Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

La botanique à la baie Saint-Georges (1819)

« Notice sur l’île de Terre-Neuve et quelques îles voisines », p. 480-489

Auguste-Jean-Marie Bachelot de La Pylaie

Texte intégral

1Après avoir passé l’hiver à l’île de Saint-Pierre, je retournai à Miquelon au premier printemps, c’est-à-dire pendant la fonte des neiges, au mois de mai. Je me disposais à partager mon été entre ces deux îles, lorsque j’appris, vers la fin de juin, l’arrivée de la corvette l’Active, dans la rade de Saint-Pierre, et que l’objet de sa mission était de faire le tour de l’île de Terre-Neuve, afin de protéger au besoin nos pêcheurs de morue. Je me hâtai de retourner à l’île Saint-Pierre, où je fis la connaissance de M. Robillard qui commandait ce navire. Il m’engagea à l’accompagner dans ce voyage, et eut même la bonté de me donner le lit disponible qui se trouvait dans sa chambre principale. J’ai été traité par lui de la manière la plus obligeante pendant toute notre navigation ; et c’est aux bontés de cet officier distingué, que je suis redevable de tout ce que j’ai récolté à l’ouest et à la partie nord de Terre-Neuve. Nous parcourions ensemble les bois, lui pour la chasse des oiseaux et des insectes, moi pour la botanique. À mon arrivée à l’île de Saint-Pierre, je n’eus que le temps de parcourir les localités les plus importantes, pour juger la nouvelle végétation, ce que je fis avec M. Robillard ; puis nous allâmes visiter la côte occidentale et la côte nord et nord-est de l’île de Terre-Neuve.

2Nous mîmes deux jours à nous rendre à la baie Saint-Georges, distante de vingt lieues de l’île Saint-Pierre : c’est là que commencent les pêcheries françaises. J’eus d’autant plus de plaisir à me rendre sur ce point de l’île, qu’il complétait les données que j’avais prises à la baie du Désespoir sur la végétation de la partie méridionale de Terre-Neuve.

3Ce golfe spacieux est à l’extrémité sud de la côte occidentale. Il suit une direction du sud-ouest au nord-est, et comme il n’a aucune île pour masquer toute l’étendue de son ouverture, l’on dirait une nouvelle mer qui s’enfonce au milieu de terres. Nous suivions la côte sud-ouest de la baie à une lieue et demie de distance : elle se compose de hautes collines dont la crête est uniformément plane, mais elle se trouve coupée par de fréquentes vallées plus ou moins profondes. La forêt de sapins qui couvre toutes ces hauteurs de sa sombre verdure, s’y arrête inférieurement au point où le rocher, battu par les flots, reste entièrement nu. Cet espace dénudé se dessine par une ligne horizontale très-uniforme. Il est d’autant plus remarquable, qu’il forme une bande claire un peu rougeâtre, qui contraste beaucoup avec la teinte obscure des arbres dont le reste du sol est couvert.

4En longeant cette côte, nous n’apercevions presque que comme des nuages la chaîne des hauteurs qui constituent la côte opposée. Mais les terres se rapprochent de plus en plus, l’on distingue successivement les masses, et l’on découvre tout le fond de la baie également limité par des chaînes de collines montueuses qui règnent au fond du golfe. Durant notre marche, nous ne cessions d’observer une masse de montagnes au sud, qui se distinguait de toutes les autres par une blancheur éclatante. Examinée à la lunette, nous l’avons crue couverte de neiges, ou supposée une montage de craie, ce qui me paraissait peu probable dans un système que je pouvais considérer comme porphyritique par mes données précédentes sur le pays. Les pentes principales de ce groupe de hauteurs faisaient face à l’ouest, et n’avaient leur blancheur interrompue que par quelques tâches d’un vert sombre, dues sans doute à quelques sapins épars. J’ai su depuis que ces montagnes se composaient de terres blanches.

