Versión clásicaVersión móvil

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Cinquième partie. Anthropologie du policier

Quand le statut policier est avant tout stature : corps féminins et corps masculins face au recrutement policier (1935-2005)

Geneviève Pruvost

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

En 1978, pour être gardien de la paix, il fallait mesurer 1,68 m pour un homme, 1,58 m pour une femme. En 1991, les barèmes des épreuves sportives sont augmentés pour les femmes. En 2002, un parcours d’habileté motrice remplace les traditionnelles épreuves athlétiques. En 2005, les nouvelles recrues masculines et féminines se voient imposer, à tous les grades, la même taille minimale, fixée à 1,60 m.

Loin d’être anecdotiques, ces fluctuations (bien plus nombreuses que les dates citées) sont fondamentales pour comprendre la construction de l’identité policière autour du primat de la force physique. Ces variations anthropométriques obéissent à deux logiques qui se recouvrent : la première vise à opérer une distinction entre corps forts et corps faibles, dans la lignée républicaine d’une mesure de la puissance nationale. Tous les citoyens ne sont pas physiquement aptes à représenter la loi. En dépit de l’armement et de la diversité des missions policières, la détention d’une certaine fo...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search