Desktop versionMobile version

Terre-Neuve

Une randonnée du Croc à la baie aux Lièvres (1816)

« Notice sur l’île de Terre-Neuve et quelques îles voisines », p. 534-545

Auguste-Jean-Marie Bachelot de La Pylaie

Full text

1Avant de quitter Terre-Neuve en 1816, je crus qu’il était essentiel à la flore de ce pays, que je voulais entreprendre, de m’avancer à plusieurs lieues dans l’intérieur, afin de juger avec exactitude sa végétation hors de l’influence océanique. Tout ce qu’on m’avait dit de la grandeur des arbres des bords de la rivière qui coule au fond de la baie aux Lièvres, m’ayant fait choisir ce point de préférence, je fis part de ce projet à M. Bose, lieutenant de vaisseau sur la Cybèle, et à M. Lécuyer, chirurgien en second à bord de cette frégate, qui, ne consultant que le plaisir, quoique pénible, de faire des découvertes, agréèrent ma proposition. C’était le 21 septembre : mais comme nous eûmes une de ces belles journées d’été rares à Terre-Neuve au moment et après l’équinoxe d’automne, nous ne tînmes aucun compte des observations qu’on nous fit sur l’impossibilité d’arriver en un jour au terme que nous nous proposions d’atteindre. Quoiqu’il fût dix heures du matin, nous partîmes, jugeant que nous aurions assez de temps dans le courant de la journée pour faire tout au plus 6 à 7 lieues. J’avais observé la veille, du sommet du mont Prospect, la direction que nous avions à suivre et les parties qui devaient nous servir de points de reconnaissance.

2Pour pénétrer plus vite dans l’intérieur des terres, nous suivîmes la rivière qui arrive au fond de la baie du Croc, à l’extrémité du bras de l’Épine-Cadoret ; mais il fallut bientôt faire le sacrifice de nos chaussures, et marcher dans le lit même de la rivière rempli de cailloux roulés, même quelquefois assez volumineux. Son lit est si peu profond, que rarement nous avions de l’eau jusqu’au genou. Les galets de grès sont les plus nombreux, puis ceux de granit rougeâtre, enfin ceux d’un gris intense ardoisé, ou comme bleuâtre, appartiennent au rocher de silicicalce, qui s’offre à nu dans certaines parties, et par couches peu épaisses, le plus souvent presque perpendiculaires. Je n’ai jamais observé cette substance en place que dans les vallons. J’ai trouvé dans la rivière un petit Potamogeton analogue au lucidum, le Myriophyllum setaceum, et le Chara pygmœa : une conferve verte tapissait toutes les parties du rocher, où les eaux coulaient avec le plus de rapidité ou tombaient en cascades.

3Bientôt les coteaux rapprochés du vallon que nous suivions s’écartent, un vaste bassin s’ouvre devant nous, et au bois qui descendait jusqu’au bord de la rivière succède une pelouse de sphaignes, de carex, de Myrica, de Comarum palustre, de Vaccinium oxycoccus, Lin. etc. entourant les grands étangs qui occupent presque toute l’étendue de ce vaste bassin. Je remarquai dans les eaux les deux nénuphars, le Potamogeton heterophyllum, la petite éponge verte et rameuse, le Batrachospermum vagum ( ?) ; les bords de l’étang étaient couverts de coquilles de petites limaces, d’une espèce de moule d’une belle couleur bleu-violet, mais extrêmement fragile, etc., au-dessus desquelles croissait la pilulaire comme en Europe. De hautes collines circonscrivent tous ces bas-fonds : en suivant le vallon qui s’ouvre dans la partie nord-ouest, nous arrivâmes à d’autres nouveaux étangs, et je vis au bord de l’un d’eux le Typha latifolia croître à la hauteur où il s’élève en Europe. Nous rencontrâmes plusieurs espèces de groseilliers dans le bois ; une espèce surtout nous offrit des fruits plus gros que tous ceux que j’avais observés jusqu’alors à Terre-Neuve. Nous n’étions encore qu’à 2 lieues au plus de la frégate, et comme il était déjà près de quatre heures du soir, nous fûmes obligés de renoncer à nous enfoncer davantage dans les terres, et de revenir à bord. Quoique la forêt fût protégée contre toute espèce d’influence de l’atmosphère océanique par diverses chaînes de collines, ses arbres n’étaient pas plus élevés que sur les pentes mêmes du mont Prospect. J’ai pris la vue des environs des premie[r]s étangs ; mais persécuté par les moustiques, je ne pus esquisser que les masses, et bientôt m’échapper à cette légion persécutrice.

