Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Quelques observations politiques (1859)

Voyage à Terre-Neuve, p. 237-251, 254-255

Joseph Arthur de Gobineau

Texte intégral

1Le gouvernement de Terre-Neuve est absolument semblable à celui des autres colonies anglaises. L’impôt se vote par une chambre basse composée des membres qu’élisent les habitants de l’île partagés en districts, sauf ceux qui habitent la côte française, lesquels n’ont pas d’existence civile reconnue. Les lois coloniales sont faites par cette chambre et par le conseil, espèce de sénat nommé également à l’élection. Le gouverneur, représentant de la reine, ne saurait rien faire sans le concours de ces deux pouvoirs et c’est dans leur majorité qu’il prend les agents principaux de son administration, ministère responsable devant la colonie. Toutes les affaires sont traitées d’après la méthode constitutionnelle, avec une grande publicité, une grande intervention de la part des journaux, un appel constant à l’appui ou à la méfiance des électeurs, de grandes difficultés pour les ministres et enfin bon nombre de soucis pour le gouverneur.

  • 1 Gobineau fait référence, peut-être, a sir Charles Henry Darling (1809-1870), gouverneur de Terre-Ne (...)

2Celui-ci est à beaucoup d’égards un roi dominé par le pouvoir parlementaire. Mais il a encore des embarras que ne connaît pas un souverain. Tourmenté par les administrés auxquels il fait face, il lui arrive encore constamment d’être pressé par le cabinet de la reine au sujet de telle mesure désirée qu’il ne peut ou ne sait obtenir, et tandis qu’il se débat pour atteindre à ce que ses supérieurs lui demandent, il est dénoncé à Londres par son peuple, comme ne répondant pas aux vœux de la colonie1. Si la discussion est grave et s’envenime, il peut lui arriver d’être brusquement rappelé, ce qui excite une vive satisfaction et une expansion turbulente d’orgueil satisfait parmi les colons bien persuadés d’une importance qu’ils mesurent sur les ménagements dont on les entoure. Si, au contraire, les ministres de la reine tiennent bon, soutiennent le gouverneur, maintiennent leur volonté, la colère n’a pas de bornes, on traîne le drapeau britannique dans les ruisseaux des rues, on déclare qu’on va s’annexer aux États-Unis, ou se déclarer indépendants ou toute autre chose du même genre. Il n’y a pas d’exemple depuis une quinzaine d’années que ces manifestations se sont reproduites assez souvent, tantôt sur un point, tantôt sur l’autre, que le gouvernement britannique soit jamais sorti des bornes de la mansuétude la plus patiente. Il a attendu, il a laissé faire, il a paru ne s’apercevoir de rien ; rien ne l’a offensé. Généralement, il est vrai, il lui a toujours fallu céder dans le fait ; quelquefois il a pu sauver quelque chose dans la forme et au bout de trois ans, terme légal de leur mission, les gouverneurs sont toujours changés.

3Rien n’est curieux comme l’expression des passions coloniales et leur violence. Il y a tel gouverneur, d’un habilité incontestable, d’une intégrité manifeste, dont le nom après plusieurs années qu’il a quitté le pays n’est encore prononcé qu’avec l’adjonction des épithètes les plus injurieuses, simplement parce qu’il n’a pas acquiescé avec assez de déférence à telle ou telle prétention de sa législature. Pas de nation souveraine plus pointilleuse et plus susceptible que ces petites communautés ; le peuple romain dans ses comices n’en approchait pas et je ne sais si le peuple américain va au delà.

4Un Anglais d’un rang élevé était entré dans une boutique pour y acheter un objet d’usage fort ordinaire, des gants ou quelque chose de semblable. Il se trouva que le marchand était membre de la législature. Reconnaissant son chaland, il lui demanda avec hauteur pourquoi le change était plus élevé dans sa ville qu’il ne l’était à Londres, et comme la personne interpellée restait un peu interdite de cette question, l’homme d’État colonial lui déclara d’une voix brève la ferme résolution de ne pas tolérer plus longtemps une pareille inégalité ; il comptait en faire l’objet d’un vote.

