Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Ce que peut coûter un plat de poisson (1853)

« Terre-Neuve : souvenirs de voyage », p. 607-617

Henri-Émile Chevalier

Texte intégral

1.

1Ainsi que des sentinelles géants, deux promontoires escarpés semblent faire éternelle faction à l’entrée de la passe de Saint-Jean. L’un a nom la Tête nord (north Head), l’autre la Tête sud (south Head). Sur celle-ci, vous découvrez un gros bastion armé, le fort Amherst. L’on embouque le canal. Il est profond, accessible à tous les navires, mais fort étroit, à peine suffisant pour le passage de trois grands vaisseaux de front, dominé par des falaises abruptes à leur faîte, curieusement affouillées par le flot à leur base, et d’un aspect général sauvage et triste. Cela donne froid au cœur. Cependant le chenal s’évase peu à peu, ses bords s’animent ; quelques traces de culture, des habitations humaines apparaissent cà et là ; et bientôt, après avoir élongé les îles Pancake, aperçu les rochers sur lesquels portait cette chaîne que, naguère, l’on tendait chaque soir pour fermer le port, vous pénétrez dans la rade terre-neuvienne.

2Dominée par l’imposante citadelle Townsend, la ville est sous nos yeux, déployant, du nord au sud, ses constructions de bois et de briques, ses graves, ses entrepôts, ses chauffauts, ses cageots, ses mille bateaux de pêche, toutes les choses nécessaires à l’exploitation de la morue et des fruits de la mer, dont le rapport, tiré de ces parages, peut bien être évalué, bon an, mal an, à une centaine de millions de francs.

3Le W. World accosta au quai (wharf), à la vive et bruyante joie de tous les passagers. Et, mettant le pied sur le sol d’Amérique, je dis adieu à ce pauvre paquebot ; car fantaisie m’avait pris de passer quelques mois à Terre-Neuve, afin de m’y livrer à mon goût favori pour la pêche et la chasse.

4D’un coup d’œil, voulez-vous embrasser Saint-Jean, la métropole de ces brumeuses, pluvieuses, mais précieuses contrées ? Parcourez ce tableau, tracé par un Anglais, homme d’esprit et d’observation tout à la fois.

5En essayant, dit-il, de décrire Saint-Jean, l’on éprouve quelque difficulté à lui appliquer un adjectif qui soit suffisamment distinctif et approprié. Au nom des autres cités, nous trouvons accolées des épithètes qui indiquent tout de suite leur trait caractéristique prédominant : – Londres la plus riche, Paris la plus gaie, Saint-Pétersbourg la plus froide. Sous un rapport, la principale ville de Terre-Neuve n’a, je pense, pas de rivale. Nous pouvons, en conséquence, l’appeler la plus poissonneuse des capitales modernes.

6Tout autour de son port, vous apercevez sur des étendues de plusieurs arpents, des hangars couverts de morues fendues en deux, placées comme des ardoises sur un toit, et séchant au soleil ou plutôt à l’air, car ici l’on ne peut guère compter sur le premier. Ces navires, portant presque tous les pavillons du monde, sont chargés de morues ; ces lourds et robustes bateaux, qui encombrent les quais, reviennent de pêcher la morue ; ces maigres champs auxquels la culture patiente arrache une chétive récolte, sont fumés avec de la morue ; ces confortables maisons, leur beau mobilier, le piano et le talent musical de la jeune miss qui s’y exerce, la robe de satin de sa mère, la chaîne d’or du père, tout cela acquis par la morue ; les brises du rivage ne sont point embaumées du parfum de mille fleurs, mais du parfum de mille morues ; la mer, la terre et l’air sont imprégnés de ce merveilleux poisson. Pour lui, il n’y a qu’un endroit sacré et préservé de son intrusion : c’est la salle à manger. Il semblerait pourtant que là, mieux qu’ailleurs, il fût à sa place. Mais faites-en la remarque devant les habitants de Saint-Jean, et vous les surprendrez autant que si vous demandiez à un marchand de charbon de terre pourquoi il ne fait pas servir sur sa table des caillettes d’anthracite, comme plat de résistance.

