Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Une excursion ethnographique (1858)

« Terre-Neuve », p. 183-185, 218

N. O’Brig

Texte intégral

1Tout le monde pêche à Terre-Neuve : les colons, dans les nombreuses baies découpées dans ses côtes ; les Français, dans quelques-unes de ces baies et sur le fameux Banc, plus précieux que les mines du Potose [en Bolivie] ; les indigènes, dans les grands lacs creusés dans l’intérieur du pays. On y pêche la morue, le saumon, la truite, la baleine même et le loup-marin. C’est de ces diverses pêches qu’il s’agit de donner une idée. Assez longtemps nous avons mangé de la morue, en France, sans nous inquiéter des phases qu’elle parcourt avant d’arriver sur nos tables ! Comme la pêche au loup-marin ressemble par trop à une véritable chasse, nous allons nous occuper d’abord de celle-là, pour n’y plus penser.

2L’histoire du loup-marin a été souvent faite ; celle du colon de Terre-Neuve qui le pêche est tout à faire. On nous pardonnera de n’en donne qu’une exquisse bien pâle et bien incomplète. Nous n’entendons parler que de l’habitant des côtes. À part l’odeur sui generis qu’on y respire, Saint-Jean ressemble assez à toutes les villes du monde. L’homme du peuple y subit un peu l’influence de la longitude et du voisinage de l’Amérique : le gourdin n’est pas un compagnon inutile quand on circule le soir les rues, même les plus fréquentées ; mais les étrangers y trouvent dans la bonne société l’accueil le plus cordial. L’habitant des côtes, quand il est jeune et qu’il n’a pas voyagé, est un être assez arrière en civilisation ; il est paresseux et peu intelligent, par suite peu industrieux. Les exceptions sont rares. Il connaît toutes les ruses de la pêche, sait prendre la morue au filet et à l’hameçon, « l’habile », mieux que nos pêcheurs français, au dire de certains connaisseurs ; mais ne lui en demandez pas davantage. Ne lui demandez pas d’avoir près de sa cabane un petit jardin où il plante des choux, des carottes ou des navets ; il sait tout au plus faire de la bière de spruce. Cependant, comme il parle anglais, il a reçu, par la voie du langage sans doute, les bonnes traditions du confort domestique, et, derrière les faibles murailles de sa maison de planches, il sait braver les rigueurs du plus glacial vent d’hiver. Les vieux, qui ont voyagé ou qui sont venus d’Irlande, d’Ecosse ou d’Angleterre, auraient pu apporter avec eux la civilisation ; mais nous nous sommes laissé dire que ce sont pour la plupart de vieux pêcheurs de l’ancien continent qui viennent ici planter leurs tentes, et que presque tous ont un crime à expier sur ces rives ingrates. Or, ces crimes, quelque légers qu’ils soient, supposent toujours une certaine révolte contre la civilisation et des instincts antisociaux.

Préparation de la morue à Cap Rouge en 1857-1859. (Paul-Émile Miot/Bibliothèque et Archives du Canada/PA-202293)

3La tâche civilisatrice est peut-être réservée au sexe faible. Que de choses les femmes savent d’instinct ! Celles-ci n’ont pas voyagé ; elles sont nées sur le sol ; elles n’ont pas appris qu’à trancher la morue ; qui leur a enseigné la coquetterie ? Comme elles sont coquettes pourtant, ces grossières filles d’Ève ! Nous en connaissons qui, surprises par un photographe pendant qu’elles apprêtaient du hareng, ne voulaient pas consentir à ce qu’il reproduisit leurs images dans ce costume et cette occupation vulgaire. Certes leurs modes ne sont pas marquées au coin du bon goût ; mais nous n’oserions pas affirmer que leurs tailles soient vierges de la tyrannie du corset et qu’elles n’aient pas deviné la crinoline. Plus qu’ailleurs, ce renfort artificiel serait ici économique : la baleine y est si commune !

  • 1 La Genèse, 1, 28 : « Benedixitque illis Deus, et ait : Crescite, et multiplicammi, et replete terra (...)

