Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Introduction

Ronald Rompkey

Texte intégral

Les conséquences diplomatiques du traité d’Utrecht

1Nous sommes en 1713. En signant le traité d’Utrecht, la France abandonne d’un trait de plume l’Acadie, les territoires de la baie d’Hudson et l’île de Terre-Neuve, les cédant en toute propriété à l’Angleterre. Ce faisant, les négociateurs français ont quand même voulu atténuer le coup porté aux pêcheurs de morue français qui avaient des installations à Terre-Neuve depuis deux siècles en revendiquant pour eux le droit de continuer la pêche et le séchage du poisson sur une partie des côtes. C’est ainsi que les Anglais concéderons aux Français certains droits sur les côtes nord et ouest de l’île, entre le cap Bonavista et la pointe Riche. Sur ce littoral baptisé « French Shore » (côte française), l’article XIII du traité reconnaît aux Français le droit d’installer les échafauds et les cabanes nécessaires pour sécher le poisson ; toutefois, ils ne peuvent ni fortifier la côte, ni y habiter en dehors de la saison de la pêche.

2Cinquante ans plus tard, le traité de Paris enlèvera aux Français le Canada, l’île du Cap-Breton et la partie occidentale de la vallée du Mississippi. La pêche française est interdite sur les côtes du Canada, mais les droits sur le French Shore sont maintenus et confirmés, tandis que l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon est rétrocédé pour servir de point de ravitaillement. Le traité de Versailles (1783) aborde de nouveau la question du French Shore, élucidant certains points afin de fixer définitivement les droits respectifs des Anglais et des Français à Terre-Neuve. Cette fois, on enlève aux pêcheurs français la partie de la côte située entre le cap Bonavista et le cap Saint-Jean, pour y substituer toute la côte ouest jusqu’au cap Raye. Autrement dit, le French Shore s’étendra désormais du cap Saint-Jean au cap Raye.

3Pendant la Révolution et le Premier Empire, les Français vont délaisser le French Shore. Ce n’est qu’en 1815 que la France reprend pour de bon possession de sa colonie à Saint-Pierre-et-Miquelon et de ses pêcheries traditionnelles à Terre-Neuve. C’est à ce moment, avec le retour des flottilles françaises, que nous lions connaissance avec les premiers écrivains français à s’intéresser à la vie à Terre-Neuve. Pour mieux comprendre le contexte de leurs commentaires, il convient d’abord de résumer les bouleversements politiques de la société où ils vivaient.

Les fluctuations politiques en France à partir du congrès de Vienne

  • 1 La succession des chefs d’état en France est discuté par Pascal Arnoux dans son Histoire des rois (...)

4Notre premier écrivain, Bachelot de La Pylaie, arrive en 1816. Juste auparavant, entre novembre 1814 et juin 1815, le congrès de Vienne avait réglé le sort des territoires libérés de l’invasion napoléonienne. Les Bourbons, remis sur le Trône en 1814, allaient gouverner la France jusqu’en 18301. Louis XVIII, premier de la dynastie, aspire à réconcilier la France révolutionnaire et impériale avec la monarchie traditionnelle, et dans un esprit de pacification, il promulgue en 1814 une constitution qui fonde un régime de monarchie constitutionnelle, rejetant du même coup le drapeau tricolore et rétablissant le drapeau blanc de la royauté. Louis XVIII régnera jusqu’à sa mort, en 1824. Mais lorsque son frère, le comte d’Artois, lui succède sous le nom de Charles X, les mouvements de révolte ont déjà commencé. En trois jours, les 27, 28 et 29 juillet 1830, la Révolution populaire de juillet chasse de Paris les troupes du roi. Charles X abdique en faveur du duc de Bordeaux, fils du duc de Berry assassiné, et s’exile en Angleterre. En août, Louis-Philippe, chef de la branche cadette des Bourbons, accepte de prendre les rênes du royaume, installant son gouvernement à l’Hôtel de Ville de Paris, quartier général des Républicains, et rétablissant le drapeau tricolore.

5La Monarchie de juillet, qui durera dix-huit ans, consacrera le triomphe de la haute bourgeoisie et fera face à une forte opposition. Les Légitimistes et les Bonapartistes refusent de se rallier à Louis-Philippe, qui survivra à de nombreux attentats. Mais ce sont les Républicains qui demeurent les plus redoutables. Organisés en sociétés secrètes, ils sont derrière plusieurs insurrections. Au cours d’une manifestation à Paris le 22 février 1848, quelques incidents éclatent dans les rues, et le 24 février, Paris est de nouveau la scène d’une révolution. Le roi abdique en faveur de son petit-fils, le comte de Paris, alors âgé de dix ans, et s’enfuit en Angleterre. Le jour suivant, la France est redevenue une république. C’est vers cette époque que le prince de Joinville, troisième fils de Louis-Philippe, rend visite à Terre-Neuve comme officier de marine et que le chirurgien C.-J.-A. Carpon y rassemble des observations personnelles pour la rédaction de la première étude approfondie de la vie locale, Voyage à Terre-Neuve, publié en 1852.

6Formé le 25 février 1848, un gouvernement provisoire refuse de reconnaître le comte de Paris, proclame la République et décrète en avril l’élection d’une assemblée constituante. Cinq candidats se présentent au scrutin présidentiel du 10 décembre 1848, dont un député inconnu, Louis-Napoléon Bonaparte, mais espoir et confiance seront toutefois de courte durée. La Révolution de 1848 a transformé en catastrophe la crise économique et financière qui sévissait depuis 1847, à tel point que, moins de quatre ans après sa proclamation, la Seconde République périt comme la Première, victime d’un coup d’état bonapartiste. L’élection de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence de la République en décembre 1848 et celle de l’Assemblée législative en mai 1849 donnent le pouvoir aux adversaires du régime républicain. Par le coup d’état du 2 décembre 1851, Louis-Napoléon dissout l’assemblée et rétablit le suffrage universel. Un an après, le Prince-Président se proclame empereur sous le nom de Napoléon III.

