Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Une visite diplomatique (1858)

Joseph L’Hopital et Louis de Saint-Blanchard (dir.), Correspondance intime de l’amiral de La Roncière Le Noury [...], vol. 1, p. 137-144

Le baron Clément de La Roncière Le Noury

Texte intégral

1Sydney, le 23 juillet 1858.

  • 1 Sa fille Marguerite-Henriette, née en 1845.

2Ma Chère Petite Fille1,

3Ce n’est que le 3 juillet au matin, qu’impatienté outre mesure d’être depuis douze jours enfermé [au havre des Griguets], les glaces commençant à diminuer, j’ai fait appareiller les quatre bâtiments que j’avais avec moi. Nous nous en sommes tirés tant bien que mal, le Gassendi non sans grand’peine, parce que, étant plus grand que les autres, il lui fallait plus d’espace pour tourner. Nous en avons été tous quittes pour quelques pales cassées et quelques rayons de roues forcés. Au large, la mer était plus libre, et chacun de nous a fait route pour sa destination, le Sésostris pour Sydney, emportant le courrier et devant visiter les établissements sur son chemin, le Ténare pour un port appelé le Croc, où je le fais séjourner quelque temps pour venir au besoin en aide aux pêcheurs, et le Gassendi remorquant la Fauvette pour continuer, en allant vers le sud, à visiter les pêcheries, que je tiens à voir toutes en personne. Notre navigation, au milieu d’une quantité innombrable d’énormes montagnes de glaces, était fort pittoresque, mais en même temps fort épineuse.

  • 2 Guillaume-Jacques Liberge de Granchain de Semerville (1744-1805), qui commanda la Nymphe en mission (...)
  • 3 Toto : chien favori de Mme de La Roncière.

4En sortant des Griguets, nous fûmes mouiller dans la baie Saint-Lunaire, dans une anse appelée l’anse Amélie. L’hydrographie de cette baie a été faite, en 1786, par M. de Granchain, capitaine de vaisseau de Sa Majesté, lequel était, je crois, un peu parent de ma mère. J’en ai souvent entendu parler dans mon enfance. Il avait quatre filles et a donné le nom de chacune de ses filles à quatre îles qui sont dans la baie2. Sa femme s’appelait Amélie, d’où le nom de l’anse où nous mouillâmes. Si je découvre une île, je l’appellerai l’île Marguerite ; la seconde que je découvrirai sera l’île Toto3.

5Dans l’anse Amélie je suis allé aux Bréhats, pour y mouiller. Je suis allé du large en canot visiter les établissements ; de là au fort Saint Antoine, puis à la Crémaillère, où j’ai mouillé et d’où je suis allé en canot aux Trois-Montagnes, et des Trois-Montagnes, par terre, aux Petites-Oies. Dans ce port, nous avons trouvé par millions des poissons que l’on nomme capelans et qui servent à amorcer les lignes pour prendre la morue. Ils venaient s’échouer en masse sur le rivage et la mer en était noire, on ne voyait pas le fond. Ces poissons ressemblent par la forme et par le goût aux éperlans, mais ils sont moins fins.

6Aux Petites-Oies, la pêche avait été très bonne, un seul établissement avait pris 3000 morues en dix jours. Nous sommes revenus aux Trois-Montagnes, où le Gassendi était venu nous attendre et nous sommes allés mouiller à 10 heures du soir, non sans difficulté, à cause de la nuit, des roches et des bancs de glace, au port des Grandes-îlettes. Tu vois que nous avons rudement employé la journée.

7Dès 4 heures du matin, le lendemain, nous étions en canot pour aller visiter les établissements des îles Fichot et des Petites îlettes. Une brume des plus épaisses nous retarda beaucoup. Nous ne pûmes être de retour à bord qu’à 1 heure ; malgré la brume, nous appareillâmes dans une éclaircie, visitâmes les Saints-Juliens et les Grandes-Oies sans mouiller ; et, à 4 heures, nous mouillions dans le havre du Croc, où était le Ténare. Son capitaine était allé à la chasse ; nous l’appelâmes à coups de canon.

