Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

L’accroissement de population à la côte ouest (1821)

« Notice sur l’Ile de Terre-Neuve, sur ces habitans, sur sa culture [...] », p. 961-964

François Cornette de Venancourt

Texte intégral

1La population, dans la partie française de Terre-Neuve, s’accroît chaque année, et notamment dans la baie Saint-George, où l’on ne comptait, il y a quarante ans, que deux familles : l’une habitait le grand barachois, et l’autre le havre de Saint-George. De ces deux familles sont sorties dix-huit autres familles existantes dans ce moment, dont cinq habitent le grand barachois, et treize le havre Saint-George : ce qui forme une population de cent dix-neuf individus, sur lesquels il y en a un grand nombre en âge de se marier, et qui auront, indubitablement, à leur tour, un grand nombre d’enfans ; car le genre de vie qu’ils mènent, et leur nourriture, portent singulièrement à la propagation, et cela dans le pays le plus sain du monde.

2Il me semble que cette très-grande augmentation de population, dans cette partie française de Terre-Neuve, doit porter le Gouvernement, qui peut-être jusqu’à présent n’a pas été suffisamment éclairé, à être moins tolérant ; car ces familles se sont emparées de tous les points de la côte où l’on peut pêcher le saumon, et partagent en outre avec nos pêcheurs les chances de la pêche de la morue. Ils s’habituent à ce genre de propriété ; ils y fondent leur existence et se la partagent dans les familles. Il résultera de là que lorsque les pêcheurs français voudront se livrer à ce genre d’industrie, si profitable pour eux, ils trouveront beaucoup de difficultés.

3Il y aura sans doute des réclamations faites au Gouvernement anglais par ces mêmes habitans auxquels on a accordé l’hospitalité, et qui fixeront alors l’attention de leur Gouvernement, par l’accroissement même de leur population un commencement d’établissement agricole, et un grand nombre de bêtes à cornes. C’est une vraie colonie, où arrive annuellement plusieurs goélettes anglaises, dont une de Jersey et les autres du Canada, qui lui apportent divers objets de manufacture anglaise, des vivres, et tout ce qui est nécessaire pour la construction et l’armement de leurs bateaux de pêche, et prennent en échange du saumon, à raison de 45 shillings le baril, et des fourrures. Indépendamment de ces goélettes nos bâtimens pêcheurs qui viennent de Saint-George pendant la saison de la pêche, contribuent à donner de l’activité à cette colonie naissante, qui, par la franchise de son port, jointe à tout ce que je viens de dire, ne peut manquer, avant peu, de s’accroître considérablement.

4Le gouvernement anglais, dis-je, en écoutant les réclamations de ces familles, pourrait trouver, dans le vague de divers traités sur la pêche, matière à élever discussion et restreindre les Français à la pêche de la morue seulement, et je n’hésite pas à dire qu’une plus longue tolérance ne ferait qu’accréditer davantage les prétentions des Anglais et éloignerait plus que jamais les Français de celle qu’ils pourraient avoir d’y former un jour des établissemens qui rendraient la pêche bien plus lucrative, et allégeraient le Gouvernement des primes qu’il est obligé de donner pour ne pas laisser tomber cette branche d’industrie.

5Il existe à l’île de Cod-Roy, dans la baie de Saint-George et dans la baie des îles, deux castes d’indiens appelés Micmacs et Montagnards. Elles se sont réunies et forment une population de quatre-vingts à quatre-vingt-dix individus ; les premiers sont originaires du cap Breton, et les derniers, du Labrador.

6Ils vivent principalement de la chasse et de la pêche ; ils vendent leurs fourrures et leur pêche aux Anglais habitant Saint-George, qui leur donnent en échange des objets de première nécessité à un prix très-élevé, et les traitent assez mal : à peine s’ils leur laissent la faculté de pêcher le saumon.

