Version classiqueVersion mobile

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Cinquième partie. Anthropologie du policier

Être ou ne pas être gendarme

L’usage du déguisement dans la gendarmerie française au premier xixe siècle

Aurélien Lignereux

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Afin que vous n’ayez pas une mauvaise opinion de la conduite des gendarmes Fourniol et Lacoste, dans cette circonstance, permettez-moi, M. le ministre, de vous faire observer qu’ils étaient à pied, ayant une blouse par dessus leur uniforme, et armés seulement de leurs pistolets. Comme dans cet endroit on les voit venir de fort loin, ils sont quelquefois obligés de se déguiser ainsi pour parvenir à faire des arrestations. Mais, pour se disculper, ceux qui les ont attaqué, ne peuvent point arguer de ce déguisement, puisqu’ils les connaissent bien et d’ailleurs ils étaient revêtus de leur uniforme qu’ils se sont empressés de montrer dès qu’ils se sont vus assaillis 1. »

C’est en ces termes que le capitaine de la compagnie du Tarn-et-Garonne justifie les manœuvres de deux gendarmes de La Magdelaine chargés d’arrêter un déserteur à Saint-Laurent, en 1831. Sans ce subterfuge, ils auraient été immédiatement repérés ; sans la rébellion qui a suivi, leur procédé n’aurait pas laissé de trace...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search