8J’avais là diverses affaires à régler. Je laissai des instructions au commandant du Ténare et, à 7 heures, par une brume à ne pas voir l’avant du navire, je suis parti pour le havre du Cap Rouge, que j’ai trouvé en tâtonnant et où j’ai mouillé à 10 heures du soir, ayant encore fait une très fatigante journée. Le lendemain, dès 4 heures du matin, j’étais en canot. Je visitai tous les établissements du Cap Rouge, puis je fus, par terre, à la Conche, où j’eus pas mal de difficultés avec les Anglais, qui sont là en nombre et fort récalcitrants, ce qui m’obligera à y envoyer souvent des bâtiments et à y retourner moi-même plusieurs fois. J’étais de retour à bord à 2 heures. J’ai appareillé immédiatement après avoir réglé diverses contestations de pêcheurs ; remorquant toujours la Fauvette, je suis allé visiter successivement, mais sans mouiller, et par des alternatives de brume et de pluie, les établissements de Boutitou, des Aiguillettes, des Canaries, de Raincé et du Dégrat du Cheval. Enfin, à 10 heures, je mouillai par un coup de vent du nord dans le havre Sans Fond, où j’ai eu grand’peine à tenir sur mes ancres. C’était encore une journée bien remplie. Le lendemain, 6, le coup de vent durait toujours, j’en ai profitai pour dormir jusqu’à 10 heures du matin. À 1 heure, je me suis décidé à appareiller, malgré le temps. Je n’avais plus d’établissements à voir sur cette côte, réservant de visiter la baie Blanche à mon prochain voyage en août.

9Je me dirigeai donc sur le port de la Fleur de Lys, par les 50° 6’de latitude. Là je ne fis que prévenir de mon inspection pour le lendemain, et je fus au Pot d’Étain, où je visitai l’établissement ; enfin, à 10 h. 1/2 du soir, je mouillai au havre de Pasquet, charmant endroit, au milieu de beaux sapins, où il eut été très agréable et très reposant pour nous tous de rester quelques jours. Mais j’avais des devoirs plus pressés. À 5 heures j’étais en canot et visitai les établissements. À 8 heures j’étais avec le Gassendi à la baie des Pins, et de là je retournai à la Fleur de Lys, où j’eus beaucoup d’affaires à régler.

10Le temps était devenu tout à fait beau, quoique je circulasse toujours au milieu des montagnes de glaces. J’avais laissé au havre de Pasquet la Fauvette, avec des instructions sur les mouvements ultérieurs. Je fus de la Fleur de Lys au havre de la Scie par les 50° 7’ de longitude, et malgré la petitesse du port je m’obstinai à y mouiller le Gassendi, ce qui réussit parfaitement. J’inspectai tous les établissements par une chaleur de 32°, quoique entouré de plusieurs montagnes de glaces, ayant passé quatre jours avant pendant plus d’une semaine enfermé dans la banquise. Voilà une transition ! Je partis de la Scie le même soir, 7, à 7 heures du soir, et je fis route pour Saint-Jean, capitale de l’île, située à la pointe la plus est de Terre-Neuve, à 80 lieues de là. J’eus à exercer une grande surveillance la nuit à cause des glaces flottantes ; mais j’eus beau temps. Je passai en vue de l’île Funk, et, pour ne pas arriver avant le jour à Saint-Jean, j’allai mouiller pendant trois heures à Bonavista.

11À Bonavista, nous rentrions dans un commencement de civilisation, les habitants de la côte que nous venions de parcourir étant encore à l’état très primitif. Nous vîmes ici de vraies femmes, à chapeau, qui nous offrirent une branche de vrai lilas. Malheureusement tous ces pays-là, vivant presque exclusivement de la pêche et du commerce de la morue, en répandent partout la désagréable odeur, de sorte que je me figure que les fleurs même la sentent. On fume d’ailleurs le peu de terre cultivable avec des capelans et des harengs, tant il y en a, et avec des têtes de morues.

  • 4 Le lieutenant de vaisseau Fauque de Jonquières, son chef d’état-major.
  • 5 J.-C. Toussaint, propriétaire de l’Hôtel de Paris, ouvert après l’incendie de 1846 jusqu’en 1865.
  • 6 Le colonel Robert Low, commandant des Royal Newfoundland Companies.

12Le 9, à 8 heures du matin, nous entrions dans le havre de Saint-Jean. Nous étions enfin dans une vraie ville. J’envoyai Jonquières4 porter mes compliments au gouverneur et lui annoncer ma visite pour 11 heures. L’animal d’agent consulaire de France, qui est le maître du principal hôtel de Saint-Jean5, était absent, quoique je lui eusse faire savoir qu’un bâtiment de guerre français irait à cette époque à Saint-Jean. Je ne sais qui a fait nommer cet homme agent consulaire de France. Il n’est pas convenable d’avoir dans cette position un aubergiste, quelque riche qu’il soit, et quoiqu’il soit le seul Français habitant le pays. Plusieurs petits fonctionnaires de la ville vinrent me visiter ; mais je les ai reçus fort lestement, n’étant pas venu là pour voir tous ces faiseurs d’embarras, mais simplement pour faire une visite au gouverneur représentant la Reine. Je m’abstins d’ailleurs de saluer la ville. Je ne reçus moi-même que le commandant militaire6, vieux brave qui m’a pris en grande amitié. Je fis recevoir le reste par un aide de camp.