5Un certain nombre de gouvernements coloniaux sont très-préoccupés d’un grave défaut de leur constitution qui les humilie fortement. Ils reconnaissent l’omnipotence intacte que leur laisse la métropole dans l’administration de leurs affaires. Ils avouent que les gouverneurs ne sont pas toujours aussi noirs qu’il peut être à propos de le dire et de l’écrire et que, dans tous les cas, c’est un joug qui n’a rien d’intolérable ni surtout de durable. Enfin, ils ne nient pas que les impôts très-légers dont ils se chargent eux-mêmes et qu’eux seuls perçoivent, se dépensent en totalité dans le pays et que, bien loin de leur demander le moindre subside, la couronne se charge encore de beaucoup de dépenses locales et, quand on le lui demande, consent encore bénévolement à contribuer à des créations d’utilité ou d’embellissement. Oui, mais elle accapare les relations avec les cabinets étrangers, et les gouvernements coloniaux, ou plutôt certains de leurs hommes d’État, attacheraient un prix extrême à nouer, à conduire, à dominer des relations diplomatiques.

6Il est remarquable combien cette préoccupation singulière, assurément bien utile dans son objet et cruellement compromettante si elle venait jamais à être satisfaite, est cependant présente à beaucoup d’esprits. Dans les discussions qui s’élèvent constamment au sein de la législature de telle ou telle colonie pour juger et généralement blâmer et morigéner de très-haut les actes du gouvernement métropolitain, on paraît toujours rechercher avec prédilection les questions de douanes, d’importation et d’exportation, non pas précisément par le point où elles affectent réellement les intérêts locaux, mais surtout par les occasions qu’elles fournissent d’exprimer des idées violentes sur un prétendu rapport de la colonie avec tel ou tel cabinet étranger, et même sur la politique générale de ce cabinet. Les hommes les plus populaires se plongent à l’envi dans ces discussions, et alors le public émerveillé peut entendre l’opinion de ses orateurs sur la conduite des grandes cours. L’année dernière un de ces parlements traita une nation d’Europe [la France] de peuple à demi barbare, étranger aux plus simples notions de progrès, et son gouvernement fut menacé de mesures sévères s’il ne prenait une marche plus convenable. Il est à craindre que l’avertissement ne produise pas tout son effet faute d’avoir été entendu.

7Un patriotisme si hautain, une idée si exagérée de l’importance locale, des prétentions de toute nature si roides, si superbes, tout en faisant concevoir la possibilité d’une vive agitation dans la politique intérieure, indiquent assez que, comme les petites républiques grecques de l’antiquité, les intrigants sont, dans ces parages, très-puissants, et en état de faire beaucoup de mal un jour. Les négociants riches, les hommes d’affaires occupés, les agriculteurs ont peu de temps à donner à la vie publique, et il en est dans ces colonies comme aux États-Unies : ils s’en tiennent généralement fort loin. Il leur suffit que l’Angleterre administre le pays avec une douceur et une générosité visibles, que les impôts soient insignifiants, les droits de douane fort libéraux et que la sécurité publique soit parfaitement garantie. Ils sollicitent donc assez peu les suffrages de leurs concitoyens. Ce sont les hommes sans grandes ressources, d’esprit turbulent et vaniteux, tourmentés d’ambitions un peu maladives qui recherchent donc le plus ordinairement les places ; et comme les masses populaires appelées à décider de tout, ne comprennent pas très-bien les grandes théories politiques, il devient indispensable de leur parler d’ordinaire le seul langage qui puisse les émouvoir : c’est celui de l’antagonisme religieux. Aux protestants, il faut dire que les catholiques, si on ne les contenait pas, amènerait un régime d’intolérance ; aux Irlandais, il faut rappeler tout ce que leurs ancêtres et eux-mêmes ont souffert dans la mère patrie.

  • 2 Une référence, peut-être, aux processions annuelles des Orangistes bien impliqués dans les affaires (...)
  • 3 Le 1er Épître à Timothée, 6, 12 : « Combats dans le combat de la foi, remporte la vie éternelle, à (...)