7Si, à ce malin, mais fidèle crayon, j’ajoute que la ville est fort irrégulièrement bâtie, mal pavée, mal éclairée, aux trois quarts veuve de trottoirs, enfumée par des fabriques d’huile et d’engrais, infectée par les détritus de toutes sortes, les odeurs les plus nauséabondes, remplie de chiens décharnés et grondeurs, de chats qui sont en querelle constante avec ceux-ci, de rats nombreux, émigrés des quatre coins du globe ; si je dis qu’il pleut à Saint-Jean pendant la moitié de l’année, que, le reste du temps, il y brouillasse, gèle ou neige, l’on connaîtra cette localité aussi bien que moi, après plusieurs mois de séjour. Population : de 40 000 à 50 000 habitants, suivant les saisons. Une belle cathédrale catholique, divers temples protestants, les palais des deux évêques, la résidence du gouverneur général de l’île, le fort Townsend, nid d’aigle, qui commande toute la ville, la tour des Signaux, l’hôtel du parlement, la douane, l’hôpital maritime et quelques maisons particulières, de plus grande mine que la masse, constituent, avec une ou deux statues commémoratives, les principaux édifices de Saint-Jean. On y imprime, du reste, des journaux anglais, comme la Royal Gazette, le Public Ledger, le Newfoundlander, le Times, le Patriot, etc., quotidiens, hebdomadaires et mensuels, pour le service de la cité et de la province, qui compte environ 150 000 âmes.

  • 1 Oliver Cromwell (1599-1658) fut élu député du Parlement britannique à l’age de 28 ans. De 1629 à 16 (...)
  • 2 François Rabelais (1494 ?-1553), auteur de Pantagruel (1532) et de Gargantua (1534), pour de nombre (...)

8À Saint-Jean, les mœurs sont douces, faciles, très-hospitalières. Le gouvernement métropolitain laisse aux colons la plus grande liberté. Ils en profitent pour se rendre la vie agréable. Je ne connais pas de pays, sauf le Canada, où pendant l’hiver, l’on aime autant à s’amuser, et où règne autant de concorde. Les divisions religieuses ne se sont même pas, fort heureusement, glissées parmi les Terre-Neuviens. Il y a peu de temps encore, non seulement les offices du culte catholique et réformé se célébraient souvent dans la même église, mais l’on regardait comme décent pour les ministres des deux dénominations de présider ensemble aux funérailles de leurs morts. Les mêmes hommes qui allaient couper du bois pour l’un des évêques se réunissaient aussi pour en offrir à l’autre. Et, cependant, la majorité des habitants se compose de ces braves Irlandais inflammables comme la poudre, de ces Bretons plus têtus que les mules, et des ces rigides calvinistes, ailleurs aussi rigoristes que les Têtes-rondes de Cromwell1 ! Comme les mariages, les enterrements étaient, au reste, et sont encore des causes de régalades. Voire, aurait dit Rabelais, on y prenait franches lippées2 Les liqueurs hautement fermentées, le rhum, le whiskey, le genièvre, la bière d’épinette, arrosaient les soques de porc et la tiaude, morue fraîche, cuite à l’étuvée avec des tranches de lard et du jambon. On chômait, au surplus, toutes les fêtes carillonnées. On les chôme toujours. Les présents de Christmas et la bûche de Noël n’ont pas de plus traditionnels conservateurs que les gens de Terre-Neuve. Pourquoi donc ne se divertiraient-ils pas à leur loisir ? Ah ! il ne leur est pas toujours donné de reposer le dimanche. Et quelle dure existence que la leur ! Que de fatigues, que de trouble, que d’angoisses ! Que variés et multiples sont les dangers qu’ils affrontent jour et nuit ! C’est à travers la tempête, c’est au milieu des montagnes de glace ; c’est par des pluies battantes et continuelles, par des froids de quinze à vingt degrés, fréquemment, qu’ils vont, les braves, demander à un élément perfide et terrible, ce poisson dont nous faisons un de nos plus substantiels aliments, et cette huile employée par l’homme au développement de son industrie, à la conservation de sa santé. Que gagne le pauvre matelot, pour prix de tant de peines, de tant de risques ! Au plus un millier de francs dans l’année. Encore faut-il qu’il s’équipe à ses frais, paye son coffre, ses hardes, son tabac à des armateurs ou à des marchands trop souvent cupides, et qui le rançonnent à ce point que, parfois, après une campagne de douze mois, il ne lui reste que des dettes ou quelques francs, en rentrant au port d’embarquement.

