Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

L’état de santé des autochtones (1830)

« Notes recueillies dans un voyage à l’île de Terre-Neuve [...] », p. 66-77

Philippe Michelet

Texte intégral

1L’île de Terre-Neuve a été confirmée à l’Angleterre par le traité [de Versailles] de 1783 ; mais nous nous sommes réservé le droit de pêcher et de sécher le poisson sur toute la côte de l’Ouest et une partie de l’Est. Un grand nombre de bâtimens français vont s’y installer tous les printemps, pour se livrer à cette branche d’industrie, et le gouvernement y envoie une station, pour éloigner les pêcheurs des autres nations, protéger les siens, maintenir la discipline parmi eux et empêcher que l’avidité des armateurs ne pèse trop sur la population qu’ils entraînent en ces parages. D’après cette disposition des traités, qui nous empêche de former des établissemens permanens sur le territoire de l’île, en même temps qu’elle nous assure le privilège exclusif de la pêche sur les côtes, celles-ci devraient être désertes, puisqu’elles n’offrent point d’autres ressources. Mais les armateurs français, empruntant le nom de quelques Anglais, y construisent des cabanes en bois, qu’ils leur laissent en garde, pour les retrouver en état l’été suivant : ces Anglais, de leur côté, se servent souvent du nom des Français pour faire la pêche du saumon à l’embouchure des rivières. Les avantages que ces accommodemens procurent à ces derniers, avec les produits de la chasse des animaux à fourrure, suffisent pour les retenir toute l’année sous un ciel rigoureux, souvent à plus de dix ou douze lieues de toute autre habitation que la leur. Quelques familles de Canadiens [Mic-macs] s’établissent parfois dans les mêmes havres ou dans les environs. Je n’ai rencontré qu’un seul Français qui se soit condamné à un pareil genre de vie. Le caractère des Anglais semble plus propre à s’accommoder d’une semblable solitude. Rien n’est aussi fatigant que la chasse des fourrures, à laquelle ils se livrent avec autant de succès que les sauvages, ne redoutant point de s’enfoncer, comme ceux-ci, à douze et quinze lieues dans des forêts impraticables, et d’y passer plusieurs nuits.

2Le climat de l’île de Terre-Neuve est généralement très-sain. Toutes les fois que la station des Antilles, venant chercher les vents d’O., est relâchée à Saint-Pierre-Miquelon, pour s’y rafraîchir, les maladies qui régnaient à bord ont disparu ; j’y ai moi-même vu cesser des rechutes continuelles de fièvres intermittentes contractées à Rochefort. On doit penser que ces heureux résultats deviendront de plus en plus appréciables par le soin que prend une administration éclairée de multiplier les ressources de la petite colonie en légumes frais et en viande de toute espèce, dont la pénurie est la source de la plupart des maladies des gens de mer.

  • 1 Jacques Cartier (1491-1557), explorateur français qui, au nom de François I, partit en 1534 avec de (...)

3Les brumes froides et humides que le voisinage du grand banc occasionne, semblent cependant propres à développer ou entretenir les affections scorbutiques, qui inquiètent encore quelques équipages, comme autrefois elles ruinèrent des entreprises de colonisation dans l’Acadie. J’ai vu, en effet, de légers symptômes du scorbut se manifester chez quelques hommes usés ; mais j’ai remarqué que c’était toujours dans les circonstances fâcheuses qui résultent d’une longue suite de mauvais temps. Je trouve aussi que les gens du colonisateur Cartier, qui furent décimés dans la Nouvelle-Écosse, en 15361, avaient été réduits à de grands extrémités par leur imprévoyance, tout occupés qu’ils étaient des fourrures de ce pays, comme les Espagnols des mines du Pérou. On peut donc dire que le froid humide des côtes de cette partie du Nord de l’Amérique favorise le développement du scorbut, mais que la cause efficiente est, comme ailleurs, dans la mauvaise alimentation et les fatigues.

  • 2 Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), jésuite français, qui explora le Saint-Laurent et (...)

