Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Le long de la côte anglaise (1828)

« Voyage à Terre-Neuve », p. 362-367

Eugène Ney

Texte intégral

1L’île de Terre-Neuve porte des marques visibles le long de ses côtes, et dans la profondeur de ses larges baies, d’une grande révolution qui, à une époque reculée, changea sa forme et son étendue primitives. Elle est séparée, à l’est, du fleuve et du golfe Saint-Laurent, par un canal étroit, de trois lieues de large, appelé détroit de Belle île ; sa forme est triangulaire ; elle a onze mille huit cent trente-trois lieues carrées. La difficulté de pénétrer dans l’intérieur, le peu de chances de succès que présente une tentative d’exploration, font qu’on en sait peu de chose, si ce n’est cependant que le sol y est rocailleux et généralement stérile, qu’il y a des montagnes à pic couvertes de bois, des vallées étroites et sablonneuses, et quelques grandes plaines de bruyères ; mais on n’y voit ni arbres ni buissons. On appelle ces plaines dans le pays, barrens ou landes. Les lacs, les étangs, y sont très-nombreux, et les sources de l’eau la plus pure abondent de tous côtés. Quelquefois le terrain est si marécageux, qu’on ne peut y aller à cheval, et on y court même des dangers à pied.

2Les côtes sont généralement couvertes de petits bois suspendus qui descendent jusqu’à la mer, ou coupées à pic en précipices. Au sud-ouest de l’île s’élèvent d’assez hautes montagnes. Sur toute la côte d’ailleurs, on trouve de nombreuses rivières, de belles rades, de magnifiques ports, et de larges espaces réservés sur la plage, couverts de galets qui y semblent mis exprès pour faire sécher le poisson pris dans les environs. Il y a de vastes baies de plusieurs lieues de profondeur, où les bâtimens sont dans la plus grande sûreté, abrités par les terres élevées qui les entourent.

3À trois milles environ de l’extrémité nord-est de la baie de la Conception est une petit île nommée Baccalao, qui est remarquable par le nombre extraordinaire d’oiseaux de mer qui établissent leurs nids sur ses flancs déchirés. On les appelle oiseaux de Baccalao ; ce sont d’utiles pilotes que la nature semble avoir ménagés aux marins, qu’ils avertissent de l’approche des côtes, surtout pendant la brume ; aussi le gouvernement anglais leur accord-t-il une protection spéciale, et défend-il de les tuer ou de prendre leurs œufs. Cependant, malgré la proclamation du gouverneur, qui paraît à ce sujet chaque année, séduits par le grand profit que donne la vente de ces oiseaux, de leurs plumes et de leurs œufs, des hommes hardis, méprisant les dangers qui accompagnent cette tentative, réunissent, avec des cordes et des filets, à balayer leurs œufs et à prendre les oiseaux eux-mêmes.

4La baie de la Conception, qui s’enfonce à vingt-huit lieues dans les terres, contient deux villes : Harbour-Grace et Carbonier. De cette ville à Pointe-de-Grat est un espace rempli d’une population nombreuse, employée entièrement de pêche, malgré les côtes âpres et incultes, et les nombreuses pertes qu’elles y éprouve chaque automne par les coups de vent, les tempêtes et les vagues, qui quelquefois viennent détruire les échafauds et les embarcations.

5Le port de Saint-Jean n’est pas loin de la baie de la Conception ; c’est un des meilleurs de l’île : il se trouve entre deux montagnes à peu de distance l’une de l’autre, dont à l’est les extrémités forment une entrée très-étroite. Ce port a deux milles de profondeur jusqu’à l’embouchure de la rivière du Petit-Castor. Au sud s’élèvent de hautes montagnes à pic, et au nord les forts William et Townsend. Derrière le premier se trouve un très-beau lac [le lac Quidi Vidi] rempli d’excellentes truites, et qui communique à la mer.

6La ville de Saint-Jean est le siège du gouvernement et de la cour suprême de l’amirauté de Terre-Neuve. C’est une place importante en temps de guerre, et c’est là que, pour plus grande sûreté, est déposée la majeure partie des propriétés de l’île. Tous les bâtimens des différents ports, excepté ceux allant au nord, en Écosse et à Liverpool, sont obligés de venir à Saint-Jean s’y réunir au convoi, et partent tous ensemble. Les forces de terre et de mer qui s’y trouvent donnent la vie et le mouvement à cette ville, et sont la source de sa prospérité. Le difficile accès du port, la position imposante des montagnes qui s’élèvent à ses deux côtés, des forts et les batteries nombreuses dont elle est flanquée, la rendent presque imprenable. Un bâtiment seul peut y entrer à la fois, et il serait facilement coulé, si les forts tiraient dessus.

7La population de cette ville est de douze mille âmes, et celle de l’île de soixante mille. Le gouverneur [sir Thomas Cochrane] y étalait, lors de notre visite, un grand luxe, et représentait en petit la cour du roi d’Angleterre. La société, dit-on, y est choisie ; les femmes y sont fraîches et jolies, et l’hiver, malgré sa grande rigueur, est la saison la plus agréable qu’on y puisse passer. On y donne de bals, on y joue la comédie en société, et les acteurs sont pris principalement parmi les officiers de deux régimens qui y sont en garnison, et ceux d’un ou deux bâtimens de guerre qui restent dans le port.