2.

9Mais, voyons-le à l’œuvre. Suivez-moi, je vous prie, à bord du New-Foundland, goélette de cent tonneaux où je viens de m’embarquer pour aller pêcher la morue sur le Grand-Banc. Nous emmenons dix-huit hommes d’équipage et cinq canots. Quoique l’on soit à la fin de mai, le soleil ne se lève qu’à de rares et courts intervalles. La mer est tourmentée. Notre bâtiment danse sur la vague, comme une coquille de noix. C’est ici qu’il faut posséder un estomac solide pour résister aux oscillations d’escarpolette, auxquelles nous sommes soumis, et à l’ordinaire de la table commune ; car tout le monde, matelots, engagés, mousses, nous mangeons ensemble. Le maître-queux, – un affreux négrillon, – ne se distingue ni par l’ingéniosité, ni par la variété de sa cuisine. Du porc salé avec des Henri-Émile Chevalier pois cassés, et, pour changer, des pois cassés avec du porc salé, voilà le menu quotidien. Mais on a la perspective de dévorer, à pleine bouche, du poisson sur le champ de bataille.

  • 3 [Henry Youle Hind], « The Political and Commercial Importance of the Gulf of St. Lawrence, Labrador (...)

10Nous avons quitté le havre de Saint-Jean au nombre de cinquante ou soixante vaisseaux. Quelques-uns se dirigent le long de la côte pour faire la chasse aux phoques et aux pourcies (marsouins). D’autres vont suivre les plages. De la sorte, on capture la morue par grande quantité. Un seul coup de seine en rapporte souvent quatre ou cinq mille livres, les filets ayant plusieurs centaines de brasses en longueur. Quelques bateaux se disposent à pêcher la boitte. Par boitte (bait, en anglais), on entend l’appât qui sert à amorcer les lignes. La boitte est fraîche ou salée. Suivant les époques, on l’emprunte au capelan, au hareng, à l’encornet, quelquefois à la morue elle-même et aux nombreux oiseaux aquatiques, qui fourmillent sur les côtes, les îlots et les bancs de Terre-Neuve. Nous nous sommes rendus tributaires de la boitte aux Anglais, pour nos pêcheries. Alors que nous pourrions nous la procurer à bon marché, comme je le ferai voir plus loin, elle nous coûte de sommes considérables, plus de 1 500 000 francs par an. « Le prix élevé que payent les Français pour la boitte, dit le professeur Hind, a fait naître, une irrésistible tentation vers le trafic illicite. En 1856, ils donnaient une moyenne de 32 à 33,75 F par baril de harengs, pour boitte, alors que la valeur réelle des harengs, pour l’exportation, n’était que de 30,10 F3 ».

11La boitte se prend dans les filets à maille étroite. Sur les côtes du golfe Saint-Laurent, les femmes et les enfants se livrent fort à cette pêche. Son commerce est très-lucratif pour les Anglo-Saxons.

12Tandis qu’après être sorties de la passe, les goëlettes gagnaient leur destination respective, nous faisions voile au nord-est vers le Grand-Banc.

  • 4 Jules Duval, Les colonies et la politique coloniale de la France, p. 302.