5Au point où s’arrêtent les hauteurs de la côte du sud-ouest, commence un prolongement de terre fort peu élevé au-dessus du niveau de la mer [la péninsule du Port-au-Port], couvert de bois d’une belle venue, et qui se termine par une point de sable. C’est un terrain d’alluvion, qui forme un plateau resserré de plus en plus, et s’étend en forme de barre au-devant de la rade qu’il abrite des vents du large. Une famille irlandaise s’est établie vers la pointe de ce plateau, du côte de la rade, à l’entrée des bois : elle habite une dixaine de maisons construites avec des planches, et consistant en un rez-de-chaussée. Ici l’on se marie de très-bonne heure, et les enfans pullulent ; un siècle produit ainsi cinq à six générations tout aussi fécondes. La largeur des cheminées et de leur ouverture, au-dessus du toit, sont les seules choses à remarquer dans les constructions civiles. Outre les maisons principales, les habitants en ont quelques autres qui sont éparses dans les bois, et pour lesquelles ils ont soin de ne pas établir de sentiers ; c’est là qu’ils cachent pendant la guerre tout ce qu’ils ont de plus précieux. Étant sans aucun moyen de défense, par la nature même des localités, cette petite bourgade est exposée à la rapacité et à la fureur de tous ceux qui voudraient la saccager : la moindre embarcation de guerre l’anéantirait en un instant.

6Chaque ménage a son jardin ; son peu d’étendue et sa mauvaise tenue prouvent que l’on fait très-peu usage de végétaux. Les légumes sont placés autour des clôtures ; ce sont des pois, des choux, etc. ; tout l’intérieur est planté de pommes-de-terre. Je n’ai vu nulle part cette solanée [solanacée] réussir mieux que sur un coteau de la baie que l’on avait défriché en commençant par mettre le feu aux sapins dont il était couvert. Le Senecio vulgaris, un Festuca, le Triticum glaucum, le Polygonum aviculare var. du purpurescens, etc., sont les herbes qui infestent les jardins de la petite colonie.

  • 1 William Heather (1764-1812), graveur et éditeur des cartes maritimes a Londres, fit paraître en 181 (...)

7De l’autre côté de la rade, l’on aperçoit au bord de la mer deux cabanes en forme de pain de sucre, accompagnées de trois à quatre maisons en bois, de forme ordinaire. Ces cabanes coniques, recouvertes d’écorce de bouleaux, sont la demeure d’une famille sauvage, dont le chef se nomme Benoît. Ils n’habitent que celles-ci, qu’ils nomment des vigwams, et réservent pour magasins les maisons à l’européenne. Une vaste lande tourbeuse s’étend derrière jusqu’à la base des collines, et se termine au fond de la rade au fort ruisseau qui arrive de l’intérieur de Terre-Neuve. Cette lande marécageuse m’a offert diverses plantes intéressantes, ainsi que le vallon au fond duquel coule le ruisseau. J’en ai trouvé encore une certaine quantité dans la forêt sablonneuse qui occupe le plateau où se sont établis les Irlandais. En face de la rade est un autre golfe beaucoup plus profond, qui remonte très-avant au nord-est, entre les collines dans l’intérieur des terres. Ce golfe reçoit, selon la carte anglaise de Heat[h]er, publiée en 18101, deux rivières qui sont les plus fortes qui arrivent dans la baie Saint-Georges. J’ai le regret de n’avoir jamais pu visiter cette partie, la plus intéressante de la baie, pendant les quinze jours entiers que nous avons passés en rade : j’y aurais trouvé sans doute quelques arbres qui vivent toujours hors de l’influence de l’atmosphère océanique.

8Entre ce golfe reculé et la rade où notre navire était à l’ancre, les coteaux sont déjà recouverts de forêts d’une riche végétation, qui descend même jusqu’au bord de la mer. Les arbres à feuilles caduques y sont si abondans, qu’on croirait en quelque sorte voir un site de l’Europe tempérée. Ici domine, dans la partie inférieure, le Cornus alba, l’Alnus serrulata, le Viburnum pauciflorum, au-dessus desquels des saules voisins du Salix caprea établissent la limite de la végétation arborescente. L’ombrage de celle-ci protège une plante gigantesque dans cette localité, l’Heracleum lanatum, puisqu’il atteint un mètre et demi, et jusqu’à deux mètres de hauteur. Un groseillier à fruits noirs, hérissés et disposés par grappes, croît avec celle-ci, mais dans des parties moins humides et moins découvertes. Au-dessous de ces espèces croît le Talictrum Cornuti, et abonde la balsamine des bois (Impatiens nolitangere), dont la tige parvient ici à 6 ou 8 décimètres d’élévation. Cette espèce délicate dans toutes ces parties, s’y trouve abritée par les autres herbages inférieurs, par l’épilobe des montagnes, le Poa nemoralis ( ?), l’Arundo canadensis et l’Achillea magna, qui se plaît particulièrement dans les lieux exposés au soleil.

