Desktop versionMobile version

Terre-Neuve

À la recherche des Béothuks (1828)

« Voyage à Terre-Neuve », p. 324-327, 334-337

Eugène Ney

Full text

1Le 5 juin 1828, je partis de Saint-Pierre pour le Croc, au nord-est de Terre-Neuve, port où le bâtiment commandant la station avait eu jusqu’alors l’habitude de mouiller. Le temps était serein, et nous vîmes les côtes de la grande terre toute la journée jusqu’au Chapeau rouge, de là au cap Raze que nous doublâmes, et ainsi de suite jusqu’à Saint-Jean, devant lequel nous étions le lendemain à midi, vingt-quatre heures après notre départ, ayant fait ainsi quatre-vingt-quatre lieues. Nous nous tînmes constamment à quatre et six milles des côtes, et je pus les dessiner presque toutes depuis le Chapeau rouge. Nous vîmes alors distinctement les maisons blanches de la ville au fond du port, et le fort Amherst sur la montagne. Le soir, nous étions par le travers de l’île Baccalao ; le lendemain, nous eûmes de la brume et peu de vent. La nuit, il vint à fraîchir, et nous fûmes obligés de capéer à cause des montagnes de glace. Le jour suivant calme, et multitude de glaces en vue de tous côtés. On en estima plusieurs à quatre et cinq lieues de long sur huit et douze cents pieds de haut. Nous crûmes voir quelque chose remuer sur une d’elles, mais, malgré nos longues vues, nous ne pûmes nous assurer quel objet c’était : peut-être un ours blanc. C’est ainsi qu’ils arrivent à Terre-Neuve, entraînés du pôle par les courans ; ils viennent échouer sur les côtes après un ou deux mois de jeûne, n’ayant pour toute nourriture que leurs pattes à lécher. Quoiqu’à travers la brume, et à cause de ces montagnes, la navigation soit dangereuse, on peut cependant s’apercevoir facilement de leur voisinage avec un thermomètre qu’on présente aux côtés du bâtiment, et même en regardant dans la brume, on voit toujours plus de clarté au-dessus de l’endroit où elles sont que partout ailleurs.

2Dans la matinée du 9 juillet, étant venus trop au nord, nous vîmes le cap Charles au Labrador, et une longe suite de côtes élevées s’étendant au nord-est. Nous passâmes la nuit sous l’île de Grois, en vue de vingt-cinq montagnes de glace, et entourés de baleines qui tournaient autour de notre corvette en soufflant et faisant entendre leurs grognemens. Une d’elles passa sous le Beaupré, et inonda deux hommes qui se trouvaient en vigie sur le gaillard d’avant. Le 10, nous eûmes beau temps, et la mer nous offrit des effets de mirage singuliers, parmi lesquels nous remarquâmes un brick qui semblait entièrement renversé, c’est-à-dire que son corps était en l’air, et les mâts touchaient la mer. Vers midi, voyant que la brise ne se faisait pas, le commandant fit armer les avirons de la Cérès : il y en avait huit avec huit hommes sur chaque ; mais comme nous ne faisions pas plus d’un mille à l’heure de cette manière, on mit toutes les embarcations à la mer, et nous nous fîmes remorquer. Près des terres cependant la brise nous adonna, et, après avoir parcouru les sinuosités de l’entrée, nous mouillâmes dans le port du Croc, près de deux bricks désarmés, abandonnés, dégréés, et dont les propriétaires, occupés à la pêche, ne se servaient que pour leur traversée. Ce port est situé au nord-est de l’île par 58°10’de longitude ouest, et 58° 3’17” de latitude.

3Il est presque circulaire, et on y est parfaitement à l’abri. L’entrée en serait assez difficile à distinguer, même de près, s’il n’y avait un gros cap nommé Cap-de-Vent, à bâbord en entrant, sur lequel est un mât surmonté d’un ballon.

4Au fond du port, à gauche, est l’embouchure d’une jolie rivière de trois cents pieds de large environ, longée de collines couvertes de sapins, de rochers, et faisant plusieurs détours qui la rendent très-pittoresque : c’est l’Épine Cadoret. À droit, en remontant, sur une éminence couverte de verdure, où s’élève un bouleau solitaire, est situé le cimetière. Il y a trois croix, et deux bornes sur lesquelles sont les noms de deux jeunes aspirans anglais, âgés, l’un de vingt-un ans, l’autre de dix-neuf, qui ont péri dans un snow-storm, ou tempête de neige.