7La Constitution de janvier 1852 donne au chef de l’état un pouvoir presque absolu et, jusqu’en 1860, l’Empire vivra sous un régime dictatorial. Cependant, par une série de concessions en 1860, 1867 et 1870, il se libéralisera peu à peu. Le Second Empire est aussi une époque d’activité économique fébrile, favorisée par le développement des banques, des sociétés anonymes et des moyens de transport, ainsi que par l’établissement du libre-échange. Les consulats fondés en Amérique du Nord, dont un à Saint-Jean de Terre-Neuve, sont aussi des leviers importants de la politique commerciale et économique de Louis-Napoléon. Des stations navales chargées de la surveillance des intérêts nationaux patrouillent les océans, et ce réseau de vaisseaux de guerre couvre notamment les Antilles, les côtes de la Guyane et Cuba. Enfin, comme on le verra dans les récits du prince de Joinville et l’officier de marine de la Roncière Le Noury, la station de Terre-Neuve protège les pêcheries du French Shore et des côtes américaines.

8En 1870, Louis-Napoléon déclare la guerre à la Prusse. Sans allié, inférieur militairement, il connaît en septembre une défaite rapide à Sedan, dans les Ardennes, et le régime ne survit pas à la capture de l’empereur. Prisonnier de guerre, puis libéré, Louis-Napoléon s’exile en Angleterre, où il meurt en 1873. La mort de Louis-Napoléon marque la fin des gouvernements monarchistes et le début de la Troisième République. Le gouvernement parlementaire verra se succéder une série de présidents jusqu’en 1904, date de la fin de l’accord diplomatique entre la France et la Grande-Bretagne sur la grande pêche à Terre-Neuve. En presqu’un siècle de transformations profondes, à travers la succession des régimes politiques qui aboutit à l’épanouissement du modèle républicain, la France sera passée de l’Ancien Régime à la modernité. Ce siècle aura vu la révolution industrielle, l’urbanisation, l’affirmation de la bourgeoisie d’affaires et la naissance du prolétariat. Le siècle aura aussi été celui de l’affaiblissement du christianisme et de la montée du pouvoir laïque républicain dans un formidable bouillonnement intellectuel et créatif qui engendrera le romantisme, le positivisme, le symbolisme, l’impressionnisme et l’art nouveau.

Les textes choisis et leurs propos

  • 2 Voir Jean-Marc Drouin, « De Linné à Darwin : les voyageurs naturalistes », p. 321-335 ; C. Forget,(...)

9Revenons maintenant à nos écrivains. En premier lieu, on rencontrera les naturalistes et les médecins de la Restauration et de la monarchie de juillet, influencés par Carl von Linné. Dans son Systema naturae (1758), ce botaniste et médecin suédois avait proposé une méthode de classification des végétaux et des animaux qui est toujours employée de nos jours. Il a fait ses premiers voyages scientifiques en Suède et en a publié les résultats dans divers comptes rendus. Puis, il a envoyé ses disciples recueillir des spécimens aux quatre coins du monde et noter leurs observations. La plupart de ces explorateurs, jusqu’au milieu du dix-neuvième siècle, auront été des naturalistes voyageant seuls pour revenir de leurs périples chargés d’espèces jusqu’alors inconnues d’animaux exotiques, de graines et de plantes en pots2.

  • 3 Voir A.M. Lysaght, Joseph Banks in Newfoundland and Labrador [...].
  • 4 George Cuvier, Histoire des sciences naturelles [...], vol. 5, p. 104-105.

10À Terre-Neuve, le premier scientifique de la tradition linnéenne (exception faite des missionnaires moraves du Labrador) fut Joseph Banks, naturaliste, botaniste et explorateur anglais, qui a visité Terre-Neuve et le Labrador pendant le printemps, l’été et l’automne de 17663. Plus tard, Banks allait accompagner le capitaine James Cook dans son premier voyage d’exploration autour du monde à bord de l’Endeavour (1768-1771). « Il se chargea seul de tous les frais qu’exigeraient les collections d’histoire naturelle », écrit le grand naturaliste Georges Cuvier. « Il engagea aussi à ses propres frais, pour s’en faire aider, un autre naturaliste, nommé Daniel Solander : c’était un Suédois, élève de Linnaeus, qui était né dans la province de Nordland en 17364 ». Banks rapporta de ses voyages un important matériel d’étude et de riches collections d’histoire naturelle et joua un rôle certain dans le développement de la botanique en Grande-Bretagne.

  • 5 A.-J.-M. Bachelot de La Pylaie, « Quelques observations sur les productions de l’île de Terre-Neuv (...)

11Bachelot de La Pylaie fut le premier naturaliste français à visiter Terre-Neuve. Il y fit deux voyages, en 1816 et en 1819, au cours desquels il recueillit une ample moisson de spécimens et d’observation. Il écrivit, « La botanique m’a offert un millier d’espèces ; la zoologie vingt-quatre Mammifères, soixante-dix Oiseaux, trente-quatre Poissons, quarante-six Mollusques, quatorze Annélides, soixante Insectes, trente-quatre Zoophytes et Acalèphes, enfin vingt et un Polypes et Polypiers. J’ai retrouvé sur cette île le beau Feldspath du Labrador, des roches amygdaloïdes rejetées sur certaines parties de la côte, des rochers de Granit et de Gneiss, des roches siliceuses, enfin une Chaux carbonatée contenant des Ammonites, vis-à-vis l’embouchure seulement du fleuve Saint-Laurent5. » Faute de soutien du gouvernement, il aura été obligé de limiter ses recherches, à cause de ses ressources limitées. Ceci dit, il a quand même enrichi les galeries du Muséum d’histoire naturelle en y apportant divers objets nouveaux pour la science et divers autres qui venaient compléter certaines collections. Il a aussi été à l’origine de la création d’un herbier où figure une série d’algues d’eau salée et d’eau douce, dont la préparation soignée a éclipsé en intérêt tout ce que l’établissement possédait en ce genre. Nous parlerons d’abord de sa tentative de décrire la végétation des bords de la rivière qui se jette dans la baie aux Lièvres, publiée dans les Mémoires de la Société linnéenne, ainsi que de ses observations de la baie Saint-Georges.