9Parmi les arbrisseaux et les sapins les plus avancés croissent les Polypodium aculeatum et dilatatum ; mais ce n’est que plus intérieurement dans le pays qu’on rencontre le Polypodium filix femina et le Callipteris, lequel croît ici, comme à la baie d’Ingornachoix, dans les vallons humides.

10Le rivage présente à la limite des grandes eaux le Potentilla anserina var. parmi les galets, et quelques Atriplex et Chenopodium croissent sur les monceaux de Zostera plus ou moins consommés. Les cailloux que découvrent les marées ordinaires offrent un petit Ulva voisin du compressa, à jets cyclindracés intestiniformes ou ramassés par petites touffes d’un vert clair, ou disposés en forme de tapis à leur superficie.

11Le zostera [la zostère] forme dans les anses des prairies sous-marins, à quelques décimètres au-dessous du niveau des basses eaux des marées de lune ; ses longues feuilles graminiformes flottent alors couchées à la surface de la mer. Le rivage offre ça et là des troncs de sapins desséchés et rejetés par la mer, dont les proportions sont plus grandes que ceux des couteaux voisins. Le groseillier habite autour de certains golfes sur les terrains d’alluvion : il a ses fruits ordinairement solitaires, nus, sphériques, analogues à ceux de la groseille à maquereau de l’Europe, d’un vert pâle et nuancé de rougeâtre comme elle.

12Si l’on s’enfonce dans l’intérieur du pays, l’on y rencontre autour des plaines marécageuses, les Abics nigra et Larix americana, entrecoupés par quelques Pi nus strobus : le Betula papyrifera s’y mêle aux sapins, parmi lesquels l’on retrouve à peine quelques pieds de Betula lenta, si abondant à la baie du Désespoir. L’Abies alba se distingue dans ces bois, à ses rameaux garnis d’un feuillage épais et à la quantité de cônes pendans qu’on aperçoit vers sa cime. Il abonde sur les coteaux qui règnent le long de la côte orientale de la rade, où il végète avec beaucoup de vigueur, surtout au-dessous de leur partie moyenne.

13Les bas-fonds marécageux nous offrent dans leurs eaux stagnantes, qui ont une certaine profondeur, le Nymphœa odorata de Sibérie ; sur leurs bords j’ai souvent vu l’Oxycoccus macrocarpus, airelle voisine de la canneberge d’Europe, mais qui est exclusive au climat américain : je ne l’ai point rencontrée plus au nord à Terre-Neuve.

14Si nous nous transportons sur la partie la plus avancée du plateau qui porte les habitations irlandaises, nous nous croirons au milieu d’une prairie par la quantité de gramens et de végétaux herbacés dont le sol est couvert : ce sont des fétuques à feuilles glauques, l’élime des sables, une espèce d’arénaire ; par espaces le Gnaphalium margaritaceum, qui était sur le point de fleurir ; le Campanula rotundifolia en fleurs, et dont quelques individus avaient leurs corolles tout-à-fait blanches ; le Polygonum aviculare, avec une variété à tiges et feuilles colorées d’un vert sombre ou pourpré ; l’Heracleum lanatum y était défleuri presque partout. Un liseron encore sans fleurs, entrelaçait ses tiges aux chaumes de l’Arundo arenaria ; le Pisum maritimum abondait surtout aux approches des rivages où se trouvaient quelques Chenopodium et Atriplex.