4Tout ceci doit s’entendre des Européens, des hommes dont la civilisation ou l’habitude a modifié la constitution. Les naturels, en effet, qui certainement sont plus exposés au froid humide que nos matelots les plus malheureux, et se livrent parfois à des exercices infiniment pénibles, les naturels, dis-je, n’ont jamais été sujets au scorbut. Le père Charlevoix, dans son Histoire de la Nouvelle-France, dit positivement qu’ils en ont été trouvés exempts, quoiqu’il rapporte un peu plus haut qu’ils enseignent aux Français à s’en guérir, par l’usage d’une tisane de feuilles et d’écorce d’épinette blanche2. J’ai observé à Terre-Neuve plusieurs familles de Micma[c]s ou Souriquois, originaires de l’Acadie, et de Montagnais sortis des bords du Saint-Laurent, près [de] l’embouchure de la rivière de Saguenay : je peux attester que je n’ai point remarqué de dents de manque à aucun de ces sauvages, qu’ils les ont tous, au contraire, très-belles, et qu’ils les conservent telles jusque dans une extrême vieillesse : la seule altération qui s’y distingue alors est une simple usure, sans altération de couleur ; c’est ce que j’ai remarqué sur une femme presque centenaire. Il serait certainement impossible de trouver d’aussi belle dentures chez un peuple où le scorbut serait endémique.

5Mais qui donne à ces sauvages le privilège heureux de voir de si belles dents ? Le devraient-ils à l’usage que j’ai trouvé parmi eux de mâcher une espèce de gomme résine qu’ils recueillent sur les arbres de leurs forêts ? mais il n’y a guère que les jeunes filles qui soient dans cet usage, plus encore pour donner un certain parfum à leur haleine que pour blanchir leurs dents. Aucun masticatoire particulier n’est capable de produire des effets si généreux ; une manière d’être qui s’étend au reste à presque tous les peuples sauvages et aux animaux, doit avoir sa source dans une cause plus générale. C’est dans un état particulier de l’économie, et dans le genre de vie propre à l’entretenir, qu’il faut chercher cette cause. Or, cet état de l’économie, selon moi, tient évidemment à l’intégrité des organes digestifs : on lit dans l’estomac, en explorant la bouche. Le genre de vie propre à l’entretenir, c’est celle que mènent les sauvages : leur frugalité, leur tempérance naturelle ou acquise, l’habitude des privations, et même leurs longues pénuries, suivies de super-réplétions quand la disette cesse, rien ne me paraît plus propre à fortifier les organes digestifs, et, par conséquent, à garantir des nombreuses dégradations qui sont la conséquence de leur mauvais état. Il y a long-temps qu’on a dit que la frugalité est le premier précepte de l’hygiène ; que le luxe des tables détruit plus d’hommes que la peste et la guerre.

6Si le scorbut est inconnu aux Canadiens, il n’en est pas de même des scrofules. M. Mottet, chirurgien-major à Saint-Pierre-Miquelon, en a traité plusieurs pour diverses maladies qui tiennent à cette diathèse. J’ai observé moi-même, parmi eux, des luxations spontanées, des tumeurs blanches, des caries des os plats, et des déviations de la colonne vertébrale. De semblables infirmités ont des conséquences encore plus graves pour ces hommes que pour ceux qui vivent en société : obligés de pourvoir par eux-mêmes à tous leurs besoins, ils ne peuvent choisir une profession à laquelle leur infirmité ne nuise point, comme cela se pratique dans les pays civilisés. Là pourtant, comme ailleurs, la privation de quelques facultés n’a jamais lieu sans un développement plus considérable de celles qui restent. J’ai vu une jeune fille micmac réduite à la vie casanière par une gibbosité dont les conséquences l’empêchaient de suivre ses parens à la chasse où à la pêche, comme les autres femmes : elle était devenue très-habile dans l’art de coudre les vêtemens, et de faire des chaussures d’une seule pièce de peau de loup marin (phoque), froncée sur le devant, et cousue en arrière avec les fibres déliées du ligament cervical du caribou (c’est ainsi qu’on appelle à Terre-Neuve une espèce de daim qui y est très-commune).

