Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

L’influence du clergé (1883)

Terre-Neuve et les Terre-Neuviennes, p. 51-62

Henri de la Chaume

Texte intégral

126 décembre. - C’était hier Noël par un soleil radieux. J’ai dîner chez l’évêque : c’est-à-dire que j’y ai passé une partie de la journée, et je saisis cette occasion de parler de lui, de ses œuvres et de son clergé.

2Sur quel emplacement merveilleux s’élève la cathédrale catholique ! Elle est le point que l’on voit de partout et d’où l’on domine tous les horizons. De là le regard se perd dans un lointain qu’il ne peut saisir jusqu’au bout. Entre deux chutes de montagnes, la mer se découvre, semblant sortir du havre et répandre dans le ciel en s’évasant ses flots d’aigues-marines. Si quelque navire quitte le port et se dirige vers l’Europe, on l’aperçoit pendant des heures filer tout droit, diminuer peu à peu et s’éteindre lentement dans un pli de vapeurs invisibles. Ou bien, s’il remonte les côtes, on ne le voit qu’un instant contourner les falaises. Il passe de profil, et un à un ses mâts disparaissent derrière les rochers, tandis que son pavillon qui s’agite à la corne d’artimon s’évanouit dans un dernier adieu.

3Et tout d’un coup le vide se fait sur la mer unie, sinistre comme un tombeau que se referme. L’immensité passe sur elle, accablante, jusqu’à ce qu’une voile imperceptible ramène la vie sur son aile blanche.

4La mer est triste, vue de haut. Elle élargit sa ceinture jusqu’au milieu du ciel, et la plus forte houle y fait à peine frémir une ride.

5Devant ce calme inquiétant, la méditation doit être plus facile et plus consolante au prêtre, et s’il en est ainsi, l’évêque de Saint-Jean est bien placé pour faire monter ses prières au firmament.

6En effet, le palais archiépiscopal est tout près de la cathédrale.

  • 1 Thomas Joseph Power (1830-1893), nommé évêque de Saint-Jean en 1870.

7Charmant homme, jeune, actif, intelligent, que l’évêque actuel1 !

8D’ailleurs, toutes ses qualités trouvent aisément leur emploi ; car c’est une grande situation que la sienne. Plus de la moitié des habitants de Saint-Jean, au delà de quinze mille âmes, sont ses sujets fidèles et soumis. Il est bien véritablement prince de l’Église ; il règne en père et domine en roi parmi ses sujets.

9Loin d’abuser de sa puissance, il ne s’en sert qu’avec la plus scrupuleuse modération et jamais dans son intérêt privé.

10Il est vrai qu’il serait peut-être embarrassé pour exprimer un souhait. Car il vous fait les honneurs de chez lui avec un contentement qui illumine son visage. Il vous montrera ses écuries, sa basse-cour, son verger, son potager, non point pour en tirer vanité, mais parce qu’il se trouve heureux de tout cela et qu’il pense vous faire plaisir.

11Du reste, accueillant au possible et très-enthousiaste de la « belle France ». Il comprend difficilement le français et sait malgré tout s’en servir pour faire des plaisanteries que l’enchantent.

12Sa maladie est une nervosité déplorable. Dès qu’il est avec quelqu’un, le voilà dans tous ses états. Il vous fait asseoir trente-six fois. La crainte, je veux dire la terreur de ne pas vous faire une réception digne de vous le roule dans une agitation fébrile. Il ne cesse de parler et vous pose mille questions sans en attendre la réponse. Bref, il ne sait où donner de la tête pour être aimable, sans se douter que tant de pénibles efforts le rendent fatiguant autant qu’ils le fatiguent.

13Mais qui oserait lui faire un reproche de ce qu’il est ainsi, alors que c’est le plus naturellement du monde qu’il est si peu naturel ?

14Aussi la confiance et la vénération qui l’entourent lui sont-elles bien légitimement dues.

15À sa table, qui nourrit une partie de ses prêtres, il est le boute-en-train de la réunion, il interpelle chacun et répand une gaieté communicative.

16Dans la chaire, sa voix est la plus vibrante, ses gestes sont les plus larges, ses paroles les plus profondes.

17Dans le monde, avec toute son exubérance apparente, il sait pourtant se taire et tout sonder chez les autres sans se laisser pénétrer.

