Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Quelques remèdes locaux pour les maladies (1822)

« Notice sur les affections qu’éprouvent les plus communément les marins à Terre-Neuve [...] », p. 229-238

Jean-Jacques Bergeron

Texte intégral

  • 1 Le panaris est une infection de la peau autour d’un ongle, doigt ou orteil. Les bactéries qui en so (...)

1Une des maladies les plus fréquentes à Terre-Neuve, surtout chez les pêcheurs français, c’est le panaris, dont les suites sont presque toujours fâcheuses, si l’on ne parvient à détruire le mal aussitôt qu’il se fait sentir1.

2Les armateurs et les capitaines doivent craindre que des accidens de cette nature, et d’autres affections propres au climat, n’empêchent une quantité considérable d’hommes de se livrer à la pêche, et de déployer l’activité nécessaire pour profiter du moment où la morue abonde.

3La méthode curative que la plupart des chirurgiens du commerce emploient contre le panaris, et en général contre toutes les tumeurs phlegmoneuses qui ont leur siège dans un point quelconque des mains ou des doigts, est l’application de substances irritantes, qu’ils appellent maturatives, telles que l’onguent de la Mère, le baume d’Arcoeus, celui de styrax, &c., &c. Là se borne toute leur habileté, et je ne me permettrai aucune réflexion d’après les renseignements que j’ai pris à ce sujet.

4Les nombreux exemples du panaris que j’au eus sous les yeux, à bord de la Seine, m’ont mis à même de me convaincre combien il était urgent de prévenir le développement de la maladie. L’insouciance funeste de quelques hommes, qui ont négligé de se présenter au poste au moment de l’invasion, nous a ôté les moyens de leur épargner les douleurs cruelles qu’ils ont éprouvées ; et c’est aussi cette apathie qui nous a empêchés de faire quelquefois avorter l’inflammation.

5Nous avons vu la plus petite gerçure ou crevasse donner lieu à des accidens graves ; mais, dans presque tous ceux qui se sont offerts à nous au début de la maladie, nous avons arrêté les progrès du panaris par l’application des sang-sues, renouvelée souvent deux ou trois fois, et ensuite par l’immersion de la partie malade dans l’eau froide, et même les manaluves avec l’eau végéto-minérale. Des bains locaux opiacés ont été également employés avec succès, lorsque des douleurs vives l’ont exigé : au moyen de ce traitement simple, les hommes ont été rendus de suite à leur travail. Mais il n’en a pas été de même pour les premiers, qui ont été, par leur faute, dans l’impossibilité de rendre aucun service pendant très long-temps, et pour le traitement desquels on a employé, suivant l’occurrence, les cataplasmes émolliens, les fomentations de même nature, les incisions, &c. &c. Néanmoins aucun de nos matelots n’a conservé de traces fâcheuses de ce mal.

6Après avoir indiqué les moyens de guérison, il importe d’appeler aussi l’attention sur les causes qui paraissent déterminer les panaris dans ces parages, afin que l’on sache quelles précautions l’on devra prendre pour s’en garantir.

7Le froid semble agir sur les mains et sur les doigts d’une manière lente et successive ; nous avons eu moins de panaris au mois d’avril, qui fut extrêmement froid, que les mois suivans ; et, bien que le froid aille en décroissant jusqu’au mois d’août, époque à la quelle la chaleur est quelquefois assez vive, nous avions alors plus de panaris que dans toute autre saison.

8La première impression du froid occasionne la rougeur de la peau, puis sa phlogose ; le tissu cellulaire sous cutané est entrepris, le gonflement commence ; la plus petite contusion au bout des doigts, le moindre degré d’irritation qui survient alors dans ces parties, enfin, chez les pêcheurs et préparateurs de morue, les piqûres d’épines ou arêtes de poisson viennent accélérer leur développement.

9Les variations subites que la température éprouve, les constitutions humides ne pourraient-elles pas y concourir ! Nous voyons donc que la nature des occupations de ceux qui en sont atteints, parce qu’ils manient des instruments ou autres objets capables de blesser les doigts, paraît les rendre plus fréquens à Terre-Neuve qu’ailleurs. On sait aussi que le panaris survient partout, sans causes bien déterminées.

