Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Sixième partie. Être policier en temps de crise

La police prussienne durant la République de Weimar

Peter Leßmann-Faust
Traduction de Daniel Argelès

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Être policier pendant la République de Weimar, en tout cas lors des cinq premières années de son existence, signifiait avoir été soldat. En cela, les forces de police en tenue de la République de Weimar, et tout particulièrement en Prusse, se situaient dans le droit fil des règles et des traditions instituées par la police de l’Empire wilhelminien.

Jusqu’en 1918, en effet, la recrue idéale pour les rangs inférieurs et intermédiaires de la police, c’était l’« Unteroffizier », un sous-officier ayant longtemps servi dans l’armée. Pour les postes plus élevés, les candidats étaient censés avoir un grade d’officier ou d’officier de réserve. La formation était courte et de piètre qualité. Le plus souvent, elle avait lieu sur le tas : les policiers plus jeunes accompagnaient leurs collègues plus âgés sur le terrain. Au total, ce caractère militaire du personnel policier reflète le faible degré de spécialisation du travail en question. Les activités de la police ne constituaient pas encore un...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540