Version classiqueVersion mobile

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Cinquième partie. Anthropologie du policier

Être sergent de ville à Paris entre 1854 et 1880 : le bricolage d’une identité

Quentin Deluermoz

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le « visage » policier ne cesse de questionner les historiens, pas tant à cause du manque de travaux consacrés au sujet qu’au fait qu’à peine fixés, ses traits semblent perdre de leur netteté 1. La visibilité policière, telle qu’elle s’impose au xixe siècle, n’éclaire pas mieux les contours d’un personnage devenu pourtant très familier à ses contemporains. Clive Emsley l’a montré pour le cas anglais, en dégageant la professionnalisation des bobbies tout en rappelant son inachèvement 2. Le cas parisien est similaire : en 1854, sous l’égide de Napoléon III, la capitale française importe le modèle londonien de police métropolitaine, dominé par la visibilité, le mouvement et la proximité. Aucun de ces traits n’est alors original dans la capitale française, mais ils sont pour la première fois réunis en un tout cohérent et érigés en principe clé de l’ordre quotidien de la ville. Un nouveau type de sergent de ville s’offre au regard des Parisiens et circule ostensiblement dans l’ensemble d...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search