  • 7 Sir Alexander Bannerman (1788-1864), né en Écosse, fut élu député de la Chambre des communes du Roy (...)
  • 8 Stratford Canning (1786-1880), premier vicomte de Redcliffe et diplomate. En 1845, de La Roncière f (...)

13A 11 heures, je fus chez le gouverneur in fiocchi [avec décorations], avec Jonquières, Massenet, Lossieux et Paulin dans son magnifique habit noir. Le gouverneur, Sir Alexander Bannerman7, soixante-quinze ans et beaucoup d’analogie extérieur avec lord Stratford Canning8. Mais il y a cette différence que Sir Alexander se grise une fois tous les jours pairs, deux fois les jours impairs et toute la journée le dimanche, afin de mieux le sanctifier, selon la mode anglaise. Comme il était 11 heures du matin, et que c’était un jour pair, il était dans tout son bon sens et a été fort aimable. Il nous a présenté à lady Bannerman, femme de cinquante ans, qui m’a paru parfaitement distinguée et qui parle français. Lui n’en dit pas un mot. Il voulait me faire rester deux jours pour me donner un grand dîner, mais j’ai refusé. À 3 heures du soir, j’ai appareillé par un temps magnifique. J’ai fait route pour le banc de Terre-Neuve, où je voulais voir nos pêcheurs, qui, cette année, ont beaucoup souffert du mauvais temps. Outre de grande pertes matérielles, il a péri beaucoup de matelots.

  • 9 Joué au vingt-et-un (blackjack en anglais).
  • 10 Sydney servait de base de ravitaillement à la Station navale et était le port de relâche de la mari (...)

14Je voulais préalablement aller reconnaître un écueil nommé Virgin’s Rock, dont la position n’a jamais été bien déterminée ; mais le mauvais temps m’a pris dans la nuit. J’en ai passé assez près, mais il n’y avait pas à songer à aller sonder sur l’écueil même. La mer était grosse et il y avait beaucoup de brume. J’ai traversé plus de deux cents goélettes américaines pêchant, et je suis allé à une quarantaine de lieues plus au sud chercher nos pêcheurs. Pris par des brumes continuelles, je n’ai pu en voir qu’un petit nombre, et je suis allé moi-même à bord de la plupart. Cette marque d’intérêt donnée à ces dignes marins, qui font le métier le plus dur et le plus dangereux possible, a fait, je n’en doute pas, un très bon effet. Je suis resté deux jours parmi eux et suis allé de là à Saint-Pierre, n’ayant pas cessé un instant d’avoir la brume la plus épaisse. J’ai fait néanmoins le tour de force de trouver l’île et d’entrer dans le port sans voir à vingt pas devant le bâtiment. C’est le 14, à 3 heures du soir, que j’y suis arrivé. J’y ai trouvé la Perdrix, à bord de laquelle j’ai pris des vivres. J’ai été passer la soirée chez le gouverneur, où on a fait un vingt-et-un9. Le 15, j’ai passé la journée à régler toutes sortes d’affaires de service et d’administration, et le soir j’ai dîné chez le gouverneur ; après le dîner, nouveau vingt-et-un. Je voulais partir le lendemain 16, de bonne heure. Mais la brume étant toujours excessivement épaisse, j’ai attendu jusqu’à midi. Comme elle augmentait, au lieu de se dissiper, je me suis déterminé à midi à partir nonobstant, ce que j’ai fait sans accident, et le lendemain 17, à 10 heures du matin, elle s’est enfin dissipée. Elle ne m’avait pas quitté un instant depuis le 10 au soir. Le même jour, à 7 heures du soir, j’étais à Sydney, où le Sésostris m’attendait et d’où je l’ai immédiatement expédié pour la côte nord de Terre-Neuve10.

  • 11 John Bourinot (1814-1884) joua un rôle majeur dans l’établissement harmonieux des relations françai (...)

15Le 18, j’ai passé toute la journée à lire tous mes journaux. Le 19, l’agent consulaire de France, l’illustre M. John Bourinot, esquire11, m’a emmené faire une promenade dans l’intérieur, avec Jonquières, dans son berlingot. Je suis allé prendre le thé chez lui, le soir. C’est un homme instruit, intelligent et fort désireux de nous être utile et agréable. Il a une femme, puritaine exagérée, qui a un goitre, et qui ne rit jamais. En outre, elle ne dit pas un mot de français. Il a aussi une fille de dix-sept ans, qui parle assez bien français, et d’un caractère naturellement gai, mais on voit que sa mère ne lui permet même pas de rire.

