Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Quelques souvenirs personnels (1841)

Vieux souvenirs, 1818-1848, p. 232-246

Le prince de Joinville

Texte intégral

  • 1 Willem II (1792-1849).

1D’Amsterdam nous allâmes à La Haye, où, sitôt arrivé, je demandai à voir le roi. « Qu’il vienne tout de suite », fut la réponse. Le roi Guillaume1, qui paraissait jeune encore, avec une tournure élégante, une bonne figure avenante, entourée d’un collier de barbe grisonnante, parlait très haut et riait avec éclats ; sa conversation était spirituelle. La reine, que je n’ai jamais vu rire, ni même sourire, s’exprimait avec esprit, mais cherchait trop évidemment ses phrases. Elle n’écoutait jamais et on pouvait interrompre ce qu’on lui disait sans qu’elle s’en aperçût. Très spirituelle aussi sa fille, la jeune princesse Sophie, aujourd’hui grande-duchesse de Saxe-Weimar. Comme, un soir de bal, je la regardais danser, portant une jolie toilette où une écharpe orientale jouait le principal rôle, le roi, avec qui je causais, me dit : « Marmotte (sobriquet de famille) a l’air d’une bayadère aujourd’hui ». Et, certes, elle en avait tout le charme et tout la grâce.

  • 2 Charles-Edmond de Boislecomte (1796-1863), fils d’un ancien secrétaire du roi, entra dans la diplom (...)
  • 3 Rijn van Rembrandt (1606-1669), La leçon d’anatomie du docteur Tulp, 1632.

2Mon séjour à La Haye ne fut qu’une suite de réunions, de dîners, de bals, où la cordialité de la réception qui me fut faite ne se démentit pas une minute. J’en fus touché et j’en ai conservé un souvenir reconnaissant, car il y avait quelque mérite, de la part du roi, à ce qu’il en fût ainsi. N’avions-nous pas contribué grandement, en prêtant appui à la révolution belge [en 1830], à diminuer de moitié son royaume ? Il y avait encore une autre blessure d’amour-propre. Dans sa jeunesse, Guillaume, alors prince d’Orange, brave, ardent, était allé servir en Espagne sous le duc de Wellington. Il avait été blessé à Waterloo, dans les rangs de l’armée anglaise, et fort de ces antécédents, il s’était présenté, en 1815, comme candidat à la main de la princesse Charlotte, héritière présomptive de la couronne d’Angleterre. Il avait été évincé, et par qui ? Par le prince-Léopold de Saxe-Cobourg, dont nous venions de faire un roi des Belges. Malgré ces causes, au moins de froideur, l’accueil que je reçus du roi, comme de sa famille, comme de toutes les classes de cette population hollandaise, si brave et si sage, fut marqué par une sympathie qui alla toujours en augmentant et remplit de joie Bois le-comte2 et son très spirituel secrétaire de légation, La Rosière. Au moment de nous séparer, le roi me fit don d’une admirable copie réduite de la Leçon d’anatomie de Rembrandt3, qui était dans son cabinet, en me disant : « Vous allez à Terre-Neuve, vous me rapporterez un chien en échange », mission que j’eus bien soin de remplir.

  • 4 Louis-Nicolas Van Blarenberghe (1716-1794).
  • 5 Victorien Sardou (1831-1908), auteur de plus de soixante-dix pièces de théâtre, dont son mélodrame (...)