13L’on sait que les bancs de Terre-Neuve, véritable archipel sous-marin, sont des alluvions vaseuses, formées probablement par le vaste courant connu sous le nom de Gulf-Stream. Nous en comptons trois principaux : le Grand-Banc, le Banc-à-Vert, et les Banquereaux. Un quatrième, de peu d’importance comme superficie, mais de haute valeur pour la pêche, le Banc-Jacquet, précède le Grand-Banc, à l’est. On pourrait citer encore le Bonnet-Flamand. Cependant, il est peu fréquenté par les marins terre-neuviers. Quant au Grand-Banc, le foyer de l’un des plus considérables mouvements maritimes qui s’accomplissent annuellement, entre juin et octobre, il atteint une longueur de cinq cents kilomètres, sur une largeur de trois cent soixante. La profondeur moyenne de l’eau y varie entre trente et quarante-cinq mètres. Vers le milieu se trouve un vaste sillon, appelé la Fosse. La découverte des Bancs par les Français, remonte, quoiqu’on en ait dit, à un temps immémorial. Je le démontrerai plus tard, en parlant de l’île de Terre-Neuve. Bornons-nous à rappeler maintenant, que la morue arrive en avril sur le Grand-Banc, où elle dépose son frai, sur les longues algues qui en tapissent le fond, et où sa venue communique alors à ces zones une animation inimaginable. La vie pullule, si je puis m’exprimer ainsi, dans les eaux et dans les airs. « On y assiste, pendant tout l’été, dit le savant auteur de les Colonies et la politique coloniale de la France, à une fermentation tumultueuse [de vie animale], qui se prolonge en traînées mouvantes le long des îles voisines et du continent, et attire une multitude d’oiseaux du ciel, jusqu’à ce que l’hiver refoule de nouveau les forts et les faibles dans le fond des mers ou dans les régions polaires et équatoriales, jusqu’au printemps suivant4 ».

14Songez à l’infinie fécondité des morues ! L’on est étonné du nombre prodigieux d’œufs que portent les poissons femelles : aucune de ces femelles n’a pourtant été favorisée à cet égard comme celle de la morue. Ascagne parle d’un individu de cette espèce qui avait treize décimètres de longueur et pesait vingt-cinq kilogrammes. L’ovaire de ce gade en pesait sept et renfermait neuf millions d’œufs. « On en a compté neuf millions trois cent quarante mille dans une autre morue, écrit M. A. Guérin, qui nous fournit cet intéressant détail, et si le plus grand nombre de ces œufs n’était ni privé de la laite féconde du mâle, ni détruit par divers accidents, ni dévoré par différents animaux, on voit aisément combien peu d’années il faudrait pour que l’espèce de la morue eût, pour ainsi dire, comblé le vaste bassin des mers ».

  • 5 Jules Michelet (1798-1874), catholique et royaliste sous la Restauration, évolua vers le libéralism (...)

15Sans doute. Mais bien que M. Michelet5 prétende que le proverbe populaire : « Heureux comme un poisson dans l’eau », exprime une vérité, il est fait, de partout, aux habitants de l’onde une poursuite si acharnée que nous n’avons pas à craindre de les voir jamais combler leur réservoir naturel, en portant, par leur décomposition, la peste et la mort sur notre planète. Plus d’une fois, cependant, j’ai rencontré sur le littoral du golfe Saint-Laurent des bancs de harengs échoués, ayant une longueur d’un ou deux milles, une largeur de cinquante à soixante pieds, une hauteur de dix à douze.

16Il me surprendrait que des armateurs ne pensent pas à fréter leurs navires avec cet engrais, au lieu de les laisser trop souvent revenir sur lest, si je n’étais encore plus surpris de la dévastation insensée que l’on fait du poisson, depuis la morue jusqu’au maquereau, au saumon et au homard, ce dernier, entr’autres, si cher sur nos marchés et à peine estimé cinq centimes la pièce sur les côtes de la Nouvelle-Écosse, ainsi que l’attestent les Rapports officiels des pêcheries du Canada, pour 1867.

17On lit, en effet, dans ces Rapports,

  • 6 « Rapport de M. Miller », Documents de la session [...] de la Puissance du Canada, vol. 1, no. 8, 1 (...)

