Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Cinquième partie. Anthropologie du policier

Nul n’est policier en son pays ?

Le dépaysement des gendarmes français au xixe siècle

Arnaud-Dominique Houte

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis la publication de nombreux travaux consacrés à l’histoire de la gendarmerie 1, on connaît mieux cette arme, première force de l’ordre étatisée dans la France rurale du xixe siècle. Membres d’une institution nationale, uniformément répartis dans chaque département, conscients de la chaîne hiérarchique qui les unit aux sommets de l’État et qui garantit leur indépendance professionnelle contre les prétentions des autorités locales, les gendarmes se distinguent très nettement des gardes champêtres et des policiers municipaux, qui restent attachés, qui à leur finage, qui à leur ville. Dans une analyse pionnière, Frédéric Chauvaud proposait ainsi d’exclure la brigade de gendarmerie, trop urbaine et trop nationale, de la communauté villageoise à proprement parler 2. « Nous nous en passerions aux fêtes de village et, à vrai dire, ce n’est pas nous qui les demandons », expliquait déjà Paul-Louis Courier dans sa célèbre Pétition pour les villageois que l’on empêche de danser 3. Paradox...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540