12Notre attention se portera aussi sur Jean-Jacques Bergeron, chirurgien de marine intéressé par les propriétés curatives des plantes, qui a publié de 1817 à 1820, dans les Annales maritimes et coloniales, la nomenclature des spécimens d’histoire naturelle prélevés le long des côtes d’Afrique, au Sénégal, en Guyane, aux Antilles et aux États-Unis. Ce périodique, autorisé sous les auspices du ministère de la Marine, a été publié de 1816 jusqu’au 31 décembre 1847. Dans la première partie, on trouvait les lois, règlements et instructions ministérielles relatifs au service des administrations maritimes, ainsi qu’un état des mouvements du personnel militaire et civil. La seconde, qui concerne Terre-Neuve par endroits, était une sorte de mémoire encyclopédique où le marin trouvait non seulement divers renseignements liés à son métier, mais aussi toutes sortes de connaissances accessoires, telles que l’art militaire, la géographie, l’hygiène navale, l’histoire des peuples et l’histoire naturelle. Les découvertes hydrographiques y sont mentionnées, et une section particulière est réservée aux questions coloniales.

13Nous pouvons aussi découvrir l’histoire naturelle de Terre-Neuve dans les notes d’un autre linnéen, le chirurgien Philippe Michelet, qui a pris la relève de Bachelot de La Pylaie dans son commentaire sur les plantes curatives trouvées sur la côte ouest. Michelet, modeste, décrit ses observations comme étant de « peu d’intérêt » en comparaison de celles du célèbre naturaliste. Il reste néanmoins motivé par les fins médicales qu’il vise à travers les siennes. Il était en effet passionné par l’étude des plantes curatives utilisées par les autochtones (« Canadiens ») de la côte ouest, où il écrit avoir rencontré « un vieux matelot de Saint-Malo » surpris par les événements de la Révolution de juillet. Un de nos autres naturalistes voyageurs, John James Audubon, sera de passage plus tard à Terre-Neuve pour étudier et peindre les oiseaux du Labrador.

  • 6 Alain Corbin, Le territoire du vide, p. 275.
  • 7 Gaud Houiste, avant-propos du Naufrage du navire la Nathalie, p. 6. Voir aussi Louis Bailleul, Le (...)

14La deuxième portion des Annales maritimes et coloniales, où étaient souvent relatés des récits de voyages et d’explorations sur les côtes lointaines, avait pour but d’exciter l’intérêt de l’homme de mer ainsi que celui du savant, du négociant, de l’armateur et du citoyen du monde. On y trouvait, par exemple, des récits de naufrage comme celui La Nathalie, signé par le second du navire, Gaud Houiste, naufragé du 29 mai au 17 juin 1826, mais écrit par Jean-Louis Daniel. Ce dernier fera par la suite paraître une version romancée du récit, l’embellissant en robinsonnade. Son ouvrage appartient à la tradition romantique et sentimentale, type de récit qui connaissait une grande faveur avec la vogue du roman à frissons. Selon Alain Corbin, entre 1815 et 1840 le récit de naufrage était à la mode6. Le récit de Daniel cadrait donc avec le genre (quelques malheureux doivent assurer leur survie avant d’être recueillis par de généreux étrangers) mais était cette fois-ci relaté par un « témoin » sauvé de sa ruine parmi les glaces. « L’intérêt, sans doute, disparaîtrait, écrit Daniel, si l’on soupçonnait un moment que, sur quelques faits réels, l’imagination a voulu bâtir un roman7 ». On peut imaginer que le lecteur se délectait de la solitude où étaient plongés les malheureux abandonnés à leur sort et à leurs propres ressources, à la manière de Robinson Crusoé.

15Les écrivains français semblent aussi avoir été trappes par la chasse aux phoques, a laquelle ils n’étaient pas autorisés à participer. À leurs yeux, la chasse est d’une brutalité sanguinaire : pour utiliser l’expression du lieutenant de vaisseau Ernest-Ange Marquer en 1884, c’était comme un croque-mitaine sur le seuil d’une pouponnière. Les femelles mettaient bas sur la glace au printemps. Elles partaient pêcher dès l’aurore mais savaient retrouver leurs petits, même si la banquise où ils étaient nichés était entraînée fort loin, les reconnaissant parmi des milliers du même âge. Face à la menace humaine, les jeunes phoques effrayés remplissaient l’air de leurs vagissements plaintifs. Ainsi, Marquer peint avec une forte émotion le spectacle de ces mères errantes qui, de retour à leurs nids, s’abandonnent « à un désespoir touchant » en ne retrouvant de leurs petits que des carcasses palpitantes.

16Un deuxième thème, celui de la concurrence internationale et des conditions de travail liées à l’industrie de la pêche, attire notre attention sur l’augmentation du nombre de pêcheurs dans l’Atlantique nord. C’est le prince de Joinville, après sa visite en 1841, qui soulève de nouveau la question de l’administration internationale de la pêche, en particulier dans la foulée de l’avènement d’un gouvernement parlementaire à Terre-Neuve en 1832. Il écrit :

  • 8 [François-Ferdinand-Philippe-Louis-Marie, Prince de Joinville], Vieux souvenirs, p. 239.

Aussitôt il fallut aux courtiers électoraux une plate-forme populaire à sensation, et cette plate-forme est devenue tout de suite quelque chose comme l’irrédentisme italien, la revendication du sol national avec ses droits : Terre-Neuve aux Terre-Neuviens ! Là est toute la question de Terre-Neuve. Localement, personne ne s’en soucie, mais dans la presse et sur le terrain de la fantasmagorie électorale, elle a mis le feu aux passions et pourra très bien un jour engendrer des ruines et faire couler du sang8.

17L’article qui traite le plus amplement de ce sujet est celui du journaliste libéral Henri-Émile Chevalier, exilé pour ses activités anti-bonapartistes, qui profita de l’amnistie accordée par Napoléon III en 1860. Chevalier commence son examen de Terre-Neuve ailleurs que sur la côte ouest. Arrivé à Saint-Jean en 1853, il la trouve « la plus poissonneuse des capitales modernes ». Plus intéressant pour Chevalier, cependant, est le coût d’un plat de poisson, compte tenu de l’investissement humain qu’il nécessite. Il est impressionné, aussi, par la fécondité des morues et par la quantité prodigieuse d’œufs que portent leurs femelles. De plus, dans des conditions difficiles à bord d’une goélette anglaise, il décrit pour le lecteur les diverses techniques de pêche pratiquées en haute mer.