18Voilà pourquoi on l’aime, on le vénère et l’on a confiance en lui.

19Ses fidèles sont ses enfants. Pauvres, pour la plupart, ils ont toujours de l’argent quand il leur en demande pour ses couvents, ses collèges, ses églises.

20Facilement il eût pu se faire le chef d’un parti politique. Toute l’Irlande de Terre-Neuve obéirait à un signe de lui. Il a su résister à cette tentation d’orgueil. Il a compris que toute son influence devait être réservée à la cause de la religion, et que ce serait la prostituer que la mettre au service des ambitions de parti.

21C’est qu’à Terre-Neuve le rôle de l’évêque catholique est un grand rôle. Il est le suprême directeur des couvents et collèges où la jeune génération de l’île va chercher des idées d’études, jusque-là tout à fait étrangères aux indigènes.

22Et surtout il est comme le patron de ces nombreuses confréries d’hommes qui, pour le Français, sont le côté pittoresque de la société de là-bas. Je pourrais aussi bien dire grotesque, n’était la grandeur morale du but.

23Je veux parler de ces « sociétés de tempérance » dont l’accroissement a grandi si vite dans tout le nord du continent américain et de ses dépendances.

24C’est une véritable ligue contre l’ivrognerie, ou mieux, contre l’alcool.

  • 2 Le mouvement antialcoolique aux États-Unis était originaire du Maine, où il domina la vie politique (...)

25Voudra-t-on le croire ? Le triomphe sur cet ennemi intime se fait si rapide que, dans le Maine, un des États de l’Union, la total abstinence est entrée comme loi dans la constitution politique2 ! En d’autres termes, le débit public de l’alcool ou de toute boisson, bière, vin, etc., en contenant, est légalement interdit sur tout le territoire de l’État. Les rum-shops ou grog-shops, ce que nous pourrions traduire par zinc, n’y existent plus qu’à l’état de souvenirs. On trouve dans les campagnes des jeunes gens qui ignorent à la fois ce qu’est un homme soûl et ce qu’est l’alcool.

26Depuis que l’ivrognerie a été expulsée, le nombre des crimes a considérablement diminué, et la fortune publique s’est accrue.

Société antialcoolique de St-Jean. (Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/A36-150)

27Voilà l’idéal rêvé et poursuivi par tous les pays de cette portion de l’Amérique.

28Terre-Neuve, presque tout entière peuplée de marins, considère avec épouvante, comme un monstre surgissant des flots pour la dévorer, cette passion de boire qui brûle le cerveau et abat les muscles. Aussi a-t-elle engagé la lutte avec acharnement, aidée de tout l’empire du clergé catholique et protestant. Les sociétés de tempérance sont déjà imposantes par le nombre de leurs membres et par le zèle de ceux-ci à la diffusion de leurs principes.

29Il faut les voir, les jours de grandes fêtes, se rendre en procession à l’église. C’est alors qu’apparaît le côté grotesque. C’est d’abord la band ou fanfare de la société. Jamais concert de chats, aux heures d’inspiration nocturne, n’inventa d’aussi sublimes discordances. Une vingtaine de gaillards déchaînent à pleins poumons, dans leurs cuivres, une tempête de fausses notes. Derrière eux, les membres leaders de la confrérie : par-dessus leur redingote ils portent en sautoir l’écharpe aux couleurs de leur Société ; une écharpe large et longue, noblement étalée sur la poitrine, et de ses bouts, battant une cadence sur le mollet. Autour du chapeau haut de forme, un voile blanc noué avec art retombe en une queue longue comme celle d’un cheval arabe et que le vent soulève d’une main légère. Enfin, pour soutenir le poids de tant de grandeurs accumulées, ce pontife solennel, qui porte la redingote comme un chimpanzé qui n’aurait jamais fait cela de sa vie, s’appuie sur une houlette que décore un flot de rubans aux grâces bucoliques.

30Puis la foule des membres de la confrérie.

31Après c’est une autre band, d’autres houlettes, d’autres adeptes de la tempérance.

32Et derrière encore un nouveau cortège, peut-être encore un quatrième, ô Musique !

33Mais ce n’est point pour le vain plaisir de parader que se sont fondées les sociétés de tempérance.