10J’ai remarqué que les pêcheurs qui ont déjà fait quelques voyages à Terre-Neuve, sont moins exposés que les autres à ce qu’ils appellent le mal d’aventure, ainsi qu’aux engelures, un de leurs tourmens les plus constants, ce qui est probablement dû à ce qu’ils étudient chaque année à prévenir ces affections de tous leurs moyens, et qu’ils finissent aussi par s’habituer à l’action du froid. Leurs mains deviennent si calleuses, que les corps extérieurs ont sur elles une action beaucoup moins sensible ; alors les doigts et les mains sont enveloppés à leur face palmaire par une couche dure qui protège ces parties, dont la structure constitue un véritable appareil de douleur, et explique d’une manière non équivoque les accidens qu’on observe si souvent dans le panaris qui, ordinairement, a son siège au pouce, à l’indicateur et au doigt du milieu : nous ne l’avons jamais observé aux orteils. Les tournioles y sont rares. Qui ne sait combien le gonflement gagne rapidement la paume de la main, l’avant-bras, le bras, l’épaule, et s’étend même jusqu’aux parties latérales de la poitrine ? Est-il nécessaire de dire que les panaris sont quelquefois produits par des causes internes ? Chacun sait que les vices scrofuleux, vénériens, dartreux, psoriques, &c. &c., peuvent les occasionner ; je n’ai eu aucun exemple de ceux-ci à bord de la Seine.

11Voyons maintenant s’il est possible d’en garantir les marins, ou au moins de faire en sorte qu’ils y soient moins exposés. Ceux du commerce ont, lorsqu’ils travaillent, des gants de laine, dont la paume de la main est garnie de cuir ; mais les extrémités des doigts ne sont pas à l’abri des lésions extérieures : je voudrais que cette portion de cuir les entourât au moins en partie, et que les dernières phalanges le fussent rigoureusement. Chaque doigt, ainsi entouré d’une sorte de dé, assez souple pour ne pas gêner les mouvemens, serait garanti convenablement des lésions des corps étrangers ; mais il faudrait faire attention aussi à ce que cette enveloppe fût assez vaste pour permettre le racornissement inévitable de cette matière dans l’eau ; car sa dureté et sa pression sur ces parties, déjà affectées, détermineraient les accidens que nous voulons éviter.

12Tout homme destiné à servir à Terre-Neuve devrait être muni, en outre, d’une capote imperméable, ne serait-ce qu’en grosse toile cirée ou goudronnée, et d’un pantalon analogue. Obligés de passer les nuits à la pêche, quelquefois sous une pluie abondante ou une brume qui finit par les pénétrer, ils souffrent beaucoup dans cet état, parce qu’ils n’ont pas assez de vêtements de rechange pour se passer de celui que j’indique, et qui serait peu dispendieux. On aurait, par ce moyen, le double avantage d’économiser pour leur habillement, et d’obtenir de meilleurs services de ces marins qui, au reste, sont bien nourris. Les grandes bottes, qu’on leur donne leur sont fort utiles ; mais ils n’en ont qu’une paire, et ce n’est pas assez pour six mois qu’ils doivent rester dans ces parages : peut-être aussi laissent-elles quelque chose à désirer pour leur bonne qualité. Il n’est pas indifférent de veiller à la propreté de ces marins, chose qu’on néglige peut-être trop, j’en juge par l’existence des autres affections auxquelles ils sont en proie.

13La sollicitude du Gouvernement pour les marins embarqués sur les bâtimens de l’État, et destinés aux diverses stations de Terre-Neuve, est telle, qu’on améliore chaque année davantage leur sort ; ils sont encouragés à supporter les fatigues de cette dure navigation par les sacrifices en tout genre qu’il fait à leur égard, et ils auraient fort peu de chose à désirer si les fournitures qu’on leur délivre étaient de meilleure qualité ; mais les bottes sont mauvaises, les gants mal confectionnés, &c. Il serait urgent qu’ils eussent un certain nombre de rechanges, ou bien la capote et le pantalon dont j’ai signalé les avantages.

14Les insectes du genre des maringouins, cousins, et moustiques, ne cessent de persécuter les hommes à Terre-Neuve, dans les mois de juillet, août et septembre, sur-tout pendant les calmes. Leurs piqûres occasionnent sur la peau des boutons rougeâtres, suivi d’une démangeaison insupportable. Ils semblent dédaigner les personnes dont la santé a été appauvrie par les maladies, et s’attacher particulièrement aux hommes d’un tempérament sanguin. Nous avons vu au port Saunder, des hommes qui vivaient tranquillement au milieu de cette foule d’ennemis du repos de tant d’autres.

