Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Les origines de la population Française (1859)

La France aux colonies, vol. 1, p. 86-91

Edmé Rameau

Texte intégral

1Pour compléter le tableau de la race acadienne et française dans le golfe Saint-Laurent, il nous reste à parler des colonies, que l’expansion naturelle de ces populations a librement fondées. Depuis quelques années les Acadiens du cap Breton et de l’île Saint-Jean tille du Prince-Édouard], adonnés à la pêche et au cabotage et déjà trop nombreux dans leurs villages, ont porté leurs émigrants aux îles de la Madeleine, situées au nord-ouest du cap Breton et sur les côtes du Labrador ; ce sont eux aussi qui ont fourni une partie de la population de certaines côtes de Terre-Neuve et de nos colonies de Saint-Pierre et Miquelon.

2Nous ne ferons qu’indiquer les îles Madeleine, rattachées maintenant au comté de Gaspé, qui fait partie du Bas-Canada ; nous aurons occasion d’en parler avec détail dans la seconde partie de ce volume ; la population, entièrement acadienne, s’y élève aujourd’hui à 3 000 âmes environ ; il en sera de même sur la côte du Labrador, où l’on compte aujourd’hui 8 à 900 Acadiens, et nous passerons de suite à Terre-Neuve.

3Terre-Neuve se partageait autrefois entre la France et l’Angleterre ; cette île fut le premier but de nos armements pour l’Amérique du nord, et peut-être le premier lieu d’établissement des Français dans ces contrées ; toujours est-il qu’en 1663 nous y possédions un établissement colonial à Plaisance, puisque M. de Méry, menant un convoi d’émigrants au Canada, y déposa 75 colons. Les archives possèdent plusieurs recensements de cette petite colonie : celui de 1700 qui est nominal nous y montre 38 chefs de famille, dont 27 à Plaisance. Dans celui de 1706, aussi nominal, on trouve 205 habitants et 299 pêcheurs hivernants ; enfin en 1711 on y comptait, outre 354 pêcheurs hivernants, 66 habitants en état de porter les armes, ce qui suppose une population d’environ 300 âmes. Les établissements étaient concentrés sur la baie de Plaisance, au sud de l’île, dans les villages de Plaisance, la Pointe-Verte et Petit-Plaisance. Tous les habitants étaient directement originaires de France ou nés dans la colonie. On ne voit point qu’ils se soient recrutés dans le Canada ni dans l’Acadie, la plupart étaient sortis du pays basque.

  • 1 R. Montgomery Martin, History of the British Colonies, vol. 3, p. 490.
  • 2 Richard Henry Bonnycastle, Newfoundland in 1842, vol. 2, p. 243.
  • 3 J. C. Taché, Des provinces de l’Atlantique du Nord et d’une union fédérale, p. 17 : « Sur ce chiffr (...)

4En 1713 le traité d’Utrecht céda la totalité de Terre-Neuve aux Anglais, néanmoins tout porte à croire qu’une partie de la population française qui existe aujourd’hui sur ces parages descend de ceux de nos anciens colons qui seront restés dans la contrée. Leur nombre du reste, a été fortement accru depuis par l’accession de beaucoup d’Acadiens, et surtout des émigrants français qu’y laissent les expéditions annuelles que nous envoyons sur ces côtes, où les traités nous ont toujours conservé certains parages privilégiés pour la pêche de la morue. Ce privilège, qui s’étend sur la moitié de la côte sud de Terre-Neuve, sur toute la côte ouest et une petite portion de la côte nord-est a, peu à peu, amené l’établissement sur ces rivages d’une population française, fort peu connue même des Anglais qui sont les maîtres de l’île. Cependant nous sommes réduits à recourir à leurs statistiques pour évaluer d’une manière approximative le nombre de ces habitants ; Montgomery-Martin les évaluait en 1833 à 12 000 âmes1 ; Bonny-Castle confirme ce chiffre en 1842, tout en déclarant qu’il est impossible de se procurer des données exactes à ce sujet, et que ce nombre doit être au-dessous de la réalité2 ; M. Taché estime en 1857, que Terre-Neuve contient 20 000 habitants de race française3. Nous pensons qu’il doit s’en trouver une portion dans nos anciens établissements de Plaisance ; mais la majeure partie est disséminée sur les côtes réservées aux pêcheurs français, principalement dans la baie Saint-Georges et autres anses de la côte de l’ouest. Bonny-Castle rapporte avoir vu lui-même au havre d’Ingornachoix, au nord-ouest de Me, un établissement de 5 à 600 Français.

  • 4 Hubert Girroir (1825-1884), curé d’Arichat, en Nouvelle-Écosse, de 1853 à 1863.

5Une partie des Français de Terre-Neuve avons-nous dit est d’origine acadienne ; ces émigrants sont venus dans ces parages tant à l’époque de la grande dispersion des Acadiens, pour y chercher un refuge, que dans ces derniers temps attirés par la pêche ; M. Girouard4, curé d’Arichat estime très approximativement qu’il peut y en avoir un millier peut-être sur la baie Saint-Georges.

6Quant aux descendants de nos anciens colons qui y avaient été établis sous Louis XIV, nous ne pouvons déterminer pour quelle proportion ils entrent dans la composition de la population actuelle ; mais il serait possible de distinguer cette descendance parmi la masse des colons français, car nous avons encore quatre ou cinq recensements nominaux de leurs auteurs.

7Tous ces habitants français de Terre-Neuve ont bien plus de facilités que les Acadiens pour la conservation de leur langue et de leur nationalité : car l’arrivée périodique de nos nombreux bâtiments de pêche, dont les équipages séjournent au milieu d’eux pour la préparation de la morue, et le passage fréquent de quelques navires de guerre français, les maintiennent en relation avec la mère patrie, et y entretiennent même constamment un certain courant d’immigrants.

Notes

1 R. Montgomery Martin, History of the British Colonies, vol. 3, p. 490.

2 Richard Henry Bonnycastle, Newfoundland in 1842, vol. 2, p. 243.

3 J. C. Taché, Des provinces de l’Atlantique du Nord et d’une union fédérale, p. 17 : « Sur ce chiffre de résidents et de visiteurs réguliers des côtes, à peu près 20 000 appartiennent à l’origine française. »

4 Hubert Girroir (1825-1884), curé d’Arichat, en Nouvelle-Écosse, de 1853 à 1863.

Auteur

Edmé Rameau (1820-1899) était issu d’une famille d’origine bourgeoise. Catholique social et démocrate, il plaça ses espoirs dans la Révolution de 1848 et s’opposa à Louis-Napoléon. Condamné à la prison, il avait néanmoins hérité d’une fortune assez considérable, ce qui lui permit à sa sortie de consacrer une bonne partie de sa vie à l’étude de l’histoire des Français d’Amérique. En 1859, il publia La France aux Colonies, consacré en bonne partie aux Acadiens, et l’année suivante il effectua un voyage d’études en Acadie, au Québec et en Louisiane. Durant les quarante années suivantes, il ne cessa pas d’accorder son appui aux œuvres d’éducation et de colonisation en Acadie. Son étude Une colonie féodale en Amérique l’Acadie (1604-1881) serait la première synthèse historique portant sur ce peuple.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search