8On réussit ainsi à créer des partis assez fortement organisés. Les dissidents, les puritains se réunissent à certains jours sous la conduite de tel ou tel ministre pour s’en aller par les champs faire des promenades religieuses2. On déjeune, on prêche, on dîne, on chante des cantiques, on s’encourage à combattre le bon combat et à rester ferme dans la foi3. On déplore le malheur du temps qui consiste à vivre côte à côte avec les papistes idolâtres et, finalement, on prépare les élections de manière à se tenir bien uni contre ces adversaires.

9Mais, il existe des divergences entre les différentes sectes. Elles se méprisent sincèrement entre elles, et d’autant plus que des nuances plus imperceptibles les séparent. C’est une œuvre difficile que de les maintenir dans les mêmes rangs. Il y faut une grande dépense de promenades, de dîners religieux, de sermons, de conciliabules et ce concessions.

10Du côté des catholiques les choses ne se passent pas ainsi. À part quelques descendants des Français et un certain nombre d’Écossais venus des Hautes-Terres presque tous sont Irlandais d’origine. Par habitude, par instinct, ils naissent avec un chef tout trouvé et dont ils ne discuteront jamais tant qu’ils vivront l’autorité imprescriptible. Ce chef, c’est leur évêque, et les prêtres sont les lieutenants naturels de ce juge suprême de tous les intérêts temporels aussi bien que spirituels.

11Dans les autres pays de la chrétienté, dans les contrées les plus catholiques de l’Europe, les âmes les plus ferventes se réservent une certaine part de libre arbitre pour la conduite de leurs intérêts mondains. Les Irlandais du nouveau monde, pris en masse, n’en conservent aucune. L’évêque et ses prêtres sont leurs maîtres. Ils rapportent à cette décision sacrée, tout, depuis des querelles du ménage jusqu’aux combinaisons électorales, et plus la population catholique est pauvre, plus cette disposition des esprits est absolue, car elle se fortifie alors de ce fait concluant : elle vit, en grande partie, des aumônes que distribue l’évêque, et se presse autour de lui comme autour d’un père nourricier. Cependant l’évêque ne reçoit de l’État ni de la colonie aucun traitement. Tout ce qu’il a, il le tient du don volontaire de ces mêmes ouailles dont la plus grande partie lui tend la main grande ouverte pendant tout le courant de l’année.

12L’évêque de Saint-Jean de Terre-Neuve, notamment, peut passer pour un des riches prélats de la catholicité. Ses revenus sont considérables, et se fondent, pourtant, presque uniquement sur la vente du poisson. Les contributions des fidèles arrivent sous cette forme, et le plus misérable pêcheur préférerait prendre sur la portion destinée à la nourriture de sa famille que de diminuer la portion qu’en son âme et conscience il croit devoir réserver à son premier pasteur.

13Il apporte son tribut en nature, et l’évêque le fait vendre, et comme il se trouve ainsi annuellement en possession de cargaisons considérables, il en résulte qu’indirectement il représente la plus forte maison de commerce de la colonie.

14Mais s’il a de grands revenus, il a aussi de grandes charges. Je viens de dire que la partie pauvre de son troupeau recevait ses aumônes ; elle s’y confie même si absolument que, sur plus d’un point, elle ne sent pas même la nécessité de travailler. L’évêque est là pour la nourrir, et elle le récompense par un dévouement tellement entier, tellement aveugle, qu’il serait imprudent au plus haut degré, à quelque autorité que ce soit, de se mesurer avec un chef populaire aussi vénéré, aussi sûr d’être servilement obéi.

15Ce n’est pas tout encore. Mgr de Saint-Jean a bâti de ses derniers, au point culminant de la ville, une vaste cathédrale en pierres, d’un goût un peu contestable, mais imposante par la masse, la solidité, les dimensions, et décorée à l’intérieur avec une profusion d’ornements qui atteint à la magnificence, sinon à la beauté.

