Desktop versionMobile Version

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Sixième partie. Être policier en temps de crise

Des fervents de « l’État totalitaire » aux tenants du « quieto vivere » : le personnel policier dans l’Italie fasciste

Jonathan Dunnage
Übersetzt von Daniel Argelès

Indexeinträge

Géographique :

France

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

L’analyse du personnel policier du ministère de l’Intérieur 1 pendant la période fasciste fait apparaître une grande variété de comportements, laquelle signale en retour une diversité des attitudes vis-à-vis du métier de policier et de la hiérarchie politique. Cet article aborde ces attitudes et comportements des fonctionnaires et agents de police à la lumière de deux questions sous-jacentes et étroitement liées : jusqu’à quel point la police du ministère de l’Intérieur a-t-elle été transformée en instrument d’une dictature autoritaire ? Dans quelle mesure l’institution a-t-elle subi un processus de « fascisation » idéologique ? En analysant la conduite de ses policiers, nous prendrons donc en considération le scénario institutionnel plus large, à savoir la nécessité pour la police de devenir un appareil moderne et efficace de contrôle étatique, mais également l’exigence formulée surtout dans les rangs du Parti qu’elle adopte un état d’esprit fasciste, conçu comme inséparable de...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search