4Malgré toute la difficulté que j’avais pu reconnaître pour arriver en un jour au terme proposé, je ne renonçai point à mon entreprise, et le 28 du même mois [septembre], jouissant encore d’un très-beau temps, je me remis en route dès le matin, avec M. Lécuyer et le pilote du bord, M. Bourrhis, de Camaret auprès de Brest. Nous suivîmes une route plus directe, en nous enfonçant dans la forêt par le vallon et les bas-fonds marécageux qui sont au pied du mont Prospect et se dirigent à l’ouest-nord-ouest : mais de nouvelles collines nous barrent bientôt la route, il faut gravir et traverser des fourrées qui bientôt mettent, comme de coutume, mes vêtemens en lambeaux, après avoir parcouru une grande étendue de bois, où je ramassai le Monotropa uniflora, diverses clavaires et plusieurs autres champignons fort remarquables.

5Nous rencontrâmes quelques bassins partiels avec des eaux sans écoulement. Obligés de les tourner pour suivre notre direction, notre marche fut ralentie sans nous dédommager par de nouvelles observations. Dans le nombre des lacs qui nous découvrîmes, il y en eut deux dont l’eau ressemblait à de l’argile fortement délayée. Je descendis aux bords, et m’assurai que cette nuance résultait d’une croûte d’algues trémelloïdes mêlées de conferves, qui tapissaient tout le fond du bassin : au-dessus les eaux étaient fort limpides. Le ruisseau qui sort d’un de ces lacs a son lit comme pavé par des pierres plates. Nous entrâmes ensuite dans un autre vallon dont le ruisseau disparaissait en s’engouffrant sous le sol. Au-delà de la colline suivante nous vîmes, après un long trajet, un nouveau lac, beaucoup plus grand que tous les précédens, presque plat et peu profond aux bords ; le centre me parut se creuser en précipice : le Salix vestita formait quelques touffes éparses le long des rives ; le bouleau à papier abondait parmi les sapins qui couvraient les coteaux. Après une heure et demie de marche, M. Lécuyer se détermina à monter sur un bouleau pour reconnaître notre position : de là il découvrit, à l’ouest, les vastes marais que nous avions vus du mont Prospect, et à leur limite, au couchant, la masse de rochers qui domine tout ce bas-fond spacieux. Nous nous dirigeâmes vers eux, et arrivâmes enfin dans ces plaines tourbeuses, où de nombreux lacs nous obligèrent à de longs détours : le niveau de l’eau, dans quelques-uns de ces lacs, est fort au-dessous des rives, et comme fuyant sous le sol. Tout ce vaste marais est battu de sentiers tracés par les bêtes sauvages : ils sont plus multipliés et très-fréquentés, surtout au bord des étangs : l’on eût dit être aux approches d’une grande bergerie.

6Arrivés au pied du rocher dont nous venons de parler, j’y recueillis, parmi de chétifs Abies nigra, le Prinos ambiguus, qui y forme des arbustes hauts d’un mètre environ. De la crête de ce monticule nous découvrîmes la baie aux Lièvres, et nous vîmes à l’ouest les longs étangs dont les eaux descendent à la Sainte-Baie. Notre vue planait également au sud sur une étendue considérable de pays, où nous apercevions une hauteur couronnée par un rocher en forme de piton, qui me parut situé à l’ouest de la baie de Carouge, dans l’intérieur du pays. La partie orientale nous offrait en raccourci tous les bois que nous venions de traverser, dominés par des chaînes monticuleuses, parmi lesquelles se confondait le mont Prospect, que nous ne pouvions reconnaître. La plaine marécageuse, s’étendant beaucoup encore au nord, offrait de nouveaux étangs, et se terminait à des coteaux inférieurs ; car le sol s’abaissait sensiblement vers la baie aux Lièvres.

