Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre-Neuve

Les mœurs des colons et des autochtones (1847)

Voyage à Terre-Neuve, p. 121-127, 130-139, 230-233

Constant-Jean-Antoine Carpon

Texte intégral

1Les colons de Terre-Neuve sont presque tous d’origine anglaise et irlandaise ; leur industrie s’exercice surtout à la pêche. Leur principal commerce est celui de la pelleterie, de l’huile de poisson, de veaux marins et des bois de construction.

2Beaucoup habitent le littoral, dans les havres où les Français font la pêche ; on y tolère bénévolement ; car d’après les traités, nous avons le droit exclusif de faire la pêche à la côte E. de Terre-Neuve, et d’empêcher tout Anglais de s’y livrer, dans les lieux qui nous sont légués pour cet objet.

3Mais les intérêts réciproques et la bienveillance naturelle ont annulé ces règles rigoureuses de la diplomatie ; non seulement on a cette tolérance pour les colons, mais on leur fournit encore tous les moyens de gagner leur vie, en leur procurant tous les engins nécessaires. En récompense de ces services, ces habitants nous en rendent bien d’autres : ils veillent, après notre départ, à l’entretien de nos cabanes, habitations et chaufauds, empêchent les dilapidations de quelques mauvais garnements, qui pourraient tous les jours faire manquer une opération, dont la mauvaise issue ruinerait quelquefois un armateur.

4Quand on a reconnu des surveillants dignes de confiance, on leur laisse, avant le départ, des provisions de toute espèce : beurre graisse, lard, farine, biscuit, cidre, vin, eau-de-vie, lignes et filets. Ce grand approvisionnement, joint à leur chasse journalière, les met à même de bien passer l’hiver.

5Pendant cette saison, quand le temps le permet, ils chaussent les raquettes, pour marcher sur la neige, et vont au loin couper de gros sapins, qu’ils apportent à leur habitation sur des traîneaux ou traînes à roulettes, attelées d’un nombre plus ou moins considérable de leurs gros et forts chiens. Ils lancent aussi ces arbres du haut des montages, où les neiges ont formé des glacis, et d’où, pendant l’été, il serait impossible de les descendre. Dans la belle saison, ils vont à la découverte, marquent les arbres de quelques coups de hache, et dès ce moment ils en sont propriétaires aux yeux de leurs voisins, qui se feraient un crime de s’en emparer. Cette règle de bienséance et de probité est généralement bien observée. Ces colons, du reste, sont naturellement paresseux, et, quand ils ont de quoi boire et manger, le travail leur est à charge : ainsi beaucoup d’entre eux vont concevoir le project de construire une cabane, ils en font la charpente, et au bout de dix ans, ils n’ont pas encore fait le remplage ; il faut, pour les y décider, une irrésistible nécessité ; par exemple, la chute ou la ruine de la demeure où ils reposent. Sans leur extrême indolence, ces êtres insouciants deviendraient fort riches, pour la plupart, s’ils le voulaient ; et fort heureusement on en voit quelques-uns qui le veulent bien. Les colons, gardiens des habitations des havres, sont à la merci de quelques négociants, envers lesquels ils sont endettés pour des sommes considérables ; il s’ensuit que ces pacotilleurs obtiennent à vil prix, de ces misérables, des marchandises fort précieuses, en échange desquelles ils leur donnent des vêtements, des vivres et des boissons.

6Les principaux entrepôts sont à Saint-Jean, capitale de Terre-Neuve. Avantageusement située au S.-E. de l’île, elle a un beau port, dont l’entrée est défendue par une tour, et des forts hérissés de canons. La ville, peuplée de 18 000 à 20 000 habitants, se présente à droite en forme d’amphithéâtre. Un incendie horrible éclata, il y a quelques années [en 1846], au centre de cette ville : mille à douze cents habitations devinrent la proie des flammes.