34Elles se réunissent en assemblées, présidées d’ordinaire par des membres du clergé ou du parlement. On prononce des discours, on prend des résolutions.

  • 3 La Total Abstinence and Benefit Society, fondée en 1858, était ouverte aux membres de toutes les re (...)

35Le temps n’est pas loin où l’abstinence totale deviendra à Terre-Neuve une loi constitutionnelle3.

36Et il ne faut pas croire que tout cela se passe en paroles. Souvent dans un dîner, vous voyez des jeunes gens qui ne boivent que de l’eau. Pour rien au monde ils ne tremperaient leurs lèvres dans un verre de vin ou dans un bock.

37Est-ce admirable ou ridicule ?

38Tout ce que je puis répondre, c’est que l’alcool est la mort de ces populations de pêcheurs irlandais ou écossais, et que c’est un ennemi qui ne peut se combattre avec des demi-mesures.

39J’ajouterai que quel que soit l’ascendant du clergé sur les sociétés de tempérance, elles n’appartiennent à aucun parti, pas plus religieux que politique ; elles sont essentiellement nationales et indépendantes.

40Au surplus, si le clergé est puissant à Terre-Neuve, il ne le doit point à l’intrigue, mais au seul esprit religieux qui anime le peuple.

41En aucun lieu du monde les prêtres ne sont plus tolérants. Il ne peut en être autrement pour que la bonne entente se maintienne entre une population mi-partie catholique et protestante.

42Du reste, les ministres du culte jouissent d’une liberté d’allure aussi grande, en proportion, que celle qu’ils laissent à leurs ouailles.

43L’abbé un tel accepte un cigare sans plus de façon que le capitaine un tel.

44Ils font des visites aux jeunes filles et, à l’occasion, montent à côté d’elles dans leur voiture. On bavarde, on débite des cancans.

45J’étais suffoqué, la première fois qu’une young lady m’a dit : N’est-ce pas que le Père un tel est joli garçon ? n’est-ce pas qu’il est charmant ? Je suis folle de lui !

46Ils savent qu’il y a entre eux une barrière infranchissable ; ils sont certains de ne la jamais briser. Qu’ont-ils donc à craindre, et pourquoi s’interdire ce flirtage canonique ?

47Il n’y a que deux endroits où je n’ai pas rencontré le prêtre catholique : au skating-rink et au bal. Mais le théâtre ne lui est pas fermé.

  • 4 Patience : opéra-comique par sir Arthur Sullivan qui fit sa première à Londres en 1881.
  • 5 Pierre Corneille, Polyeucte, 1643.

48Il y avait des prêtres, et l’évêque lui-même, à la représentation de Patience, donnée par des jeunes gens et jeunes filles de Saint-Jean4. Possible n’y seraient-ils pas allés si la pièce eût été jouée par des cabotins : mais qu’est-ce que le nom des acteurs peut changer au principe ? D’autant que Patience est une opérette qui a eu un immense succès à Londres et à New-York, et qui n’a rien de commun avec un mystère ou même avec une tragédie comme Polyeucte5.

49Peut-être le frottement des clergymen conduit-il les prêtres catholiques à ce laisser-aller, que je suis, je me hâte de le dire, loin de blâmer.

50Ou peut-être est-ce tout simplement encore, là-bas, l’âge d’or pour les mœurs. Oui, c’est plutôt cela. Quand les fidèles ont la foi du charbonnier, les ministres peuvent, sans inconvénients, se mêler davantage à leur existence. À Terre-Neuve les hommes sont ignorants. Ils n’ont pas l’idée d’employer leur intelligence à penser ; elle ne leur est bonne qu’à tenir leurs livres de commerce en partie double. Les femmes, qui lisent beaucoup, ont l’esprit plus cultivé. J’en connais bon nombre qui sont plus familières avec notre littérature que bien des jeunes filles françaises élevées au couvent. Mais les Anglaises sont poétiques entre toutes les femmes, et la plus sublime poésie, c’est la religion.

51Aussi faut-il voir l’enthousiasme qui les transporte à l’église lorsqu’il s’agit de suivre une mission. Tant que durent ces pieux exercices, le sermon du Père A... ou celui du Père Z... sont le sujet de toutes les conversations. On a retenue leur discours par cœur ; on se le répète les uns aux autres ; on l’admire ensemble, autant comme morceau de littérature que comme parole divine.