15Ce n’est pas du sang qu’ils sucent, comme on l’a cru, mais plutôt de la lymphe ou la partie incolore du sang. Au reste, la douleur qu’ils occasionnent dépend moins de l’aiguillon que du venin qu’ils déposent dans la plaie ; cette trompe cornée, d’où sort une pointe très-fine, a à son extrémité cinq filets acérés et faisant suçoir ; l’animal paraît d’abord déposer dans la petite plaie une guttule d’une liqueur transparent, puis suce à son aise la sérosité contenue dans les tissus où il pénètre.

  • 2 Au sujet des moustiques, voir aussi E. Treille, « Quelques considérations sur un insecte diptère nu (...)

16Il faudrait, pour se garantir de leur présence, pouvoir vivre au milieu d’une atmosphère de fumée : c’est la chose qu’ils paraissent redouter le plus. L’action du principe délétère qui nous occupe, la piqûre de filets nerveux, et peut-être aussi les dispositions des individus, ont donné lieu à un gonflement si considérable de la face chez quelques-uns de nos matelots, qu’ils ont été privés de la vue pendant plusieurs jours. Le cou s’est quelquefois tuméfié, les douleurs les plus vives en sont souvent résultées, puis l’accélération du pouls, &c. On a conseillé de faire couler, au moyen d’un tube de verre capillaire, une petite goutte d’alkali volatil affaibli, sur ces piqûres. J’ai employé le vinaigre affaibli par l’eau, sans résultat marqué, ainsi que les lotions d’eaux spiritueuses aromatiques. On emploie aussi, sans avantage évident, la série des adoucissans, tels que l’huile d’olive, l’eau de guimauve, les cataplasmes, les bains, etc. Quelques jours de patience amènent la cessation des symptômes incommodes, et cela d’autant plus promptement qu’on se gratte moins2.

  • 3 Voir aussi Jean-Jaques Bergeron, « Sur une espèce de Sangsue indigène à Terre-Neuve [...] », p. 561

17Ces affections sont les plus communes à Terre-Neuve. Voici les moyens curatifs qu’on trouve sur les lieux et ceux qui sont propres à les combattre. Parmi les ressources précieuses pour la thérapeutique que produit cette île, et dont on peut tirer parti pour le service de santé sur les bâtimens de l’État et les autres, lorsqu’ils sont destinés à y prolonger leur séjour, je dois indiquer d’abord les sang-sues ; elles habitent les étangs qui entourent nos pêcheries : on en trouve au Port-au-Choix, à l’île Keppel et aux environs du port Saunder ; je suis même porté à croire qu’on en trouverait dans les autres parages. Elles viennent à la surface de l’eau, à l’approche de la pluie, et on les saisit assez facilement, même avec la main. J’en ai remis une douzaine au conseil de santé ; elles sont noirâtres et dépourvues des lignes jaunâtres : mais leur corps est cylindrique, tronqué aux deux extrémités, ayant une bouche en ventouse garnie de trois dents, &c3.

18Une plante de la famille des smilacées, la salse-pareille, croît assez abondamment dans les terrains bas et humides ; elle se plaît sur le bord des étangs, et nous en avons vu considérablement aux environs du port Saunder : elle est à peine odorante, comme toutes les plantes qui croissent dans le pays. Les propriétés physiques de cette salse-pareille sont les mêmes que celles de la même plante qu’on récolte au Pérou, au Mexique ou au Brésil. Je ne l’ai point employée ; mais il serait facile de s’assurer de ses propriétés chimiques et médicinales.

19L’angélique est très-abondante à Terre-Neuve : cette plante ombellifère est, quant aux propriétés physiques, chimiques et médicinales, absolument ce qu’est celle qui croît en Suisse, sur les Alpes, les Pyrénées, & c.

20On m’a assuré que la famille des fougères, et sur-tout la capillaire du Canada, existe au Croc et à l’anse des Millions ; je l’ai cherchée inutilement à Saint-Pierre, à Saint-George, aux environs de la baie d’Ingarnachois, Swenders, Keppel, Port-au-Choix et à l’anse de Barbacé.