5Ce que je vis au premier abord de ce pays me parut charmant, pittoresque et sauvage ; tout y était très-vert, et les bois, composés presque uniquement de bouleaux et de sapins, couvraient une gradation de collines entassées les unes sur les autres. La végétation y était très-active, les plantes très-parfumées, et l’angélique surtout, qui s’y trouve en grande quantité, et dont l’odeur embaume les forêts.

6Dès son arrivée, le commandant établit sur les bords de cette rivière quatre matelots jardiniers pour avoir quelques légumes. Nous allâmes les voir le lendemain de leur translation à terre ; nous les trouvâmes la tête et les yeux horriblement enflés, ne pouvant soulever leurs paupières, et éprouvant de vives souffrances. Les moustiques les avaient mis dans ce triste état. Avec le temps cependant, leurs têtes reprirent leur volume ordinaire, leurs yeux se rouvrirent au jour, et ils en furent quittes pour la piqûre habituelle de ces insectes, qui occasionne une grande démangeaison. Quand le ciel est calme, et même par toute espèce de temps, les moustiques sont en possession de l’air depuis la moitié de juin jusqu’à la moitié d’août, et souvent, dans les bois, ils sont par bandes si épaisses, qu’ils interceptent la lumière ; mais ils disparaissent quand il pleut, et quand le vent souffle du nord-ouest.

7Peu de jours après mon arrivée, le commandant me mena voir deux établissemens de pêche dans le port même, l’un dans une anse, nommée Anse du sud-ouest, et l’autre, dans une anse en face, nommée la Genille.

8Un soir, au milieu d’un orage effrayant, pendant que le tonnerre tombait et résonnait dans les montagnes, nous reçûmes à bord la visite de deux Indiens, porteurs d’une lettre d’un M. Cradock [Cormack], président de la société Béotique de Saint-Jean-de-Terre-Neuve, adressée au commandant. Le but de cette société est de connaître la retraite et le nombre des Indiens rouges qui habitent cette île, pour établir avec eux des relations amicales. On croit qu’en 1826 il en restait environ une centaine, répandus dans l’intérieur qui est encore inconnu.

  • 1 Les deux indiens étaient James John, un Montagnais, et Morris Lewis, un Mic-mac de Terre-Neuve. Voi (...)

9Ces deux Indiens, dont un, élevé à Québec, parlait français, étaient chargés, par cette société d’aller à la recherche, et une gratification de cent cinquante dollars leur était promise en cas de réussite1. Ils voyageaient depuis le mois de février, à travers les forêts, se faisant des pirogues en peau, quand il y avait quelques lacs à traverser, et vivant des castors et des caribous qu’ils tuaient.

10Les côtes françaises étant les seules qu’ils n’eussent pas visitées, la société les renvoya de nouveau, et leur donna une lettre pour le commandant de la station, en le priant de leur accorder aide et protection.

11Ils étaient très-cuivrés et sans barbe ; leurs culottes étaient de peau, et ils portaient des mocassins pour chaussure. Leurs cheveux étaient noirs, lisses et très-longs, et ils avaient chacun un fusil de fabrique anglaise.

  • 2 Plaquebière (Rubus chamaemorus) : un fruit acidulé qui pousse principalement dans les marais, connu (...)

12Jusqu’alors leurs recherches avaient été infructueuses, et ils supposaient qu’il n’existait plus d’indiens rouges dans l’île. Cependant ils étaient dans l’erreur, car à notre retour à Saint-Pierre on nous raconta qu’une petite fille de Saint-Jean, étant hors de la ville à cueillir un fruit nommé plates-bières [plaquebière2], fut tout à coup effrayée en voyant un Indien arrêté devant elle à quelque distance. Elle poussa un cri, et à l’instant même une flèche vint s’enfoncer avec force à ses pieds. Elle cria au secours, on accourut ; le sauvage fut poursuivi, on envoya des soldats faire des battues dans les environs, mais on ne put le retrouver. La pointe de la flèche était faite avec un gros hameçon redressé. Le peu de ces Indiens qui étaient dans l’île ont été en grande partie détruits, comme des bêtes fauves, par les Anglais qui habitent les côtes. Pressés par la faim et le besoin, ces malheureux, pendant l’hiver, s’approchaient des habitations et du rivage, et les Anglais chargés de garder les cabanes des pêcheurs les tuaient à coups de fusil.

13À divers époques, des tentatives furent faites par le gouvernement anglais pour ouvrir des communications avec les sauvages de Terre-Neuve, mais elles furent longtemps sans succès.

