Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Les Béothuks : étaient-ils nombreux ? (1841)

« Terre-Neuve », p. 430-433

Henri Jouan

Texte intégral

  • 1 La même comparaison est employée par Philippe Michelet dans ses « Notes recueillies dans un voyage (...)

1En parlant de la population répandue sur les cotes de Terre-Neuve, je n’ai rien dit des sauvages, comme on appelle quelques Indiens, Mic-macs et Montagnards, les premiers originaires du cap Breton, les autres du Labrador, vivant misérablement de la pêche et de la vente de quelques fourrures qu’ils vont chercher assez loin dans l’intérieur. Une quarantaine de Mic-macs demeuraient à St-Georges à l’époque où j’y étais : j’ai eu l’occasion de voir les huttes où ils vivaient dans la saleté la plus horrible, au milieu d’exhalaisons rappelant d’une manière exagérée les cages des fauves du Jardin des Plantes1. On compte encore quelques familles de sauvages dans la Baie de Notre-Dame, à la côte nord, et dans quelques baies du S. et du S.-O.

2Il ne faut pas voir dans ces petites tribus, venues du dehors, des restes des aborigènes de Terre-Neuve, les Indiens rouges, ou Béthucks, comme ils s’intitulaient (Bœothicks, Béothucks suivant d’autres), avec lesquels Cabot fut en relation quand il découvrit l’île en 1497, et dont trois furent amenés par lui en Angleterre. Les Béthucks étaient-ils nombnombreux ? On pourrait le supposer à voir les facilités d’existence fournies par l’abondance du poisson et du gibier ; on a trouvé des traces d’enclos palissadés de dix lieues de tour, faits par eux pour prendre les Caribous. Le climat n’était pas un obstacle, puisqu’on voit des hommes vivre sous des températures beaucoup plus basses ; toujours est-il que, dès les dernières années du siècle passé, on en rencontrait si peu à la côte qu’on se demandait s’il y en avait encore dans l’intérieur de l’île où la venue des Européens les avait refoulés. Malheureusement pour eux, les riches fourrures qu’ils portaient comme vêtements, ou qui entraient dans le mobilier de leurs demeures, avaient bien vite tenté la cupidité des aventuriers de toute espèce, chasseurs et pêcheurs, qui s’étaient jetés sur Terre-Neuve ; la chasse à l’Indien fut pratiquée sans scrupule, sans miséricorde uniquement pour le dépouiller ; de là, naturellement, des représailles, des incursions dans les établissements européens où tout Blanc surpris était impitoyablement massacré.

  • 2 La proclamation du gouverneur John Byron en 1769.

3Ces représailles en amenaient d’autres, de sorte que, pendant plus de deux siècles, l’Indien rouge, comme depuis son frère, des Prairies du Farwest, ne fut pas considéré que comme un fauve, une bête nuisible, dont il fallait exterminer la race. Dans les premières années de ce siècle-ci, le Gouvernement s’émut de ces actes de froide cruauté ; la Protection des Indiens rouges fut proclamée2, des sociétés pieuses se formèrent pour tenter de les amener à la civilisation : il était trop tard ! Au moyen de primes offertes aux capteurs on réussit, à plusieurs reprises, de 1804 à 1825, à saisir quelques femmes qui furent conduites à St-Jean, dans la pensée que les bons traitements, les soins qu’on avait pour elles, les rendraient aptes à servir d’intermédiaires entre les Anglais et leurs tribus ; aucune de ces femmes, je crois, n’a revu ses compatriotes ; la plupart sont mortes à l’hôpital, à St-Jean, au bout de quelques années. Y-a-t-il encore des aborigènes dans l’intérieur ? Depuis longtemps on n’en a plus vu à la côte ; l’opinion d’un vieux résident, que le hasard avait mis plusieurs fois en rapport avec eux, à l’époque où l’on songeait enfin à les protéger, est que les rares survivants, pour échapper aux assassinats commis de sang-froid par les chasseurs de fourrures, Blancs et Mic-macs, s’étaient enfuis au Labrador par le détroit de Belle-Île.

  • 3 R.G. Latham, The Ethnology of the British Colonies and Dependencies, p. 251-252.

4D’après cet individu, les Béthucks demeuraient dans des wigwams de forme ronde de 30 à 40 pieds de circonférence, faits avec des branches plantées en terre et réunies par le haut, le tout recouvert d’écorce de bouleau, avec un trou au sommet pour laisser échapper la fumée. Ils avaient pour armes des arcs et des flèches ; ceux que Cabot amena en Angleterre s’habillaient avec des peaux, se teignaient le corps avec de l’ocre et mangeaient de la viande crue. Cette dernière particularité, caractéristique des Esquimaux, corroborait l’opinion de ceux qui les rattachaient à cette race. Pour d’autres, il n’y avait pas de différence entre eux et les Mic-Macs qui sont eux-mêmes un rejeton du grand rameau Algonkin ; mais l’étude d’un vocabulaire béthuck, faite par M. R.-G. Latham, les éloigne des Esquimaux et des Mic-Macs, pour en faire une section particulière des Algonkins3.

Notes

1 La même comparaison est employée par Philippe Michelet dans ses « Notes recueillies dans un voyage à l’île de Terre-Neuve », p. 72.

2 La proclamation du gouverneur John Byron en 1769.

3 R.G. Latham, The Ethnology of the British Colonies and Dependencies, p. 251-252.

Auteur

Henri Jouan (1821-1907), fils du général Jacques-Casimir Jouan, s’engagea dans la marine et servit de 1838 à 1843 à bord de la Belle-Poule avec le prince de Joinville. Ainsi, il prit part en 1840 au voyage qui ramena de Sainte-Hélène les cendres de Napoléon. Il se trouva plus tard dans le Pacifique comme lieutenant de vaisseau. Comme chef d’état-major de l’amiral Roze, il pris part en 1866 à l’expédition de Corée, et en 1869, comme commandant de la Sarthe, il effectua les premiers transports entre Toulon et Saigon par le canal de Suez. Jouan pris sa retraite à Cherbourg en 1880 comme capitaine de vaisseau et devint président de la Société nationale académique. Il était également l’auteur de nombreux écrits traitant de la mer, en particulier du Pacifique.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search