4Dans leur petite sphère, ces gens-là sont heureux. C’est là qu’ils naissent, vivent et meurent. Ils se marient quand l’envie leur en prend et qu’ils se conviennent : les contrats sont bientôt faits ; la bénédiction nuptiale vient ensuite, quand il passe un prêtre à portée, et il arrive souvent aux aumôniers de la station navale française d’avoir à marier les pères en même temps qu’ils baptisent les enfants. Ils sont catholiques en majorité, bien que les églises protestantes de toute confession soient multipliées dans la partie sud de l’île avec cette profusion qui caractérise l’esprit schismatique des Américains. Nous n’oserions pas assurer que la théologie est dans le nord bien orthodoxe, et qu’ils ont une idée bien nette de leurs devoirs envers le pape. Ils ont, en revanche, de bonnes idées d’économie élémentaire ; car je crois que c’est par raison d’économie que ce père de famille, de je ne sais plus quel havre, coupait en morceaux son fils décédé pour en faire de l’appât pour les renards. Pour peu qu’ils développent ces notions, comme ils leur est facile, pendant leur long hiver, d’égarer dans les bois discrets une compagne turbulente ou mauvaise ménagère ! la simplicité seule du procédé donne le frisson quand on y songe. Nous ne pensons pas cependant qu’il soit souvent mis en usage. Au contraire, nulle part plus qu’à Terre-Neuve, on ne se souvient du précepte : « Crescite et multiplicamini1... ».

5Toute cette population est inscrite sur des registres que l’on tient à Saint-Jean, et elle s’administre d’ailleurs comme elle l’entend. Le père de famille est seul propriétaire ; à sa mort, ses fils partagent son héritage. Les filles s’épousent sans dot, même quand elles appartiennent à un père riche, à moins qu’il ne soit bien généreux. Un terrain clos, un arbre marqué, sont une propriété que le voisin respecte avec une foi scrupuleuse : il y a tant de place à côté ! Avec quelques idées plus ou moins précises sur le bien et le mal, ils peuvent ainsi passer l’hiver en attendant que les beaux jours leur ramènent deux espèces d’hirondelles : les marchands (traders) avec qui ils échangent contre des vivres et des étoffes les fourrures des animaux tués pendant l’hiver, et les pêcheurs d’Europe qui leur apportent de plus amples notions des devoirs sociaux, et sans doute aussi quelques vices d’outre-mer qu’un scalpel légèrement scrutateur découvrirait bientôt. Ces vices, dont « l’oisiveté est la mère », ont d’ailleurs ici une barrière naturelle dans la vie active qu’on y mène l’hiver et l’été. En hiver, ils ont la pêche ou mieux la chasse du loup-marin, à laquelle nous sommes ramenés après cette excursion ethnographique.

  • 2 John Dower était pour longtemps le principal gardien de la propriété française à Conche.
  • 3 C.-J.-A. Carpon, Voyage à Terre-Neuve, p. 51.

6Le nombre des loups-marins que l’on voit sur les glaces, à la côte N.-E., dépasse toute imagination, s’il est vrai que dans certains jours la surface des glaces en soit noire à plusieurs lieues à la ronde. Nous dirons à ceux qui connaissent, au havre de la Conche, l’industriel qui répond au nom de Jean Dower2, que c’est de lui que nous tenons cette hyperbole, et nous ne sommes pas fâché de lui en renvoyer la responsabilité. Les statistiques de pêche prouvent au moins qu’ils se montrent en assez grandes troupes. M. Carpon, dont nous recommandons, pour exactitude, le Voyage à Terre-Neuve, dit aussi : « Une goélette loup-marinière, montée par vingt hommes, peut rapporter, au bout d’un mois à six semaines de séjour dans les glaces, deux mille de ces animaux3 ». Ces goélettes sont expédiées des divers havres et restent prises dans les glaces pendant la saison. Quand paraissent les loups-marins, on s’en approche avec des fusils, des haches, et des bâtons, et on les tire du mieux qu’on peut. Comme les fusils ne valent pas mieux que les tireurs, on ne les tue pas souvent. On les achève avec la hache ou le bâton, qui suffiraient parfaitement pour la chasse. On les garrotte alors, ou on les accroche simplement avec un morceau de fer recourbé fixé au bout d’une corde à laquelle on attelle un chien. On ne retire du loup-marin que l’huile et la peau, qui rapportent, en moyenne, une livre sterling par animal. Quand les glaces sont fondues, on pêche le loup-marin. Cette pêche se fait au moyen de filets à larges mailles et faits avec la ligne, au lieu du fil qui sert pour les filets à poisson. Les havres du détroit de Belle-Île, qui sépare Terre-Neuve du Labrador, sont les plus favorables à la pêche ; les havres de la côte N.-E. sont surtout propices à la chasse.

  • 4 James Fenimore Cooper (1789-1851), romancier américain.