15À l’ouest des habitations, je rencontrai quantité de Sambucus canadensis, avec ses fruits presque complètement formés ; ceux du Sorbus americana étaient déjà au tiers de leur maturation, tandis que trois jours auparavant cet arbre n’était pas encore fleuri à l’île de Saint-Pierre, quoique situé un degré plus au sud. Le bois voisin m’offrit des variétés de l’Abies balsamea, l’Epilobium spicatum, le Sonchus lapponicus, le Rubia spuria rampaient parmi les broussailles. Le Pyrola minor inclinait ses grappes à moitié défleuries sous les arbustes qui le protégeaient de leur ombrage. Les poa [nemoralis] étaient en partie desséchés, les fétuques presque toutes défleuries, mais les triticum ne faisaient que commencer à étaler leurs étamines. Les Agrostis rubra, Trichodium laxiflorum, un bromus, une espèce de poa à très-petites locustes, etc., approchaient aussi de leur maturité sans être encore décolorées. Je recueillis dans les parties plus ou moins ombragées du bois, les Goodiera repens, Pyrola chlorantha, des orchis voisins du bifolia, les Monotropa lanuginosa, uniflora, même une fois l’hypopytis. M’étant ensuite rendu sur la côte, je rencontrai dans les lieux inondés le Juncus buffonius, avec trois autres espèces, le Ranunculus cymbalarioe, var., les Rumex crispus, Scutellaria galericulata, Arenaria marginata, Glaux maritima, les Triglochin palustre et maritimum, une nouvelle espèce de Hordeum voisin du murinum, fort remarquable par ses longues crêtes un peu pourprées de ses épis, un statice peu différent du Limonium, le Chenopodium maritimum avec le Salicornia herbacea, que je n’avais encore rencontré nulle part à Terre-Neuve ni aux îles voisines.

16Les collines s’arrêtent sur la côte nord de la baie Saint-Georges, à un gros morne ou monticule qui doit à son sommet aplati le nom de Montagne de la Table. Souvent nous avons vu les brumes du large s’arrêter à cette éminence sans arriver jusqu’à nous dans la rade, où nous avions le soleil dans toute sa pureté. Au-devant de la base de ce morne est une péninsule, dont l’isthme resserré est coupé par l’Océan, et dont la coupure a été refermée depuis par un atterrissement de sable, si peu élevé au-dessus du niveau de la mer qu’on ne l’aperçoit que quand on est très-proche de la côte. Le sol de la presqu’île, qui s’exhausse ensuite jusqu’au tiers environ de la montagne de la Table, s’étend au-devant d’une nouvelle baie assez vaste, où l’on va faire la pêche de la morue. Nous trouvâmes un squelette de baleine échouée sur le rivage, en partie ensablé, dont la tête nous fournit une table et des sièges pour notre déjeuner. Les bouteilles et les plats furent placés sur le coronal ; nous nous assîmes, M. de Robillard et moi, sur l’os des joues, dont la saillie nous fournissait un siège de chaque côte de la tête, et la nouveauté de notre situation, jointe à l’appétit que nous avait donné l’air de la mer, nous fit faire un repas délicieux.

Notes

1 William Heather (1764-1812), graveur et éditeur des cartes maritimes a Londres, fit paraître en 1810 le North American Pilot.

Auteur

Auguste-Jean-Marie Bachelot de La Pylaie (1786-1856), naturaliste et archéologue dans la tradition des grands savants, fit ses études à Laval et au Muséum d’histoire naturelle à Paris comme élève de Georges Cuvier et d’Henri Ducrotay de Blainville. Un grand voyageur, principalement à travers la France, il embarqua à ses frais à bord de la frégate la Cybèle en 1816, pendant une tournée d’inspection de trois mois à Terre-Neuve, Saint-Pierre et Miquelon. Aussi, en 1819, il partit à nouveau sur la corvette l’Espérance et ne revint pas avant 1820. Bachelot de La Pylaie publia Flore de Terre-Neuve et des îles Saint-Pierre et Miclon en 1829, ce qui démontra d’un grand souci d’observation, ainsi que de nombreux travaux dans ses diverses disciplines.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search