8La plus grande ville après Saint-Jean, est Plaisance, située dans la baie de ce nom, au sud de l’île, et dont le port est si grand, que cent cinquante bâtimens pourraient s’y tenir dans la plus grande sûreté. Parmi les îles et les baies de Terre-Neuve, on trouve des noms qui presque tous rappellent quelques circonstances : telles sont la baie du Désespoir, la baie des Trépassés, la baie des Fâcheux, la baie du Diable, la baie de la Rencontre, l’île des Pigeons, des Pinguins, la baie de l’Ours blanc, des Cinq Cerfs, du Grand Bruit, de la Poyle, par sa ressemblance supposée avec une poële ; celle de la R ose blanche, l’Île brûlée, la Pointe blanche, et enfin la Pointe enragée, dont la position sauvage, exposée au golfe Saint-Laurent, entourée de rochers, semble justifier ce nom, surtout quand, dans une tempête, le vent souffle du sud et du sud-ouest.

9Sur la côte ouest se trouve la plus grande rivière de l’île, nommée rivière Humber, qui a trente-huit lieues de long du sud au nord.

10Les côtes opposées du Labrador sont jointes à la colonie de Terre-Neuve. Il paraît, dans les plus anciennes descriptions de ces côtes, qu’elles furent toujours remarquables par la multitude de poissons, principalement de morues et de saumons qu’on y trouve, ainsi que dans les rivières. Ces côtes, les plus élevées du monde, se voient à quarante lieues en mer ; elles ont de près l’aspect le plus sauvage et le plus terrible. Le gibier y est on ne peut plus abondant, et on trouve une grande quantité de cerfs, renards, castors, martres, etc. Cinq espèces de loups marins aussi fréquentent ces parages, entre autres une nommée par les lapons fatuc vindac, dont la tête est ronde, et dont le long groin pend comme la proboscide d’un éléphant. Les chiens, à peu près semblables à ceux de Groenland, ont assez l’apparence et la taille du loup. Abandonnés à eux-mêmes, ils chassent en meutes le gibier, et en font leur pâture.

  • 1 John Davys (1550-1606), explorateur anglais, qui en cherchant le Passage du nord-ouest fit une esca (...)
  • 2 Pour avoir une description plus ample du Labrador, voir « Labrador - Détroit et Mer de Hudson », L’ (...)

11John Davis1, en 1585, descendit le long de ces côtes. Le 19 juillet, étant très au nord, un bruit terrible se fit entendre à travers une brume très-épaisse, et il ne pouvait en deviner la cause, ne trouvant pas fond à trois cents brasses. Il s’aperçut bientôt que ce bruit était causé par les vagues qui se précipitaient contre d’immenses masses de glace, qu’il évita avec un rare bonheur. Le lendemain, sa vue fut frappée par des montagnes déchirées, et en pain de sucre, dont les sommets, bien au-dessus des nuages, étaient couverts de neiges. Il donna à ces terres le nom de Terre de la Désolation ; et, effrayé de l’aspect de ces côtes et des dangers que présentait la navigation dans ces parages, il redescendit, par le détroit qui porte son nom, dans la vaste mer nommé baie d’Hudson, et arriva jusqu’à Terre-Neuve. Il est singulier que dans ce pays, qui pendant huit mois de l’année, ne produit rien, le gibier soit si abondant. Lorsque la baie d’Hudson était au pouvoir des Français, de 1697 à 1714, un gouverneur de fort Bourbon, avec sa garnison, composée de vingt hommes, mangea, dit-on, pendant un hiver, 90 000 gelinottes et 25 000 lièvres2.

Notes

1 John Davys (1550-1606), explorateur anglais, qui en cherchant le Passage du nord-ouest fit une escale près du Hamilton Inlet.

2 Pour avoir une description plus ample du Labrador, voir « Labrador - Détroit et Mer de Hudson », L’Amérique septentrionale et méridionale, p. 438-443, et Elisée Reclus, « Labrador », Amérique boréale, p. 618-636.

Auteur

Eugène Ney (1808-1845), fils du maréchal de France Michel Ney (1769-1815), fut invité par Joseph-Louis-Michel Brue (1782-1843), nommé commandant et administrateur de Saint-Pierre-et-Miquelon en 1828, à l’y accompagner. Il partit de Brest le 28 avril à bord de la Cérès, commandant la Station navale de Terre-Neuve, avec la gabarre Chameau et deux goélettes. Ney entra, après la Révolution de juillet 1830, dans la diplomatie et fut attaché successivement aux légations françaises en Grèce, à Rio-Janeiro et à Turin. Nommé chargé d’affaires au Brésil en 1843, il rentra en France deux ans plus tard dans l’espoir de s’y guérir de la fièvre jaune qu’il y avait contracté, mais il mourut peu de temps après son retour.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search