3Pour terminer mon séjour en Hollande, j’allai visiter l’arsenal de marine de Flessingue et en traversant la Zélande, je vis de loin et avec émotion les clochers de Berg-op-Zoom, ville qui a vu s’accomplir deux des plus brillants faits d’armes de nos annales. Le premier, la prise d’assaut de la place par l’armée du maréchal de Lowendal en 1747, l’autre, l’assaut donné les 8 et 9 mars 1814 par une armée anglaise tout entière et repoussé triomphalement par une poignée de soldats et de marins commandés par le général Bizannet. Lassaut du maréchal de Lowendal a été popularisé d’abord par une chanson célèbre, et ensuite par une admirable gouache de Van Blarenberg4, que l’on peut voir au musée de Versailles. Mais, perdu au milieu de nos désastres, de l’invasion, le fait d’armes en 1814 a passé presque inaperçu. Bien peu de personnes savent que l’armée anglaise attaqua Berg-op-Zoom de vive force, pénétrant à marée basse par le port, escaladant les remparts, guidée et secondée par les habitants insurgés en faveur de la Maison d’Orange ; que les colonnes ennemies s’avancèrent jusqu’au milieu de la ville d’où après douze heures de combat elles furent rejetées hors des remparts par la vaillance inébranlable des défenseurs, laissant entre leurs mains plus de prisonniers qu’ils n’étaient eux-mêmes de combattants. Il faut lire les détails de cette magnifique page militaire dans le récit du colonel du génie Legrand, qui exerçait le commandement en second sous le général Bizannet. On y verra, entre autres incidents dramatiques, un épisode de sonneur presque identique à celui que Sardou a placé dans son beau drame de Patrie5.

  • 6 Le café à la mode Tortoni, situé à Paris sur le boulevard des Italiens, jouit d’une vogue pendant l (...)

4Du Texel, ou, pour parler plus exactement, de Neu-Diep à Terre-Neuve par le nord de l’Écosse, la traversée, bien que sans nuits, fut terriblement fatigante pour nos équipages et pour nos navires, qui y firent de nombreuses avaries et y perdirent presque toutes leurs voiles. Nous fûmes sous l’eau tout le temps par une série de tempêtes incessantes. Puis vinrent les brumes épaisses et enfin nous tombâmes au milieu d’innombrables îles de glace. Aussi fut-ce avec un sensible soulagement que je me trouvai à l’ancre au fond du havre du Croc, chef-lieu de notre station navale pendant la saison de la pêche. Ce havre lui-même était obstrué par les glaces, si bien que je pus, le soir de notre entrée, mon cuisinier et les boîtes de conserves aidant, offrir à mon état-major des bombes panachées, à l’instar de Tortoni6.

5Dans le cours de cette traversée, il faillit se produire, à bord de la frégate, un incident disciplinaire grave. Un matelot refusa obéissance avec menaces à un des aspirants, acte sérieux d’indiscipline, entraînant, d’après les lois en vigueur, un châtiment corporel. Je réunis immédiatement le conseil de justice qui après avoir, suivant les règles, entendu témoins et défenseurs, condamna l’homme à recevoir un certain nombre de coups de corde. L’heure de l’exécution arrivée, l’équipage fut assemblé, les officiers en armes à la tête des compagnies ; je bouclais mon sabre dans ma chambre lorsque mon second y fit irruption comme un ouragan. « On va crier grâce, me dit-il, c’est votre faute. Les hommes connaissent votre antipathie pour les châtiments corporels. Ils vont en abuser. Je vous demande la permission de passer mon sabre au travers du corps du premier qui ouvrira la bouche ». J’avais évité jusqu’alors d’avoir à appliquer les peines corporelles, tâche que le bon esprit et la douceur des équipages que j’avais commandés m’avaient rendue facile. Mais cette fois le scandale avait été éclatant, le châtiment devait être exemplaire et la loi appliquée sans miséricorde. Que deviendrait l’autorité d’une poignée d’officiers isolés sur les mers, au milieu de centaines d’hommes, sans recours possible à la force, à l’envoi aux compagnies pénitentiaires ou à un emprisonnement prolongé ; que deviendrait cette autorité toute morale, indispensable sur un navire qui, par le fait, est toujours en campagne si le maintien de la discipline était jamais l’objet de la moindre défaillance ? Pénétré plus que personne des devoirs impérieux du commandement, je rassurai mon second. « Soyez tranquille, lui dis-je, je serai pilé dans un mortier avant de tolérer une minute d’hésitation à l’exécution de la sentence prononcée. Je vais me placer à la tête de l’équipage et faire appliquer la peine devant moi ; les hommes liront sur mon visage et je vous réponds que personne ne bougera ».