18Le deuxième auteur de notre recueil, l’enseigne de vaisseau François Leconte, aborde d’emblée la troisième préoccupation de nos écrivains français : les mœurs des divers peuples autochtones de Terre-Neuve (« les sauvages ») et l’accroissement de la petite population européenne installée sur la côte ouest. François Cornette de Venancourt aborde aussi ce sujet dans les Annales maritimes et coloniales, spéculant sur l’existence des Béothuks, ou « Peaux Rouges », considérés éteints à cette époque. Eugène Ney, fils du célèbre maréchal napoléonien, exploite le thème plus en profondeur. Il décrit sa rencontre avec deux Indiens chargés par William Epps Cormack, président de la Boeothick Institution de Saint-Jean, de trouver le lieu de retraite des Béothuks et de déterminer leur population afin d’établir avec eux des relations amicales. De son côté, Philippe Michelet nous donne les premières observations sur la vie des Micmacs de la baie Saint-Georges, décrivant notamment l’état de leur dentition, leur hygiène, leur malpropreté, leur façon de vêtir leurs enfants et leur connaissance des plantes curatives. Il est aussi fasciné par la ferveur de leur catholicisme. En 1880, Henri Jouan, officier de marine à la retraite, s’intéresse lui aussi à la question du nombre de Béothuks encore vivants, et il conclut que les rares survivants, pour éviter d’être massacrés par les Terre-Neuviens et les Micmacs, se seront enfuis au Labrador en traversant le détroit de Belle-Isle.

19Constant-Jean-Antoine Carpon, chirurgien du commerce, a pratiqué à Terre-Neuve pendant vingt-cinq ans et aura sans doute été à cette époque l’observateur des Terre-Neuviens le plus expérimenté. Son ouvrage Voyage à Terre-Neuve (1852) reprend toutes les observations des années précédentes. C’est Carpon, par exemple, qui expose avec le plus de détails la mode de vie des gens qui ont commencé à peupler la côte ouest, ainsi que les rapports entre les capitaines français et les « gardiens », ces habitants permanents qu’ils chargeaient de la protection de leurs établissements en hiver. « Quand on a reconnu des surveillants dignes de confiance, écrit-il, on leur laisse, avant le départ, des provisions de toute espèce : beurre, graisse, lard, farine, biscuit, cidre, vin, eau-de-vie, lignes et filets. Ce grand approvisionnement, joint à leur chasse journalière, les met à même de bien passer l’hiver ». Carpon s’intéresse aussi aux traditions de mariage des colons, ainsi qu’aux autres coutumes dans les havres entièrement coupés de Saint-Jean par la distance. Comme il pouvait communiquer avec eux en anglais, il était bien au fait des mœurs des Européens et des autochtones. Son Voyage à Terre-Neuve, recueil d’observations exotiques et de « notions curieuses », s’adresse à un grand public friand de faits divers et d’anecdotes

20N. O’Brig, sans doute un autre officier de marine, s’est inspiré de Carpon dans une certaine mesure pour rédiger un article condescendant sur les Terre-Neuviens, publié en 1858 dans L’Illustration. O’Brig trouve les Terre-Neuviens heureux « dans leur petite sphère », et il est le premier à mentionner le « Jackotar », produit du métissage entre Acadiens immigrés et Micmacs. « Il parle un français hybride comme lui, dit-il, qu’il accentue en allongeant les voyelles, et il abuse de certaines inflexions de voix qui semblent empruntées à des dialectes du nord de la France ». La situation des Acadiens, dont la population de la baie Saint-Georges est estimée à environ un millier d’âmes, est traité aussi par Edmé Rameau, un autre écrivain opposé à Louis-Napoléon et condamné à la prison, dans son ouvrage La France aux colonies (1859).

21Après Carpon, l’étude la plus complète des mœurs et des institutions de Terre-Neuve a été rédigée par le comte de Gobineau. Légitimiste, Gobineau était en 1849 chef du cabinet d’Alexis de Tocqueville. En 1859, il a passé quelques mois à Terre-Neuve comme membre d’une commission internationale chargée de statuer sur l’interprétation des droits de pêche français. C’est pourquoi son Voyage à Terre-Neuve (1861) propose les observations les plus perspicaces de tous les visiteurs français au XIXe siècle. À son arrivée, le French Shore n’était plus français, mais peuplé « d’environ quinze cents habitants qui se sont graduellement emparés de cette place », les dames et les jeunes demoiselles en chapeaux, l’ombrelle à la main. Gobineau qualifie cette communauté en situation « illégale » de « petite Arcadie », une société aux mœurs simples et pures, produisant une sorte de bonheur placide et monotone. Dans cette société, le seul détenteur du pouvoir était le commandant de la Station navale française, car ces colons vivaient sans magistrat ni gendarme. Pourtant, selon Gobineau, « ce sont les plus honnêtes gens du monde ». Quant aux autorités installées à Saint-Jean, dotées depuis 1855 d’un système de gouvernement « responsable », il respecte leur désir d’indépendance et les bonnes relations qu’elles entretiennent avec les Français. Il reconnaît aussi le rôle de l’Église dans la vie politique et soulève la possibilité de l’union des colonies anglaises d’Amérique du Nord, ce qui modifierait considérablement l’avenir de Terre-Neuve et ses relations avec les Français.