18« Le homard se trouve [rencontre] ici en grande quantité, mais on le considère comme n’étant presque d’aucune valeur. Pendant la saison de la pêche au saumon, on rencontre [trouve] sur le rivage des monceaux de ce précieux crustacé, que les pêcheurs, en revenant de leurs filets, ont jetés là, en passant... On peut acheter le homard en quantité quelconque au prix de 60 sols [centins] le cent6 »

19Nous atteignîmes le Grand-Banc avec une mer si démontée que, pendant plusieurs jours, il ne fallut songer qu’à courir des bordées. La vie était insupportable, le travail écrasant. Enfin, la méchante humeur de l’Atlantique se calma, le ciel se mit à sourire par un coin d’azur, l’on s’apprêta à pêcher. Des centaines d’embarcations, semblables à la nôtre, se montraient à l’horizon. L’ancre fut jetée, toute les voiles furent soigneusement serrées et les mâts supérieurs abattus jusqu’aux chouquets. Nous étions mouillés par trente brasses. La joie régnait sans partage à bord. Les accents du Rule Britannia se mêlaient au refrain de Hail Columbia, et, bonté divine ! je voyais flotter, à quelques encablures de nous, le noble drapeau tricolore, et la brise m’apportait un vieux chant de France :

C’est dans la ville de Dieppe, – Mon capitain’ je rencontrai,
Il a tiré son écritoire, – Du papier pour m’engager.
Hélas ! j’ai eu la promptitude. – Hélas ! je me sut engagé.

3.

20– Allons ! à l’ouvrage, mes gars ! crie notre patron.

21Et l’on affale les canots suspendus aux porte-manteaux ; et l’on arrime sur le pont les bailles qui renferment les lignes. Ces lignes sont de plusieurs sortes. Je mentionnerai la ligne de fond, la ligne perdue ou flotte, la bultow des Anglais, la ligne à faucher ou faux; cette dernière est prohibée. Mais si sévère que soit la défense, elle n’empêche pas les pêcheurs d’en faire un fréquent usage. Son nom indique sa destination, et à peu près la manière de s’en servir. En guise d’appât, la faux port à l’haim, fixé à l’empile, un simulacre de poisson en métal. On la lance à pleine volée et on la ramène rapidement à travers les bancs de morue. Elle y commet des ravages inouïs. La flotte diffère de la faux par la forme du plomb, arrondi au lieu de figurer un poisson. On l’emploie surtout près des grèves. Toutefois elle est usitée en pleine mer, ainsi que la faux, dont le plus grand désavantage est de tuer ou de blesser souvent le poisson, sans qu’on parvienne à s’emparer des victimes. On pratique aussi, malgré les règlements, la pêche à la traîne, un des engins les plus destructeurs que je sache. Il n’y a donc pas lieu de s’émerveiller si la poursuite de la morue devient, chaque jour, moins fructueuse, et si un bateau, monté par quatre hommes, ne rapporte plus, à présent, que six ou sept cents de ces gades de tel endroit où il en aurait pris, au siècle dernier, cinq ou six mille.

  • 7 Horace, Épîtres, XVII, 35 : « Non cuivis homini contingit adire Corinthum » (Tout le monde n’a pas (...)

22La ligne la plus généralement employée par les Français, est la ligne de fond ; les Anglais et les Américains lui préfèrent la ligne à la main et à la dérive. Ces lignes ont depuis un jusqu’à deux centimètres de circonférence et se composent de fils très-fins et très-forts. Le bout est garni d’un plomb en forme de cylindre ou de poire, pesant d’une à quatre livres, suivant la profondeur supposée de l’eau et la rapidité du courant. Le pêcheur, placé près de la lisse du bateau, quelquefois sur une galerie volante, formée de moitiés de tonneaux, ou il est debout, le pêcheur tient l’extrémité de la ligne dans sa main et laisse l’haim ou hameçon descendre dans l’eau jusqu’à une brasse environ du fond. Les marins sont superstitieux. Aussi attachent-ils une grande importance à la façon dont les lignes sont filées et disposées. Plusieurs y nouent des amulettes, des rubans donnés par leurs bien-aimées, ou quelque objet bénit à l’église, soit le jour de la Saint-Pierre, soit le jour de la Sainte-Patrick. Chacun, du reste, n’a point la main heureuse. Et s’il n’est pas donné à tout le monde d’aller à Corinthe7, il n’est pas, non plus, je vous le jure, donné à tout le monde de prendre des morues à la ligne. Pour mon compte, j’ai rarement réussi à en attraper par ce procédé. Il me souvient que le capitaine Basil-Hall, célèbre voyageur anglais, était d’une gaucherie égale à la mienne. Il se donne cette excuse, dont je suis heureux de réclamer le bénéfice pour ma part, et les maladroits de notre trempe :

  • 8 Basil Hall, Scènes de la vie maritime, p. 58-59.