7Je n’ai point observé de goitres dans cette île, et plusieurs personnes qui y on demeuré long-temps m’ont assuré n’en avoir jamais vu. On n’y boit pourtant qu’une eau provenant évidemment de la fonte des neiges, laquelle filtre, en descendant des montagnes, sous la couche légère de terre végétale qui recouvre seule des rochers granitiques. Pour admettre que l’usage de cette eau et l’air des vallées sont cause du gonflement du thyroïde, comme on se plaît à le répéter dans les traités de pathologie, il faudrait au moins ajouter que d’autres circonstances locales en détruisent souvent l’influence, comme cela peut être ici.

8C’est principalement dans la belle baie Saint-George que j’ai observé les Micma[c]s et les Montagnais. Ils y forment un village situé sur la côte S. Un vieux matelot [Benoît] de Saint-Malo, surpris en ces lieux par les événemens de la révolution, s’y est marié à une Canadienne, et occupe le fond de la baie avec sa nombreuse postérité. Des Irlandais se sont établis dans une presqu’île en face. On m’a assuré que le village de ceux-ci, déjà assez populeux, provient en entier de la fécondité de deux femmes, dans l’espace d’un demi-siècle. Ces trois petites républiques vivent en assez bonne intelligence, quoique rivales pour la chasse et la pêche. Les Européens spéculateurs ne s’occupent que des objets d’exportation que peut fournir le pays. Les Canadiens, sachant moins profiter des avantages du commerce, tirent mieux parti de ce qu’ils trouvent sous la main pour leur utilité immédiate ; car, pour de la prévoyance, ils n’en ont guère. Cette connaissance plus détaillée des ressources du pays, leur habitude de se suffire à eux-mêmes, leur attirent une certaine confiance de la part des Européens dans le cas de maladie. On les voit alors venir consulter les vieilles femmes sauvages, qui leur indiquent l’usage de quelques plantes. C’est à-peu-près ce qui se passait dans l’enfance de l’ancien monde : les pâtres qui vivaient dans les forêts, étaient supposés mieux connaître les vertus des plantes.

  • 3 Pierre Maillard (vers 1710-1762), missionnaire chez les Micmacs et spécialiste de la langue micmac. (...)

9J’ai été assez étonné de trouver la saignée en honneur chez ces guérisseurs sauvages. Un homme incommodé par les accidens d’une légère gastrite crapuleuse contractée dans une débauche d’eau-de-vie, me pria instamment de le saigner : il y avait bien une lancette dans sa famille, mais elle ne coupait plus ; cet instrument provenait d’un chirurgien des bâtimens du roi, qui l’avait laissé en ces lieux plusieurs années auparavant. On me fit beaucoup d’instances pour en obtenir un semblable de moi. Je crus que c’était une occasion favorable pour demander en échange un petit livre manuscrit contenant l’office des principales fêtes de l’année, traduit dans la langue des Micma[c]s. Les caractères de ce livre étaient hiéroglyphiques : j’en fis lire plusieurs passages devant moi. Les mots Jésus et Marie étaient représentés par les signes connus. Le lecteur ne pouvait me faire sa lecture sans chanter en même temps sur des airs d’église, quelque instance que je lui fisse pour l’engager à lire couramment. Je cherchai à savoir si la musique n’était point écrite avec les paroles ; mais je ne pus me faire assez comprendre du Canadien, qui ne parlait que très-peu français et anglais. Il me fit pourtant entendre que la traduction appartenait au P. Maillard, missionnaire au cap Breton3. (Cette circonstance explique la forme des hiéroglyphes ou plutôt des monogrammes représentant les mots Jésus et Marie.) Le scrupule religieux fit rejeter ma proposition : j’espérai en vain que l’utilité l’emporterait ; mon bâtiment mit à la voile avant qu’on se fût décidé.