16Il a établi à coté son palais épiscopal où il réside avec ses prêtres, deux couvents de religieuses, un collège, et cette cité ecclésiastique, qui semble regarder dédaigneusement la ville marchande et même les forts établis au-dessous d’elle, est comme un emblème de la suprématie incontestable que l’évêque de Saint-Jean exerce sur toute la contrée.

  • 4 Lazzarones napolitains : la population nombreuse et insouciante qui encombrait les rues de Naples, (...)

17Ce serait en retracer une image incomplète que de la représenter sous la couleur uniquement religieuse. Cette suprématie s’appuie également, et avec beaucoup de franchise, sur l’idée de la nationalité irlandaise, mise en opposition avec la race anglo-saxonne. Saillant des murailles du couvent, des sculptures montrent l’effigie d’anciens rois d’Irlande ; sur le pavillon épiscopal, la croix est verte, couleur de l’antique Erin, et s’unit à la harpe, symbole du pays de saint Patrice. Des allusions fréquentes, constantes, passionnées au souvenir du passé, entretiennent un patriotisme déjà fortement enraciné dans tous les cœurs chez une race singulière qui n’a ni la faculté de rien oublier, ni celle de se corriger d’aucun des défauts, source de ces malheurs. Partout, aux colonies du Nord-Amérique, comme dans l’Australie, comme aux États-Unis, elle porte cette gaieté un peu insouciante qui la fait ressembler, à certains égards, aux lazzarones napolitains4 : sa bravoure étourdie, son imprévoyance, son manque absolu de tout principe sérieux, son dévouement facile et entier, son esprit d’aventure et son vif amour de toutes les jouissances, enfin ces traits si multipliés, si divers d’une nature séduisante à l’extrême, souvent médiocrement estimable, et qui l’ont rendue et la rendront jusqu’à la fin l’antipode de l’esprit anglais.

18Quand viennent les élections, l’évêque décide naturellement des candidats qui seront élus. Pendant le cours des sessions, il ne dissimule ni son approbation ni son blâme touchant l’action des catholiques et la marche des affaires. Quand une mesure importante préoccupe l’esprit public, il emploie la voie des journaux pour faire connaître son sentiment personnel, et s’agirait-il une question de tarif, d’un chemin à construire ou de tout autre intérêt analogue, une fois qu’il a parlé, ce qui est catholique sait ce qu’il faut croire et dire. Pour trouver dans les faits européens une analogie avec une telle situation, on doit remonter au moins au douzième siècle.

  • 5 John Thomas Mullock (1807-1869), un Irlandais, devint l’évêque catholique de Terre-Neuve en 1850.

19Mgr M[ullock5], évêque de Saint-Jean, est un prélat parfaitement digne du pouvoir qu’il exerce. Un esprit ferme et entreprenant, hardi et modéré, mais surtout capable de conduire jusqu’au bout les résolutions les plus extrêmes, une imagination vive, une érudition solide rapporté d’Italie où il a fait ses études, le placent, non moins que sa haute dignité, à la tête de sa nation. D’une simplicité de mœurs complète, employant tout son revenu à de grandes créations ou à des aumônes, il est redoutés sans doute, mais non moins vénéré des protestants eux-mêmes. Son activité est prodigieuse. Il sait mener de front la construction de ses édifices, l’administration des couvents et du collège, les affaires spirituelles de son diocèse, l’intérêt de chaque jour qu’il porte aux affaires de la colonie et ses constantes visites pastorales, et la composition de nombreux écrits. Le respect qui l’entoure, et les manifestations de ce respect ne sont pas inférieures à ce que les souverains peuvent prétendre, et le prélat a quelque chose de leur majesté. Profond, m’a-t-on dit, dans les connaissances théologiques, il porte dans la discussion des idées appartenant à l’économie politique et à l’avenir des pays américains, une connaissance des faits, un esprit de discernement, une fermeté de vues qui appartiennent certainement à une intelligence du premier ordre. J’ai vu plus d’un meneur du parti catholique, incertain d’être blâmé ou approuvé par lui, l’approcher avec une crainte visible. Ce sont là des nouveautés tout à fait remarquables pour un observateur européen.