16Je reçois ici des invitations de tous côtés. La présence du commodore français, c’est ainsi que l’on m’appelle ici suivant l’usage anglais, est la principale époque de l’année à Sydney. Cela donne lieu à des parties sur l’eau, des soirées, etc. Je refuse tout. Je me contente de donner un dîner à l’agent consulaire de France ; douze personnes, tout compris. Aussitôt après le départ du courrier qui emportera cette lettre, j’irai faire mon charbon à 2 lieues d’ici. Le Ténare doit être ici le 24. Je l’enverrai de suite à Saint-Pierre chercher des dépêches que l’on m’annonce de Paris. Dès qu’il sera de retour et selon ce que me diront ces dépêches, j’irai très probablement à Halifax conférer avec l’amiral anglais qui m’y attend. Je resterai deux ou trois jours, reviendrai à Sydney prendre du charbon et je retournerai de suite sur la côte de Terre-Neuve, où je passerai tout le mois d’août ; je ne reviendrai ici qu’au commencement de septembre.

John Bourinot, consul de France à Sydney en Nouvelle-Écosse en 1859. (Paul-Émile Miot/Bibliothèque et Archives du Canada/PA-188216)

Notes

1 Sa fille Marguerite-Henriette, née en 1845.

2 Guillaume-Jacques Liberge de Granchain de Semerville (1744-1805), qui commanda la Nymphe en mission à Terre-Neuve en 1784, produit les Instructions nautiques relatives aux cartes & plans de pilote de Terre-Neuve, 1784. Voir Adolphe de Bouclon, Liberge de Granchain, p. 425-452, et « Plan de la Baye de St. Lunaire à la Côte de Nord-Est de Terre-Neuve levé géométriquement en 1784 ».

3 Toto : chien favori de Mme de La Roncière.

4 Le lieutenant de vaisseau Fauque de Jonquières, son chef d’état-major.

5 J.-C. Toussaint, propriétaire de l’Hôtel de Paris, ouvert après l’incendie de 1846 jusqu’en 1865.

6 Le colonel Robert Low, commandant des Royal Newfoundland Companies.

7 Sir Alexander Bannerman (1788-1864), né en Écosse, fut élu député de la Chambre des communes du Royaume-Uni en 1832. Il était gouverneur de Terre-Neuve de 1857 à 1864.

8 Stratford Canning (1786-1880), premier vicomte de Redcliffe et diplomate. En 1845, de La Roncière fut envoyé par le ministre de la Marine en mission en Angleterre, où il se fit des amis dans l’aristocratie pendant une période de six mois.

9 Joué au vingt-et-un (blackjack en anglais).

10 Sydney servait de base de ravitaillement à la Station navale et était le port de relâche de la marine française chargée des intérêts de la France sur la côte ouest de Terre-Neuve. Les navires français s’y approvisionnaient régulièrement en victuailles et en charbon.

11 John Bourinot (1814-1884) joua un rôle majeur dans l’établissement harmonieux des relations françaises officielles dans les provinces de l’Atlantique. Né à Grouville, dans l’île de Jersey, d’une famille d’origine huguenote, il fit ses études à Caen et était parfaitement bilingue. D’abord juge de paix à Sydney, il devint surintendant du trafic maritime du port. En 1859, il fut élu député à l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse. Mais il fut éclipsé par un de ses fils, sir John George Bourinot (1837 - 1902), qui devint historien canadien distingué et scientifique politique, ainsi qu’autorité en matière de la constitution et du gouvernement du Canada.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

Auteur

Camille-Adalbert-Marie, baron Clément de La Roncière Le Noury (1813-1881), fils du général comte Clément de La Roncière, entra au service de la marine en 1829. En 1843, il avait déjà atteint le tire de chevalier de la Légion d’honneur, ainsi que de lieutenant de vaisseau et aide de camp du préfet maritime de Cherbourg. Il était aussi auteur d’un ouvrage remarqué sur les navires de la France et de l’Angleterre. Il se sentait destiné à un bel avenir militaire. Peu démocrate par tempérament, il apprit sans enthousiasme la Révolution de 1848. Au début de 1858, comme capitaine de vaisseau, il prit la direction de la Division navale de Terre-Neuve dans des conditions délicates, car les droits des pêcheurs français furent contestés par le gouvernement de Terre-Neuve. Alors, on l’envoya montrer le pavillon français sur tous les points du French-Shore et y supprimer les établissements anglais. Au début de la guerre de 1870, comme vice-amiral, il reçut le commandement de la division de marins détachés dans les forts de Paris. Il fut ensuite député et sénateur.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search