7Depuis cette époque, on a rebâti les maisons, en pierre, à chaux et à sable. Les femmes y sont belles ; chez quelques-unes, des cheveux et des sourcils bruns contrastent avec des yeux bleus ; et la carnation, chez les deux sexes, annonce un tempérament sain et vigoureux ; aussi, comme en Russie, y voit-on des exemples surprenants de longévité.

8Les colons laborieux, et conséquemment riches, ont à eux des goélettes, et vont eux-mêmes vendre et acheter, à prix débattu, tout ce qui leur est nécessaire pour leurs besoins domestiques. Ils ont souvent des familles nombreuses ; j’ai vu de très-jeunes femmes avoir douze ou quinze enfants.

9Dans ce pays-là, quand une fille se marie, on lui fait jurer ainsi qu’à son futur, la main sur l’évangile, d’observer fidèlement les lois du mariage ; les conventions en ont été stipulés par un fondé de pouvoirs, remplissant les fonctions d’officier de l’état civil.

10Le mariage est plus tard sanctifié par la célébration religieuse, lors du passage d’un prêtre.

11La fille, en quittant la case paternelle, reçoit, à titre de dot, ses effets d’habillement, deux chiens, une pirogue, un traîneau avec ses harnais, et une pièce de rets pour la pêche.

12Quant aux autres actes de l’état civil, on tient note exacte des naissances et des décès, dans les havres trop éloignés de la métropole pour y entretenir des relations journalières. Des délégués de l’administration anglaise sont chargés de la régularisation de ces actes. D’après le relevé des registres locaux, on connaît, à St.-Jean, l’état de la population de tout le littoral.

13Dans les havres de la côte de l’est, la configuration du sol ne pourrait permettre aux habitants de se servir de chevaux ; le pays n’offre que montagnes et ravins, presque inaccessibles, qui forment un ensemble indéfiniment prolongé. Sur les collines et dans les plaines se rencontrent d’excellents pâturages, dont les habitants du littoral tireraient d’abondantes provisions d’hiver, pour les troupeaux considérables de taureaux, vaches, moutons et chèvres, qu’ils pourraient avoir à leur disposition. Mais, avoir soin des bestiaux, faucher le foin, le faire sécher, le botteler, ce sont des travaux ; et tout ce qui sent le travail, répugne invinciblement au caractère de ces êtres misérables, dominés par un penchant irrésistible à la fainéantise la plus absolue. Mais nulle règle sans exception ; il en est jusqu’à trois que je pourrais citer : Master James, au havre du Croc, possède des habitations charmantes, y tient auberge et café ; et tout annonce chez lui l’aisance, et même la richesse. Pierre Jais, au havre de la Conche, fait aussi exception, ainsi que plusieurs autres, à l’état de torpeur et d’insouciance où végète la majeure partie de ces colons. Ceux-là, du moins, ont des bestiaux de toute espèce, et des volailles ; mais pendant l’hiver ils ne conservent de ces dernières que ce qu’il leur en faut pour la reproduction, quand vient le printemps. Ce serait, en effet, une folie, dans un pays où l’on peut tuer chaque jour, par centaines, et perdrix et canards sauvages, de dépenser inutilement des denrées, pour le seul plaisir d’avoir vivants chez soi des oiseaux de basse-cour ; ils ne conviennent guères que pendant l’été, saison durant laquelle on peut les manger tout en pêchant la morue ; quant à cette pêche, il faut s’y livrer, pour se procurer les choses nécessaires à la vie, quand on n’a guère que cela pour ressource.

14Les colons laborieux cultivent des choux, des carottes, des navets, des pommes de terre surtout, dont ils font de grandes provisions. Je doute qu’on pût obtenir des céréales dans cette partie de l’île, où nous faisons pêche ; lieux dont la température est trop peu de temps assez douce ; mais on m’a informé que ces années dernières, dans les environs de St.-Jean, on a récolté du froment d’excellente qualité, et que la terre s’y cultive, en attelant sur la charrue, comme on fait en France, des chevaux et des bœufs, dont les fumiers, mêlés aux varecs, contribuent à échauffer le terrain, et à le rendre très-productif.