23« Je n’ai jamais compris, dit-il, pourquoi certaines personnes prennent du poisson tandis que d’autres ne peuvent en venir à bout. Dans la pêche de rivière, un certain degré d’adresse, le choix de lieu, sont des chances de succès, cela se conçoit. Mais quand une ligne est plongée à quatre-vingt ou cent brasses de la vue, à quoi peut servir l’adresse? Eh bien, dans un vaisseau sur les bancs de Terre-Neuve, ou dans un canot sur les bords du Thrumpcap, dans le havre d’Halifax, j’ai vu un matelot amener autant de morues qu’il pouvait amorcer de fois son hameçon ; d’autres, au contraire, dans des circonstances tout à fait semblables, en apparence, avaient beau se tourmenter pendant une demi-journée, ils ne prenaient rien du tout. Sans doute, l’intelligence doit agir à l’une des extrémités de la ligne, autrement le poisson ne mordrait pas à l’autre bout ; mais l’embarras est de comprendre par quelle force mystérieuse l’intelligence humaine trouve son chemin, comme l’électricité, le long de la ligne, jusqu’au fond de la mer. J’ai souvent demandé à d’heureux pêcheurs comment ils faisaient mordre le poisson, mais ils ne m’ont fait que des réponses vagues. Quelquefois, ils prétendaient que cela tenait à l’appât. Alors, disais-je, donnez-moi votre ligne et prenez la mienne. Mais, deux minutes après que nous avions changé de place, mon compagnon capturait autant de poissons qu’auparavant, et ma nouvelle ligne n’éprouvait aucune secousse, bien que tout à l’heure les poissons parussent se disputer de mordre à la ligne de mon voisin, qui déjà faisait merveille avec ma propre ligne. Il y a, je suppose, un tour de main, un jeu de poignet qui communique à l’appât un mouvement particulier et le fait ressembler aux choses que les poissons aiment le mieux. Mais cet art ne se démontre pas plus par des paroles que le talent d’un peintre ou les pirouettes d’un danseur8 ».

24Je crois que l’on naît pêcheur à la ligne comme l’on naît rôtisseur. Quand la nature vous a doté de ce privilège, et quand le poisson donne sur les bancs de Terre-Neuve, armé d’une ligne à chaque main, vous ne cessez de la plonger et de la lever tour à tour : un homme peut alors prendre deux ou trois quintaux de morues par jour, pourvu qu’il ait de la boitte de bonne qualité. J’ai dit, à ce propos, que la boitte était ou fraîche ou salée. Mais la boitte fraîche est toujours préférable ; car, bien que les gades soient goulus au point de tout avaler, même des chiffons, du bois, même de se dévorer entr’eux, quand la faim les presse, ce n’est que sur les plus grands bancs où leur nourriture ordinaire consiste en crustacés ou mollusques, qu’ils piquent bien à un hameçon garni avec du poisson salé.

  • 9 Snood : ce mot n’est pas connu à Terre-Neuve mais aux États-Unis.

25L’on se sert de ce poisson pour appâter les lignes dormantes (set lines), comme on les désignait à bord de notre goélette. Cependant, lorsqu’il est possible de se procurer de la boitte fraîche, elle est toujours préférée, jusque sur le Grand-Banc. Ces lignes mesurent deux ou trois milles brasses de longueur. Au lieu de flotter sur la mer, elles traînent sur le fond, où elles sont maintenus, à chaque bout, par des grappins, dont les bouées, surmontées de petits drapeaux avec un gros chiffre d’ordre très-apparent, indiquent la place. De distance en distance, sur ce long câble, nommé maîtresse-corde, à quatre mètres à peu près les uns des autres, on a noué des cordeaux (snoods9), longs d’un à deux mètres environ et que terminent des hameçons.