22En 1867, année de la Confédération canadienne, la vulnérabilité éprouvée par les Français face au risque d’un changement politique à Terre-Neuve est reprise par le lieutenant de vaisseau Édouard-Polydore Vanéechout (sous le nom Édouard du Hailly) de la Station navale, dans un article paru dans la Revue des deux mondes. Vanéechout est frappé par la condition des colons qu’il a rencontrés sur la côte ouest et qu’il nomme les « enfants perdus de la race anglo-saxonne ». Il est fasciné par le fait qu’ils vivent une existence primitive, sans « un semblant d’autorité ou d’organisation quelconque ». Et il confirme le service rendu par l’aumônier de la flotte française à une population sans prêtre. « De plus le hasard avait fait que pendant plusieurs campagnes successives nous n’avions envoyé à Terre-Neuve que des bâtiments de guerre non pourvus d’aumôniers, dit-il, de sorte que, partout où nous nous arrêtions, notre pauvre abbé se trouvait en présence d’un formidable arrière de liquidation ». Les périls d’un changement politique et la question des droits français en Amérique du Nord après la Confédération canadienne sont aussi soulevés par Olivier de Carné (sous la signature Olivier de Ceinmar) dans un article du Correspondant que l’on peut qualifier de rationaliste. En examinant la question d’un droit « exclusif » de la France sur le French Shore, Carné observe que Terre-Neuve ne fait toujours pas partie de la Confédération. Il n’en appelle pas moins à la nécessité de résoudre la question avant que le fait accompli ne vienne la compliquer, en particulier parce que la pêche, qui périclitait faute de protection efficace, risquait d’être abandonnée par les armateurs. « Ce qui serait préférable, dit-il, ce serait d’abandonner une partie de nos droits exclusifs, en nous réservant certains lieux de pêche en toute propriété ». Par ce moyen, on perdrait du point de vue du droit, mais on n’arrêterait pas le développement de tout un pays.

23Le lieutenant de vaisseau Louis Koenig est un observateur qui apporte une sensibilité esthétique au French Shore. Embarqué sur la Clorinde en 1885-86 avec pour camarade de bord l’océanographe Julien Thoulet, il rédige une esquisse de la région à cette époque. Koenig nous laissera une collection de dessins des havres visités par la Clorinde et un article dans le Tour du monde qui reprend l’idée de la côte ouest comme d’une Arcadie. Pour Koenig comme pour les pêcheurs français, être Terre-Neuvien était être soit « Irlandais » soit « Canadien » (Micmac). Il trouve en particulier que les Irlandais, de confession catholique, sont d’un esprit très simple avec « une foi robuste, une conviction extrême poussée souvent jusqu’à l’intolérance ». Même si les prêtres missionnaires de Terre-Neuve ne leur rendent visite que de temps à autre, leur passage est toujours le prétexte de célébrations.

24Julien Thoulet donne aussi libre cours à sa nature romantique dans un article, pourtant rédigé dans le cadre d’une mission scientifique, que publiera la Revue maritime et coloniale et qui sera par la suite développé dans son petit classique Un voyage à Terre-Neuve (1891). Son excursion à Bonne Baie est un autre portrait d’Arcadie. Après avoir rencontré un chef de famille installé dans sa cabane au milieu de la forêt, il se fait philosophe, interprétant sa condition comme un exemple des possibilités de l’individualisme. Pour lui, tout homme a le devoir d’être heureux : « Le jour où, jeune et fort, il sent que la civilisation qui l’entoure va l’écraser et que la misère s’approche, à moins d’être un sot ou un lâche, et dans ce cas il ne mérite point de pitié, écrit-il, il n’a qu’à ceindre ses reins et à marcher, droit devant lui, jusqu’au premier coin de terre inculte et inhabité ». Doué d’imagination artistique, il est captivé, comme tous les visiteurs français, par le passage des glaces flottantes, qui « charme, étonne et effraie tout à la fois ». Il décrit ces immenses sculptures de glace composées de strates azurées, disposées parallèlement, et percées de trous, de creux, et de cavernes où la lumière dessine « des ombres d’une incomparable douceur ». Il raconte aussi avec humour, mais sans renier sa formation classique, les batailles contre les redoutables moustiques dont tous les Français se plaignaient. Par ailleurs, sa rencontre avec les morts du cimetière à l’Anse-à-Bois lui est un prétexte de réflexions existentielles sur le sens de la vie et de la mort. Thoulet est suivi dans notre recueil par André Salles, qui ajoute son propre hymne à la gloire du pittoresque sur le French Shore dans un article que publie L’Annuaire du Club alpin français en 1890.

25Au fil du XIXe siècle, les Français deviennent de plus en plus curieux d’un quatrième sujet : la ville de Saint-Jean, capitale de la colonie. Eugène Ney décrit la ville quand elle ne compte que 11 000 habitants. Après l’attribution à Terre-Neuve du statut de colonie, en 1824, c’est dans cette ville que siégeait un gouvernement colonial à la tête duquel, selon Ney, le gouverneur Thomas Cochrane étalait « un grand luxe » et reproduisait « en petit » la cour du roi d’Angleterre. À l’arrivée de Bénédict-Henry Révoil en 1849, la ville s’est agrandie. Après un banquet chez le gouverneur John LeMarchant, Révoil assiste à un bal aux environs du fort Townsend, caserne de la compagnie de l’armée britannique qui assure la protection de la ville. Le baron Clément de La Roncière Le Noury, qui a pris le commandement de la Division navale de Terre-Neuve, est de passage à Saint-Jean en 1858. Invité chez le gouverneur Alexander Bannerman, il arrive en grande pompe mais trouve son hôte complètement ivre. Bannerman avait l’habitude, dit-on, de se griser une fois par jour les jours pairs, deux fois par jour les jours impairs, et toute la journée le dimanche, « afin de mieux le sanctifier, selon la mode anglaise » ! En outre il ne parlait pas un mot de français.