10La bonne disposition de ces sauvages pour les émissions sanguines me fit penser à leur recommander l’usage des sangsues : mais je me convainquis bientôt que la sangsue médicinale ne se trouve point dans les nombreux étangs du pays ; on n’y rencontre que des sangsues noires, sans voracité.

11Civiliser les Canadiens, leur inspirer l’amour de la propreté, serait sans doute leur rendre un plus grand service que de leur indiquer des moyens thérapeutiques. La malpropreté qui règne dans leurs huttes, suffit, en effet, avec les inquiétudes causées par les nouveau venus, pour rendre raison des nombreuses épidémies meurtrières qui se manifestent parmi eux à l’arrivée des Européens. Une odeur insupportable imprègne toute leur personne, leurs demeures, leurs ustensiles et leurs embarcations. Cette odeur a quelque chose d’analogue à celle qui s’exhale des loges des animaux féroces au Jardin des plantes ; mais je crois qu’elle affecte encore plus désagréablement l’odorat. Les habitudes nomades affaiblissent probablement l’influence délétère de ces exhalaisons.

  • 4 Pierre-François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description générale de la Nouvelle-France, vol. (...)

12Le P. Charlevoix parle de l’habileté des sauvages du Canada à guérir les plaies, et de leur impuissance contre les maladies internes4. J’ai eu occasion de constater l’impéritie de ceux que j’ai visités, en fait de chirurgie, par les luxations non réduites et des ulcères abandonnés à eux-mêmes que j’ai observés chez eux.

13Je dirai, à ce sujet, qu’on appelle généralement, dans le pays, froid tombé dans les jambes, des ulcérations de ces parties que se déclarent particulièrement dans l’hiver. Il paraît que ces ulcères sont ordinairement précédés d’oedématie [oedème]. J’ai été appelé à traiter un cas semblable ; l’ulcère avait pris le caractère dartreux. Des cataplasmes émoiliens d’abord, puis des lotions d’eau blanche, le firent promptement changer d’aspect. Autorisé par l’honorable capitaine Bruix à tirer de notre bord tout ce qui était nécessaire à la guérison de la pauvre mère de famille qu’il s’agissait de soulager, j’eus la satisfaction de la mettre en bon chemin de guérison, en lui procurant sur-tout une bonne provision de linge à pansement, dont la pénurie avait certainement contribué aux grands progrès de son mal.

14Mon attention a été vivement attirée par la manière que ces Canadiens emploient pour vêtir leurs enfans nouveaux-nés. Les mères de ce pays, où l’hiver est si rigoureux, suivant leurs maris à la chasse, avaient encore plus besoin que les nôtres de garantir leurs enfans du froid et de les rendre faciles à manier. Il m’a semblé qu’elles atteignaient bien mieux que nous ces indications diverses, en se servant, à cet effet, d’une espèce de berceau portatif qui fait partie du vêtement de l’enfant, ou plutôt est à son égard comme la coque de l’œuf est au petit oiseau non encore assez développé pour être abandonné sans danger aux influences extérieures. Ce berceau n’est autre chose qu’une boîte construite avec quatre morceaux de planche mince et légère, assez large et profonde pour contenir un enfant nouveau-né sans le gêner en aucune manière. Cette boîte n’est fermée qu’à l’extrémité qui correspond aux pieds ; ses deux parois latérales sont coupées en biais vers la tête, afin que l’enfant, approché du sein de la mère, puisse le saisir facilement. Des fourrures, tapissant l’intérieur de la boîte, servent en même temps de matelas et de couches, et sont maintenues appliquées sur le corps de l’enfant par des cordons fixés de distance en distance aux parois de la machine. À l’aide de ce procédé, l’enfant peut être tenu, comme disent les nourrices, dans les premiers jours de la naissance, promené en plein air, et transporté au loin. On le tient sur les bras, on l’allaite, sans le sortir de son berceau, qui ne le quitte qu’au moment de le changer et de le nettoyer. Les bercelonnettes de quelques provinces du midi, remplies de matelas volumineux et non évidées à l’extrémité correspondante à la tête, ne sont point aussi maniables que la boîte des Canadiens, bien qu’elles entrent dans le même système de vêtir les enfans. Quoi qu’il en soit, la manière ingénieuse dont j’ai vu tirer parti de ce système à Terre-Neuve, m’a fait conclure qu’il est très-propre à tenir l’enfant chaudement ; qu’il le rend infiniment facile à manier, à changer, à laver ; que, dans son usage, les mouvemens de l’enfant ne sauraient être trop gênés, si l’on donne à la boîte une capacité convenable. Remarquez que les épingles sont inutiles pour retenir les vêtemens appliqués sur le corps.

