Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Une escale à Saint-Jean (1849)

La grande pêche aux États-Unis, p. 139-142, 149-152

Bénédict-Henry Révoil

Texte intégral

1Il n’en était pas de même en 1849, lorsque je visitai la pêcherie de Terre-Neuve. A cette époque, quelques navires américains avaient eu maille à partir avec les indigènes : le capitaine Wilson, du brick de guerre le Montcalm, appartenant à la marine des États-Unis, fut chargé de se rendre à Saint-Jean pour régler le différend au plus grand avantage de ses concitoyens, bien entendu. Je ne sais quelle idée folle me passa par la tête d’accompagner M. Wilson, qui galamment m’avait fait l’offre d’un lit à son bord, dans la chambre des officiers. Je commençai par rire de la proposition ; puis elle m’apparut portée par le nuage de la fantaisie, souriant à mon humeur vagabonde, et, la veille du départ du Montcalm, j’avais dit oui à son capitaine. Je m’enrôlais à son bord pour quinze à vingt jours.

2Je passe sous silence notre voyage de Boston à Saint-Pierre Miquelon, le premier rocher qui se montre à nos yeux en arrivant dans les eaux du Newfoundland. Ce qui me frappa le plus pendant cette traversée, accomplie par un temps admirable, ce fut la quantité de poissons qui se jouaient dans nos eaux. Ces habitants de mer, comme les oiseaux de grand vol, étaient dotés d’une force de natation qui leur permettait de franchir des distances considérables avec une grande célérité, et sur leur route ils avaient à chaque instant la chance de rencontrer quelque aliment à engloutir, sans avoir besoin de s’arrêter un moment. Rien n’était comparable à la vivacité, à la souplesse de mouvements de ces radieuses dorades, à qui la nature avait départi une puissance de locomotion vertigineuse, lorsque, parcourant les eaux de notre navire lancé à pleines voiles, elles coupaient son sillage comme des éclairs argentés, passant de l’avant à l’arrière et s’élançant maintes fois hors de l’onde. J’observais avec une attention minutieuse les brillantes coryphènes et les bonites légères qui se balançaient dans les remous, les poissons pilotes qui s’attachaient au vaisseau et se plaisaient dans son écume, les thons en troupes, dont la pêche providentielle faisait la joie de l’équipage, et ces dauphins navigateurs que le marin signale de loin comme un heureux présage. Avant-coureurs d’un vent frais, ils arrivaient du bout de l’horizon, bondissant sur la lame comme pour saluer le Montcalm, plongeaient sous sa quille, le croisaient dans sa marche et revenaient en un clin d’œil pour recommencer leurs évolutions. Et puis derrière, dans le sillage, le terrible requin, aux sinistres traditions, se tenait toujours prêt à engloutir ce que la fatalité, le hasard ou la ruse offriraient à sa voracité.

3Enfin, un matin après déjeuner, le cinquième jour après notre départ, la vigie cria : Terre ! Nous étions arrivés. M. Wilson hissa le pavillon parsemé d’étoiles, l’assura de dix coups de canon, auxquels le fort de Saint-Jean répondit par un double salut ; puis nous descendîmes à terre pour nous rendre auprès du gouverneur.

4Je ne veux pas raconter les détails de cette difficulté piscatoriale, qui fut bien vite terminée, grâce au bon vouloir des deux parties, et je reviens à mes... poissons.

5J’étais venu à Newfoundland pour voir le pays, pour me rendre compte de la pêche de la morue, et comme nous restions quatre jours francs à Saint-Jean, je profitai de ce temps-là pour explorer les pêcheries et prendre des notes.

6Mon premier soin fut d’aller à une lieue de Saint-Jean visiter un navire français, la Sainte-Marie, que l’on m’indiqua comme étant le mieux installé de tous ceux qui se trouvaient à Newfoundland. C’était un vaisseau de cent tonneaux, pourvu d’un équipage de douze hommes, tous excellents marins et pêcheurs expérimentés. Les provisions du navire étaient simples, mais d’une qualité parfaite. Il était convenu à l’avance que les spiritueux étaient, à peu d’exceptions près, interdits à bord. Du bœuf, du porc salé, du biscuit : voilà quel était l’ordinaire. Quant aux vêtements des matelots, ils étaient faits d’étoffes chaudes, et se composaient en outre de jaquettes, de culottes de toile bise imprégnées d’huile et à l’épreuve de l’eau, de grandes bottes de mer, de chapeaux ronds goudronnés et cirés, de gants de peau et de chemises de laine. La cale du vaisseau était remplie de tonneaux de dimensions diverses contenant du sel, tandis que les autres, restés vides, devaient renfermer l’huile que l’on retire des morues. Les gages de ces hommes variaient de 80 à 100 francs par mois, suivant leur capacité.

7J’eus promptement obtenu du capitaine, nommé Simon, la permission d’assister à une journée de pêche de son équipage, et voici ce qui fut convenu avec lui. Je viendrais déjeuner à trois heures du matin avec tout son monde, et je partirais avec la grande pinasse, montée par les habiles pêcheurs de son bord.

8Fidèle au rendez-vous promis, je montais sur le pont de la Sainte-Marie à l’heure convenue. L’équipage déjeunait, et certes le repas était confortable : du café, du pain, et de la viande. J’avais peu d’appétit ; mais je n’avalai pas moins quelques bouchées pour me lester un peu l’estomac en attendant l’heure où la faim me viendrait. D’ailleurs chacun emportait sa provende pour toute sa journée ; c’était l’usage à bord des navires de pêcheries.