  • 1 Carpon confond toutes sortes de renseignements des autochtones de Terre-Neuve. Les Indiens du Labra (...)

15Les insulaires de Terre-Neuve sont de la race des Esquimaux du Labrador1 ; ils commercent actuellement avec les Européens ; jadis ils étaient anthropophages.

16Leur accoutrement consiste dans un grand bonnet en forme de casque, un paletot fort large et court, un ample pantalon, et des bottines en peau de veau marin, dont les semelles sont en cuir fort épais et admirablement bien tanné par eux. Par dessus le paletot, une longue bande de peau leur sert de ceinture. Ils se servaient toujours, avant leurs rapports avec les Européens, d’arcs et de flèches ; le dard de ces dernières était fabriqué avec des fragments d’os ; mais à présent, ils n’emploient cette arme à la chasse que dans des cas exceptionnels.

17Quand ils partent pour la chasse, ils emportent avec eux arcs, flèches et fusils ; et en outre une pirogue de peau de veau marin, ou d’écorces de bouleau ; ils s’en servent pour traverser les étangs et les lacs. Comme les individus de cette race ne vivent que de leur chasse et de leur pêche, pour les rendre fructueuses, ils usent de grandes précautions. Ainsi, pour ne pas effrayer les gros animaux, tels que loups, caribous, ours, renards, etc., s’ils rencontrent en plaine des perdrix ou autres oiseaux, au moyen de leurs flèches, ils s’en emparent sans bruit, et réservent pour les grands coups l’explosion de la poudre.

18Ces hommes sont assez bien faits ; ils ont le corps musculeux, les cheveux bruns ou noirs, plats et longs, la barbe peu fournie ; leurs yeux sont petits, enfoncés, d’un regard sinistre, ombragés par des sourcils noirs, froncés et courts ; la nez est droit, épaté ; la bouche grande, les oreilles longues, et pointus au sommet ; les lièvres un peu grosses ; les dents jaunâtres, assez communément mal rangées, et le teint cuivré. Ils se servent, en guise de cordonnet et de fil, des nerfs et des tendons des animaux qu’ils tuent. Ces Indiens, ainsi que les colons, font, pendant l’été, leurs provisions d’hiver, ne pouvant, dans cette dernière saison, sortir aisément de leurs cabanes. Ils sont très-aptes à supporter les froidures, si l’on en juge d’après leur organisation ; leur peau est plus épaisse que la nôtre ; la boîte osseuse de crâne l’est également. Joignez à cela les lotions d’huile sur toute l’habitude du corps, et leurs vêtements bien fourrés, et vous comprendrez sans peine qu’ils peuvent endurer l’inclémence de la saison rigoureuse.

19Avant que Terre-Neuve fût colonie anglaise, les immenses forêts de cette île, qui est d’une longueur de cent-cinquante lieues, sur une largeur de cinquante environ, étaient remplies de ces êtres féroces et voleurs. Au havre de la Scie, après la paix de 1784, une bande descendit des montagnes, et, après avoir percé de leurs flèches, et assommé avec leurs casse-tête tous les hommes de l’habitation, ils les décapitèrent, et emportèrent tout ce qu’ils purent voler avant le retour des bateaux partis pour la pêche. Un mousse seul fut sauvé de cet horrible massacre, s’étant affalé dans un des créneaux du chafaud, quand il vit commencer le carnage.

20On poursuivit à mort, dès ce moment, sur tous les points de l’île, ces êtres d’un naturel intraitable.

21Se voyant ainsi traqués et exterminés, quand on leur mettait la main sur le corps, ils passèrent de Terre-Neuve, par le golfe St.-Laurent, aux côtes du Labrador, au moyen de leurs pirogues dans la saison d’été, et sur les glaces pendant l’hiver.