15La dureté des parois pourrait peut-être faire craindre à quelques mères délicates des contusions aux bras, aux reins ; mais on pourrait donner au berceau portatif des formes arrondies, le matelasser en dehors pour les mères, comme il l’est en dedans pour l’enfant. D’ailleurs, elles sont susceptibles d’attention : la nature, en requérant la leur pour le fruit de leur amour, ne leur défend point de s’en servir pour elles-mêmes.

16Les Anglais établis dans le voisinage ont bien apprécié la méthode des Canadiens, et n’ont point hésité à l’adopter, comme ils ne dédaignent point de recourir à eux pour apprendre à se servir de quelques plantes de pays contre les maladies qui les affligent. Cela n’empêche point qu’ils font venir quelques préparations pharmaceutiques, pour s’en servir au besoin, d’une manière empirique. Tandis que j’étais parmi eux, j’ai eu à traiter plusieurs panaris peu graves, qui m’ont paru être la suite accoutumée du travail que nécessite la préparation de la morue. Presque tous employaient, dans ces circonstances, un onguent où entrent des sels de cendre, apporté des États-Unis.

  • 5 Auguste-Jean-Marie Bachelot de La Pylaie, « Notice sur l’île de Terre-Neuve et quelques îles voisin (...)

17M. de Lapilaye [Bachelot de La Pylaie] semble s’être chargé de faire l’histoire naturelle de l’île de Terre-Neuve : il a déjà publié, sur cette île, dans les Annales [Mémoires] de la Société linnéenne, une notice où la topographie, la géologie, la météorologie, et surtout la botanique, sont traitées avec habileté. Il publie maintenant la Flore du même pays5. Mes observations, après celles de ce naturaliste, auraient bien peu d’intérêt. Recueillant néanmoins ce qui peut avoir quelque rapport à la pratique, je dirai que les cousins ou moustiques, avec une très-petite mouche plus incommode encore, et dont la piqûre produit aussi des éleveurs à la peau, sont les seuls animaux vénéneux que j’aie remarqués à Terre-Neuve. Je n’y ai point rencontré de reptiles, soit nuisibles, soit innocens. Le froid excessif des hivers en a sans doute éloigné cet ordre inférieur parmi les vertébrés. C’est probablement la même cause qui a beaucoup restreint en ces lieux le nombre des végétaux à épines ; je ne me ressouviens point d’y avoir trouvé aucun arbuste qui en portât, excepté le groseille à maquereau, sur lequel encore elles sont très-faibles, quoique je me sois enfoncé dans les forêts. J’y ai vu plusieurs pommiers sauvages, sur lesquels je n’ai point remarqué, comme en France, des épines à la place des rameaux arrêtés dans leur développement. Le fruit de ces arbres est très-petit. Les castilles, les groseilles à maquereau, et sur-tout les fraises et les framboises, croissent en très-grande abondance dans presque tous les havres, et sont les seuls rafraîchissements que le navigateur puisse y trouver.

  • 6 L’ambition de Carl von Linné (1707-1778) était d’établir un système descriptif, rationnel et univer (...)
  • 7 Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) était un botaniste qui produit un livre sur la classificatio (...)

18Les habitans de Terre-Neuve, comme la plupart des peuples du N., cherchent à suppléer à l’usage des boissons alcooliques par celui du thé ou des infusions théiformes de plantes aromatiques. Le végétal le plus usité parmi eux a cet effet porte, dans le pays, le nom de thé lucet ; c’est le vaccinium hispidulum de Linné6, placé dans la classe IX et l’ordre III de M. de Jussieu7.