7Notre projet étant de revenir à bord de la frégate le soir même, nous n’avions pris de vivres avec nous que pour deux repas seulement. La difficulté des lieux nous avait donné un appétit extraordinaire, de sorte que toutes nos provisions furent consommées, excepté quelques galettes de biscuit. Déjà le soleil était couché, et nous étions trop loin du navire, outre l’impossibilité de retrouver notre route pendant la nuit au travers des bois, pour essayer de revenir coucher à bord. Notre monticule était également trop découvert pour songer à y passer la nuit.

8Nous redescendîmes dans la plaine marécageuse. Après une heure de marche, le sol un peu exhaussé entre deux étangs, et couvert de sapins rabougris, nous parut offrir un abri suffisant. Nous nous arrêtâmes entre deux sentiers, au bord d’un grand étang qui s’étendait au nord ; mais les cris continuels des divers animaux qui parcouraient le marais nous firent juger plus prudent, quoiqu’armés, de chercher un autre gîte. Nous atteignîmes vers dix heures la base de coteaux séparés par de profonds ravins : dans l’un d’eux nous entendîmes un ruisseau tomber de rochers en rochers comme dans un précipice. En voulant traverser sur l’extrémité d’un vallon qui s’y rendait, je fus heureux d’avoir saisi fortement le tronc d’un sapin ; la masse de terre qui me portait s’éboula, et je demeurai suspendu par les bras. Après la colline suivante se trouvait un nouveau vallon rempli de troncs de sapins tombés de vétusté. M. Lécuyer y fit plusieurs chutes inquiétantes, et s’y trouva même une fois presque englouti. Cependant nous sortîmes sans accident de ce lieu dangereux. Nous étions trop fatigués pour pouvoir prolonger plus long-temps notre marche au milieu de ce bois, et pendant la nuit. Nous y semblions seuls avec les arbres ; le cri d’aucun animal ne frappait plus nos oreilles, mais comme nous étions assez près du fond de la baie aux Lièvres, nous entendions avec plaisir les flots se briser sur le rivage.

9Un espace fort sec dans le bois, fut le lieu où nous fîmes halte. Chacun s’assied et s’adosse contre un sapin : là, nous faisons notre souper, qui consista, pour chacun, en une moitié de galette de biscuit. Nous étions baignés de sueur, et nos chemises se glaçaient de plus en plus sur nos corps. Nos forces mal restaurées, ainsi que l’incertitude des moyens de subsister le lendemain, nous plongeaient dans un état d’anxiété et d’abattement qui nous tenait tous trois muets et immobiles. M. Bourrhis songea à faire du feu : faute d’amadou je déchirai mon mouchoir et l’enflammai sur la batterie de mon fusil. M. Lécuyer s’occupa de chercher du bois sec ; je le rejoignis, et dans un instant une chaleur réparatrice vient nous donner en quelque sorte une nouvelle vie. Je ne peux dire toute l’émotion de plaisir que je ressentis en voyant paraître la flamme. Le feu, alimenté par de gros tronçons, pouvant se conserver long-temps, mes deux compagnons s’endormirent ; et moi, je fis sentinelle le reste de la nuit.