  • 4 Aylmer Bourke Lambert, A Description of the Genus Pinus.

21Il existe dans cette île trois espèces de sapins qui, sans doute, sont les mêmes que celles dont parle M. Lambert, dans son ouvrage, sous les noms d’abies alba, nigra et rubra4.

22La boisson habituelle des habitans du pays est la bière faite avec de fortes décoctions de sapin qu’ils nomment spruce, dont j’ai déposé des échantillons au conseil de santé ; elle est particulièrement résineuse : on en a consommé une barrique par jour à bord de la Seine, et l’équipage s’en est bien trouvé.

23Voici comment on fait la bière dont nous venons de parler : on met dans une chaudière contenant une demi-barrique d’eau, une brassée de copeaux, branches de feuilles de cet arbre ; on y associe deux poignées de l’arbrisseau nommé genévrier avec ses bris ; on remplit d’eau ; on fait bouillir jusqu’à ce que leur écorce se détache, c’est-à-dire, à peu près une heure ; c’est le moment où il faut retirer le bois : on a eu soin d’écraser une livre de biscuit, sur lequel on jette cinq kilogrammes de mélasse qu’il faut délayer avec un seau de cette décoction, et autant d’eau froide pour remplir le vide produit par l’absence du bois et l’ébullition de la chaudière ; on brasse pour l’incorporation ; on verse dans une barrique qu’on achève de remplir d’eau : une fermentation s’opère, et au bout de vingt-quatre heures la bière est potable ; mais je crois qu’elle ne pourrait se garder longtemps sans altération. J’en avais conservé deux bouteilles que j’ai également déposées au conseil de santé. Les Anglais font une bière analogue avec l’essence de spruce. Au résumé, je pense que les bâtimens français destinés aux stations de Terre-Neuve pourraient l’utiliser, si chaque commandant voulait établir une brasserie à terre, dès qu’il mouille pour un temps dans les différens ports ou havres, comme nous l’avons fait ; la chose est d’autant plus facile, qu’il ne faut porter à terre que la chaudière, la mélasse et le biscuit. Les autres matières se trouvent abondamment par-tout, car nous en avons fait constamment et même plusieurs barriques par jour. Je passe sous silence une foule d’autres ressources que nos pêcheurs trouvent à Terre-Neuve, et qu’il serait trop long d’énumérer, telles que diverses espèces de feuilles desséchées qui servent de thé et de tisane.

24Ces considérations devraient les encourager à ne pas négliger une branche d’industrie dont nos voisins savent si bien tirer parti, et que nos spéculateurs timides laisseraient anéantir sans la constante sollicitude du Gouvernement pour les protéger de tous ses moyens.

25Notre séjour à Saint-George, comme je l’ai déjà dit, fut assez long. La température y fut inégale ; on éprouvait quelquefois un froid assez rigoureux le matin, et si le calme venait dans le jour, une chaleur assez vive se faisait [sentir].

26C’est là, je crois, une des causes de l’état maladif qu’éprouvent les habitans de l’endroit dans cette saison de l’année. C’est une espèce de grippe ou catarrhe pulmonaire épidémique, qui s’annonce par une agonie gutturale, une toux violente, l’enchifrènement, une douleur de tête très-vive, et enfin l’accélération du pouls. Cette affection, presque générale, des membranes muqueuses, attaque tour à tour tous les membres d’une famille, et se propage aussi d’une cabane à une autre. Mais ces variations brusques dans l’atmosphère ne sont pas, je crois, le seul principe d’irritation qui occasionne cette maladie, puisque les équipages de la Seine, de l’Euryale et des autres bâtimens de la rade, en furent presque tous exempts. J’ai été consulté sur cet objet, et voici le résultat des observations que j’ai faites auprès de plusieurs malades que j’ai visités, sur les causes productrices de mal.