19Lorsqu’on fait sécher cette plante dans un appartement, il se remplit d’une odeur infiniment suave, que prend aussi l’infusion qu’on en prépare. Des personnes d’un tempérament éminemment nerveux, et douées du talent d’observer, m’ont assuré que l’usage de cette plante leur était très-avantageux ; qu’il produisait sur elles l’effet de la meilleure eau de fleur d’orange ; qu’en mêlant l’infusion du thé lucet au lait du déjeuner, on rend celui-ci beaucoup plus léger, et les impatiences nerveuses sont bien moins fatigantes durant la journée.

20Les Anglo-Américains retirent du vaccinium hispidulum une essence que le commerce de Boston répand, et qui remplace avec avantage l’infusion théiforme. Une demicuillerée à café de cette essence suffit pour une tasse de lait, auquel elle communique ses propriétés sans y introduire d’eau.

21Une autre plante encore employé à Terre-Neuve en infusion théiforme, c’est le ledum latifolium, de la famille des rhododendrées, sous-arbrisseau à bourgeons, d’un pied à un pied et demi de haut, dont la face inférieure des feuilles est couverte d’un duvet fauve.

22Ayant vu nos matelots s’empresser de se préparer du thé de jaur (c’est ainsi qu’ils appelaient cette plante), à l’exemple des habitans, je fus curieux d’en prendre aussi, et je trouvai que l’infusion avait un goût assez agréable, avec un arôme très-délicat. J’éprouvai seulement un peu d’amertume après la déglutition ; mais je suis fondé à croire que cela provenait de ce que la plante, jetée dans la chaudière, tige et feuille, immédiatement après avoir été cueillie, avait subi un peu d’ébullition. Je sortais de déjeuner ; la digestion fut facile, et je me sentis bientôt un peu plus dispos qu’on ne l’est ordinairement après un repas assez copieux.

23Dans les mêmes terrains que le ledum latifolium, croît le kalmia angustifolia, une autre plante de la même famille, assez semblable, mais dont les fleurs sont axillaires, au lieu d’être terminales, et dont les feuilles sont dépourvues du tomentum caractéristique. Celleci est un peu vénéneuse. M. Fidgeral, chirurgien-major à Saint-Pierre, a été appelé à remédier à des accidens de narcotisme qu’elle avait produits, employée par méprise pour le ledum latifolium.

  • 8 William Epps Cormack (1796-1868), explorateur et auteur né à Saint-Jean de Terre-Neuve, fit ses étu (...)

24Une source d’eau minérale gazeuse existe sur la côte S. de la baie Saint-George, près d’une habitation anglaise. Voici ce que le chef de cette habitation, prud’homme du canton, me rapporta à ce sujet. En 1825 ou 1826, un Anglais parti de Saint-Jean [William Epps Cormack], le sac sur le dos, avec un Canadien pour guide, arriva dans ce lieu vers la fin de l’été, après avoir traversé l’île dans sa plus grande largeur8. Il prenait des notes sur ce qu’il observait, et recueillait des échantillons des objets qui fixaient son attention. Ayant été conduit à la source bouillonnante, il eut grand soin d’en remplir une bouteille qu’il emporta avec lui, saisissant l’occasion qui lui présenta un navire anglais qui faisait voile pour Londres. Cette eau, me dit le prud’homme, moussait comme du vin de champagne, lorsqu’on débouchait la bouteille.

25J’ai bien regretté de ne pouvoir aller aussi visiter cette source.

26Dans la même baie Saint-George, on trouve assez fréquemment un minéral lamelleux, transparent, se divisant très-facilement en lamelles, et produisant au toucher la sensation d’un corps graisseux, que j’ai regardé comme une espèce de talc. Plus avant dans les terres, on rencontre aussi quelquefois des masses irrégulièrement arrondies, présentant à leur surface le relief de quelques angles de cristaux d’un éclat métallique jaunâtre, faisant feu sous le briquet, et répandant alors une forte odeur de soufre. J’ai rapporté de jolis échantillons de ces deux minéraux, que j’ai offerts, en débarquant, avec une petite collection zoologique, au cabinet d’histoire de Brest, par l’entremise du conseil de santé.

