Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Le système monétaire (1884)

« Conférence sur l’île de Terre-Neuve [...] », p. 23-25

Ernest-Ange Marquer

Texte intégral

1Vivant au grand air, cette population est saine et vigoureuse et s’accroît rapidement ; cependant chez les femmes, que leurs occupations retiennent plus souvent au foyer, les cas d’anémie sont assez fréquents.

2Les maisons sont construites en bois, bien closes et parfaitement chauffées par un vaste poële placé au milieu de la pièce principale. Dans les baies, généralement, toute famille possède deux habitations ; l’une pimpante, aérée et coquette pour l’été ; l’autre basse, resserrée et enfumée pour l’hiver. – Dans les villes, où un tel luxe ne serait pas possible, et où d’ailleurs on trouve plus de confort, on se contente d’appliquer avant les froids, devant chaque porte d’entrée, un tambour vitré, qui souvent est converti en serre. – Car, ainsi que l’ai dit Michelet, « Plus la nature est triste, plus le foyer est cher ».

3Ceci vous explique la passion des Terre-Neuvais pour ces mignonnes et frileuses exilées, dont la présence aux jours les plus sombres de l’hiver leur fait entrevoir comme dans une vision consolante les pays ensoleillés où elles s’épanouissent librement.

4La vie de ces pêcheurs est patriarcale ; dans des trous perdus, où l’on s’attend à trouver que des rustres, l’étranger, que n’amènent pas des discussions d’intérêts, rencontre des hommes polis et hospitaliers, des femmes bienséantes et fort décemment attifées. - Partout où il entre, on lui offre du lait ; et c’est là le secret de cette vigueur paisible et de cette robuste longévité. Tandis que tout près et dans des conditions identiques, la population française de Saint-Pierre-et-Miquelon est partiellement abrutie par une consommation extravagante d’alcools empoisonnés qui littéralement la déciment, l’eau du ruisseau, le thé et le laitage sont les seules boissons connues à Terre-Neuve. Dans toute l’île vous ne trouveriez pas dix maisons où l’on consentît, où l’on eût à vous donner un verre d’eau-de-vie ou même de bière forte. Les sociétés de tempérance, ont radicalement guéri ce pays, et l’ivrognerie, si de rares traces en subsistent encore, est devenue un vice pour ainsi dire aristocratique, permis seulement à quelques tristes personnages assez riches pour se faire expédier des boissons d’Europe et pouvoir les déguster à l’abri des regards, le plus souvent, d’ailleurs, membres influents eux-mêmes d’une société de tempérance ; car malheureusement, à quelque point de vue qu’on l’étudie, la vertu Britannique cache toujours de ces hypocrisies-là.

5Comme toutes les colonies anglaises, Terre-Neuve possède un système monétaire qui lui est propre et qui comprend des monnaies de papier, d’argent et de billon.

6Les monnaies de papier sont le billet de 4 dollars ou livre de Terre-Neuve et ceux de 2 dollars et de 1 dollar.

7Les monnaies d’argent sont les pièces de 50, de 20, de 10 et de 5 cents.

8Les monnaies de billon, celles de 2 cents et de 1 cent.

9Le demi-dollar américain n’est reçu que pour 45 cents ; la monnaie française est prise au taux fixe de 5, 40F par dollar.

10Du reste, dans les baies, les monnaies de toute effigie sont absolument inconnues. Lorsque vous voulez solder quelque petit achat, la famille tient conseil et votre pièce circule de main en main ; si le marché n’est pas accepté, ne vous rebutez pas et invitez les vendeurs à fixer eux-mêmes leur prix ; neuf fois sur dix, il sera inférieur à la somme que vous aviez offerte.

11En effet, toutes les transactions s’effectuent par voies d’échange ; deux fois par an, des goélettes de troqueurs font le tour de l’île, et, contre des peaux d’animaux ou du poisson, livrent les produits manufacturés nécessaires aux besoins très-primitifs des populations. J’ai pour ma part rencontré sur la côte Ouest un ancien déserteur français qui, depuis cinquante-quatre ans qu’il était établi là, voyait pour la première fois une pièce de 20 cents.

Auteur

Ernest-Ange Marquer, né en 1842 à Pleurtuit, entra au service de la marine en 1859 et fut promu au grade de lieutenant de vaisseau en 1870. Ce qui suit fait partie d’une conférence plutôt condescendante qu’il donna lors d’une séance publique de la Société bretonne de géographie le 4 janvier 1884. Promu contre-amiral en 1900, il était de 1902 à 1904 Chef d’état-major général.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search