26De tous les livres qui décrivent Saint-Jean, le plus amusant est Terre-Neuve et les Terre-Neuviennes (1886), du jeune Henri de La Chaume, attaché au commerce du vice-consul de France de 1882 à 1883. De La Chaume jette un regard toujours ironique sur les habitudes et prétentions de la petite société coloniale, allant au cœur de l’esprit des Terre-Neuviens et y explorant la naissance d’une nouvelle conscience, celle d’eux-mêmes. De La Chaume comprenait bien la variabilité du climat à Terre-Neuve et les explications qu’en donnaient les Terre-Neuviens. Il nous présente avec condescendance le mode de vie et l’aspect courtisan de la petite bourgeoisie de Saint-Jean. Avec sa connaissance des malheurs du clergé en France au XIXe siècle, il est fasciné de constater l’influence politique du clergé de toutes les confessions, en particulier celle de l’évêque catholique de Saint-Jean, Thomas Joseph Power. « C’est qu’à Terre-Neuve le rôle de l’évêque catholique est un grand rôle », nous informe-t-il. « Il est le suprême directeur des couvents et collèges où la jeune génération de l’île va chercher des idées d’études, jusque-là tout à fait étrangères aux indigènes ». Il est également intéressé par la multiplication des organisations de non-buveurs un peu partout sur le continent nord-américain. Enfin, il trouve les prêtres plus tolérants qu’ailleurs et remarque que la bonne entente règne au sein d’une population mi-catholique, mi-protestante. Et il comprend bien les fondements de la religion et du conservatisme à Saint-Jean. Les hommes sont plutôt ignorants, explique-t-il, et n’ont pas l’idée d’employer leur intelligence à penser, tandis que les femmes, en revanche, ont l’esprit plus cultivé. Il s’intéresse aussi à la construction du chemin de fer, symbole de la « politique du progrès » promulguée par le gouvernement qui facilitera l’exploitation des forêts et des mines de l’intérieur de l’île.

  • 9 Les événements entourant le passage du « Bait Act » sont bien discuté par Charles Laroche dans « L (...)

27En 1890, l’anarchiste Élisée Reclus, exilé à la suite du coup d’état de 1851, abordera dans sa Nouvelle géographie universelle un cinquième thème, celui du progrès industriel à Terre-Neuve. Reclus y discute de la question du refus de Terre-Neuve d’entrer dans la Confédération canadienne. Cependant, selon lui, la question de l’annexion au Canada restait toujours « ouverte », et l’on ne cessait de la débattre, sous une forme ou sous une autre. C’est lui aussi qui rend compte de la situation des francophones de la région vers 1890, aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon, évidemment, bien qu’il présume qu’ils vivent aussi sur la côte voisine, ainsi que dans la péninsule d’Avalon. Il reconnaît qu’il y a une communauté de francophones à la baie Saint-Georges et qu’on peut en rencontrer sur le Trench Shore pendant la saison de pêche. Il manque cependant de statistiques pour appuyer ses dires, et il perpétue aussi les mythes des « amiraux de la pêche » pour expliquer la lenteur de la colonisation de l’île. Mais plus importante, il relève des signes du nouveau nationalisme Terre-Neuvien : l’exportation d’autres espèces de poisson que la morue, l’adoption en 1888 d’une loi qui interdit l’exportation de « boëtte » (appâts de poisson) à Saint-Pierre-et-Miquelon en compensation pour l’impact de la prime accordée aux Français9, ainsi que la croissance d’autres villes en dehors de Saint-Jean. Il remarque aussi le début de l’industrie minière sur le littoral de la baie de Notre-Dame, qui vise l’exploitation des gisements de cuivre, en particulier autour de Tilt Cove. Les officiers de marine nous informent aussi des progrès de l’industrie de transformation de la baleine en produits commerciaux à St. Lawrence et de la reproduction artificielle de la morue au laboratoire maritime de Dildo.

  • 10 [Aristide-Pierre-Marie] Jan, « La division navale de Terre-Neuve pendant l’année 1890 », p. 134.

28Par ailleurs, les médecins de la Station navale mentionnent de graves problèmes de santé publique, causés en particulier par la tuberculose. Dans son rapport de la campagne de 1890, cité par deux de nos auteurs, le docteur Aristide-Pierre-Marie Jan se déclare impressionné par l’hygiène qui règne à l’hôpital de Saint-Jean mais se dit inquiet des conditions dans lesquelles vivent les habitants de la côte ouest. Souvent mal nourris et virant dans l’atmosphère délétère d’une cabane surchauffée, les femmes et les enfants en particulier tombent aisément victimes de maladies physiologiques. Jan raconte notamment ce qui suit : Il m’a été donné de soigner plusieurs femmes atteintes d’affections utérines, conséquences fatales d’un accouchement opéré sans précautions, et presque toujours suivi d’un repos insuffisant. Les enfants que ces femmes nourrissent restent très anémiés pendant leur plus bas âge, beaucoup meurent d’athrepsie, et dans la lutte au jour le jour que les autres soutiennent contre la misère, ils n’atteignent que péniblement un développement physique normal10.

29Ayant eu l’occasion d’examiner de nombreux enfants dans les villages du French Shore à différents stades de leur développement, Jan a diagnostiqué beaucoup plus de cas de scrofule que la normale. Devant l’hypothèse qu’il s’agirait là de symptômes héréditaires des candidats à la tuberculose, il se demande si leur aspect anémique ne pointe pas plutôt vers une alimentation déficiente et les rigueurs des longs hivers dans une atmosphère confinée.

30C’est Georges-Benjamin-Edouard Martine, médecin-major pendant la campagne de pêche en 1892, qui a lancé dans les Archives de médecine navale et coloniale un avertissement formel à propos du risque pour Terre-Neuve d’une épidémie de tuberculose, dont la nature microbienne avait été formellement démontrée en 1882. Autrement dit, pour les médecins de la station navale, les mœurs des Terre-Neuviens plutôt que le climat sont au premier chef responsables de la tuberculose : sevrage prématuré, allaitement artificiel au biberon, séjours prolongés dans des maisons surchauffées, encombrées et à l’air confiné, alimentation déficiente et manque d’exercice au grand air. Les mêmes conditions seront soulignées par les médecins locaux pendant cinquante ans, période où la tuberculose deviendra une des principales causes de mortalité. De plus, avant que soient connus les effets des carences vitaminiques, Martine en décrit les symptômes : anémie accompagnée de pâleur, de « flueurs » blanches, de troubles dyspeptiques, de dysménorrhée, de névralgies, et ainsi de suite. « L’anémie, écrit-il, est ici le premier degré latent de ce long drame qui mène à la tuberculose et conduit au marasme et à la cachexie ». Les Français considéraient le climat de Terre-Neuve comme une menace ; ainsi, le docteur Martine recommandait d’interdire aux poitrinaires d’être exposés au climat de Terre-Neuve et d’éliminer des équipages tout sujet qui présente des symptômes suspects au stéthoscope. Ses intuitions sont confirmées quelques années plus tard par le docteur Gazeau, qui décrit dans la Revue maritime d’autres maladies communes à Terre-Neuve : la mortalité infantile, la diphtérie, les rhumatismes chroniques, la scarlatine et la fièvre typhoïde.