22Beaucoup d’entre eux se rendirent, et l’on s’en servit fort avantageusement, quand on les eut un peu civilisés, pour découvrir et détruire les peuplades de l’intérieur.

23Ceux qui habitent encore les côtes de Terre-Neuve [les Mic-macs], ne sont pas à craindre aujourd’hui : presque tous sont convertis à la religion catholique romaine ; ils connaissent un peu l’anglais et le français ; ont entre eux un pacte social, dont ils ne s’écartent pas, et un chef ou roi, dont ils respectent le pouvoir. C’était, il y a quelques années, l’illustre Michel Aga, résident à la baie St.-Georges, qui tenait les rênes du gouvernement. Sa majesté était très-obligeante ; et l’un de mes amis, qui faisait la pêche près du palais de ce puissant monarque, l’invitait souvent à lui donner un coup de main pour faire sécher la morue, l’arrimer à bord du navire, etc.

  • 2 Trois-six : alcool rectifie a degré élevé. Trois mesures de cet alcool, ajoutées à trois mesures d’ (...)

24À la suite de ces petits travaux, sa majesté et le capitaine dînaient bien. Après le café et le gloria soutenu [café arrosé d’alcool], le roi recevait, comme gage de reconnaissance, et de la manière la plus empressée, quelques litres de trois-six2 pour se régaler avec toute sa cour.

25Les sauvages modernes tutoient à Terre-Neuve presque tous ceux avec lesquels ils sont en rapport ; ils on appris, des prêtres de notre religion, que nous sommes tous frères en Jésus-Christ : aussi l’expression de frère leur est-elle tout à fait familière.

  • 3 Voir aussi à ce sujet Eugène Ney, « Voyage à Terre-Neuve », p. 334.

26En 1827, j’en rencontrai deux, dont un parlait passablement l’anglais et le français ; l’autre ne connaissait que sa langue maternelle3. Ils étaient, me dit le premier, expédiés par le gouvernement anglais pour explorer l’intérieur de l’île, où devaient séjourner encore des familles de sauvages rouges [Béothuks], et il me raconta qu’il en avait tué un, le seul qu’il eût vu dans sa tournée. Voici textuellement sa narration :

27« Comme nous commencions à manquer de gibier, je vis de loin une vaste plaine, au milieu de laquelle se trouvait un étang, entouré par une infinité de bosquets.

28« Ces sites me parurent convenables au caribou, et nous ne tardâmes pas à nous y rendre. J’aperçus bientôt un troupeau de ces animaux. Mon camarade se tint embusqué, et je passai sous le vent à eux, pour qu’ils n’eussent pas connaissance de moi. J’en considérai un très-fort, et me trouvais bientôt à portée, quand tout à coup je le vis tomber et se débattre : c’était un sauvage rouge qui venait de le percer d’une flèche ; je fis encore plusieurs pas, et tuai le sauvage sur le corps du caribou.

29« Nous prîmes, à même l’animal, tout ce que nous pûmes emporter, et nous ne vîmes pas d’autres sauvages, pendant le cours de notre voyage ; mais nous découvrîmes des endroits, où, depuis peu de temps, ils avaient campé et fait leurs festins. Au milieu de ces lieux déserts, nous étions constamment sur nos gardes, bien qu’avec un fusil on en puisse tenir une vingtaine en respect, et nous avions deux fusils en parfait état ».

30Je serais allé chasser avec ces sauvages demi-civilisés, si les occupations de mon état ne m’eussent retenu à l’habitation. Ils partirent seuls, et rapportèrent deux caribous, et une multitude de perdrix.

31Les fusils dont ils étaient armés, étaient à pierre, à un coup d’un petit calibre, sans sous-garde, et d’une longueur d’un mètre 60 centimètres environ ; un morceau de peau de veau marin était cloué à la contre-plaque de batterie, et destiné à recouvrir cette dernière pièce, pour la préserver de l’humidité.

