Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Sixième partie. Être policier en temps de crise

Des fervents de « l’État totalitaire » aux tenants du « quieto vivere » : le personnel policier dans l’Italie fasciste

Jonathan Dunnage
Traduction de Daniel Argelès

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’analyse du personnel policier du ministère de l’Intérieur 1 pendant la période fasciste fait apparaître une grande variété de comportements, laquelle signale en retour une diversité des attitudes vis-à-vis du métier de policier et de la hiérarchie politique. Cet article aborde ces attitudes et comportements des fonctionnaires et agents de police à la lumière de deux questions sous-jacentes et étroitement liées : jusqu’à quel point la police du ministère de l’Intérieur a-t-elle été transformée en instrument d’une dictature autoritaire ? Dans quelle mesure l’institution a-t-elle subi un processus de « fascisation » idéologique ? En analysant la conduite de ses policiers, nous prendrons donc en considération le scénario institutionnel plus large, à savoir la nécessité pour la police de devenir un appareil moderne et efficace de contrôle étatique, mais également l’exigence formulée surtout dans les rangs du Parti qu’elle adopte un état d’esprit fasciste, conçu comme inséparable de...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540