20Dans le temps que nous étions à Halifax, le siège archiépiscopal de cette ville était vacant. Le dernier titulaire, mort depuis peu, avait laissé des regrets universels, et, bien que son autorité ne fût pas aussi évidente, aussi en dehors que celle de Mgr M[ullock] à Terre-Neuve, il paraît qu’elle n’était guère moins considérable en fait, et que son successeur aura recueilli un puissant héritage. Car je l’ai déjà dit, les dispositions et les sentiments des catholiques sont partout les mêmes dans ces contrées.

21Mais je ne dois pas oublier que si j’ai parlé ici de la situation des catholiques et de leurs chefs dans les colonies anglaises du Nord-Amérique, c’est principalement au point de vue des parties politiques. En ce moment, où il me reste peu de chose à ajouter à la description du pays, je vais continuer ces observations.

22Les dispositions ambitieuses des parlements coloniaux, qui les portent à ne pas se contenter d’une situation cependant idéalement bonne, et qu’aucune combinaison différente ne vaudra jamais, à coup sûr, n’auraient peut-être pas de grandes conséquences dans l’avenir tant elles sont visiblement peu raisonnables, sans deux faits qui leur donnent une portée toute particulière.

23Je viens d’indiquer le plus général : c’est l’antipathie irréconciliable des émigrés irlandais pour l’Angleterre, et, qui plus est, la façon dont cette antipathie s’accroît dans les générations nouvelles qui ne reçoivent cependant que des bienfaits de cette ancienne ennemie. Mais l’imagination irlandaise ne pardonne rien. De sorte que la vanité locale d’un côté, l’aversion de race de l’autre, rendent la métropole de plus en plus impopulaire dans ses colonies. Cependant, si celle-ci ne consistaient que dans le territoire de la Nouvelle-Écosse, de l’île du Prince-Édouard, du Cap-Breton, du Nouveau-Brunswick, de Terre-Neuve, ces velléités auraient grand’-peine à jamais rien produire de considérable, et il ne serait pas difficile au cabinet de Londres de maintenir sa suprématie. Les populations sont partout si faibles dans ces territoires, le sol y est généralement si peu fécond, la richesse si médiocre, qu’il n’y aurait pas tendance sérieuse à se soustraire à une domination dont on ne pourrait jamais nier les côtés avantageux ; mais le Canada existe, et c’est vers ce point que se dirigent les regards comme étant le centre de ralliement nécessaire de toutes les colonies de ces parages.

24Il ne m’a pas été possible, malheureusement, de visiter cette région remarquable à tant d’égards. Dans les colonies anglaises, on la considère, et avec raison à ce qu’il semble, comme un foyer de richesses et de connaissances qui ne pourront que s’accroître avec le temps. Le sol y est généralement fertile, le commerce et l’industrie s’y montrent très-développés, et, autant que j’ai pu en juger par les livres et les journaux qui en proviennent, le niveau intellectuel y est sensiblement plus élevé qu’aux États-Unis.

25La rivalité ancienne qui existait entre le haut et le bas Canada, entre les populations d’origine française et celles venues d’Angleterre, parait avoir presque complètement disparu par le seul fait de l’égalité des droits et de situation accordée à tout ce peuple. Il n’y est plus question, comme vingt ans en ça, de s’unir aux États-Unis, et l’opinion publique s’est tellement transformée à cet égard, que les derniers chefs du parti qui autrefois menaçait la couronne d’Angleterre de rechercher cette annexion, sont aujourd’hui abandonnés de tout le monde et complètement obscurs. Des alliances de famille multipliées tendent à confondre de plus en plus les origines, et, il y a deux ans, une grande manifestation publique est venue, en quelque sorte, enterrer tous les souvenirs hostiles. Un monument a été élevé aux morts français et anglais de la bataille de Québec, et les discours prononcés en cette circonstance, en présence des autorités et des troupes anglaises, ont célébré la gloire des deux armées, et salué la mémoire des pères communs de la patrie.