Notes

1 Jacques Cartier (1491-1557), explorateur français qui, au nom de François I, partit en 1534 avec deux navires vers l’ouest à la recherche d’un passage vers la Chine. L’année suivante, le roi le renvoya explorer le continent.

2 Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), jésuite français, qui explora le Saint-Laurent et le Mississippi. Voir son Histoire et description générale de la Nouvelle-France, vol. 3, p. 160-161.

3 Pierre Maillard (vers 1710-1762), missionnaire chez les Micmacs et spécialiste de la langue micmac. Voir John Hewson, « An 18th-Century Missionary Grammarian », p. 67-68, et Silas Tertius Rand, Dictionary of the Language of the Micmac Indians [...].

4 Pierre-François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description générale de la Nouvelle-France, vol. 3, p. 365.

5 Auguste-Jean-Marie Bachelot de La Pylaie, « Notice sur l’île de Terre-Neuve et quelques îles voisines », p. 417-547, et Flore de Terre-Neuve et des îles de Saint-Pierre et Miclon.

6 L’ambition de Carl von Linné (1707-1778) était d’établir un système descriptif, rationnel et universel, valable aussi bien pour les végétaux que pour les animaux et les minéraux, et il prit pour critères de détermination les caractères sexuels. Sébastien Vaillant, botaniste français, avait localisé les organes reproducteurs de la fleur dans le corps ; Linné, s’abritant derrière maintes précautions littéraires, les plaça dans les étamines et le pistils et regroupa les plantes en vingt-quatre classes, qu’il divisa en ordres suivant l’analyse rigoureuse de la combinaison des étamines et des pistils. Il détermina le genre par la seule observation des étamines et dota chaque espèce d’un nom et d’un prénom. Linné inventa un langage international de dénomination des plantes, qu’il étendit aux animaux – un système binominal composé du nom du genre et du nom de l’espèce, dérivés du latin ou de la forme vernaculaire latinisée, ou encore du nom du découvreur latinisé. Grâce à ce système, la chasse aux spécimens se développa.

7 Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) était un botaniste qui produit un livre sur la classification des plantes. Pendant la Révolution, il organisa le Musée national d’histoire naturelle.

8 William Epps Cormack (1796-1868), explorateur et auteur né à Saint-Jean de Terre-Neuve, fit ses études en Ecosse, et après avoir passé quatre ans à l’île du Prince Édouard, il retourna à Terre-Neuve pendant l’hiver de 1821-1822. Étudiant en histoire naturelle, il était préoccupé par l’idée d’explorer l’intérieur de l’île, qui n’avait jamais été traversé par un Européen, et voulut entrer en contact avec les Béothuks, qui y demeuraient. Accompagné du Micmac Joseph Sylvester, il se mit en route de Smith Sound, dans la baie de la Trinité, le 5 septembre 1822, en enregistrant la flore, la faune et les particularités géologiques, et arriva à la baie Saint-Georges le 4 novembre. Son récit de voyage fut publié pour le première fois en 1823-24 dans le Edinburgh Philosophical Journal et développé sous le titre de Narrative of a Journey Across the Island of Newfoundland (1856). Un résumé parut dans le premier tome des Annales des sciences naturelles, revue qui comprenait la zoologie, la botanique, l’anatomie et la physiologie comparée, ainsi que l’histoire des corps organisés fossiles.

Auteur

Philippe Michelet, le fils d’Étienne Michelet, officer de santé, naquit en 1801 dans la commune de Nieul-le-Viroul, Département de Charente inférieure. Admis docteur-médecin à Paris en 1827, il s’inscrit en 1828 à l’École de médecine navale de Rochefort et était employé pour la première fois en qualité de chirurgien auxiliaire de troisième classe.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search