10Enfin, vers les cinq heures et demie du matin j’aperçus le point du jour ; à six heures je réveillai mes compagnons. Nous déjeunâmes chacun avec la seule moitié de galette de biscuit qui nous restait, et nous nous mîmes en marche. Mais renonçant à pénétrer plus avant dans les terres, nous cherchâmes à descendre vers les pêcheries les plus voisines, celles qui se trouvaient à l’entrée de la baie aux Lièvres. Nous eûmes encore une fort belle journée, un soleil même très-chaud. Nous traversâmes des coteaux dont les pentes étaient extrêmement rapides, et quittant la région sylvatique, pour traverser l’espace de 3 lieues de terrain, nous nous rapprochâmes assez du bord de la mer pour trouver les rochers sans arbres, nus ou recouverts de mousses. Ayant conservé une des bouteilles de vin que nous avions vidées la veille, j’y renfermai un papier sur lequel j’écrivis mes noms au crayon, la bouchai bien, et la posai, l’ouverture en bas, entre des rochers au milieu d’un vaste plateau dominé par des monticules.

11Sur la pente d’un monticule, au milieu d’une petite prairie naturelle, je trouvai une cavité assez spacieuse, remplie d’une eau si limpide, que nous distinguions tout ce qui était autour et au fond du bassin, quoiqu’il nous parût avoir plus de trois mètres de profondeur. Les mousses encroûtées par-dessus lesquelles s’épanchait cette source, avaient formé, du côte le moins élevé, une espèce de bourrelet circulaire impénétrable, qui tenait les eaux au niveau du point le plus élevé de sa circonférence. Nous fûmes réduits à vivre tout le jour avec les baies de l’Empetrum nigrum, et quelques groseilles qui nous trouvions dans les vallons.

12Arrivés à la côte, environ sur les trois heures de l’après-midi, nous voyons une apparence de sentier dans un vallon, et quelques traces d’anciens séchoirs de morue sur le rivage, dans les anses voisines. Croyant qu’il va nous conduire à quelque habitation, nous le suivons, marchant à la suite les uns des autres, moi le dernier, pour herboriser plus à mon aise. Comme il devenait singulièrement embarrassé par les branches des sapins, M. Bourrhis préfère suivre un éclairci à sa droite, pour gravir ensuite sur la montagne qui était en face de nous. M. Lécuyer juge à propos, au contraire, de la tourner par sa base du côté de la mer, ayant remarqué les traces toutes fraîches du pied d’un ours, et moi entendant toujours le brait des branches froissées à quelque distance de moi, je croyais que c’était par mes compagnons de voyage, et suivais machinalement. Ayant cependant adressé plusieurs fois la parole à mes compagnons, je fus surpris qu’il ne me fissent aucune réponse, quoique je continuasse d’entendre la même agitation des branches le long de la route. Enfin elle se dégage de plus en plus sur la pente de la montagne, et même je vois les branches des sapins brisées, comme pour rendre plus praticable l’accès d’une petite esplanade située du côté de la mer, au-dessus d’un précipice. Je m’imagine en conséquence qu’on avait préféré tourner la montagne par sa partie moyenne, plutôt que de gravir par-dessus son sommet, pour se rendre sur la pente opposée, et que, dans un moment, j’allais trouver enfin une habitation française où nous pourrions nous restaurer. J’avance encore quelques pas... Mais le sentier aboutit à une masse de rochers perpendiculaires, qui s’excave en voûte en dessous, et forme une caverne dont l’entrée même était jonchée d’une litière d’herbes sèches fraîchement remuée, mêlée de touffes de poils d’ours. Je me contentai de présumer que le bruit que j’avais cru celui de mes compagnons de voyage, me précédant le long du sentier, était celui de l’ours qui regagnait sa demeure, vers laquelle je me dirigeais aussi. Sans m’avancer davantage, je fuis en toute hâte, et grimpant comme un éclair sur des rochers inaccessibles, en un instant j’arrive au sommet de la montagne, où M. Bourrhis nous attendait, assis sur un rocher. Mais j’étais seul ! qu’est donc devenu M. Lécuyer ? Exténués de besoins et de fatigue, nous sommes tous deux incapables de descendre. A-t-il éprouvé quelque nouvel accident ? A-t-il rencontré l’ours ? Nous appelons vainement à diverses reprises : avant de quitter le sommet, je monte encore, pour la troisième fois, sur un petit rocher d’où je l’aperçois enfin arrivant au fond du vallon, sur un groupe de petits rochers où il s’assied. Je tire un coup de fusil, auquel il me répond de même, et, dans un quart d’heure, nous sommes avec lui, au pied de ce monticule dont la hauteur doit être de 194 à 227 mètres au-dessus du niveau de la mer. De là, je reconnus nos pêcheries de la baie des Ilettes, dont nous étions à plus d’une lieue et demie encore, et voyais au-delà toute la côte des Saints-Juliens et des environs du havre du Croc. Nous dominions également toutes les terres et les îlots qui sont à l’entrée de la baie aux Lièvres. Il nous fallut près de vingt minutes de marche pour descendre et rejoindre M. Lécuyer, qui nous dit avoir quitté le sentier, parce qu’il avait reconnu que les empreintes des pieds des ours y étaient trop fraîches pour ne pas se trouver au premier moment en tête à tête avec eux.