7Le daim ou caribou (deer) procurerait une chasse non moins attrayante, s’il ne fallait aller le chercher si loin dans l’intérieur. MM. R***, H*** et X***, trois officiers de l’armée anglaise qui, des premiers, ont traversé Terre-Neuve cet été, de la baie de la Conception à la baie des îles, en ont abattu des quantités prodigieuses. Ces voyageurs auraient une belle page à ajouter aux histoires de chasse, de pêche et d’expéditions aventureuses. On sait par eux à quoi s’en tenir sur la nature du pays à l’intérieur. Cela se résume à de grands lacs très poissonneux, dont les castors, les loutres et les rats musqués peuplent les bords ; il a de grands bois qui abritent des ours noirs, des renards de plusieurs couleurs, et surtout des troupeaux de caribou. Les reptiles y sont inconnus, et M. Carpon n’en a jamais vu à Terre-Neuve dans ses voyages réitérés. Les merles y répètent, comme à Saint-Georges, une phrase musicale qui reproduit les premières mesures d’une de nos polkas en vogue. Il résulte des récits de ces mêmes voyageurs que les Indiens n’ont pas disparu de l’intérieur du pays. On en voit, à Saint-Georges, qui ont quitté le wigwam de leurs ancêtres et savent se construire des habitations à l’européenne. Ceux de l’intérieur sont de véritables Peaux-Rouges, plus le costume, pour lequel ils mettent à contribution la faune du pays. Ils ont dépouillé leur vieille rancune contre les Européens et enterré le tomahawk. Ils passent une partie de leur temps sur les lacs dans leurs pirogues de peaux de caribou. Ils ont l’ouïe aussi fine que leurs frères canadiens, et connaissent aussi bien qu’eux la manière de s’en servir. C’est à cette race qu’ils appartiennent, et ils ont toute la physionomie des Micmac de l’Acadie, qui sont eux-mêmes une des tribus survivantes de cette grande nation qu’a immortalisée F. Cooper4.

  • 5 En fait, le français terre-neuvien est une variété du français acadien. Voir Ruth King, « Le frança (...)
  • 6 Vers 1893, P. Viator, dans « Le French Shore », p. 141, décrit la situation des Jacotars, de proven (...)

8De la transplantation de la race française sur le sol de l’Acadie est résulté le Jacotar, qui, du cap Breton (Nouvelle-Écosse), émigre à Terre-Neuve, où il tient aujourd’hui sa place. Il parle un français hybride comme lui, qu’il accentue en allongeant les voyelles, et il abuse de certaines inflexions de voix qui semblent empruntées à des dialectes du nord de la France5. Il ne manque pas de bon sens, malgré sa physionomie un peu niaise ; il est d’une simplicité primitive, et son horizon intellectuel est assez borné ; ses mœurs et ses habitudes sont celles des autres colons6.

  • 7 Robert Macaire : un personnage crée par Honoré-Victorien Daumier (1808-1879), un des caricaturistes (...)
  • 8 Voir aussi au sujet des chiens Henri Herz, Mes voyages en Amérique, p. 38-45. Henri Herz (1803-1888 (...)

9Parmi les naturels de Terre-Neuve, on compte enfin le chien. Il ne faudrait pas juger le chien de Terre-Neuve d’après l’animal dépaysé qui va mourir en Europe, et n’a de commun avec ses pareils que les pieds palmés. Il y a, du reste, bien des types différents de chiens de Terre-Neuve. Pour le naturaliste, il y a le chien à poil ras et le chien à long poil. Pour le philosophe se retrouvent toutes les nuances de caractères que nos moralistes ont rencontrées sous leurs plumes, depuis le filou qui vole sournoisement dans l’ombre jusqu’au Robert-Macaire7 qui vole effrontément en plein jour ; depuis le chien débonnaire, qui sait que la clémence est une vertu des forts, jusqu’au chien hargneux qui harcelle les passants. Les uns ont exagéré ses défauts, les autres ses qualités. On peut dire, tout compte fait, que la bonté domine chez lui. Une de ses manies est de rapporter ce qu’on lui jette et même ce qu’on ne lui jette pas. Il n’est pas rare de se voir suivi par un chien qui tient dans sa gueule un caillou ou tout autre objet qu’il cherche à placer. Ils ont des instincts carnassiers très prononcés. Chargés de pourvoir eux-mêmes à leur nourriture, dont nul ne s’inquiète, il ne leur arrive que trop souvent de se réunir en troupes, soit pour aller au loin dépecer une vache ou une brebis, soit pour mettre en pièces un chien étranger arrivé nouvellement dans le pays. Un regard échangé décide de l’expédition ; on part à la suite d’un ancien, on traverse les lacs, les rivières ou les taillis qui séparent de la victime ; et quand elle est trouvée, elle a bientôt disparu, expédiée en quelques coups de dents que chaque membre de la meute distribue en conscience. Un coup de langue à droite et un coup de langue à gauche du museau enlèvent les dernières preuves du crime. On les emploie l’hiver à tirer les traîneaux8.

10On nous a beaucoup vanté à Saint-Jean les agréments du traîneau, auquel les gens aisés attellent des chevaux ; et les plaisirs de l’hiver, dont la rigueur n’est plus à craindre derrière les remparts de fourrures ou derrière ces cheminées où le charbon de terre procure à si bon marché un feu si ardent. Cet hiver, avec son blanc manteau de neige et de glace, doit bien avoir sa poésie en effet. Cependant, nous qui le fuyons, nous appelons de tous nos vœux le bon vent qui nous rapproche du beau pays de France, où l’on n’a pas besoin de fourrures et où le coin du feu n’est ni moins joyeux ni moins chaud.