  • 11 Voir à ce sujet « Du Great-Eastern, le plus grand navire du monde [...] », p. 110-120, et A. Delam (...)
  • 12 Henry Harrisse, L’atterrage de Jean Cabot au continent américain en 1498.

31Néanmoins, il y a des signes du progrès industriel. Un tel signe sera marqué par l’atterrage d’un premier câble transatlantique à Terre-Neuve en 1866 et l’établissement d’un réseau de communication entre l’Europe et l’Amérique avec des stations à Terre-Neuve et à Saint-Pierre11. La culture des câblistes et la situation à Saint-Pierre sont admirablement esquissées dans l’article amusant de Frédéric Rossel, pionnier de l’industrie automobile française, dans les Mémoires de la Société d’émulation de Montbéliard en 1897, année du 400e anniversaire du voyage de découverte de Jean Cabot. Ce dernier événement donnait aux Terre-Neuviens une occasion de célébrer leur nouvelle identité en élevant une tour à Saint-Jean, qu’ils nomment la tour Cabot ; accessoirement, l’anniversaire soulèvera une première fois la question de l’emplacement précis du débarquement de Cabot, qui sera le prétexte de plusieurs articles. De ceux-là, celui de Henry Harrisse décrit le plus en profondeur les voyages de Christophe et Ferdinand Colomb et de Jean et Sébastien Cabot, ainsi que les voyages de découverte de l’Amérique du Nord12. En 1894, le grand géologue français Louis de Launay commente l’exploitation des mines à Terre-Neuve. À cette époque, la colonie produisait du cuivre, mais on avait en outre commencé à y extraire du pyrite et de faibles quantités de plomb et de nickel. Il y avait aussi des traces d’or, d’antimoine et de fer, ainsi que du charbon et de l’amiante plus à l’ouest.

32L’exploitation des mines aura exercé une certaine influence sur les négociations anglo-françaises, selon Wilfrid de Fonvielle, un gauchiste qui avait participé à la Révolution de 1848 et avait été déporté en Algérie après le coup d’état. Fonvielle remarque qu’une nouvelle voie ferrée était construite à travers l’intérieur de Terre-Neuve afin d’y faciliter l’exploitation des richesses minières et végétales, étant donné que la population est répartie le long des côtes. Il s’intéresse en particulier au développement d’une nouvelle industrie de fabrication de pulpe pour le papier en utilisant le pin noir. « En effet, le goût du public pour la basse littérature qu’on exploite généralement dans les journaux est si développé, dit-il, que les directeurs et les éditeurs des volumes à bon marché sont en ce moment menacés par une véritable disette de papier ». Selon Fonvielle, Terre-Neuve connaissait une « grande révolution industrielle » en cette époque où une expédition scientifique avait rattaché l’est de l’Amérique à l’Europe en installant une station télégraphique à Heart’s Content. L’industrie minière était encore naissante mais donnait déjà lieu à de fortes exportations. Fonvielle a prévu que la colonie contiendrait des gisements inépuisables de houille et de pétrole. Mais le traité d’Utrecht avait limité la prise de contrôle de l’ile par la Grande-Bretagne. « Espèrent-ils tromper l’opinion publique du monde civilisé en torturant les textes avec la triste effronterie dont le Colonial Office vient de faire preuve dans l’Afrique australe ? » demande-t-il. La France avait abandonné certaines parties du French-Shore et avait reçu « en toute souveraineté à titre de compensation » d’autres parties de la péninsule du nord. Ce fait, dit-il, était passé sous silence pendant les négociations.

33Celui qui a décrit avec le plus d’éloquence le nouveau potentiel industriel de Terre-Neuve est sûrement Robert de Caix, chroniqueur au Journal des débats, chargé en 1904 d’une mission d’enquête sur le récent traité par lequel les Français abandonnaient pour de bon les droits acquis à la faveur du traité d’Utrecht. À cette époque, Saint-Jean s’était agrandie de façon anarchique, avec des rues qui « montent à cru » les pentes les plus impossibles, sans souci des vides qu’elle laissait partout. Il écrit notamment, « Ici, tout respire la confiance, la certitude d’un avenir plus large. En tenant compte des proportions des ressources de ce pays, on peut dire que Terre-Neuve bénéficie depuis quelques années de ce qu’on appelle, de ce côté de l’Atlantique, un boom ». Selon Caix, l’heure est à l’optimisme. La pêche de la morue, ainsi que la chasse aux phoques et à la baleine, sont florissantes. Les récents progrès scientifiques ont amené les chambres frigorifiques où conserver le poisson frais. En outre, les Terre-Neuviens ont commencé à s’intéresser à l’intérieur de l’île, construisant un chemin de fer de façon à stimuler la nouvelle industrie du bois et l’exploitation des mines. À cette époque, confiants et en pleine croissance, ils ne se soucient pas de la possibilité de prendre place dans la Confédération canadienne. Terre-Neuve, d’après Caix, poursuit de façon autonome ses destinées nationales.

