Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Cinquième partie. Anthropologie du policier

Quand le statut policier est avant tout stature : corps féminins et corps masculins face au recrutement policier (1935-2005)

Geneviève Pruvost

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1978, pour être gardien de la paix, il fallait mesurer 1,68 m pour un homme, 1,58 m pour une femme. En 1991, les barèmes des épreuves sportives sont augmentés pour les femmes. En 2002, un parcours d’habileté motrice remplace les traditionnelles épreuves athlétiques. En 2005, les nouvelles recrues masculines et féminines se voient imposer, à tous les grades, la même taille minimale, fixée à 1,60 m.

Loin d’être anecdotiques, ces fluctuations (bien plus nombreuses que les dates citées) sont fondamentales pour comprendre la construction de l’identité policière autour du primat de la force physique. Ces variations anthropométriques obéissent à deux logiques qui se recouvrent : la première vise à opérer une distinction entre corps forts et corps faibles, dans la lignée républicaine d’une mesure de la puissance nationale. Tous les citoyens ne sont pas physiquement aptes à représenter la loi. En dépit de l’armement et de la diversité des missions policières, la détention d’une certaine fo...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540