26Voici comment on les pose ou plutôt comment on les longe, pour me servir du terme technique :

27Le navire étant à l’ancre (et non à la cape), retenue par des câbles de chanvre, on appâte les cordeaux de deux des lignes de fond que possède la goélette. Elles sont ensuite louées avec soin dans des bailles ou des paniers. Ces bailles sont descendues dans deux bateaux solides, généralement des chaloupes-baleinières, munis d’une voile de fortune, et, vers trois heures de l’après-midi, ils quittent ensemble la goélette, de laquelle ils s’éloignent, à angles droits, par les côtés opposés, en filant chacun une ligne qui enfonce à mesure qu’ils avancent. Le lendemain, à la pointe du jour, ces bateaux vont relever les grappins amarrés aux extrémités des lignes. Et, tandis que l’équipage de chaque chaloupe se hale sur la maîtresse-corde, en décrochant le poisson pris aux cinq ou six mille hameçons qui hérissent les cordeaux, les hommes de la goëlette hissent les lignes à bord, à l’aide d’un virevaut. Ainsi, l’on prend communément, dans une seule nuit, quatre cents grosses morues du Banc (gadus bancus). Le poisson est ou expédié tout de suite, par un bateau spécial de transport, vers un point de la côte, pour être préparé, ou bien il est habillé et salé à bord de la goélette. Puis on l’emmagasine dans la cale, et il forme ce qu’on appelle la morue verte.

28L’habillage de la morue se pratique en la « tranchant au plat » ; elle est décapité par un homme nommé, à cause de ses fonctions, décolleur. La langue est mise de côté ainsi que le foie ; ensuite on désosse le poisson, c’est-à-dire que, l’ayant fendu, on le débarrasse de l’arête médiane et de la partie correspondante de la cavité abdominale. Si la morue n’est ouverte que jusqu’à le queue, elle formera la Morue Ronde ; si elles est fendue dans toute sa longueur, elle donnera la Morue Plate. C’est là l’affaire de l’habilleur, qui, après l’avoir lavée, la passe au saleur, lequel est chargé de mettre le poisson dans le sel, quelquefois en bailles, où il trempe dans la saumure, mais le plus souvent en arrimes, c’est-à-dire en des tas d’où la saumure s’égoutte sans baigner le poisson.

29Quant au foies, on les fait bouillir dans de vaste chaudrons, nommés foissiers, assez semblables à la cabousse, employée sur les baleiniers pour fondre le lard des grands cétacés, et on enferme les produits, drache ou marc, dans des barriques qui restent sur le pont. Comme dans le porc, tout est bon dans la morue : ses intestins même, appelés noues par les pêcheurs terre-neuviers, sont conservés, et l’on prépare, soit pour la table, soit pour la pêche de la sardine, sa langue et ses œufs (rouges ou raves). La besogne se continue sans relâche, malgré les plus violents intempéries. « Ce labeur combiné est incessant, dit justement M. de Gobineau, il dure autant que le poisson donne, jour et nuit on s’y relaye ; jour et nuit, le matelot est sur le pont, quelque temps qu’il fasse, presque toujours mouillé jusqu’aux os, couvert d’huile et de sang, respirant une odeur infecte, entouré de débris dégoûtants, travaillant sans s’arrêter.

30« Comme la première affaire est de rapporter le plus de poisson possible, on ménage avec grand soin la place disponible. On n’a donc de vivres que ce qu’il en faut strictement, et pour qu’il en faille moins, on s’arrange à ne manger presque que du poisson, qui ne manque pas dans l’eau. Très-peu de spiritueux à bord, une nourriture d’anachorète, voilà pour distraire de la fatigue. Mais ce n’est rien encore.

31« Il peut arriver et il arrive presque constamment que la pêche ainsi faite n’est pas suffisante. Alors des embarcations montées de deux ou trois hommes s’en vont tous les jours, quelquefois jusqu’à trois et quatre milles en mer, tendre d’autre lignes. On rayonne fort loin autour du navire. Chaque matin, à quatre heures, les matelots se mettent dans leur coquille de noix, assoient sur les bancs, et en commençant à ramer, comme nous disons à terre, à nager, comme ils disent, récitent tout haut une prière ; puis ils remettent leurs bonnets et s’en vont à leurs lignes.