32À présent, ils se servent, comme nous, de fusils à piston ou à pierre ; et chacun des membres de la famille a le sien, quand il est de taille à le porter : père, mère, garçons et filles rivalisent de zèle pour rapporter à la case de quoi se nourrir.

33Accoutumés dès leurs plus tendres années à ces genres d’exercices, rien ne leur est inconnu en fait de chasse ni de pêche, puisque c’est là leur seul moyen d’existence.

34S’ils apprennent qu’il y ait dans certains parages beaucoup plus de gibier que dans d’autres, ils partent immédiatement pour s’y rendre avec toute leur famille ; et leur habitation est bientôt faite dans la saison du printemps et de l’été.

35Ils coupent trois petits sapins bien filés et d’une bonne hauteur, les émondent, de manière à laisser un peu longues les maîtresses branches, qui leur servent comme de crocs, pour y suspendre tout ce qu’ils veulent. Ils placent, comme en faisceau d’armes, ces trois arbres, et les entourent de peaux de loups marins, cousues avec des nerfs d’animaux, ou bien d’écorces de bouleau, ajustées de la même manière ; ils laissent, sous le vent de l’édifice, un trou pour entrer : c’est dans cette enceinte circulaire, que se fait la cuisine, et que l’on dort, sur la mousse, autour d’un feu dont la fumée sort par le haut du toit.

36S’il y a de tout petits enfants, on les met dans des sacs de peau, ou d’écorces d’arbres, remplis de mousse, et, à l’aide de lanières, on les suspend aux crocs de la charpente ; et ces pauvres petits ne disent pas un mot, entortillés qu’ils sont, soit dans de mauvaises étoffes, soit dans des peaux de lièvre, ou de chat sauvage.

37On se figure peut-être que ces Indiens sont les derniers des misérables, et que rien ne peut égaler les privations qu’ils doivent endurer : eh bien ! c’est tout le contraire : ils n’échangeraient pas cette vie errante et aventureuse, contre tout l’opulence des plus riches monarques ; et, logés dans un palais, ils y mourraient d’ennui, si on leur rendait promptement la liberté, qu’ils considèrent comme le plus précieux des biens de ce monde.

38Ces hommes sont naturellement ingénieux, et confectionnent fort bien à présent, avec des étoffes ou des pelleteries apprêtées par eux, des objets relatifs à la toilette. Ils fabriquent aussi des instruments de musique, flûtes, violons, flageolets, etc. Leurs cordes et leurs archets sont fait de nerfs, de boyaux et de tendons d’animaux, et ils tirent une excellent colophane de la résine des sapins.

39Nul, plus que le sauvage de ces contrés, ne tient à sa parole. Cette année encore (1847), je me suis trouvé à même de m’en convaincre. Ayant fait des échanges avec plusieurs sauvages, je les conduisis à ma cabane, pour leur faire prendre de la liqueur et de l’eau-de-vie ; deux d’entre eux acceptèrent mon offre avec le plus vive satisfaction ; mais le troisième m’ayant refusé, j’insistai pour qu’il acceptât ; il me fit voir à l’instant une médaille, qu’une petite ficelle tenait suspendue sur la partie gauche de sa poitrine.

40Cette médaille en cuivre doré était empreinte du sacré cœur de Jésus et de Marie ; et il me dit qu’il y avait environ cinq ans, à la suite d’une orgie, il s’était emporté contre son père et sa mère, et qu’il avait fait vœu, en expiation de sa faute, de ne boire aucune liqueur forte, pendant dix ans ; qu’il l’avait promis à Dieu sur sa médaille bénite, et qu’il aimerait mieux mourir que de fausser son serment. Je lui fis beaucoup d’éloges sur la sincérité de sa croyance, et lui donnai différents objets, pour lui témoigner l’excellente opinion que j’avais de lui.