6Il en fut ainsi, je vins prendre mon poste. Tous les yeux se tournèrent vers moi et tout se passa dans les règles. Dire que la scène ne me fut pas pénible serait mentir, mais le devoir avant tout.

  • 7 La Convention (1792-1795) : la chute des Tuileries avait contraint l’Assemblée législative à se dis (...)

7Comme l’avait dit mon second, j’avais horreur des châtiments corporels, réglementés par la Convention, reliques d’un autre âge7, quand les équipages se recrutaient de vagabonds ramassés partout ; je les trouvais dégradants. Bien souvent, entre camarades, j’avais blâmé l’emploi sans mesure que j’en avais vu faire sur des bâtiments que je ne commandais pas. Bienheureux je fus, quand ils furent abolis. Sans aller aussi loin que ce capitaine d’un brick de guerre américain qui, de son chef, fit prendre à sa grande vergue un aspirant, parent du ministre de la marine, coupable de tentative de sédition, un commandant justement investi à son bord d’une autorité illimitée trouvera toujours dans son intelligence, sa fermeté, son sentiment du devoir, d’autres moyens que le fouet pour faire respecter la loi de l’obéissance hiérarchique absolue.

8Je ne m’étendrai pas ici sur ce qui est devenu la question de Terre-Neuve, que j’ai eu naturellement le devoir d’étudier sur toutes ses faces. Qu’il me suffise de rappeler que lorsque l’île de Terre-Neuve devint anglaise, les conquérants nous concédèrent un droit exclusif de pêche sur la moitié des côtes de l’île, sous la réserve que nous n’y descendrions que passagèrement pendant la saison et n’y ferions aucun établissement permanent. Quand ce droit de pêche nous fut concédé, et il devint très important pour nous, car il occupa vingt mille marins, faisant des pêcheries de Terre-Neuve une des principales pépinières de matelots pour nos flottes de guerre, l’île était à peu près inhabitée. En contrée déserte, point de conflits. Mais petit à petit, l’île se peupla. Sur la partie où nous avions droit de pêche, le French-Shore, une population anglaise très restreinte, insignifiante même, se répandit, et, chose curieuse, elle y fut appelée par nous, désireux de laisser des gardiens chargés de surveiller, conserver d’une saison à l’autre les établissements indispensables à la cure, au séchage, à la salaison du poisson, établissements que nous ne pouvions occuper nous-mêmes d’une façon permanente. Pendant ma croisière je trouvai partout cette population anglaise qui vivait de nous, en bons termes avec nos Terre-Neuviens [Terre-Neuvas]. Ces bons termes allaient même assez loin, car visitant un jour un brave capitaine de Saint-Malo qui avait désarmé son navire pendant les mois de pêche pour s’établir à terre dans une maison anglaise, deux enfants joufflus firent irruption avec des cris de « Papa... Papa ! » pendant qu’une jeune et jolie Anglaise ne levait pas les yeux de dessus son ouvrage. « Les petits imbéciles, me dit mon brave Malouin ont pris l’habitude, à force de me voir, de m’appeler papa ! »

  • 8 L’irrédentisme italien : doctrine des nationalistes italiens qui, après la formation de l’unité, ré (...)

9Cette entente cordiale se serait sans doute prolongée indéfiniment et nul n’aurait entendu parler d’une question de Terre-Neuve dangereuse pour les relations internationales des deux pays, si la partie méridionale de l’île, à climat tempéré, et complètement anglaise, ne s’était pas peuplée assez rapidement pour avoir une constitution, des institutions libérales, un parlement et par suite des élections. Aussitôt il fallut aux courtiers électoraux une plate-forme populaire à sensation, et cette plate-forme est devenue tout de suite quelque chose comme l’irrédentisme italien8, la revendication du sol national avec ses droits : Terre-Neuve aux Terre-Neuviens ! Là est toute la question de Terre-Neuve. Localement, personne ne s’en soucie, mais dans la presse et sur le terrain de la fantasmagorie électorale, elle a mis le feu aux passions et pourra très bien un jour engendrer des ruines et faire couler du sang.

