Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Cinquième partie. Anthropologie du policier

Être mobile : la circulation d’une épithète entre gendarmerie et police (1871-1914)

Laurent López

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Durant la Troisième République, un adjectif investit à la fois l’histoire de la police et celle la gendarmerie par la double entrée de la police judiciaire et de la police administrative. De la création de la légion de gendarmerie mobile en 1871 à la naissance des brigades mobiles de police judiciaire en 1907, l’épithète « mobile » fut, en effet – successivement et simultanément – accolée à ces deux forces de l’ordre, mais avec des significations différentes, voire opposées, selon le contexte. Avant la Première guerre mondiale, une force mobile est sans cesse désirée dans la gendarmerie, mais jamais réalisée ; elle serait dévolue au maintien de l’ordre, donc ressortissant de la police administrative. Dans la police, l’adjectif est associé à la police judiciaire, au contre-espionnage, au renseignement, mais aussi au maintien de l’ordre. à première vue, deux histoires parallèles coexistent, dotées chacune d’une évolution, voire d’une concrétisation propre de l’idée de mobilité. Néanmo...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540