7Ces sauvages sont tous catholiques ; ils sont très dévoués aux Français, et quelques-uns d’eux sont fils de marins basques qui font la pêche dans ces parages. Un de nos anciens matelots, nommé Benoît, a épousé, il y a trente ans, une sauvage de laquelle il a neuf enfans : cet homme est très-bon pilote de la partie sud de la côte ; il habite le havre de Saint-George, du côté opposé aux Anglais.

8Il serait à désirer que le Gouvernement portât quelque attention sur ces individus, qui peuvent être très-utiles aux pêcheurs français, en les employant comme gardiens des havres de préférence aux Anglais, qui tôt ou tard embarrasseront le Gouvernement par leurs prétentions.

  • 1 Le duc de Berry, assassiné d’un coup de couteau a la poitrine par un ouvrier cordonnier le 13 févri (...)

9Il faudrait aussi leur envoyer, tous les ans, un prêtre qui serait embarqué comme aumônier du commandant de la station, pour les éclairer dans la religion catholique, qu’ils professent avec ferveur ; ce serait un moyen de plus de se les attacher. J’ai assisté un dimanche à leurs prières : ils ont chanté la grand’messe, dans un livre écrit par eux, dont je joins ici les caractères, que les missionnaires ont dû apprendre, afin de les instruire dans la religion catholique. Ils avaient levé un petit autel décoré d’un Christ et de diverses images peintes, à côté desquelles se trouvaient, à droite, le portrait de S.M. le roi de France, et, à gauche, un tableau représentant le mariage de S.A.R. le duc de Berry1. Je leur ai fait joindre à leurs prières le Domine salvum, dont ils ont parfaitement saisi l’air. Je le répète encore, ces Indiens paraissent très-attachés aux Français ; et si jamais ces derniers obtenaient de former des établissemens à Terre-Neuve, ils pourraient leur être d’autant plus utiles, qu’il en viendrait un plus grand nombre du cap Breton, avec lequel ils communiquent souvent.

10Il existe une troisième caste de sauvages [Béothuks], dans l’intérieur de l’île, appelés sauvages rouges, qui ne communiquent ni avec les habitans du pays, ni avec les Indiens. Ils tuent tous ceux qui leur tombent sous la main ; on les croit anthropophages. Les Anglais ont tenté inutilement de les civiliser. Ils sont peu nombreux, et depuis quelques années ils ne se montrent plus, ce qui fait penser que les grands froids qui se sont fait sentir à Terre-Neuve auraient pu les détruire.

Notes

1 Le duc de Berry, assassiné d’un coup de couteau a la poitrine par un ouvrier cordonnier le 13 février 1820, était le neveu de l’ancien roi Louis XVIII et le fils du comte d’Artois, le futur Charles X. Il était aussi la seule personne susceptible de donner un héritier à la famille royale. L’assassin était un républicain fanatique qui voulut éteindre par son geste la dynastie des Bourbons, et son crime suscita dans le camp royaliste une émotion immense que n’apaiserait pas son exécution. Pourtant, très rapidement, l’espoir renaquît chez les Bourbons : car on apprit, en effet, que l’épouse du duc de Berry était enceinte, et le 29 septembre 1820, Marie-Caroline de Bourbon-Sicile donna naissance à un fils, Henri, duc de Bordeaux. Après la Révolution de juillet 1830, qui chassa Charles X et porta sur le trône son cousin, Louis-Philippe d’Orléans, l’enfant, âgé de dix ans, suivit son grand-père dans l’exil.

Auteur

Le vicomte François-Marie Cornette de Venancourt naquit en 1778 à Saint-Jacques du Carbet, Martinique, et entra au service de marine en 1815. En 1821, il fut nommé commandant de la corvette Diane, où il exerça en tant que capitaine de frégate à son bord, commandant aussi la Station navale de Terre-Neuve. Promu au rang de capitaine de vaisseau en 1823, il était membre du Conseil des travaux de la marine de 1835 à 1837. Cet extrait est issu de son rapport au ministre de la Marine.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search