  • 9 L’île de Groix se trouve au large de Lorient, en Bretagne.

10Ceci posé, je reviens à mes souvenirs personnels. Contrairement aux impressions de la plupart de mes camarades, je trouvai le séjour de Terre-Neuve très agréable, pendant les mois d’été où nous y étions en station, bien entendu. L’île est accidentée, couverte de forêts de sapins. Là où les bois font défaut, des lacs, des rivières d’une limpidité admirable, où la truite, le saumon pullulent. Beaucoup de gibier, et tout cela au milieu de l’espace inhabité, où chacun peut jouir de la plus absolue liberté, sans autres limites que sa volonté et ses forces. Si à côté du pour il n’y avait pas le contre, Terre-Neuve, l’été, serait un paradis, et il n’y en a pas sur notre boule. Le contre, ce sont les mouches, la petite mouche noire, le black fly, la peste de toutes les contrées septentrionales, contre laquelle il n’y a pas de défense, car elle s’introduit partout, aucun préservatif ne l’arrête, aucun onguent, aucun enduit ne la rebute. Dans une excursion de chasse que je fis à l’île de Groix, ainsi baptisée, sans doute, par quelques Lorientais9, à huit ou dix milles au large du Croc, je vis de mes camarades dont les yeux avaient disparu, dont la tête était enflée comme une tête d’hydrocéphale, devenus comme fous de douleur sous les piqûres de cette infernale mouche et un de nos serviteurs, étendu par terre, refusant de bouger et suppliant avec larmes qu’on lui tirât un coup de fusil dans la tête pour mettre fin à son supplice.

  • 10 Pendant la minorité de Charles IX, au cours des guerres opposant catholiques et protestants, le mas (...)

11Cette île de Groix fourmillait d’animaux venus de la grande terre, l’hiver, sur la glace. Ses bords escarpés, couverts d’une végétation arborescente impénétrable, entouraient un vaste plateau sans arbres, une lande. Nous atteignîmes cette lande en marchant dans le lit d’un ruisseau et nous y fîmes une Saint-Barthélemy10 de volatiles, principalement de cette espèce de grouse grise que les Anglais appellent Ptarmigan. Ces oiseaux étaient dans la période de l’accouplement, ne s’envolaient pas et quand nous en tuions un, l’autre, furieux, venait, en enflant ses plumes, nous becqueter les jambes. Les versants boisés de l’île devaient être remplis de rennes, ou, comme on les appelle à Terre-Neuve, de caribous, à en juger par les empreintes innombrables de pieds qu’on y apercevait de tous côtés. Nous n’en vîmes qu’un de trop loin. Si nous avions eu un ou deux chiens courants à lâcher dans les fourrés, nous aurions fait des hécatombes.

12Du Croc, je visitai tous nos établissements de pêche du voisinage : Saint-Julien, la Baie Rouge, etc. La morue était, cette année-là, d’une abondance extraordinaire. Un coup de seine à la baie Rouge ramena un jour vingt-quatre mille morues. C’était l’âge d’or de la pêche. Aujourd’hui le poisson a déserté la côte est de Terre-Neuve. Nos pêcheurs sont obligés d’aller, avec leurs navires, jeter l’ancre sur le grand banc où ils restent des mois, ballottés par toutes les tempêtes. Du bord ils vont tendre des lignes dans de petites barques qui souvent se perdent dans le brouillard et dont on n’entend jamais parler. Souvent aussi c’est le bâtiment lui-même qui est coupé en deux de nuit ou de brume, par un transatlantique marchant à dix-sept nœuds à l’heure, et qui, en quelques secondes, a disparu, tandis que le malheureux abordé sombre avec tout son équipage. Bien hasardeuse et bien rude cette carrière de nos pêcheurs du banc ! mais ils reviennent hommes et hommes vigoureusement trempés.