  • 10 Joseph Arthur de Gobineau, Voyage à Terre-Neuve, p. 33-34.

32« Mais il fait nuit, mais il pleut, mais le brouillard est opaque, mais la mer devient subitement furieuse. Un courant s’est emparé de l’embarcation, l’a jetée hors de sa route ; plusieurs jours se passent, on n’a pas eu de ses nouvelles, on n’en aura jamais. Voilà ce que peut coûter un plat de poisson10 »

Capitaine de frégate Georges-Charles Cloué à bord de l’Ardent en 1857. (Paul-Émile Miot/Bibliothèque et Archives du Canada/PA-194627)

Notes

1 Oliver Cromwell (1599-1658) fut élu député du Parlement britannique à l’age de 28 ans. De 1629 à 1640, le roi Charles I gouvernait l’Angleterre en souverain absolu, mais la tentative de l’archevêque Laud de Canterbury pour instaurer l’anglicanisme dans l’Ecosse presbytérienne déclencha la révolte écossaise. Charles convoqua le parlement pour obtenir les subsides nécessaires, et Cromwell montra surtout sa détermination à défendre le protestantisme le plus pur. Alors, il rejoint les députés les plus déterminés à s’opposer au roi et à la hiérarchie anglicane.

2 François Rabelais (1494 ?-1553), auteur de Pantagruel (1532) et de Gargantua (1534), pour de nombreuses lecteurs évoque un gros bonhomme rigolo au langage cru et amusant et qui passe son temps à boire et à manger.

3 [Henry Youle Hind], « The Political and Commercial Importance of the Gulf of St. Lawrence, Labrador, and Newfoundland », p. 57.

4 Jules Duval, Les colonies et la politique coloniale de la France, p. 302.

5 Jules Michelet (1798-1874), catholique et royaliste sous la Restauration, évolua vers le libéralisme après 1830. Il dirigea la section historique des Archives nationales en 1831, puis devint suppléant de François Guizot à la Sorbonne. Michelet accueillit avec enthousiasme la Révolution de 1848, mais il était destitué de ses fonctions par le Second Empire.

6 « Rapport de M. Miller », Documents de la session [...] de la Puissance du Canada, vol. 1, no. 8, 1867-1868, p. 113.

7 Horace, Épîtres, XVII, 35 : « Non cuivis homini contingit adire Corinthum » (Tout le monde n’a pas la chance d’aller à Corinthe).

8 Basil Hall, Scènes de la vie maritime, p. 58-59.

9 Snood : ce mot n’est pas connu à Terre-Neuve mais aux États-Unis.

10 Joseph Arthur de Gobineau, Voyage à Terre-Neuve, p. 33-34.

Table des illustrations

Légende Capitaine de frégate Georges-Charles Cloué à bord de l’Ardent en 1857. (Paul-Émile Miot/Bibliothèque et Archives du Canada/PA-194627)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 654k

Auteur

Henri-Émile Chevalier (1828-1879), journaliste libéral et homme de lettres, s’engagea au 7e dragons en 1847 et, ne parvenant pas à l’épaulette, rentra dans sa province, Châtillon-sur-Seine, où il fonda en 1851, pour combattre les menées bonapartistes, le très libéral Progrès de la Côte-d’Or, ce qui lui valut, à la fin de l’année, la prison et l’exil. Il partit pour l’Amérique, puis se rendit au Canada, où il prit la direction de la Ruche littéraire et du Moniteur canadien à Montréal. Il voyagea beaucoup, s’intéressa à la question indienne, et publia quelques romans à ce sujet. En profitant de l’amnistie accordée aux exilés par Napoléon III, il rentra en 1860. Par la suite, il collabora à de nombreux périodiques et publia de très nombreux romans canadiens qui lui assurèrent la célébrité. Chevalier fit partie de la commission municipale de Paris après la chute de Louis-Napoléon en 1870 : il était inspecteur général des approvisionnements de la capitale et combattit comme garde national. Élu conseiller municipal pour le quartier de Grenelle en 1874, il siégea à l’extrême gauche.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search