Version classiqueVersion mobile

Terre-Neuve

Avant-propos

Ronald Rompkey

Texte intégral

1À son arrivée à Terre-Neuve en 1861, Maurice Sand se fait les réflexions suivantes dans son journal de voyage : « Dans mon enfance, quand tu me parlais de Terre-Neuve, je confondais toujours l’île avec le banc, et je bâtissais dans ma tête tout un monde de fantaisie. C’était une immense terre de sable à fleur d’eau, peuplée de pêcheurs en vestes brunes et en bonnets rouges comme des Napolitains de théâtre. J’y voyais des Lapons emmitouflés de fourrures, se prélassant dans leurs traîneaux tirés par des chiens cornus ou des rennes en forme de chien et venant faire le commerce des pelleteries dans les villages entourés de carrés de choux et de pommes de terre ». Avec notre perspective contemporaine, nous ne devons pas nous étonner de ces fantaisies : depuis le XVIIe siècle, en effet, l’idée que les Français se faisaient de Terre-Neuve avait été celui exprimée dans L'Encyclopédie de Diderot (1751) : une île située sur la côte orientale de l’Amérique du Nord, où la pêche à la morue, considérée comme inépuisable, prenait des proportions mythiques. Pour citer L'Encyclopédie, « Les morues sont si abondantes au grand banc de Terre-neuve, qu’un seul homme en prend en un jour trois à quatre cens ».

2Mais il existe aussi une autre Terre-Neuve moins connue, une Terre-Neuve construite au fil des années dans les écrits français, fruit des souvenirs d’innombrables voyageurs officiers de marine, diplomates, scientifiques, journalistes et autres visiteurs qui ont interprété la région et son peuple au profit du public français. Après que la Révolution et les guerres de l’Empire aient interrompu pendant vingt-cinq ans l’exercice des droits des pêcheurs français à Terre-Neuve, les Français y sont retournés en grand nombre et y ont trouvé une situation différente de celle qu’ils avaient connue plus tôt. Les habitants de l'île s’étaient multipliés et établis dans les havres le long du « French Shore », la partie du littoral nord-ouest de l'île sur laquelle les Français avaient joui d’un droit qu’ils considéraient comme « exclusif ». La paix revenue en 1814, les Français de retour toléreront ces habitants. Durant l’hivernage, période où les conditions du traité les obligeaient rentrer en France, ils confieront la garde de leur matériel à ces insulaires, même si, selon eux, ils se trouvent là illégalement. À cette époque, les récits de voyage et autres évocations de la vie à Terre-Neuve se font plus nombreux. Ils traitent en particulier de l’évolution de Terre-Neuve dans le cadre légal engendré par un nouveau parlement, institué en 1832, et par l’avènement d’un gouvernement dit « responsable » en 1855. Peu à peu, cette situation va amener la France et la Grande-Bretagne à entamer des négociations diplomatiques. Selon A.-M. Berthelot, dans la Grande Encyclopédie (1886-1902), « On lui a assez volontiers concédé l’exploitation agricole et minière d’un sol dont la France ne pouvait user ; mais elle a voulu en plus l’usage de la mer [...] ».

3La présente anthologie, par l’entremise d’extraits choisis, vise les élèves du système scolaire, les étudiants d’université et le grand public. Il veut cerner la perception par les visiteurs français de la gestation de Terre-Neuve de colonie à pays entre le retour des Français et la signature en 1904 d’une entente cordiale par laquelle la France abandonne ses droits historiques aux Anglais. Les auteurs représentent un large éventail de métiers : scientifiques, marins et officiers de marine, journalistes, médecins, artistes, diplomates et géographes. Les extraits sont choisis selon deux critères : la façon dont ils représentent les Terre-Neuviens et leur mode de vie et celle dont ils décrivent la formation de Terre-Neuve comme pays avec ses propres institutions politiques. Vu que ces textes ont été publiés au XIXe siècle, j’ai conservé leurs conventions orthographiques, sauf pour certaines exceptions indiquées entre crochets.

4Four résoudre les diverses difficultés posées par cette tache, j'ai pu taire appel aux conseils et au soutien de collègues et de collaborateurs qui m’ont généreusement fait profiter de leurs compétences. Je m’en voudrais donc de ne pas exprimer ma vive reconnaissance à Johanna Anrig, Maurice Basque, Jean-François Brière, Nelson Cazeils, Marie-Hélène Desjardins, Yves Duboys Fresney, Françoise Enguehard, Bernard Fournier, Aliette Geistdoerfer, Eva-Christa Heimer, Roland Le Huenen, Scott Jamieson, Raymonde Litalien, Robert Mahl, Jean-Pierre Martin, François Moureau, Robert Pichette, Joan Ritcey, Yannick Romieux, Mary Jane Starr, Anne Thareau, Gerald Thomas, Edward Tompkins, Laurier Turgeon, et Michael Wilkshire. J’ai compté énormément sur le service de prêt inter-bibliothèques et sur la collection de documents en français conservée au Centre d’études Terre-Neuviennes de la Bibliothèque Reine Élisabeth II de l’Université Memorial de Terre-Neuve.

5Je veux aussi remercier Elsa Raucoules et Michel Savard pour leur aide à la rédaction ; Charles Conway, du laboratoire cartographique de l’Université Memorial, pour la production des cartes ; Manfred Buchheit pour la production des photos d’archives ; ainsi que Geneviève Lacroix et Claire Magimel, qui m’ont hébergé pendant deux périodes de recherche à Paris. Finalement, j’aimerais exprimer toute ma reconnaissance au Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, dont les fonds sont administrés par le Vice-President (Academic) de l’Université Memorial, ainsi qu’à la Fondation J.-R. Smallwood, qui m’ont accordé les subventions grâce auxquelles j’ai pu mener mes recherches en France.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search