  • 11 Bien que mise sur cale en 1828, la troisième frégate à porter le nom de Belle-Poule ne fut lancée q (...)

13De la côte est de l’île, la Belle-Poule11 se rendit à la côte ouest en passant par le détroit de Belle-Île, étroit canal qui sépare Terre-Neuve du Labrador. Nous rencontrâmes, en traversant ce détroit, une somme de difficultés de navigation vraiment extraordinaire. Le canal était rempli d’îles de glace échouées ou promenées par les courants ; une brume épaisse nous y prit, accompagnée d’aurores boréales, zénithales, dont l’action électrique affola tous les compas, toutes les boussoles du bord. Plus de vue, plus de direction ! Après nous être trouvés dans une situation critique à l’entrée de la baie Forteau, point de la côte du Labrador célèbre par ses naufrages, je conduisis la frégate au havre d’Ingornachoix, où nous fîmes un assez long séjour, nécessité par la santé de l’équipage. Il se ressentait déjà depuis quelque temps des fatigues exceptionnelles de la campagne. Pendant notre séjour au Croc, malgré ce temps de repos, malgré des soins de toute sorte, beaucoup d’hommes tramaient, et la maladie finit par prendre le caractère d’une épidémie de variole assez sérieuse. Pour arrêter le mal, l’empêcher de s’aggraver, de s’éterniser, ce qui nous aurait fait repousser de presque tous les ports étrangers, le mieux était d’isoler les malades. Je me hâtai donc de faire construire sur une jolie île boisée, située à l’entrée de notre mouillage, un hôpital où j’installai mes varioleux, pendant que nous employions tous les moyens pour sécher et désinfecter la frégate. Cet ensemble de mesures nous réussit et quand nous quittâmes la baie, l’équipage avait complètement repris sa vigueur et sa santé.

  • 12 Pierre Terrail, seigneur de Bayard (vers 1474 – 1524), héros militaire, fut appelé « le chevalier s (...)

14Pendant ce long séjour j’appris plusieurs choses : la première fut la découverte de l’immense quantité de homards qui fréquentaient la côte. Le premier jour où mes hommes allèrent se promener à terre, ils en rapportèrent neuf cents qu’ils avaient pris dans les roches et dont la capture n’avait guère été difficile. Je ne sais si le homard d’Ingornachoix était sans reproches, comme Bayard, mais il était certainement sans peur12. Il suffisait, lorsqu’on l’apercevait dans les petits fonds, de lui présenter un bâton ; il s’élançait avec furie, le saisissait avec ses pinces et refusait absolument de le lâcher. De cette abondance de homards, exploitée plus tard, lorsqu’elle a été connue, est née la question des homardières, enfourchée par les irrédentistes anglais. Je découvris secondement que la morue se faisant rare sur le French-Shore du détroit de Belle-Île, nos pêcheurs, pour remédier à cette disette, se rendaient en contrebande sur la côte anglaise du Labrador, contravention dont l’inconvénient principal était de donner aux Anglais un prétexte à réciprocité. Si les croiseurs anglais fermaient naturellement les yeux sur ces irrégularités qui créaient pour nous de fâcheux précédents, nos navires de guerre ne pouvaient que les sanctionner par leur présence, ou s’y opposer, en allant exercer en pays étranger un droit de police plus que contestable : deux choses à éviter également. Aussi la consigne était-elle de s’abstenir de paraître au Labrador. Je me conformai à cette règle, mais voilà qu’un beau jour une des goélettes de la station locale de Saint-Pierre-Miquelon vient mouiller à côté de moi et le colloque suivant s’engage entre moi et le lieutenant de vaisseau qui la commande : « Où allez-vous ? – Au Labrador. – Mais vous connaissez la situation : il y a inconvénient grave à y conduire un de nos navires de guerre. – Je le sais, mais j’ai des ordres précis, exceptionnels du ministre. – Lesquels ? – J’ai ordre d’aller au Labrador pour y chercher un chien pour un chef de bureau du ministère. – C’est pour cela que vous avez été expédié de Saint-Pierre-Miquelon ? – Oui ». Je n’avais plus qu’à m’incliner, je ne pouvais mettre mon autorité de chef militaire en conflit avec celle du ministre. Je laissai donc aller la goélette dans sa compromettante expédition.