41Je me rendit ensuite avec eux à bord d’une jolie goélette, dont ils étaient les constructeurs et les propriétaires, et j’y bus un petit verre d’une bonne liqueur de leur façon, composée avec le sapin spruce (abies canadensis) ; ils m’en remirent un petit flacon, dont je les remerciai par une bonne bouteille d’Armagnac.

42Ces Indiens cuivrés, esquimaux pur sang, bien pénétrés aujourd’hui des principes religieux, sont devenus fort honnêtes, humains et hospitaliers ; mais il existe chez eux une tendance insurmontable à se venger de ceux qui leur ont injustement manqué, et qui n’ont pas réparé leurs torts.

43Un des hommes d’un navire voisin de notre habitations a été récemment témoin d’une scène, qui prouve de la manière la plus convaincante la véracité de ce fait.

44De mauvais traitements avaient été exercés sur les sauvages de la baie du Pistolet, par des matelots d’une habitation bretonne. Le capitaine avait promis à ces malheureux une indemnité, qui certainement leur était bien due ; mais il avait violé sa promesse, et eux n’entendent pas cela.

45La femme d’un de ces sauvages apercevant une embarcation, à peu de distance de sa cabane, saute sur un gros fusil, et s’échappe à toute hâte. Son mari la suit précipitamment, ne sachant ce que cela veut dire ; et, voyant l’intention de sa femme de faire feu sur des hommes qui n’étaient nullement coupables, il veut l’arrêter, une lutte s’engage ; la femme était comme enragée, et finit pourtant par comprendre que les hommes qu’elle veut coucher en joue, ne sont pas de l’équipage de celui qui demeurera toujours l’objet de leur malédiction. Ici qu’on permette à ma conscience d’honnête homme quelques courtes réflexions, et puissent-elles aller à leur adresse !

46Pourquoi ne pas avoir tenu parole ? Pourquoi se moquer de ces malheureux ? Vous exposez vos hommes : ils répondront de vos mauvaises actions, par leur vie peut-être ; ce n’est pas ainsi que l’on se comporte envers des êtres devenus nos frères par la civilisation religieuse. Vous devez pourtant bien savoir, Monsieur, que des gens de leur race firent, un certain jour, rôtir votre grand-père et plusieurs officiers bretons, et qu’ils les mangèrent en pompe solennelle au fond de la baie de Haha, que nous connaissons bien tous. Eh bien ! quoique maintenant ils repoussent avec horreur les affreux festins de chair humaine, dont jadis ils faisaient leurs délices, cela ne les empêcherait pas, dans leur juste indignation contre vous et votre équipage, de vous faire rouler sous les balles de leurs fusils : croyez-moi, réconciliez-vous promptement avec ces indigènes, et payez-leur vos dettes, s’il est encore temps ; c’est le plus sage conseil que je puisse vous donner.

47Les sauvages de la baie du Pistolet ont des pêcheries à pieux droits et à barreaux serrés, avec plusieurs entrées, où sont placés des verveux en lattes de bouleau ; et ils peuvent bien dire à tous les poissons : entrez, mes amis, on ne paie qu’en sortant. Comme il n’y a de profondeur, ils les assomment du premier coup, avec un morceau de bois en forme de sabre, et en font des provisions d’hiver.

48Il y a, dans cette baie du Pistolet, une assez grande quantité de saumons, pour qu’on en puisse prendre, à la main et à la ligne, un cent dans une journée.

49L’indigène qui habite en ce moment (1847), avec sa femme et ses enfants, le fond de la baie, se nomme Joseph ; il est fort aimable et hospitalier, et rend tous les services possibles aux Français et aux Anglais, qui vont s’adresser à lui pour avoir du bois propre à la mâture, et à tous les travaux de la pêche, ainsi que pour tous autres besoins ; il parle l’anglais et le français, outre sa langue naturelle ; il est doué d’une grande intelligence, et, d’après les conversations que j’ai eu occasion d’avoir avec lui, il fera marcher vers une complète civilisation ceux de sa race qui le fréquenteront. D’après ses procédés, je le considère comme un bien honnête homme, avec lequel je demeurerais en toute sécurité, si sa cuisine était un peu mieux apprêtée ; mais elle est, comme celle de tous ses compatriotes, faite pour lui ; et pour nous, Français, c’est du noli me tangere (N’y touchez pas).