27Pendant la mauvaise saison, ils passent six à huit mois dans les bois, habitant des cabanes approvisionnées misérablement (car ils sont très-paresseux). Ces demeures sont entourées de couches de neige et de glace qui s’élèvent quelquefois aussi haut que leurs cabanes, où ils se trouvent ainsi claquemurés et dans une complète inaction jusqu’à la fonte des neiges. On conçoit aisément tout ce qu’ils ont à souffrir. Tels sont les moyens qu’ils emploient pour se garantir le plus possible de l’excès du froid : l’endroit où ils font de feu constamment, est opposé au logement du bétail, qui est contigu au leur ; une sorte de litière existe au milieu de cette espace : ils y couchent tous les uns à côté des autres, couverts de leurs habits et de peaux d’animaux. C’est ainsi qu’ils mettent à profit et la chaleur des bêtes, qui leur fournissent aussi du lait, et celle du feu, d’un autre côté. Ils sortent de là dans un état d’engourdissement et de stupeur à l’époque de la belle saison, pour se livrer à la chasse et à la pêche : car ils vivent du produit des fourrures qu’ils vendent aux Anglais ; et comme le sol est généralement bon, ils cultivent aussi alors quelques espèces de légumes, et même des graines céréales.

28Ils vivent donc dans une sorte d’étuve, devant un feu qu’ils aliment facilement, car ils n’ont que la peine de ramasser le bois qui est très-abondant autour d’eux. Ils contractent si bien l’habitude de se chauffer dans la saison rigoureuse, que les femmes et les enfans ne quittent plus le feu, devant lequel ils se rôtissent avec la même indolence, alors même que le soleil est extrêmement chaud. Cette augmentation de chaleur les fait transpirer beaucoup, et néanmoins ils boivent alors de l’eau de glace, ils se mettent même dans l’eau encore glacée, et commettent beaucoup d’autres imprudences semblables. J’en conclus qu’étant tous exposés aux mêmes causes, les résultats sont aussi les mêmes pour presque tous, et que les marins n’ont pas été atteints de cette maladie par la raison contraire. Appelé près de quelques-uns d’eux pour leur donner des secours, j’eus occasion de voir combien ils sont superstitieux et ignorants. Ils ont une méthode de traitement analogue pour toutes les maladies ; elle consiste dans l’usage de boissons vraiment incendiaires pour celle dont il s’agit : elles sont toniques et fortement activées par une proportion considérable de rhum, auquel ils mêlent un peu de sédiment de sucre noir ou mélasse. Je n’ai pas été assez heureux pour les faire dévier de cette route, qui les conduit souvent au tombeau. J’ai vu mourir un enfant, âgé d’environ trois ans, dans les bras d’une mère tout en pleurs, sans que cette dernière ait jamais voulu écouter mes conseils. Persuadés qu’ils doivent tous être malades à une époque donnée, lorsque l’un d’eux l’est réellement, ils se tâtent, s’examinent et deviennent malades par fatalisme.

Notes

1 Le panaris est une infection de la peau autour d’un ongle, doigt ou orteil. Les bactéries qui en sont responsables parviennent à s’infiltrer lorsque la peau est détrempée, par exemple après un long séjour dans l’eau. La région infectée devient douloureuse lorsque du pus commence à s’y former.

2 Au sujet des moustiques, voir aussi E. Treille, « Quelques considérations sur un insecte diptère nuisible de Terre-Neuve », p. 216-224, et Julien-Olivier Thoulet, Un Voyage à Terre-Neuve, p. 94-99.

3 Voir aussi Jean-Jaques Bergeron, « Sur une espèce de Sangsue indigène à Terre-Neuve [...] », p. 561.

4 Aylmer Bourke Lambert, A Description of the Genus Pinus.

Auteur

Jean-Jacques Bergeron, né en 1787 à Pardies dans les Basses Pyrénées, servit à l’hôpital de Pau (Béarn) en qualité de chirurgien aide-major de 1803 à 1807 et à l’hôpital militaire de Val-de-Grâce (Paris) en la même qualité de 1807 à 1809. Il entra au service de la marine comme chirurgien entretenu en 1810, et, intéressé par les propriétés curatives des plantes, il publia de 1817 à 1820, dans les Annales maritimes et coloniales, la nomenclature des objets d’histoire naturelle recueillis à la côte d’Afrique, au Sénégal, à la Guyane, aux Antilles et aux États-Unis. Il fut, par la suite, chirurgien-major à bord de la corvette La Seine pour la campagne à Terre-Neuve en 1821 et en 1822. Sa thèse en médecine sur le mal rouge observé à Cayenne et comparé à l’éléphantiasis fut accepté à Paris en 1823.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search