  • 13 Robinsonné : ayant eu des aventures de vie loin de la civilisation, en utilisant les ressources de (...)

15Peu après je mis à la voile, non sans regrets, pour continuer notre campagne. Le temps avait passé très vite entre les soins de tous genres qu’avait entraînés la santé de l’équipage, entre les exercices de toute nature auxquels nous nous étions livrés, les tirs à boulets à travers la forêt vierge où nos projectiles fauchaient les arbres séculaires ; nous avions robinsonné13 sur la plus grande échelle et j’ai toujours eu un faible pour ce genre d’existence. Après la construction de notre hôpital, nous avions établi des fours à chaux pour l’assainissement de la frégate, nous nous étions faits bûcherons, charpentiers, charbonniers. Nous nous étions fabriqué des mâts, des vergues de rechange. Puis nous avions desséché des étangs, poussé dans toutes les directions des explorations de chasse, de pêche, découvert des rivières, des lacs.

16Dans ces excursions, si nous fîmes de belles chasses, elles ne comportaient que du petit gibier. Une fois je tirai et, à ma grande douleur, je manquai un renard noir argenté, l’animal que la nature a revêtu de la plus belle et de la plus rare des fourrures. Les traces d’ours, de caribous, abondaient ; nous aperçûmes un loup gris, rayé comme un zèbre et gigantesque, mais aucune de ces grosses bêtes ne tomba sous nos coups. Même avec des chiens courants nous n’aurions pu les atteindre, vu la continuité et l’impénétrabilité des forêts, et nous n’avions pour nous assister que Fox, le chien du bord, excellent chien d’arrêt par exemple, aimé de tout le mondé, qui tomba à la mer un jour de grande brise, et qu’on alla repêcher, alors qu’il nageait vigoureusement pour regagner la frégate où, à son retour, on lui fit une ovation.

17Nous terminâmes notre tournée terre-neuvienne par la baie Saint-George, la dernière de toutes les baies du French-Shore, et le seul point où l’exercice de nos droits soulevât quelques difficultés. Nous y trouvâmes, en effet, un gros village anglo-canadien en pleine prospérité et pleine croissance et nous nous livrâmes vis-à-vis des habitants à la cérémonie de l’interdiction de la pêche, cérémonie qui fut reçue avec des protestations amicales et narquoises, – amicales parce que la moitié de la population était canadienne - française, parlait notre langue avec un fort accent malouin et que la similitude d’origine, de langage, de religion, de mœurs établit malgré tout des rapports sympathiques ; – narquoises parce que d’abord nos pêcheurs ne fréquentaient plus Saint-George, parce qu’ensuite l’interdiction, obligatoire en présence de nos navires de guerre qui apparaissaient quatre ou cinq jours par an, devenait assez illusoire pendant les trois cent soixante autres jours de l’année. Néanmoins il était facile de voir déjà que là où une population indigène suffisante s’installerait, notre droit exclusif de pêche ne pourrait être maintenu ; mais il était non moins facile de juger que, sur ces points exceptionnels, un arrangement local, conciliant tous les intérêts, pourrait être conclu sans difficulté. Est-ce encore possible aujourd’hui, quand les palabres électorales ont tout envenimé ?

Notes

1 Willem II (1792-1849).

2 Charles-Edmond de Boislecomte (1796-1863), fils d’un ancien secrétaire du roi, entra dans la diplomatie en 1814. Démissionnaire en juillet 1830, il fut envoyé en Orient en 1833. En mission en Espagne puis au Portugal en 1835 et 1836, il assista auprès des souveraines de ces états au déchaînement des forces révolutionnaires et fut nommé ambassadeur à La Haye en 1838. Il fut appelé à la Chambre des pairs en 1845.