  • 3 Voir Lewis Amadeus Anspach, A History of the Island of Newfoundland, p. 180-182.

14En 1703, un nommé Scott s’étant engagé sans armes parmi eux avec plusieurs de ses compagnons, ils furent lâchement assassinés. Le capitaine Thompson, la même année, fut plus heureux avec une autre tribu. Il croisait le long de la côte sud-ouest de l’île, lorsqu’il vit un grand nombre d’indiens Mic-macs campés sur le rivage. Ayant eu une conférence avec les chefs, il réussit à conclure avec eux, au nom de toute la tribu, un traité qui les engageait à vivre en bonne intelligence avec les sujets de l’Angleterre partout où ils les rencontraient, et de leur prêter secours contre leurs ennemis aussi long-temps que le soleil et la lune dureraient3.

  • 4 Le lieutenant J. W Sprott, commandant du vaisseau HMS Herring.
  • 5 L’amiral sir John Thomas Duckworth (1747/48-1817), nommé gouverneur de Terre-Neuve en 1810, essaya (...)

15En 1803, le lieutenant Spratt entra avec une goélette de guerre dans la baie des Exploits, pour tenter quelques arrangemens avec les indigènes4. Il prit avec lui un grand nombre d’objets dont il comptait leur faire présent ; mais, malgré son zèle et son activité, il ne put en découvrir un seul, et le temps de sa station étant écoulé, il retourna à Saint-Jean. En 1810, une autre goélette fut envoyée par l’amiral Duckworth5, avec des présens, à la baie des Exploits, et on fut assez heureux pour trouver cette fois un camp ou une réunion de wigwams épars le long de la rivière. L’officier qui commandait [le lieutenant David Buchan] réussit à entrer en communication avec les Indiens ; la confiance sembla s’établir de part et d’autre, et ils s’avancèrent ensemble à une certaine distance dans l’intérieur ; mais lorsqu’ils revinrent au lieu de leur rencontre, les premiers objets qui frappèrent leur vue furent les corps inanimés de deux de leurs matelots assassinés, qu’ils avaient laissés sur le rivage à attendre leur retour. Aussitôt les Indiens prirent la fuite, et toute tentative pour les ramener fut vaine. Depuis ce temps, on n’en vit pas un seul. En 1811, un autre bâtiment fut envoyé dans cette baie, mais toutes recherches y furent infructueuses.

Wigwam micmac à la côte ouest de Terre-Neuve. (Archives provinciales de Terre-Neuve et Labrador/VA13-19)

Notes

1 Les deux indiens étaient James John, un Montagnais, et Morris Lewis, un Mic-mac de Terre-Neuve. Voir Ingeborg Marshall, A History and Ethnography of the Beothuk, p. 195-200. Ralph Pastore montre dans son article « The Collapse of the Beothuk World » que les Béothuks avaient disparu en 1829 parce que les Européens avaient limité leur passage à la côte.

2 Plaquebière (Rubus chamaemorus) : un fruit acidulé qui pousse principalement dans les marais, connu à Terre-Neuve sous le nom de « bakeapple ».

3 Voir Lewis Amadeus Anspach, A History of the Island of Newfoundland, p. 180-182.

4 Le lieutenant J. W Sprott, commandant du vaisseau HMS Herring.

5 L’amiral sir John Thomas Duckworth (1747/48-1817), nommé gouverneur de Terre-Neuve en 1810, essaya de sauver les Béothuks en offrant une récompense à celui qui pouvait entrer en contact avec eux, et il accorda son patronage à l’expédition du lieutenant David Buchan. Il quitta Terre-Neuve en 1812.

Author

Eugène Ney (1808-1845), fils du maréchal de France Michel Ney (1769-1815), fut invité par Joseph-Louis-Michel Brue (1782-1843), nommé commandant et administrateur de Saint-Pierre-et-Miquelon en 1828, à l’y accompagner. Il partit de Brest le 28 avril à bord de la Cérès, commandant la Station navale de Terre-Neuve, avec la gabarre Chameau et deux goélettes. Ney entra, après la Révolution de juillet 1830, dans la diplomatie et fut attaché successivement aux légations françaises en Grèce, à Rio-Janeiro et à Turin. Nommé chargé d’affaires au Brésil en 1843, il rentra en France deux ans plus tard dans l’espoir de s’y guérir de la fièvre jaune qu’il y avait contracté, mais il mourut peu de temps après son retour.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search