50Je vais mettre l’amateur à même d’en juger.

51Après un accueil amical, un sauvage civilisé vous servira très cordialement quelques côtes de loup marin, jetées pendant une minute sur le couvercle d’un poêle à demi rouge. À la suite de cette courte crépitation, s’opère, les jours de grande fête, la prompte ébullition d’un renard, haché dans l’huile de foie de morue ou de loup marin. À défaut de ces animaux, on peut vous offrir un saumon et des truites à la même sauce. Ces gens-là n’ont-ils pas le goût relevé ?

52Certes, pour faire honneur à de tels mets, il faut avoir un appétit et des estomacs semblables à ceux de ces aimables amphitryons, qui rient aux éclats, en nous voyant montrer de la répugnance pour de si bonnes choses, qu’ils dévorent à toutes dents, et presque à l’état cru. Comme ils mangent peu de pain, tous vous disent que la viande cuite ne contient plus de principes nutritifs, et qu’ils mourraient de faiblesse, s’ils en faisaient usage. Aussi la viande crue fait leur nourriture spéciale, et le festin au grand complet, est celui après lequel on peut humecter ces délicieux aliments de quelques verres d’huile de morue.

53Disons, cependant, qu’ils préparent admirablement les infusions de thé sauvage, qu’ils édulcorent à la mélasse, et alcoolisent au rhum. Ils vous versent, à larges coupes, ce punch improvisé, et chargent vos pipes d’excellent tabac américain.

54Plusieurs fois la proposition d’hiverner à Terre-Neuve m’a été très-cordialement faite ; je me suis vu sur le point de l’accepter ; mais de sages réflexions m’ont toujours détourné de ces idées passagères, et je finissais par saluer ainsi les amis :

Aux flancs de vos coteaux, hérissés d’arbres verts,
On n’en voit que la cime au milieu des hivers :
Je ne veux point rester sous pareils tas de neige.
Que la raquette aux pieds, colons, vous y protège ?
En septembre, chez vous je tremble loin du feu ;
Jusqu’à l’été prochain je vous dis donc : adieu ;
Si, d’ici ce moment, Dieu me conserve en vie,
Et que de vous revoir il me reprenne envie.

55Aussi, après un séjour de trois mois parmi ces pauvres insulaires, nous pensâmes à revoir notre chère patrie : les préparatifs, pour notre retour, s’effectuèrent rapidement ; le 20 septembre 1847, on leva l’ancre, et nous sortîmes sous toutes voiles de la baie des Griguets.

Notes

1 Carpon confond toutes sortes de renseignements des autochtones de Terre-Neuve. Les Indiens du Labrador s’appelaient les Montagnais.

2 Trois-six : alcool rectifie a degré élevé. Trois mesures de cet alcool, ajoutées à trois mesures d’eau, fournissaient six mesures d’alcool à boire.

3 Voir aussi à ce sujet Eugène Ney, « Voyage à Terre-Neuve », p. 334.

Auteur

Constant-Jean-Antoine Carpon, chirurgien du commerce né en 1803, entra dans sa carrière en 1826 et la poursuivit jusqu’en 1865. Pendant cette période, il participa à plusieurs campagnes de pêche à Terre-Neuve. Son ouvrage est, donc, en ce sens un recueil de ses « observations et notions curieuses » propres à intéresser ceux qui voudraient avoir une idée de l’industrie de la pêche ainsi que des mœurs de la région. Ainsi, ses observations sont souvent exagérées.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.