9« Hoop ! En route ! s’écria tout à coup M. Simon ; allons mes gars, et bonne pêche ! » Je m’affalai de mon mieux, le long de l’échelle de corde, dans la pinasse, où s’assirent quatre pêcheurs à qui je fus chaudement recommandé, et tandis que les autres embarcations prenaient leur monde, nous nous dirigeâmes vers les bancs où se plaisaient les morues. Une fois parvenus en cet endroit, les bateaux s’établirent à de courtes distances l’un de l’autre ; la petite escadrille laissa tomber l’ancre dans une profondeur de dix à vingt pieds d’eau, et à l’instant même la pêche commença.

10Je revins le soir à bord du Montcalm, ébahi, me demandant si j’avais bien eu les yeux ouverts ou si je rêvais encore. Ces monceaux de poissons me rappelaient un souvenir d’enfance, lorsqu’un jour, dans les étangs de Berre, on avait pêché sous mes yeux tant de maquereaux, que les gens du pays les achetaient pour fumer les oliviers. Pendant plus d’une année tout le territoire de Baux, près Arles, en France, avait été parfumé à ce point qu’on aurait cru, les yeux fermés, se trouver au milieu d’une poissonnerie où tout les produits de la mer auraient été pourris.

11Le lendemain, – ou dimanche, – M. Wilson m’emmena à Miquelon, où il avait quelques compatriotes à voir ; puis, le jour d’après, nous dînâmes chez le gouverneur de Newfoundland [le colonel sir John G. LeMarchant] à Saint-Jean.

12En sortant de la maison de ce digne fonctionnaire, un habitant du pays qui avait été un des commensaux de la table du magistrat terre-neuvien nous proposa de nous emmener au bal.

« Au bal ! Nous écriâmes-nous, le capitaine Wilson et moi !
– Certainement, Messieurs. Qui m’aime me suive ! »

13Après avoir longé le dédale tortueux de quelques rues s’étalant au bas du fort [Townsend], nous parvînmes devant une maison de bois sur le seuil de laquelle une lanterne vacillante semblait attirer le passant. On eût dit le réverbère d’un commissaire de police, eu égard aux verres rouges qui garnissaient les rainures de cuivre de la lanterne. Au fond d’un corridor, sur un sol gluant et glissant, s’ouvrait un vaste rez-de-chaussée éclairé par des lanternes chinoises en papier de couleur, et quelques chandelles appliquées contre les murailles. À droite s’élevait une cheminée noire et enfumée, sur le manteau de laquelle étaient étagés des pots de toutes formes. Toute la batterie de cuisine diaprait les murailles, et une rangée de bancs et d’escabelles de bois meublait les parois tout autour de l’appartement, cet ameublement étant disposé de manière à donner tout le confortable possible aux demoiselles de l’endroit, dont quelques-unes étaient déjà à leur poste, grasses, épanouies et vêtues de robes aux couleurs chatoyantes dont l’éclat faisait mal aux yeux. On eût dit des squaws d’un des grands « wigwams » du Far-West.

14Peu à peu la salle se remplit, les dames et les gentlemen pêcheurs arrivèrent en foule, et la danse commença, dans qui n’avait rien en particulier, si ce n’est ce trémoussement continue, cousin germain du « cancan », de nos campagnards des villages des environs de Paris.

15À chaque pause des musiciens, – un violon et une clarinette, – les fishermen et leurs belles accouraient dans un des angles de la salle pour se désaltérer à l’aide d’un verre de rhum, que les femmes surtout ingurgitaient sans faire la moindre grimace.

16Somme toute, c’était là un spectacle curieux, mais qui ne valait pas la privation du repos auquel nous nous fussions condamnés de gaieté de cœur, en demeurant plus longtemps dans ce bastringue où nous n’étions vraiment pas à notre place.

17M. Wilson me proposa une retraite honorable, et j’acceptai sans trop me faire prier.

18Une heure après, le quart était piqué à bord du Montcalm, et chacun de nous dormait de son mieux dans son cadre.

19Dès l’aurore, M. Wilson hissait le pavillon américain, et appuyait le drapeau de dix coups de caronade, auxquels répondaient les canons du fort ; et, toutes les voiles dehors, nous reprenions la direction de Boston, où nous parvînmes sans encombre, après avoir éprouvé un semblant de tempête.

20Le capitaine Wilson est mort il y a cinq ans, dans un voyage au cap Horn, emporté par un coup de mer. Que Dieu ait son âme !

Auteur

Bénédict-Henry Révoil (1816-1882), fils du peintre Pierre-Henri Révoil de Lyons, mort en 1842, était un auteur prolifique. D’abord employé au ministère de l’Instruction publique, il fut ensuite attaché au Département des manuscrits à la Bibliothèque royale. Après la mort de son père, il passa neuf ans aux États-Unis, où il collecta des matériaux pour ses ouvrages, dont Chasses et pêches de l’autre monde (1856), La fille des Comanches (1867), et Les Parias du Mexique (1868), ainsi que plusieurs traductions en allemand et en français. À New-York, il composa et mit en scène des pièces de théâtre et écrit le libretto de l’opéra le Vaisseau fantôme. Il envoya aussi des articles à la presse française et américaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search