, où il s’était égaré, affolé par les moustiques.

12On est ému en pensant à la fin prématurée de ces tout jeunes gens qui, heureux et confiants dans l’avenir, ont péri si tristement loin de ceux qui les aimaient.

13À l’entrée de la baie, dans la partie sud et juste en face de la Genille, habitée par Patrice, se trouvent deux emplacements de pêche nommés l’Amirauté et la Plaine et exploités d’ordinaire par deux navires français.

Notes

1 Le gardien était Patrick Kearney selon la « List of Inhabitants on the French Shore, Newfoundland » dans l’appendice du Journal of the House of Assembly, 1873, p. 750-778.

2 Saracenia purpurea : en anglais le « pitcher plant », emblème floral de Terre-Neuve.

Auteur

Louis Koenig (1847-1920), né à Colmar en Alsace, entra au service de marine en 1862. Promu en 1875 au grade de lieutenant de vaisseau, il était à l’état-major du ministre Cloué en 1881 et embarqua en 1885-86 à bord de la Clorinde, dans la Division navale de Terre-Neuve, comme adjudant de division. Koenig fut considéré très intelligent par ses officiers supérieurs. En 1891, il fut promu au grade de capitaine de frégate, mais à cause d’une affection profonde de l’oreille il dut prendre deux mois de congé. Par conséquent, il devint officier de Réserve en 1894 et dès 1900 directeur de la Compagnie générale des bateaux parisiens jusqu’à sa retraite en 1905.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search