52Il a défendu de valser. Et au prochain bal, vous verrez toutes les jeunes filles catholiques demeurer sur leurs chaises, tandis que leurs amies protestantes tourneront avec d’autant plus d’entrain. Beaucoup resteront liées par leur promesse pendant toute la saison.

53Il est vrai que flirter n’est point pécher, et qu’elles y trouvent une compensation.

54Aussi les bons missionnaires, qui viennent sans doute à Saint-Jean pour leur propre édification, n’ayant rien d’autre à interdire à des âmes si parfaites, sont contraints de s’en prendre à l’innocent plaisir de valser.

55Quant aux jeunes filles protestantes, je suppose qu’il n’y a point d’amusements dont leurs pasteurs les empêchent de jouir, puisqu’eux-mêmes ne se privent de rien.

56Sauf un peu plus de vénération autour de sa personne, et d’étoffe aux basques de sa redingote, le clergyman n’a rien qui le distingue particulièrement des autres hommes. Il va dans le monde, danse, joue la comédie pour rire et pour de bon ; il a une femme qui reçoit et des filles passionnées au lawn-tennis. Nous n’avons donc rien à dire de plus sur son compte dans ce chapitre.

  • 6 Llewellyn Jones (1840-1918), nommé évêque anglican de Terre-Neuve en 1878 et des Bermudes en 1879.

57Il n’y a qu’un évêque anglican pour toute l’ile de Terre-Neuve et les Bermudes6. Tous les quatre ans, il va séjourner quelques mois dans cette dernière partie de son diocèse.

58Au contraire, les diocèses catholiques sont au nombre de trois. Malgré la disproportion du territoire, l’évêque protestant est tout de même un moins important personnage que son collègue.

59Cela tient, je pense, à ce que l’Église protestante est très-divisée.

Notes

1 Thomas Joseph Power (1830-1893), nommé évêque de Saint-Jean en 1870.

2 Le mouvement antialcoolique aux États-Unis était originaire du Maine, où il domina la vie politique, dans une certaine mesure, pendant plus d’un siècle. La première société d’abstinence totale fut fondée à Portland en 1815, suivie d’un réseau de sociétés formées en 1834. En douze ans, ils développèrent assez d’influence pour forcer la promulgation d’une loi pour la défense de la vente des spiritueux, sauf à des « fins médicinales ». Le Maine interdit la confection ainsi que la vente des boissons alcoolisées en 1851, et le soi-disant « Maine Law » resta en vigueur jusqu’à la révocation de la Prohibition nationale en 1934.

3 La Total Abstinence and Benefit Society, fondée en 1858, était ouverte aux membres de toutes les religions. Comme de La Chaume l’avait prévu, la prohibition entra en vigueur à Terre-Neuve le 1er janvier 1917, après un plébiscite national, mais la loi fut révoquée en 1924.

4 Patience : opéra-comique par sir Arthur Sullivan qui fit sa première à Londres en 1881.

5 Pierre Corneille, Polyeucte, 1643.

6 Llewellyn Jones (1840-1918), nommé évêque anglican de Terre-Neuve en 1878 et des Bermudes en 1879.

Table des illustrations

Légende Société antialcoolique de St-Jean. (Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/A36-150)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Henri Chenard de La Chaume (1861-1949), né à Mayac, Dordogne, était le fils d’Émile de La Chaume, vice-consul de France à Saint-Jean de 1882 à 1883. Il y accompagna son père comme attaché au commerce, et les deux s’installèrent au 4, Musgrave Terrace, rue Gower. Rentré en 1883, il se maria et s’établit à Cognac, où il s’occupa de sa propriété et de ses jardins, ainsi que de ses opinions de Terre-Neuve. Pour sa perspective sur la situation politique, il profita de l’ouvrage de Joseph Hatton et Moses Harvey dans Newfoundland, the Oldest British Colony (1883). De La Chaume perdit ses trois fils pendant la Grande Guerre, et sa femme mourut en 1918. Passionné de la musique, il demeura alors à l’abbaye de Chancelade, Dordogne, comme organiste. En 1932, il s’installa à Charente, chez sa fille Yvonne, Madame Castillon du Perron, jusqu’à son décès.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search