11En mer, 26 octobre 1858.

Notes

1 La Genèse, 1, 28 : « Benedixitque illis Deus, et ait : Crescite, et multiplicammi, et replete terram, et subjicite eam, et dominamini piscibus maris, et volatibilis caeli, et universis animantibus quae moventur super terram » (Et Dieu les bénit, et il leur dit : Croissez et multipliez-vous, remplissez la terre, et assujettissez-la, et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tous les animaux qui se remuent sur la terre).

2 John Dower était pour longtemps le principal gardien de la propriété française à Conche.

3 C.-J.-A. Carpon, Voyage à Terre-Neuve, p. 51.

4 James Fenimore Cooper (1789-1851), romancier américain.

5 En fait, le français terre-neuvien est une variété du français acadien. Voir Ruth King, « Le français terre-neuvien : aperçu général », p. 227-244.

6 Vers 1893, P. Viator, dans « Le French Shore », p. 141, décrit la situation des Jacotars, de provenance acadienne, qui vinrent s’établir en face du village de Saint-Georges vers 1850 : « Ils ne comptaient que quatre familles à l’origine ; ils forment aujourd’hui une population que l’on peut évaluer à deux ou trois cents âmes. Ils ont essaimé tout autour de Saint-Georges et crée d’autres villages qui s’augmentent rapidement : Saint-Étienne, les Gravelles, l’Anse-aux-Canards. Pendant l’été, presque toute la population mâle se porte sur différents points de la côte pour s’y livrer à la pêche. Elle ne rentre à Saint-Georges que pour l’hiver.
Comme toutes les populations franco-canadiennes, ces Jacotars se multiplient rapidement ; mais là où ils sont mêlés de trop près à la population anglaise, les mariages, les nécessités du commerce, le manque d’écoles françaises leur font perdre peu à peu l’usage de la langue maternelle ; et c’est un malheur, car l’influence française n’a chance de se maintenir à Terre-Neuve que par l’immigration et la multiplication de ces Canadiens de langue française qui, par la fécondité de leurs familles, peuvent seuls réussir à contre-balancer les apports de l’immigration anglaise et irlandaise de la côte Est. »

7 Robert Macaire : un personnage crée par Honoré-Victorien Daumier (1808-1879), un des caricaturistes les plus célèbres du XIXe siècle. En 1832, Daumier entama une longue collaboration avec Le Charivari, journal dirigé contre Louis-Philippe qui joua un rôle important dans la vie politique de l’époque. Daumier fut condamné en 1832 à six mois d’emprisonnement pour la publication d’une caricature représentant Louis-Philippe en Gargantua. Il fallut cependant attendre 1835, année de l’adoption des lois sur la censure, pour que Daumier renonce à la satire politique qu’il fut contraint d’abandonner pour se tourner vers la caricature de mœurs représentée par Robert Macaire, Les Gens de Justice, et Les Bons Bourgeois. La Révolution de 1848 permit ultérieurement à Daumier de retrouver sa veine politique.

8 Voir aussi au sujet des chiens Henri Herz, Mes voyages en Amérique, p. 38-45. Henri Herz (1803-1888) était un virtuose et compositeur célèbre à Paris dans les années 1830 et 1840. Pour combler les déficits survenus dans la fabrication des pianos, il a voyagé beaucoup en Europe, en Amérique du Sud et aux États-Unis. En partant de Liverpool pour Boston le 2 novembre 1846 à bord du Caledonia, il a rendu visite à Terre-Neuve.

Table des illustrations

Légende Préparation de la morue à Cap Rouge en 1857-1859. (Paul-Émile Miot/Bibliothèque et Archives du Canada/PA-202293)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

N. O’Brig est, sans doute, le pseudonyme d’un officier de marine qui était à Terre-Neuve avec la Station navale pendant l’été de 1858. Son article, dont l’extrait qui suit traite de façon sévère des mœurs des colons, s’inspire beaucoup des renseignements fournis par C.-J.-A. Carpon dans son Voyage à Terre-Neuve (1852). Rédigé en mer au mois d’octobre, il parut en deux parties, bien illustré de gravures mettant en scène les activités de pêche à Terre-Neuve et à Saint-Pierre et Miquelon, dessinées par Louis Le Breton (1818-1866), dessinateur au Service des cartes et plans à Paris, d’après des photos du lieutenant de vaisseau Paul-Émile Miot (1827-1900), qui créa le premier atelier photographique au Dépôt des cartes.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search