3 Rijn van Rembrandt (1606-1669), La leçon d’anatomie du docteur Tulp, 1632.

4 Louis-Nicolas Van Blarenberghe (1716-1794).

5 Victorien Sardou (1831-1908), auteur de plus de soixante-dix pièces de théâtre, dont son mélodrame historique Patrie !, 1869.

6 Le café à la mode Tortoni, situé à Paris sur le boulevard des Italiens, jouit d’une vogue pendant les premières années du XIXe siècle. Dès le commencement de l’Empire et sous la Restauration, le café était le rendez-vous et le salon de conversation des élégants et des célébrités du jour.

7 La Convention (1792-1795) : la chute des Tuileries avait contraint l’Assemblée législative à se dissoudre, et une nouvelle constituante, la Convention, prit en main les destinées de la nation. La nouvelle assemblée sortit des urnes en septembre 1792 : la France fut envahie, le massacre dans les prisons ensanglantant le pays. Réunie le 21 septembre 1792, au lendemain de la victoire de Valmy, la Convention proclama aussitôt l’abolition de la royauté et décida de dater ses décrets de la première année de la République. La Convention avait passé aussi des arrêtés concernant les châtiments corporels pouvant être infligés aux marins.

8 L’irrédentisme italien : doctrine des nationalistes italiens qui, après la formation de l’unité, réclamèrent l’annexion des territoires de langue italienne pas encore libérés.

9 L’île de Groix se trouve au large de Lorient, en Bretagne.

10 Pendant la minorité de Charles IX, au cours des guerres opposant catholiques et protestants, le massacre des protestants de la Saint-Barthélemy eut lieu le 24 août 1572.

11 Bien que mise sur cale en 1828, la troisième frégate à porter le nom de Belle-Poule ne fut lancée qu’en 1834. C’était l’une des premières fois qu’un navire fut construit sous une cale couverte. Cela lui permit d’attendre le moment politique et financier favorable à sa mise à l’eau, et elle fut armée en juillet 1835. Construite sur les bases des croiseurs américains du type Constitution, elle déplaçait 2 500 tonneaux pour une longueur de 54 mètres, une largeur de 14,10 m et un tirant d’eau de 3,80 m. C’était une frégate de soixante dans la première batterie. Elle emporta 450 hommes et fit preuve de qualités exceptionnelles dès son armement. Sous le commandement du prince de Joinville, la Belle-Poule fit campagne à Terre-Neuve en 1841, en passant par Halifax et le Canada, puis New-York, ce qui permit au prince d’aller saluer le président des États-Unis. Voir aussi « Campagne en 1841, au banc de Terre-Neuve, de la frégate la Belle-Poule, commandée par S.A.R. monseigneur le prince de Joinville, capitaine de vaisseau », p. 805-809, et Henri Jouan, « La frégate la Belle-Poule (1839-1843) », p. 194-208.

12 Pierre Terrail, seigneur de Bayard (vers 1474 – 1524), héros militaire, fut appelé « le chevalier sans peur et sans reproche ».

13 Robinsonné : ayant eu des aventures de vie loin de la civilisation, en utilisant les ressources de la nature, comme Robinson Crusoé dans le récit de Daniel Defoe publié en 1719.

Auteur

François-Ferdinand-Philippe d’Orléans (1818-1900), prince de Joinville et officier de marine, était le troisième fils de Louis-Philippe I. En 1840, il commanda la frégate la Belle-Poule qui alla à Sainte-Hélène chercher les cendres de Napoléon, et il fit ensuite plusieurs croisières en Amérique du Nord, en Méditerranée et sur les côtes d’Afrique. Passionné par l’évolution rapide du matériel naval, il donna une vive impulsion à l’organisation de la marine à vapeur. Contre-amiral en 1843, il se distingua lors de l’expédition contre le Maroc en 1844, mais il quitta la France en 1848 et voyagea aux États-Unis pendant la guerre de Sécession. Il combattit sous un faux nom dans les rangs français durant la guerre de 1870-1871 et était député de 1871 à 1876.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search