26Il ne serait pas impossible toutefois que Terre-Neuve ne fût maintenue en dehors d’une telle combinaison. Si l’on excepte Saint-Jean, il n’existe pas dans cette île un point de quelque valeur en égard à la population. Le terroir est d’une stérilité sans remède. On n’a jamais pu réussir à coloniser aucune partie de l’intérieur, qui est resté aussi désert qu’aux premiers temps de la découverte, considération qui paraît péremptoire ; le voisinage où cette île se trouve d’Irlande, sa situation dans le golfe Saint-Laurent lui donnent une importance au point de vue stratégique dont il est difficile d’admettre que l’Angleterre puisse faire aisément abstraction. On paraît même avoir déjà commencé à fortifier Belle-Isle, afin de s’assurer en tout état de cause la domination de détroit, et, partant, une sorte d’autorité militaire dans le golfe.

27Quoi qu’il en soit, en retranchant ou en réunissant Terre-Neuve, l’ensemble des colonies anglaises du Nord-Amérique semble marcher vers une situation qui peut modifier considérablement l’avenir des pays américains, et, à ce titre, ces régions sont plus dignes que jamais de fixer l’attention des esprits sérieux.

Notes

1 Gobineau fait référence, peut-être, a sir Charles Henry Darling (1809-1870), gouverneur de Terre-Neuve dès 1854. En arrivant à temps pour présider à l’ouverture de la première séance du gouvernement responsable nouvellement constitué, il eut de bonnes relations avec la Chambre des députés jusqu’à la présentation de l’accord anglo-français de 1857. Cet accord aurait donné aux Français les droits exclusifs à pêcher sur une certaine partie de la côte ouest. Cependant, les Terre-Neuviens sentirent que les négociateurs avaient commis un abus de confiance et que Darling avait trahi la cause quand il recommanda au ministère des Colonies à Londres d’accorder les droits exclusifs aux Français. Après que l’accord fut refusé par la Chambre des députés, Darling fut nommé gouverneur de la Jamaïque en février 1857, et il partit au printemps.

2 Une référence, peut-être, aux processions annuelles des Orangistes bien impliqués dans les affaires politiques.

3 Le 1er Épître à Timothée, 6, 12 : « Combats dans le combat de la foi, remporte la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et dont tu as fait une si belle profession en présence de plusieurs témoins. »

4 Lazzarones napolitains : la population nombreuse et insouciante qui encombrait les rues de Naples, dormant ou se chauffant au soleil, sans domicile fixe ou profession assurée. Ils formaient une population redoutable mais qui n’avait pas manqué d’un certain sentiment patriotique, et qui savait tourner son énergie vers la défense de la liberté ou de l’indépendance nationale.

5 John Thomas Mullock (1807-1869), un Irlandais, devint l’évêque catholique de Terre-Neuve en 1850.

Auteur

Joseph Arthur, comte de Gobineau (1816-1882), diplomate et écrivain, était issu d’une vieille famille bourgeoise sans fortune. Gobineau fut élevé dans le culte des valeurs aristocratiques et dans la mémoire de ses ancêtres nordiques, dont il resta préoccupé. Arrivé à Paris en 1835, il gagna sa vie comme petit fonctionnaire, tout en publiant des articles et des romans. Mais la Révolution de 1848 décida de son avenir. Légitimiste, il devint en 1849 chef du cabinet de Tocqueville, alors ministre des Affaires étrangères. Ensuite, il fut envoyé successivement comme secrétaire à Berne (1849), à Hanovre (1851), et à Francfort (1854), aussi à Terre-Neuve (1859) comme membre d’une commission anglo-française pour l’interprétation des droits de pêche français. Ministre plénipotentiaire à Téhéran, à Athènes et à Rio Janeiro, il rentra en France en 1870 et reçut sa nomination d’ambassadeur à Stockholm, où il acheva sa carrière en 1877. Gobineau passa la fin de sa vie à voyager, et il noua avec Richard Wagner une amitié profonde.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search