13En arrivant aux établissemens du havre des Ilettes, nous étions dans un état de délabrement sans pareil ; nos vêtemens étaient en lambeaux. En traversant en bateau un bras de cette baie, un individu de Grand-Ville [Granville], à qui je dis à dessein, en passant auprès de son navire, que nous avions couché dans les bois et n’avions rien mangé tout le jour, si ce n’est, à six heures du matin, un morceau de biscuit grand comme quatre doigts, et que nous étions exténués de fatigues et de besoins, cet individu, dis-je, fut assez impassible pour ne pas nous offrir au moins quelques rafraîchissemens. Mais nous fûmes accueillis par M. Lebouteiller d’une manière si affectueuse, que nous en resterons toujours pénétrés de la plus vive reconnaissance. Il mit le comble à ses bontés, en nous donnant sa maison, en découchant pour nous, et le lendemain matin ses gens furent à nos ordres pour nous reconduire au havre des Saints-Juliens. Arrivés là, nous eûmes bientôt traversé la lieu de marais qui nous séparait du havre du Croc. Mais il fallait s’embarquer pour rejoindre la frégate au milieu de la rade. Des Anglais, établis dans l’anse où nous arrivâmes, et que nous avions laissés continuer leur pêche dans notre havre pendant toute la belle saison, nous firent payer au poids de l’or un service que, par reconnaissance, ils auraient dû nous rendre.

14Après deux jours et demi d’absence, tout le monde, à bord de la Cybèle, nous crut perdus dans les forêts, et dévorés par les bêtes sauvages. M. de Kergariou avait même fait faire de grands feux sur le mont Prospect pour nous signaler le havre, et tirer quelques coups de canon de 18. À notre approche de la frégate, nous la saluâmes d’une décharge de coups de fusils. Les gens d’équipage, qui ne comptaient plus sur nous, montèrent sur toute la mâture pour nous voir rentrer à bord, et nous en témoigner leur satisfaction.

15M. de Kergariou, qui serait parti pour la France dès la veille, sans notre absence, appareilla le lendemain matin, 1er octobre, et après 9 jours de marche et un de calme, c’est-à-dire après un trajet de 800 lieues en 10 jours, nous rentrâmes dans la rade de Brest.

Author

Auguste-Jean-Marie Bachelot de La Pylaie (1786-1856), naturaliste et archéologue dans la tradition des grands savants, fit ses études à Laval et au Muséum d’histoire naturelle à Paris comme élève de Georges Cuvier et d’Henri Ducrotay de Blainville. Un grand voyageur, principalement à travers la France, il embarqua à ses frais à bord de la frégate la Cybèle en 1816, pendant une tournée d’inspection de trois mois à Terre-Neuve, Saint-Pierre et Miquelon. Aussi, en 1819, il partit à nouveau sur la corvette l’Espérance et ne revint pas avant 1820. Bachelot de La Pylaie publia Flore de Terre-Neuve et des îles Saint-Pierre et Miclon en 1829, ce qui démontra d’un grand souci d’observation, ainsi que de nombreux travaux dans ses diverses disciplines.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search