34En dernier lieu, nous parlerons du géographe Robert Perret, arrivé en 1907 pour faire des recherches doctorales en naviguant autour de l’île. Son journal, publié dans Le Correspondant, traite de la vie social, politique et commerciale à Terre-Neuve, et en particulier dans la péninsule d’Avalon. Perret est intéressé par les systèmes de troc par lesquels les pêcheurs sont payés et par l’organisation de l’assistance et des œuvres de charité publiques chargées de dispenser les secours. Comme son concitoyen Henri de La Chaume, il est étonné par le manque de divisions profondes de la société et impressionné par l’esprit de coopération qui y règne. « C’est là, dit-il, qu’est la force des pays anglo-saxons ». Ainsi, à Saint-Jean, un conservateur avait rédigé les statuts des syndicats ouvriers, et des jeunes filles catholiques chantaient l’office à l’église anglicane. Il constate que les différences idéologiques sont moins importantes que les opinions, et les idées moins que les hommes. Et il se pose une question toujours d’actualité aujourd’hui : « Que valent à Terre-Neuve les termes de libéral et de tory ? »

35Sa Géographie de Terre-Neuve est l’étude française la plus complète de cette époque. Dans l’extrait que nous en présentons, Perret se penche sur la question de la nouvelle identité des Terre-Neuviens et de la conscience qu’ils ont d’être un peuple de quelque 200 000 individus. En général, il trouve les gens distincts par leurs croyances mais unifiés par leur métier commun, sauf à Saint-Jean, où vivent déjà 30 000 habitants. Il est frappé par les différences entre les expressions idiomatiques d’un lieu à l’autre, ainsi que par la variété des accents. Il relève aussi diverses traditions folkloriques qui témoignent d’origines irlandaises ou anglaises. Même si Terre-Neuve n’est pas encore un état, la ville de Saint-Jean a perdu sa mentalité européenne. Ses demeures, dit-il, abritent des mentalités façonnées « au moule américain ». De plus en plus de marchandises sont débarquées à Port-aux-Basques et expédiées à Saint-Jean par chemin de fer. Et il est conscient d’un autre nouveau phénomène : le début d’une diaspora de Terre-Neuviens dispersés dans l’est des États-Unis mais toujours en rapport avec leurs familles sur l’île. Ce phénomène se poursuivra au vingtième siècle, les liens familiaux étant maintenus durant cet exil et les gens rentrant à Terre-Neuve une fois leur fortune faite.

Terre-Neuve après les Français

  • 13 Pour une discussion plus large de l’économie à cette époque, voir Peter Neary, Newfoundland in the (...)

36Les Terre-Neuviens, maintenant dotés d’un certain degré d’autonomie politique, vont voir leur optimisme s’atténuer après la fin de la pêche française sur le French-Shore. Pendant la Grande Guerre, terre-neuve enverra au combat plus de 5000 soldats, dont près de 1 500 trouveront la mort et 2300 autres seront blessés. Le seul 1er juillet 1916, 753 hommes du Régiment Terre-Neuvien sont lancés à l’assaut de Beaumont-Hamel, mais le lendemain matin, il n’en reste que 68 pour répondre à l’appel. Malgré tout, les deux premières décennies du XXe siècle sembleront vouloir réaliser les prédictions des Français : l’industrie de la pêche est florissante, le niveau de vie est en pleine croissance et le gouvernement est traité constitutionnellement par la Grande-Bretagne, qui lui confère le même statut que les autres dominions de son empire. Dans les années 1920, Terre-Neuve profitera de l’augmentation de la croissance générale des investissements, en particulier dans les industries forestière et minière, et trouvera au Brésil un nouveau marché pour ses produits de la pêche13. Malheureusement, cette bouffée d’optimisme est de courte durée. La guerre a accablé Terre-Neuve de charges financières trop lourdes pour les capacités de sa population. Au moment où la crise internationale de 1929 éclate, l’économie de Terre-Neuve est déjà précaire, et les années suivantes vont semer la misère partout dans l’île, de même qu’au Labrador, cédé à Terre-Neuve à la suite d’une décision du comité judiciaire du Conseil privé de la Grande-Bretagne en 1927. Vu l’urgence de la situation, la Grande-Bretagne décide en 1934 de suspendre le gouvernement responsable, remplaçant l’assemblée élue par une Commission gouvernementale mi-terre-neuvienne, mi-britannique, choisie par Londres.

37Ce sera la Deuxième Guerre mondiale qui relancera l’économie. En 1940, au moment où les États-Unis préparent leur entrée en guerre, le gouvernement britannique signe avec les Américains un accord qui leur attribue le contrôle sur trois secteurs de l’île où ils pourront construire des bases militaires. Subséquemment, la présence de milliers de soldats américains (et canadiens) aura des effets économiques et sociaux qui aideront Terre-Neuve à retrouver un certain bien-être. La guerre terminée, la population choisit, par une très faible majorité, d’être enfin absorbée par le Canada. Ce faisant, les Terre-Neuviens abandonnent pour toujours leur droit de gérer eux-mêmes la pêche, qui sera désormais administrée par Ottawa.

Notes

1 La succession des chefs d’état en France est discuté par Pascal Arnoux dans son Histoire des rois de France et des chefs d’état et par Francis Dernier dans La France du XIXe siècle, 1814-1914.

2 Voir Jean-Marc Drouin, « De Linné à Darwin : les voyageurs naturalistes », p. 321-335 ; C. Forget, Médecine navale [...], vol. 1, p. 53 ; Pierre Huard et Ming Wong, « Bio-bibliographie de quelques médecins naturalistes voyageurs de la marine au début du XIXe siècle », p. 163-217.

3 Voir A.M. Lysaght, Joseph Banks in Newfoundland and Labrador [...].

4 George Cuvier, Histoire des sciences naturelles [...], vol. 5, p. 104-105.

5 A.-J.-M. Bachelot de La Pylaie, « Quelques observations sur les productions de l’île de Terre-Neuve [...] », p. 175.

6 Alain Corbin, Le territoire du vide, p. 275.

7 Gaud Houiste, avant-propos du Naufrage du navire la Nathalie, p. 6. Voir aussi Louis Bailleul, Le jeune naufragé dans la mer de glace.

8 [François-Ferdinand-Philippe-Louis-Marie, Prince de Joinville], Vieux souvenirs, p. 239.

9 Les événements entourant le passage du « Bait Act » sont bien discuté par Charles Laroche dans « La question de Terre-Neuve », p. 507-523.

10 [Aristide-Pierre-Marie] Jan, « La division navale de Terre-Neuve pendant l’année 1890 », p. 134.

11 Voir à ce sujet « Du Great-Eastern, le plus grand navire du monde [...] », p. 110-120, et A. Delamarche, Éléments de télégraphie sous-marine.

12 Henry Harrisse, L’atterrage de Jean Cabot au continent américain en 1498.

13 Pour une discussion plus large de l’économie à cette époque, voir Peter Neary, Newfoundland in the North Atlantic World, 1829-1949, p. 12-43.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search